Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Vulnérabilités en migration et ge...Évolution des comportements sexue...

Vulnérabilités en migration et gestion des risques : développement de stratégies individuelles et collectives

Évolution des comportements sexuels et matrimoniaux chez les travailleurs migrants d’origine tadjike en Russie

Analyse des normes et des pratiques socioculturelles
Change in sexual and marital behavior among Tajik migrant workers in Russia: Analysis of sociocultural norms and practices
Сексуальное и семейно-брачное поведение таджикских мигрантов, работающих в России: социокультурные нормы и практика
Saodat Olimova
Traduction de Sophie Hohmann
p. 145-176

Résumés

Cet article porte sur les transformations des comportements matrimoniaux et sexuels chez les travailleurs migrants tadjiks en Russie face au risque d’infection par vih. Basé sur les résultats de trois enquêtes sociologiques menées essentiellement au Tadjikistan et en partie à Moscou, ce travail analyse les normes socioculturelles, les comportements sexuels chez les travailleurs migrants originaires du Tadjikistan. Il s’agit d’étudier et de comprendre les changements comportementaux relatifs au mariage, à l’éthique sexuelle, et ce, en lien avec le processus majeur de migration qui caractérise le Tadjikistan depuis deux décennies. L’article montre que le contexte et l’environnement migratoire entraîne des modifications de perception des normes socioculturelles et implique des changements en termes de vie sexuelle des migrants, de déplacement des frontières du permissible et de l’interdit. Ainsi, à travers la migration de travail en Russie, nous verrons que les travailleurs migrants développent une variété de stratégies matrimoniales et de comportements dans le pays d’accueil, traduisant une certaine autonomie des comportements.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article traduit du russe par Sophie Hohmann

Texte intégral

Introduction et état de la recherche

1La migration de travail généralisée est un phénomène majeur dans la construction de l’État tadjik indépendant. Depuis deux décennies, la migration a un impact considérable sur tous les aspects de la vie politique, économique, sociale, et culturelle du Tadjikistan. Plus de 90 % des migrants originaires du Tadjikistan partent travailler en Russie et sont des hommes. Plus d’un tiers des ménages est concerné par ce phénomène (Brown, Olimova & Boboev, 2008) et ces processus influent sur tous les aspects de la vie sociale de la société tadjike, modifiant les structures familiales, les comportements sexuels et matrimoniaux. Bien que les valeurs patriarcales continuent de guider les comportements sexuels au Tadjikistan, la réalité de la migration bouleverse ces schèmes culturels et sociaux. Non seulement les pratiques changent, mais les attitudes aussi à leur égard. Ces changements se caractérisent, entre autres, par une augmentation de l’incidence du vih et des infections sexuellement transmissibles (ist) chez les migrants et leurs familles (Cook, 2015 ; Bakhromov & Levy, 2013, oim, 2012). De nombreuses études ont été réalisées sur les déterminants multiscalaires qui relient la migration travail et le risque d’infection par vih (Decosas, Kane, Anarfi et al., 1995 ; Weine & Kashuba, 2012). De manière générale, il s’agit d’une faible connaissance de l’infection par vih et des risques de contamination, un faible niveau de dépistage, l’absence prolongée du conjoint, le recours à la prostitution, le partenariat multiple, le refus du préservatif (Hohmann, Olimova, 2012). À cela s’ajoutent les facteurs qualifiés d’indirects que sont les conditions difficiles de travail et de logement, l’accès limité aux services de santé, le statut d’illégalité, les barrières linguistiques, l’absence ou le manque de soutien social, une mauvaise santé, y compris mentale (en raison des niveaux élevés de stress conduisant à la dépression, mais aussi la consommation d’alcool et de drogues), et enfin une sexualité de plus en plus précoce (Amirkhanian, Kuznetsova, Kelly et al., 2011 ; Weine & Kashuba, 2012).

2Les recherches réalisées sur le sujet ont également montré que, pour comprendre le lien entre la migration et l’infection par vih, il est crucial d’étudier les normes socioculturelles relatives au mariage. Or, la migration va modifier fortement ces normes (Olimova & Bosc, 2003). Il se trouve que les migrants, originaires de pays où dominent des normes socioculturelles codifiées et traditionnelles, se caractérisant surtout par un fort contrôle social, vont devoir faire face à des conflits entre les différents modèles socio-normatifs dans le pays d’origine et d’accueil.

3Des études menées dans divers pays ont démontré une multiplicité d’options pour élargir les cadres de comportements normés et leur légitimation dans divers contextes culturels. Par exemple, pour les migrants du Malawi, la migration de la main-d’oeuvre est devenue un rite culturel symbolisant le passage à l’âge adulte (Weine & Kashuba, 2012). La société d’origine porte un jugement positif, non seulement sur l’amélioration du statut financier des migrants et de leur expérience de vie, mais aussi sur leur expérience sexuelle acquise durant la période de travail à l’étranger.

4Dans certaines cultures, la multiplicité des partenaires des travailleurs migrants n’est pas perçue comme une irresponsabilité sociale ou une immoralité, mais plutôt comme un symbole de réussite économique et sociale. En Papouasie Nouvelle Guinée, les épouses ne s’attendent pas à la fidélité de leurs conjoints travailleurs migrants, dans la mesure où ces derniers assurent une garantie financière à leur épouse et leur famille. En revanche, les travailleurs migrants issus de Papouasie Nouvelle Guinée attendent que leurs conjointes leur soient fidèles comme un contre-don en réponse aux transferts d’argent et aux biens matériels reçus (Weine & Kashuba, 2012).

  • 1 Leurs résultats montrent que 30 % des 499 migrants interrogés en consultation à l’hôpital Botkinski (...)

5Les changements de comportement sexuel en migration contribuent à accentuer la vulnérabilité des migrants à l’infection par vih/sida et aux ist. Certains chercheurs pensent que les migrants issus du Tadjikistan sont plus enclins à s’infecter que la population stable en Russie (Amirkhanian, Kuznetsova, Kelly et al., 2011)1. Ils insistent sur le fait que ces risques d’infection seraient dus essentiellement à la séparation des familles, aux partenaires multiples et à une faible connaissance des risques, auxquels s’ajoutent un accès limité aux services médicaux et un faible statut social. Les migrants originaires d’Asie centrale n’ont que de très faibles connaissances concernant l’infection du vih/sida, et n’utilisent que peu de préservatifs (entre 35 % et 52 % avec une partenaire occasionnelle). Par ailleurs, la probabilité de dépistage du vih est plus faible chez les migrants, leur accès aux services de santé sexuelle et reproductive est plus limité que celui des femmes locales (Agadžanân & Zotova, 2014). Malheureusement, peu d’études analysent les causes en fonction des différences de genre en matière de comportement conjugal et sexuel des migrant(e)s.

6Ces dernières années, certaines études ont tenté d’analyser les caractéristiques culturelles du comportement des travailleurs migrants tadjiks qui contribuent à accroître le risque d’infection par vih. Ainsi, Zabroski et al. ont étudié l’utilisation du préservatif chez les hommes migrants tadjiks et leurs partenaires féminins réguliers à Moscou en lien avec leurs représentations de l’intimité. Les auteurs ont constaté que l’utilisation du préservatif dépend du degré d’intimité des contacts entre les migrants et leurs partenaires russes. En même temps, chaque côté perçoit l’intimité et explique l’utilisation / la non-utilisation des préservatifs de différentes manières (Zabrocki, Polutnik, Žonbekov, 2014). Agadžanân et Zotova ont, quant à eux, fait des observations intéressantes sur le conflit entre l’observance de la culture traditionnelle du pays d’origine et les normes dictées par la métropole moderne dans les représentations et le comportement des migrants. Les auteurs soulignent bien que la plupart des répondants, nonobstant l’importance incontestable des normes matrimoniales émises par leur société d’origine (et notamment la prohibition des relations prémaritales et extraconjugales), reconnaissent que ces normes sont difficiles à respecter dans les conditions d’une grande métropole (Agadžanân, Zotova, 2014).

7Râzancev et Akramov ont tiré des conclusions similaires dans leur étude portant sur l’impact de la migration sur le comportement conjugal des migrants tadjiks interrogés en 2012-2013 à Moscou et au Tadjikistan. Les auteurs montrent entre autres que les travailleurs migrants ont essentiellement recours aux services de prostituées et à différents types de polygamie avec les femmes russes se caractérisant notamment par le « mariage blanc » ou le « mariage temporaire ». Ce type de mariage serait pour les travailleurs migrants une stratégie d’adaptation aux nouvelles conditions socio-économiques de la société d’accueil (Râzancev, Pismennaâ, Karabulatova & Akramov, 2014). Les migrants tadjiks partent rarement avec leurs épouses et près de la moitié ont des relations sexuelles avec d’autres partenaires que leurs conjointes. Leurs comportements sexuels changent en même temps qu’ils gagnent en liberté loin de leur société d’origine codifiée et aux prises avec une société différenciée dont les normes ne sont pas les mêmes qu’au Tadjikistan.

  • 2 Ce type d’union signifie que les partenaires ne vivent pas sous le même toit, qu’ils sont liés par (...)

