Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Vulnérabilités en migration et ge...Les travailleurs migrants face à ...

Vulnérabilités en migration et gestion des risques : développement de stratégies individuelles et collectives

Les travailleurs migrants face à la tuberculose en Russie et au Kazakhstan : résultats d’une enquête exemplaire

Migrant workers facing tuberculosis in Russia and Kazakhstan: results of a pilot survey
Знание трудовых мигрантов, имеющих опыт работы в России и Казахстане о туберкулёзе
Dmitrij Poletaev
Traduction de Sophie Hohmann
p. 239-267

Résumés

Cet article s’intéresse à la sensibilisation à la tuberculose (tb) chez les travailleurs migrants originaires d’Asie centrale. Il s’agit d’évaluer les possibilités permettant d’améliorer la prévention de cette maladie sociale parmi eux. Ce travail présente les résultats d’une enquête menée en Russie, au Kazakhstan, au Tadjikistan et au Kirghizstan, auprès de 1 750 travailleurs migrants originaires du Tadjikistan, du Kirghizstan et d’Ouzbékistan qui se caractérisent dans l’enquête comme ayant eu une expérience professionnelle en Russie et au Kazakhstan. Cette enquête étudie aussi la prévalence de la tuberculose, du dépistage ainsi que la perception des traitements chez les migrants en passant par les formations mises en place visant à sensibiliser les migrants.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article traduit du russe par Sophie Hohmann

Texte intégral

Cette enquête a été réalisée avec le soutien financier de l’Organisation internationale non gouvernementale «United Way Worldwide» dont les fonds fournis par la Fondation Lilly au nom du Partenariat Lilly pour la lutte contre la Tuberculose et les Maladies Respiratoires (tb-mr) en collaboration avec la Fédération Internationale de la Croix Rouge (ficr) et le Croix Rouge de Russie.

Introduction

1L’objectif de cet article est de mettre en lumière la sensibilisation à la tuberculose (tb) chez les travailleurs migrants originaires d’Asie centrale. Il évalue par ailleurs les possibilités permettant d’améliorer la prévention de cette maladie sociale parmi eux. Ce travail présente les résultats d’une enquête menée en Russie, au Kazakhstan, au Tadjikistan et au Kirghizstan, auprès de 1 650 travailleurs migrants originaires du Tadjikistan, du Kirghizstan et d’Ouzbékistan qui se caractérisent dans l’enquête comme ayant eu une expérience professionnelle en Russie et au Kazakhstan. Cette enquête s’intéresse aussi à la prévalence de la tuberculose, au dépistage ainsi qu’à la perception des traitements chez les migrants.

2En Russie, principal pays d’accueil des travailleurs migrants originaires d’Asie centrale, l’incidence de la tuberculose diminue progressivement depuis 2009. La létalité pour toutes les causes de tuberculose est passée de 11,8 % (2009) à 11,6 % (2012) et la guérison clinique de la tuberculose au cours des dernières années a lentement augmenté, mais de manière sensible de 32,6 % (2009) à 34,9 % (2012). La baisse de la morbidité et l’augmentation du taux de guérison ont comme conséquence la diminution de la prévalence de la tuberculose dans l’ensemble de la Russie. Néanmoins, la contamination par la tuberculose parmi les migrants, en particulier parmi les migrants d’Asie centrale, reste mal comprise.

3La question de la tuberculose est cruciale en matière de santé publique. À ce titre, elle est activement instrumentalisée dans les débats publics (Zajončovskaâ, Poletaev et al., 2014) et fait aussi l’objet de déclarations populistes de la part des politiciens, de journalistes et des Russes aux tendances radicales. Cette question rentre en compte dans les discussions portant sur les perspectives d’accès au marché du travail en Russie des migrants (Kostûkevič, 2015). La présence de la tuberculose chez un travailleur migrant constitue une base pour le refus de délivrer un permis de travail en Russie et pour expulser ce migrant de Russie. La Russie et le Kazakhstan étant les principaux pays de destination des migrants (Nasritdinov, Olimova & Poletaev, 2016) issus des pays d’Asie centrale, l’enquête vise à étudier les connaissances sur la tuberculose de ces catégories de migrants.

Figure 1
Proportion de femmes et d’hommes étrangers arrivant en Russie, selon les pays, 6 août 2015 (%)

Figure 1Proportion de femmes et d’hommes étrangers arrivant en Russie, selon les pays, 6 août 2015 (%)

Source : données du fms de Russie

4Bien que les craintes formulées par la population locale en Russie et au Kazakhstan soient liées à la notion généralisée de « migrants en provenance d’Asie centrale », les migrants originaires du Kirghizstan, du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan diffèrent considérablement les uns des autres. Des recherches (Poletaev, 2017) montrent que les migrants en provenance du Kirghizstan parlent mieux le russe que les autres migrants d’Asie centrale se trouvant en Russie et au Kazakhstan. On observe par ailleurs une plus forte proportion de femmes migrantes et leurs niches économiques sont davantage diversifiées. La principale différence avec les Ouzbékistanais réside dans le fait qu’ils sont plus enclins à des migrations de travail et à des emplois temporaires que les migrants issus du Kirghizstan et du Tadjikistan. Par ailleurs, les migrants originaires du Tadjikistan maîtrisent moins bien le russe que les migrants originaires du Kirghizstan, ce qui a notamment pour conséquence des salaires plus faibles dans des niches économiques moins diversifiées et avec un statut social plus bas.

Méthodologie de l’enquête

Cadres temporels et spatiaux

5L’enquête a été réalisée simultanément en Russie (Moscou, Volgograd, Tambov, Orenbourg), au Kazakhstan, au Tadjikistan et au Kirghizstan du 1er avril au 30 novembre 2014.

  • 1 Afin que les répondants ne proviennent pas des mêmes endroits ou de sphères économiques similaires (...)

