Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesLangue et littérature latines du ...

Résumés des conférences

Langue et littérature latines du Moyen Âge

Anne-Marie Turcan-Verkerk
p. 220-222

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : L’œuvre de Létald de Micy : édition, traduction, analyse et publication collectives (suite).

Haut de page

Texte intégral

1Pour donner suite au plan de travail élaboré en fin d’année 2021-2022, nous avons poursuivi la mise au point de l’introduction du tome I des opera omnia, mais nous avons consacré l’essentiel de l’année 2022-2023 à l’établissement et à la traduction de la Vita s. Maximini de Bertold (BHL 5817). Pour rappel, sur la base des vers de dédicace transmis par Paris, BNF, lat. 5366 (P), dont nous pensons qu’ils se rapportent à cette vita et non à la vita anonyme BHL 5814, nous proposerons de dater ce texte de 836 environ, époque de rédaction des vers, d’où l’on déduit la datation, jusque-là inconnue, de la translation et de BHL 5817 elle-même (dont on savait seulement qu’une copie en avait été envoyée à l’évêque Jonas d’Orléans [818-843]). Le texte de BHL 5817 a été établi par Gisèle Besson sur la base de la numérisation en ligne du témoin carolingien Vaticano, BAV, Reg. lat. 669, nettement meilleur que le texte que nous connaissions par Mabillon. Cette édition a été complétée par Jérémy Delmulle d’après un examen de l’original, endommagé par endroits et illisible en ligne. La traduction, dont le premier état a été établi par Gisèle Besson, a été discutée, commentée, revérifiée collectivement, et terminée au printemps.

  • 1 Armelle Le Huërou, « La Vie de saint Julien du Mans (BHL 4544) de Létald de Micy », dans Florian M (...)
  • 2 Thomas Head, « Letaldus of Micy and the hagiographic tradition of Selles-sur-Cher », Analecta Bolla (...)

2Une fois ce dossier clos – le dernier du tome I des opera omnia –, nous avons commencé à travailler en vue de la publication du tome II, qui devait être consacré aux autres œuvres hagiographiques de Létald. En réalité, ces œuvres hagiographiques sont trop abondantes pour un seul volume. Dans la mesure où la vita de saint Julien du Mans par Létald et plus largement l’ensemble du dossier hagiographique dont elle fait partie venaient de faire l’objet d’une publication1, il nous a semblé intéressant de consacrer ce tome II à deux textes qui ont été rapprochés l’un de l’autre par Thomas Head, et qui posent peut-être des problèmes analogues : la vita et les miracula de saint Eusice (vita anonyme BHL 2754 et miracula anonymes BHL 2756), et la vita et les miracula de saint Martin de Vertou (Vita A du dossier, BHL 5667, et miracula BHL 5668). Thomas Head estimait ces textes assez proches dans le temps, proches également par leurs intentions, et en déduisait l’attribution à Létald de la vita et des miracula d’Eusice2.

  • 3 Flavia Petitti, Testi agiografici inediti di X-XI secolo da manoscritti d’area francese, Università (...)
  • 4 Flavia Petitti, « La “vita” e i “miracula sancti eusitii” (BHL 2754 e 2756): un’opera di Letaldo di (...)
  • 5 En tout cas autour de l’an mil : Thomas Head, « Letaldus of Micy and the hagiographic tradition of (...)
  • 6 Jacques Le Maho, « Autour de la renaissance monastique du xe siècle en Normandie : les Vies des sai (...)

3Le dossier de saint Eusice avait été bien étudié par Flavia Petitti dans sa tesi di laurea3 et ses principaux résultats ont été publiés dans la revue Hagiographica de 20224. Flavia Petitti a démontré de façon convaincante que BHL 2754 et 2756 ne pouvaient être antérieurs aux années 1030 et qu’ils étaient le fruit d’un atelier hagiographique miciacien héritier de Létald, mais bien postérieur à sa disparition. Cet atelier a été assez prolifique, les inédits sont nombreux, et nous espérons que Flavia Petitti pourra un jour lui consacrer une thèse. Restent la vita et les miracula de saint Martin de Vertou BHL 5667 et 5668, probablement datables entre 994 et 10045. Les enjeux de ces textes, sur lesquels nous reviendrons l’année prochaine, sont nombreux à la fois pour les historiens et pour les philologues. La vita raconte en effet comment la ville d’Herbauges fut engloutie à la demande du saint, une action punitive qui rappelle la façon dont Aycard de Jumièges avait provoqué une épidémie dans son propre monastère. L’histoire des textes aussi rapproche ces figures de sainteté, Jacques Le Maho ayant proposé d’attribuer la vie d’Aycard de Jumièges à l’abbé de Micy qui fut le mentor de Létald, Annon6. Peut-être cet ensemble de textes peut-il nous mettre sur la trace d’une tradition hagiographique miciacienne antérieure à Létald, et donc d’une histoire longue de l’écriture hagiographique à Micy, que nous sommes en train de reconstituer sur plus d’un siècle.