8Les relations polygames des migrants sont de différents types : elles peuvent s’effectuer avec des femmes migrantes originaires du Tadjikistan, d’Ouzbékistan mais aussi avec des femmes russes. Il arrive que ce soit des mariages conclus selon le rite musulman. En ce sens, ils ont un caractère particulier et seraient plutôt de l’ordre du « mariage temporaire » (Râzancev, Pismennaâ, Karabulatova, Akramov, 2014, p. 175). Malheureusement, les auteurs ne fournissent pas d’informations sur la situation familiale et conjugale des migrants interrogés, ni sur le nombre de mariages traditionnels musulmans « nikoh » conclus avec des femmes russes selon la charia. Ils ne distinguent pas les différents types d’union par le mariage dans la compréhension des migrants (union libre séparée « gostevoj brak2 », mariage temporaire, cohabitation, partenariat irrégulier). On ne sait pas non plus quel type de cohabitation est conclu selon la charia, ni dans quelle mesure l’union libre séparée est répandue de manière significative ou non parmi les travailleurs migrants tadjiks et de quelle manière cette union libre séparée influe sur la vie conjugale des migrants au Tadjikistan. Ce sont des questions qui restent en suspens et qui mériteraient des enquêtes approfondies.

9Dans cet article, nous nous interrogerons sur les migrations de travail comme facteur influençant les comportements sexuels et matrimoniaux des travailleurs migrants tadjiks. Dans ce contexte, la question des normes et des pratiques en matière de comportements sera étudiée pour tenter de comprendre comment celles-ci interagissent ou pas avec les normes culturelles de la société d’origine, le Tadjikistan.

Méthodologie

  • 3 Le questionnaire adressé aux travailleurs migrants comportait 134 questions réparties selon les blo (...)

10Cet article est basé sur deux projets de recherche menés par l’auteur de cet article au Tadjikistan et en Russie en 2006 et 2010. Ces projets portent sur les connaissances, les comportements des travailleurs migrants tadjiks et les relations entretenues avec leurs familles en lien avec les infections sexuellement transmissibles et l’infection par vih. La première étude a été initiée par la Mission de l’oim (Organisation Internationale pour les Migrations) à Douchanbé, appuyée par le pnud (Programme des Nations Unies pour le Développement), le Ministère de la Santé de la République du Tadjikistan et avec le soutien financier du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Cette étude s’est avérée cruciale au moment où l’incidence de l’infection par vih et des ist parmi les travailleurs migrants de retour au Tadjikistan connaissait une forte hausse. Cette étude repose sur l’exploitation d’enquêtes quantitatives3 réalisées parmi les migrants de retour chez eux, parmi les migrants travaillant en Russie et les femmes de migrants.

  • 4 La base de données du Centre Sharq comprend 3 400 ménages de migrants pour l’ensemble du territoire (...)

11Les enquêtes de terrain ont été réalisées en janvier et février 2006 par le Centre de recherches sharq (Douchanbé, Tadjikistan) avec notamment des agents de santé spécialisés pour les questions posées plus spécifiquement médicales. 407 entretiens ont été effectués auprès de travailleurs migrants de retour au Tadjikistan. L’enquête a été menée dans sept districts du pays : les districts de Rudaki, Faizabad dans le centre du Tadjikistan, les districts de Vakhsh, Hamadoni dans la région de Khatlon ; ceux d’Isfara, Bobodzhon Gafurov dans la région de Sughd au nord du pays ; Khorog et le district de Shugnan dans la région autonome du Haut-Badakhshan. La sélection des enquêtés s’est faite par échantillonnage aléatoire en utilisant la base de données des ménages de travailleurs migrants créée par le Centre de recherches4 Sharq. Dans chacun des districts enquêtés, dix entretiens approfondis ont été effectués auprès des épouses de migrants (70 au total). De plus, nous avons procédé à des tests de dépistage pour le vih, la syphilis, l’hépatite C en utilisant la technique du « dried blood spot », (technique du sang séché), les dépistages étaient anonymes, réalisés sur la base du volontariat par des agents de santé qualifiés pour ce type de test. Les migrants séropositifs identifiés, ainsi que les migrants atteints d’ist et d’hépatite C ont reçu un traitement dans des établissements médicaux au Tadjikistan.

12Parallèlement à l’enquête menée au Tadjikistan, des enquêteurs spécialement formés ont interviewé des travailleurs migrants tadjiks en Russie, à Moscou et dans la région de Moscou en utilisant la méthode du face-à-face et en contrôlant les données en fonction de la concentration territoriale des migrants : le marché Tcherkizovsky, le marché sud-ouest de Moscou, les chantiers dans les villes de Dolgoprudnom, Odintsovo de l’agglomération de Moscou, les dortoirs des ouvriers travaillant sur les chantiers de la ville de Moscou. Au total 100 entretiens ont été réalisés auprès des migrants (30 femmes et 70 hommes).

13Enfin, l’auteur a mené trente entretiens auprès d’experts travaillant dans des organisations gouvernementales et non gouvernementales spécialisées dans la lutte contre la contamination par le vih et les ist, ainsi que les chefs de brigades de migrants, des migrants représentant les associations de la diaspora tadjike en Russie et des chercheurs. Ces entretiens ont eu lieu à Moscou, ainsi qu’à Douchanbé et Khudjand pour le Tadjikistan.

14Cinq ans après cette première enquête, une nouvelle enquête a été réalisée portant sur les mêmes thèmes que la précédente avec toutefois un changement partiel dans le questionnaire et la méthodologie de recherche. Dans l’enquête de 2010, nous avons gardé quelques blocs du questionnaire de 2006 afin de saisir la dynamique du changement, mais nous avons également inclus des blocs supplémentaires portant sur la santé en général et l’accès aux soins sur le lieu de travail, la santé et les conditions de travail. D’autres blocs de questions ont également été ajoutés portant sur les attitudes envers le vih (stigmatisation), ainsi que l’évaluation des projets et des programmes de prévention et de traitement du vih// déjà mis en œuvre. Le questionnaire comportait 186 questions.

15En février-mars 2010, une enquête de terrain supplémentaire a été effectuée auprès des migrants de retour dans trente villages du Tadjikistan, prenant les mêmes districts que l’enquête précédente pour établir une comparaison. Au total, 350 migrants de retour ont été interrogés. La procédure de sélection était la même qu’en 2006 et portait sur la base de données du centre Sharq enrichie depuis la précédente enquête.

  • 5 Les résultats de l’enquête de 2006 ont également été présentés lors de la première et deuxième Conf (...)

16Parallèlement aux méthodes quantitatives, nous avons utilisé des méthodes qualitatives, nous avons organisé des focus group, des interviews approfondies basées sur des questionnaires structurés semi-ouverts et des biographies de vie (36 entretiens approfondis auprès des femmes de migrants, 12 focus group ont eu lieu entre mars et juin 2010 avec des migrants de retour, avec des épouses de migrants, avec des personnels des ong travaillant sur la prévention du vih et de la tuberculose, avec des médecins). Les résultats des enquêtes de 2006 et 20105 ont été présentés sous forme de rapports assortis de recommandations. Ils ont été discutés au sein du ministère de la Santé de la République du Tadjikistan ainsi que dans des organisations internationales dont le travail se concentre justement sur la question de la lutte contre le vih et les ist.

17Pour compléter ces enquêtes, l’auteur a effectué dix enquêtes supplémentaires auprès de chefs de brigade de migrants, de migrants expérimentés, du personnel d’ong travaillant avec les migrants et des chercheurs à Moscou durant l’été 2014. Les données qui avaient été recueillies en 2002 (Olimova & Bosc, 2003) ont également été utilisées. Il convient de noter que toutes ces études visaient à étudier la situation dans son ensemble sans identifier les caractéristiques des tendances migratoires individuelles, ni le comportement spécifique des représentants des groupes régionaux ou des adeptes des tendances religieuses au Tadjikistan.

Résultats de la recherche et analyse des données

Profil des travailleurs migrants et caractéristiques sociodémographiques

18En Russie, le travailleur migrant originaire du Tadjikistan est la plupart du temps un jeune homme adulte engagé dans des travaux de construction difficiles et peu qualifiés. Jusqu’à la crise de 2008, les migrations de travail n’ont cessé d’augmenter vers la Fédération de Russie, avec une légère baisse entraînée par la crise suivie d’une reprise à court terme jusqu’à la crise de 2014 où l’on assiste à une baisse constante cette fois-ci des flux migratoires. Parallèlement aux variations de flux, on observe des changements de stratégies migratoires, de caractéristiques sociodémographiques ainsi que dans les rapports de genre.

  • 6 Après la crise de 2008-2009, la part des femmes a recommencé à croître, atteignant 7,8 % en 2010 et (...)

19Certaines études réalisées sur la question du genre dans les dynamiques migratoires semblent montrer une féminisation de la migration (Ryazantsev, Pismennaya, Karabulatova & Akramov, 2014), tandis que d’autres études ne le confirment pas. Selon nos recherches effectuées en 2002, les femmes représentaient 15 % de tous les migrants issus du Tadjikistan, ces femmes étaient la plupart du temps engagées dans le commerce de navette (Olimova & Bosc, 2003). La disparition de cette niche économique a de facto entraîné une diminution de la part des femmes dans le volume total des migrations de 4 à 5 % en 2007. Parallèlement, s’est rapidement développé en Russie le secteur de la construction dans le domaine du bâtiment, secteur qui exige une main-d’œuvre essentiellement masculine6.

  • 7 Pour cette enquête, nous avons utilisé la méthode d’auto-remplissage d’un questionnaire garantissan (...)

20Dans les recherches effectuées en 2006 et en 2010 sur lesquelles est basé cet article, la structure genrée des migrants était caractérisée par une prédominance absolue des hommes : en 2010, 98,6 % des répondants étaient des hommes, en 2006, 95,3 % des hommes et 4,7 % des femmes ont été interrogés. Il faut souligner ici que les résultats obtenus s’expliquent par la méthodologie de recherches (présentant un biais) qui consistait à mener les enquêtes à domicile dans les ménages de migrants, à une période où les migrants ne sont pas encore (re)partis en migration (janvier février). Cette méthodologie nous a permis d’interroger un maximum de migrants. En règle générale, il y a très peu de femmes parmi les travailleurs saisonniers, alors qu’elles sont plus nombreuses parmi les migrants de longue durée (services, commerce, restauration) et leurs proches restés au pays ne sollicitent pas leur retour annuel. Pour mieux capter, analyser les migrations féminines il est nécessaire de les interroger dans le pays d’accueil, la Russie. C’est pour tenter d’appréhender ce phénomène que nous avons réalisé une petite enquête exemplaire fin 2006 à Moscou où une trentaine de femmes migrantes ont été interrogées7. La structure par âge observée dans les deux enquêtes (2006 et 2010) confirme que les jeunes hommes constituent une part dominante parmi les migrants d’origine tadjike : 36,3 % ont entre 18 et 29 ans, 37,7 % entre 30 et 39 ans, 20 % entre 40 et 49 ans et 6 % ont plus de 50 ans. En comparant les matériaux récoltés en 2006 et 2010, on constate que la structure par âge des travailleurs migrants tadjiks a peu changé, seule la part des 30-39 migrants d’été a augmenté (voir le tableau 1).

Tableau 1
Caractéristiques sociodémographiques des migrants

  

Migrants (%)

Sexe

2010
N=350

2006
N=507

Masculin

98,6

89,8

Féminin

1,4

4,7

18-29 ans

36,3

43,5

30-39 ans

37,7

31,0

40-49 ans

20

19,4

50+

6,0

6,1

Éducation

  

  

Primaire

0,6

0

Secondaire incomplète (8-9 ans)

8,9

7,1

Secondaire complète (10-11 ans)

39,4

41,5

Secondaire technologique complète (Technicum, lycée technique)

29,1

28,3

Supérieure complète et incomplète

22,0

23,1

Sphère d’activité (au départ)

  

  

Construction

56,0

47,2

Employés

23,6

22,5

Commerce

9,1

13,3

A son compte

2,4

8,9

Agriculture

2,3

5,1

Manutentionnaire

6,6

2,1

Sans emploi

0,3

0,7

Durée du séjour à l’étranger

  

  

Jusqu’à 6 mois

30,3

14,0

7-12 mois

43,1

53,6

Plus d’un an

22,9

28,7

Plusieurs années

3,7

3,7

Statut légal

  

  

% migrants travaillant légalement

80,3

45,2

% migrants en situation légale dans le pays d’accueil

90,6

74,7

Statut matrimonial

  

  

% répondants mariés

90,2

81,7

Pays de destination, répartition territoriale et emploi des migrants

21Plusieurs facteurs ont facilité les processus migratoires entre le Tadjikistan et la Russie : l’absence de visa, le passé soviétique commun, une langue commune. Ils ont contribué en grande partie à l’unification des marchés du travail entre la Russie et le Tadjikistan. Seul un petit nombre de migrants issus du Tadjikistan ont travaillé dans d’autres États postsoviétiques comme le Kazakhstan (1,1 %) et l’Ukraine (0,9 %).

22Les migrants issus du Tadjikistan sont concentrés de manière croissante dans l’agglomération de Moscou (Danzer & Ivashchenko, 2013), véritable espace d’attraction pour ces migrants, où travaillent 42,3 % des répondants. Les principales sphères d’activités économiques sont surtout celle de la construction (56 %) et dans une moindre mesure les sphères du commerce (9 %), des transports (8 %) et des services (6 %). Si en 2002, un peu plus d’un quart de l’ensemble des migrants tadjiks se trouvait à Moscou (Olimova & Bosc, 2003), en 2006, ils sont 49 % et en 2012, 62,1 % de l’ensemble des migrants issus du Tadjikistan interrogés (Danzer & Dietz, 2014). Entre 2006 et 2010, la proportion de migrants travaillant légalement en Russie a augmenté de manière significative, passant de 45,2 % en 2006 à 80,3 % en 2010. Cette hausse est la conséquence de la libéralisation de la législation de la Fédération de Russie en 2007, selon laquelle les citoyens des pays non soumis au régime de visas pouvaient demander un permis de travail indépendamment sans avoir à signer un contrat préliminaire avec un employeur potentiel.

23Puis, la crise de 2014 a engendré une baisse de la migration mais aussi une certaine redistribution territoriale des migrants originaires du Tadjikistan qui se retrouvent plus concentrés à Saint-Pétersbourg et à Kazan sur les chantiers de la Coupe du Monde de 2018.

Durée des séjours, entre ici et là-bas

  • 8 Ils travaillaient la plupart du temps dans la construction, l’industrie extractive, l’agriculture, (...)
  • 9 Le changement de la structure démographique et de la composition des migrants tadjiks sous l’influe (...)

24Parmi l’ensemble des migrants issus du Tadjikistan se distinguent plusieurs stratégies et modèles migratoires. Les principales différences reposent sur la durée du travail à l’étranger et la fréquence des trajets entre le pays d’origine (le Tadjikistan) et le pays d’accueil (la Russie). Le groupe le plus important est celui des saisonniers8 (67,4% dans l’enquête de 2010) qui passent quelques mois seulement à l’étranger et le reste du temps chez eux. Selon l’enquête de 2010, 43,1 % des répondants ont travaillé entre 7 et 12 mois en Russie durant le dernier séjour (ce taux était de 53,6 % dans l’enquête de 2006) et 30,3 % ont travaillé jusqu’à 6 mois (14 % en 2006), (tableau 1). La crise de 2014 a ensuite eu une incidence non négligeable sur la réduction du nombre de saisonniers9.

25Le second groupe concerne les migrants de longue durée. Dans l’enquête de 2010, 22,9 % des répondants travaillaient en Russie plus d’un an (28,7 % en 2006) et 3,7 % restaient plusieurs années en dehors de leur pays (tableau 1). Parmi ces migrants de longue durée se trouve une forte proportion de jeunes célibataires qui passent de longues périodes dans le pays d’accueil. Ceci entraîne l’affaiblissement des liens familiaux et des liens sociaux avec leur pays d’origine, mais d’un autre côté, ils sont davantage intégrés dans la société d’accueil.

Comportements matrimoniaux des migrants

26La plupart des migrants interrogés étaient mariés au moment des enquêtes : 90,2 % en 2010 (81,7 % en 2006). Comme le montre le tableau 2, la majorité des mariages sont enregistrés selon la charia (nikoh) et sont parallèlement enregistrés à l’état civil (zags). Seuls 0,9 % des migrants ont conclu un mariage musulman (nikoh) sans enregistrement à l’état civil et autant disent vivre en polygamie ayant conclu des mariages uniquement selon le rite musulman (nikoh). Nombreux sont toutefois les mariages à avoir été arrangés par les parentèles restées au pays. Même si les migrants sont partis depuis une longue période, les parents vont leur chercher une épouse dans le pays d’origine.

Le mariage, c’est l’affaire des parents. Mes amis qui vivent et travaillent à Moscou sont célibataires et soudain ils reçoivent un post sur facebook qui dit : mariage dans deux semaines. Ce qui signifie que les parents ont trouvé une épouse au Tadjikistan et s’apprêtent à organiser le mariage.
Fakhod, 27 ans, éducation supérieure, Moscou (juin 2014).

Tableau 2
Statut familial des migrants

  

Question sur le statut social au moment de la migration

2010
N=350

2006
N=407

  

  

%

%

1

Marié/Mariée (mariage enregistré à l’état civil et selon le rite musulman « nikoh »)

81,7

77,9

2

Célibataire (n’a jamais été marié(e))

13,4

19,7

3

Divorcé(e)

2,0

1,0

4

Marié/Mariée mais vivent séparés

0,0

0,7

5

Mariage non enregistré à l’état civil, mais conclu selon le rite musulman

0,9

0,2

6

Veuf/veuve

1,1

0,0

7

Mariage polygame, avez-vous plusieurs épouses ?

0,9

0,0

8

Pas de réponse / Ne sait pas répondre

0,0

0,5

  

Total

100,0

100,0

27La plupart des migrants mariés partent en Russie sans leur conjoint. Seulement 4,9 % partent en couple. La comparaison des données de 2002, 2006 et 2010 montre que le nombre de migrants qui partent en Russie avec leur épouse diminue, passant de 7 % en 2002 à 5,9 % en 2006 et 4,9 % en 2010. Dans le même temps, la proportion des migrants souhaitant partir avec leur épouse en Russie est passée de 11,6 % en 2006 à 15,6 % en 2010. La contradiction entre le désir de travailler à l’étranger avec son conjoint et la réalité s’explique par un certain nombre de facteurs circonstanciés. Tout d’abord, les migrants et leurs épouses sont de jeunes mariés avec de jeunes enfants. La plupart d’entre eux sont ruraux. Malgré la charge de tout petits, les femmes participent activement à l’économie domestique. Elles s’occupent du bétail et des volailles, de la culture maraîchère, de la transformation des produits agricoles comme le séchage des fruits, la fabrication de produits laitiers. Dans les villes russes, les femmes tadjikes lorsqu’elles accompagnent leur conjoint et ont de jeunes enfants à charge, sont obligées de rester à la maison sans aucune activité génératrice de revenus. Les conditions de vie difficiles, l’insécurité financière et légale sont autant de contraintes qui expliquent la faible proportion de conjointes accompagnant leur époux en migration. Selon l’enquête de 2010, 83,6 % des répondants déclaraient que dans ces circonstances ils préféraient partir seuls.

J’ai trois jeunes enfants, et partir à l’étranger avec mon mari est très compliqué. Premièrement, parce que cela représente de grosses dépenses, ensuite parce que le logement est un problème et enfin à cause des difficultés avec la propiska et l’inscription des enfants au jardin d’enfants.
Olima, 31 ans, éducation secondaire, au foyer, district de Vahdat (Focus group avec les femmes de migrants, mars 2010).
Comment puis-je partir avec mon mari en Russie ? Nous avons un petit enfant, un terrain agricole, des animaux. À qui laissons-nous tout cela ?
Salomat, 44 ans, éducation secondaire, ouvrière agricole, district de Bokhtar (février 2006).