61 750 personnes ont été interrogées (400 au Kirghizstan, 400 au Tadjikistan, 400 au Kazakhstan, 650 en Russie, auxquelles il faut retrancher 100 personnes qui ont été interviewées de manière répétée après leur formation pour l’intégration dans les villes de Tambov et d’Orenbourg). L’échantillon était composé de personnes (entre 18 et 60 ans) ayant toutes eu une expérience migratoire en Russie ou au Kazakhstan. Plusieurs méthodes ont été utilisées dans cette enquête. Tout d’abord, une méthode par questionnaire afin de collecter des données primaires. Les répondants ont été interviewés selon trois types de profil, un questionnaire spécifique correspondant à chacun de ces profils : le questionnaire de type 1 - pour la Russie, celui de type 2 - pour le Tadjikistan et le Kirghizstan, celui de type 3 - pour les migrants ouzbékistanais se trouvant au Kazakhstan. À un moment de l’enquête, il était exclu d’interviewer plus de trois personnes de mêmes origines1. Les questionnaires d’enquête se différencient en fonction de chaque profil : le premier questionnaire utilisé en Russie comportait des blocs articulés autour de questions de base, le formulaire de type 2 incluait uniquement les blocs de base auxquels ont été ajoutées des questions portant sur le travail et la vie quotidienne en Russie de même que dans l’enquête menée au Kazakhstan (troisième type de questionnaire, avec des questions relatives au travail et à la vie quotidienne au Kazakhstan). Le deuxième type de questionnaire n’incluait pas de questions portant sur le travail et la vie en Russie ou au Kazakhstan. Ce questionnaire a été utilisé auprès des personnes interrogées au Tadjikistan et au Kirghizstan, ainsi qu’en Russie auprès des migrants ayant suivi une formation spéciale d’intégration (à Tambov et à Orenbourg), formation durant laquelle les répondants ont reçu un enseignement spécifique de sensibilisation à la tuberculose.

Tableau 1
Détail des échantillons pour les trois enquêtes

  

Premier type de questionnaire

Deuxième type de questionnaire

Troisième type de questionnaire**

Total des répondants

450

900

400

Régions

Moscou et la région de Moscou (150 personnes), Volgograd (100), Tambov (125), Orenbourg (75)

Tadjikistan (400) ; Kirghizstan (400) ; Tambov (25)* ; Orenbourg (75)*

Kazakhstan

Proportions pour les pays d’origine des migrants

Ouzbékistan - 34 % ; Tadjikistan - 33 % ; Kirghizstan - 33 %;

Quotas non déterminés initialement

Au total :

Tadjikistan - 48, 8 % ; Kirghizstan - 44,4 % ; Ouzbékistan - 6,8 %

100%

Ouzbékistan**

Proportions selon l’âge des migrants

de 25 ans - 34 %; 26-35 ans - 33 % ; 36-60 ans - 33 %;

de 25 ans - 34 % ; 26-35 ans - 33 % ; 36-60 ans - 33 %.

de 25 ans - 34 % ; 26-35 ans - 33 % ; 36-60 ans- 33 %.

Proportions selon le sexe des migrants

25 % femmes ; 75 % hommes

Kirghizstan :

39 % femmes ; 61 % hommes ; Tadjikistan :

16 % femmes : 84 % hommes.

20 % femmes ; 80 % hommes

Répartition en fonction des sphères économiques occupées par les migrants

Diversité maximale et inclusion obligatoire des travailleurs dans les sphères suivantes : construction (dont les infrastructures routières ; le commerce ; l’industrie, services, transports et communications, infrastructures des logements communaux) ; service chez les particuliers (garde d’enfants, aide-ménagère, garde-malade, chauffeur, gardien, etc.) ; santé, éducation, sciences

Diversité maximale et inclusion obligatoire des travailleurs dans les sphères suivantes : construction (dont les infrastructures routières ; le commerce ; l’industrie, services, transports et communications, infrastructures des logements communaux) ; service chez les particuliers (garde d’enfants, aide-ménagère, garde-malade, chauffeur, gardien, etc.) ; santé, éducation, sciences

Diversité maximale et inclusion obligatoire des travailleurs dans les sphères suivantes : construction dont les infrastructures routières, ; le commerce ; l’industrie, services, transports et communications, infrastructures des logements communaux) ; service chez les particuliers (garde d’enfants, aide-ménagère, garde-malade, chauffeur, gardien, etc.) ; santé, éducation, sciences

Sections (blocs de questions) dans le questionnaire

1. Questions socio- démographiques

2. Travail et vie quotidienne en Russie. Expérience migratoire

3. Santé et visite chez le médecin

4. Tuberculose - Sensibilisation, prévalence, traitement

5. vih -

Sensibilisation, prévalence, traitement

1. Questions socio-démographiques

3. Santé et visite chez le médecin

4. Tuberculose - Sensibilisation, prévalence, traitement

5. vih - Sensibilisation, prévalence, traitement

1. Questions socio-démographiques

2. Travail et vie quotidienne en Russie. Expérience migratoire

3. Santé et visite chez le médecin

4. Tuberculose - Sensibilisation, prévalence, traitement

5. vih - Sensibilisation, prévalence, traitement

*À Tambov et à Orenbourg, des migrants ayant reçu une formation dans des centres d’adaptation sociale ont été interrogés à plusieurs reprises sans restriction de quota.

**Le troisième type de questionnaire a été utilisé dans l’enquête menée auprès des travailleurs migrants ouzbékistanais au Kazakhstan, car nous n’avons pas pu mener d’enquête sur le territoire ouzbek auprès des Ouzbékistanais ayant une expérience de travail en migration au Kazakhstan ou en Russie.

Figure 2
Répartition des échantillons selon les pays (nombre de répondants)

Figure 2Répartition des échantillons selon les pays (nombre de répondants)

Sensibilisation à la tuberculose : quel niveau de connaissance chez les travailleurs migrants originaires d’Asie centrale ?

7Les connaissances portant sur la tuberculose ne peuvent pas être évaluées de manière généralisée. Près d’un quart des répondants de l’échantillon ne connaissent rien de cette maladie (26 %, Figure 3). Les principales sources d’information sur la tuberculose sont la télévision, les différents médias et Internet (47 % des répondants), puis viennent les médecins (31 %), les brochures d’information (31 %), les amis et les parents (24 %). Les autres sources (9%) comprennent les instituts, les universités, les collèges, les lycées, les écoles, les travailleurs sociaux, les services de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge auprès desquels les personnes interrogées reçoivent diverses informations sur la tuberculose. Ils peuvent aussi avoir une connaissance de cette maladie de par leur expérience personnelle : soit ils ont eux-mêmes été contaminés, soit des amis, des parents l’ont été, ou bien ils ont été confrontés à cette maladie au travail (parmi les personnes interrogées se trouvait notamment le chef de service mobile de fluorographie).

Figure 3
Connaissance de la tuberculose parmi les migrants interrogés (les répondants pouvaient choisir plusieurs réponses) (%, N=1650)

Figure 3Connaissance de la tuberculose parmi les migrants interrogés (les répondants pouvaient choisir plusieurs réponses) (%, N=1650)

8Il ressort de l’enquête que les Ouzbékistanais sont les moins informés sur la tuberculose (43 % d’entre eux ne savent rien sur la tb, figure 4), les plus informés sont les Kirghizstanais (10 % ne connaissent pas la tb), tandis que les Tadjikistanais se trouvent dans la moyenne du niveau de connaissance de l’échantillon général (26 %).

Figure 4
Connaissance de la tuberculose selon le pays de résidence permanente (les répondants pouvaient choisir plusieurs réponses) (%, N=1650)

Figure 4Connaissance de la tuberculose selon le pays de résidence permanente (les répondants pouvaient choisir plusieurs réponses) (%, N=1650)

9L’importance des sources d’information varie considérablement selon le pays de résidence permanente des répondants. Ainsi, pour les migrants interrogés originaires du Tadjikistan, les médias, la télévision et l’Internet représentent une source d’information plus importante que la moyenne de l’ensemble de l’échantillon (55 %, Figure 4), alors que pour les répondants originaires du Kirghizstan, ces sources d’information sont moins importantes que la moyenne de l’ensemble de l’échantillon (40 %).

10Par ailleurs, parmi les Tadjikistanais, ce sont les médecins la principale source d’information sur la tuberculose (44 %, Figure 4). Chez les Ouzbékistanais, cette source est deux fois moins élevée (20 %) et pour environ un tiers des répondants Kirghizstanais (30 %), elle est significative statistiquement. En ce qui concerne les brochures spécifiques sur la tuberculose, elles sont assez rarement mentionnées par les Ouzbékistanais (21 %), alors que pour les Tadjikistanais (35 %) et les Kirghizstanais (36 %), il s’agit d’une source d’information relativement importante. L’information émanant des proches et des parents chez les Ouzbékistanais est une source de peu d’importance (significative pour 10 % seulement), car les connaissances générales sur la tuberculose sont faibles en Ouzbékistan (selon les résultats de l’enquête). Elle constitue en revanche une source plus importante pour les Tadjikistanais (34 %) et les Kirghizstanais (30 %).

11Pour ceux qui s’apprêtent à partir en migration, les brochures spécialisées (41 %, tableau 2) et les informations données par les médecins (43 %) sont les principales sources d’information sur la tuberculose, à côté de la télévision, des médias et de l’Internet (53 %), alors que pour les migrants qui se trouvent déjà au Kazakhstan et en Russie, les sources (brochures et médecins) ne sont pas essentielles. En Russie, 15 % ont cité les brochures, et 17 % les médecins ; au Kazakhstan, ces taux sont respectivement de 25 % et 23 %, (au Kazakhstan seuls les migrants originaires d’Ouzbékistan ont été interrogés).

Tableau 2
Connaissance de la tuberculose chez les migrants

Sources de connaissances sur la

tuberculose

Échantillon

N=1650

Migrants en Russie

Migrants au Kazakhstan

S’apprêtent à partir en migration

Répondants en Russie après la formation

N=100

Brochures

d’information

spécialisées

30,1

15,3

24,8

41,0

79,0

Médecins

31,0

17,1

23,3

42,6

38,0

Connaissances, parents

24,1

27,8

0,8

33,8

47,0

Médias,

télévision,

internet

46,6

32,9

50,0

52,6

36,0

Autre

8,6

0,4

0,3

17,4

7,0

Ne savent rien de la tuberculose

26,1

34,0

43,8

12,9

0,0

Note : Pour l’ensemble des répondants selon le pays de séjour au moment de l’enquête, et parmi les migrants ayant reçu une formation en Russie (les répondants pouvaient choisir plusieurs réponses) %

12En Russie, les médias, la télévision et Internet, tout en conservant leur importance en tant que source d’information, perdent en popularité (33 % soulignent l’importance de cette source). Lorsque l’on regarde ceux qui ont reçu une formation dans les centres dédiés de Tambov et d’Orenbourg et les répondants n’ayant pas suivi cette formation, il ressort que 100 % des personnes ayant suivi la formation savent ce qu’est la tuberculose, alors qu’en général environ un quart des personnes interrogées admettent ne rien savoir. Parmi ceux qui se préparent à partir en migration, 13 % ignorent tout de cette maladie et parmi les Ouzbékistanais se trouvant au Kazakhstan, la connaissance de la tb est très faible : près de la moitié d’entre eux ne savent rien de la maladie. Parmi les répondants en Russie, environ un tiers n’étaient pas informés sur la tuberculose (34 %).

Tableau 3
Opinion des répondants sur la possibilité de guérir de la tuberculose

Réponse

Échantillon total N=1237

Migrants en Russie

Migrants au Kazakhstan

S’apprêtent à partir en migration

Répondants interrogés en Russie après la formation N=100

Oui

72,7

55,7

62,2

83,4

95,0

Non

3,9

8,8

0,0

3,0

1,0

Ne sait pas répondre

23,4

35,5

37,8

13,6

4,0

  

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Note : Par pays de séjour au moment de l’enquête et parmi les migrants ayant reçu une formation %

Tableau 4
Opinion des répondants sur la possibilité d’interrompre le traitement pour la tuberculose

Réponse

Échantillon total N=1237

Migrants en Russie

Migrants au Kazakhstan

S’apprêtent à partir en migration

Répondants interrogés en Russie après la formation N=100

Oui

3,5

8,8

0,0

2,4

4,0

Non

56,4

40,7

22,9

73,8

65,0

Ne sait pas répondre

40,1

50,5

77,1

23,8

31,0

  

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Note : Par pays de séjour au moment de l’enquête et parmi les migrants ayant reçu une formation, %

13Parmi l’échantillon de ceux qui disent connaître la tuberculose (échantillon incluant les Ouzbékistanais, Tadjikistanais et Kirghizstanais, n=1237, tableaux 2 et 3), 90 % des Ouzbékistanais le savent en réalité de manière très superficielle car lorsque l’on pose des questions plus détaillées notamment sur l’interruption du traitement, ils sont 69 % à ne pas savoir répondre alors que les Kirghizstanais savent à 65 % et les Tadjikistanais 68 %. Les Ouzbékistanais sont finalement ceux qui sont le moins au courant (figure 6). En outre, ils sont les moins informés de la curabilité de la maladie : 4 % affirmaient que la tuberculose n’était pas soignable du tout, alors que 36 % avaient du mal à répondre. Les Kirghizstanais quant à eux se situent à la deuxième place en termes de connaissances (6 % pensent que la tb est incurable et 21 % ne sont pas informés), enfin les Tadjikistanais sont mieux informés de la curabilité de la maladie que les autres (82 % sont au courant, 16 % ne savent pas, 2 % pensent la maladie est incurable (figure 5). Il est donc crucial de distinguer les connaissances larges de la maladie qui peuvent être fonction des représentations propres à chacun et d’être prudents quant aux questions qui ne reflètent pas une prise de conscience suffisante de la maladie.

