Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesLittérature philosophique à Byzan...

Résumés des conférences

Littérature philosophique à Byzance et sa postérité à l’époque moderne

Michel Cacouros
p. 99-117

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : Histoire de la philosophie et de l’exégèse d’Aristote, du Trivium, du Quadrivium et de l’enseignement à Byzance et dans l’après-Byzance. A. Les opuscules, scholies, corpus et schémas de logique dus à Jean Chortasménos (ca 1370-1431), étude et édition (suite). B. Le cycle de l’eau : doctrine et traditions, d’Aristote et de l’exégèse byzantine des Météorologiques à Bernard Palissy (1510-1589) et à Camille Flammarion (1842-1925).

Haut de page

Texte intégral

A. Les opuscules, scholies, corpus et schémas de logique dus à Jean Chortasménos (ca 1370-1431), étude et édition

  • 1 Voir mes résumés d’enseignement « Les opuscules, corpus, scholies et schémas de logique dus à Jean (...)
  • 2 « Chortasménos » 5, p. 82.

1La première partie de ce séminaire est consacrée depuis 2017 à la production en logique de l’érudit byzantin Jean Chortasménos (ca 1370-1431). Une des composantes de cet ensemble, que j’avais désigné comme Corpus logicum chortasmenianum (CLC)1, correspond aux scholies libres, les trois autres étant les opuscules de logique qu’il a composés, les corpus qu’il a compilés et les schémas syllogistiques qu’il a tracés dans les marges des manuscrits de logique qu’il a consultés ou écrits. Après avoir présenté les deux premières composantes, j’ai entamé en 2021-2023 la présentation des scholies libres écrites par Chortasménos. Dans ce cadre, je m’étais tout d’abord penché sur l’entité, codicologique, sémantique et exégétique, désignée par le terme « scholies libres », puis je m’étais concentré sur celles de l’érudit byzantin, pour constater que « Chortasménos a abondamment commenté dans les marges, ou entre les lignes, les textes qu’il lisait dans les manuscrits de logique »2. En effet, les scholies libres, y compris celles de Chortasménos, dans les manuscrits de logique, byzantins et post-byzantins, posent d’épineux problèmes d’attribution et d’originalité, notamment par rapport à l’usage que leurs auteurs ont réservé aux sources antiques. Ainsi, tout en portant sur les scholies libres de Chortasménos, l’approche entamée l’année dernière, et qui a été poursuivie cette année, devait permettre d’obtenir un aperçu précis sur l’éventail des cas de figure, aussi complexes que variés, que revêt la question de l’auteur de ces scholies libres dans la production byzantine ; ajoutons que, parmi ceux-ci, certains renvoient à des pratiques coutumières à Byzance dont l’existence même échappe entièrement au lecteur d’aujourd’hui.

  • 3 Ibid., p. 80 pour les quatre premières citations, p. 80-81 pour la quatrième.

2Concernant plus précisément Chortasménos, les scholies libres écrites de sa main dans les marges de ses manuscrits de logique posent tout d’abord le problème de savoir (a) « lesquelles [parmi celles-ci] sont véritablement personnelles » ; (b) ensuite, concernant notamment « les scholies qui s’avèrent personnelles », il importait de cerner leur part d’originalité, « bien entendu en considérant ce concept – pour éviter tout anachronisme – par rapport aux autres exégèses diffusées à l’époque » ; autrement dit, notre tâche était d’identifier les scholies qui sont véritablement dues à Chortasménos, en nous fondant d’une part sur leur contenu exégétique, d’autre part sur leur formulation, seuls critères permettant de les distinguer des passages correspondants utilisés dans les textes exégétiques parallèles. (c) Quant aux scholies qui n’étaient pas personnelles, il fallait en identifier les sources, notamment (c1) les « commentaires utilisés par le notaire patriarcal » ; il fallait aussi préciser si leur emploi avait été fait (c2-a) de manière directe ou par le biais (c2-b) « des corpus exégétiques dont disposait Chortasménos et qui comprenaient les éléments d’exégèse textuelle dont il avait besoin, tel le corpus compilé par Néophytos Prodromènos (CLP), sur lequel Chortasménos s’est fondé, comme je l’ai déjà signalé et montré, pour composer ses propres corpus exégétiques »3. Ainsi, il était clair que l’examen des scholies libres écrites par Chortasménos touchait à une multitude de registres et que in fine l’attribution d’une scholie libre à Chortasménos ne pouvait se faire que sur la base des éléments la différenciant de manière significative des passages exégétiques parallèles conservés dans les sources utilisées par l’érudit byzantin.

  • 4 Ibid., p. 80.

3Ce schéma méthodologique, aussi clair soit-il, repose sur la façon de procéder moderne ; à ce titre, il ne tient pas compte de la façon dont les Byzantins considéraient le remploi et la réécriture des texte anciens ; en effet, comme il a été signalé dans mon précédent rapport, « ces problèmes […] s’érigent en une véritable problématique qui touche de manière plus générale la façon dont le notaire patriarcal a considéré le travail de rédaction personnel par rapport à l’emploi des sources antiques »4. Cette année, nous avons prolongé cette réflexion et essayé d’enrichir la grille adoptée dans le cadre de notre approche méthodologique, en tenant compte de manière plus étroite de la mentalité byzantine du recueil. Ainsi, il a fallu nous pencher sur la part d’ambigüité, voire d’équivocité, que peut contenir un texte byzantin, en l’occurrence une scholie libre, du point de vue de l’usage qu’elle réserve à la source antique mise à contribution. Les cas de figure qui seront évoqués sont autant d’expressions du phénomène de mimèsis, qui, pratiqué par les Byzantins, se concrétisent dans la réécriture des textes d’origine. S’y ajoute le fait que la réécriture d’un texte est rarement un phénomène isolé ; en règle générale, le même texte en connaît plusieurs, mais elles ne sont pas nécessairement issues l’une de l’autre (il n’y a donc pas nécessairement de production verticale dans ce type de réécriture) ni même situées dans le même milieu durant la même période (il n’y a donc pas nécessairement de chaîne de production horizontale) ; le résultat est que, en examinant un texte byzantin comme les scholies libres, le philologue et historien de la philosophie se trouve souvent face à de degrés variés de réécriture, pour lesquels il a du mal à établir le vrai ordre chronologique dans lequel se succèdent les différentes étapes de réécriture (s’agissant d’une tradition de réécriture verticale), ou à en dégager les strates parallèles (tradition horizontale).

4S’agissant plus précisément d’une scholie libre écrite dans la marge d’un manuscrit byzantin, celle-ci peut provenir, comme nous l’avons déjà expliqué, de manière directe ou indirecte, d’un commentaire ou d’autres sources exégétiques. Elle peut aussi, en parallèle, avoir été soumise à une réécriture, comme il se passe souvent à Byzance dans le cadre de la mimèsis des textes anciens. Cette réécriture s’organise en principe entre deux cas-limites. (1) L’auteur byzantin garde l’ensemble du contenu exégétique de l’extrait d’origine, mais il en modifie radicalement l’expression ; ainsi, s’il reproduit quelques rares éléments textuels (qui correspondent souvent aux lemmes étudiés) issus de l’original, il en revoit entièrement le reste du point de vue de l’expression ; dans ces conditions, le texte obtenu est linguistiquement très éloigné de l’original, il ne devrait même pas être considéré comme une paraphrase libre de l’original. (2) L’auteur byzantin reproduit de manière aussi fidèle que possible l’expression et le style du texte d’origine, alors que le contenu exégétique de son texte diffère de celui de l’original, même s’il est consacré à l’exégèse du même passage aristotélicien.

5Ce type d’exercice correspond à une pratique qui est plus habituelle à Byzance qu’on ne pourrait le penser : elle repose sur le fait que les Byzantins apprenaient dès leur enfance à « écrire d’après » les textes anciens, et donc à « écrire comme » les Grecs Anciens ; il ne s’agissait donc pas pour eux de reprendre le texte d’un auteur antique en le paraphrasant, mais à écrire exactement comme il le faisait, ou comme il l’aurait fait s’il avait été à leur place ; il s’agit dans ce cas d’une écriture d’imitation, proposant une réécriture fondée sur l’expression et le style utilisés dans le texte réécrit. Entre les deux cas de figure extrêmes se situent les très nombreux cas de reprise paraphrastique du passage d’origine ; dans ces cas, ce sont les éléments textuels empruntés à ce passage qui guident le philologue et historien de la philosophie dans le travail d’identification des sources. Bien entendu, même lorsqu’il en est ainsi, on ne peut pas exclure l’utilisation indirecte du passage en question, comme il se passe dans le cas d’emploi des chaînes exégétiques conservées dans les corpus aristotéliciens.

6Ainsi, les scholies libres écrites par Chortasménos dans la marge des manuscrits qu’il a consultés ou écrits se répartissent, au moins en théorie, entre celles qui lui sont dues et celles qu’il a copiées. La première catégorie comprend parfois des scholies portant sa signature ; quant à la seconde, elle est censée contenir les scholies qui reproduisent de manière fidèle les extraits empruntés aux différents fonds exégétiques consultés par Chortasménos. Toutefois, cette analyse est soumise à rude épreuve quand on l’applique aux scholies libres écrites par Chortasménos ; on se rend alors compte que la distinction entre les deux classes n’est pas aussi étanche qu’on pourrait le penser et que, entre les deux classes nettement définies, il y a toute une nébuleuse de scholies qui, sans appartenir à l’une ou l’autre d’entre elles, se rapprochent tantôt de la première catégorie, tantôt de la seconde. Il s’agit notamment des scholies libres qui semblent avoir été reformulées par rapport aux passages exégétiques qui pourraient être à leur origine. Dans ce cas, les problèmes qui resurgissent sont de taille : est-ce bien ces scholies qui sont à l’origine des passages correspondants qu’on trouve dans les exégèses parallèles ou est-ce le phénomène inverse qui se produit ? Y répondre est d’autant plus difficile que ces passages peuvent aussi provenir de « chaînes » de scholies ; organisées en blocs, celles-ci nourrissent souvent la pensée – et le kalame – byzantins ; elles peuvent à ce titre constituer le chaînon manquant entre les scholies libres et leur intégration dans les commentaires. À ces problèmes s’ajoute celui de la reformulation des passages existants : devrait-t-elle être attribué à Chrotasménos lui-même ou à une source intermédiaire (voire à des sources intermédiaires) qu’on ignorerait et qui pourraient remonter à des commentaires perdus ou à des chaînes exégétiques que nous n’avons pas encore explorées ? Pour illustrer ces cas de figure, nous avons présenté un choix de quelques scholies libres écrites par Chrotasménos, leur étude sera complétée l’année prochaine.

B. Le cycle de l’eau : doctrine et traditions, d’Aristote et de l’exégèse byzantine des Météorologiques à Bernard Palissy (1510-1589) et à Camille Flammarion (1842-1925)

7La deuxième partie du séminaire a été consacrée à la façon dont les phénomènes qui relèvent du cycle de l’eau, identifié et décrit par Aristote (384-322 av. J.-C.) dans les Météorologiques, ont été interprétés dans la tradition byzantine de cet ouvrage et, en Occident, des siècles plus tard, par Bernard Palissy (ca 1510-1588/1589) et Camille Flammarion (1842-1925).

