Navigation – Plan du site
EPHE
Histoire moderne et contemporaine de l’Occident

Initiation à l’histoire des idées politiques et théologico-politiques dans l’Europe de l’âge moderne

Conférence de Sylvio De Franceschi
p. 319-322

Résumé

Programme de l’année 2007-2008 : I. Introduction à l’histoire des idées politiques et théologico-politiques dans l’Europe de l’âge moderne : questions de méthode et d’historiographie. — II. Raison d’État et raison d’Église : les polémiques doctrinales autour de l’Interdit vénitien (1606-1607).

Haut de page

Texte intégral

1Au cours de l’année 2007-2008, le maître de conférences a poursuivi des travaux précédemment entamés. Il a consacré la moitié de ses conférences à des considérations méthodologiques et historiographiques à propos d’un dossier dont l’étude approfondie a finalement paru digne de figurer au programme de l’année suivante et qui a pour objet les rapports entre thomisme et jansénisme à l’époque moderne. L’autre moitié des conférences a permis de poursuivre l’étude consacrée aux polémiques doctrinales engendrées par l’Interdit vénitien (1606-1607).

I. Introduction à l’histoire des idées politiques et théologico-politiques dans l’Europe de l’âge moderne : questions de méthode et d’historiographie

  • 1 L. de Molina, Concordia liberi arbitrii cum gratiæ donis, diuina præscientia, prouidentia, prædest (...)
  • 2 Pour une présentation synthétique du débat théologique autour de la notion de prémotion physique, (...)
  • 3 C. Jansénius, Augustinus, seu Doctrina S. Augustini de humanæ naturæ sanitate, ægritudine, medicin (...)
  • 4 Pour une analyse des différentes bulles fulminées contre le jansénisme, voir B. Neveu, « Juge supr (...)
  • 5 Sur la campagne des Provinciales, voir O. Jouslin, La campagne des Provinciales de Pascal. Étude d (...)
  • 6 Sur le philothomisme des augustiniens, voir J. Mesnard, « Thomisme espagnol et jansénisme français (...)

2La moderne querelle de la grâce en catholicité est sans nul doute l’une des plus importantes à avoir agité l’Église aux xviie et xviiie siècles. Querelle théologique, elle a aussi été politique, dans la mesure où l’autorité ecclésiale et les pouvoirs civils y sont tour à tour intervenus. Il a paru que les travaux consacrés au jansénisme méconnaissaient fréquemment l’importance du rôle joué par les thomistes, le plus souvent dominicains, dans la controverse. On se souvient qu’à la fin du xvie siècle, la controverse de gratia avait mis aux prises les jésuites, partisans indéfectibles de la doctrine récemment définie par leur confrère espagnol Luis de Molina (1535-1600) dans sa Concordia liberi arbitrii cum diuinæ gratiæ donis (1588)1 – où était posée la thèse d’une grâce suffisante, gratia sufficiens, généralement octroyée à chaque homme et dont l’efficacité dépendait uniquement du consentement de la volonté –, et les dominicains, défenseurs ex officio des enseignements de l’école de saint Thomas2, pour qui l’efficace des secours divins résidait non pas dans l’acquiescement du libre arbitre, mais dans l’octroi par Dieu, nécessairement cause première, d’un supplément de vertu active, ou prémotion physique, præmotio