Navigation – Plan du site

Introduction

Catherine Poujol
p. 9-13

Texte intégral

1Lorsque l’urss s’effondre, à l’automne 1991, nul n’est préparé aux transformations qui vont en découler à l’échelle de l’espace ex-soviétique comme dans le reste du monde : un repli nationaliste qui touche tous les pays à commencer par les nei (Nouveaux États Indépendants issus de l’urss) en même temps qu’une réorientation des processus de migrations économiques sans précédent dans ce que les rédactrices de ce numéro des cac appellent « les Suds post-soviétiques ».

2La nécessité de quitter son pays d’origine pour subvenir aux besoins de sa famille et se retrouver dans des conditions la plupart du temps défavorables ne pouvait pas ne pas impacter la santé des millions de personnes impliquées dans ces processus que l’on observe depuis près de trois décennies. De ce fait, la migration, même saisonnière, représente un véritable défi, tant pour la santé des migrants, que pour les pouvoirs publics des pays d’origine dans la perspective de leur retour, comme pour ceux d’accueil.

3De la même façon, tout observateur avisé des transformations politiques, économiques et sociales touchant à l’espace ex-soviétique, même peu enclin à la grille de lecture « postcoloniale » pour expliquer le « post-soviétisme réel » pouvait, en 1991, parier sur le rôle « d’attraction fatale » que seraient amenés à jouer Moscou et bien d’autres villes de la Fédération de Russie – Saint-Pétersbourg, Mourmansk, Norilsk (sans parler des grandes métropoles de Sibérie) – dans les stratégies d’adaptation à l’effondrement du marché du travail et au délitement des filets de sécurité dans les républiques d’Asie centrale qui en ont le plus souffert, le Tadjikistan, le Kirghizstan et l’Ouzbékistan.

4À ce tableau général qui se dessine depuis des décennies, on peut ajouter des éléments périphériques conjoncturels qui font que certaines destinations, comme le Tadjikistan, peuvent constituer une alternative salutaire pour des migrants économiques issus des pays frontaliers – la République populaire de Chine, l’Afghanistan (dont la plupart sont enregistrés comme réfugiés), l’Iran, l’Ouzbékistan. Sans compter le sujet dans le sujet que représente la question de la migration de travail des personnels de santé eux-mêmes !

5Aussi peut-on saluer l’avènement d’une nouvelle approche destinée à favoriser le renouvellement du référentiel d’analyse des changements sociaux qui touchent l’ensemble de la zone depuis plus de 27 ans : les études de santé publique, en croisant épidémiologie et migration.

6De fait, si de nombreuses recherches sociologiques ont été réalisées ces dernières années sur les phénomènes migratoires en Europe et en Asie, rares sont celles qui placent le facteur santé au cœur du processus social, à l’exception des travaux relevant de l’anthropologie médicale qui hélas portent rarement sur l’espace ex-soviétique.

7Peu de spécialistes de l’Asie centrale ont donc été au bout de cette double approche consistant à croiser un phénomène de société déjà documenté à une cartographie de ses conséquences médicales et lorsqu’ils s’y consacrent, leurs travaux restent cantonnés à un public d’experts spécialisés qui n’est pas forcément celui des chercheurs en sciences sociales.

8Or, l’heure est au croisement des informations, des expériences, des données du terrain avec les questionnements des sociologues, démographes, anthropologues et politologues. Les spécialistes du genre ainsi que des questions de santé reproductive ne peuvent pas non plus rester insensibles au traitement de la problématique des femmes en migration, de celles qui restent éloignées de leurs conjoints, de celles dont la santé est touchée par les conditions déplorables de leur séjour, dans un milieu peu hospitalier mais pourvoyeur de revenus indispensables à leur survie individuelle et communautaire.

9C’est le propos de ce nouveau numéro des cac, qui tranche résolument avec les 26 numéros qui l’ont précédé. En effet, il s’appuie en grande partie sur les résultats d’enquêtes quantitatives et qualitatives ancrées dans l’espace centrasiatique, en particulier au Tadjikistan, comme dans les lieux de destination des migrants, du moins dans leur « étranger proche », car il n’est pas question ici de migrations plus lointaines (Europe, États-Unis, Corée du Sud, etc.).

10Il constitue de ce fait, un corpus d’informations qui peuvent à leur tour susciter d’autres recherches. Il s’agit bien ici de promouvoir la notion de « socle de recherches appliquées », ce qui explique le caractère brut des descriptions quantitatives de certains des articles qui le constituent. Il est évident qu’une partie des données qu’on pourra y puiser fera l’objet d’approches analytiques ultérieures.