28Par ailleurs, les prises de décision quant à la migration de travail s’effectuent par les membres de la famille selon un code social patriarcal bien établi. Les hommes doivent subvenir aux besoins de leur famille, de leurs parents et des membres les plus jeunes du ménage et cela, selon une idéologie de genre très codifiée. Cette architecture de la société tadjike pose la migration comme une obligation socio-économique pour les hommes du ménage capables de travailler et qui se retrouvent pourvus d’une mission à remplir par leur communauté. Cela est confirmé par les données recueillies sur l’état matrimonial des migrants, en effet, 62 % d’entre eux sont des fils de chefs de ménage et 26 % sont déjà des chefs de ménage. Ainsi, la majorité des migrants appartiennent à un ménage et voient peser sur eux une série d’obligations à honorer.

Attitude envers les transgressions des normes religieuses et culturelles durant les séjours de migration

29Indépendamment du statut social, les membres du ménage développent une attitude positive et concertée envers la migration, qui vise à protéger les intérêts du ménage dans son ensemble. Ce consensus inclut l’acceptation tacite de transgressions des comportements sociaux et normatifs à l’étranger, y compris les rapports sexuels hors mariage.

30Au cours de la migration, les migrants peuvent se retrouver confrontés à un travail inacceptable pour les hommes comme la traite des animaux à la ferme, le nettoyage des toilettes, l’emploi d’« hommes » de chambre dans les hôtels. Ils vont devoir se nourrir avec de la nourriture illicite (non halal), réduire au minimum ou même renoncer à certains rites et obligations religieux (jeûne, prière), ne pas se soumettre aux règles de conduites à observer par rapport aux femmes. Les migrants expliquent les raisons du caractère de ces nécessités comme suit : tout d’abord, ils disent qu’« ici personne ne les connaît », ils se trouvent en dehors du contrôle social familial, communautaire traditionnel, ensuite, « les choses qui ne sont pas acceptables » le deviennent, tacitement, dans des circonstances exceptionnelles, la migration de travail étant considérée par la communauté tadjike comme une mesure exceptionnelle pour protéger les familles de la faim. L’« inacceptable » peut se traduire par une nécessité, une exigence de la société d’accueil. Par exemple, même celles et ceux qui avaient du mal à s’imaginer ne plus porter la barbe ou le hijab, pour ne pas entrer en conflit avec la société d’accueil, finissent par renoncer à tout signe extérieur de religiosité.

Si tout le monde porte une barbe autour du Kremlin… Cela ne va pas leur plaire. Nous n’avons pas besoin de cela. Il vaut mieux se raser.
Rustam, 35 ans, éducation secondaire générale, chauffeur à Tioumen, originaire du district de Piandj (juillet 2014).

Le mariage et l’éthique sexuelle dans la société tadjike

31Les migrants tadjiks en Russie conservent leur vision des valeurs et des comportements traditionnels qui caractérisent la société tadjike. Au Tadjikistan, la famille se pose comme une unité de production économique articulée autour d’une division stricte du travail, de la répartition genrée des rôles. La règle paradigmatique de l’organisation sociale de la vie matrimoniale est sa subordination à la famille (la parentèle), (Kasymova, 2006). La préservation des mécanismes d’autorité et d’éthique familiale relatifs au mariage au Tadjikistan s’explique notamment par les liens forts entretenus au sein de la famille tadjike. Les jeunes vivent la plupart du temps avec une ou deux générations plus anciennes et avec leur père comme chef de ménage. Les pères ont souvent un niveau d’éducation supérieur à celui des mères. Les ménages se composent en moyenne de 6 membres et il n’est pas rare qu’ils s’étendent à 10 membres. Il existe aussi des ménages de plus de 20 personnes surtout en milieu rural. Les familles élargies regroupant plusieurs générations sont responsables de la famille plus jeune au sein du ménage élargi et s’occupent notamment de son logement, de ses besoins matériels indépendamment des revenus perçus par les jeunes.

32La dernière enquête « La jeunesse d’Asie centrale au Tadjikistan » réalisée sur les systèmes de valeurs chez les jeunes du Tadjikistan en 2015-2016 auprès de 1 000 jeunes ayant entre 14 et 29 ans montre que les perceptions des jeunes générations quant au mariage sont très proches de celles de leurs parents. Le mariage reste une priorité pour 90,6 % des jeunes filles et pour 86,3 % des jeunes garçons (Olimov & Sakhibov, 2017).

33La majorité absolue des jeunes lie son destin au mariage et à la vie de famille même si certains jeunes issus du milieu urbain s’intéressent au concubinage, à la cohabitation informelle. La moitié des jeunes interrogés a souligné que le mariage permettait de devenir responsable pour chacun des partenaires et un quart des répondants est convaincu que le mariage est bien plus adapté que le concubinage/la cohabitation. Enfin, 20 % d’entre eux pensent que le mariage permet de développer une plus grande responsabilité des parents envers leurs futurs enfants.

34Les comportements matrimoniaux, sexuels et reproductifs sont hétéronomes au Tadjikistan et l’institution du mariage en témoigne. Celle-ci est codifiée et comprend : a) l’enregistrement officiel au bureau d’état civil ; b) l’institution du mariage selon la charia « nikoh » ; c) la reconnaissance sociale, c’est-à-dire l’organisation d’une série de rituels propres au mariage avec la participation des parents au sens large, l’inclusion du conjoint/de la conjointe dans les réseaux de parentèle et de compatriotes. Si cette dernière condition n’est pas remplie, dans ce cas le mariage n’accorde pas tous les droits et n’exige donc pas l’exécution de toutes les obligations. Il s’agit des seconds mariages et suivants conclus selon la charia « nikoh ». Habituellement, l’opinion publique les assimile à la cohabitation, car ces mariages, ne sont pas conclus formellement au bureau de l’état civil (zags) et il n’y a pas de reconnaissance sociale du mariage, parce que les secondes épouses ne sont généralement pas incluses dans les réseaux de parentèle du mari. Cette analyse des seconds mariages a été faite par Juliette Cleuziou, qui a montré que les seconds et troisièmes mariages ne sont pas égaux aux premiers mariages et remplissent d’autres fonctions. L’importance et le niveau des obligations de ces mariages sont largement réduits (Cleuziou, 2016). Certaines couches sociales comme les élites, les Tadjiks russophones qui sont attachés à l’éthique du mariage soviétique ; la jeunesse étudiante occidentalisée, les migrants transnationaux, n’obéissent pas à ces règles. La polygamie n’est pas bien perçue par la société tadjike, y compris par la jeunesse. L’enquête portant sur les valeurs des jeunes au Tadjikistan montre que 81 % des répondants s’érigent contre la polygamie (92,6 % des filles et 70,7 % des garçons), (Olimov, Sakhibov, 2017). Concernant la place de la femme dans la famille, deux groupes de réponses se distinguent, le premier (44,7 %) est convaincu que la femme doit se soumettre aux décisions des hommes. Le second, quasiment la même proportion que le premier groupe, pense que les hommes et les femmes disposent des mêmes droits au sein de la famille ; 8,5 % des jeunes tadjiks considèrent la femme libre et indépendante (Olimov & Sakhibov, 2017).

35Néanmoins, le scénario paradigmatique de la vie sexuelle reproduit le pouvoir patriarcal et le contrôle strict de la sexualité reste éloigné des dynamiques de représentations chez les jeunes.

Ma famille habite au Tadjikistan. Ma mère m’a marié, elle a trouvé elle-même une fiancée pour moi, je n’étais pas contre. L’amour ? Et pour quoi faire ? Elle par exemple elle m’aime. Alors si elle m’aime, elle peut en aimer un autre. Alors ? Je n’ai pas besoin d’amour. L’essentiel est qu’elle connaisse son devoir et qu’elle respecte mes parents. Nos femmes sont fidèles. Je travaille en Russie et je ne m’inquiète pas pour ma famille. Mais ici, en Russie, c’est différent.
Rustam, 35 ans, éducation générale secondaire, chauffeur à Tiumen, originaire du district de Pjandj (juillet 2014).

36Dans la société tadjike, le modèle dominé par la croyance selon laquelle les relations sexuelles sont interdites avant et en dehors du mariage est vivace. Selon les matériaux récoltés lors d’une enquête menée par l’Institut de démographie de l’Académie des sciences du Tadjikistan en 2005, 67,9 % des personnes interrogées, dont 71,7 % des femmes et 64,1 % d’hommes, ont désapprouvé les relations sexuelles hors mariage pour les hommes et les femmes (Islamov, 2006). Par ailleurs, les résultats de l’enquête sur la jeunesse tadjike menée en 2015-2016 auprès de 1 000 jeunes ayant entre 14 et 29 ans montrent que parmi les jeunes interrogés, 36,8 % soulignent l’importance de la virginité pour les deux sexes, et 51,3 % pour les filles. Seulement 2,3 % des répondants considèrent la virginité comme un concept obsolète ou un fardeau psychologique supplémentaire pour les jeunes (Olimov & Sahibov, 2017).