Figure 5
Opinion des répondants sur la possibilité de guérir la tuberculose, par pays de résidence permanente (%, N=1237)

Figure 5Opinion des répondants sur la possibilité de guérir la tuberculose, par pays de résidence permanente (%, N=1237)

Figure 6
Opinion des répondants sur la possibilité d’interrompre le traitement pour la tuberculose, par pays de résidence permanente (%, N=1237)

Figure 6Opinion des répondants sur la possibilité d’interrompre le traitement pour la tuberculose, par pays de résidence permanente (%, N=1237)

14L’enquête a montré que, parmi ceux qui s’apprêtent à partir en migration, le niveau de connaissance de la tuberculose est plus élevé (83 %, tableau 2) parmi les Ouzbékistanais interrogés au Kazakhstan (62 %) et les migrants travaillant déjà en Russie (73 %). La question portant sur la possibilité d’interrompre le traitement antituberculeux était la plus difficile pour les répondants. Ainsi, parmi l’ensemble des répondants ayant reçu une formation, un peu plus de la moitié d’entre eux (54 %, tableau 3) ont montré qu’ils ne pouvaient pas interrompre le traitement prescrit par le médecin pour la tuberculose. Après la formation, la moyenne des connaissances est passée à 65 %(31 % des personnes ayant terminé la formation ne savaient pas répondre et 4 % disaient que le traitement pouvait être interrompu). Dans le même temps, 74 % de ceux qui s’apprêtent à migrer (Tadjikistanais et Kirghizstanais) et 23 % parmi les Ouzbékistanais en migration au Kazakhstan sont conscients de l’importance de ne pas interrompre le traitement. Parmi les migrants se trouvant en Russie, le niveau de sensibilisation était de 41 %. Apparemment, les cours de formation dédiés aux migrants nécessitent une modernisation, avec un accent particulier qui doit être mis sur la sensibilisation à la guérison de la tuberculose si elle est détectée dès les premiers symptômes et sur la nécessité de ne pas interrompre le traitement. De manière générale, les migrants qui ont répondu être informés sur la tuberculose sont bien conscients des risques d>infection (82 % ont donné la bonne réponse, figure 7, tableau 5). La sensibilisation la plus forte est enregistrée chez les Ouzbékistanais (90 %), puis chez les Kirghizstanais (80 %) et les Tadjikistanais (79 %). Il ressort de cette enquête que la formation des migrants a conduit à une amélioration de la connaissance des risques d’infection tuberculeuse proche de 100 % (Tableau 4).

Figure 7
Opinion des répondants sur les moyens de transmission de la tb, par pays de résidence permanente (%, N=1237)

Figure 7Opinion des répondants sur les moyens de transmission de la tb, par pays de résidence permanente (%, N=1237)

15L’étude a montré que les migrants se trouvant en Russie connaissent moins bien les risques d’infection de la tuberculose (70 % des répondants ont donné la bonne réponse) que dans l’ensemble de l’échantillon (82 %), et que parmi ceux qui s’apprêtent à partir en migration (également 82 %). Par ailleurs, l’enquête montre que les migrants ne pensent pas à la possibilité de contracter la tuberculose. En moyenne pour l’échantillon global, 60 % des répondants vont dans ce sens (figure 8). Les moins informés sont les migrants originaires d’Ouzbékistan : 80 % n’imaginent pas cette éventualité, et 6 % disent ne pas se sentir menacés. Les plus prudents sont les migrants du Kirghizstan, dont 18 % sont préoccupés par la possibilité d’une infection tuberculeuse, et 34 % y pensent. Parmi les migrants originaires du Tadjikistan, le niveau d’inquiétude à propos de l’infection par la tuberculose est proche de la moyenne de l’échantillon (60 %) ; 62 % des Tadjikistanais ne pensent pas aux possibilités d’infection, 18 % disent ne pas se sentir menacés (Figure 8, tableau 5). Il a été enregistré une augmentation des inquiétudes quant à la possibilité de s’infecter chez les migrants interrogés en Russie : 2 % d’entre eux sont très préoccupés, 88 % pensent aux risques d’infection, tandis que pour l’ensemble de l’échantillon, 6 % pensent sérieusement à une infection et seulement 21 % y pensent sans plus. Parmi les migrants se trouvant en Russie, le niveau de préoccupation est de 27 %, et parmi les Ouzbékistanais interrogés au Kazakhstan, ce taux est de 1 %. Parmi tous ceux qui s’apprêtent à partir en migration, la préoccupation générale est de l’ordre de 38 %.

Figure 8
Inquiétude quant à la possibilité de s’infecter par la tb, par pays de résidence permanente (%, N=1650)

Figure 8Inquiétude quant à la possibilité de s’infecter par la tb, par pays de résidence permanente (%, N=1650)

Tableau 5
Opinion des répondants quant aux moyens de transmission de la tb, pour tous les migrants interrogés en fonction des pays de séjour au moment de l’enquête et parmi les migrants ayant suivi une formation en Russie, %

Réponse

Échantillon total
N=1237

Migrants en Russie

Migrants au Kazakhstan

S’apprêtent à partir en migration

Interrogés en Russie après la formation
N=100

Bonne réponse

82,0

70,3

98,2

81,8

100,0

Mauvaise réponse

4,0

4,1

0,0

5,3

0,0

Difficultés à répondre

14,0

25,7

1,8

12,9

0,0

  

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Tableau 6
Inquiétude quant à la possibilité de s’infecter par la tb, pour tous les migrants interrogés en fonction des pays de séjour au moment de l’enquête et parmi les migrants ayant suivi une formation en Russie, %

Réponse

Échantillon total
N=1650

Migrants en Russie

Migrants au Kazakhstan

S’apprêtent à partir en migration

Interrogés en Russie après la formation
N=100

Oui, beaucoup

6,3

1,3

0,3

12,2

2,0

Oui, parfois j’y pense

21,2

26,1

7,0

25,5

88,0

Non, cela ne m’inquiète pas

12,3

20,3

0,7

13,5

1,0

N’y pense pas

60,2

52,3

92,0

48,8

9,0

  

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

16Pour l’ensemble de l’échantillon, le médecin est la principale personne de confiance vers qui les migrants se tournent en cas de tuberculose pressentie (84 % des répondants, figure 9). Environ la moitié des personnes interrogées consulteront des membres de leur famille, 10 %des amis proches. La confiance dans le médecin est à peu près la même chez les Tadjikistanais (89%, figure 10), les Ouzbékistanais (83%) et les Kirghizstanais (79 %). Pratiquement aucun des répondants n’a l’intention de consulter son employeur (0,7 %, figure 9) s’il soupçonne une tuberculose, mais il n’a pas non plus l’intention de garder le silence (seulement 1,4 % ne consultera personne).

Figure 9
Répartition des personnes de confiance vers qui se tournent les répondants ayant probablement contracté la tuberculose (%, N=1 650)

Figure 9Répartition des personnes de confiance vers qui se tournent les répondants ayant probablement contracté la tuberculose (%, N=1 650)

Figure 10
Répartition des personnes de confiance vers qui se tournent les répondants ayant probablement contracté la tuberculose, en fonction de leur lieu de résidence permanente (%, N=1 650)

Figure 10Répartition des personnes de confiance vers qui se tournent les répondants ayant probablement contracté la tuberculose, en fonction de leur lieu de résidence permanente (%, N=1 650)

17Pour ce qui est des migrants ayant reçu une formation, l’on note une volonté croissante de consultation en cas de suspicion de tuberculose, sur les conseils donnés par les membres de la famille (67 %, tableau 6), alors qu’en moyenne pour l’ensemble de l’échantillon, seulement la moitié de ceux qui n’ont pas suivi la formation répondent de la sorte. Après la formation, le niveau de confiance envers les amis proches augmente (32 % les consulteront sur une éventuelle maladie tuberculeuse, contre 10 %pour l’ensemble de l’échantillon). Parmi ceux qui se préparent à migrer, le niveau de confiance accordé aux médecins est très élevé : 90 % des répondants les consulteront ; ce taux est de 66 % pour les migrants travaillant en Russie, et 92 % pour les travailleurs ouzbékistanais travaillant au Kazakhstan.

Traitement de la tuberculose chez les travailleurs migrants originaires d’Asie centrale

18La moitié seulement des migrants interrogés connaissent les établissements de soins spécifiques où se soigner (47 %, figure 11) en cas d’infection par la tuberculose. Pour les Ouzbékistanais ce pourcentage est de 20 %, chez les Kirghizstanais de 67 % et de 57 % chez les Tadjikistanais. Parmi les migrants travaillant en Russie, 11 % seulement peuvent localiser l’établissement de santé où ils peuvent être pris en charge en cas d’infection par la tuberculose. Parmi ceux qui s’apprêtent à partir en migration, 79 % sont au courant, il s’agit surtout de Tadjikistanais et de Kirghizstanais (tableau 7).

Figure 11
Connaissances des répondants quant aux lieux où les traitements sont disponibles en cas de contamination par la tb (%, N=1 650)

Figure 11Connaissances des répondants quant aux lieux où les traitements sont disponibles en cas de contamination par la tb (%, N=1 650)

Tableau 7
Répartition des personnes de confiance vers qui se tournent les répondants ayant une éventuelle tuberculose, par pays de séjour au moment de l’enquête, et chez les migrants ayant suivi un enseignement en Russie, %

Réponse

Échantillon total
N=1650

Migrants en Russie

Migrants au Kazakhstan

S’apprêtent à partir en migration

Interrogés en Russie après la formation
N=100

Avec un médecin

83,7

65,6

91,8

89,9

64,0

Avec un membre de la famille

49,8

41,3

97,5

30,8

67,0

Avec un ami proche

10,3

22,7

5,0

6,0

32,0

Avec un employeur

0,7

0,4

1,0

0,8

0,0

Avec personne

1,4

3,6

0,3

0,8

0,0

Autre

0,6

0,9

0,0

0,8

0,0

Nota bene : Les répondants pouvaient choisir plusieurs options.

19La formation reçue en Russie chez les migrants concernés impacte le niveau de connaissances concernant la localisation des établissements médicaux vers lesquelles se tourner en cas de contagion par la tuberculose. Parmi les répondants ayant été formés, 96 % ont connaissance de ces lieux.

20En ce qui concerne les réponses à la question « Pourquoi les personnes infectées par la tuberculose ne cherchent-ils pas d’aide ? », les principales réponses et raisons sont : le manque d’argent pour le traitement (35 %, figure 12), le manque d’information sur la destination (32 %), la peur de perdre le lien avec ses proches (30 %), la peur de perdre son emploi (21 %), la peur de l’expulsion (16 %), l’idée qu’on ne peut pas guérir de la tuberculose (11 %), le mauvais rapport avec le personnel médical dans les institutions médicales (9 %), 33 % ont des difficultés pour répondre à cette question. Il est intéressant de noter que la peur de perdre le lien avec ses proches est plus importante chez les Kirghizstanais (53 %, tableau 8). Ensuite vient le manque d’information sur ces lieux spécifiques vers lesquels se tourner en cas de maladie (40 %). La question financière arrive en troisième place (37 %). La principale raison pour les Tadjikistanais est le manque d’argent pour se procurer le traitement (62 %). Chez ces derniers, 49 % pointent le manque d’information, 35 % ont peur de perdre le lien avec leurs proches. Quant aux Ouzbékistanais, 70 % ont des difficultés pour répondre, et les raisons qui reviennent le plus sont la peur de perdre son travail et l’expulsion (deportaciâ).

Figure 12
Pourquoi les personnes infectées par la tuberculose ne se tournent pas vers les services de soins ? (%, N=1650)

Figure 12Pourquoi les personnes infectées par la tuberculose ne se tournent pas vers les services de soins ? (%, N=1650)

Tableau 8
Niveau de connaissance des personnes interrogées quant aux lieux de traitement en cas d’infection tuberculeuse (pour l’ensemble des répondants) et par pays de séjour au moment de l’enquête, et parmi les migrants ayant reçu une formation en Russie, %

Échantillon total
N=1650

Migrants en Russie

Migrants au Kazakhstan

S’apprêtent à partir en migration

Enquêtés après la formation en Russie
N=100

47,4

11,4

24,5

79,0

96,0

21Les migrants ayant suivi la formation d’intégration en Russie ont fortement changé d’avis concernant les raisons pour lesquelles ils ne se soignent pas : 83 % considèrent qu’ils craignent avant tout de perdre leur emploi, 82 % l’expulsion, et 69 % soulignent le manque d’information. La question de l’emploi est la plus anxiogène pour les migrants et ceci est compréhensible au regard de ce que le travail génère comme garanties dans la société d’accueil, mais aussi par rapport à la société d’origine, à la communauté qui investit le migrant d’une mission socio-économique lourde.