physica, par quoi la volonté passait de l’acte premier, ou puissance, à l’acte second, soit l’action même. À l’issue des Congrégations de auxiliis (1598-1607), organisées à Rome pour permettre aux deux ordres de débattre contradictoirement de leurs positions en présence du pape, le magistère romain avait renoncé à prendre parti et avait conclu à une égale orthodoxie des thèses molinistes et thomistes, interdisant aux protagonistes de se taxer mutuellement d’hérésie ou d’erreur. Prohibition que les deux ordres adversaires ont finalement décidé de ne pas respecter, ouvrant espace à la poursuite d’une querelle qui a pu sembler inextinguible. Nombre d’esprits ont été frappés à l’époque par la violence d’un affrontement qui faisait courir le risque à l’Église romaine d’un affaiblissement de son unanimité face aux attaques du protestantisme. La nécessité s’imposait d’un retour aux origines pour tirer au clair le débat afin, si possible, de clore la controverse. Entreprise à quoi s’attelle l’évêque d’Ypres, Corneille Jansen (1585-1638), plus connu sous son nom latinisé de Jansénius, dont l’Augustinus est publié à Louvain en 1640 et qui prétend revenir à la plus stricte orthodoxie augustinienne contre le soi-disant semi-pélagianisme des jésuites en niant qu’il y ait, in statu naturæ lapsæ, de secours suffisants autres que les seuls efficaces3. Dénoncé par la Compagnie de Jésus, l’Augustinus est condamné par la bulle In eminenti, que le pape Urbain VIII fulmine le 19 juin 1643. On sait que, rapidement constitué en France autour d’Antoine Arnauld (1612-1694), le parti janséniste n’a pas désarmé, en dépit des proscriptions romaines successives auxquelles il s’est heurté : par la bulle Cum occasione du 31 mai 1653, Innocent X censure cinq propositions dont personne n’ignore qu’elles sont prétendument tirées de l’Augustinus, même si le souverain pontife n’a pas jugé utile de le certifier ; fulminée le 16 octobre 1656 par Alexandre VII, la bulle Ad sanctam Beati Petri sedem règle la question en affirmant que les cinq Propositions se trouvent dans l’Augustinus4. Entre-temps, les jansénistes ont acquis une notoriété sans précédent en orchestrant contre le parti moliniste la compagne des Provinciales (1656-1657)5. Pour échapper au re-proche de verser dans les erreurs des calvinistes au nom de la défense de saint Augustin, Antoine Arnauld et ses partisans tentent, avec une significative obstination, de négocier un rapprochement avec les dominicains en les assurant de leur parfaite conformité doctrinale avec les positions du thomisme le plus inattaquable. Stratégie que les jansénistes ne vont plus se lasser de reprendre. Après la fulmination de la bulle Vnigenitus le 8 septembre 1713 par Clément XI, comme au temps de la campagne des Provinciales, les défenseurs de la doctrine élaborée par Jansénius prétendent suivre les enseignements thomistes de gratia6 – il s’agit pour eux de cimenter un front commun avec les dominicains contre les jésuites. Le procédé n’était pas sans danger, dans la mesure où il était susceptible de placer les frères prêcheurs en fâcheuse posture : les molinistes pouvaient désormais les accuser de philojansénisme.

