Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Préface

Texte intégral

1L’Asie centrale n’offre pas un terrain de réflexion académique très fréquenté sur la « ville du futur », bien que constituant une large périphérie de la Chine en pleine explosion urbaine et se situant à une distance culturelle « raisonnable » des mégapoles d’Asie du Sud-Est et surtout des Émirats arabes dont l’influence architecturale est notoire à Achkhabad au Turkménistan, à Tachkent, en Ouzbékistan, ainsi qu’au Kazakhstan dans une moindre mesure.

2Pourtant, l’Asie centrale présente de multiples singularités en matière d’histoire urbaine sur la longue durée. En effet, l’originalité de la région provient d’un double héritage : colonial russe et idéologique soviétique qui chacun à sa manière a créé les conditions d’avènement d’une « ville du futur » se devant d’incarner la « réplique du pouvoir central » dans les zones périphériques durant tout le xxe siècle, là où il n’y avait que quelques villages, véritable outil de propagande à usage interne et externe.

3À chaque « moment urbain » correspondaient un projet, une forme urbaine, un tracé et une fonction déclarative de la ville, ponctuée de zones vertes (cité jardin) et de bâtiments à destination politico-sociale précise, dessinant un véritable « théâtre urbain » dans lequel devaient se jouer les pièces politico-sociales du moment formant un patchwork de ruptures et de continuités urbaines.

4Ainsi ont surgi la modernité coloniale de Tachkent dans une forêt urbaine de dix millions d’arbres plantés à la fin du xixe siècle, puis le miroir du socialisme offrant l’eau des fontaines, au milieu des déserts ou au pied des montagnes tadjikes, les villes modernes de Bichkek ou d’Almaty sur le modèle de Le Corbusier pour y loger les ouvriers, les nomades installés en ville, les cohortes d’ingénieurs venus de Russie et d’Ukraine, les instituts de recherche, les universités, les grandes usines.

5La fin de l’urss et l’accession des États d’Asie centrale à l’indépendance ont suscité le désir de refonder les capitales, de les transformer, voire dans le cas d’Astana, aujourd’hui Nur-Sultan, de les créer. L’arrivée du capital privé à Bichkek, la compétition pour l’architecture internationale de prestige à Astana, la destruction radicale en cours de Douchanbé reconstruite par des sociétés chinoises en s’inspirant de la planification d’Achkhabad, ont produit autant de schémas de transformations urbaines et sociales qui interrogent aujourd’hui le visiteur, le citoyen, l’usager.

6Ceci a conduit depuis trente ans aux villes actuelles dont le bâti est fluide, l’amplitude exponentielle, comprenant peu de bâtiments anciens conservés du fait de la facilité ambiante à détruire et à reconstruire plutôt qu’à rénover. Ces villes comptent de nombreux édifices postmodernes dilués dans des espaces verts bien plus significatifs que dans les villes européennes, quoiqu’en réduction du fait de la prolifération des programmes immobiliers publics et privés.

7Ainsi, dans chaque « mégapole » de la zone, aussi bien l’ancienne capitale du Kazakhstan Almaty, que la nouvelle, Astana, à Bichkek, capitale du Kirghizstan et même à Douchanbé, capitale du Tadjikistan qui fait aujourd’hui l’objet d’une recomposition radicale, on assiste au choc de trois « impulsions urbaines » ayant chacune leurs conséquences sur les usages et les pratiques de la ville.

8La ville actuelle serait donc le produit d’une force générée par un mouvement vertical de haut en bas, qui entre en collision avec un mouvement citoyen horizontal lequel « produit une diagonale » figurant la prise d’autonomie, voire la compétition de l’économique sur le politique et le social. Ainsi, la ville du futur en Asie centrale « entre réel et utopie » (Jean-Paul Loubes) consisterait en la résolution du conflit de façon plus ou moins exacerbé entre :

  • les élites politiques qui transforment la ville par le haut, pour en faire le miroir de leur présence au monde, ceci en parfaite continuité avec les politiques urbaines des pouvoirs des deux siècles précédents.

  • les associations de citoyens, architectes, urbanistes, artistes, journalistes qui s’organisent « horizontalement » pour penser la ville du futur, tout en cherchant désespérément à préserver quelques éléments du patrimoine urbain (« identités locales ») rescapé des opérations immobilières sauvages qui ont suivi l’accession brutale de ces États à l’indépendance.

