Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Tendances migratoires et accès à ...Migrations polaires et trajectoir...

Tendances migratoires et accès à la santé en Asie centrale et en Fédération de Russie

Migrations polaires et trajectoires générationnelles

De l’Asie centrale vers le Grand Nord russe (Mourmansk et Norilsk)
From Central Asia to Russian Great North: polar migration, personal trajectories and access to care (Murmansk and Norilsk)
Из Центральной Азии в Крайний Север России: миграция в полярные регионы, социальная динамика поколений и доступ к медицинскому обслуживанию (г. Мурманск и г. Норильск)
Sophie Hohmann
p. 107-142

Résumés

Les migrations de travail centrasiatiques sont peu étudiées dans les villes du Grand Nord russe. Selon les données officielles, les migrants issus des pays d’Asie centrale y sont moins nombreux qu’ailleurs en Russie. Pourtant, ces processus migratoires vers le Grand Nord russe n’en constituent pas moins un angle de recherches intéressant à travers lequel déchiffrer les trajectoires extrêmes de migrants et leur accès au système de santé dans une région très industrielle, stratégique et aux conditions de vie polaires. L’approche des niches professionnelles occupées par les migrants nous permettra de mieux comprendre le rapport des migrants à la santé à travers leur milieu professionnel mais aussi à travers les associations (diaspora), ou le religieux. Cet article s’appuie sur les résultats d’observations et d’entretiens auprès d’acteurs pluriels dont des migrants réalisés au cours d’un mois de terrain dans le Grand Nord russe à l’été 2015 (essentiellement dans la région de Mourmansk, et à Norilsk).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les migrations postsoviétiques sont multiformes et ne peuvent s’apprécier par le biais d’une seule grille de lecture. Elles requièrent de pouvoir restituer les trajectoires des groupes et des individus, de les replacer dans un contexte temporel et spatial qui est le leur, tout en étant attentifs à la micro-histoire de leur communauté, de leur région. Les trajectoires géographiques des migrations de travail centrasiatiques sont variées et si l’on regarde vers la Fédération de Russie, l’on voit qu’elles s’orientent vers de nombreuses directions, mais sont toujours enchâssées dans des réseaux économiques et sociaux. La migration de travail ne s’engage pas par hasard et les flux sont guidés par des stratégies, des mécanismes qui sont propres à chaque situation. Ici, ce ne sont pas les flux quantitativement les plus significatifs que l’on se propose d’étudier mais plutôt des phénomènes atypiques de la migration de travail puisqu’il s’agit de s’intéresser aux migrations des extrêmes. Les Tadjiks, les Ouzbeks et les Kirghizes qui décident de migrer dans des villes de l’Arctique russe génèrent inévitablement des interrogations de toutes sortes et commençant par les plus basiques – comment passe-t-on d’un climat continental à un climat polaire ? Comment travaille-t-on lorsque les températures atteignent – 40° Celsius ? Qu’en est-il de la venue de la famille et de son adaptation à la ville arctique ? Et puis viennent bien entendu des interrogations plus micrologiques sur leur intérêt à venir travailler dans le Grand Nord russe, leurs stratégies d’organisation, leurs carrières, l’adaptation de leurs modes de vie, les contacts avec les populations locales ? Comment tenter de reconstituer son univers symbolique aux antipodes de son milieu de vie ? Moscou, Saint-Pétersbourg, Astrakhan, Omsk ne semblent pas si contrariantes que les villes circumpolaires.

  • 1 La ville de Norilsk, après avoir été une ville fermée de 1963 à 1991 (Zamâtina, 2014, p. 174) l’est (...)

2Pourtant, que ce soit dans la péninsule de Kola, à Mourmansk, dans d’autres villes circumpolaires industrielles et monovilles très polluées, ou bien plus à l’Est en Sibérie dans le Kraï de Krasnoïarsk, à Norilsk, ancienne ville fermée1 redevenue ville à circulation restreinte et contrôlée en 2001, ou encore à Doudinka, port majeur sur le fleuve Ienesseï, les Centrasiatiques sont représentés. On les croise sur les marchés, dans les échoppes au bord de la route, dans les mines d’extraction du cuivre ou du nickel, dans les rues quasi désertes de la ville de Norilsk pourtant estivale (en juillet 2015) où la nuit ne tombe pas, on les voit errant le soir après une journée à vendre des fruits et légumes (dont les chargements sont arrivés par le fleuve de Krasnoïarsk) seuls, vers ces immeubles construits dans les années 1960-1970 (panel’nye doma) décrépis par le froid et les congères dont l’emprise dure neuf mois (280 jours de neige, 150 jours de vent, la purga, et près de six mois de nuits polaires). Paysages et images surréalistes de l’Arctique russe où l’on a parfois l’impression de croiser des fantômes sortis d’un autre temps. Ces hommes et parfois ces femmes sont donc venus des Suds ensoleillés et montagneux (contreforts de l’Himalaya, les Tian Chian, les Pamirs) pour travailler dans des villes entourées de toundra ou de taïga et dans un environnement extrêmement pollué (Hohmann, 2017).

  • 2 Ce terrain dans l’Arctique russe a été financé par le projet Arctic Research Coordination Network: (...)

3Ce travail propose d’examiner les trajectoires et les raisons qui guident ces nationalités vers le Grand Nord, puis nous tenterons de mettre à jour les stratégies développées par les migrants, les choix effectués en matière de recours au système de soins et de perception de la santé dans les conditions particulières de l’arctique russe. Nous baserons ce travail sur nos observations ainsi que sur les entretiens réalisés à l’été 20152 dans la péninsule de Kola et dans les villes de Norilsk et Dudinka, auprès de différentes figures locales que ce soit les leaders spirituels, les représentants de la diaspora, ceux du consortium Norilsk-Nikel et bien entendu les migrants eux-mêmes. Mais avant de nous pencher sur la santé des migrants, arrêtons-nous un moment sur les parcours historiques qui mènent vers le Grand Nord et plus particulièrement dans la région de Mourmansk (péninsule de Kola).

Photographie n° 1
Dudinka, « Khrouchtchiovki »

Immeubles de cinq étages construits à l’époque khrouchtchévienne. Sur le panneau : « Je t’aime, Dudinka ! ».

© Sophie Hohmann, juillet 2015.

Partir travailler dans l’Arctique russe

Retour sur l’histoire du peuplement dans la péninsule de Kola

4L’histoire du peuplement de la région de Mourmansk est beaucoup plus ancienne que celle de Norilsk dont le combinat Norilsk-Nikel a été créé ex-nihilo en 1935 par les zek du Norillag avant que Norilsk acquière le statut de ville en 1953. La région de Mourmansk suit néanmoins le développement des mêmes secteurs industriels que Norilsk (extraction de minerais comme le nickel, le cuivre, l’apatite, le palladium, le platinium, etc.) ainsi que d’autres minerais semi-précieux et précieux, les hydrocarbures, mais aussi le secteur de la pêche qui occupait la deuxième place en Russie (Mourmansk, était l’un des ports les plus importants dans les années 1950).

  • 3 //www.glavbukh.ru/art/21107-kak-schitat-otpusknye-rabotnikam-severyanam#ixzz3gPxHd7Xg

5L’histoire de la conquête (osvoenie) de cette région du Grand Nord témoigne de brassages majeurs de populations mêlées aux autochtones Saamis dont la présence est attestée dans cette région depuis plus de 10 000 ans et surtout à partir du xvie siècle des colons russes les Pomoris. Surtout la construction du chemin de fer à partir de 1916 va nécessiter une main-d’œuvre en nombre, Mourmansk va vite devenir un pur produit de l’industrialisation soviétique avec son industrie, son port, ses bases militaires. Les combinats vont se développer avec les premiers plans quinquennaux et la plupart des monovilles datent du début des années 1930 (Didyk, 2014). Toutes sortes de populations ont travaillé dans cette région hostile à l’homme : les specpereselency (les koulaks la plupart du temps), les prisonniers du Goulag (10 000 environ dans les années 1930), mais aussi des volontaires. L’industrialisation massive et la destruction du monde paysan en Russie centrale ont poussé de nombreuses populations à migrer vers la péninsule de Kola. La « canadisation » (kanadizaciâ) n’ayant pas eu lieu dans cette région contrairement aux attentes des autorités au début des années 1920 (Fedorov, 2009), une stratégie volontariste fut adoptée et se caractérisa entre autres par la mise en place en 19323 des indemnités polaires (severnye nadbavki), ce qui contribua à l’installation sur la plus longue durée de ces populations (Fedorov, 2014). Par ailleurs, l’impact stratégique de la présence à Mourmansk de la Flotte du Nord et de l’administration centrale en charge de développer la route du nord en Arctique a participé à cette conquête industrielle et stratégique du Nord comme front pionnier avec de fortes résonances dans l’univers mental des populations ce qui entraîna un véritable boom démographique (la ville est passée de 11 400 habitants en 1928 à 117 000 en 1939), (Fedorov, 2004).

  • 4 Les années 1970 représentaient un véritable âge d’or, il était très prestigieux d’aller travailler (...)

6Complètement détruite et sinistrée durant la Deuxième Guerre mondiale, son industrie se relèvera et de nouvelles vagues de migrants viendront aider à la reconstruction puis trouver du travail dans les combinats, les mines, etc. Mourmansk est ainsi devenue la plus grande ville située au-delà du cercle polaire passant de 2 500 habitants avant la Révolution à 120 000 avant la Deuxième Guerre mondiale puis à 472 274 au recensement de 1989. Plusieurs vagues de migrants se produisirent dans les années 1960, puis 1970-1980, avec en arrière-plan cette idée romantique de contribuer à la continuité de la « conquête » des fronts pionniers inaccessibles, mais aussi à la prospérité socialiste dans ces espaces polaires et la volonté de relever un défi magistral4 qui occupe l’espace mental et l’imaginaire des populations de l’époque pionnière faisant aussi de la ville une utopie.

Nouvelles frontières, migrations anciennes et recomposition des trajectoires

  • 5 La population de la région de Mourmansk est passée de 1 100 000 en 1989 à 722 000 en 2014. La ville (...)