II. Raison d’État et raison d’Église : les polémiques doctrinales autour de l’Interdit vénitien (1606-1607)

3D’autre part, concernant le travail entrepris depuis deux années sur l’Interdit vénitien, on a poursuivi l’étude chronologique des événements. À partir du début du mois de mai 1606, les diplomaties des souverains européens sont aux aguets et s’apprêtent à parer dès que possible le coup, désormais tenu pour inévitable, d’une dégradation brutale des rapports entre le Saint-Siège et Venise, aussitôt expiré le délai imparti par la bulle excommunicatoire au gouvernement républicain pour donner au pape les satisfactions réclamées. Au sein de la curie romaine, les nouvelles récentes ont plongé l’entourage du pape dans la plus profonde consternation. Le 3 mai, les avvisi témoignent que les proches de Paul V ont perdu l’espoir d’obtenir un règlement rapide du conflit ; le bruit a couru, disent-ils, que les Vénitiens souhaitaient demander la prorogation du terme porté par la sentence pontificale, mais ils y ont vite renoncé devant la contenance intransigeante du pontife ; à un jésuite, probablement Antonio Possevino, venu s’informer de ce qu’il fallait faire des exigences de la Sérénissime, le pape a répondu « che stessero et tenessero le chiese serate usque ad effusionem sanguinis », excluant la possibilité d’un compromis. Alors que le temps passe, le cardinal Borghese continue le 3 mai à s’informer auprès de Mgr Mattei, nonce à Venise, de la situation vénitienne. Le cardinal neveu désire notamment savoir « come si parli e di essa scommunica e della persona e dell’autoritá di Sua Beatitudine » – montrant par là que pour le Saint-Siège, le différend met en jeu, et pleinement, l’intégrité du pouvoir pontifical, montrant aussi que le pape et ses proches espèrent encore pouvoir retarder une échéance qui s’annonce particulièrement délicate. Une dépêche de d’Alincourt, ambassadeur de France à Rome, à Villeroy, secrétaire d’État des Affaires étrangères, en date du 3 mai, permet de constater que Paul V commence à envisager la nécessité de recourir à un tiers pour sortir d’une dispute dont les incidences ont dépassé ses expectatives. L’ambassadeur de France a été assuré du « desplaisir que Sa Saincteté avoit de veoir l’opiniatreté de ceste Republique » et du « desir qu’elle eust eu qu’il se feust trouvé quelque moien pour procurer quelque accommodement ». La première solution proposée par d’Alincourt consiste à envoyer négocier à Venise le cardinal Delfino en lui promettant un délai supplémentaire avant de donner leurs pleins effets aux censures. Si Paul V envisage l’idée avec intérêt, il refuse cependant de donner encore du temps aux Vénitiens pour examiner ses volontés. En fait, le pape a en tête un autre traité : si la République révoque les lois incriminées et libère les deux ecclésiastiques incarcérés, Paul V promet à d’Alincourt d’établir une congrégation d’auditeurs de Rote et de cardinaux, chargée d’entendre les plaintes de la Sérénissime et d’accorder ensuite « ce qui seroit trouvé raisonnable » – l’engagement est vague, il ne rencontre qu’un écho mitigé de la part d’un diplomate français convaincu « qu’il fault que ce torrent ay son cours pour quelque temps ». À Villeroy, d’Alincourt fait part des critiques dont la politique du pape est l’objet à Rome : « Sa Saincteté n’est pas estimée par les plus judicieux de ceste court de s’estre au commancement de son pontificat portée à ceste extremité. » Le diplomate s’étonne également de la candeur apparente du pontife romain : « Je crains fort que les maximes que Sa Saincteté prend prouvenant de sa bonté et bonne intention ne la portent à d’autres, disant ordinairement que quand les papes se sont gouvernéz en leurs affaires par raisons d’Estat, qu’ilz n’ont rien faict qui vaille, et qu’il fault qu’ils s’y conduisent selon leur conscience et que le sainct esprit les inspire. » Sans illusion sur la suite de la dispute, d’Alincourt rappelle à Villeroy que le pape est homme d’une très grande obstination et qu’il n’y a pas lieu de croire qu’il veuille céder. Du côté vénitien, la pertinacité est d’autant plus inébranlable que le gouvernement républicain se fait fort, à tort ou à raison, de bénéficier de l’intangible loyauté de ses sujets ; l’ensemble du clergé, jusqu’aux réguliers, à en croire Canaye de Fresnes, ambassadeur de France à Venise, est acquis à la cause de l’autorité civile. Le provincial des capucins a même écrit aux convents de son ordre « que si le Prince commande quelque chose contre les douze articles de la foy, ils souffrent plustost mille morts que d’y obeyr, mais qu’en toutes autres choses qu’il leur commandera sous peine de la vie ou de son indignation, qui est autant à craindre que la mort, qu’ils luy rendent le devoir de bons subjects, sans aucun scrupule de conscience ». Reconnaissance, donc, d’une autonomie de la sphère où s’établit le rapport de sujétion politique – elle n’est pas redevable de ses raisons à la religion, et la puissance temporelle n’est résistible que ratione fidei. Les Vénitiens sont persuadés que Paul V, prenant acte de l’inefficacité de ses censures, va être contraint d’en passer par la médiation d’un prince chrétien et de concéder un compromis.

Haut de page

Notes

1 L. de Molina, Concordia liberi arbitrii cum gratiæ donis, diuina præscientia, prouidentia, prædestinatione et reprobatione ad nonnullos primæ partis D. Thomæ articulos, Lisbonne, 1588. Sur Molina et le molinisme, voir E. Vansteenberghe, art. « Molinisme », Dictionnaire de théologie catholique [DThC], x/2, Paris, 1929, coll. 2094-2187, et L. Renault, art. « Bañezianisme-molinisme-baianisme », dans J.-Y. Lacoste (dir.), Dictionnaire critique de théologie, Paris, 1998, p. 133-136.

2 Pour une présentation synthétique du débat théologique autour de la notion de prémotion physique, voir R. Garrigou-Lagrange, art. « Prémotion physique », DThC, xiii/1, Paris, 1936, coll. 31-77, et Id., art. « Thomisme », ibid., xv/1, Paris, 1946, coll. 823-1023. Sur la fortune du thomisme à l’époque moderne, consulter R. Cessario, Thomism and the Thomists, Milan, 1998 ; Le thomisme et les thomistes, trad. française, Paris, 1999 ; D. Berger, Thomismus. Grosse Leitmotive der Thomistischen Synthese und ihre Aktualität für die Gegenwart, Cologne, 2001 ; Id., In der Schule des hl. Thomas von Aquin. Studien zur Geschichte des Thomismus, Bonn, 2005 ; et Id. et J. Vijgen (dir.),Thomistenlexikon, Bonn, 2006. Voir aussi les précieuses mises au point de J. Schmutz, « Bulletin de scolastique moderne (I) », Revue thomiste [RThom], C/2, 2000, p. 270-341, et Id., « Bellum scholasticum. Thomisme et antithomisme dans les débats doctrinaux modernes », RThom, cviii/1, 2008, p. 131-182.

3 C. Jansénius, Augustinus, seu Doctrina S. Augustini de humanæ naturæ sanitate, ægritudine, medicina, aduersus Pelagianos et Massilienses, 3 vol., Louvain, 1640. Pour une introduction à l’histoire de la querelle janséniste, voir l’ouvrage classique de L. Cognet, Le jansénisme, Paris, 1961. Sur Jansénius, consulter J. Orcibal, Jansénius d’Ypres (1585-1638), Paris, 1989.

4 Pour une analyse des différentes bulles fulminées contre le jansénisme, voir B. Neveu, « Juge suprême et docteur infaillible : le pontificat romain de la Bulle In eminenti (1643) à la Bulle Auctorem fidei (1794) », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge-Temps modernes, xciii/1, 1981, p. 215-275, repris dans Id., Érudition et religion aux xviie et xviiie siècles, préf. M. Fumaroli, Paris, 1994, p. 385-450.

5 Sur la campagne des Provinciales, voir O. Jouslin, La campagne des Provinciales de Pascal. Étude d’un dialogue polémique, Clermont-Ferrand, 2007, et La campagne des Provinciales. Actes du colloque de Paris, 19-21 septembre 2007, Chroniques de Port-Royal, 58 (2008).

6 Sur le philothomisme des augustiniens, voir J. Mesnard, « Thomisme espagnol et jansénisme français », dans Ch. Mazouer (éd.),L’âge d’or de l’influence espagnole. La France et l’Espagne à l’époque d’Anne d’Autriche, 1615-1666. Actes du colloque de Bordeaux, 25-28 janvier 1990, Mont-de-Marsan, 1991, p. 415-425, et G. Ferreyrolles, « Les citations de saint Thomas dans les Écrits sur la grâce », dans D. Descotes(éd.),Pascal, auteur spirituel, Paris, 2006, p. 143-159. Consulter aussi S. De Franceschi, « Thomisme et thomistes dans le débat théologique à l’âge classique. Jalons historiques pour une caractérisation doctrinale », dans Y. Krumenacker et L. Thirouin (éd.),Les écoles de pensée religieuse à l’époque moderne. Actes de la journée d’études de Lyon (14 janvier 2006), Chrétiens et Sociétés. Documents et Mémoires, 5 (2006), p. 65-109 ; Id., « Le thomisme au secours du jansénisme dans la querelle de la grâce. Vrais et faux thomistes au temps de la Bulle Vnigenitus (1713) », RThom, CVII/3 (2007), p. 375-418 ; Id., « Fénelon et la définition du vrai thomisme. De la condamnation du Cas de conscience (1704) à la bulle Vnigenitus (1713) », Revue des sciences philosophiques et théologiques, XCII/1 (2008), p. 33-76 ; et Id., « Les premiers jansénistes face à la doctrine thomiste. Jansénisme et thomisme à la veille de la campagne des Provinciales », La campagne des Provinciales. Actes du colloque de Paris, op. cit., p. 307-322.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvio De Franceschi, « Initiation à l’histoire des idées politiques et théologico-politiques dans l’Europe de l’âge moderne », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 140 | 2009, 319-322.

Référence électronique

Sylvio De Franceschi, « Initiation à l’histoire des idées politiques et théologico-politiques dans l’Europe de l’âge moderne », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 140 | 2009, mis en ligne le 21 octobre 2009, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/ashp/753

Haut de page

Auteur

M. Sylvio De Franceschi

Maître de conférences, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals