Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesLinguistique romane

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : I. Philologie informatique et linguistique diachronique. — II. Les débuts de l’élaboration linguistique de l’occitan.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

I. Philologie informatique et linguistique diachronique

1Le premier semestre de l’année académique a été consacré à l’architecture de la base de données des Documents et analyses de la Galloromania médiévale (Gallrom, <https://gallrom.linguistik.uzh.ch>) qui allie un ensemble de textes documentaires médiévaux – les Documents linguistiques galloromans (Docling) –, un ensemble bibliographique couvrant intégralement la Galloromania médiévale et tous les genres textuels ainsi qu’un dictionnaire électronique, le Lexique étymologique de la Galloromania médiévale (Legame).

2Dans le cadre des Docling – projet centenaire de l’École nationale des chartes, originellement sous le titre emblématique Les plus anciens documents linguistiques de la France –, Paul Videsott (université de Bolzano) a présenté le projet de publication des plus anciens actes de la prévôté de Paris (1260-1290) qu’il a entrepris avec Cristina Dusio (désormais université de Salerne). Ce corpus, pour l’essentiel inédit, est particulièrement important puisqu’il précède le développement vernaculaire de la chancellerie royale et prépare ainsi la formation de la variété exemplaire du français.

3Le volet bibliographie, quant à lui, représente une fusion et nouvelle élaboration de la bibliographie du Dictionnaire étymologique de l’ancien français (DeafBibl, Frankwalt Möhren), de la bibliographie des Dictionnaires étymologiques d’ancien gascon et d’ancien occitan (DeagBibl, DeaoBibl), cette dernière en amalgame avec le Répertoire critique des manuscrits littéraires en ancien occitan (RepCrit, Caterina Menichetti). Enfin, le Legame réunit les données lexicologiques du Deaf, les formes lemmatisées des Docling oïliques ainsi que le Deag dans son état actuel.

4La synthèse des travaux de ce premier semestre a été publiée dans le volume Perspectives de recherche en linguistique et philologie romane (éd. par Dolores Corbella, Josefa Dorta et Rafael Padrón, Strasbourg, 2023, vol. 2, p. 1025-1044 : « Les Documents et analyses linguistiques de la Galloromania médiévale (Gallrom) : structure et potentiel interprétatif »).

II. Les débuts de l’élaboration linguistique de l’occitan

5Le deuxième semestre a eu comme objet des travaux en cours sur l’occitan médiéval. D’une part une analyse scriptologique du corpus des quatre premiers troubadours (Guilhem IX, Jaufre Rudel, Cercamon et Marcabru), d’autre part une analyse linguistique du Codi occitan. Si les troubadours des années 1100-1130 marquent les débuts de la poésie dans une langue romane, le traité juridique du Codi représente vers 1150 le plus ancien texte en prose dans une langue romane. L’occitan occupe ainsi par ces deux ensembles une place de choix dans l’élaboration textuelle et linguistique de la Romania médiévale.

6L’analyse des troubadours – dont les résultats ont paru depuis (« La langue des premiers troubadours – une approche scriptologique », Medioevo Romanzo, 46, 2022, p. 265-329) – avère notamment que les quatre auteurs en question ont rédigé leurs textes dans la variété limousine de l’occitan, malgré leur origine géographique diversifiée (poitevine pour Guilhem IX, bordelaise pour Jaufre Rudel et vraisemblablement gasconne méridionale pour Marcabru). L’homogénéité grapho-phonétique et lexicale de la production des quatre troubadours n’est en effet pas affectée par ces aléas biographiques puisque, sur l’échiquier linguistique du quart sud-ouest de la Galloromania, seul l’occitan septentrional est pleinement mobilisé par les auteurs. Leurs textes ont tous été rédigés dans une variété́ limousine très cohérente, au-delà de quelques emprunts aux variétés voisines, au poitevin chez Guilhem IX, aux variétés oïliques ou au gascon chez Marcabru. La langue d’écriture des auteurs se trouve donc en décalage avec la langue maternelle de Guilhem IX, de Jaufre Rudel et de Marcabru, phénomène récurrent dans la scripturalité́ médiévale.

7Quant au Codi, le séminaire s’est attaché à revoir en détail le stemma des versions occitanes de ce plus ancien texte parallèle de la Romania, traduit en français, en francoprovençal (à travers une retraduction en latin), en espagnol et (partiellement) en catalan. Viola Mariotti (désormais Académie de Heidelberg) a traité la question du stemma et de la forte cohérence textuelle et lexicale des quatre manuscrits occitans du Codi (son intervention a donné lieu à la publication « La tradition manuscrite du Codi. Une analyse et l’édition critique du livre V (droit matrimonial) », Revue de linguistique romane, 87, 2023, p. 427-476). Par ailleurs nous avons étudié la langue du plus ancien témoin A (bibl. de la Sorbonne, 632) : l’hypothèse en vigueur était celle d’une base originelle arlésienne (perdue) et d’une copie à Valence (= ms. A), alors que la prise en considération de l’intégralité de la tradition (y inclus les trois fragments) a permis de montrer que si la version latine qui a servi de modèle au Codi, le Codex Trecensis, a dû être réalisé à Saint-Gilles, près d’Arles, la traduction se plaçait très clairement dans le Valentinois et la plus ancienne copie conservée vraisemblablement dans le Rouergue (cf. « Tout, dans le Codi, pose problème… Le lieu de genèse et la tradition manuscrite de la Somme du Code occitane », Revue de linguistique romane, 86 [2023], p. 123-160). Les travaux du séminaire ont été poursuivis depuis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Glessgen, « Linguistique romane »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 258-259.

Référence électronique

Martin Glessgen, « Linguistique romane »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/7635 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t5c

Haut de page

Auteur

Martin Glessgen

Directeur d’études, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

  • Linguistique romane [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 151 | 2020
  • Linguistique romane [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 149 | 2018
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search