Tableau 9
Raisons pour lesquelles les répondants infectés par la tb ne se font pas aider, ne cherchent pas d’aide médicale % (N=1 650)

Cause

Total

Tadjikistan

Kirghizstan

Ouzbékistan

Migrants en Russie

Migrants au Kazakhstan (Ouzbékistanais)

S’apprêtent à partir en migration

Interrogés après la formation en Russie

Ne sait pas vers qui se tourner

32,2

48,7

40,1

9,4

29,1

0,0

50,0

69,0

Craint que ses proches coupent les liens

30,4

35,4

52,5

6,5

22,4

0,0

50,0

14,0

Craint de perdre son travail

21,0

11,9

32,7

19,7

41,6

6,5

16,6

83,0

Craint l’expulsion

16,3

14,3

14,8

19,5

47,6

3,5

5,1

82,0

Ne croit pas en la possibilité de guérir

10,7

17,2

14,2

1,5

5,1

0,0

19,3

0,0

A eu de mauvaises expériences avec le personnel médical

9,2

14,0

12,6

1,7

7,8

0,0

14,6

0,0

N’a pas les moyens de se soigner

35,0

61,8

36,9

7,4

21,3

2,3

59,0

1,0

Autre

0,4

0,0

1,2

0,0

0,0

0,0

0,8

0,0

A des difficultés pour répondre

33,3

19,8

6,2

69,5

20,9

92,5

10,6

0,0

Nota bene : selon le pays de séjour au moment de l’enquête et parmi les migrants qui ont suivi une formation en Russie,

Prévention de la tuberculose chez les travailleurs migrants originaires d’Asie centrale

Tableau 10
Répartition des répondants selon les délais de réalisation d’une fluorographie, pour l’ensemble des répondants, en fonction de leur lieu de séjour au moment de l’enquête et parmi les migrants ayant suivi une formation en Russie, %

Délai

Ensemble de l’échantillon
N=1650

Migrants en Russie

Migrants au Kazakhstan (Ouzbékistanais)

S’apprêtent à partir en migration

Répondants interrogés après la formation reçue en Russie
N=100

Cette année

22,4

34,7

11,8

20,9

54,0

L’année dernière

23,0

31,3

9,7

24,8

31,0

Il y a plus d’un an

44,4

28,9

56,0

47,3

15,0

Jamais

10,2

5,1

22,5

7,0

0,0

  

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Tableau 11
Répartition en fonction de la connaissance des résultats de la fluorographie chez les migrants (échantillon total) en fonction du pays de séjour au moment de l’enquête et parmi les migrants ayant suivi une formation en Russie, %

Connaissent les résultats

Ensemble de l’échantillon
N=1650

Migrants en Russie

Migrants au Kazakhstan

S’apprêtent à partir en migration

Répondants interrogés après la formation reçue en Russie
N=100

Oui

82,8

72,2

93,3

84,4

81,0

Non

4,0

5,9

0,3

4,4

2,0

Ne se rappelle plus

13,3

21,9

6,4

11,2

17,0

  

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

  • 2 Soulignons ici que 22 % de l’ensemble des répondants de l’échantillon total a subi une fluorographi (...)

22Comme le montrent les données recueillies, la couverture par fluorographie des Ouzbékistanais est faible (17 % d’entre eux n’ont jamais procédé à cet examen), les Kirghizstanais sont quant à eux 10 % et les Tadjikistanais 4 % à ne jamais avoir réalisé une fluorographie2. La formation a des effets bénéfiques sur le nombre de migrants ayant réalisé une fluorographie et 54 % de ces migrants ont réalisé cet examen après la formation de 2014 alors que ceux qui n’ont pas suivi cette formation sont seulement 22 % à avoir effectué cet examen. Ceux qui s’apprêtent à migrer enregistrent la même proportion que la moyenne de l’ensemble de l’échantillon (21 %) et parmi eux, 35 % sont des migrants se trouvant en Russie et 12 % des migrants Ouzbékistanais au Kazakhstan. L’année précédente, ces pourcentages étaient respectivement de 25 % (en Russie 31 %, au Kazakhstan de 10 %), et plus d’une année auparavant l’enquête, 47 % (29 % en Russie et 56 % au Kazakhstan).

23Malheureusement, tous les répondants ne se souviennent pas des résultats de leur fluorographie. En moyenne, 13 % d’entre eux ne se souviennent pas de leurs résultats (Figure 14, Tableau 10), parmi les migrants se trouvant en Russie, 22 % ne se souviennent pas du résultat de leur fluorographie, ce pourcentage est de 11 % parmi ceux qui se préparent à migrer et de 6 % parmi les Ouzbékistanais et au Kazakhstanais.

Figure 13
Répartition des répondants en fonction du moment où ils ont procédé à une fluorographie (%, N=1650)

Figure 13Répartition des répondants en fonction du moment où ils ont procédé à une fluorographie (%, N=1650)

Figure 14
Répartition des répondants en fonction de leur connaissance des résultats de leur fluorographie, % (N=1 650)

Figure 14Répartition des répondants en fonction de leur connaissance des résultats de leur fluorographie, % (N=1 650)

Évaluation de la prévalence de la tuberculose parmi les travailleurs migrants originaires d’Asie centrale

Tableau 12
Parents ou connaissances infectés par la tuberculose, pour l’ensemble des répondants, selon le pays de séjour au moment de l’enquête et parmi les migrants ayant suivi une formation en Russie, %

Pays

Échantillon total

Migrants en Russie

Migrants au Kazakhstan

S’apprêtent à partir en migration

Migrants interrogés après

la formation suivie en Russie

Au pays

9,7

10,3

5,0

11,6

2,0

En Russie

1,8

2,7

0,5

1,9

0,0

Non

88,5

87,0

94,5

86,5

98,0

  

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Tableau 13
Parents ou connaissances infectés par la tb et sous traitement, en fonction du pays de séjour des répondants au moment de l’enquête et parmi les migrants ayant suivi une formation en Russie, %

Pays

Echantillon
N=189

Migrants en Russie

Migrants au Kazakhstan

S’apprêtent à partir en migration

Interrogés après avoir suivi une formation en Russie

Oui, au pays

70,4

67,8

72,7

71,3

100,0

Oui, en Russie

4,8

8,5

0,0

3,7

  

Non

6,9

6,8

0,0

8,3

  

Ne sait pas

18,0

16,9

27,3

16,7

  

  

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

24Parmi l’ensemble des répondants, 10 % ont des parents ou des connaissances au pays qui ont été infectés par la tuberculose, et 2 % ont des parents ou des connaissances infectés par la tuberculose en Russie (figure 15, tableau 11). Les Kirghizstanais enregistrent la plus forte proportion de parents et/ou connaissances infectés par la tb au Kirghizstan, viennent ensuite les Ouzbékistanais (8 %) et les Tadjikistanais (3 %). En Russie, ces proportions sont beaucoup plus faibles (Figure 15). De manière générale, le traitement de la tuberculose des proches infectés s’effectue dans le pays d’origine (70 % des réponses) et seulement 5 % sont traités en Russie (Figure 16, Tableau 12).

Figure 15
Parents ou connaissances infectés par la tb (%, N=1650)

Figure 15Parents ou connaissances infectés par la tb (%, N=1650)

Figure 16
Parents ou connaissances infectés par la tb et sous traitement (%, N=189)

Figure 16Parents ou connaissances infectés par la tb et sous traitement (%, N=189)

Conclusion

  • 3 Pour plus de précisions, voir Ivakhnûk (2008).