8B1. Problématique du rapprochement avec la philosophie naturelle d’Aristote et les Météorologiques : une démarche identique ? Si, en même temps que la tradition byzantine des Météorologiques, nous avons tenu compte de l’approche proposée par Palissy et Flammarion dans leurs œuvres respectives, c’est parce qu’ils offrent, à notre avis, d’importants témoignages – assez peu explorés à notre connaissance de ce point de vue – de l’influence que le Stagirite continue d’exercer sur la conception et la pratique de l’enquête scientifique au-delà du Moyen Âge, notamment à la Renaissance (Palissy) et l’époque moderne (Flammarion). Plus précisément, en dehors de l’intérêt qui caractérise l’œuvre des deux hommes en tant que telle – et qui à ce titre retient de plus en plus l’attention des spécialistes de la Renaissance et du xixe siècle –, elle présente des éléments significatifs qui nous semblent toujours coïncider avec la démarche aristotélicienne étudiée dans le cadre de notre séminaire : mêmes principes et même approche méthodologique ; même place de premier rang accordée à la nature et à la philosophie naturelle, qui sont étudiées de manière universelle et globale ; enfin, une attention spécifique portée aux questions abordées dans les Météorologiques, en premier lieu à celle de l’eau dans la nature, en particulier aux mécanismes régulant sa circulation sur terre, de même qu’entre la terre et le ciel, d’où notre choix de ce thème pour le rapprochement avec Aristote.

  • 5 Voir, par exemple, l’ouvrage classique de C. B. Schmitt, Aristotle and the Renaissance, Harvard (MA (...)
  • 6 Voir, par exemple, E. Thouard (éd.), Aristote au XIXe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universita (...)

9La présence d’autant d’éléments en commun avec Aristote dépasse à notre avis très largement la simple influence de l’aristotélisme médiéval occidental qu’on pourrait qualifier de « traditionnel » sur les systèmes de pensée proposés par les deux hommes. Solidement implanté dans la philosophie de l’Occident médiéval à partir de la seconde moitié du xiie siècle, l’aristotélisme traditionnel est, comme on le sait, encore présent à la Renaissance5, il perdure sous des formes variées jusqu’à la fin du xixe siècle6. Or, ces périodes, dont la première remodèle l’approche aristotélicienne de la « physique » comme étude de la nature (physis) et la seconde introduit une approche technique de la science physique, sont également marquées par le rejet de l’aristotélisme traditionnel de l’Occident médiéval ; celui-ci était resté fidèle à l’auctoritas d’Aristote, sans même réaliser que cette foi reposait parfois sur une fausse image, véhiculée par des textes qui lui avaient été indûment attribués, comme la Théologie d’Aristote.

  • 7 Voir les éléments fournis dans la suite, p. 111, 113-114.
  • 8 M.-M. Fragonard, « Bernard Palissy : héritage de la science écrite et transmission des connaissance (...)

10Fils respectifs de leurs époques, Palissy et Flammarion s’écartent, eux aussi, de cet aristotélisme, le premier au nom d’un expérimentalisme outré, le second au titre d’une scientificité érigée en principe sociétal. Plus précisément, maître Bernard établit comme base de son approche le recours à la pratique et l’expérience7, il proclame haut et fort le refus des connaissances théoriques (la « théorie ») véhiculées par les autorités antiques, grecques et latines ; comme le souligne Marie-Madeleine Fragonard, le Stagirite rentre dans ce schéma de rejet : « Aristote est devenu un principe flou, le Philosophe, et il est devenu le symbole d’une culture dominatrice et abusive haïe »8. Quant à Camille Flammarion, ce n’est pas qu’il aurait directement rejeté l’aristotélisme, car, à son époque, profondément marquée par les avancées technologiques et la volonté de vulgariser les nouveaux savoirs pour le grand public, l’« aristotélisme » de tradition faisait désormais partie d’un passé révolu, de même par ailleurs que la plupart des données scientifiques fournies par le Stagirite.

  • 9 « Mais il [Aristote] est conservé dans quelques principes descriptifs qui peuvent être d’ailleurs t (...)
  • 10 P. Aubenque, Le problème de l’être chez Aristote. Essai sur la problématique aristotélicienne, Pari (...)

11Dans ces conditions, comment expliquer la présence dans l’œuvre de chacun d’eux d’une épistémologie complète les reliant de manière significative à la philosophie naturelle du Stagirite9, en commençant par les Météorologiques et la façon de considérer l’eau ? On dirait que Palissy et Flammarion reviennent, chacun de manière différente, aux assises épistémologiques du système établi par Aristote et qu’ils se mettent en quelque sorte à réécrire la philosophie naturelle du Stagirite, en ayant comme arrière fonds les Météorologiques et le cycle de l’eau. Pourrait-on désigner leurs approches de « nouveaux » aristotélismes, en entendant le termes « nouveau » par rapport à l’aristotélisme médiéval aussi bien que celui (ou, plutôt, ceux) de la Renaissance, voire comme une sorte de retour à l’œuvre originelle d’Aristote, avec une réécriture nouvelle de celle-ci ? Cette approche rappellerait mutatis mutandis celle proposée par Pierre Aubenque, même si cette dernière se situe dans un cadre entièrement différent : afin de revenir à la pensée originelle d’Aristote sur l’être, il fallait, suivant cet historien de la philosophie, rejeter à tout prix le témoignage de l’aristotélisme établi par l’exégèse grecque : « […] l’aristotélisme que nous connaissons […] est peut-être moins l’aristotélisme d’Aristote que celui des commentateurs grecs »10. Ainsi, Palissy et Flammarion, sembleraient rejeter tout le poids de l’exégèse historique d’Aristote, et, en même temps, recadrer leur approche de la nature sur la base d’un schéma qui renvoie à une nouvelle application de ses méthodes et des schémas de pensée qu’il propose, en prenant comme canevas la philosophie naturelle d’Aristote et la grille d’interprétation proposée dans les Météorologiques à travers le cycle de l’eau. Par conséquent, même si leur philosophie générale est très différente de celle du Stagirite, leurs similitudes sur le plan épistémologique et sur les points évoqués sont particulièrement frappantes.

12Notre enquête, complexe et étendue, fait appel à l’œuvre d’Aristote, à l’aristotélisme à Byzance et à l’Occident médiéval, à la réception de ce dernier à la Renaissance, elle aboutit à celle qu’il a eue dans les milieux scientifiques en France au xixe siècle. Pour des raisons pratiques, nous avons pris le parti de présenter dans notre séminaire tout d’abord (2022-2023) les principes de philosophie naturelle (B2) adoptés par le Stagirite (B2a), que nous avons brièvement rappelés, en en identifiant les parallèles épistémologiques chez Palissy (B2b) et Flammarion (B2c). La suite, qui sera proposée l’année prochaine (2023-2024), portera de manière plus particulière à la lecture des Météorologiques (C1) qui se profile en filigrane dans l’œuvre de Palissy et de Flammarion et qui se concrétise dans leur façon de reprendre les phénomènes qu’Aristote relie les uns directement, les autres indirectement au cycle de l’eau (C2-3).

13B2. Une approche de la nature fondée sur les mêmes principes de base. Comme Aristote, Palissy et Flammarion passent en revue tous les domaines de la recherche qui s’ouvrent devant eux ; comme le Stagirite, ils se livrent à une quête de la connaissance qui est étendue et systématique, et qui repose sur les mêmes principes ; dans celle-ci, l’étude de la nature environnante occupe le premier rang ; ainsi, il s’agit notamment de procéder à : (a) des enquêtes de terrain ; (b) des approches qui combinent la théorie à la pratique et (c) la mise en place des techniques dont ils sont souvent les inventeurs. Les conclusions auxquelles ils aboutissent, mettant en cause celles de leurs prédécesseurs, finissent progressivement par s’imposer, assurant de la sorte à leur œuvre une pérennité qui n’est pas démentie jusqu’à nos jours.

  • 11 Aristote est un φυσικὸς ἀνήρ, il étudie donc ce qui relève de la φύσις, de la nature. Voir précisio (...)
  • 12 Voir P. Louis, Aristote. La découverte de la vie, Paris, Hermann et Cie, 1975 (Savoir 12). Sur la c (...)
  • 13 Biographies anciennes d’Aristote commodément réunies par I. Düring, Aristotle in the Ancient Biogra (...)
  • 14 Les deux disciplines, qui n’étaient pas distinguées à l’époque du Stagirite, constituent dans la re (...)
  • 15 Voir notre rapport dans Annuaire, 154e année, « C1. Physique aristotélicienne et astronomie dans le (...)

14B2a. Aristote. Ce philosophe se caractérise par l’envie d’apprendre ; celle-ci va de pair avec le souci d’organiser les connaissances qu’il acquiert en les classifiant suivant leurs attributs essentiels (objets, concepts) ou les liens de causalité qui les unissent (phénomènes physiques). Ses ouvrages acroamatiques (correspondant aux conférences qu’il a prononcées au Lycée) s’organisent à quatre ensembles, la logique, la physique (voir suite), l’éthique et les traités pratiques. La deuxième composante, la physique, porte sur l’étude de la nature (physis) ; ce terme, entendu dans le sens global qu’il revêtait à l’époque, englobait aussi bien les réalités célestes et les phénomènes météorologiques que les êtres vivants11. Ainsi, le corpus physique d’Aristote, tel qu’on a pu le reconstituer par ses ouvrages et les références programmatiques qu’il a parfois données en tête d’eux, commençait avec la Physique (l’Audition physique), les traités Du ciel, De la génération de la corruption, et les Météorologiques pour embrasser dans la suite les traités zoologiques (y compris le traité De l’âme), et prendre fin avec les Petits traités d’histoire naturelle, qui constituaient le dernier chaînon de l’ensemble consacré aux sciences du vivant12. L’approche de la nature pratiquée par Aristote reposait sur des enquêtes de terrain ; les résultats obtenus, d’ordre pratique, étaient vus et interprétés à la lumière des connaissances théoriques qui lui avaient été transmises par ses prédécesseurs ou que le Stagirite avait acquises lui-même. Ainsi, les recherches biologiques qu’il a menées de 347 à 335 av. J.-C. à Assos et à Mytilène, après avoir quitté Athènes et l’Académie suite à la mort de Platon13, sont à l’origine de sa riche production en biologie. Les recherches qu’il a réalisées en astronomie et en météorologie – ensemble que l’on désigne commodément de nos jours par le terme « astrométéorologie »14, – ont été un modèle insurpassable pour la science médiévale. Tout en tenant compte des observations astronomiques faites par les Égyptiens, que les Grecs jugeaient extrêmement précises, Aristote a su également tirer profit des dernières avancées dans ce domaine effectuées par ses collègues et amis à l’Académie ; leur influence se fait clairement sentir dans le Du ciel, traité consacré à l’espace céleste, dans lequel les corps stellaires se meuvent de manière circulaire, parfaite et éternelle, sans être soumis aux lois de la génération et de la corruption. En revanche, l’espace atmosphérique étudié dans les Météorologiques, y compris sa zone finale qui côtoie l’espace céleste, est soumis aux lois de la génération et de la corruption ; n’étant pas astronome de métier, mais physikos anèr (quelqu’un qui se consacre à l’étude de la nature, un « physicien », voir n. 11), Aristote adopte à l’égard de cet espace une approche physique, il le « physicalise » et le soumet à l’action de l’exhalaison, y compris dans la zone finale qui donne accès à l’espace céleste15.