7Après la fin de l’urss, la libéralisation des prix en février 1992, (Heleniak, 1999) accompagnant la politique de thérapie de choc, a durablement affecté l’économie et l’histoire économique et sociale de cette région polaire. La décentralisation du budget fédéral vers les régions a fait basculer très rapidement les économies de l’ensemble de la région et surtout des monovilles (Dydyk, 2014) très dépendantes par définition des financements propres à une économie planifiée. On assiste alors dans le Grand Nord à une forte dépopulation (Heleniak, 1999). En effet, pourquoi rester travailler dans des régions si hostiles à l’homme sans plus de compensations financières et sociales ? Le retour de nombreuses populations sur le continent « na materike » s’est conjugué au processus de « dérive vers l’ouest » que l’on a pu observer en Russie après la chute de l’urss et qui a entraîné une augmentation de l’âge moyen de la population, les jeunes en âge de travailler étant parti, laissant la place à une population vieillissante (Mkrtčân, 2005). Entre 1991 et 2012, la région de Mourmansk a perdu un tiers de ses habitants5 (Bardileva & Portsel, 2014). Cette situation démographique a transformé le monde urbain et son paysage industriel, ce qui a généré une reconfiguration des solidarités professionnelles et du tissu social. (Peu de naissances, espérance de vie plus faible qu’ailleurs : 63 ans pour les hommes et 74 ans pour les femmes). Pour sa part Norilsk a perdu 35 % de sa population par rapport au dernier recensement soviétique de 1989 (figure 1), et ce sont les migrations qui ont participé à reconfigurer les dynamiques démographiques dans les années 1990 et 2000 avec des populations de jeunes migrants qui vont venir seuls ou avec leur famille, la pyramide des âges de Norilsk témoigne d’une population jeune, la plupart des migrants n’ayant en effet pas eu le temps de vieillir (Kašnitskij, 2014). L’exemple le plus saillant est celui de la Péninsule de Yamale (cette péninsule concentre 90 % des ressources en gaz russe), où l’on enregistre une croissance démographique, générée par l’afflux de migrants qui se sont installés en famille, et qui ont une fécondité supérieure à la moyenne de la Russie (de même que les Nenets de Yamale).

  • 6 La plupart du temps, ces migrants sont issus du milieu rural. Les réformes agraires qui ont suivi l (...)

8Ces grandes villes circumpolaires ont vu s’intensifier les flux de travailleurs migrants issus des anciennes républiques soviétiques du Sud essentiellement rurales6 (Asie centrale et du Caucase du Sud) vers la fin des années 1990 et s’accélérant dans les années 2000 (Hohmann et al., 2014 ; Dermendžieva, 2011), la région arctique devenant une région attractive économiquement pour ces populations sans perspectives d’avenir, ou en proie à des situations politiques incertaines. Norilsk, territoire conquis plus récemment que celui de la péninsule de Kola, a perdu 35 % de sa population par rapport au dernier recensement soviétique de 1989, passant de 267 000 à 175 000 personnes. Pourtant, comparée à d’autres régions arctiques comme la Tchoukotka ou la Yakoutie (Heleniak, 1999), elle reste relativement épargnée.

Figure n° 1
Évolution de la population dans la ville de Norilsk (Central’nyj) et ses satellites (le tout formant le Grand Norilsk)

Figure n° 1Évolution de la population dans la ville de Norilsk (Central’nyj) et ses satellites (le tout formant le Grand Norilsk)

Source : données des recensements. Demoscope.ru et administration de Norilsk (données transmises à l’été 2015 sur place).

Développement de niches économiques plurielles

  • 7 La ville voisine de Severomorsk, située à moins de 20 km de Mourmansk, avec plus de 50 000 habitant (...)
  • 8 La population étudiante s’est réduite d’un quart entre 2009 et 2012 (Fedorov, 2009 ; Mikhailov, 200 (...)
  • 9 Voir : http://www.russiannavy.ru/viewtopic.php?p=54
  • 10 Consulter Marlène Laruelle, Russia’s Arctic Strategies and the Future of the Far North (New York: M (...)

9Malgré cette situation très défavorable, il n’y a pas eu de perforation de l’espace urbain et aucun des districts n’a pas été abandonné en masse. À côté des secteurs clés liés à l’industrie extractive des minerais, la ville de Mourmansk enregistre une certaine diversification que n’ont pas les monovilles par définition. On y trouve des industries alimentaires, les services, des compagnies de transport et de logistique rendues nécessaires par la proximité avec le port et le chemin de fer, de même que la présence de l’administration de la région et de la municipalité. La présence par ailleurs d’un important contingent militaire7 dans cette région traditionnellement fortement militarisée maintient le fonctionnement du marché local. Le nombre d’étudiants a quant à lui sérieusement baissé8 ; ces derniers sont dorénavant bien plus attirés par les universités de Russie centrale. En outre, l’échec du gigantesque projet de mise en valeur du gisement de gaz Shtokman, résultat d’un désaccord entre Gazprom et Statoil, remet complètement en question les promesses, au moins pour le moment, de développements majeurs de l’énergie dans la mer de Barents, ce qui aurait créé de nouveaux secteurs d’activité dans la région. Enfin, la Flotte du Nord emploie environ 30 000 personnes9 et se trouve en pleine phase de modernisation après 20 années perdues depuis les années 1990. La Russie mise sur un total renouveau de sa flotte d’ici 30 ans afin de devenir la plus puissante au monde avec parallèlement la mise en place de brigades arctiques de secours et de protection des intérêts économiques du pays, incluant la lutte contre le terrorisme, la protection des ressources pétrolières et gazières, des plateformes et du trafic des tankers. Ce secteur est évidemment appelé à devenir un employeur à part entière10.

Territorialisation des migrations et des niches professionnelles

10L’histoire des mobilités dans la région de Mourmansk, mais aussi dans la ville plus récente de Norilsk (1953) et celle plus ancienne de Doudinka (1667) que nous aborderons brièvement pour nourrir ce travail, est intéressante à plusieurs titres. Elle renseigne sur la structure des populations, sur la stratification sociale, sur les transformations du paysage migratoire selon les processus historique et socio-économique. Par ailleurs, elle témoigne de parcours collectifs chez les migrants issus de différentes nationalités de l’ancien espace soviétique. Ces parcours peuvent être analysés par le biais du prisme sociologique de la carrière, mais aussi à travers le prisme générationnel. En effet, les différentes « générations » de migrants (au sens idéaltypique), peuvent faire apparaître des caractéristiques qui leur sont propres (Bourdieu & Sayad, 1964). Ces générations parlent d’elles-mêmes et sont à appréhender à travers les modes de fonctionnement, les perturbations de l’ordre social établi et les processus sociohistoriques. S’appuyer sur la notion sociologique de carrière (Becker, 1985) dont l’usage est élargi à l’étude de l’organisation de la vie sociale permet de déchiffrer les transformations au-delà des réseaux et des secteurs professionnels concernés et de prendre en compte les motivations, les contraintes des individus.

11Les processus sociaux étant extrêmement mouvants, de nouveaux paradigmes se dessinent avec l’effondrement de l’urss. Des nationalités issues des pays du sud de l’ex-urss vont arriver de manière exponentielle dans la région de Mourmansk, mais aussi à Norilsk pour trouver du travail dès la fin des années 1980 au moment où la population locale commence à enregistrer un déficit notable qui ne cessera de se creuser dans les années 1990-2000. Or, il est important de souligner ici que les flux de migrants venus d’Asie centrale comme ceux venus du Caucase du Sud peuvent être reliés très clairement à des expériences de mobilité vécues à l’époque soviétique, expériences qui servent aussi à présent de pont pour les compatriotes, la famille, et permettent d’identifier la constitution de niches professionnelles autour de nationalités. Si l’on considère ces processus sous l’angle sociologique de la carrière, deux grandes catégories de trajectoires se distinguent chez ces migrants « primo-arrivants » : le service militaire et le travail.

Le service militaire

  • 11 Entretiens réalisés sur les marchés (ovochnye bazy) à Mourmansk en juillet 2015.

12La région de Mourmansk étant l’une des régions les plus militarisées de Russie, il s’y trouve plusieurs bases militaires (villes fermées – zato) et les besoins en hommes sur les bases, de même que dans la flotte du Nord, représentent également une niche considérable. D’après nos observations et entretiens, nombreux sont les Azéris11 qui sont nés dans les années 1960- 1970 et se sont retrouvés dans la région de Mourmansk pour faire leur service militaire. Il y avait aussi un côté prestigieux à travailler dans la Flotte du Nord pour ceux qui y accédaient. Certains sont restés comme contractuels, d’autres ont trouvé du travail dans une autre sphère et sont restés. L’armée (Jones, 1990 ; Serebrânnikov & Derûgin, 1996) permettait d’acquérir un statut social, de se tisser des réseaux de sociabilité et pour ceux qui ont décidé de faire leur service à Mourmansk après 1991, un moyen d’obtenir la citoyenneté russe. Les Azéris n’avaient pas forcément l’intention de rester après leur service militaire, mais le contexte sociopolitique de la fin des années 1980 et du début des années 1990 pour ceux qui venaient de terminer leur service militaire (génération née dans les années 1960) en urss et en rss d’Azerbaïdjan les a incités à rester dans le Nord. L’intentionnalité est donc à questionner à travers différents paramètres exogènes et pas seulement endogènes. Le même phénomène a été observé à Norilsk. Il n’y a pas de hasard dans les mobilités professionnelles et le service militaire pouvait être un des points de départ à une carrière dans une ville/monoville du Nord, de même que le fait d’avoir fait ses études dans un institut spécialisé en métallurgie ou dans l’extraction, comme nous allons le voir plus loin.

13Parmi les Centrasiatiques rencontrés, peu avaient fait leur service militaire dans ces régions arctiques. En réalité, les générations interviewées nées en 1960 et qui ont dû faire leur service dans les années 1980 se sont retrouvées prises dans une nouvelle problématique : celle du conflit soviéto-afghan. Ainsi les Centrasiatiques se sont trouvés enrôlés dans le fameux Musbat (Alexiev & Winbush, 1981 ; Braithwaite, 2011 ; Laruelle & Rakišvaâ, 2015). Ceci pourrait expliquer l’absence dans les rangs des conscrits de cette région dans le Grand Nord durant ces années précisément, ce qui ne veut pas dire que les Centrasiatiques n’ont pas servi dans l’armée de ces régions, mais cela nécessite une recherche supplémentaire. Par ailleurs, la littérature renseigne sur ces logiques et montre que les Centrasiatiques ont servi dans l’armée russe ailleurs en Russie (Rahmonova-Schwarz, 2010 ; Sahadeo, 2007).

Le travail : territorialisation et liens sociaux

  • 12 Les coefficients de nordicité ne s’appliquent pas seulement dans le Grand Nord mais aussi à l’Est ( (...)