37Il se trouve que les femmes et les hommes entament leur vie sexuelle de plus en plus tard avec comme conséquence un recul de l’âge au mariage (Hohmann, Olimova, 2012). En 2016, la plupart des jeunes interrogés dans le cadre de l’enquête intitulée « La jeunesse d’Asie centrale au Tadjikistan » sont contre les pratiques sexuelles ne respectant pas la tradition. Dans la même logique, les jeunes considèrent de manière très négative l’interruption de grossesse. Environ 26 % des répondants pensent que l’avortement devrait être interdit par la loi, 41 % des répondants estiment que l’avortement devrait être interdit par la loi, sauf pour raisons médicales, 11,3 % estiment que l’avortement doit être légal, et presque 22 % des jeunes n’ont pas d’opinion sur cette question (Olimov & Sahibov, 2017). Néanmoins, les normes socioculturelles relatives au mariage et aux comportements sexuels sont assez éloignées de la réalité. Ainsi, les résultats de l’enquête précitée montrent que 12,8 % des jeunes interrogés ayant entre 14 à 29 ans ont eu des relations sexuelles avant et hors mariage (Olimov & Sahibov, 2017). La cohabitation informelle (concubinage) se répand, surtout dans le milieu étudiant, de même que les relations occasionnelles, la prostitution et la cohabitation rémunérée (les femmes entretenues).

Comportement sexuel des migrants dans le pays d’accueil

38Dans le pays d’accueil, ici la Russie, les migrants tadjiks voient leurs repères socio-normatifs modifiés par les valeurs propres à la société russe. Ils vont voir se modifier leurs comportements dans un contexte migratoire difficile lorsqu’ils se retrouvent notamment en dehors de la légalité, ou exploités, lorsqu’ils sont isolés et confrontés à des contacts à court terme. Échappant au contrôle social strict et codifié de la société d’origine, surtout en milieu rural tadjik, les migrants vont se retrouver dans une société où la notion de vie sexuelle se trouve complètement modifiée, et ses représentations beaucoup plus libres. Le contexte migratoire « exceptionnel » dans lequel se trouvent les travailleurs migrants tadjiks va faire bouger considérablement les limites de l’autorisé, de l’acceptable.

39Les femmes migrantes se retrouvent dans une situation complexe lorsqu’elles vivent avec leur conjoint, leurs enfants ou/et leurs parents en migration. Certaines d’entre elles sont célibataires ou divorcées et entretiennent des relations sexuelles avec d’autres migrants et concluent des unions temporaires (mariage religieux « nikoh », ou autre) qui peuvent se transformer parfois en véritable mariage. Les femmes sont vulnérables en migration surtout lorsqu’elles sont seules et se retrouvent impliquées dans des conditions d’exploitation sexuelle, de prostitution (Hohmann, Olimova, 2012).

40Si l’on s’en tient à l’enquête de 2010, 38,2 % des répondants ont déclaré ne pas avoir de relations sexuelles en migration, 22,2 % avaient des relations sexuelles avec des partenaires occasionnels, 11,5 % avaient des partenaires réguliers (« petites amies »), 10 % avec les prostituées, 8,4 % avec leur épouse, 6,5 % avec les femmes qu’ils entretiennent (voir tableau 3).

Tableau 3
Relations sexuelles des migrants dans le pays d’accueil (2010, n=401)

Avec qui entretenez-vous des relations sexuelles en migration, avec votre épouse, une partenaire permanente (mariage civil / cohabitation), avec une femme entretenue, avec une prostituée, une partenaire occasionnelle ? Autre ?
(Plusieurs réponses sont autorisées)

  

  

%

1

Épouse

8,2

2

Partenaire permanente (petit amie)

11,5

3

Femme entretenue

6,5

4

Prostituée

10,0

5

Partenaire occasionnelle

22,2

6

Pas de rapports sexuels

38,2

7

Connaissance

0,5

8

Migrantes, femmes à tout faire dans la brigade

1,0

9

Deuxième épouse

0,2

8

Pas de réponse / Ne sait pas répondre

1,7

  

Total

100,0

41Les différentes enquêtes effectuées en 2006 et 2010 puis en 2014 ont montré la complexité et l’ambiguïté des termes utilisés par les migrants : « épouse », « partenaire permanente » / «petite amie », «femme entretenue », «partenaire occasionnelle », «femme à tout faire ». Nous allons tenter de saisir la portée de ces « catégories » pensées par les migrants et leur entourage.

Épouses

42Le terme « épouse » conserve en migration la plupart des valeurs qu’il recouvre au Tadjikistan. En migration, l’épouse peut travailler avec son mari ou sa parentèle, s’occuper des tâches domestiques, des enfants, mais aussi prendre part à des activités sociales organisées par les migrants et les réseaux de compatriotes en migration ainsi que par les diasporas. En règle générale, seules les femmes arrivées avec des migrants remplissent toutes ces fonctions et obligations. Néanmoins, certains migrants utilisent parfois le terme « épouse » pour se référer à des partenaires permanentes.

Deuxième épouse

43Bien qu’un certain nombre de publications (Ryazantsev, 2014) mettent en avant la question des seconds mariages (ou mariages « parallèles ») avec des femmes russes parmi les migrants tadjiks, nos recherches montrent que ce type de mariage est plutôt rare. Cela n’est pas surprenant, puisque l’enregistrement du mariage avec des femmes russes est fortement lié à la résolution de questions administratives comme l’obtention de la citoyenneté russe (Florinskaya, 2012). Les seconds mariages conclus par des migrants tadjiks pendant la période de migration de la main-d’oeuvre sont établis de diverses manières. Il peut s’agir de l’enregistrement officiel du mariage avec une femme russe conformément à la législation de la Fédération de Russie sans la conclusion d’un mariage traditionnel musulman « nikoh ». Bien que les migrants obtiennent la citoyenneté russe par le mariage, ils conservent toutefois leur représentation du Tadjikistan comme étant leur « foyer » et, dans le cas où ils auraient une épouse et des enfants dans leur pays d’origine, ils sont censés soutenir financièrement leur famille et la visiter périodiquement. Les migrants peuvent avoir des enfants dans leurs deux familles : au Tadjikistan et en Russie. Selon l’enquête, le principal problème réside dans la croyance religieuse des enfants nés en Russie de mère russe. Les entretiens menés auprès des migrants tadjiks montrent que le père tadjik va accepter que ses enfants issus du mariage avec une femme russe soient baptisés pour permettre une meilleure intégration de leurs enfants dans la société russe.

Tout de même, une femme russe, c’est un problème. Nous avons baptisé notre fille. Ma femme est orthodoxe, elle a également été baptisée. Mieux vaut une fille chrétienne qu’une musulmane inachevée. J’ai un ami, il est koulâbi [de la région de Koulâb au Tadjikistan]. Il a aussi une femme russe et les enfants sont baptisés.
Rakhim, 55 ans, Éducation supérieure, Chirurgien, Moscou (juin 2014).

  • 10 Dans ce cas, l’épouse tadjike reste vivre dans la maison de son mari avec ses enfants.

44Il arrive que les migrants tadjiks concluent des mariages fictifs/blancs avec des femmes locales moyennant finance afin d’obtenir la citoyenneté russe. Dans ce cas, les migrants tadjiks divorcent de leur épouse au Tadjikistan officiellement mais ne la renient pas et donc ne cassent pas le mariage musulman10. Les épouses acceptent un divorce officiel, de sorte que le mari puisse à l’avenir obtenir la citoyenneté russe et travailler sans difficultés. Ce sont des stratégies d’adaptation qui peuvent avec le temps bouleverser considérablement les équilibres familiaux, notamment lorsque le mariage blanc se transforme un véritable mariage et que le migrant cesse, au fur et à mesure, de garantir un soutien financier à sa famille restée au pays.

45Dans le cas où la deuxième épouse (en Russie) est musulmane, alors les migrants concluent un mariage musulman « nikoh » :

Pour obtenir la citoyenneté, j’ai conclu un mariage blanc. Ensuite, le mariage est devenu bien réel, on a invité le mollah et nous nous sommes mariés religieusement « nikoh ». Ma femme est kazakhe, elle vit ici à Moscou, elle est aussi réparatrice/restauratrice. Ensemble, nous faisons des réparations. Elle a deux enfants de son premier mariage, ils sont grands maintenant, sa fille est mariée à un Russe. Ma femme a 15 ans de plus que moi. C’est une bonne personne. Elle sait que j’ai une femme et deux fils à la maison [au Tadjikistan]. Je rentre à la maison voir ma famille une fois par an. Ma femme à Moscou n’est pas contre, elle comprend tout.
Mekhrullo, né en 1983, éducation secondaire, ouvrier-restaurateur, Moscou (juin 2014).

46Il y a aussi des cas où les femmes russes acceptent de se convertir à l’Islam pour se marier religieusement avec leur conjoint tadjik musulman (en plus du mariage civil). Rares sont toutefois les cas où les migrants se marient avec une femme russe seulement religieusement.

Les migrants sont prêts à se marier avec des femmes russes. Très souvent, ils souhaitent que leur épouse russe se convertisse à l’islam. Elle est invitée aux réunions religieuses. Tout le monde souhaite qu’elle devienne musulmane, qu’elle devienne « sienne », grâce à elle, ils obtiennent la citoyenneté, la propiska, etc.
Rakhim, 55 ans, éducation supérieure, chirurgien, Moscou (juin 2014).
Je vis avec mon frère. Il a la citoyenneté russe, il est marié à une femme russe. Sa femme s’est convertie à l’islam et elle est devenue très pratiquante, elle prie cinq fois par jour, porte le hijab.
Rustam, 35 ans, éducation secondaire générale, chauffeur à Tiumen, originaire du district de Piandj. Rustam vit dans une famille élargie à Tiumen, avec son oncle et son frère aîné, deux nièces adultes, tous sont très croyants (juillet 2014).

Partenaires permanentes/Petites amies

47Ce phénomène est intéressant car le terme « petite amie » recouvre différents types de partenariat. Très souvent, les relations entretenues par les migrants avec leur petite amie se construisent sur le modèle de la cohabitation, le mariage de fait qui est très répandu en Russie. Ces relations sont basées sur un partenariat et des intérêts communs.

Qu’est-ce qu’une « petite amie » ? C’est une partenaire permanente, sexuelle, mais surtout économique. Du type girlfriend. La plupart du temps, ils [le migrant et sa petite amie] vivent ensemble, louent un appartement ou une chambre. Ils cuisinent souvent ensemble, gèrent leur économie [celle du ménage] de manière commune. Mon ami Ališer a une petite amie. Il est chef de brigade, elle est moldave, ils ont travaillé ensemble et elle a trouvé des ouvriers pour Ališer lorsqu’il a reçu un cahier des charges. En ce qui les concerne, ce sont les affaires qui occupent le premier plan.
Džafar, 24 ans, programmeur, éducation supérieure, Moscou (juillet 2014).

48Dans ce type de relations, il n’y a pas de mariage civil, ni religieux, il n’y a pas de reconnaissance sociale au sens où les migrants ne font pas entrer leur petite amie dans leur monde social, ne les présentent pas à leurs proches. Ils cohabitent, vivent ensemble mais les migrants ne s’engagent pas à garantir un soutien matériel à leur petite amie et n’en sont pas responsables. Cette cohabitation est censée être temporaire et permet d’éviter les naissances. C’est une sorte de système d’arrangement avec des liens de réciprocité. Souvent, les migrants éprouvent des difficultés à expliquer la portée de leurs obligations dans leur cohabitation. Ainsi, 35,1 % des répondants estiment qu’un homme devrait être fidèle à sa petite amie/partenaire permanente s’il y a cohabitation, et 39,8 % disent l’inverse, 25,1 % des répondants ne savent pas répondre. Ceci est intéressant car dénotant aussi une nouvelle « norme » comportementale qui est très éloignée des codes socioculturels institués par leur société d’origine.

49Le plus souvent, les petites amies des travailleurs migrants tadjiks sont des migrantes travaillant à proximité et ces femmes migrantes sont la plupart du temps originaires d’autres pays :

Nos Tadjiks ont comme petites amies des Russes, mais aussi des travailleuses migrantes issues d’autres pays de la région comme l’Ouzbékistan, l’Ukraine. Les migrantes rencontrent dans leur cercle d’autres migrants par exemple en travaillant sur un chantier, la construction d’une maison. Ou bien ils travaillent tous pour une même brigade.
Bobošo, né en 1971, éducation secondaire technique, travailleur saisonnier, soudeur électrique, a travaillé en Russie pendant 13 ans. Focus group, District de Khamadoni (mars 2010).

Femmes entretenues

50D’autres relations avec des « petites amies » se forment dans un petit groupe de migrants tadjiks bien payés. Habituellement, ce sont des migrants de longue durée ou des professionnels qui travaillent dans des entreprises internationales et voyagent d’un pays à l’autre. Les femmes, partenaires de ce groupe, sont appelées « femmes entretenues » ou encore des maîtresses.

Les Tadjiks qualifiés, informaticiens, courtiers en bourse, ont leurs petites amies ici à Moscou, et pour eux, ce sont les relations sexuelles qui importent le plus. Parfois, ils payent leurs petites amies. S’ils les paient, alors ce sont des femmes entretenues. Voilà comment vivent les migrants très qualifiés et très bien payés souvent d’un âge plus avancé. Souvent, ce sont des professionnels de haut niveau, qui sont embauchés à Moscou pour un contrat, pour un travail ou un projet particulier.
Džafar, 24 ans, programmeur, éducation supérieure, Moscou (juillet 2014).

51Les femmes entretenues sont, quant à elles, des « filles intelligentes et instruites » qui reçoivent un soutien financier mensuel de la part des hommes contre des services sexuels, elles peuvent servir d’accompagnatrice au sens d’« escort girl »... Généralement, les migrants les contactent via internet sur les sites web spécialisés. La relation avec une femme entretenue peut durer quelques mois ou plus. En règle générale, les migrants bien rémunérés se tournent plutôt vers les femmes entretenues en raison du manque de temps pour trouver une partenaire et de la réticence à recourir à la prostitution. Alors que les migrants plus jeunes et bien payés vont, quant à eux, recourir plus souvent à des prostituées qu’à des femmes entretenues, ils ont aussi des maîtresses.

Comment vivent mes amis à Moscou ? Ils travaillent dur. Durant leur temps libre, ils jouent à des jeux vidéo. Une fois toutes les deux semaines, nous jouons ensemble au football. Mes amis ne sortent pas dans les bars, parce que là-bas vous devez faire connaissance avec les filles et nous ne savons pas comment faire. Nous avons tous terminé nos études dans les lycées turcs, il n’y avait pas de filles là-bas. Pourtant, certains ont des copines. Ils doivent payer ou leur faire des cadeaux. On peut aussi leur offrir un bouquet de fleurs.
Farkhod, 27 ans, éducation supérieure, programmeur, Moscou (juillet 2014).

Recours à la prostitution

52Plusieurs études montrent que les migrants entretiennent des relations sexuelles non protégées avec des prostituées (Hohmann et Olimova, 2012). Dans l’enquête réalisée en 2010, les résultats indiquent que 51,6 % des migrants enquêtés ont eu recours à des services de call-girls, et parmi eux, 16,4 % se rendent chez les prostituées, 8,8 % vont dans des taudis, 7,2 % dans les salons de massage et 4,8 % ont payé leurs collègues féminines sur leur lieu de travail. Les infrastructures en matière de services liés à la prostitution, mais aussi à l’approvisionnement en alcool sont très développées et presque tous les grands chantiers de construction en Russie emploient des prostituées qui pratiquent différents tarifs. En général, c’est l’organisatrice de ce commerce, « mama rosa », « mère maquerelle », qui négocie les tarifs avec le chef de chantier et envoie deux ou trois prostituées qui sont destinées aux travailleurs migrants dans les containers ou les minibus.

Il y a encore des prostituées. Elles travaillent directement sur le chantier. Pour les chefs de chantiers, c’est plus cher et pour les autres, c’est moins cher.
Bobošo, né en 1971, éducation secondaire technique, travailleur saisonnier, soudeur électrique, a travaillé en Russie pendant 13 ans. Focus group, District de Khamadoni (mars 2010).

Les femmes esclaves

53Il existe une pratique de « socialisation/collectivisation » des femmes pour répondre aux besoins sexuels des migrants. Cette pratique est très rare mais elle témoigne de la déstructuration des liens sociaux et de la destruction de codes socioculturels pourtant très forts et ancrés dans la société tadjike. Un chef de chantier va trouver une femme migrante issue du Tadjikistan, qui a perdu son mari, ses parents et se trouve dans des conditions de vie très difficiles et cherche une protection, il va la faire venir travailler dans son équipe pour cuisiner, s’occuper de la lessive, du ménage ; il peut y avoir différentes circonstances d’embauche. Il n’empêche que ces femmes deviennent des esclaves (« femmes à tout faire ») et en plus de leurs différentes tâches quotidiennes elles doivent « servir » sexuellement les travailleurs de toute l’équipe.

Lorsque les migrants travaillent dans une brigade, il n’y a pas de petite amie. Il y a des esclaves, des femmes à tout faire. Ils trouvent une Tadjike qui cuisine, lave et sert sexuellement toute la brigade.
Khurram, boulanger, 34 ans, Odincovo (février 2010).

54Enfin, les résultats de l’enquête menée en 2010 montrent qu’un tiers des migrants disent ne pas utiliser de préservatifs avec leurs partenaires irrégulières, occasionnelles pour les raisons suivantes : 63 % ont confiance en leur partenaire, 17 % pensent que l’usage du préservatif réduit le plaisir, 6 % disent que l’utilisation du préservatif est gênante, 4 % ont peur que leur partenaire puisse penser qu’il soit séropositif et 3,3 % ne savent pas comment utiliser les préservatifs. Le préservatif reste connoté très négativement. L’usage du préservatif sera en revanche plus accepté avec les prostituées et les femmes « esclaves » considérées comme « malsaines », « sales », cette association du préservatif à l’idée de saleté entrave considérablement l’évolution des comportements et en l’absence de prévention généralisée, il est difficile de changer les représentations socioculturelles des populations.

Dans un village [kishlak], une femme a eu des rapports sexuels protégés avec un villageois. Quand son mari est rentré de migration, elle lui a proposé un préservatif. Son mari n’a pas du tout apprécié, il l’a battue, torturée longtemps et a découvert que sa femme avait des relations sexuelles extraconjugales [avec un voisin].
Sobir, 26 ans, éducation secondaire, travaille dans la construction à Ekaterinbourg. Originaire du district de Bokhtar (mars 2010).

55Selon les migrants interrogés, les préservatifs sont disponibles et abordables que ce soit en Russie ou au Tadjikistan. Ils sont disponibles dans les pharmacies, les magasins, grandes surfaces, supermarchés, sur les lieux de travail. Cependant, les comportements restent guidés par l’opinion publique très réfractaire à l’idée même du préservatif qui est connotée négativement. C’est pourquoi la mobilisation d’acteurs traditionnels ayant une autorité reconnue par la société traditionnelle comme les belles-mères, les chefs de mahalla apparaissent comme un moyen intéressant et certainement prometteur pour faire passer divers messages et participer à la transformation de certains stéréotypes.

Maintenant, nous travaillons avec les belles-mères, parce que lorsque les jeunes femmes demandent aux maris d’utiliser des préservatifs à des fins de contraception, cela fait scandale dans la famille. Nous avons réuni des femmes âgées : des belles-mères, et nous avons organisé des formations avec elles. Nous leur avons expliqué la situation et leur avons dit : « Donnez ces préservatifs à vos fils. Après tout, quand le fils rentrera à la maison, il n’écoutera jamais sa femme, mais sa mère il l’écoutera ». Nous avons également informé les chefs des mahalla et nous leur avons demandé de promouvoir l’utilisation des préservatifs afin que les familles ne se querellent pas à ce sujet.
Directeur d’une ong, Khudjand (avril 2010).

Conclusion

56Les résultats présentés dans cet article témoignent de la réalité des transformations des comportements sexuels et matrimoniaux chez les travailleurs migrants originaires du Tadjikistan. La comparaison des matériaux de recherches issus des enquêtes menées en 2002, 2006 et 2010, ainsi que des interviews réalisées en 2014, montre une dynamique dans les changements des pratiques sexuelles, mais aussi dans la modification des « règles du jeu » et des normes éthiques qui légitiment l’« inacceptable » (relations sexuelles hors mariage, usage de nourriture non halal). En même temps, on assiste à la formation de nouveaux modèles assez stables de comportements sexuels et matrimoniaux chez les migrants dans le pays d’accueil. Le processus d’adaptation à la société russe implique une redéfinition et une sélection de pratiques sexuelles et maritales acceptables. Malgré le caractère imposé par la situation de cette sélection, les migrants développent dans ce cadre une codification des modèles maritaux et sexuels qui leur est propre.

57Au fur et à mesure de la migration, de la durée de vie dans le pays d’accueil, une acceptation implicite vis-à-vis de nouvelles formes de relations sexuelles se produit, comme les seconds mariages, ou bien une attitude plus neutre lorsqu’il s’agit de la cohabitation et du partenariat temporaire. En revanche, la censure gouverne les pratiques homosexuelles et le recours à la prostitution. Certes, les frontières entre les normes s’élargissent et deviennent mobiles, il n’empêche que les migrants conservent leurs normes socioculturelles dictées par la société d’origine. 78 % d’entre eux retournent chez leur épouse et acceptent les normes socioculturelles traditionnelles ; seulement 4 % des migrants interrogés au Tadjikistan ont dit avoir des relations sexuelles hors mariage avec des partenaires occasionnelles, 4,5 % avaient une partenaire permanente en cohabitation et 0,8 % une femme entretenue.

58Le caractère transnational des migrations implique une certaine dualité (Temkina, 2006) dans les comportements sexuels et matrimoniaux. En effet, certaines règles sont appliquées dans le pays d’accueil, d’autres le sont dans la société d’origine. La dualité et les contradictions entre les normes reconnues et le comportement réel contribuent à un faible niveau de prise de conscience des risques et conduisent à des comportements à risque. Les pratiques sexuelles des migrants tadjiks en Russie font partie du mécanisme d’adaptation aux conditions de migration et à la société d’accueil. Elles restent marginales par rapport à l’ordre social et familial établi dans la société tadjike et qui persiste malgré l’importation de nouvelles normes. Néanmoins, l’ampleur de la migration de travail est telle que, sous son influence, on assiste à une expansion implicite de l’éventail des pratiques et des comportements sexuels dans la société tadjike de manière générale. La société tadjike considère ces nouvelles pratiques comme une menace et ce processus est associé à une forme de destruction des traditions, au déclin de la moralité et des coutumes. Le choc de la société tadjike qui se voit confrontée à de nouveaux modèles de comportement sexuel et matrimonial des migrants se reflète dans les discussions publiques portant notamment sur la polygamie massive des migrants, sur les femmes abandonnées, les divorces par téléphone.

59L’exemple le plus frappant est le discours portant sur la polygamie des travailleurs migrants (Qodir, 2011). La société tadjike classe la polygamie dans les différentes pratiques sexuelles et maritales des migrants Tadjiks. Or, ces derniers utilisent depuis longtemps la polygamie (il s’agit ici de conclure un mariage avec des femmes locales en Russie et en même temps de préserver son mariage au Tadjikistan) comme principale stratégie d’intégration dans la société d’accueil. Déjà, au début du processus de migrations de travail vers la Russie, avant 2003, ce type de mariage existait. Cependant, le processus de stratification sociale montre que les migrants ont progressivement occupé des niches économiques situées au bas de l’échelle sociale, ce qui a réduit leur possibilité de conclure des unions, des mariages avec des femmes locales, leur statut social étant trop bas. Dans le même temps, une autre stratégie est apparue comme en contrepoint à cette situation, les migrants se sont mis à pratiquer de plus en plus la cohabitation, à vivre avec des « petites amies », ou encore à recourir à des services sexuels occasionnels.

60Les changements qui se produisent sont mal compris par la société tadjike, puisqu’elle n’est toujours pas ouverte pour discuter des questions liées à la sexualité. Néanmoins, les attitudes traditionnelles coexistent avec la grande variété de comportements sexuels qui se développent de manière concomitante à la migration en Russie et qui conduisent à un changement très progressif des normes socioculturelles de l’ensemble de la société.

Haut de page

Bibliographie

Agadžanân V. & Zotova N., 2014, « Migraciâ i riski vič-infekcii : ženščiny-vikhodci iz Srednei Azii v Rossijskoj Federacii » [La migration et les risques d’infection par vih : les femmes migrantes originaires d’Asie centrale en Fédération de Russie], Demografičeskoje obozrenie, vol. 1, n° 2, pp. 85-109.

Amirkhanian Y. A., Kuznetsova A. V., Kelly J., Di Franceisco W. J., Musatov V. B., Avsukevich N. A., Chaika N. A. & McAuliffe T. L., 2011, “Male labor migrants in Russia : hiv risk behavior levels, contextual factors, and prevention needs,” Journal of Immigrant and Minority Health, vol. 13, n° 5, pp. 919-28.

Azia-Plus, 2015, «Таdžiskih migrantov v Kazahstane stanovitsâ bol’še, a v Rossii – men’še » [Augmentation des migrants tadjiks au Kazakhstan], Aziâ-Plûs, 26.12. ; http://news.tj/ru [consulté le 19 janvier 2016]

Bakhromov M. & Levy, J. A., 2013, “Double jeopardy through social marginalization : hiv risk among Tajik male labor migrants in Moscow,” Drug and Alcohol Dependence, vol.132, Suppl. 1, pp. 53-54 ; dx.doi.org/10.1016/j.drugalcdep/ 2013.06.029, S54.

Brown R., Olimova S. & Boboev M. ,2008. “Country Report on Remittances of International Migrants in Tajikistan,” Study on International Migrants’ Remittances in Central Asia and South Caucasus, Manille : Asian Development Bank ; http://www.adb.org/Documents/Reports/Consultant/40038-REG/40038-04-REG-TACR.pdf

Cleuziou J., 2016, “A second wife is not really wife : polygyny, gender relations and economic realities in Tajikistan,” Central Asian Survey, vol. 35, n° 1, pp. 76-90.

Cook L., 2015, “Tajik Labor Migrants to Russia : Their Access to Health and Welfare Services” http://russianmodernisation.fi/material/living-with-risk/Further%20readings_Cook2.pdf [consulté le 20 octobre 2015].

Danzer A. & Ivaschenko O., 2010, Migration Patterns in a Remittances Dependant Economy : Evidence from Tajikistan during the Global Financial Crisis ; http://siteresources.worldbank.org/INTPROSPECTS/Resources/334934-1110315015165/DanzerIvaschenko.pdf [Consulté le 10 octobre 2014)].

Decosas, J., F. Kane, J. K., Anarfi, K. D., Sodji, R. & Wagner, H. U., 1995. “Migration and aids,” The Lancet, vol. 346, n° 8978, pp. 826-828.

Florinskaâ Û. F., 2012, « Zdorov’e migrantov i dostup k uslugam zdravookhraniâ v Moskve (po rezul’tatam issledovaniâ cmi), [La santé des migrants et leur accès aux services de santé à Moscou], Moscou : Centr migracionnykh issledovanij ; www.slideshare.net/Poletaev/ss-27788316 [consulté le 23 octobre 2015].

Hohmann S. & Olimova S., 2012 , « Vulnérabilités et infection par vih/sida chez les travailleurs migrants tadjikistanais », Asie centrale : vingt ans de reconfiguration politique, économique et sociale, vol. 43, n° 1-2, mars-juin.

Hohmann S. & Olimova S., 2016, « Os migrantes tajiques e o vih/sida na Rússia representações, riscos e respostas sociais », in Octávio Sacramento & Fernando Bessa Ribeiro, Planeta Sida. Diversidade, políticas e respostas sociais, Vila Nova de Famalição : Edições Húmus.

Islamov F. S., 2006, « Braki i razvody v Tadžikistane » [Mariages et divorces au Tadjikistan] ; http://demoscope.ru/weekly/2006/0261/analit07.php [consulté le 12 décembre 2015].

Kasymova S., 2006, « Tadžikskoe obščestvo : tradiciâ i praktika mnogoženstvo » [La société tadjike : tradition et pratique de la polygamie], Vestnik Evrazii, n° 4, pp. 97-115.

Kroeger A. & Meier K., 2011, Employment and the Financial Crisis: Evidence from Tajikistan, 17.06, diw Berlin, Goettingen University ; http://www.econstor.eu/bitstream/10419/48309/1/50_kroeger.pdf [Consulté le 20 septembre 2014].

oim, 2012, Trudovaâ migraciâ v Rossii : mediko-social’nye i gendernye aspekty [Les migrations de travail en Russie : aspects médico-sociaux et genrés], Bureau de l’Organisation mondiale pour les migrations à Moscou ; http://85.21.179.94/russian/publications/labour_migr_conf_materials_2011.pdf [consulté le 12 janvier 2016].

