Navigation – Plan du site

AccueilNuméros140Inde et Extrême-OrientHistoire et sociétés du Vietnam c...

Inde et Extrême-Orient

Histoire et sociétés du Vietnam classique

Philippe Papin
p. 367-368

Résumé

Programme de l’année 2007-2008 : I. Histoire politique du Vietnam aux xviie et xviiie s. — II. Études épigraphiques du monde rural dans le bassin du fleuve Rouge au xviie s.

Haut de page

Texte intégral

1Le séminaire de l’année 2007-2008 a été consacré aux rapports entre la Chine et le Vietnam. Faisant suite à l’étude politique et sociale des xviie et xviiie siècles, traitée l’année précédente, les conférences ont porté sur l’influence chinoise ou, pour mieux dire, sur la constitution au Vietnam d’une sorte de matrice politique, nourrie par les classes dirigeantes, qui s’est évertuée à s’intégrer au plus près du monde sinisé et non pas, comme on le lit trop souvent, à se singulariser et s’éloigner de lui. Les périodes anciennes, antérieures à l’âge d’or du xve siècle, ont été particulièrement étudiées. On y voit en effet apparaître, très clairement parce que les textes ne cherchent pas encore à brouiller les pistes, l’affirmation d’une continuité politique et la revendication, lancinante, de demeurer dans l’aire civilisée qui s’étend de manière concentrique autour du cœur de l’Empire. Cette position, qui n’est pas seulement diplomatique, ne remet pas en cause l’aspiration du Vietnam à l’autonomie politique. Le pays n’en avait guère besoin. Au contraire, elle en définit les conditions de possibilité et la fonde en droit. L’étude de la correspondance de Nguyên Trai, au début du xve siècle, alors que les troupes chinoises occupent le pays, ne laisse guère de doute sur la question. L’intégration à la grande Chine y est réclamée, puisque c’est cette intégration qui permet le retour au statut de pays tributaire, et donc la fin du statut de pays barbare occupé ; et la fracture, d’après les dires de Nguyên Trai, ne passe pas entre mandarins vietnamiens et chinois mais bel et bien entre les Vietnamiens eux-mêmes. C’est au sein de cette histoire longue que les xviie et xviiie siècles prennent tout leur relief. Ils sont marqués, au Nord tout du moins, par une militarisation du régime et un discours politique en rupture avec les légitimations jusque-là mobilisées. Les seigneurs Trinh, qui règnent à l’ombre d’empereurs maintenus sous tutelle, développent en effet toute une rhétorique politique et religieuse qui, au lieu de s’ancrer dans la sphère du monde sinisé, qui est celle des grands mandarins légitimistes, revendiquent haut et fort, pour la première fois, la validité du seul « bon gouvernement » et la prise en compte de la religion locale. Les cérémonies d’investiture changent radicalement. Des sacrifices d’animaux ont lieu sur la place publique. Les fonctionnaires sont conviés à prêter serment après avoir bu du sang sacrificiel. Les conférences se sont arrêtées longuement sur ces aspects qui fournissent comme le contexte général dans lequel s’insèrent les donations pieuses, car celles-ci s’autorisent désormais, surtout au xviiie siècle, à s’éloigner des préceptes canoniques et du bouddhisme convenable. La période est d’autant plus importante qu’au siècle suivant, le xixe, les empereurs Nguyên mettront brutalement fin à ces « dérives populaires » et renoueront, de manière assez violente, avec la plus pure orthodoxie religieuse et politique. La Chine deviendra de nouveau le centre du monde civilisé et, partant, l’obédience à ses principes la marque de la civilisation elle-même. Quand sa lumière faiblira, à partir de 1850, le Vietnam se voudra son continuateur méridional. Les dernières conférences du cycle ont été consacrées aux prolongements contemporains de ces problématiques politiques entre Chine et Vietnam.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Papin, « Histoire et sociétés du Vietnam classique »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 140 | 2009, 367-368.

Référence électronique

Philippe Papin, « Histoire et sociétés du Vietnam classique »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 140 | 2009, mis en ligne le 26 octobre 2009, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/887 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.887

Haut de page

Auteur

Philippe Papin

Directeur d’études, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search