15B2b. Bernard Palissy. Palissy a consacré toute sa vie à l’étude de la nature ; dans le cadre de son activité de céramiste, d’artisan et d’artiste, il a été particulièrement novateur ; cette inventivité se remarque dans les techniques qu’il a découvertes pour ses céramiques à pâte argileuse et à glaçure, notamment dans l’utilisation de « mélanges glaçurants qui rendent les surfaces plus brillantes » ou en obtenant des glaçures transparentes. Elle se remarque aussi dans la conception et la composition de ses céramiques ; ainsi, il y a reproduit sur nature des formes animalières et végétales (y compris des fossiles) ou minérales, comme sur ses ouvrages à revers jaspé. Particulièrement inventif et polyvalent, il a consigné ses observations sur la nature dans les ouvrages qu’il a écrits et qui permettent de se faire une idée précise aussi bien de la manière dont il la concevait que des rapports que l’Homme devait entretenir avec elle. Son activité de céramiste, d’artisan et d’artiste est intrinsèquement liée à ses œuvres écrites ; pour cette raison, même si cette activité relève de l’art plus que de la littérature philosophique, l’impact qu’elle a eue sur son œuvre écrite demandait que notre présentation commençât avec celle-ci.

  • 16 Voir, entre autres : I. Perrin, « Les céramistes contemporains, héritiers de Bernard Palissy », dan (...)
  • 17 La connaissance des techniques mises en place par Bernard Palissy pour la fabrication de la céramiq (...)
  • 18 Présentation de l’éditeur dans J.-P. Poirier, Bernard Palissy [cité n. 17], p. [I].
  • 19 Sur les figulines de Palissy, voir : D. Poulain, « Bernard Palissy : sources du répertoire décorati (...)
  • 20 R. Dittmann, Naturerkenntnis und Kunstschaffen [cité n. 19], en particulier, « Mineralienimitatione (...)
  • 21 Voir, entre autres : C. Gendron, « Les imitateurs de Bernard Palissy au xixe siècle », dans F. Lest (...)
  • 22 Voir la suite de la présentation, p. 108-109 et n. 23-25.
  • 23 Voir, entre autres, J. Clémens, « Le troglodytisme imaginaire de Bernard Palissy », dans F. Lestrin (...)
  • 24 Voir surtout : D. Poulain, « Bernard Palissy : sources du répertoire décoratif de l’atelier des Tui (...)
  • 25 Y. de Kisch, « Palissy : une réapparition archéologique » [cité n. 24], p. 184 et 186 [citations].
  • 26 « […] B. Palissy n’est pas cet artiste provincial isolé qui n’aurait produit que des “rustiques fig (...)

16La renommée et la légende palisséennes, établies en France surtout au xixe siècle16, sont majoritairement dues au fait qu’il (re)découvert les secrets de la fabrication de la céramique à pâte argileuse blanche très fine (kaolin), et à glaçure transparente ou opacifiée, pouvant recevoir plusieurs couleurs, autant de spécificités qui ont par la suite permis à la céramique française d’occuper une place de premier rang17 ; en effet, « […] plus que tout […] [Palissy] a instauré en France une longue tradition de l’art de la céramique et des émaux »18. Sur ses figulines (ou plats rustiques, ou rustiques figulines)19, Palissy représente « […] une association de moulages sur nature de coquilles marines, actuelles et fossiles, entre des lézards, grenouilles et couleuvres dont Palissy a revendiqué l’introduction dans la décoration de céramiques » (moulages qu’il intègre par la suite dans son cabinet de curiosités). Ces plats montrent l’intérêt que Palissy portait à l’observation de la nature et de toutes ses manifestations, de la même manière qu’Aristote, lui aussi observateur attentif de la nature, procédait, par exemple, à l’étude détaillée des animaux qu’il avait pu identifier à Assos ou ailleurs. Les réalisations de Palissy visaient aussi à imiter fidèlement la nature, animale ou végétale, ce céramiste y ajoutant aussi celle des minéraux ou des fossiles20. Son œuvre a connu plusieurs émules, « suiveurs » ou « continuateurs », en France aussi bien qu’à l’étranger jusqu’à la fin du xixe siècle, ce qui a souvent rendu difficile la distinction entre les pièces qui remontaient au maître de celles qui étaient dues à ses émules21, au moins jusqu’aux fouilles à la cour du Louvre22. Les travaux pratiques de Palissy sur la nature et l’imitation de celle-ci se manifestent aussi dans les grottes artificielles qu’il a réalisées23. La connaissance de son œuvre a connu un important rebondissement grâce aux fouilles réalisées « à l’occasion du réaménagement du “Grand Louvre” »24 ; il s’agissait d’une opération « […] portant sur plus de 35 000 m2, entre la fin de 1983 et les derniers mois de 1986 » qui a permis de mettre à jour « […] un total provisoire et approximatif de quelque 11 000 objets, d’un véritable atelier, des restes d’une fontaine en place […] Quantité, diversité et complémentarité de cet ensemble autorisent un regard nouveau sur Palissy […] »25. Ces fouilles, prolongées jusqu’en 1990, ont permis de se faire une idée précise sur l’activité artisanale et artistique que Palissy a déployée dans son atelier au jardin des Tuileries26.

  • 27 Notre approche portera sur la (1) Recette véritable (1563) et, surtout, les (2) Discours admirable (...)
  • 28 Développement et bibliographie dans l’étude sur l’eau au sein de l’œuvre de Palissy dans notre sémi (...)
  • 29 J. Céard, « Bernard Palissy et l’alchimie », dans F. Lestringant (dir.), Bernard Palissy 1510-1590 (...)
  • 30 Recherche des causes des phénomènes physiques observés. Palissy signale à propos du sol dans le bec (...)
  • 31 Voir M.-M. Fragonard, « Bernard Palissy : héritage de la science écrite et transmission des connais (...)
  • 32 Intérêt de Palissy pour l’homme. Palissy signale : « Les pays de Xaintonge, Gascongne, Agenes, Quer (...)
  • 33 Préservation de la nature soutenue par Palissy. Celui-ci commente très sévèrement la déforestation, (...)

17Mais, au-delà des découvertes techniques effectuées par Palissy dans le cadre de ses recherches pratiques sur la nature, ses œuvres écrites27 fournissent un aperçu particulièrement riche sur la manière dont il concevait la nature et la philosophie naturelle ; il y aborde notamment des questions d’hydrographie, de minéralogie28, de paléontologie, de métallurgie, d’alchimie29, etc. Sa philosophie de la nature se distingue, comme celle d’Aristote, par les caractéristiques suivantes : (a) la quête de la connaissance des causes qui sont à l’origine des phénomènes qu’il remarque30 ; (b) la volonté d’avoir une connaissance globale, voire universelle, de la nature ; (c) une approche qui repose sur une étude de terrain ; elle devait se libérer des carcans qu’imposait l’approche « théorique », fondée sur les connaissances fournies par les textes antiques31 ; (d) le respect de la nature ; en effet, si celle-ci doit servir l’homme32, il importe aussi que ce dernier soit respectueux à son égard, de même que vis-à-vis de l’environnement (si on nous permet cet anachronisme), souvent maltraités, voire même torturés par les gens de son époque33 ; ainsi, Palissy s’insurge contre ces habitudes néfastes pour la nature.

18Par conséquent, par la méthode d’approche causale adoptée, le choix de sujets relevant de la nature (« sujets physiques ») et l’ampleur de son approche, fondée sur une étude de terrain, la démarche de Bernard Palissy au XVIe siècle peut être rapprochée mutatis mutandis de celle d’Aristote : Palissy, un autre Aristote ?

  • 34 K. Cameron, J. Céard, M.-M. Fragonard, M.-D. Legrand, F. Lestringant, G. Schrenck, « Introduction » (...)
  • 35 Ibid., p. 34.
  • 36 Les auteurs de l’Introduction signalent à propos de l’emploi réservé à Aristote et, en particulier, (...)

19Certes, ses sources remontent parfois à l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, notamment à sa traduction en français par Antoine Du Pinet en 156234, mais d’une part nous traitons de la globalité de son approche et de sa démarche générale, notamment dans les Discours admirables, et pas des sources dont il s’est servi de manière ponctuelle ; d’autre part, Aristote est, à notre avis, plus présent que Palissy ne le laisse entendre, son usage est plus profondément ancré dans les Discours admirables qu’il ne voudrait l’admettre. Certes, Palissy « cautionne de son nom [c’est-à-dire d’Aristote] une vulgate d’autant plus autoritaire que personne ne sait à qui l’attribuer »35 : cette vulgate renvoie, comme nous l’avons précédemment signalé (p. 102-104), à l’aristotélisme « traditionnel » ; toutefois, malgré cette vulgate et même en-deçà d’elle, les renvois, directs et indirects, aux Météorologiques et au cycle de l’eau dans cet ouvrage de Palissy, soutiennent la trame des Discours admirables, ainsi qu’il sera montré dans la suite de notre présentation l’année prochaine36. Autre remarque : étant donné sa sensibilité vis-à-vis de la nature, de sa préservation et du respect qu’on lui doit, Palissy se présente comme quelqu’un dont la pensée est très actuelle, on dirait un écologiste avant l’heure.

  • 37 Discours Admirables, 2, éd. 1580, p. 254 = 3d, éd. K. Cameron, J. Céard, M.-M. Fragonard, M.-D. Leg (...)
  • 38 Discours Admirables, 2, éd. 1580, p. 253 = 3c-1 / 3c-2, éd. P.-A. Cap, p. 253 = 3d, éd. K. Cameron, (...)
  • 39 « N’ayant pas pu lire directement les auteurs classiques car il ignorait le latin, il s’appuyait su (...)
  • 40 J. Ferdinand, Bernard Palissy [cité n. 17], p. 43. Sur la rhétorique du dialogue entre théorie et p (...)

20Qu’en est-il du soin que Palissy met à se dissocier avec insistance du patrimoine culturel des savants de l’Antiquité grecque et romaine, y compris de celui du Stagirite ? « Telles opinions m’ont causé double hardiesse d’en parler. Car j’ay conneu par là en partie que les Latins & les Grecs peuvent aussi bien faillir que les François »37. Ce soin renvoie tout d’abord à l’importance qu’il accorde à la pratique par rapport à la théorie, il en a précédemment été question. Toutefois, lorsque, au-delà de cette approche, Palissy est ramené à la théorie à proprement parler, et donc au domaine de la culture livresque, il se contente d’alléguer le fait qu’il ne connaissait pas le latin, comme si cette ignorance pouvait lui servir de bouclier protecteur contre les connaissances erronées véhiculées par les textes latins. Bien entendu, il faut rappeler que des traductions de textes antiques, y compris ceux d’Aristote, circulaient en langue vernaculaire à son époque et pouvaient donc être consultées par tous ceux qui ignoraient le latin, Palissy y compris. En témoigne le passage suivant sur le cristal de roche, dans lequel Palissy, se faisant l’écho de la tradition grecque antique, considère qu’il s’agit de l’eau qui a gelé et qui est restée en cet état : « Considere le Cristal qui est en la roche, & tu connoistras que durant sa congelation la matiere d’iceluy estoit dedens les eaux, comme j’ay dit plusieurs fois : & quand les eaux sont troublées à cause des terres, la terre cherche toujours le bas comme la lie dans un poinson de vin : & de la vient que l’eau pure & impure se congelent toutes deux : mais la partie superieure sera de cristal pur & net, & l’inferieure sera d’un cristal trouble »38. Ainsi, en réalité, Palissy ne s’insurge pas contre les connaissances véhiculées par les textes anciens de manière générale, mais, ainsi qu’il a été souligné par J. Céard et rappelé par J. Ferdinand, contre le milieu qui, connaissant le latin, s’en servait pour paraître plus docte qu’il ne l’était vraiment39 : « […] il désire se confronter non seulement aux textes classiques – en particulier ceux de Vitruve et Pline l’Ancien –, mais aussi aux théoriciens modernes, tel Jérôme Cardan (1501-1576) un autre champion de la Pratique contre la Théorie, et aux autorités contemporaines en matière de philosophie naturelle, comme George Agricola (1494-1555) et Paracelse (1493-1541) »40.

  • 41 Biographie de Camille Flammarion établie par lui-même : Mémoires biographiques et philosophiques d’ (...)

21B2c. Camille Flammarion (1842-1925). Cet érudit est incontestablement la personnalité scientifique la plus marquante du xixe siècle dans le domaine de l’astronomie, plus précisément de l’astrométéorologie. Tempérament fougueux et prolixe, il marque par son activité intense l’astronomie de son époque ; celle-ci connaît alors un essor considérable grâce aux travaux de plusieurs astronomes, français ou étrangers, professionnels ou amateurs de haut niveau. Citons, par exemple, parmi les premiers, Jean-Baptiste Biot (1774-1862), et, parmi les astronomes-météorologues amateurs de haut niveau, Amédée Guillemin (1826-1893), qui sera au cœur de notre séminaire l’année prochaine et dont nous finissons la biographie. Devenu propriétaire par donation d’un pavillon à Juvisy-sur-Orge, Flammarion s’y installe et en fait un véritable observatoire, conservé malgré les vicissitudes du sort jusqu’à nos jours, il est aussi le fondateur de la Société astronomique de France (SAF), et de plusieurs associations savantes41.

  • 42 C. Flammarion, Les Merveilles célestes. Lectures du soir. Ouvrage illustré de trente planches, Pari (...)
  • 43 C. Flammarion, L’Atmosphère. Description des grands phénomènes de la nature. Ouvrage contenant 18 p (...)
  • 44 Paris, C. Marpon et E. Flammarion [s.d. : après 1883, date de l’éruption].

22Flammarion distingue clairement les réalités célestes des phénomènes atmosphériques. En effet, il consacre toute sa vie à l’étude du premier sujet ; en témoignent ses ouvrages d’astronomie particulièrement nombreux, tels que Les Merveilles célestes, l’Astronomie populaire, l’Histoire du ciel, La pluralité des mondes habités, le titre du dernier ouvrage lui ayant suggéré par les Entretiens sur la pluralité des mondes de Bernard Fontenelle, paru deux siècles plus tôt (1686)42. Malgré le goût affirmé pour l’astronomie, Flammarion ne délaisse pas la météorologie, il en traite dans des monographies spécialement conçues à cet effet, telles L’Atmosphère, qui connaîtra deux éditions (la seconde en grand format) et Les phénomènes de la foudre43. Il ne faut pas perdre de vue que cette globalité astrométéorologique correspond bien à celle dont témoignent les Météorologiques d’Aristote et la tradition ultérieure du Stagirite, au Moyen Âge et à la Renaissance. Camille Flammarion pousse davantage ce rapprochement en traitant également des tremblements de terre, sujet qui est aussi traité dans les Météorologiques, en le rattachant, d’une manière qui n’est plus de mise aujourd’hui, à l’astrométéorologie et, plus particulièrement, au cycle de l’eau. Tel est le cas de son opuscule sur L’éruption du Krakatoa et les tremblements de terre44.

  • 45 Le titre d’un autre ouvrage de Camille Flammarion, La Terre, la Lune et le Soleil. Extrait de l’Ast (...)
  • 46 Paris, Librairie académique Didier, 1877 (Le Monde physique).
  • 47 Ouvrage illustré de Photographies célestes, Vues télescopiques, Cartes et nombreuses Figures par P. (...)
  • 48 Illustré de 580 dessins télescopiques et 23 cartes, Paris, Gauthier-Villars et Fils, Imprimeurs-lib (...)
  • 49 L’idée que les planètes fussent habitées, en tout cas certaines d’entre elles, avait déjà été abord (...)
  • 50 Voir, entre autres, l’ouvrage capital d’Eugène Michel Antoniadi, La planère Mars, Paris, Hermann & (...)

23Tout en dissociant très clairement ses ouvrages d’astronomie de ceux qui portent sur la météorologie45, Camille Flammarion se permet parfois de monter quelques passerelles discrètes de l’une à l’autre, voire du ciel vers la Terre ou l’inverse, mais celles-ci sont d’ordre catégoriel plutôt qu’épistémologique. Ainsi, dans son ouvrage Les Terres du ciel, en pratiquant une métaphore, Flammarion prolonge le concept « Terre » sur les planètes, qu’il considère comme d’autres Terres, pouvant à ce titre être habitées par l’Homme. Ce prolongement est visible, déjà, dans le titre de la première édition : Les Terres du ciel. Description astronomique, physique, climatique, géographique des planètes qui gravitent avec la Terre autour du Soleil et de l’état probable de la vie à leur surface46. Il est accentué dans la deuxième édition, son titre en témoigne : Les Terres du ciel. Voyage astronomique sur les autres mondes et description des conditions actuelles de la vie sur les diverses planètes du système solaire47. Ainsi, cet ouvrage anticipe les recherches actuelles sur la possibilité de l’Homme d’habiter d’autres planètes. Camille Flammarion, en véritable pionnier, s’en était fait l’écho dans Les Terres du ciel, et, de manière encore plus significative, dans son ouvrage sur la planète Mars, qu’il pensait habitée par des Martiens, en se fondant notamment sur ce qu’on pensait être des « canaux » ; le titre est évocateur : La planète Mars et ses conditions d’habitabilité. Synthèse générale de toutes les observations. Climatologie, météorologie, aréographie, continents, mers et rivages, eaux et neiges, saisons, variations observées48. Ainsi que nous l’avons rappelé dans notre précédent rapport, le caractère erroné de cette hypothèse, déjà attestée auprès de Bernard Fontenelle49, a été définitivement montré par Eugène Michel Antoniadi (1870-1944), directeur adjoint de Camille Flammarion à l’Observatoire de Juvisy-sur-Orge et grand spécialiste de cette planète50.

  • 51 Ibid., « C2a. Aspects de la vulgarisation au xixe siècle », p. 89-90.
  • 52 C. Flammarion, Les Merveilles célestes. Lectures du soir. Troisième édition entièrement refondue. I (...)
  • 53 Ibid., Préface à la seconde édition, p. ii.
  • 54 L’ensemble de ses contributions astronomiques ont été reprises sous la direction de J.-A. Barral. L (...)

24L’œuvre de Camille Flammarion se caractérise par les traits suivants. (a) On y trouve la même volonté d’apprendre et de tout savoir , qui caractérise aussi l’époque de Flammarion ; ce désir pour une connaissance universelle se traduit à l’époque par le goût prononcé pour les découvertes scientifiques ; (b) cette universalité dans l’approche se traduit dans tous les domaines de l’astrométéorologie ; ainsi, Flammarion se lancera avec enthousiasme dans toutes les branches, encore inexplorées, de l’astronomie, qu’il relie encore à la météorologie, la connaissance des vents, des volcans, etc. ; (c) le savoir scientifique est pour Flammarion, comme pour son époque, un savoir technique, qui se distingue clairement d’un savoir théorique resté isolé ; (d) s’y ajoute le désir d’instruire qui, pour l’époque, se traduit par la vulgarisation des connaissances51 ; Flammarion porte une foi inébranlable aux progrès technologiques et aux avantages qu’ils apportent à l’amélioration du quotidien et, à plus long terme, à l’évolution de la société ; ils croient à la jeunesse, qui s’intéressera par ces connaissances et fera à son tour d’autres découvertes, prolongeant celles de leur époque. Ainsi, dans la troisième édition des Merveilles célestes, en 186952, en se référant à son époque, Flammarion parle en termes de « révélations scientifiques », de « découvertes positives », qui suscitent l’admiration, et d’« indépendance du progrès », cet ensemble faisant « la gloire de notre époque » : « […] Donner le goût des saines études, c’est là notre fervent désir. Nous espérons que le succès de cet ouvrage aura servi à créer ou à développer ce goût si nécessaire dans les esprits qui s’ouvrent pour la première fois au spectacle des révélations scientifiques. Puissent les dix mille exemplaires répandus avec cette nouvelle édition allumer dans autant d’âmes le feu de l’admiration pour les découvertes positives qui font la gloire de notre époque et l’indépendance de son progrès ! »53. L’esprit de vulgarisation, pour Flammarion, fait de lui un digne héritier de François Arago (1786-1853)54, qui avait précisément introduit le concept d’« astronomie populaire ». Enfin, ajoutons que Camille Flammarion témoigne, de même que Bernard Palissy, d’un certain « romantisme » dans ses approches, avec, parfois, des accents lyriques bien prononcés.

Haut de page

Notes

1 Voir mes résumés d’enseignement « Les opuscules, corpus, scholies et schémas de logique dus à Jean Chortasménos (ca 1370-1431), étude et édition », dans Annuaire. Résumés des conférences et travaux, 150e année, 2017-2018, Paris, EPHE, SHP, 2019, p. 88-96 ; 151e année, 2018-2019, Paris, 2020, p. 79-84 ; 152e année, 2019-2020, Paris, 2021, p. 98-107 ; 153e année, 2020-2021, Paris, 2022, p. 99-102 ; 154e année, 2021-2022, Paris, 2023, p. 76-84 [abrégés : « Chortasménos » 1-5]. Voir aussi Id., « Pratiques de la citation et techniques codicologiques dans l’œuvre logique de Chortasménos : de l’œuvre-citation aux unités mobiles ou mixtes du corpus exégétique du Lovaniensis. Contribution à l’histoire de l’Organon à Byzance », dans M. Cacouros et J.-H. Sautel (éd.), Des cahiers à l’histoire de la culture à Byzance. Hommage à Paul Canart, codicologue (1927-2017), Louvain, Paris, Bristol (CT), Peeters, 2021 (Orientalia Lovaniensia Analecta 306, Bibliothèque de Byzantion 27), p. 49-80, et, en particulier, p. 49-50.

2 « Chortasménos » 5, p. 82.

3 Ibid., p. 80 pour les quatre premières citations, p. 80-81 pour la quatrième.

4 Ibid., p. 80.

5 Voir, par exemple, l’ouvrage classique de C. B. Schmitt, Aristotle and the Renaissance, Harvard (MA), Londres, Harvard University Press, 1983, traduit en français : C. Schmitt, Aristote et la Renaissance, trad. angl. et prés. L. Giard, Paris, PUF, 1992 (Épiméthée). Cf. les nombreux développements consacrés à l’aristotélisme à la Renaissance dans : C. B. Schmitt, Q. Skinner, E. Kessler (éd.), J. Kray (éd. ass.), The Cambridge History of Renaissance Philosophy, Cambridge, New York, Oakleigh, Cambridge University Press, 1988 [plusieurs réimpr.] ; B. P. Copenhaver, C. B. Schmitt, Renaissance Philosophy. A History of Western Philosophy, 3, Oxford, Boston, Oxford University Press, 1992, p. 201-263.

6 Voir, par exemple, E. Thouard (éd.), Aristote au XIXe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004, réimpr. 2019.

7 Voir les éléments fournis dans la suite, p. 111, 113-114.

8 M.-M. Fragonard, « Bernard Palissy : héritage de la science écrite et transmission des connaissances techniques », dans M. Roig (dir.), La Transmission du savoir dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles, Paris, Garnier, 2000, p. 27-42, et, en particulier, p. 36 ; voir réserves sur la suite de cette affirmation, reproduite dans la suite.

9 « Mais il [Aristote] est conservé dans quelques principes descriptifs qui peuvent être d’ailleurs transmis par ses disciples : ainsi de l’idée que l’univers est poreux […] » (ibid., p. 36-37). Pour nous, l’influence d’Aristote sur Palissy contrairement à ce que suggère ce passage, est plus étendue et, surtout, plus profonde que ne le laisse supposer ce passage, qui fait suite à celui cité supra dans notre texte.

10 P. Aubenque, Le problème de l’être chez Aristote. Essai sur la problématique aristotélicienne, Paris, PUF, 1962 (Bibliothèque de philosophie contemporaine), p. 5 : « Une première conclusion s’impose, qui va à l’encontre d’une erreur d’optique largement répandue : les commentateurs, même les plus anciens […], n’ont par rapport à nous aucun privilège historique […] ils n’étaient pas mieux placés que nous pour le comprendre. Comprendre Aristote autrement que les commentateurs, même grecs, ce n’est donc pas nécessairement le moderniser, mais peut-être s’approcher davantage de l’Aristote historique [suit le passage reproduit plus haut] ».

11 Aristote est un φυσικὸς ἀνήρ, il étudie donc ce qui relève de la φύσις, de la nature. Voir précisions dans notre rapport, Annuaire, 154e année, p. 88-89, signalé n. 15.

12 Voir P. Louis, Aristote. La découverte de la vie, Paris, Hermann et Cie, 1975 (Savoir 12). Sur la composition de ce corpus, voir nos travaux sur le sujet, par exemple, Scholarios exégète d’Aristote, lecteur de Métochite, traducteur d’ouvrages latins sur le Corpus aristotelicum. Première approche, 2e éd. (en grec, résumé en français aux p. 323-336), Athènes, Centre d’éditions patristiques, 2015 (Aristoteles byzantinus atque postbyzantinus), p. 22-28.

13 Biographies anciennes d’Aristote commodément réunies par I. Düring, Aristotle in the Ancient Biographical Tradition, Stockholm, Almqvist & Wiksell, 1957 (Studia Graeca et Latina Gothoburgensia 5), réimpr., New York, Garland, 1987 (Greek and Roman Philosophy 13). Parmi les multiples biographies modernes d’Aristote, voir : J. L. Ackrill, Aristotle the Philosopher, Oxford, New York, Toronto, Clarendon Press, Oxford University Press, 1981, p. 4 ; D. J. Allan, The Philosophy of Aristotle, Oxford, New York, Toronto, Melbourne, Oxford University Press, 2e éd., 1970 (plusieurs réimpr.), p. 3 ; J. Barnes, Aristotle, Oxford, New York, Oxford University Press, 1982 (Past Masters) [plusieurs réimpr.], p. 8; P. Louis, Vie d’Aristote (384-322 av. J.-C.), Paris, Éditions Hermann, 1990 ; R. Bodéüs, Aristote. Une philosophie en quête de savoir, Vrin, Paris, 2002 (Bibliothèque des philosophies).

14 Les deux disciplines, qui n’étaient pas distinguées à l’époque du Stagirite, constituent dans la recherche d’aujourd’hui l’« astrométéorologie ». En effet, l’espace astronomique et l’espace atmosphérique ne sont pas distingués dans l’Antiquité, à cause du fait que leur étude était au départ d’ordre empirique ; cette vision peu étanche de l’univers, qui, ajoutons-le, s’est prolongée dans la science occidentale jusqu’au xixe siècle, est rendue dans la recherche par le terme « astrométéorologie » ; voir : D. Parrochia, Essai sur le ciel et la cité, Paris, Champ Vallon, 1997 (Milieux), p. 19-20 ; C. Cusset, « Avant-propos », dans Id. (éd.), La météorologie dans l’Antiquité : entre science et croyance. Actes du colloque international interdisciplinaire de Toulouse, 2-4 mai 2002, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, Centre Jean Palerne, 2003 (Mémoires 25), p. 8 ; G. Aujac, « Les prévisions météorologiques en Grèce Ancienne », ibid., p. 13-25, et, en particulier, p. 13-14 ; cf. le titre adopté par W. Hübner dans sa contribution : « L’astrométéorologie dans l’Antiquité classique », ibid., p. 75-94 ; L. Taub, Ancient Meteorology, Londres, New York, 2003 (Routledge Series), p. 2.

15 Voir notre rapport dans Annuaire, 154e année, « C1. Physique aristotélicienne et astronomie dans les Météorologiques et l’exégèse de cet ouvrage », en particulier p. 88-89 ; ouvrage en voie d’achèvement sur l’exégèse néoplatonicienne et byzantine consacrée à cette espace intermédiaire entre l’espace céleste et l’atmosphère à proprement parler, voir nos comptes rendus d’activités.

16 Voir, entre autres : I. Perrin, « Les céramistes contemporains, héritiers de Bernard Palissy », dans Musée Bernard-Palissy. Collection céramique 1992-2002, Saint-Avit, Lacapelle-Biron, Les amis du musée Bernard-Palissy, 2002, p. 139-142 et, en particulier, p. 139 ; F. Barbe, A. Bouquillon, A. Gerbier, « Introduction », Techné, 47 (2019) = F. Barbe, A. Bouquillon, T. Crépin-Leblond, A. Gerbier [dir.], Bernard Palissy : nouveaux regards sur la céramique française aux XVIe et XVIIe siècles [mis en ligne le 1er juin 2020], p. 6-15, où l’on signale : « La démarche actuelle n’a naturellement plus rien à voir avec celle des siècles précédents, où l’on jugeait arbitrairement qu’un plat offrant une faible qualité de moulage ne pouvait raisonnablement pas être sorti de l’atelier du maître, mais de celui d’“imitateurs” ou de “suiveurs”. Cette démarche a conduit à retirer à l’artiste un nombre toujours plus important de pièces, pour augmenter d’autant le groupe des céramiques attribuées aux ateliers de Fontainebleau ou d’Avon, à la Normandie ou à la Saintonge. Il n’est plus question aujourd’hui de soustraire à Palissy, mais plutôt de s’intéresser, pour sa propre valeur, à cette étonnante production de céramiques à glaçure plombifère et à décor moulé en relief dont on ignore à peu près tout, une fois dégagée de l’aura de Palissy » (p. 7) ; A. Gerbier, « Trois décennies d’études palisséennes : apports d’une approche interdisciplinaire », ibid., p. 17-25, où l’auteur précise : « Le mythe Palissy s’est construit dans le dernier tiers du xviiie siècle et au xixe siècle, s’appuyant sur une première réédition de son œuvre écrite établie en 1777 […], suivie au siècle suivant d’au moins deux nouvelles éditions […], alors même que les œuvres de Palissy – ou plutôt celles qu’on lui attribuait à l’époque – ont fait l’objet d’un engouement sans précédent sur le marché de l’art au xixe siècle, suscitant une importante production d’imitations, ce n’est pas tant le céramiste ou l’artiste que le protestant, l’autodidacte ou l’artisan polyvalent qui ont, dans un premier temps, fait l’objet d’appropriation par les courants intellectuels romantiques, protestants ou encore républicains. Ainsi façonnée, la légende de Bernard Palissy a été progressivement déconstruite ces trente dernières années, à l’aune des découvertes archéologiques, des nouvelles synthèses d’histoire de l’art et des analyses scientifiques » (p. 17) et « […] se dégagent quelques axes de recherches forts. L’engouement autour de Bernard Palissy s’est d’abord traduit [dans les années 1987-2018] par une réévaluation de ses écrits, débarrassés des commentaires du xixe siècle » (p. 21) ; J. Denis-Dupuis, « Sur les traces des producteurs de céramiques à glaçure plombifère et à décor moulé des règnes de Henri IV et de Louis XIII », ibid., p. 101-115, notamment « La fin de la légende palisséenne », p. 101-104. Voir aussi n. 17 sur la légende des meubles de Palissy. Parmi les principales biographies qui ont été consacrées à Palissy au xixe s., citons les suivantes : C. Duplessy, Étude sur la vie et les travaux de Bernard Palissy, précédée de quelques recherches sur l’histoire de l’art céramique, Nîmes, Typographie C. Durand Belle, 1855 ; L. Audiat, Bernard Palissy. Étude sur sa vie et ses travaux, Paris, Libraire Académique Didier et Cie, 1868 ; E. Muller, Bernard Palissy, Paris, Librairie Hachette, 1882 (Bibliothèque des écoles et des familles), 2e éd., réimpr. [avec mise en page différente] dans, Paris, BNF, 2016 (Collection XIX) ; E. Dupuy, Bernard Palissy. L’Homme. L’Artiste. Le Savant. L’Écrivain, Paris, Ancienne Librairie Lecène, Oudin et Cie, 1894, nouv. éd. rev. et corr., Paris, Société française d’imprimerie et de librairie, 1902.

17 La connaissance des techniques mises en place par Bernard Palissy pour la fabrication de la céramique blanche et de l’émail a connu un essor important grâce à la découverte de son atelier lors des travaux effectués dans le cadre du « Grand Louvre », voir infra, p. 108-109 et n. 23-25. Suivant une tradition largement véhiculée et amplement représentée jusqu’à nos jours (images populaires, manuels d’école, ouvrages de vulgarisation), lors de ses essais de produire de la porcelaine, particulièrement longs et tourmentés, Palissy, à court de bois pour ses fours, aurait brûlé les meubles de sa maison (voir M.-M. Fragonard, « Les meubles de Palissy : biographies d’artiste, légende et mythes », dans F. Lestringant (dir.), Bernard Palissy 1510-1590. L’écrivain, le réformé, le céramiste. Journées d’études, 29-30 juin 1992, Niort, Abbaye-aux-Dames, Mont-de-Marsan, Éditions Interuniversitaires, Albineana, Cahiers d’Aubigné, 1992, p. 25-37 [réimp. 2002, diffusion aux Éditions Honoré Champion]). La statue de Palissy, considéré comme père de la céramique, par Louis-Ernest Barrias (1841-1905), domine l’entrée au Musée national de céramique, à Sèvres (sur l’original, en plâtre, de cette statue en bronze, voir J.-C. Plaziat « L’identification des moulages des coquilles fossiles et des organismes actuels des rustiques figulines : un apport naturaliste à la caractérisation des ateliers successifs de Palissy et de ses émules », Techné, 47 [2019] [cité n. 16], p. 164-191 et, en particulier, p. 164-165, avec fig. 1). Voir les titres suivants, de même que ceux des n. 19-26 : K. Cameron, « L’originalité de Bernard Palissy », ibid., p. 133-143 ; J.-P. Poirier, Bernard Palissy, le Secret des émaux, Paris, Pygmalion, Flammarion, 2008 ; J. Ferdinand, Bernard Palissy artisan des réformes entre art, science et foi, Berlin, Boston, De Gruyter, 2019 (European Identities and Transcultural Exchange. Studies in Art History), « Questions de technique et d’iconographie », p. 235-249.

18 Présentation de l’éditeur dans J.-P. Poirier, Bernard Palissy [cité n. 17], p. [I].

19 Sur les figulines de Palissy, voir : D. Poulain, « Bernard Palissy : sources du répertoire décoratif de l’atelier des Tuileries », dans F. Lestringant (dir.), Bernard Palissy 1510-1590 [cité n. 17], p. 187-199 et, en particulier,« Les “Rustiques” », p. 190-192 et 199 ; J.-P. Poirier, Bernard Palissy [cité n. 17], « VIII. Les rustiques figulines », p. 87-96 ; M.-L. Demonet, « Style rustique et “figulines” littéraires : Rabelais, Palissy, Montaigne. Vices de style et défauts esthétiques », Paris, 2014 <halshs-01305913> ; J. Ferdinand, Bernard Palissy [cité n. 17], « Les “rustiques figulines” au fil des siècles », p. 1-16 ; sur les moulages faits d’après nature, voir : A. Gerbier, « Du modèle au tirage : le moulage dans l’œuvre de Bernard Palissy », Technè, 47 (2019) [cité n. 16], p. 41-46 ; A. Courcelle, V. Picur, « Les grands moules en plâtre du fonds Palissy conservés au musée national de la Renaissance, Écouen », ibid., p. 47-65 ; J. Ferdinand, Bernard Palissy, « Questions de technique et d’iconographie » [cité n. 17], p. 235-249 ; R. Dittmann, Naturerkenntnis und Kunstschaffen. Die Discours admirables von Bernard Palissy. Übersetzung und Kommentar. Dissertation an der Humboldt-Universität zu Berlin, Kultur-, Sozial- und Bildungswissenschaftliche Fakultät 2014, De Gruyter, Berlin, Boston, 2016, et, en particulier, « Die Bassins rustiques », p. 404-409 ; J.-C. Plaziat, « L’identification des moulages des coquilles fossiles et des organismes actuels des rustiques figulines » [cité n. 17], p. 164-165 [avec référence à la statue de Palissy par Ernest Barrias, voir n. 17], voir aussi ibid., p. 166-175. Cf. P. H. Smith, « Experimenting in the Material World and on Paper in sixteenth-century France », Techné, 47 (2019) [cité n. 16], p. 26-40, notamment la recette de « Serpents à mouler » d’après l’auteur anonyme du texte conservé dans le ms. Fr. 640, BNF, ibid., p. 31.

20 R. Dittmann, Naturerkenntnis und Kunstschaffen [cité n. 19], en particulier, « Mineralienimitationen », p. 397-404.

21 Voir, entre autres : C. Gendron, « Les imitateurs de Bernard Palissy au xixe siècle », dans F. Lestringant (dir.), Bernard Palissy 1510-1590 [cité n. 17], p. 201-205 ; I. Perrin, « Les céramistes contemporains, héritiers de Bernard Palissy » [cité n. 16], p. 139-142 [sur la production tourangeaise et parisienne de type palisséen à partir de 1850, voir p. 139-140] ; [s. n.], « Les suiveurs de Bernard Palissy », ibid., p. 145-148 ; C. Viennet, P. Starosta, Bernard Palissy et ses suiveurs du XVIe siècle à nos jours, Paris, Faton, 2010. Il est intéressant de noter que les fouilles archéologiques effectuées sur le site des Tuileries de 1984 à 1987 (voir suite, p. 108-109 et n. 23-24) ont permis « de faire le point sur la part d’héritage et d’influence aussi bien technique que stylistique de Palissy sur l’ensemble de cette production que l’on attribuait jusqu’ici à de supposés “suiveurs” ou “continuateurs” qui n’auraient fait que reproduire pendant plusieurs décennies des modèles créés par le maître potier » et que « Techniquement, les œuvres produites sous les règnes de Henri IV et de Louis XIII n’ont rien de comparable [avec celles de Palissy]. Elles ne font que reproduire une recette beaucoup plus simple dont les couleurs sont obtenues à l’aide d’une glaçure plombifère transparente colorée par des oxydes métalliques » (J. Denis-Dupuis, « Sur les traces des producteurs de céramiques à glaçure plombifère et à décor moulé des règnes de Henri IV et de Louis XIII » [cité n. 16], p. 101-115 pour le développement [citations supra des p. 101, 104] ; voir aussi Ead., « Corpus des céramiques post-palisséennes de provenance ancienne », ibid., p. 116-127 ; A. Bouquillon, « Les céramiques post-palisséennes de provenance ancienne dans les collections françaises : analyse des glaçures », ibid., p. 144-163 ; J.-C. Plaziat, « L’identification des moulages des coquilles fossiles et des organismes actuels des rustiques figulines » [cité n. 17] : « […] l’idée contestable de “continuateurs” ou de “suiveurs”, élèves directs et héritiers fidèles d’une “école palisséenne” […] » (p. 165, voir aussi p. 191) et, bien sûr, le passage de F. Barbe, A. Bouquillon, A. Gerbier, « Introduction », p. 7 [cité n. 16].

22 Voir la suite de la présentation, p. 108-109 et n. 23-25.

23 Voir, entre autres, J. Clémens, « Le troglodytisme imaginaire de Bernard Palissy », dans F. Lestringant (dir.), Bernard Palissy 1510-1590 [cité n. 17], p. 105-117 ; J.-P. Poirier, Bernard Palissy [cité n. 17], ibid., « IX. La grotte rustique du Connétable », p. 97-106 ; F.-G. Theuriau, La grotte rustique de Bernard Palissy. Le projet inachevé d’Écouen, Éditions universitaires européennes, [version informatique] 2011. Cf. P. H. Smith, « Experimenting in the Material World and on Paper in sixteenth-century France » [cité n. 19], notamment chapitre « Life casting and Grottos », p. 33-35.

24 Voir surtout : D. Poulain, « Bernard Palissy : sources du répertoire décoratif de l’atelier des Tuileries », dans F. Lestringant (dir.), Bernard Palissy 1510-1590 [cité n. 17], p. 187-199 et 12 pl. (27 fig.), [p. 187 pour la citation] ; Y. de Kisch, « Palissy : une réapparition archéologique », ibid., p. 183-186 et 4 pl. (8 fig.) ; A. Gerbier, « Trois décennies d’études palisséennes : apports d’une approche interdisciplinaire » [cité n. 16], p. 18-21 : « L’événement qui donne un nouvel élan aux études palisséennes au xxe siècle est sans conteste la fouille, à partir de 1985, de l’atelier du céramiste localisé dans le jardin des Tuileries […] En 1984-1986, les équipes d’Yves de Kisch et de Pierre-Jean Trombetta sondent une zone au sud-ouest de l’arc de triomphe du Carrousel, puis, en 1984-1990, c’est au tour d’archéologues conduits par Paul van Ossel de découvrir, entre autres, un important dépotoir. On peut dès lors reconstituer un véritable complexe artisanal, remploi d’anciens ateliers de tuiliers, composé d’un four d’émailleur, de dépotoirs, d’espaces de stockage avec, comme accolée à la structure, une fontaine de rocaille […] » (p. 18-19) ; A. Courcelle, V. Picur, « Les grands moules en plâtre du fonds Palissy conservés au musée national de la Renaissance, Écouen », ibid., p. 47-65 et, en particulier, p. 47 : « Entre 1983 et 1990, les fouilles du jardin des Tuileries […] confirmèrent l’existence d’ateliers de céramique de tuiliers dans la cour du Carrousel, dont celui utilisé par Bernard Palissy pour modeler et cuire les divers éléments de la grotte des Tuileries. Les fouilles ont livré un important corpus palisséen composé de plusieurs ensembles : les petits et grands moules en plâtre, les moules en terre cuite, les tirages glaçurés ou non, les éléments de vaisselle, les carreaux et de nombreux fragments liés aux techniques de fabrication » ; J. Denis-Dupuis, « Sur les traces des producteurs de céramiques à glaçure plombifère et à décor moulé des règnes de Henri IV et de Louis XIII », p. 101, où l’on précise aussi : « Le compte rendu des fouilles démontre que la durée d’utilisation de cet atelier se situe entre 1565-1566 et 1584-1590, mais pas au-delà » (ibid.). Ces pièces sont conservées au Musée national de la Renaissance (Écouen).

25 Y. de Kisch, « Palissy : une réapparition archéologique » [cité n. 24], p. 184 et 186 [citations].

26 « […] B. Palissy n’est pas cet artiste provincial isolé qui n’aurait produit que des “rustiques figulines”. Il est au contraire en prise directe avec son temps. Même si les pièces d’orfèvrerie de terre sont moins représentées que les autres et ne constituent qu’une production virtuelle, elles n’en témoignent pas moins des courants artistiques du dernier tiers du xvie siècle, et plus précisément des échanges dans le milieu de l’orfèvrerie parisienne sous le règne de Charles X » (D. Poulain, « Bernard Palissy : sources du répertoire décoratif de l’atelier des Tuileries » [cité n. 24], p. 199). Voir aussi infra, p. 109-112.

27 Notre approche portera sur la (1) Recette véritable (1563) et, surtout, les (2) Discours admirables (1580), particulièrement riches en leçons de philosophie naturelle. Contentons-nous d’en donner un bref aperçu bibliographique. Éditions isolées de ses ouvrages : (1a) Recepte véritable par laquelle tous les hommes de la France pourront apprendre à multiplier et augmenter leurs thrésors : Item ceux qui n’ont jamais eu cognaissance des lettres pourront apprendre une philosophie nécessaire à tous les habitans de la terre. Item en ce livre est contenu le dessein d’un jardin délectable. Item le dessein et ordonnance d’une ville de forteresse la plus imprenable qu’homme ouyt jamais parler, La Rochelle, chez B. Berton, 1563 ; (1b) Recette véritable, La Rochelle, B. Berton, rééd. et préf. F. Lestringant, texte établi et annoté par F. L. et C. Barataud, Paris, Macula, 1996 ; (1c) Bernard Palissy, Recepte veritable, 1563, éd. K. Cameron, Genève, Droz, 1988 ; dernière édition dans (3d) Œuvres complètes de Palissy, voir suite. (2a) B. Palissy, Discours admirables, de la nature des eaux et fonteines, tant naturelles qu’artificielles, des metaux, des sels & salines, des pierres, des terres, du feu & des emaux. Avec plusieurs autres exclellens secrets des choses naturelles. Plus vn traité de la marne, fort vtile & necessaire, pour ceux qui se mellent de l’agriculture. Le tout dressé par dialogues, esquels sont introduits la theorique & la pratique, Paris, chez Martin le Jeune, 1580 ; dernière édition dans (3d) Œuvres complètes de Palissy. — Éditions des œuvres complètes de Palissy. (3a) Œuvres de Bernard Palissy revues sur les exemplaires de la Bibliothèque du Roi ; avec des notes par M. Faujas de Saint Fond, et des additions par M. Gobet, Paris, chez Ruault, 1777 ; (3b-1) A. France [éd.], Les œuvres de Bernard Palissy. Publiées d’après les Textes Originaux, avec une Notice Historique et Bibliographique et une Table Analytique, Paris, Frères Charavay, 1840 réimpr. (3b-2) Genève, Slatkine, 1969 (Slatkine Reprints) ; (3c-1) P.-A. Cap [éd.], Œuvres complètes de Bernard Palissy. Édition conforme aux textes originaux imprimés du vivant de l’auteur avec des notes et une notice historique par […], Paris, J.-J. Dubochet et Cie Éditeurs, 1844 ; (3c-2) [reprise de cette édition en 1961], Nouveau tirage augmenté d’un Avant-Propos de M. J. Orcel, professeur de minéralogie au Museum national d’histoire naturelle, Paris, Librairie scientifique et technique Albert Blanchard, 1961 ; (3d) Œuvres complètes, 1, K. Cameron, J. Céard, M.-M. Fragonard, M.-D. Legrand, F. Lestringant, G. Schrenck (éd.), M.-M. Fragonard (dir.), 2e éd. revue et augm., Paris, Honoré Champion, 2010. Dans la suite, les références se feront à 3c-1 / 3c-2 et 3d pour la Recette véritable ; à 2a, 3c-1 / 3c-2 pour les Discours admirables ; texte dans tous les cas d’après 3d, avec un regard sur 2a et 3c-1 / 3c-2 pour les Discours admirables et sur 3c-1 / 3c-2 pour la Recette véritable. — Bibliographies palisséennes. P.-J. Trombetta « Bibliographie palysséenne », dans F. Lestringant (dir.), Bernard Palissy 1510-1590 [cité n. 17], p. 207-234, notamment « Les œuvres : éditions et manuscrits », p. 209-210 ; V. Rousseau, « État de la bibliographie depuis 2009 », Techné, 47 (2019) [cité n. 16], p. 231-237 ; 3d, Œuvres complètes de Palissy, éd. K. Cameron, J. Céard, M.-M. Fragonard, M.-D. Legrand, F. Lestringant, G. Schrenck, p. 586-605. Traduction en allemand par R. Dittmann, Naturerkenntnis und Kunstschaffen [cité n. 19].