Olimov M. A. & Sakhibov Ṧ. K., 2017, « Molodëž’ Central’noj Azii. Tadžikistan » [La jeunesse centrasiatique. Le Tadjikistan], Almaty Fond imeni Fridriha Eberta.

Olimova S. K., 2012. « Tadžikistan : rol’ i status ženščin v domohozâjstvakh migrantov » [Tadjikistan : rôle et statut des femmes dans les ménages de migrants], Diaspory, n° 2, pp. 86-124.

Olimova S. K. & Kurbonova R., 2008, « Faktory uâzvimosti v ippp i VIČ sredi mužčin i ženščin – trudovykh migrantov iz Tadžikistana » [Facteurs de vulnérabilité concernant les maladies sexuellement transmissibles et l’infection par vih/sida parmi les hommes et les femmes travailleurs migrants issus du Tadjikistan], Rasširenie dostupa, profilaktika, lečenie i podderžka dlâ vsekh [Développement de l’accès, prophylaxie, soins et soutien pour tous], Moscou.

Olimova S. K. & Kurbonova R., 2006, « Povedenčeskoe issledovanie sredi trudovykh migrantov i členov ikh semej v Tadžikistane » [Enquête sur les comportements des travailleurs migrants et des membres de leur famille au Tadjikistan], Pervaâ konferenciâ po voprosam vič/spid v Vostočnoj Evrope i Central’noj Azii. Sbornik materialov [Première conférence sur les questions d’infection par vih/sida en Europe orientale et en Asie centrale. Recueil de matériaux], Moscou.

Olimova S. K. & Olimov M. A., 2010, « Tadžikskie trudovye migranty vo vremâ krizisa » [Les travailleurs migrants tadjiks durant la crise], Demoscop Weekly, n° 415-416, 22.03-04.04 ; demoscope.ru/weekly/2010/0415/tema01.php.

Olimova S. & Bosс I., 2003, “Labour Migration from Tajikistan,” Duchanbé : oim.

Poletaev D. V. & Florinskaâ Û. F., 2015, « Osvedomlennost’ migrantov o tuberkulêze i vič infekcii » [Sensibilisation des migrants à la tuberculose et à l’infection par vih], Moscou : Rossijskij Krasnyj Krest.

Qodir Haramgul, 2011, “Multiple marriages in Tadjikistan,” Institute for War and Peace Reporting,13.12. ; https://iwpr.net/global-voices/multiple-marriages-tajikistan [consulté le 19 octobre 2018].

Ryazantsev S. V., Pismennaya E. E., Karabulatova I. S. & Akramov Sh., 2014, “Transformation of sexual and matrimonial behavior of Tajik labor migrants in Russia,” Asian Social Science, vol. 10, n° 20, pp. 174-183.

Sevoyan, A., Agadjanian V. 2010. “Male migration, women left behind, and sexually transmitted diseases in Armenia,” International Migration Review, vol. 44, n° 2, pp. 354-375.

Temkina A. A., 2006, « Podčinenie staršim vs. Razrušenie patriarhata : ženskaâ seksual’nost’ v brake (Severnyj Tadžikistan) » [Respect des Anciens versus destruction du patriarcat : la sexualité féminine dans le mariage (Le Tadjikistan Septentrional)], Žurnal issledovanij social’noj politiki, n° 4, pp. 439-474.

Weine S. M. & Kashuba A.B., 2012, “Labor migration and hiv risk : a systematic review of the literature,” aids & Behavior, vol. 16, n° 6, pp. 16-21.

Weine S. M., Golobov A., Bahromov M., Kashuba A.b., Kalandarov T., Jonbekov J. & Loue S., 2013, “Female migrant sex workers in Moscow : Gender and power factors and hiv Risk,” Women & Health, vol. 53, n° 1, pp. 5673

Zabrocki C., Polutnik C., Jonbekov J., Shoakova F., Bahromov M. & Weine S. 2014, “Condom use and intimacy among Tajik male migrants and their regular female partners in Moscow,” http://www.ncbi.nlm.nih.gov/ pubmed/25033817 [consulté le 18 décembre 2015].

Haut de page

Notes

1 Leurs résultats montrent que 30 % des 499 migrants interrogés en consultation à l’hôpital Botkinskij de Saint-Pétersbourg en 2008 ont entretenu des relations sexuelles avec plusieurs partenaires au cours des trois derniers mois sans utilisation de préservatifs (71 % des migrants interrogés dans l’enquête étaient originaires des pays d’Asie centrale, les autres venaient de Moldavie, d’Ukraine et de Biélorussie). Dans une autre enquête réalisée en 2014 auprès de 1 750 migrants dans les villes de Russie et du Kazakhstan ainsi qu’au Tadjikistan, Ouzbékistan et Kirghizstan, Poletaev et Florinskaâ (2015, p. 32) ont souligné le même problème - un migrant sur dix seulement aurait recours au préservatif au cours de rapports occasionnels et de multi partenariat.

2 Ce type d’union signifie que les partenaires ne vivent pas sous le même toit, qu’ils sont liés par des devoirs réciproques d’entraide financière. Cette union est intitulée lap (Living Apart Together, Vivre ensemble séparément) en Occident. Par ailleurs, dans le cas des migrants originaires d’Asie centrale, ces unions peuvent être conclues par un mollah selon le rite musulman.

3 Le questionnaire adressé aux travailleurs migrants comportait 134 questions réparties selon les blocs suivants : 1°) Données démographiques et sociales 2°) Informations sur le migrant (emploi au pays et à l’étranger, statut juridique, durée du séjour, périodicité) 3°) Conditions de vie et de travail à l’étranger 4°) La vie sociale des migrants en dehors du travail 5°) Connaissances et sources d’information sur le vih/sida et les ist 6°) Niveau de connaissance sur la transmission du vih/sida et identification des groupes à risque 7°) Accès à la prévention dans le pays d’origine et dans le pays d’accueil 8°) Niveau de consommation d’alcool et de drogues 9°) Comportement sexuel et utilisation du préservatif dans le pays d’origine et dans le pays d’accueil 10°) Niveau de connaissance sur les endroits où effectuer un test de dépistage du vih 11°) Niveau de dépistage pour le vih, les ist, la tuberculose et l’hépatite C 12°) Niveau de connaissance des programmes de prévention et de traitement du vih/sida 12°) Evaluation des besoins de ces programmes et évaluation de l’efficacité des méthodes d’information.

4 La base de données du Centre Sharq comprend 3 400 ménages de migrants pour l’ensemble du territoire tadjik. Cette base de données est mise à jour et renouvelée chaque année.

5 Les résultats de l’enquête de 2006 ont également été présentés lors de la première et deuxième Conférence portant sur le vih/sida en Europe orientale et en Asie centrale (Olimova, Kurbanov, 2006 ; Olimova, Kurbanov, 2008). Les matériaux de l’enquête de 2010 ont été exploités dans un article portant sur les vulnérabilités des travailleurs migrants face au vih (Hohmann & Olimova, 2012) et dans le chapitre dédié aux perceptions sociales et aux réponses élaborées face au vih parmi les migrants tadjiks dans le livre Planète vih (Hohmann & Olimova, 2016). Tous ces travaux portaient sur les questions de sensibilisation des travailleurs migrants et des membres de leur famille aux ist et au vih. Il est apparu au fil des enquêtes réalisées depuis ces dernières années que la question des comportements sexuels et matrimoniaux avait une importance majeure dans la compréhension des transformations de normes culturelles et sociales dans un nouvel environnement, celui de la migration.

6 Après la crise de 2008-2009, la part des femmes a recommencé à croître, atteignant 7,8 % en 2010 et 11,2 % en 2015 (Azia Plus, 2015).

7 Pour cette enquête, nous avons utilisé la méthode d’auto-remplissage d’un questionnaire garantissant une stricte confidentialité en utilisant la méthode « boule de neige » pour construire l’échantillon.

8 Ils travaillaient la plupart du temps dans la construction, l’industrie extractive, l’agriculture, le commerce de détail et la restauration.

9 Le changement de la structure démographique et de la composition des migrants tadjiks sous l’influence de la crise a été étudié par les auteurs suivants (Olimova, Olimov, 2010), (А. Danzer et O. Ivashchenko 2010), (А. Krûgera et K. Mejer, 2011).

10 Dans ce cas, l’épouse tadjike reste vivre dans la maison de son mari avec ses enfants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saodat Olimova, « Évolution des comportements sexuels et matrimoniaux chez les travailleurs migrants d’origine tadjike en Russie »Cahiers d’Asie centrale, 27 | 2018, 145-176.

Référence électronique

Saodat Olimova, « Évolution des comportements sexuels et matrimoniaux chez les travailleurs migrants d’origine tadjike en Russie »Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/3536

Haut de page

Auteur

Saodat Olimova

Dr. Saodat Olimova est sociologue et directrice du Centre de recherches sharq (orient) Research Center (Dushanbe, Tajikistan). Ses principaux champs de recherches et travaux portent sur les migrations, l’islam, les questions sociales et politiques en Asie centrale. S. Olimova a publié de nombreux articles, notamment sur les migrations de travail et parmi eux (avec Sophie Hohmann), Vulnérabilités et infection par vih/sida chez les travailleurs migrants tadjikistanais -//in Asie centrale : vingt ans de reconfiguration politique, économique et sociale, receo, Vol. 43, n° 1-2, mars-juin 2012 ; Environmental Degradation, Migration, Internal Displacement, and Rural Vulnerabilities in Tajikistan. Dushanbe, iom, 2012 ; Migration and Development in Tajikistan – Emigration, Return and Diaspora. Moscow, ilo, 2010. Courriel : s_olimova@mail.ru

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search