25Les trois pays d’origine des travailleurs migrants (Tadjikistan, Ouzbékistan et Kirghizstan) envisagés dans cette enquête ne disposent pas encore de programmes sur le long en termes d’aide à la préparation au départ en migration, d’aide à l’adaptation et à l’accès aux soins dans le système eurasien des pays d’accueil (Russie et Kazakhstan)3. Les données recueillies durant l’enquête présentée ici sont préoccupantes à divers degrés. Les pays d’Asie centrale ont hérité du système de soins de santé soviétique et celui-ci nécessite une modernisation et des changements qualitatifs, qui sont imposés par les nouvelles conditions de vie, y compris dans le domaine de la prévention et des traitements de pathologies dangereuses comme la tuberculose.

26L’état des connaissances sur la tuberculose parmi les travailleurs migrants originaires d’Asie centrale n’est pas homogène : environ un quart des répondants de l’échantillon total n’ont aucune connaissance de cette maladie. Les moins informés sont les Ouzbékistanais (43 % d’entre eux ne savent rien à ce sujet). Les Kirghizstanais et les Tadjikistanais étant les mieux informés quant à la possibilité de guérir de la tuberculose avec 82 % et 73 % respectivement (contre 60 % des Ouzbékistanais). La formation suivie par les migrants en Russie semble porter ses fruits, la proportion de répondants dans ce groupe ayant des connaissances sur la tuberculose est passée à 65 %, (31 % des personnes formées n’ont pas pu répondre, et 4 % ont dit que le traitement pouvait être interrompu). De même, les répondants qui ont dit connaître la tuberculose sont bien conscients des risques d’infection (82 % ont donné la bonne réponse). La formation des migrants a fait progresser la connaissance des risques de l’infection de la tuberculose s’approchant de 100 %. Néanmoins, les migrants n’imaginent généralement pas qu’ils peuvent s’infecter par la tuberculose (60 % des répondants). Les migrants interviewés en Russie après avoir suivi la formation se sont montré plus préoccupés quant à la possibilité de s’infecter.

27Pour l’ensemble de l’échantillon, le médecin incarne la personne de confiance vers laquelle les migrants se tournent en cas d’infection éventuelle (84 % des répondants). Environ la moitié des personnes susceptibles d’être contaminées par la tuberculose consultent des membres de leur famille, 10 % des amis proches. Parmi ceux qui se préparent à migrer, le médecin détient le record de confiance (90 %) quand il s’agit de prendre un avis pour consulter. Parmi les migrants travaillant en Russie, 66 % font confiance aux médecins et ce pourcentage passe à 92 % pour les migrants ouzbékistanais se trouvant au Kazakhstan. À côté de ces résultats, nous avons vu que les Ouzbékistanais sont très peu couverts par l’examen de fluorographie, 17 % n’ontjamais effectué de fluorographie, ces chiffres sont respectivement de 10 % et 4 % chez les Kirghizstanais et les Tadjikistanais. De manière générale, l’infection par la tuberculose chez les migrants est assez alarmante. Par ailleurs, seulement 47 % des migrants interrogés sont capables de localiser les établissements de santé spécifiques vers lesquels se tourner en cas d’infection par la tuberculose. En même temps, seulement 20 % des Ouzbekistanais qui disposent de connaissances sur la tb en sont capables et les Kirghizstanais sont quant à eux trois fois plus sont au courant (67 %). Chez les Tadjikistanais, cette proportion tombe à 57 %. Cette enquête montre que les Ouzbékistanais sont bien moins informés et conscients des risques de la tuberculose, de ses traitements, que les Tadjikistanais et les Kirghiztanais. Il en ressort la nécessité d’accorder une attention particulière aux migrants originaires d’Ouzbékistan, et il faudrait organiser des campagnes de sensibilisation directement en Ouzbékistan en se concentrant sur la sensibilisation à la tuberculose chez les Ouzbékistanais se trouvant en migration au Kazakhstan et en Russie.

28La formation dans les centres dédiés aux migrants dans le pays d’accueil a démontré son rôle positif en matière d’information sur la tuberculose, les canaux d’information, les modes d’infection, etc. L’enquête montre qu’après la formation, les travailleurs migrants ont acquis des connaissances générales sur la tuberculose mais que ces connaissances restent superficielles. Ceci pose la question de savoir comment rendre les formations plus intelligibles, comment faire passer les messages cruciaux en termes notamment de traitement, qui apparaît comme un dilemme majeur pour de nombreux migrants. Dans les recommandations, il a été indiqué qu’il serait important de renforcer la composante liée à la réception de cette formation, de vérifier les connaissances des migrants et la compréhension des messages transmis.

29Enfin, soulignons que la majorité des travailleurs migrants sont originaires d’Asie centrale. Ils sont souvent issus de petites villes ou de zones rurales (notre enquête confirme d’ailleurs cette thèse). Ces migrants ne maîtrisent pas ou mal la langue russe et ont un niveau d’éducation faible, ce qui signifie qu’une campagne de prévention contre la tuberculose doit donc impérativement tenir compte de ce contexte. D’une part, la plupart des migrants sont peu familiarisés avec la culture urbaine des dortoirs en termes de prévention de la tuberculose et, d’autre part, la prévention doit être simple dans sa forme, compréhensible et accessible (la question du format de la bande dessinée qui est déjà répandu dans la publication de brochures pour les migrants en Russie a été évoquée à cet égard).

30La question de la promiscuité est une des causes majeures de la contagion de la tuberculose et des études de long terme montrent que les migrants ont tendance à vivre dans des endroits surpeuplés, insalubres, avec peu d’aération, sans attention portée à l’hygiène. La négligence d’un voisin par exemple qui ne manifeste aucune attention à son état de santé ne doit pas causer l’infection d’autrui, les campagnes de prévention ont un rôle absolument cardinal dans ce contexte de la responsabilisation de chacun aux règles d’hygiène, aux connaissances permettant de reconnaître les symptômes de la maladie et de se tourner vers les services de santé adéquats (procéder à la fluorographie, ne pas interrompre le traitement, sans quoi les médecins ont à faire face aux problèmes de résistances souvent aiguës très difficiles ensuite à traiter et qui peuvent constituer un véritable problème de santé publique).