  • les opérateurs économiques privés qui s’autonomisent plus ou moins facilement selon le pays et dont la capacité d’intervention dans la ville est plus ou moins freinée par les pouvoirs en place.

9À cela s’ajoute dans le cas de la nouvelle capitale Astana/Nur-Sultan, le discours sur l’antériorité de la ville dont on confie la validation aux archéologues (voir l’article sur Bozok et les commentaires à propos de ce site dans celui d’Adrien Fauve). Ou encore la persistance des interstices du passé (voir l’article sur Bichkek, ou ceux sur Douchanbé, à l’épreuve des transformations présentes).

10Ce numéro 28 des Cahiers d’Asie centrale dédié aux « villes du futur en Asie centrale » est le résultat d’un cycle de conférences consacré à la ville d’Astana aujourd’hui Nur-Sultan, à Bichkek et à Douchanbé, cycle que l’iféac a organisé en 2018-2019, avec le soutien des fonds d’Alembert de l’Institut Français à travers son axe intitulé « villes du futur ». Il est donc structuré en trois parties autour des trois capitales.

11Il s’agissait de réunir des professionnels de la ville, architectes, urbanistes, ingénieurs constructeurs, professeurs et étudiants en architecture et urbanisme, historiens, politologues, anthropologues urbains, économistes, services urbains, associations de défense des espaces verts, des bâtiments patrimoniaux, journalistes, photographes, réalisateurs, artistes de Street art, etc.

12Le but poursuivi était de susciter des moments privilégiés de discussion associant des spécialistes européens, surtout français, qui allaient se pencher sur une des trois villes choisies et dialoguer avec leurs collègues des capitales respectives, afin d’offrir aux participants à ces conférences exceptionnelles et aux lecteurs du présent numéro, une « anthropologie polyphonique de l’espace urbain centrasiatique », en interrogeant son devenir proche, ses multiples contradictions, ses problèmes, les solutions envisagées (articles sur les immeubles en copropriété de Nur-Sultan, les aspects écologiques et de développement urbain de Bichkek, les questions de patrimoine architectural à Douchanbé). Les textes présents dans les annexes illustrent également la problématique de l’image de la ville et du rapport qu’elle entretient avec ses usagers (Nur-Sultan, Pardis en Iran et Douchanbé).

13Nous croyons pouvoir dire que le but de mettre en lumière la pluralité des situations a été atteint, car la profondeur des échanges entre les participants a révélé leur satisfaction de pouvoir parler de leur ville sans entrave, dans une sorte de libération cathartique, notamment pour Astana et Douchanbé, (la parole étant plus libre à Bichkek), ce qui n’est pas forcé ment sensible dans les articles produits ensuite, mais que nous avons tout de même souhaité intégrer dans ce numéro.

  • 1 Lauréat du nafw au fifib 2018 (Bordeaux), archcine (Rio de Janeiro), Copenhagen Architecture Festiv (...)

14Un film documentaire a été réalisé à la demande de l’iféac sur Astana « ville du futur » par le réalisateur Laurier Fourniau (voir la bande-annonce : https://vimeo.com/​325759077) qui a retenu l’attention de nombreux festivals d’architecture dans le monde1.

15Des photos ont été prises également lors des visites des capitales qui sont accessibles dans les archives photographiques de l’Observatoire urbain des villes d’Asie centrale, crée par l’iféac en 2016, avec le concours de l’architecte Jean-Paul Loubes, que l’on remercie ici pour sa grande contri bution au projet.

16Ce numéro montre enfin la façon différente des Européens et des Centrasiatiques d’aborder leur sujet d’étude commun, la ville, ce qui n’est guère étonnant, car la culture académique dans les sciences humaines se nourrit d’un puissant facteur culturel que nous avons choisi de laisser s’exprimer.

Haut de page

Notes

1 Lauréat du nafw au fifib 2018 (Bordeaux), archcine (Rio de Janeiro), Copenhagen Architecture Festival (Copenhague), travel film International Film Festival (Moscou), Cinema Urbana (Brasilia), Golden Tree International Documentary Festival (Frankfurt), movecinearte Festival (Venise), Arquiteturas Film Festival (Lisbonne).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Poujol, « Préface »Cahiers d’Asie centrale, 28 | 2020, 9-12.

Référence électronique

Catherine Poujol, « Préface »Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 23 juin 2022, consulté le 28 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/4263

Haut de page

Auteur

Catherine Poujol

Directrice de l’iféac (septembre 2016-août 2020)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search