Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesArchéosciences et histoire de l’e...

Résumés des conférences

Archéosciences et histoire de l’environnement

Christophe Morhange
p. 529-530

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : Géoarchéologie des ports antiques en Méditerranée.

Haut de page

Texte intégral

  1. Colloque international d’Aix-en-Provence « Mediterranean Harbour Cities Conference », du 27 septembre au 1er octobre 2022 ;
  2. formation sur le terrain aux techniques des carottages dans la lagune de Venise (octobre 2022) ;
  3. séminaire commun EPHE-PSL et institut Saxo de l’université de Copenhague (février 2023) ;
  4. thème du séminaire de l’année : géoarchéologie et variations relatives du niveau marin (mai 2023) ;
  5. école d’été de géo-bio-archéologie à Dinard (19-23 juin 2023) en commun avec la section des Sciences de la vie et de la terre de l’EPHE-PSL. L’école pratique d’été a porté principalement sur le colmatage de la baie du Mont-Saint-Michel et ses impacts sur l’occupation humaine sur la longue durée.

1Le colloque international d’Aix-en-Provence, coorganisé par l’EPHE, a réuni plus de 120 chercheurs de nombreux pays sur le thème pluridisciplinaire « Mediterranean Harbour Cities ». Coorganisé par de nombreux partenaires académiques, il a abordé les thèmes suivants : géoarchéologie portuaire, archéologie portuaire, mobilité des rivages… Le plan suivi a été géographique (mer Ionienne, Méditerranée orientale, etc.).

2Dans le cadre d’un financement acquis auprès de la direction des relations internationales de l’EPHE-PSL, nous avons assuré du 23 au 29 octobre 2022 une formation de terrain à Lio Piccolo dans la lagune de Venise, qui a pu former une dizaine d’étudiants originaires de l’EPHE-PSL Bologne, d’Amu et de l’université de Venise Ca’ Foscari, aux techniques de carottage et d’échantillonnage en fonction des problématiques scientifiques développées (mobilité du niveau marin, déformations des rivages, impacts de l’anthropisation, dynamiques courantologiques, recherches paléo-géographiques, reconstitutions paléo-environnementales, problème d’accessibilité et de navigation…).

3Le thème de l’année universitaire 2022-2023 a porté particulièrement sur la vulnérabilité des villes portuaires en fonction de la mobilité relative du niveau marin. Les conférences ont eu lieu au campus de Grands-Moulins de l’université Paris-Cité, du mardi 9 mai au mercredi 17 mai sous la forme de conférences magistrales et de séances de tutorat, sous un format intensif pour attirer plus de public en partenariat avec le master Dynarisk, en collaboration avec A. Bivolaru de l’université de Venise, qui a gracieusement effectué 6 h de cours magistral. Un séminaire EPHE-PSL commun avec William Van Andringa a été organisé le 29 mars 2023 à l’INHA. L’objectif était de présenter aux étudiants du master d’archéologie et d’histoire de l’art de l’EPHE-PSL les thèmes de recherche de la géo-archéologie portuaire en Méditerranée. Cette conférence avait déjà été présentée dans le cadre du master d’archéologie de l’institut Saxo, université de Copenhague, conférence invitée en ligne par A. Trakadas le 21 février 2023.

4L’école d’été de géo-bio-archéologie PSL-EPHE de Dinard, s’est tenue du lundi 19 au vendredi 23 juin 2023. Elle a été financée par les deux sections SHP (programme gradué Sciences historiques) et SVT, ainsi que par l’institut Arkaia d’Amu. Son objectif était la formation pluridisciplinaire de 8 étudiants de master et de doctorants (dont 5 masters relevant de l’EPHE-PSL) sous la co-direction de E. Feuten (Decu EPHE-PSL, SVT, MNHN) et de Christophe Morhange (Decu EPHE-PSL, SHP, AMU), avec la participation de B. Caline (géologue), C. Bizien (archéologue, directrice du centre régional d’archéologie d’Alet à Saint-Malo), A. Bouët (biologiste spécialiste de sciences participatives à l’association Planète Mer), A.-E. Marcel (restaurateur d’un monument historique) et de A. Colin (EPHE-PSL, Dinard-CGEL). Les principaux objectifs ont été :

  • initiation à l’analyse des paysages selon une zonation verticale de l’étage infra-littoral à l’ad-littoral dans un contexte macrotidal ;
  • analyse des forçages littoraux sur la longue durée (mobilité relative du niveau marin, budget sédimentaire) et mobilité des rivages littoraux et estuariens en fonction de différents paramètres (houle, marée…), en particulier dans la baie du Mont-Saint-Michel ;
  • approche pluridisciplinaire de l’analyse des paysages littoraux et estuariens (géomorphologie, biologie marine, sédimentologie, archéologie, histoire de l’art et perception des paysages...) ;
  • impacts et enjeux de l’anthropisation en contexte littoral. Analyse diachronique des risques et des vulnérabilités. Carottage au pied du mont Dol. Tentative de lecture des paysages littoraux médiévaux.

5Le lundi 19 juin a été consacré à une initiation à la biologie participative sur l’estran de la plage de Saint-Énogat.

6Mardi 20 et mercredi 21 juin, les stagiaires ont pu découvrir les principaux paysages de la baie du Mont-Saint-Michel (polders, herbus, slikke…) selon un étagement vertical et un zonage est-ouest. Les principaux processus comme l’envasement de la baie orientale comparée au bio-détritisme de la baie externe occidentale ont été présentés et détaillés par B. Caline, en particulier les étapes du comblement de l’estuaire du Couesnon, les aménagements récents pour le rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel et le fonctionnement du nouveau barrage à marée. C. Bizien nous a ensuite présenté le prisme sédimentaire du fond de la baie du Mont-Saint-Michel en relation avec les occupations humaines sur la longue durée. Nous avons pu visiter le site archéologique néolithique et le musée de Lillemer ainsi que la tourbière. À Hirel, l’atelier de bouilleur de sel antique nous a été présenté, ainsi que le site paléolithique du Mont-Dol. Les étudiants ont même pu effectuer un tarrièrage sur les sites médiévaux.

7Le jeudi 22 juin a été consacré à la présentation puis à l’étude par lidar porté sur drone à l’étude géo-archéologique de l’estran de la cité romaine d’Alet à Saint-Malo, à l’embouchure de la ria de la Rance, sous la direction de A. Collin et de C. Bizien.

8Vendredi 23 juin, nous avons eu l’opportunité d’être reçus par A.-E. Marcel, restaurateur du fort Vauban du Petit-Bé au large de Saint-Malo. Nous avons eu une démonstration éclatante, véritable manifeste actualiste pour une archéologie du geste, permettant de restituer un fort militaire du début du xviiie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Morhange, « Archéosciences et histoire de l’environnement »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 529-530.

Référence électronique

Christophe Morhange, « Archéosciences et histoire de l’environnement »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/7625 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t5b

Haut de page

Auteur

Christophe Morhange

Directeur d’études, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search