11En effet, qui pourrait exclure toute corrélation entre état de santé physique et mentale, absence de paix sociale (ou perte des acquis sociaux) et phénomènes croissants de radicalisation islamiste au sein des migrants d’Asie centrale, entre stigmatisation sociale des « tchourkis » (vocable très dépréciatif donné par les Russes aux Caucasiens et aux Centrasiatiques) et réalité des données sanitaires sur l’usage des narcotiques, le développement du hiv/sida, des maladies sexuellement transmissibles, etc. ? Qui peut ne pas saluer une démarche de recherche sur l’occupation par des migrants en provenance des pays voisins du marché du travail laissé vide par le départ en migration « saisonnière » des nationaux du Tadjikistan par exemple ?

12Mais comment penser la santé en migration sans données épidémiologiques précises, sans enquêtes de terrain au sein de populations cibles, sans rapports chiffrés sur l’impact de telle ou telle épidémie ou maladie contagieuse comme la tuberculose sur les stratégies migratoires des personnes soumises à l’étude (tout comme sur les stratégies matrimoniales sur place), sans stratégies alternatives d’accès aux soins ? Comment analyser ces nouveaux phénomènes, leur impact, leur coût social sans sociologie des acteurs de la migration, sans reconstruction préalable du cadre historique, politique et socioculturel dans lequel ils s’inscrivent ?

13La petite communauté des sociologues, anthropologues, des politologues travaillant sur l’Asie centrale doit pouvoir disposer, pour nourrir ses réflexions, des multiples sources d’information qui circulent dans le milieu des ong, des associations, des entrepreneurs de projets ciblés rassemblés en un même ouvrage.

14Il est impossible, à l’heure de la globalisation des problèmes et de la circulation sans limite des informations, comme des individus, de ne pas décloisonner les champs de la recherche, comme le pratiquent déjà de longue date les spécialistes de l’anthropologie médicale qui ont pour certains travaillé sur le sida en ex-urss, les problèmes de toxicomanie et le traitement social de l’homosexualité.

15On peut déplorer, dans le domaine des études sur l’Asie centrale, qu’un manque de diversification des thèmes étudiés se fasse encore ressentir, 27 ans après la fin de l’urss. Et ce, malgré l’apparition de plusieurs générations de jeunes chercheurs très impliqués, mais dont la tâche est immense pour combler le manque d’informations fiables émanant du terrain.

16Saluons donc ici, l’énorme travail réalisé par les éditrices de ce numéro, Sophie Hohmann et Rukhshona Kurbonova, qui ont, à partir de textes, le plus souvent en russe, réussi à transmettre au lecteur francophone, l’essentiel des problématiques fort nombreuses liées aux phénomènes de migration, en privilégiant les études réalisées au point de départ comme à l’arrivée des migrants post-soviétiques, que l’on peut, aujourd’hui encore, désigner sous cette appellation.

Haut de page

Annexe

Čis yim dawra Saweti muxtasar sut
Fukaυ mardum γaribat darbadar sut
Rasiya korvon nur tizd paso pix
Bucik yo pir pandar raguzar sut

Baroi čud vireẋtat surnur čas
Jawon az xu čudan tar mulki δar sut
Navavt taya yi yor nur tar garibi
Čatoq ta olata am ta guzar sut

ϒaribay ar či wunč bizori way ya
Ata ar či nawunč ya besamar sut
Saweti mulk vid bečoraparvar
Rasiya nur xatirat am xatar sut

Fukijo pul bakor pul ar Watan nist
Tu čis xetov mis nur pulti sar sut
Tu vo čas may zamon kudak ta mis zakt
ϒula xalq az zaqax pirat pakar sut1

Voyez, dès que l’ère soviétique a disparu,
Tout le peuple est devenu vagabond,
Par caravanes en Russie,
Vieux et jeunes s’en sont allés,

Pour construire une maison et fêter un mariage,
Les jeunes quittent leur foyer
Si tu ne gagnes pas d’argent,
Tes affaires et ta famille sombreront dans la pauvreté

Celui qui a connu la séparation, n’en voudra plus,
Celui qui ne la connaît pas encore, se presse,
Le pays soviétique était fait pour les pauvres,
La Russie est incompréhensible et dangereuse,

L’argent est nécessaire partout, dans notre patrie il n’y en a pas.
Regardez, quelle époque vivons-nous ?
Même les enfants sont dans le besoin,
Et les adultes ne savent pas comment vivre

Haut de page

Notes

1 Tokhir Kalandarov, « Kostočka sladkaâ, na chužbine ja...: poèzija tadžiksikh migrantov v Rossii », Acta Slavica Iaponica, tome 38, pp. 91-119, 2017. Texte écrit en dialecte rushani (l’un des dialectes pamiris). Je remercie Tohir Kalandarov de m’avoir aidée à traduire en passant par la langue russe. Traduction en français par Sophie Hohmann.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Poujol, « Introduction », Cahiers d’Asie centrale, 27 | 2018, 9-13.

Référence électronique

Catherine Poujol, « Introduction », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 01 août 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/3386

Haut de page

Auteur

Catherine Poujol

Directrice de l’iféac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals