Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Prémices

Prémices

Villes du futur : entre réel et utopie
Premises Cities of the future: between reality and utopia
Jean-Paul Loubes
p. 13-23

Texte intégral

1Il est de nos jours difficile d’avoir une idée précise sur ce que seront les villes du futur. Le grand arc des Nouvelles Routes de la soie, qui balaie l’hémisphère nord, de l’Europe à la Chine en passant par l’Asie centrale, met en relation des histoires urbaines distinctes et au xxie siècle s’accélèrent les rencontres de ces ensembles d’influences culturelles différentes.

2L’Europe est héritière de plus de deux millénaires d’histoire urbaine, et même les utopies du Mouvement Moderne se sont construites sur cet héritage avec lequel elles ont voulu rompre. En Asie centrale, c’est l’interaction entre sociétés nomades et communautés sédentaires qui marque l’histoire des concentrations humaines dont les États modernes sont les héritiers. Nombre d’entre eux cultivent et même réactivent cette mémoire lisible dans des compositions urbaines comme dans des figures architecturales ou des emblèmes. La Chine enfin, est entrée dans le xxie siècle en déployant des villes nouvelles ex nihilo à une vitesse et avec une ampleur sans précédents et ses modèles urbains se diffusent bien au-delà de son territoire. Ces villes anhistoriques prennent en défaut les catégories de l’urbanisme traditionnel.

3Certaines villes comme Bichkek sont des lieux de rencontre de ces influences. Les tracés et les bâtiments témoignant de références à l’architecture Russe néo-classique sont lisibles dans la trame en damier. Sur cette dernière strate, d’architecture moderniste, s’observent des citations architecturales, figures, anecdotes plus « nationales », certaines évoquent la yourte, fenêtres en arc brisé et détails d’ornementation kirghize.

4Astana répond à la fois au désir de recentrer géographiquement une capitale et à celui d’exprimer par l’architecture divers récits. Il y a celui destiné à propager l’empreinte de son initiateur Nazarbaev, par le monument Astana-Bajterek par exemple, ou le « rituel de magie contagieuse » (Medeuova) attendu de la vénération du monument à l’empreinte de la main du fondateur. Il y a les figures qui concourent au récit et à la symbolique du développement national et de la mémoire identitaire et collective des régions. On verra enfin se croiser des figures qui renvoient à une culture nomade, avec une inflation de technologies alliées à un discours « écologique » et « durable » qui marque le désir d’un pouvoir de s’inscrire dans l’idée que le xxie siècle se fait de la modernité. (Projet de « Murs du monde »). Le recours à des stars de l’architecture internationale (Norman Foster) est là pour en assurer une publicité dans les revues internationales.

5La recherche d’une identité nationale par le moyen de l’architecture apparaît à Douchanbé, où elle se conjugue avec l’idéologie fonctionnaliste ainsi qu’avec l’architecture internationale qui est, au contraire, la négation des traditions (Mukimov/Šermatov). Le débat ouvert entre ces trois courants rend difficile de noter une tendance, mais témoigne plutôt d’une recherche qui se nourrit de ces trois courants comme source d’inspiration dans la fabrication de la ville. L’objectif d’inscrire un vocabulaire régional évoquant « les glorieuses traditions du peuple tadjik » dans la ville contemporaine est là un des chantiers du futur pour les jeunes architectes.

6En un temps où « l’architecture moderne, en revendiquant un “espace universel”, a perdu tout lien avec la singularité des lieux concrets, ce qui aboutit aujourd’hui à l’acosmie d’un “espace foutoir” (junkspace) où une starchitecture – une “architecture E.T.”, comme descendue des étoiles » [Berque, 2019] l’idée même de ville est questionnée. L’architecture du futur offrira-t-elle cette désolante vision uniformisatrice, ou trouvera-t-elle encore à s’ancrer dans la « singularité des lieux concrets » ? La construction des identités modernes dans l’Asie centrale contemporaine est face à ce défi.

La ville, le plan, le projet...

7Le plus ancien plan de ville connu au monde a été livré par les fouilles conduites en 1970 sur le site de Habuba Kabira, en Syrie, par une équipe d’archéologues allemands. L’archéologue Pascal Butterlin écrit à propos de cette agglomération du ive millénaire av J.-C., : « C’est une véritable opération d’urbanisme dessinée selon un projet préconçu » [Butterlin, 2004] :

  • Un projet – « jeter en avant » nous dit l’étymologie – consiste à concevoir et dessiner sur le papier un scénario destiné à être mis en œuvre dans un futur plus ou moins proche. C’est ce qu’indique encore le pléonasme projet préconçu.

  • Le plan de ville, c’est la vision dessinée de ce projet. C’est la représentation sur le papier, par le dessin, pour représenter le dessein de ville, le communiquer à ceux qui, dans la durée, le mettront en œuvre. Par le plan de ville, le projet urbain articule des idées – des constructions intellectuelles – avec les modalités matérielles de leur inscription dans le réel.

  • Le réel – « le bon gros réel » pour reprendre l’expression de Victor Segalen – ce sont à la fois les pratiques habitantes (dans le langage des sociologues), les matériaux à disposition de tel groupe humain (l’économie du lieu), les lois de la physique auxquelles nulle construction sur Terre ne saurait échapper, les savoir-faire et techniques disponibles dans un groupe, les contraintes de la géographie. Toutes choses d’ordre matériel, en œuvre dans ces créations que nous nommons villes et où s’agglomèrent des populations humaines.