14Le travail se trouve au cœur de la conquête du Grand Nord russe dont les représentations mentales de front pionnier restent encore marquées. La conquête industrielle de la région de Mourmansk débute avec une main-d’œuvre essentiellement d’origine slave. Après la Deuxième Guerre mondiale, et les besoins gigantesques en matière de reconstruction, Mourmansk ayant été complètement détruite, on assiste à l’arrivée massive d’Ukrainiens et de Biélorusses qui représentent aujourd’hui les deux nationalités les plus importantes après les Russes dans la région de Mourmansk (figure 2). Ces nationalités ont trouvé assez rapidement une niche professionnelle sur place dans les industries d’extraction caractérisant la région de Mourmansk. Les possibilités ne manquaient pas dans les années 1950 et les komsomols caractérisent alors un rapport intense au développement industriel dans ces régions pionnières et hostiles. Nombreux sont les Ukrainiens ayant travaillé dans le Donbass comme mineurs ou ayant reçu une formation dans un institut spécialisé en métallurgie à rester travailler dans le Nord. De plus, les incitations financières comme les subsides spécifiques au Nord (severnye nadbavki ou « polârki ») de même que les coefficients de nordicité12 introduits dans les années 1960 multipliant les salaires en fonction de l’éloignement, constituaient une motivation pour venir s’installer même provisoirement dans ces régions polaires.

Figure n° 2
Répartition des nationalités caucasiennes et centrasiatiques dans l’oblast de Mourmansk

Figure n° 2Répartition des nationalités caucasiennes et centrasiatiques dans l’oblast de Mourmansk

Source : demoscope.ru pour tous les recensements de l’urss et de la Fédération de Russie (2002 et 2010).

  • 13 L’Azerbaïdjan a développé un savoir-faire dans ce secteur spécialisé de l’extraction du pétrole dep (...)
  • 14 À la fin des années 2010, on estime à environ un million le nombre de travailleurs issus d’Azerbaïd (...)
  • 15 Citons à titre d’exemples de ces présences la venue d’étudiants en rsfsr après le séisme de Tachken (...)

15Les nationalités du Caucase du Sud (Azerbaïdjanais et Arméniens surtout) ont une longue tradition de mobilité en Russie y compris dans le Grand Nord (neftianiki, ingénieurs13, étudiants, commerçants), les Azéris14 constituent la première nationalité des pays du Sud post-soviétique dans la région de Mourmansk et y restent très actifs. Ils sont devenus une sorte d’aristocratie dans la société. Dans les années 1970-1980, les Azéris vont surtout se retrouver dans la niche du commerce des fruits et légumes (Ûnusov, 2004) et ils contrôlent à l’époque en grande partie le marché des fleurs soviétique ; nombreux sont ceux qui viennent de manière temporaire dans le cadre de migrations saisonnières quelques mois pour vendre leur production. Les Centrasiatiques (diagramme 2), qui étaient moins représentés que leurs voisins caucasiens dans le Grand Nord russe, étaient néanmoins présents dans d’autres régions de la Russie, dans les niches estudiantines notamment15. La fin de l’urss a transformé les rapports économiques et les mobilités se sont reconfigurées. Il n’empêche que les niches économiques, même si elles se transforment après 1991, restent marquées par une histoire plus longue et une « ethnicisation » de secteurs économiques. Par ailleurs, on assiste à une pluriethnicisation de certaines niches comme celles des marchés et des transports dans lesquelles les Azéris notamment travaillent avec des Ouzbeks et des Tadjiks. La restauration, les cafés sont également une niche qu’ils occupent beaucoup. Enfin, il se trouve aussi des étudiants spécialisés en ingénierie ou dans d’autres secteurs prisés par les combinats industriels d’extraction par exemple, venant prolonger en quelque sorte une tradition déjà marquée à l’époque soviétique.

Figure n° 3
Répartition des nationalités centrasiatiques (sans les Turkmènes) dans l’oblast de Mourmansk aux différents recensements.

Figure n° 3Répartition des nationalités centrasiatiques (sans les Turkmènes) dans l’oblast de Mourmansk aux différents recensements.

Source : demoscope.ru pour tous les recensements de l’urss et de la Fédération de Russie.

Temporalités des mobilités

16Ainsi, à la différence des Caucasiens du Sud, il semble d’après nos premières observations de terrain en Arctique que les Centrasiatiques ne bénéficient pas d’un ancrage historique dans ces régions ou en tout cas pas du même ancrage que les Sud Caucasiens et cela va expliquer leur plus grande vulnérabilité sur le marché et dans la vie quotidienne. Le paradigme est très différent et il est donc important de le souligner pour mieux comprendre les logiques actuelles de migration et de consolidation ou pas de la diaspora, mais aussi de sentiment d’exil, de déracinement. Pour comparaison, cette « séquenciation » des générations ne se retrouve pas de la même manière chez les Centrasiatiques (essentiellement Ouzbeks et Tadjiks dans une moindre mesure). On les retrouve néanmoins dans plusieurs niches économiques. Quant aux Tadjiks, ils sont peu nombreux (500 à Mourmansk selon l’association azia en 2015) mais plus enclins à être embauchés en rotation tous les trois mois environ (vakhtovij metod) dans des conditions difficiles du fait de leur absence de statut.

  • 16 Société de transport, d’expédition de colis, de fournitures, avec plusieurs filiales en Russie, pré (...)

17Ils peuvent aussi occuper des postes prestigieux, notamment dans les transports à la pek16, ou travailler comme dockers au port. Le raisonnement souvent entendu à propos de l’embauche des Ouzbeks et des Tadjiks serait justifié par l’absence d’alcoolisme et leur fiabilité dans le travail. Cependant, la question du niveau d’éducation joue un rôle important et disqualifiant pour les jeunes générations qui ont souffert de la baisse drastique de la qualité de l’enseignement dans leur pays au moment de la fin de l’urss et de la guerre civile pour les Tadjiks, mais aussi du fait des politiques nationalistes d’enseignement. Par ailleurs, Paridokhon Nasirova souligne l’importance des vagues de migrants ethniquement ouzbeks venus d’Och après les massacres de 2010. La vallée de Ferghana enregistrant la plus forte densité de population, les flux s’expliquent aussi par la pression démographique.

  • 17 www.nordwest-fr.ru
  • 18 Entretien avec la représentante de l’association azia, Paridokhon Nasirova, le 13 juillet 2015.

18À Mourmansk (figures 3 et 4), on retrouve les Ouzbeks essentiellement dans les niches économiques des marchés et des services (restauration). Par ailleurs, un accord a été signé entre l’Ouzbékistan et la société NordWest17 (industrie du poisson) et des agences à Boukhara et à Navoï envoient des brigades d’Ouzbeks travailler pour cette firme18. Selon les entretiens réalisés à Mourmansk auprès de l’association azia, les chefs de brigade recruteraient en Ouzbékistan et ramèneraient des migrants à Mourmansk. Ces migrants peuvent, soit devenir « autonomes » dans la migration et font venir ensuite pour certains leur famille, soit se faire exploiter via les systèmes de travail en rotation sur deux ou trois mois dans des conditions de vulnérabilités qui nous échappent.

  • 19 Ibid.

19Selon Paridokhon Nasirova, les profils socio-économiques sont fortement associés à la région d’origine. Les Karakalpaks sont souvent cimentiers, les Ouzbékistanais de la vallée de Ferghana se retrouvent plus dans les métiers de l’intelligentsia, ils sont médecins, juristes alors que ceux originaires de Zeravchan sont transporteurs ou travaillent dans la logistique. Il y aurait près de 7 000 Ouzbeks dans la région de Mourmansk selon azia, nombreux seraient ceux qui souhaitent rentrer en Ouzbékistan pour ouvrir un commerce. Environ 80 Ouzbeks recevraient un passeport russe chaque année. Ainsi, se dessinent comme souvent dans les trajectoires et la territorialisation des migrations des niches professionnelles, économiques « ethnicisées » qui renvoient à une histoire régionale, une tradition des métiers qui serait intéressante à creuser en perspectives des niches occupées en migration. Enfin, les migrations centrasiatiques actuelles sont bien plus temporaires que chez les Azéris qui constituent une « aristocratie » en quelque sorte et sont majoritairement citoyens russes. Selon la représentante de l’Association azia, Paridokhon Nasirova, les Ouzbeks sont nombreux à vouloir repartir et ne veulent donc pas prendre la citoyenneté russe pour ne pas perdre la leur19.

Figure n° 4
Pyramide des âges de la ville de Mourmansk pour les Centrasiatiques (Ouzbeks, Kirghizes et Tadjiks) au 1er janvier 2014 (Rosstat)

Figure n° 4Pyramide des âges de la ville de Mourmansk pour les Centrasiatiques (Ouzbeks, Kirghizes et Tadjiks) au 1er janvier 2014 (Rosstat)

Source : annuaire du Goskomstat « Čislennost’ naseleniâ Rossijskoj Federacii po polu i vozrastu na 1 ânvarâ 2014 goda », pages 140-142.

Recomposition des réseaux de sociabilité à travers la diaspora centrasiatique de Mourmansk

20L’association d’aide aux Centrasiatiques à Mourmansk, azia, a été créée le 20 juillet 2008 par une Ouzbek de la diaspora, Paridokhon Nasirova, née en 1960 à Andijan et mariée avec un Azéri qui avait été envoyé dans la marine à Mourmansk à l’époque soviétique. Paridokhon est arrivée à Mourmansk en 1982 où elle a travaillé au combinat de transformation de poisson, puis à l’usine durant 15 années et depuis 1991 dans le business du prêt-à-porter. À présent, elle s’occupe des droits des Centrasiatiques, visite les prisonniers et les migrants en détention provisoire, elle aide à résoudre les problèmes administratifs (examens de russe, patentes, certificats médicaux). azia compte, depuis peu, des travailleurs sociaux et un juriste qui s’occupent directement des questions sociales et juridiques (ils sont financés par une subvention du ministère du travail). Son association s’est élargie, elle travaille avec d’autres nationalités et aussi avec l’association azérie d’Afil Guseinov. En effet, depuis 2004, Afil est devenu le représentant de la branche régionale à Mourmansk du Congrès d’Azerbaïdjan en Russie (Vserossijsskij Azerbajdžanskij Kongress, vak) créé en 1998 à Moscou et en 2004 pour la région de Mourmansk. Cette fonction lui confère un rôle majeur et une influence considérable dans le paysage politique et aussi en termes de résolution des conflits entre migrants notamment, mais aussi entre employeurs et employés (en plus de toutes les questions administratives). Il organise par ailleurs des manifestations culturelles et les fêtes nationales azerbaïdjanaises comme Navrouz, le 21 mars.

  • 20 Observations personnelles et entretiens à Mourmansk, je ne citerai pas ici les sources pour des rai (...)

21Ces deux associations ont commencé à fonctionner au même moment et ont donc pu développer une expérience plutôt solide de la gestion des aspects tant socio-économiques que sécuritaires chez les migrants. Paridokhon et Afil sont, en quelque sorte, des « entrepreneurs » de la migration, mais deviennent par extension des entrepreneurs de citoyenneté lorsqu’ils participent à la constitution des quotas de permis de séjour avec le fms (les permis de séjour étant un pont pour accéder à la citoyenneté, à la différence de la patente)20. L’association visite les Ouzbeks qui se trouvent en prison, ou ceux qui sont en centre de détention (Specpremnik) avant d’être expulsés (peu nombreux dans les deux cas). Paridokhon souligne que les conditions se sont améliorées dans les cas de « déportation » : il y a dorénavant une sorte d’accord trilatéral entre l’association azia, le fms et le migrant en question pour que son départ soit inscrit comme volontaire, évitant ainsi l’expulsion et donc son inscription sur liste noire. Par ailleurs, dans un autre registre, la banque Mol Bulat, créée en 2011, octroie des crédits collectifs aux migrants, mais à avec des taux d’intérêts redoutables : 40 %.

22En 2002, le recensement russe enregistrait 3 507 Tadjiks, 2 778 Ouzbeks et 3 876 Kirghizes pour l’ensemble du Territoire de Krasnoïarsk, alors que, officieusement les estimations seraient plus proches de celles-ci : respectivement plus de 10 000 Tadjiks, environ 12 000 Ouzbeks et 10 000 Kirghizes (Lysenko, 2008). Il est difficile d’avoir des informations pour la ville de Norilsk et ses satellites industriels, néanmoins d’après les estimations démographiques récentes disponibles, 5 176 migrants auraient été enregistrés pour l’année 2012 et Norilsk enregistrerait la plus forte croissance en termes de migrations pour le territoire de Krasnoïarsk selon le fms du Territoire de Krasnoïarsk (Kilin et al., 2014).

  • 21 Notons ici que la patente coûte 4 000 roubles environ à Moscou et 1 400 à Mourmansk.

23Les migrants illégaux sont très peu nombreux dans les villes de Mourmansk et de Norilsk21, celles-ci étant organisées sur un mode de contrôle resté soviétique et garantissant aux yeux des migrants eux-mêmes une sécurité qui les rassure (dans leur sens aussi et pas seulement dans celui des populations locales). Norilsk est comme nous l’avons déjà mentionné une ville à circulation restreinte ce qui complique considérablement la venue de migrants illégaux (on ne peut accéder à la ville de Norilsk que par avion ou bateau). Ceux qui tentent leur chance à Norilsk savent où ils vont, ont des contacts sûrs pour soit pouvoir disposer d’une autorisation spéciale rapidement, soit demander la citoyenneté russe s’ils ne l’ont pas déjà. Les migrants rencontrés à Norilsk et plus au sud à Dudinka se sont souvent débrouillés pour acheter leur citoyenneté par un réseau de connaissances sur place ; peu sont uniquement enregistrés sans permis de séjour. Par ailleurs, le travail à la mine pour Norilsk-Nikel ou l’une de ses filiales est un sésame pour obtenir rapidement la citoyenneté. On observe la même chose dans la ville portuaire de Dudinka où les migrants centrasiatiques rencontrés sont, soit venus saisonnièrement vendre sur les marchés comme certains Kirghiz, soit sont présents depuis plusieurs années et rentrent quand ils le peuvent financièrement et physiquement, le trajet par bateau n’étant possible que quelques mois par an pour rejoindre Krasnoïarsk (où arrivent les cargaisons de fruits et légumes en provenance notamment d’Asie centrale mais pas uniquement). Malgré leur citoyenneté russe, ils se considèrent néanmoins comme « migrants » car ils émettent le désir de repartir « chez eux » et disent être là pour une durée déterminée. La citoyenneté russe apparaît comme une garantie socio-économique, un outil stratégique pour avoir accès au marché du travail et disposer d’une couverture médicale. Par exemple, une famille de Kirghizes rencontrée à Dudinka à l’été 2015, vend durant l’été des boissons et des šašliki [brochettes], mais la mère (60 ans) exprime très bien sémantiquement cette temporalité en expliquant qu’ils repartent « hiverner » au pays (zimovat’). La temporalité est ici importante à prendre en compte, le fait d’avoir la citoyenneté russe n’a pas du tout la résonance imaginée. Elle reste un outil dans la construction d’une carrière, ou tout simplement constitutive d’une stratégie de survie.

Représentations de la péninsule de Kola entre stabilité et sécurité

24Malgré l’éloignement géographique de la région, la péninsule de Kola se caractérise traditionnellement comme un pôle d’attraction des travailleurs migrants qu’ils viennent d’autres républiques d’ex-urss ou de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Il faut souligner ici que l’intensification des industries extractives (qui sont d’ailleurs de plus en plus délocalisées de Norilsk vers la péninsule de Kola où les usines sont davantage aux normes qu’à Norilsk) attire la main-d’œuvre et constitue un véritable creuset pour les migrants centrasiatiques et caucasiens, mais aussi ukrainiens.

  • 22 Federal’naâ služba migracii Murmanskoj oblasti, information collected by A.Burtseva.
  • 23 Les quotas de cartes de séjour temporaire en 2016 s’élèvent pour la région de Mourmansk à 390 et po (...)

25Les tests linguistiques effectués auprès des migrants, notamment par l’université de Mourmansk entre 2013 et 2015, montrent que les migrants ont développé des stratégies de consolidation dans le Nord russe. Plus du tiers des migrants ont opté pour l’autorisation de séjour temporaire ou la carte de séjour bien que les tests soient plus compliqués que ceux qui permettent d’obtenir la patente. L’agence locale du fms à Mourmansk confirme que chaque année entre 5 000 et 7 000 étrangers obtiennent un permis de séjour (vid na žitel’stvo), ou bien un enregistrement temporaire (rvp, razrešenie na vremennoe proživanie) les faisant entrer dans la catégorie des résidents permanents de la Fédération de Russie. Durant la période de 2011 à 2014, la tendance du nombre d’étrangers de la cei visant à l’obtention d’un permis de résidence temporaire était croissante (rapports de données fms 2011, 2012 et 2013)22. La motivation d’un tel choix s’explique par le fait que le certificat permettant d’obtenir un statut plus élevé (enregistrement et carte de séjour) donne le droit d’obtenir une patente et de vivre sur le territoire russe trois ans (rvp) ou 5 ans pour la carte de séjour, alors que le certificat pour l’obtention de la patente (pour une année) donne seulement le droit de travailler (il nécessite par ailleurs de payer des impôts ce qui n’est pas le cas du permis de séjour). En outre, le système de quotas concernant les permis de séjour temporaire et la demande de ces permis dans la région incitent les migrants à rester, et à s’installer dans la péninsule de Kola. En 2015, les quotas pour la Fédération de Russie s’élevaient à 126 055 rvp, parmi eux 11 075 dans l’okrug fédéral du Nord-Ouest (où se trouve la péninsule de Kola) et 400 pour la région de Mourmansk23. Ces quotas étaient similaires en 2014. Sur 400 autorisations, 150 ont été attribuées à Mourmansk et en 2014, il est intéressant de noter que la totalité des quotas pour la ville a été octroyée durant le premier jour de travail du fms après les vacances de Noël et au niveau régional ce fut au cours du mois de janvier. Selon l’ethnologue Zmeeva du Centre de recherches en sciences sociales de Barents/Apatity (mggu), les raisons orientant les choix des migrants vers la Péninsule de Kola sont essentiellement économiques, politiques, liées à des conflits dans leur pays/ région d’origine mais ces choix s’expliquent aussi par la présence de parents, de compatriotes et l’absence de conflit (Razumova, 2004), la sécurité et la stabilité de l’emploi caractérisant cette région du Nord (Zmeeva, 2011).

Tableau n° 1
Travailleurs migrants enregistrés à Mourmansk par pays d’origine en 2011-2013

Pays

Travailleurs migrants

2011

2012

2013

Azerbaïdjan

432

478

564

Arménie

142

139

277

Belarus

532

1 721

968

Kazakhstan

14

59

100

Kirghizstan

492

531

902

Moldavie

81

189

343

Tadjikistan

313

324

884

Ouzbékistan

966

1 359

1 939

Ukraine

295

579

968

Total pays sans visas

3 267

5 379

6 945

Tableau n° 2
Nombre de migrants enregistrés dans la ville de Mourmansk en 2011-2013

   

Citoyens étrangers disposant d’un :

Enregistrement (rvp)

Permis de séjour

2011

3 473

841

2012

3 615

1 559

2013

2 191

2 320

Source pour les deux tableaux : fms, Mourmansk, données transmises en juillet 2015

Penser en termes de génération et de réticularité

26La génération soviétique née dans les années 1950-1960 joue un rôle important dans la constitution des migrations actuelles, elle se caractérise comme étant la génération des intermédiaires ayant une dimension réticulaire majeure et dans laquelle s’inscrivent les nouvelles générations de migrants.

27À travers ce panorama, on voit se déployer les mécanismes qui permettent de retisser un système d’arrangements des relations sociales afin de prévenir l’insécurité sociale (Castel, 2003) ; les associations de la diaspora permettent de garantir une certaine forme de sécurité. Ici la notion d’enchâssement développée par Granovetter (Granovetter, 1985) permet d’envisager l’échange économique sans l’isoler des relations sociales. Or, on voit bien en filigrane que les réseaux composés de parents ou de compatriotes, notamment chez les Azéris présents dans la région de Mourmansk depuis l’époque soviétique, constituent des appuis cruciaux pour l’accès au marché du travail en migration, et la mise en place de réseaux générationnels et transgénérationnels témoigne à Mourmansk de cette notion d’encastrement réticulaire qui souligne l’importance du facteur historique en même temps que du capital social dans la construction des réseaux et des carrières de migrants.

Photographie n° 2
Marché de Doudinka, Tadjiks venus de la région Sogd en 2010

© Sophie Hohmann, juillet 2015.

Accès aux soins et rapport à la santé dans la migration au Nord

  • 24 1 000 roubles équivaut à environ 14 euros en 2015.
  • 25 Voir aussi sur ce sujet l’article de Daniel Kachnitsky dans ce numéro.

28Lorsque l’on aborde la question de l’accès aux soins en Russie, un paramètre fondamental entre en jeu, il s’agit du statut légal de la personne/ du migrant. Or, dans les villes du Grand Nord russe, nombreux sont les « migrants » centrasiatiques rencontrés ayant obtenu la citoyenneté russe ce qui d’emblée impose de s’interroger autrement puisque ces « migrants citoyens » (migrants quand même, car d’un point de vue émique beaucoup se disent « migrants » et ils envisagent de repartir un jour, ou bien ils se disent aussi étrangers chez eux) peuvent accéder au système de santé russe, et ont donc accès de droit à la santé par le biais du système d’assurance médicale obligatoire l’oms (obâzatel’noe medikal’noe strakhovanie) qui comprend un paquet de base de soins gratuits dans le système de santé publique. En revanche, les migrants n’ayant pas la citoyenneté russe, mais disposant d’un titre de séjour temporaire, d’une patente, etc. doivent souscrire une police d’assurance s’ils souhaitent bénéficier d’une couverture médicale. Cette assurance médicale volontaire, dms (dobrovol’noe medikal’noe strakhoravnie) coûte en moyenne entre 2 00024 et 4 000 roubles par an pour une couverture de base. Néanmoins pour bénéficier d’une couverture spécialisée, il faut compter autour de 15 000 roubles l’année. Cependant, et d’après nos entretiens et nos observations25, la plupart des migrants n’utilisent pas de police d’assurance ne voyant pas l’intérêt de « prépayer » la santé, des soins. Le système de santé soviétique n’a en effet pas habitué les populations à penser en termes de prévision, d’assurances et les migrants ne sont bien évidemment pas les seuls à penser de la sorte. Il s’agit là d’un concept complètement nouveau pour les générations de personnes qui ont connu l’urss ou ont intégré de par leurs proches son système de fonctionnement (Hohmann & Lefèvre, 2014). Les migrants considèrent qu’au pire ils pourront toujours faire appel aux urgences (quelques jours seulement sont pris en charge par les structures publiques) et n’ont donc pas besoin de dms. La notion de prévention des risques n’est pas du tout une notion intégrée dans les mentalités. À partir du moment où l’État ne prend plus en charge de manière globale et totale la santé de ses citoyens, les considérations et les représentations sont bouleversées et la santé est évaluée, pensée de manière très différenciée, le plus souvent au présent.

Couverture de la santé des travailleurs : transfert du rôle de l’État au Combinat

D’un paternalisme à l’autre

  • 26 À Mourmansk, la pek a organisé des foyers salubres mieux pourvus de douches, buanderies, lits super (...)

29Le rôle des firmes et des industries dans lesquelles travaillent les migrants se dessine de manière centrale en ce qui concerne l’accès aux soins. En effet, dans la région de Mourmansk, par exemple la société pek26 ou encore la société NordWest ont une bonne réputation auprès des migrants, car elles s’occupent non seulement des aspects administratifs (enregistrement, règlement de la patente, etc.), mais également de la couverture médicale des travailleurs et paient ou avancent les frais en cas d’accident du travail. Ici on a affaire à des sociétés soucieuses de la rentabilité et aussi de la stabilité de leurs employés et par exemple les Tadjiks sont réputés sérieux, sobres et ponctuels. Un double contrat fonctionne alors entre l’employeur et l’employé.

  • 27 Le 4 novembre 1989, une décision du Conseil des ministres d’urss transforme Norilsk-Nikel en un con (...)

30De même, ceux qui travaillent pour le combinat Norilsk-Nikel27 dans la péninsule de Kola ou à Norilsk voient officiellement leur santé prise en charge par l’employeur et la prévention fait l’objet d’une attention particulière après avoir été la grande oubliée des années 1990. Néanmoins, le problème réside dans l’absence de dépistage régulier chez la plupart des migrants hors combinat, à la différence des isolés qui n’ont qu’un titre de séjour et n’accordent que peu d’importance à leur santé, comme c’est souvent le cas chez les migrants appartenant à une catégorie plus vulnérable et pas seulement chez les migrants dans une société qui s’est globalement « privatisée ». Surtout, les questions de santé liées à la pollution sont absolument majeures, que ce soit dans la Péninsule de Kola ou à Norilsk et elles entraînent de nombreuses pathologies aiguës du système respiratoire, des tuberculoses, des cancers. Le travail à la mine concentre certainement les pires difficultés, avec une espérance de vie réduite et invisible ou presque à Norilsk, les mineurs décédant en dehors de la ville puisque la plupart d’entre eux partent à la retraite sur le continent plus au sud ou dans des grandes villes, notamment Saint-Pétersbourg.

Photographie n° 3
Sortie de la ville de Nikel, Péninsule de Kola

© Sophie Hohmann, juin 2015.

Norilsk, ville frontière, ville fantôme

31En plus d’un froid épouvantable, les déserts sans abri du Grand Nord, privés de végétation, et de nutriments, sont exposés aux tempêtes de neige terribles vous jetant dans l’obscurité absolue. Ces tempêtes imposent le repos à tous les animaux. L’obscurité durant la moitié de l’année oblige, certes, à penser que le Grand Nord n’est pas du tout adapté à la vie humaine. (Zamâtina, 2014).

  • 28 “Russian Ministry demands environmental upgrades from world’s biggest nickel company,” Bellona, Jan (...)
  • 29 Ibid.

32Outre ses conditions climatiques polaires, Norilsk fait partie des villes les plus polluées au monde, le ciel n’est jamais dégagé de ses couleurs orangées, blanches, jaunes et en fonction des vents, des émanations toxiques très nauséabondes. Les rapports annuels du combinat Norilsk-Nikel montrent un intérêt, du moins sur le papier pour intégrer davantage les normes de sécurité sanitaire et écologique (Laruelle & Hohmann, 2017). Néanmoins, la seule réalité du désastre écologique abondonné à lui-même à deux pas du centre-ville de Norilsk laisse le visiteur très dubitatif. En 2015 encore, les rejets de métaux lourds et de dioxyde de soufre étaient de 8 à 44 fois supérieurs aux normes en vigueur28. L’espérance de vie y est d’une dizaine d’années plus basse que dans le reste de la Russie, à cause d’un taux élevé de cancer, et de maladies des poumons, du sang et de la peau. Plusieurs projets de réformes des usines les plus polluantes ont été lancés, mais avec des résultats médiocres. En mai 2014, Norilsk-Nikel s’est engagé à fermer sa plus ancienne usine de traitement du nickel et a été rappelé à l’ordre en 2015 par le ministre des Ressources naturelles et de l’Énergie29. Cette pollution massive, associée au passé de Goulag de la ville, contribue à l’image d’une ville aux conditions de vie terrifiantes, une ville « maudite ».

Photographie n° 4
Norilsk, usine de cuivre

© François Jacob, hiver 2014.

  • 30 Entretien avec le médecin chef de la maternité de Norilsk, le 24 juillet 2015.
  • 31 Sur ce point, voir aussi l’article en russe de Daniel Kashnitsky qui traite de l’accès et des perce (...)

33Les Norilskais et les migrants rencontrés se plaignent tous de leur mauvaise santé, de la difficulté à respirer, de problèmes respiratoires qui tiennent la première place dans le classement de la morbidité et de la mortalité à Norilsk30. Les migrants quant à eux se plaignent mais, comme dans d’autres villes de Russie, ne font que peu état de leur santé, de leurs craintes de la maladie. S’ils expriment des inquiétudes, le fatalisme les recouvre, les priorités étant mesurées différemment31. En effet, selon le point de vue émique du migrant, la santé n’est pas prioritaire, c’est le travail qui l’est tant qu’aucune maladie ne l’empêche de travailler. C’est à ce moment-là que les perceptions basculent et que le rapport à soi prend le dessus. Le recours à l’automédication (Kalandarov, 2012 ; Kašnitskij, 2015) reste la pratique la plus répandue chez les migrants, y compris pour ceux qui sont « migrants-citoyens russes » et bénéficient donc de l’accès gratuit au système de santé publique. « On prend du kvas, on se débrouille, on va éventuellement voir le médecin quand ça va vraiment mal… », racontent des migrants rencontrés sur le marché central de Norilsk. Les Centrasiatiques ont de toute manière été habitués à l’automédication depuis la fin de l’urss dans leur pays d’origine et bien avant, ainsi qu’au recours à des pratiques médicales alternatives.

34Ici la question de la relation au système de soins et au système dans son ensemble joue un rôle crucial chez les différentes générations de migrants, que ce soit celles nées à l’époque soviétique et l’ayant connue, ou chez celles nées au moment de la fin de l’urss ou après et n’ayant connu leur système de santé qu’en situation de vide, de détérioration et ayant donc développé une méfiance leur imposant de s’en remettre à eux-mêmes et à leurs réseaux de relations, à des pratiques alternatives.

  • 32 Entretien avec un représentant du combinat Norilsk-Nikel lors de la visite de la mine à ciel ouvert (...)
  • 33 Entretiens avec des mineurs dans la mine de Komsomol à Talnakh près de Norilsk en juillet 2015.

35Le consortium Norilsk-Nikel (nn) couvre la majorité du marché du travail dans les villes que nous évoquons ici, et les Centrasiatiques qui souhaitent tenter leur chance pour travailler à la mine ou dans une les nombreuses usines du combinat le peuvent, mais au préalable ils doivent se soumettre bien évidemment à toute une série de tests (mesure de la capacité d’adaptation, de la condition physique, du niveau de langue, etc.)32. Travailler pour nn donne d’emblée la citoyenneté et des salaires plus élevés qu’ailleurs en raison des conditions de travail et de vie très difficiles. La prévention médicale est organisée par le combinat qui dispose d’un point de santé et les différentes usines qui s’y rattachent, chaque lieu de travail dispose d’unités de prévention et de soins, puis ce sont les hôpitaux de la ville qui prennent le relais. Les mineurs, par exemple, subissent un examen pulmonaire après chaque mission33. Plusieurs observations et entretiens réalisés sur le terrain à Norilsk durant l’été 2015 ont permis d’avoir accès au mode de fonctionnement et à l’organisation des questions sanitaires et sociales. Dans ce cas, évidemment, les migrants centrasiatiques qui parviennent à être embauchés par le combinat, que ce soit dans la péninsule de Kola ou à Norilsk, sortent de la catégorie des migrants puisqu’ils reçoivent la plupart du temps la citoyenneté russe et sont alors pris en charge par l’usine, le système médico-social et corporatif déployé par le combinat. Néanmoins, ce n’est pas parce qu’ils sont devenus citoyens pour et par le travail qu’ils ne comptent pas repartir. Il faut mentionner ici que le consortium Norilsk-Nikel sous-traite à des filiales privées de nombreux emplois et d’après les témoignages recueillis de personnes ayant séjourné à l’hôpital de Norilsk auprès de victimes de ce système parallèle, la question de la prévention et de l’attention sanitaire de ces filiales est souvent proche de zéro, la question cruciale de la privatisation autorise des prises de risque parfois en contradiction avec les logiques de rentabilité, pourtant les accidents de travail seraient beaucoup plus nombreux que ceux affichés sur une bande déroulante clignotante à l’entrée de chaque mine et/ou usine du combinat Norilsk-Nikel « Aujourd’hui (date) aucun blessé, aucun décès »…

  • 34 Entretien avec des représentants de l’administration du Combinat de Montchegorsk le 10 juillet 2015 (...)
  • 35 Cette capitale officieuse du gaz en Russie est devenue ville seulement en 1980. La ville de Novo-Ur (...)
  • 36 Entretiens avec un géologue, Institut de géologie d’Apatity le 9 juillet 2015 et avec des chercheur (...)

36Les migrants qui viennent travailler « en rotation », les vakhtoviki, sont quant à eux laissés à l’appréciation de l’employeur, ils peuvent être très vulnérables, comme pris en charge. Les représentants de nn esquivent souvent cette question même s’ils y répondent en évoquant la nécessité d’avoir au sein du combinat et de ses différentes usines, du personnel fiable sur la durée34. À la différence de la péninsule de Kola et de la ville de Norilsk, la péninsule de Iamalo-Nenets compterait des dizaines de milliers de vakhtoviki embauchés par Gazprom35 et de nombreux migrants illégaux suivant des filières souvent mafieuses. Il n’empêche que cette question est délicate et les réponses sont à apprécier avec prudence. À Apatity et à Kirovsk, selon un géologue russe de l’Institut de géologie d’Apatity « on assiste clairement à une reconfiguration de la population avec la venue de travailleurs migrants pour 2-3 mois (en rotation donc) dans les industries métallurgiques et d’extraction des minerais. Non loin d’Apatity, la petite ville de Koačovo dont la population est en voie de disparition « accueille » des Centrasiatiques embauchés via ce système de rotation mais il est quasiment impossible d’y avoir accès »36.

Photographie n° 5
Panneau à l’entrée d’une usine de cuivre

« Travailleur de la fonderie, Observe strictement les exigences contre la tuberculose. Souviens-toi : on t’attend chez toi, vivant et en bonne santé ! »

© Sophie Hohmann, juillet 2015

Kvas versus cumin noir ?

  • 37 Entretien à Norilsk le 20 juillet 2015.
  • 38 « Lečenie boleznej maslom černogo tmina » [Se soigner à l’aide du cumin noir] ; http://islamtv.ru/b (...)

37Enfin, c’est à Norilsk qu’a été construite la mosquée Nurd Kamal la plus septentrionale au monde, ouverte en 1998, qui se trouve sous l’autorité de la Direction spirituelle d’Oufa. Son ancien Imam37, Bachkir, 35 ans, fut nommé à Norilsk par la Direction d’Oufa et envoyé à Norilsk en 2005, après avoir été formé à Kiev auprès d’un Sheikh libanais et avoir travaillé au Kazakhstan à Kokčetau. Son père avait fait son service militaire à Norilsk dans les années 1970. Dorénavant reconverti comme juriste au sein du syndicat du combinat Norilsk-Nikel, cet ancien imam explique quel était son rôle dans la résolution des conflits sociaux, familiaux, d’aide au retour des illégaux, mais aussi dans les tensions sociales entre communautés. Il utilise un registre médical organiciste pour aborder les questions de lutte contre l’islamisme et il évoque des « vaccins contre l’islamisme » mais pas contre les maladies du corps. Plusieurs cas d’extrémisme auraient été jugulés selon lui grâce à la prophylaxie (profilaktika). On assiste dans son discours à une politisation de la terminologie : il s’agit de considérer à ses yeux le corps collectif et pas individuel, comme un retour à la notion d’incorporation d’une certaine forme de pouvoir (Claude Lefort). En ce qui concerne la santé et le recours au système de soins stricto sensu, cet ancien imam pose la médecine islamique des haddiths comme un postulat et vante d’emblée les vertus d’une huile de cumin noir comme étant à toute épreuve contre les maux, que ce soit la pollution et ses conséquences, les cancers, les angines, etc. mais comme il le dit lui-même : « il soigne tout mais pas de la mort » (Lečit vsego krome smerti). Sur le site internet38 qu’il évoque se trouve effectivement une boutique en ligne où l’on peut se procurer ce cumin noir sous différentes formes et des textes choisis du Coran autour de ses vertus médicinales et de son authenticité (par exemple : « Le prophète Mohammed a dit : «Le cumin noir est le remède pour toutes les maladies, à l’exception de la mort », rapporté par Abu Hurayra dans les haddith de Bukhari »).

Photographie n° 3
La mosquée la plus septentrionale du monde (Mosquée Nurd Kamal, Norilsk)

© Sophie Hohmann, juillet 2015.

Conclusion

38Ce travail exploratoire sur un terrain difficile et délicat s’est proposé de dresser un tableau certes impressionniste mais toutefois réaliste d’un pan de vie des migrants dans des conditions extrêmes et souvent improbables. Pour ces nouveaux arrivants, Mourmansk et plus encore Norilsk ne sont pas des villes comme les autres. Leur vie s’inscrit dans une logique d’insularité qui est propre aux gens du Grand Nord. Ils sont bien évidemment marqués par la radicalité du climat et l’isolement géographique du reste de la Russie, mais ils intègrent également rapidement la domination symbolique et physique du combinat, des mono industries sur la ville surtout dans les monovilles : ceux qui parviennent à intégrer le combinat accèdent à un statut qui les requalifie, statut perdu dans leur pays d’origine et cela confère aux migrants un caractère héroïque qui plus est sur d’anciens fronts pionniers.

  • 39 Entretiens menés avec des migrants d’Azerbaïdjan, du Tadjikistan et d’Ouzbékistan, Norilsk, juillet (...)

39Par leur propre parcours professionnel et individuel de migrants ayant quitté l’Asie centrale pour se « réaliser » dans le Grand Nord, ils renouvellent donc le mythe du pionnier et l’adaptent aux conditions postsoviétiques de l’économie de marché et de la libre circulation39.

40Dans ce contexte, la santé est d’une grande vulnérabilité, et le migrant se retrouve face aux mêmes problèmes financiers qu’ailleurs (lorsqu’il n’est pas couvert par son employeur) avec néanmoins une dimension supplémentaire qui est celle spécifique aux conditions de vie polaires. Les nouveaux modes de fonctionnement du système de santé, assortis à la question des coûts, de l’accès au système de soins dans la Russie postsoviétique ne sont pas encore entrés dans les mentalités des générations qui ont connu par elles-mêmes ou leurs parents le système soviétique. Pour ces générations, les réformes du système de santé s’apparentent à une véritable rupture de paradigme et de compréhension souvent synonyme d’abandon par l’État des acquis soviétiques. Ainsi, dans cet espace vacant, le regard que les migrants portent sur leur corps, leurs maux se retrouvent aux prises avec leurs représentations, l’univers mental et culturel polymorphe de leur société d’origine – de l’expression de ses syncrétismes – et d’un monde médical qui s’est privatisé et « dé-paternalisé ».

Haut de page

Bibliographie

Alexiev Alex & Winbush S. Enders, 1981, Soviet Central Asian Soldiers in Afghanistan, Rand Note n° 1634/1, January, Rand Public Series, Santa Monica.

Bardileva Ûlâ P. & Portse’ Aleksandr K., 2014, « Sovremennye demografičeskie vyzovy i ugrozy v Murmanskoj oblasti » [Enjeux démographiques actuels et risques dans la région de Mourmansk], in Sovremennye vyzovy i ugrozy razvitiia v Murmanskoi oblasti: regional’nyi atlas, Murmansk : Murmanskij Gosudarstvennyj Pedagogičeskij Universitet.

Bayou Céline & Le Bourhis Eric, 2008, « Norilsk et Mourmansk. Quel avenir pour deux villes du Grand Nord russe ? », Le Courrier des Pays de l’Est, n° 1016, pp. 35-47.

Becker Howard, 1985, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris : Métaillié.

Bourdieu Pierre & Sayad Abdelmalek, 1964, Le Déracinement, la crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris : Éd. de Minuit.

Braithwaite Rodric, 2011, Afgantsy: The Russians in Afghanistan 1979-89, Oxford: Oxford Press University.

Chulkov A. V., 1994, « Naselenie i trudovye resursy v Noril’skom promyšlennom rajone » [Population et ressources professionnelles dans le district industriel de Norilsk], Sociologičeskie issledovaniâ, n°7, pp. 39-42.

Didyk Vladimir & Râbova Larissa, 2014, « Monogoroda Rossijskoj Arktiki: strategii razvitiâ (na primere Murmanskoj oblasti) » [Les monovilles de la Russie arctique : stratégies de développement (exemple de la région de Mourmansk)], Èkonomičeskie i social’nye peremeny : fakty, tendencii, prognoz, 4 (34), pp. 84-99.

Fedorov Pavel, 2014, Kul’turnye landšafty Kol’skogo severa v usloviâkh urbanizacii (1931-1991 gg) [Paysages culturels du Nord dans les conditions d’urbanisation (1931-1991)], Mourmansk : Murmansk Gosudarstvennyj Pedagogicheskii Universitet.

Fedorov Pavel, 2009, Severnyj vektor v rossiiskoj istorii. Centr i kol’skoe zapoliaree v 16-20 vekov [Le vecteur nordique dans l’histoire russe. Le Centre et la péninsule de Kola arctique aux xvie-xxe siècles], Mourmansk : Murmanskij Gosudarstvennyj Pedagogičeskij Universitet.

Granovetter Mark S., 1985, “Economic Action and Social Structure: The Problem of Embeddedness,” American Journal of Sociology, vol. 91, n° 3, pp. 481-510.

Granovetter Mark S., 1973, “The Strengh of Weak Ties,” The American Journal of Sociology, vol. 78, n° 6, pp. 1360-1380.

Gras Cédric, 2013, Le Nord, c’est l’Est. Aux confins de la Fédération de Russie, Paris : Libretto.

Heleniak Thimothy, 2009a, “Growth Poles and Ghost Towns in the Russian Far North,” in E. Wilson Rowe (ed.), Russia and the North, Ottawa: University of Ottawa Press, pp. 129-163.

Heleniak Thimothy, 2009b, “The Role of Attachment to Place in Migration Decisions of the Population of the Russian North,” Polar Geography 32, n° 1-2, pp. 31-60.

Heleniak Timothy, 2008, “Changing Settlement Patterns across the Russian North at the Turn of the Millenium,” in M. Tykkyläinen & V. Rautio (eds.), Russia’s Northern Regions on the Edge: Communities, Industries and Populations from Murmansk to Magadan, Helsinki: Aleksanteri Institute, pp. 25-52.

Heleniak Timothy, 1999, “Out-Migration and Depopulation of the Russian North during the 1990s,” Post-Soviet Geography and Economics, vol. 40, n° 3, pp. 155-205; https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/10889388.1999.10641111.

Hohmann S., 2017, « La Russie et ses franges arctiques », Hérodote, n° 166-167 : « Numéro spécial Russie », pp. 261-277.

Hohmann Sophie, 2014, Santé et pouvoir en Ouzbékistan. De la colonisation russe aux transformations post-soviétiques, Paris : Petra.

Hohmann Sophie, 2012, « Processus migratoires et trajectoires de vie au Tadjikistan après la guerre civile. Application de la méthode ageven auprès de travailleurs migrants dans sept villages autour de Douchanbe », Migrations Société, vol. 24, n° 141-142, pp. 41-58.

Hohmann Sophie & Lefèvre Cécile, 2014, “Post-Soviet Transformations of Health Systems in the South Caucasus,” Central Asian Affairs, 1, pp.48-70.

Hohmann Sophie, Mouradian Claire, Serrano Silvia & Thorez Julien, (dir.), 2014, Development in Central Asia and the Caucasus: Migration, Democratisation and Inequality in the Post-Soviet Era, Londres: I.B. Tauris.

Humpreys David, 2011, “Challenges of transformation: The case of Norilsk Nickel,” Ressources Policy, 36, pp. 142-148.

Jones Ellen, 1990, “Social Change and Civil-Military Relations,” in Timothy J. Colton & Thane Gustaffson (éd.), Soldiers and the Soviet State, Princeton: Princeton University Press.

Kalandarov Tohir, 2012, « Mify i realii migranstkogo košel’ka (izučenie bûdžetov tadžikskikh migrantov) » [Mythes et réalités autour du porte-monnaie des migrants, étude des budgets des migrants tadjiks], in Valerij Tiškov i Valerij Stepanov (red.), Ètnopolitičeskaâ situaciâ v Rossii i soprede’lnykh gosudarstvakh v 2011 godu, Moscou : ran, pp. 136-141.

Kašnitskij Daniel, 2015, Anal’gin kak panaceâ, ili skol’ko stoit poterânnoe zdorov’e trudovogo migranta [L’analgine comme panacée, ou le prix de la santé pour les travailleurs migrants], 31 juillet ; http://www.fergananews.com/articles/8636 [consulté le 3 septembre 2015].

Kašnitskij Il’â, 2014, Vliânie migracii na demografičeskuû strukturu v malykh territoriâkh Rossii [Influences des migrations sur la structure démographique des petits territoires en Russie], Mémoire de master, Moscou : Institut Demografii, Vyška.

Kilin Anton, Konovalova Ol’ga & Putimcev Andrej, 2014, « Migracionnye processy i razvitie narkosituacii v Krasnoârskom krae » [Processus migratoires et évolution de la situation des toxicomanies dans la region de Krasnoïarsk], Vestnik Krasnoârskogo gosudarstvennogo pedagogičeskogo universiteta im. V.P. Astaf’eva, n° 2 (28).

Laruelle M. & Hohmann S., 2017, “Biography of a polar city: population flows and urban identity in Norilsk,” Polar Geography, vol. 40, n° 4, pp. 306-323.

Laruelle Marlène, 2014, Russia’s Arctic Strategies and the Future of the Far North, New York: M.E. Sharpe.

Laruelle Marlène & Rakišvaâ Botagoz (Eds.), 2015, « Pamât’ iz plameni Afganistana. Interv’û s voinami-internacionalistami Afganskoj vojny 1979-1989 godov » [Mémoire des flammes d’Afghanistan. Interview avec les combattants de la guerre d’Afghanistan 1979-1989], Central Asia Program, Series n° 2, Astana, Washington. https://app.box.com/s/umser0gccid0n6cvrl51kuyrsc8ikm8b [consulté le 2 décembre 2015].

Lysenko I. S., 2008, « Specifika ètničeskogo sostava naseleniâ Krasnoârskogo kraâ konca xx-načala xxi veka » [Spécificité de la composition ethnique de la population de la région de Krasnoïarsk fin xxe début xxie siècle], Ètnografiâ narodov Sibiri i Dal’nego Vostoka, Vestnik ngu, Seriâ : Istoriâ, filologiâ, t. 7, fasc. 3, pp. 175-182.

Mkrtčân Nikita, 2005, « Migraciâ v Rossii : zapadnij drejf » [Migration en Russie : la dérive vers l’ouest], Demoscope Weekly, n° 185-186, pp. 10-23.

Mkrtčân Nikita, Karačurina Lilâ, 2014, « Migraciâ v Rossii. Potoki i centry pritâženiâ » [Migration en Russie. Flux et centres d’attraction], Demoscope Weekly, n° 595-596, April 21-May 4.

Mikhailov E.I., 2004, « Migracionnye processy v istorii formirovaniâ naseleniâ evropejskogo severa Rossii v xx veke » [Processus migratoires dans l’histoire de l’évolution de la population européenne du nord de la Russie au xxe siècle], Dissertaciâ kand. ist. nauk, Mourmansk: Murmanskij Universitet.

Parente Genevieve, Shilklomanov Nikolay & Streletskiy Dmitry, 2012, “Living in the New North: Migration to and from Russian Arctic Cities,” focus on Geography, Fall, pp. 77-89.

Rahmonova-Schwarz Delia, 2010, “Migrations during the Soviet Period and in the Early Years of ussr’s Dissolution: A Focus on Central Asia,” Revue européenne des migrations internationales, vol. 26, n° 3, pp. 9-30.

Razumova Irina, 2004, « Severnyj “migracionnyj kontekst” postsovetskoj Rossii » [Le contexte migratoire du nord de la Russie post-soviétique], Ètnokul’turnye processy na Kol’skom Severe, Apatity : Izd-vo Kol’skogo naučnogo centra ran.

Revich Boris et al., 2014, “Sociodemographic Limitations of the Sustainable Development of Murmansk Region,” Studies on Russian Economic Development, vol. 25, n° 2, pp. 201-206.

Sahadeo Jeff, 2012, “Soviet Blacks and Place Making in Leningrad and Moscow,” Slavic Review, vol. 71, n° 2, pp. 331-358.

Serebnnikov Vladimir & Derûgin Ûrij, 1996, Sociologiâ armii [Sociologie de l’armée], Moscou, spi ran, p. 215.

Yabazov Rafiz, 2000, “Migration of Population, the Labor Market and Economic Changes in Kirghizstan,” in Hisao Komatsu, Chika Obiya & John S. Schoeberlein, Eds., Migration in Central Asia: Its History and Current Problems, jcas Symposium Series 9, Osaka, Japan Center for Area Studies, National Museum of Ethnology, pp. 209-235.

Yunusov Arif, 2003, Ètničeskie i migracionnye processy v postsovetskom Azerbajdžane [Les processus migratoires et ethniques en Azerbaïdjan post-soviétique] ; http://migrocenter.ru/publ/trud_m/06.php, publié sur le site internet du Centre de Recherches sur les migrations.

Yurchak Alexeï, 2006, Everything Was Forever, Until It Was No More – The Last Soviet Generation, Princeton; Oxford: Princeton University Press.

Zamâtina Nadežda, 2007, « Noril’sk-gorod frontira » (Norilsk, ville frontière), Stereoskop, Vestnik Evrazii, n° 1, pp. 167-192 ; http://cyberleninka.ru/article/n/norilsk-gorod-frontira [consulté le 30 novembre 2015].

Zmeeva Elena, 2011, « Novyj dom », vdali ot Rodiny : ètničeskie migranty na Kol’skom Severe [« Nouveau chez soi », loin de la patrie : les migrants ethniques dans le Nord de la péninsule de Kola], Apatity : Izd-vo Kol’skogo naučnogo centra ran, 95 p.

Haut de page

Notes

1 La ville de Norilsk, après avoir été une ville fermée de 1963 à 1991 (Zamâtina, 2014, p. 174) l’est redevenue sur une demande de sa population craignant l’insécurité créée par son ouverture aux migrants et au développement de la toxicomanie et de la violence. Le 25 novembre 2001, ce statut lui est de nouveau octroyé et les étrangers doivent dorénavant avoir une autorisation spéciale du fsb pour s’y rendre. Le caractère fermé de la ville est renforcé par son inaccessibilité et l’absence de liens routiers entre Norilsk et le reste de la Russie (seulement l’avion qui exige un contrôle strict des laissez-passer ou bien le bateau par Krasnoïarsk sur l’Ienesseï durant l’été).

2 Ce terrain dans l’Arctique russe a été financé par le projet Arctic Research Coordination Network: Building a Research Network for Promoting Arctic Urban Sustainability en collaboration avec George Washington University (financé par la National Science Foundation) et l’Université de Tromsø.

3 //www.glavbukh.ru/art/21107-kak-schitat-otpusknye-rabotnikam-severyanam#ixzz3gPxHd7Xg

4 Les années 1970 représentaient un véritable âge d’or, il était très prestigieux d’aller travailler dans le nord, et pour cela il était impératif de disposer d’une invitation et de deux lettres de recommandation, entretien avec Oleg Kovas, responsable des ressources humaines chez Norilsk-Nikel, combinat de Zapolyarnyi-Nikel, 14 juillet 2015.

5 La population de la région de Mourmansk est passée de 1 100 000 en 1989 à 722 000 en 2014. La ville de Mourmansk est, quant à elle, passée de 308 642 habitants au recensement de 1970 à 309 362 habitants en 2010, rejoignant le niveau de 1970. Avec Norilsk, elles restent cependant les villes les plus peuplées de l’Arctique (sur onze villes polaires, dix sont situées en Russie et une en Alaska : Anchorage qui est peuplée de 291 826 habitants en 2010). Rappelons ici que la population de l’Arctique russe (au-delà du cercle polaire) s’élève à 2,089 millions d’habitants, soit 1,5 % de la population de Fédération de Russie, cette région est néanmoins productrice de 11 % du pib russe. La population de l’Arctique européen est de 1 280 000 habitants et celle de l’Arctique américain de 827 000 habitants.