  • 7 Inc. [prol.] Locaturus fundamenta ecclesie sue sancte… ; inc. [vita] Fuit vir venerabilis vite Mart (...)
  • 8 AASS OSB, Saec. I, Paris, 1668, p. 375-378.
  • 9 AASS OSB, Saec. I, Paris, 1668, p. 378, reproduite par Clemens Blume dans les Analecta Hymnica, 55 (...)
  • 10 AASS OSB, Saec. I, Paris, 1668, p. 687-692, reprise dans les AASS, Oct. X, 810-817.
  • 11 MGH, SRM 3, 1896, p. 567-575.

4Il nous a fallu commencer par rappeler quel crédit pouvait être accordé à l’attribution de BHL 5667 et 5668 à Létald, et quel était l’état de la tradition manuscrite, deux questions très liées. La Vita A de saint Martin de Vertou a été éditée par Jean Mabillon dès 1668 comme un texte anonyme7, qui n’a depuis reçu guère d’attention de la part des philologues, en particulier parce que Bruno Krusch l’a trouvé sans intérêt et, en 1896, ne l’a pas réédité dans les Scriptores rerum merovingicarum 3. Les miracula ont connu un sort un peu plus compliqué. Mabillon a fait connaître un premier ensemble de six miracles dépourvu de prologue d’après un manuscrit de Vertou8, suivis d’une Prosa rhythmica de eodem. Ex vetusto codd. MS. Vertavensi, inc. Lingua, corde, mente tota / Nunc Martini plebs devota / Recolat solemnia…9. Jérémy Delmulle a retrouvé dans les papiers des Mauristes la trace d’une version plus complète de cette prosa, qui reste à étudier. Quant à ce petit choix de miracula, on le retrouve avec des variantes dans d’autres témoins, dont un manuscrit du xie s., Paris, BNF, lat. 15436, f. 81v-84, où il est précédé d’un prologue. Mabillon a ensuite découvert dans un manuscrit de la Sauve-Majeure, aujourd’hui non identifié ou perdu, un ensemble plus complet de dix-huit miracula dotés d’un prologue et de sous-titres, et les a réédités selon l’ordre de ce témoin, avec une nouvelle numérotation10. En 1896, Krusch a republié certains de ces miracula, à partir de l’édition longue de Mabillon, en tenant compte des variantes de Paris, BNF, lat. 1543611.

  • 12 Cécile Lanéry, « Nouvelles recherches sur le légendier de Clairvaux », Analecta Bollandiana, 131 (2 (...)
  • 13 C. Lanéry, « Nouvelles recherches sur le légendier de Clairvaux », p. 70-71 sur cette addition hors (...)

5L’attribution à Létald remonte à 1902, quand Bruno Krusch signale que le grand légendier de Clairvaux du dernier tiers du xiie siècle (que Cécile Lanéry appelle Cla II, deuxième état du légendier de Clairvaux12) lui attribue la Vita : « Explicit vita sancti martini abbatis edita a Letaldo nomine monacho » (Montpellier, BISM, H1 vol. 2, f. 238v) ; les renvois internes entre vita et miracula laissent supposer une unité d’auteur. Les travaux de Cécile Lanéry sur les légendiers cisterciens ont montré que BHL 5667 et BHL 5668 ont été ajoutés à Clairvaux dans Cla II, en fin de volume, d’après une source de grande qualité, sans doute un libellus venant de l’Ouest de la France13. Cela confère à l’attribution à Létald une véritable solidité, que l’analyse interne du texte devra confirmer.

  • 14 On trouvera chez Élisabeth Carpentier, Georges Pon, « Saint Martin de Vertou », article cité note 5 (...)

6Le manuscrit de Clairvaux offre une version du dossier qui est globalement la même, à peu de choses près, que celle que Mabillon avait trouvée dans le manuscrit de la Sauve-Majeure. Son autorité et sa qualité (parfois prise en défaut cependant) nous ont donc poussés, bien qu’il soit plus tardif que d’autres témoins conservés, à prendre ce manuscrit pour base de notre future édition de la vita, qui occupera l’année 2023-2024. C’est Marie-Céline Isaïa qui a accepté d’établir le texte de la vita et d’en proposer une traduction martyre à discuter et commenter en séminaire. Les miracula seront peut-être abordés au printemps 2024. Malheureusement, le manuscrit de Clairvaux est mutilé de la fin et s’interrompt avant la fin du treizième miracle. Pour les derniers miracula, nous partirons du manuscrit de la Sauve-Majeure qui nous est connu par Mabillon, sans perdre tout espoir de le retrouver ou d’en retrouver une autre copie moderne14.

Haut de page

Notes

1 Armelle Le Huërou, « La Vie de saint Julien du Mans (BHL 4544) de Létald de Micy », dans Florian Mazel (dir)., La fabrique d’une légende. Saint Julien du Mans et son culte au Moyen Âge (IXe-XIIIe siècle), Rennes, 2021, p. 215-255.

2 Thomas Head, « Letaldus of Micy and the hagiographic tradition of Selles-sur-Cher », Analecta Bollandiana, 107 (1989), p. 393-414.

3 Flavia Petitti, Testi agiografici inediti di X-XI secolo da manoscritti d’area francese, Università di Roma La Sapienza, École pratique des hautes études-PSL, soutenance en 2020.

4 Flavia Petitti, « La “vita” e i “miracula sancti eusitii” (BHL 2754 e 2756): un’opera di Letaldo di Micy? Per una rilettura del problema », Hagiographica, 29 (2022), p. 141-186.

5 En tout cas autour de l’an mil : Thomas Head, « Letaldus of Micy and the hagiographic tradition of Selles-sur-Cher », cité note 2, p. 408-411 ; Id., Hagiography and the Cult of Saints in the Diocese of Orleans, 800-1200, Cambridge, Cambridge UP, 1990, p. 218-222. La question de la datation de la vita et des miracula de Martin de Vertou attribués à Létald vient d’être reprise par Élisabeth Carpentier, Georges Pon, « Saint Martin de Vertou », Revue historique du Centre-Ouest, 21 (premier semestre 2022) [parution fin 2023], p. 7-54, qui datent le texte entre 994 et 1004 à l’aide de l’identification du prévôt Renaud de Saint-Jouin de Marnes, mentionné dans le prologue des miracula (p. 10, en particulier note 18). Nous remercions Soline Kumaoka de nous avoir transmis cet article dès sa parution.

6 Jacques Le Maho, « Autour de la renaissance monastique du xe siècle en Normandie : les Vies des saints Aycadre et Hugues de Jumièges », dans Martin Heinzelmann (dir.), Livrets, collections et textes. Études sur la tradition hagiographique latine, Ostfildern, 2006 (Beihefte der Francia, 63), p. 285-322.

7 Inc. [prol.] Locaturus fundamenta ecclesie sue sancte… ; inc. [vita] Fuit vir venerabilis vite Martinus nomine… : AASS OSB, t. I, Paris, 1668, p. 681-687, reprise dans les AASS Oct. X, 805-810.

8 AASS OSB, Saec. I, Paris, 1668, p. 375-378.

9 AASS OSB, Saec. I, Paris, 1668, p. 378, reproduite par Clemens Blume dans les Analecta Hymnica, 55 (1922), no 253, p. 282-283. Cet incipit est aussi celui d’une prose en l’honneur d’un autre saint de Bretagne, saint Armel (Analecta Hymnica, 40 [1902], no 151, p. 139-140).

10 AASS OSB, Saec. I, Paris, 1668, p. 687-692, reprise dans les AASS, Oct. X, 810-817.

11 MGH, SRM 3, 1896, p. 567-575.

12 Cécile Lanéry, « Nouvelles recherches sur le légendier de Clairvaux », Analecta Bollandiana, 131 (2013), p. 60-133 (stemma retraçant l’histoire des légendiers cisterciens d’après les travaux de François Dolbeau, p. 64, et version affinée p. 67) ; notre volume est le t. V du légendier, décrit p. 100-109.

13 C. Lanéry, « Nouvelles recherches sur le légendier de Clairvaux », p. 70-71 sur cette addition hors calendrier liturgique ; p. 73 sur les ajouts de dossiers venus de l’Anjou et du Maine ; p. 109, description des deux textes sous les numéros 69a-69b et note 153 sur l’origine et la valeur du modèle.

14 On trouvera chez Élisabeth Carpentier, Georges Pon, « Saint Martin de Vertou », article cité note 5, une traduction complète de la vita et des miracula attribués à Létald, mais réalisée malheureusement à partir des éditions anciennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Turcan-Verkerk, « Langue et littérature latines du Moyen Âge »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 220-222.

Référence électronique

Anne-Marie Turcan-Verkerk, « Langue et littérature latines du Moyen Âge »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/7697 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t5h

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Turcan-Verkerk

Directrice d’études, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search