28 Développement et bibliographie dans l’étude sur l’eau au sein de l’œuvre de Palissy dans notre séminaire de 2023-2024. Nous nous contenterons dans la suite de quelques titres se rapportant aux connaissances de Palissy en géologie, minéralogie et paléontologie : A. B. Hanschmann, Bernard Palissy der Künstler, Naturforscher und Schriftsteller als Vater der induktiven Wissenschaftsmethode des Bacon von Verulam. Mit der Darstellung der Induktionstheorie Francis Bacons und John Stuart Mills, sowie einer neuen Erkenntnistheorie, nebst dem Bildnisse Palissys nach dessen eigner Fayence. Ein Beitrag zur Geschichte der Naturwissenschaften und der Philosophie, Leipzig, Dieterich’sche Verlagsbuchhandlung, Theodor Weicher, 1903 ; J. Orcel, « Avant-Propos », en tête de 3c-2, Œuvres complètes de Palissy, éd. P.-A. Cap, reprise 1961 ; M.-M. Michel, Palissy hydrologue et géologue. Étude historique et critique, Bordeaux, Delmas, 1951 ; M. T. Zanola, « La rhétorique du dialogue scientifique : l’œuvre de Bernard Palissy », dans G. Maiello (éd.), Il dialogo come tecnica linguistica e struttura letteraria, Naples, Edizioni Scientifiche Italiane, 2008, p. 147-167, en particulier p. 154-155 ; J.-C. Plaziat, « L’importance des coquilles fossiles du Tertiaire parisien dans l’œuvre scientifique et artistique de Bernard Palissy, à la fin du seizième siècle », dans G. Gohau (éd.), De la géologie à son histoire. Ouvrage édité en hommage à François Ellenberger, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1997, p. 15-24 ; Id., « Bernard Palissy à Venteuil en Champagne : un épisode essentiel d’une biographie démythifiée. La montagne de Reims depuis l’origine de la paléontologie et de la géologie françaises (1580-2007) », Études marnaises, 124 (2009), p. 53-111 ; Id., « Bernard Palissy (1510-1590), un authentique géologue ? Près de 500 ans d’incompréhension, entre oublis et réhabilitation au premier rang des précurseurs de la géologie », Géochronique, 115 (2010), p. 11-15 ; Id., « Bernard Palissy (1510-1590), près de trois siècles de malentendus de la part des géologues, qu’il convient de dissiper à l’occasion de son 500e anniversaire », Travaux du Comité français d’histoire de la géologie, 3e série, 24, 7 (2010) [séance du 8 décembre 2010], p. 131-151 ; 3d, Œuvres complètes de Palissy, éd. K. Cameron, J. Céard, M.-M. Fragonard, M.-D. Legrand, F. Lestringant, G. Schrenck [titre dans n. 27], p. 254 ; J.-C. Plaziat, “Bernard Palissy (1510-1590) and the French geologists: a critical reappraisal concerning the founding naturalist and his rustic ceramics », Bulletin de la Société géologique de France, 182, 3 (2011), p. 255-267 ; J. Ferdinand, Bernard Palissy [cité n. 17], p. 42 ; R. Dittmann, Naturerkenntnis und Kunstschaffen [cité n. 19], et, en particulier, « Salze und Kristalle », p. 373-380 et « Bernard Palissys geologisches Modell », p. 380-390 ; H. Hirai,« Le concept de semence dans les théories de la matière à la Renaissance de Marcile Ficin à Pierre Gassendi », Turnhout, Brepols, 2005 (De diversis artibus), chapitre 12. « Bernard Palissy » (dans le cadre plus général de l’étude des « Idées chymiques dans la science minérale »), p. 327-346 ; J.-C. Plaziat, « L’identification des moulages des coquilles fossiles et des organismes actuels des rustiques figulines » [cité n. 17], p. 164-191 : « Bernard Palissy, céramiste exceptionnellement inventif, est aussi connu comme un savant naturaliste de premier plan, dont les écrits (Palissy, 1563, 1580) sont riches en découvertes et innovent dans bien des domaines. Il est distingué, en particulier, depuis le xviiie siècle, comme un véritable précurseur de la géologie scientifique, internationalement reconnu à ce titre par les pétrographes, les paléontologues et les pédologues d’aujourd’hui » (p. 164).

29 J. Céard, « Bernard Palissy et l’alchimie », dans F. Lestringant (dir.), Bernard Palissy 1510-1590 [cité n. 17], p. 155-166.

30 Recherche des causes des phénomènes physiques observés. Palissy signale à propos du sol dans le bec d’Ambez : « Aussi sçay-je bien que la terre qui fait division entre la Dourdongne & la Garonne, fait une pointe entre Bordeaux & Blaye, là où les deux rivieres se rencontrent, laquelle pointe, viz à viz de Bourc, l’on appelle le bec d’Ambez. Je me suis trouvé quelquefois en laditte pointe où il y à plusieurs maisons ou metairies, lesquelles sont fondees sur la terre, parce que s’ils creusoyent par faire fondement, ils trouveroyent l’eau qui les empescheroit de bastir, & ne faut douter qu’il n’y aye un grand pays de ladite pointe qui est soutenu par les eaux d’un bout, & de l’autre bout elle est arrestée par les terres fermes devers le costé du haut pays […] je voyois aussi qu’au mois d’Aoust & de Septembre, les terres de laditte pointe sont fendues de fentes si grandes que bien souvent la jambe d’un homme y pourroit entrer […] » (Discours Admirables, « Du mascaret », 2a, éd. 1580, p. 80-81 = 3c-1 / 3c-2, éd. P.-A. Cap, p. 187 = 3d, éd. K. Cameron, J. Céard, M.-M. Fragonard, M.-D. Legrand, F. Lestringant, G. Schrenck, p. 316 [voir références dans n. 27] ; cf. le commentaire suivant : « […] au confluent de la Dordogne et de la Garonne. Aux mois d’août et de septembre, ajoute-t-il, les terres y ont de telles fentes, que souvent la jambe d’un homme y pourrait entrer. La cause, il la voit, mais à tort, dans un air renfermé au sein de notre globe qui tendrait à s’échapper », L. Audiat, Bernard Palissy [cité n. 16], p. 26). Autre exemple, à propos des fièvres qui déciment les habitants du pays de Bigorre : « C’est chose certaine qu’il y a des fonteines qui donnent les fievres à ceux qui en boyvent. Je n’ay iamais veu venir estranger au pays de Bigorre pour y habiter, que bien tost apres n’ayt pris les fievres. L’on voit audit pays grand nombre d’hommes & femmes qui ont la gorge grosse comme les deux poings ; & est chose toute certaine que les eaux leur causent ce mal, soit par la froidure des eaux ou par les mineraux par où elles ont passé » (Discours Admirables, « Des eaux et fonteines », 2a, éd. 1580, p. 20 = 3c-1 / 3c-2, éd. P.-A. Cap, p. 81 = 3d, éd. K. Cameron, J. Céard, M.-M. Fragonard, M.-D. Legrand, F. Lestringant, G. Schrenck, p. 270 (et n. 56) ; commenté dans L. Audiat, Bernard Palissy [cité n. 16], p. 30).

31 Voir M.-M. Fragonard, « Bernard Palissy : héritage de la science écrite et transmission des connaissances techniques » [cité n. 8], p. 29, où l’auteur souligne à juste titre : « Or Palissy proclame haut et fort qu’il n’est pas un lettré, qu’il ne sait pas les langues anciennes, qu’il n’a pas appris des livres des savants. Il a pratiqué bien sûr des traductions, certaines très présentes et identifiables, ainsi bien sûr que les premiers ouvrages de vulgarisation scientifique en français sur l’architecture, l’agronomie, la médecine, l’alchimie. Être indocte en latin et en grec ne veut pas dire ne rien lire et ne rien savoir […] Contre l’univers des autorités livresques, il adopte une énonciation étrange, entre dédain et agressivité », voir aussi ibid., p. 30-31, 33-35 ; M. T. Zanola, « La rhétorique du dialogue scientifique : l’œuvre de Bernard Palissy » [cité n. 27], p. 155 ; J. Ferdinand, Bernard Palissy [cité n. 17], « La critique de la théorie dans les œuvres de Palissy », p. 42-45, où auteur commente le passage suivant de Palissy : « Veux tu que je te dise le livre des philosophes, où j’ay appris ces beaux secrets ? Ce n’a esté qu’un chaudron à demy plein d’eau [...] », en faisant remarquer que « ce ton sarcastique, qui vise les “philosophes”, c’est-à-dire les théoriciens convaincus qu’il n’y a “rien de bon s’il ne vient des Latins”, est fréquemment employé dans les Discours lorsque le céramiste veut dénoncer un savoir erroné, et dans la Recepte à propos du clergé et de la religion catholique. La conviction d’être sur le droit chemin de la connaissance s’exprime clairement dans cette affirmation : “Je suis tout certain que je gagneray contre toy et contre tous ceux qui sont de ton opinion, fut ce Aristote et tous les plus excellents Philosophes qui furent iamais : car ie suis tout asseuré que mon opinion est veritable”. Ce passage souligne combien Palissy se montra radical dans son affirmation de la supériorité absolue de la Pratique. » (ibid., p. 44).

32 Intérêt de Palissy pour l’homme. Palissy signale : « Les pays de Xaintonge, Gascongne, Agenes, Quercy, & le pays devers Toloze, sont fort sujets ausdits vers, & y à peu d’enfans qui en soyent exempts : à cause que les fruits desdits pays sont fort doux. Je le di parce que les medecins de Paris m’ont attesté que c’estoit chose rare de trouver des vers és enfans dudit lieu : toutesfois és pays des Ardennes ils y sont fort sujets. Je ne sçay si c’est à cause de la bierre, ou des laitages. Je ne puis rendre tesmoignage sinon des pays que j’ay frequentez » (Discours Admirables, « Des sels divers », 2a, éd. 1580, p. 172-173 = 3c-1 / 3c-2, éd. P.-A. Cap, p. 247 = 3d, éd. K. Cameron, J. Céard, M.-M. Fragonard, M.-D. Legrand, F. Lestringant, G. Schrenck, p. 403 ; commenté dans L. Audiat, Bernard Palissy [cité n. 16], p. 27 : « Aux environs de Toulouse, dans l’Angenois, dans le Quercy, ce qui le frappe (p. 247), c’est le nombre des enfants victimes de vers. D’après lui, les fruits savoureux et doux de ce pays engendrent ces insectes malfaisants » ; voir aussi la seconde citation de la précédente note.

33 Préservation de la nature soutenue par Palissy. Celui-ci commente très sévèrement la déforestation, qui était une pratique particulièrement lucrative : « […] et ne la puis appeler faute : mais une malediction, et un mal-heur à toute la France, parce qu’apres que tous les bois seront coupez, il faut que tous les arts cessent, et que les artisans s’en aillent paistre l’herbe, comme fit Nabuchodonozor. Je voulus quelque fois mettre par estat les arts qui cesseroyent, lors qu’il n’y auroit plus de bois : mais quand j’en eu escrit un grand nombre, je ne seu jamais trouver fin à mon escrit, et ayant tout consideré, je trouvay qu’il n’y en avoit pas un seul, qui se peust exercer sans bois, et que quand il n’y auroit plus de bois, qu’il faudroit que toutes les navigations et pescheries cessassent, et que mesme les oiseaux et plusieurs especes de bestes, lesquelles se nourrissent de fruits, s’en allassent en un autre Royaume, et que les boeufs, ni les vaches, ni autres bestes bovines ne serviroyent de rien au pays où il n’auroit point de bois » (Récepte véritable, 3c-1 / 3c-2, éd. P.-A. Cap, p. 89 = 3d, éd. K. Cameron, J. Céard, M.-M. Fragonard, M.-D. Legrand, F. Lestringant, G. Schrenck, p. 194-195 ; commenté dans L. Audiat, Bernard Palissy [cité n. 16], p. 37 : « De bonne heure il avait arrêté ses regards sur les forêts et avait compris leur importance dans l’économie générale de l’univers. Il les aime parce qu’elles sont l’œuvre du Créateur et l’ornement de la terre. Il s’indigne qu’on coupe, qu’on déchire ces hautes futaies, qu’on les arrache sans songer au dommage qui en résulte pour l’avenir. Cette destruction est un malheur (p. 89) et une malédiction pour toute la France. Car enfin, quand tous les bois seront coupés, il faudra que “les artisans s’en aillent paistre l’herbe comme fit Nabuchodonosor.” […] Palissy voudrait qu’on fût contraint de semer de glands, de noyers, de châtaigniers, certaines parties de la terre, ce qui serait un bien public et un revenu considérable ».

34 K. Cameron, J. Céard, M.-M. Fragonard, M.-D. Legrand, F. Lestringant, G. Schrenck, « Introduction », dans 3d, Œuvres complètes de Palissy [cité n. 27], p. 33-34.

35 Ibid., p. 34.

36 Les auteurs de l’Introduction signalent à propos de l’emploi réservé à Aristote et, en particulier, aux Météorologiques : « […] il y a des assertions qu’on pourrait lui rendre. Figurent dans les Meteorologica […] et quelques autres. Mais on peut les lire ailleurs que dans Aristote, qui a été très recopié » (ibid., p. 34). Voir aussi paragraphe suivant dans notre développement.

37 Discours Admirables, 2, éd. 1580, p. 254 = 3d, éd. K. Cameron, J. Céard, M.-M. Fragonard, M.-D. Legrand, F. Lestringant, G. Schrenck, p. 469.

38 Discours Admirables, 2, éd. 1580, p. 253 = 3c-1 / 3c-2, éd. P.-A. Cap, p. 253 = 3d, éd. K. Cameron, J. Céard, M.-M. Fragonard, M.-D. Legrand, F. Lestringant, G. Schrenck, p. 467 ; κρύσταλλος signifie en grec « eau glacée » ; voir les passages grecs anciens commodément réunis sur le cristal par I. Bardiès-Fronty, « Κρύσταλλος. Krystallos », dans Voyage dans le cristal, sous la direction scientifique de I. Bardiès-Fronty et de S. Pennec, Paris, Réunion des musées nationaux, musée de Cluny, 2023, p. 114-131.

39 « N’ayant pas pu lire directement les auteurs classiques car il ignorait le latin, il s’appuyait sur le savoir détenu par les doctes, connaisseurs des “Grecs et Latins” » (J. Ferdinand, Bernard Palissy [cité n. 17], p. 39 et n. 111, avec référence aux travaux de J. Céard).

40 J. Ferdinand, Bernard Palissy [cité n. 17], p. 43. Sur la rhétorique du dialogue entre théorie et pratique dans les œuvres de Palissy, voir M. T. Zanola, « La rhétorique du dialogue scientifique : l’œuvre de Bernard Palissy » [cité n. 28, p. 155 sq. ; K. Cameron, J. Céard, M.-M. Fragonard, M.-D. Legrand, F. Lestringant, G. Schrenck, « Introduction », en particulier le développement « Comment inventer un discours de l’expérience », dans 3d, Œuvres complètes de Palissy [cité n. 27], p. 24-25.

41 Biographie de Camille Flammarion établie par lui-même : Mémoires biographiques et philosophiques d’un astronome, Paris, Ernest Flammarion Éditeur, 1911 [réimpr. 2010] = Les mémoires d’un astronome, préf. L. Weill, Paris, Jacques-Marie Laffont Éditeur, 2015 (Brevan) [mise en page différente]. Biographies et études récentes sur Camille Flammarion : D. Chaperon, Camille Flammarion entre astronomie et littérature, Paris, Imago, 1998 ; P. de la Cotardière, P. Fuentes, Camille Flammarion, Paris, Flammarion, 2001 (Grandes biographies). Plusieurs nécrologies lors de sa mort, dont celle de E. Touchet, « La Vie et l’œuvre de Camille Flammarion », L’Astronomie, 9 (1923), p. 341-365.

42 C. Flammarion, Les Merveilles célestes. Lectures du soir. Ouvrage illustré de trente planches, Paris, Hachette et Cie, 1865 [1re éd.] (Bibliothèque des merveilles) ; Astronomie populaire. Description générale du ciel, Paris, C. Marpon et É. Flammarion Éditeurs, 1880 ; Histoire du ciel. Dessins par Bennet, nouv. éd., Paris, J. Hetzel et Cie, 1883 (Bibliothèque d’éducation et de récréation) ; La pluralité des mondes habités. Étude où l’on expose les conditions d’habitabilité des terres célestes et de la philosophie naturelle, Paris, Ernest Flammarion Éditeur, 1883 ; l’ouvrage de Bernard Fontenelle auquel renvoie le titre adopté par Flammarion est : Entretiens sur la pluralité des mondes, Paris, chez la veuve C. Blageart, Court-neuve du Palais, au Dauphin, M. DC. LXXXVI [ouvrage consulté sur gallica.bnf.fr]. Voir aussi les ouvrages de C. Flammarion cités dans les notes suivantes.

43 C. Flammarion, L’Atmosphère. Description des grands phénomènes de la nature. Ouvrage contenant 18 planches chromolithographiques et 222 gravures sur bois [1re éd.], Paris, Librairie Hachette et Cie, 1872 ; cet ouvrage a connu une deuxième édition, de luxe, en grand format : L’atmosphère et les grands phénomènes de la nature. Ouvrage contenant cent cinquante-sept figures insérées dans le texte [2e éd.], Paris, Hachette et Cie, 1923 ; Les phénomènes de la foudre. Édition à l’usage de la jeunesse, illustrée de cinquante-quatre figures, Paris, Ernest Flammarion Éditeur, 1863. Attirons l’attention sur le fait que L’atmosphère porte aussi (p. 1) le titre Météorologie populaire. Ainsi, elle constitue, pour la météorologie, l’équivalent de l’Astronomie populaire [cité dans la précédente note] pour l’astronomie.

44 Paris, C. Marpon et E. Flammarion [s.d. : après 1883, date de l’éruption].

45 Le titre d’un autre ouvrage de Camille Flammarion, La Terre, la Lune et le Soleil. Extrait de l’Astronomie populaire. Limoges [s. d.], Imprimerie Eugène Ardant et Cie Éditeurs, pourrait donner à penser qu’il y aurait combiné l’approche astronomique à l’étude météorologique ; en réalité, ainsi que le précise le sous-titre, il s’agit d’une reprise à l’identique de quelques chapitres de L’Astronomie populaire ; par conséquent, la Terre y est envisagée uniquement sous l’angle planétaire.

46 Paris, Librairie académique Didier, 1877 (Le Monde physique).

47 Ouvrage illustré de Photographies célestes, Vues télescopiques, Cartes et nombreuses Figures par P. Fouché, Motty, Blanade, Hellé, etc., etc., Paris, C. Marpon et É. Flammarion Éditeurs, 1884.

48 Illustré de 580 dessins télescopiques et 23 cartes, Paris, Gauthier-Villars et Fils, Imprimeurs-libraires de l’Observatoire de Paris, 1892.

49 L’idée que les planètes fussent habitées, en tout cas certaines d’entre elles, avait déjà été abordée au xviiie siècle, sous un angle plus philosophique que scientifique ; ainsi, Bernard Fontenelle a étudié longuement la question à propos de Mercure dans ses Entretiens sur la pluralité des mondes [voir n. 42], p. 223-230.

50 Voir, entre autres, l’ouvrage capital d’Eugène Michel Antoniadi, La planère Mars, Paris, Hermann & Cie, 1930 [réimpr. Paris, 2000]. Cf. notre résumé d’enseignement de 2021-2022, p. 90 et n. 36.

51 Ibid., « C2a. Aspects de la vulgarisation au xixe siècle », p. 89-90.

52 C. Flammarion, Les Merveilles célestes. Lectures du soir. Troisième édition entièrement refondue. Illustrée de 75 vignettes astronomiques et de deux planches, Paris, Librairie Louis Hachette et Cie, 1869 (Bibliothèque des merveilles). Les p. i-ii reproduisent la « Préface de la seconde édition » (de 1867 : Deuxième édition. Illustrée de 46 vignettes et de deux planches ; sur la 1re éd., voir n. 42), avec l’indication finale « Montigny-le-Roi, octobre 1866 », puis (p. ii-iii), Flammarion ajoute quelques lignes qui, datant de « Juillet 1869 », concernent plus précisément la troisième édition.

53 Ibid., Préface à la seconde édition, p. ii.

54 L’ensemble de ses contributions astronomiques ont été reprises sous la direction de J.-A. Barral. L’entreprise a commencé du vivant de François Arago et à sa demande ; elle a continué et pris fin après son décès, l’Astronomie populaire faisant partie de ce vaste ensemble : F. Arago, Astronomie populaire, publiée sous la dir. de M. J.-A. Barral, Œuvre posthume, 4 t., Paris, Gide éditeur, Leipzig, T. O. Weigel éditeur, 1854-1858. Nouvelle biographie d’Arago par : J. Lequeux, François Arago, un savant généreux. Physique et astronomie au XIXe siècle, Paris, Observatoire de Paris, EDP Sciences, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Cacouros, « Littérature philosophique à Byzance et sa postérité à l’époque moderne »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 99-117.

Référence électronique

Michel Cacouros, « Littérature philosophique à Byzance et sa postérité à l’époque moderne »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/7397 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t4t

Haut de page

Auteur

Michel Cacouros

Maître de conférences, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search