6 La plupart du temps, ces migrants sont issus du milieu rural. Les réformes agraires qui ont suivi la fin de l’urss ont poussé les familles à s’organiser et à trouver des alternatives à la production agricole tout en cherchant à assurer la pérennité du monde rural (Hohmann, 2012).

7 La ville voisine de Severomorsk, située à moins de 20 km de Mourmansk, avec plus de 50 000 habitants, est la principale ville militaire de la région de Mourmansk, suivie par Snežnogorsk. Au total, environ 130 000 personnes vivent dans ces villes militaires, nommées entités territoriales fermées. Revich et al., “Sociodemographic Limitations of the Sustainable Development of Murmansk Region,” Studies on Russian Economic Development, vol. 25, n° 2 (2014), 201-206, p. 202.

8 La population étudiante s’est réduite d’un quart entre 2009 et 2012 (Fedorov, 2009 ; Mikhailov, 2004, p. 36).

9 Voir : http://www.russiannavy.ru/viewtopic.php?p=54

10 Consulter Marlène Laruelle, Russia’s Arctic Strategies and the Future of the Far North (New York: M.E. Sharpe, 2014).

11 Entretiens réalisés sur les marchés (ovochnye bazy) à Mourmansk en juillet 2015.

12 Les coefficients de nordicité ne s’appliquent pas seulement dans le Grand Nord mais aussi à l’Est (Gras, 2013) voire au Sud (région de Tchita, etc.) en plus des aides sociales supplémentaires (congés payés sur 21 jours par l’entreprise).

13 L’Azerbaïdjan a développé un savoir-faire dans ce secteur spécialisé de l’extraction du pétrole depuis la fin du xixe siècle, le Kazakhstan plus tardivement, mais les étudiants et ingénieurs spécialisés ont suivi les mêmes trajectoires dans ces années de construction, de mise en valeur des ressources, etc.

14 À la fin des années 2010, on estime à environ un million le nombre de travailleurs issus d’Azerbaïdjan en Fédération de Russie (oim), 60 % des rémittences seraient destinées aux populations/familles habitant en milieu rural azéri (fao).

15 Citons à titre d’exemples de ces présences la venue d’étudiants en rsfsr après le séisme de Tachkent, lesquels sont finalement restés (Rahmonova-Schwarz, 2010) ; ou encore, dans un autre secteur, les ouvriers qui ont travaillé sur les grands chantiers de construction dans les années 1980, dans les fameux strojotrâdy. Tous ont joué et continuent de jouer un rôle cardinal dans l’organisation et la consolidation des stratégies migratoires post-soviétiques.

16 Société de transport, d’expédition de colis, de fournitures, avec plusieurs filiales en Russie, présente également au Kazakhstan et en Chine. pecom.ru.

17 www.nordwest-fr.ru

18 Entretien avec la représentante de l’association azia, Paridokhon Nasirova, le 13 juillet 2015.

19 Ibid.

20 Observations personnelles et entretiens à Mourmansk, je ne citerai pas ici les sources pour des raisons déontologiques.

21 Notons ici que la patente coûte 4 000 roubles environ à Moscou et 1 400 à Mourmansk.

22 Federal’naâ služba migracii Murmanskoj oblasti, information collected by A.Burtseva.

23 Les quotas de cartes de séjour temporaire en 2016 s’élèvent pour la région de Mourmansk à 390 et pour la région de Krasnoïarsk à 3 500. fms, Pravitel’stvo Rossii utverdilo kvotu na rvp dlâ inostrancev na 2016 god. http://russkg.ru/index.php?option=com_content&view=article&id=5555:---------2016----&catid=32:2010-08-29-08-14-07&Itemid=1 (consulté le 22 octobre 2015)

24 1 000 roubles équivaut à environ 14 euros en 2015.

25 Voir aussi sur ce sujet l’article de Daniel Kachnitsky dans ce numéro.

26 À Mourmansk, la pek a organisé des foyers salubres mieux pourvus de douches, buanderies, lits superposés et fenêtres (entretien avec Aleksandra Burtseva, Université de Mourmansk, juillet 2015).

27 Le 4 novembre 1989, une décision du Conseil des ministres d’urss transforme Norilsk-Nikel en un consortium d’État : il regroupe les combinats de la péninsule de Kola, ceux de Pečenganikel (Zapolârnyj et Nikel), ceux de Severononikel (Mončegorsk) ainsi que l’usine d’Olenogorsk. Après 1991, le groupe Norilsk-Nikel n’a pu résister à l’effondrement de l’urss. Devenu société par actions en 1993 sur un décret de Boris Eltsine, le consortium se voit privatisé entre 1994 et 1997. Sa dette se montait alors à 4 milliards de dollars, l’action valait 11 cents, le prix d’une bouteille de vodka. Aujourd’hui, elle coûte près de 200 dollars. Les grands actionnaires que sont Potanine et Prokhorov vont se partager le capital un moment pour ensuite se séparer, Potanine devenant le principal actionnaire et le Directeur général. Entre-temps, le nombre d’employés qui, à la « belle époque », s’élevait à 140 000 personnes, est passé à moins de cinquante mille. Le salaire des ouvriers de l’entreprise est nettement plus élevé que dans le reste de la Russie (plus de mille dollars pour un simple ouvrier). Norilsk Nikel assure plus de 20 % de la production mondiale de nickel, (1/5 des réserves mondiales de nickel), plus de 10 % de celle de cobalt et 3 % de celle de cuivre, du palladium et du platinium également. Elle produit 96 % du nickel, 55 % du cuivre et 95 % du cobalt en Russie (Humpreys, 2011 ; Parente et al., 2012).

28 “Russian Ministry demands environmental upgrades from world’s biggest nickel company,” Bellona, January 29, 2015, http://bellona.org/news/industrial-pollution/2015-01-russian-ministry-demands-environmental-upgrades-worlds-biggest-nickel-company (consulté le 23 décembre 2015).

29 Ibid.

30 Entretien avec le médecin chef de la maternité de Norilsk, le 24 juillet 2015.

31 Sur ce point, voir aussi l’article en russe de Daniel Kashnitsky qui traite de l’accès et des perceptions de la santé chez les travailleurs migrants centrasiatiques à Moscou (Kašnickij, 2015).

32 Entretien avec un représentant du combinat Norilsk-Nikel lors de la visite de la mine à ciel ouvert de Kajerkan en juillet 2015.

33 Entretiens avec des mineurs dans la mine de Komsomol à Talnakh près de Norilsk en juillet 2015.

34 Entretien avec des représentants de l’administration du Combinat de Montchegorsk le 10 juillet 2015 à Mončegorsk et du combinat Zapolârnyj-Nikel, à Zapolârnyj le 14 juillet 2015.

35 Cette capitale officieuse du gaz en Russie est devenue ville seulement en 1980. La ville de Novo-Urengoj est divisée en deux catégories : ceux qui travaillent pour Gazprom (les principales réserves de gaz de Russie se trouvent dans la péninsule) et les autres. Olesia Guerasimenko, «Mašina omona dejstvuet uspokaivaûŝe», in Kommersant, 27.07.2015.

36 Entretiens avec un géologue, Institut de géologie d’Apatity le 9 juillet 2015 et avec des chercheurs du centre des questions sociales de la région de Barents le 9 juillet 2015 à Apatity.

37 Entretien à Norilsk le 20 juillet 2015.

38 « Lečenie boleznej maslom černogo tmina » [Se soigner à l’aide du cumin noir] ; http://islamtv.ru/books-144.html (consulté le 21 juillet 2015).

39 Entretiens menés avec des migrants d’Azerbaïdjan, du Tadjikistan et d’Ouzbékistan, Norilsk, juillet 2013, juillet 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Immeubles de cinq étages construits à l’époque khrouchtchévienne. Sur le panneau : « Je t’aime, Dudinka ! ».
Crédits © Sophie Hohmann, juillet 2015.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/3984/img-2.png
Fichier image/png, 343k
Titre Figure n° 1Évolution de la population dans la ville de Norilsk (Central’nyj) et ses satellites (le tout formant le Grand Norilsk)
Crédits Source : données des recensements. Demoscope.ru et administration de Norilsk (données transmises à l’été 2015 sur place).
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/3984/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Figure n° 2Répartition des nationalités caucasiennes et centrasiatiques dans l’oblast de Mourmansk
Crédits Source : demoscope.ru pour tous les recensements de l’urss et de la Fédération de Russie (2002 et 2010).
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/3984/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Figure n° 3Répartition des nationalités centrasiatiques (sans les Turkmènes) dans l’oblast de Mourmansk aux différents recensements.
Crédits Source : demoscope.ru pour tous les recensements de l’urss et de la Fédération de Russie.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/3984/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Figure n° 4Pyramide des âges de la ville de Mourmansk pour les Centrasiatiques (Ouzbeks, Kirghizes et Tadjiks) au 1er janvier 2014 (Rosstat)
Crédits Source : annuaire du Goskomstat « Čislennost’ naseleniâ Rossijskoj Federacii po polu i vozrastu na 1 ânvarâ 2014 goda », pages 140-142.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/3984/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Crédits © Sophie Hohmann, juillet 2015.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/3984/img-8.png
Fichier image/png, 379k
Crédits © Sophie Hohmann, juin 2015.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/3984/img-10.png
Fichier image/png, 232k
Crédits © François Jacob, hiver 2014.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/3984/img-12.png
Fichier image/png, 416k
Légende « Travailleur de la fonderie, Observe strictement les exigences contre la tuberculose. Souviens-toi : on t’attend chez toi, vivant et en bonne santé ! »
Crédits © Sophie Hohmann, juillet 2015
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/3984/img-14.png
Fichier image/png, 313k
Crédits © Sophie Hohmann, juillet 2015.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/3984/img-16.png
Fichier image/png, 303k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Hohmann, « Migrations polaires et trajectoires générationnelles »Cahiers d’Asie centrale, 27 | 2018, 107-142.

Référence électronique

Sophie Hohmann, « Migrations polaires et trajectoires générationnelles »Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 30 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/3984

Haut de page

Auteur

Sophie Hohmann

inalco, Paris, and Research Fellow on the European project cascade eu-fp7 «Exploring the Security-Democracy Nexus in the Caucasus», cascade (www.cas-cade-caucasus.eu); cercec (cnrs, ehess, Paris) so_hohmann@hotmail.com.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search