31Il est donc crucial que les migrants développent un rapport à la santé qui leur permette de prendre conscience des risques et de leurs conséquences multiformes. Surtout, cette amélioration du rapport à soi et à la santé passe par une connaissance des lois qui gouvernent les processus migratoires dans le pays d’accueil. La question de l’accès à l’assurance maladie et de l’achat de celle-ci requiert une attention particulière, de même que la sensibilisation des migrants quant à la nécessité de passer un examen médical afin de pouvoir obtenir un certificat de travail en Russie. Ce travail de sensibilisation doit être mené par les pays d’origine avant les départs en migration en mobilisant différents acteurs comme les différentes organisations publiques en lien avec les structures gouvernementales. Enfin, la question sensible des campagnes d’information sur la tuberculose devrait être différenciée en fonction des situations migratoires. Pour ceux qui cherchent à s’installer en Russie, il est important de mettre en place un suivi médical régulier avant leur départ qui incombe au pays d’origine. Pour ceux qui migrent de manière saisonnière en Russie ou au Kazakhstan, il est nécessaire d’informer les migrants sur les risques d’infection de la tuberculose, de les convaincre de passer un examen médical complet dont la fluorographie et ce, avant le départ en migration même si cet examen ne constitue pas un sésame pour obtenir les documents nécessaires pour un travail en Russie, néanmoins, cet examen médical doit avoir comme objectif de rassurer les migrants sur leur état de santé et de leur redonner confiance dans leur expérience migratoire.

Haut de page

Bibliographie

Ivakhnûk I. V., 2008, Evrazijskaâ migracionnaâ sistema: teoriâ i politika [Système migratoire eurasien : théorie et politique], Moscou : maks Press.

Kostûkevič M., 2015, Gastarbajtery zavozât v Rossiû tuberkulëz [Les travailleurs migrants apportent la tuberculose en Russie], Vesti fm, 20.10 ; http://radiovesti.ru/article/show/article_id/180709.

Nasritdinov È. Z, Olimova S. K. & Poletaev D. V., 2016, Analiz kon’ûnktury rynka v rf v celâkh èffektivnogo trudoustrojstva trudâŝikhsâ migrantov iz kr i rt (Trudovaâ migraciâ v rf, kr i rt) [Analyse de la conjoncture du marché du travail en Fédération de Russie ayant pour objectif une politique de l’emploi efficace des travailleurs migrants originaires du Kirghizstan et du Tadjikistan (La migration de travail en fr, rk et rt)], tac auca ; https://auca.kg/ru/tspcreports/.

Poletaev D. V., 2017, « Migranty iz Srednej Azii na rossijskom rynke truda. Na primere Kyrgyzstana i Tadžikistana » [Les migrants originaires d’Asie centrale sur le marché du travail russe. Les exemples du Kirghizstan et du Tadjikistan], in V. S. Malakhova & S. E. Simona, red., Migracionnyj krizis: meždunarodnoe sotrudničestvo i nacional’nye strategii [La crise migratoire : coopération internationale et stratégies nationales], Moscou : Izdatel’stvo «Delo» ranhigs.

Slažinskajte I., 2012, Tuberkulëz privozât nelegal’no [La tuberculose est importée illégalement], Baltinfo, 23.03 ; http://www.baltinfo.ru/2012/03/23/tuberkulez-privozyat-nelegalno-267641

Zajončovskaâ Ž. A., Poletaev D. V, Florinskaâ Û. F., Mkrtčân N. V. & Doronika K. A., 2014, Zaščita Moskvičej v usloviâkh massovoj migracii [La protection des Moscovites dans les conditions d’une immigration massive], Moscou : Upolnomočennyj po pravam čeloveka v gorode Moskve, Roo « Centr migracionnykh issledovanij ».

Haut de page

Notes

1 Afin que les répondants ne proviennent pas des mêmes endroits ou de sphères économiques similaires ou qu’ils n’aient pas de liens de parenté, ni ne soient collègues, etc. Ceci permet un échantillonnage plus représentatif et une plus grande diversité.

2 Soulignons ici que 22 % de l’ensemble des répondants de l’échantillon total a subi une fluorographie en 2014, l’année précédente 24 % ; plus d’un an auparavant 44 % (Figure 13, tableau 9) et 10 % n’en ont jamais réalisé.

3 Pour plus de précisions, voir Ivakhnûk (2008).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1Proportion de femmes et d’hommes étrangers arrivant en Russie, selon les pays, 6 août 2015 (%)
Crédits Source : données du fms de Russie
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4068/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Figure 2Répartition des échantillons selon les pays (nombre de répondants)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4068/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 3Connaissance de la tuberculose parmi les migrants interrogés (les répondants pouvaient choisir plusieurs réponses) (%, N=1650)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4068/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Figure 4Connaissance de la tuberculose selon le pays de résidence permanente (les répondants pouvaient choisir plusieurs réponses) (%, N=1650)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4068/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Figure 5Opinion des répondants sur la possibilité de guérir la tuberculose, par pays de résidence permanente (%, N=1237)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4068/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Figure 6Opinion des répondants sur la possibilité d’interrompre le traitement pour la tuberculose, par pays de résidence permanente (%, N=1237)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4068/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 7Opinion des répondants sur les moyens de transmission de la tb, par pays de résidence permanente (%, N=1237)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4068/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 8Inquiétude quant à la possibilité de s’infecter par la tb, par pays de résidence permanente (%, N=1650)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4068/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Figure 9Répartition des personnes de confiance vers qui se tournent les répondants ayant probablement contracté la tuberculose (%, N=1 650)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4068/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Figure 10Répartition des personnes de confiance vers qui se tournent les répondants ayant probablement contracté la tuberculose, en fonction de leur lieu de résidence permanente (%, N=1 650)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4068/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Figure 11Connaissances des répondants quant aux lieux où les traitements sont disponibles en cas de contamination par la tb (%, N=1 650)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4068/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 12Pourquoi les personnes infectées par la tuberculose ne se tournent pas vers les services de soins ? (%, N=1650)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4068/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Figure 13Répartition des répondants en fonction du moment où ils ont procédé à une fluorographie (%, N=1650)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4068/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Figure 14Répartition des répondants en fonction de leur connaissance des résultats de leur fluorographie, % (N=1 650)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4068/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Figure 15Parents ou connaissances infectés par la tb (%, N=1650)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4068/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Figure 16Parents ou connaissances infectés par la tb et sous traitement (%, N=189)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4068/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dmitrij Poletaev, « Les travailleurs migrants face à la tuberculose en Russie et au Kazakhstan : résultats d’une enquête exemplaire »Cahiers d’Asie centrale, 27 | 2018, 239-267.

Référence électronique

Dmitrij Poletaev, « Les travailleurs migrants face à la tuberculose en Russie et au Kazakhstan : résultats d’une enquête exemplaire »Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 30 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/4068

Haut de page

Auteur

Dmitrij Poletaev

Directeur du Centre de Recherches sur les migrations à Moscou.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search