  • Les idées – ce que l’esprit conçoit – sont, au sens contemporain, des représentations mentales qui, ayant produit des institutions, politiques, religieuses, expérimentées ou utopiques, trouveront dans le projet les formes de leur expression matérielle. Ces idées (utopiques ou non) préexistent dans l’esprit humain avant leur concrétisation sur le terrain. Elles président au dessin – dessein – que des pouvoirs divers (théocratiques, autocratiques, démocratiques…) souhaitent imprimer à l’espace de vie pour lui donner une forme susceptible de véhiculer le message de leur puissance et de l’ordre social qu’ils ambitionnent d’instaurer. On nommera « villes idéales » les villes théocratiques structurées par les attributs ou la référence à la divinité, les villes de la Renaissance exprimeront par leur dessin un ordre civil et/ou religieux (pouvoir local, royal ou impérial). Depuis les premières fondations urbaines du quatrième millénaire avant J.-C., en passant par la Grèce, Rome, la Renaissance, jusqu’au xxe siècle et ses villes nouvelles érigées à la gloire d’un régime politique ou d’un autocrate (Brasilia, Chandigarh, Naypidaw, Ordos, Astana…). C’est par le plan de ville que les pouvoirs politiques de tous les temps ont souhaité s’inscrire dans l’Histoire.

8Les divers pouvoirs avaient recours traditionnellement à ce que l’on pourrait nommer des « spécialistes » dans l’art de bâtir : géomètres, urbanistes, géomanciens, architectes. Mais l’aspiration à la démocratie engendre de plus en plus dans les sociétés une demande de participation. L’habitant, devenu usager se veut citoyen, puis de plus en plus acteur de son milieu de vie. Il demande à être associé, ou encore décideur de son cadre de vie. La demande que traduit un tel discours participatif fait naître une première question : quel rôle les experts ont-ils dans la définition de la ville, quand chacun se déclare compétent par nature pour en décider ? Un « méta-urbanisme » issu de dispositifs négociés et participatifs peut-il périmer le temps des plans dessinés par les urbanistes, au motif d’une demande de « démocratie urbaine » que François Ascher évoquait déjà dans Métapolis, en 1995 [Ascher, 1995] ?

  • 1 Le cas d’Ordos en Mongolie intérieure (rpc) est emblématique de cette genèse d’une ville liée notam (...)

9Une seconde source de dépossession des théoriciens de l’art de dessiner les plans de ville est directement liée au primat des acteurs économiques sur le Politique. Architectes et urbanistes ne sont plus alors que « les petites mains » de grandes firmes et acteurs économiques qui les chargent d’implanter leurs infrastructures1. Dans le meilleur des cas, le design d’objet architecturaux aurait-il succédé à l’Art urbain ?

10Réel d’une part, utopie d’autre part, sont des catégories plurielles, comme le montre un parcours de quelques-unes des formes observables dans l’histoire des villes.

Ville moderne et utopie.

11Depuis l’Antiquité, la recherche de la ville idéale – celle qui met en scène dans l’espace un ordre social lié à une pensée – a présidé à la conception des tracés, des espaces, de leur hiérarchie : villes capitales des empires, ou cités féodales, villes idéales de la Renaissance, villes royales. L’avènement de la pensée des Lumières va générer des réponses architecturales et urbaines, déjà visibles par exemple avec la vogue du néo-classique européen qui va essaimer de Saint-Pétersbourg du xviiie siècle, jusqu’à Washington. Les tracés dits haussmanniens vont ensuite marquer nombre de villes européennes, mais c’est le xxe siècle qui verra la pensée urbanistique proposer des réponses à prétention universelle qui justifieront de parler à leur sujet d’Utopies.

12Cette pensée utopique culminera avec le Mouvement Moderne. Directement nourri d’une pensée philosophique et d’une idéologie qui traversait la première moitié du xxe siècle, l’Universalisme (extension de la pensée des Lumières, Marxisme), produira une théorisation de la ville et de l’habitat humain que Le Corbusier exprimera par ces mots : « Les besoins humains (…) sont identiques pour tous les hommes, les hommes étant tous faits sur le même moule… » [Le Corbusier, 1925]. Ce postulat conduira par exemple Gropius à parler de « type idéal de l’établissement humain ». Des plans de villes célèbres illustreront cette vision utopique, comme le Plan pour une ville contemporaine de trois millions d’habitants (1922) ou Le Plan Voisin pour Paris (1924), tous deux dus à Le Corbusier. Si ces visions utopiques n’ont pas vu leur mise en œuvre complète, elles ont cependant préfiguré les grandes rénovations urbaines en Europe et contribué à la formation et la pensée des urbanistes de l’après-guerre.

13L’idée qui sous-tend ces utopies a nourri beaucoup de plans de villes nouvelles du xxe siècle. Puisque « partout les êtres humains ont des besoins identiques », c’est armé du même bagage théorique que l’on pouvait construire des villes au Pendjab, au Brésil, en Birmanie, ou reconstruire Tachkent après le séisme de 1966. Au terme d’un appauvrissement de la pensée, ces plans de ville sanctionnaient l’aboutissement et la réduction de l’universalisme au fonctionnalisme. Si l’on perçoit bien l’idée qui fonde l’universalisme – à savoir que l’espèce humaine est une – avec le fonctionnalisme qui réduit la forme à la fonction, on en oublie que l’homme est aussi un sujet de culture, une culture qui s’exprime aussi dans les formes architecturales. Ce que Claude Lévi-Strauss exprimera par ces mots « Car les hommes ne diffèrent, et (même) n’existent, que par leurs œuvres » [Lévi-Strauss, 1993]. Ce relativisme exprime ici que si les hommes, en tant qu’espèce, ont « des besoins identiques » (biologiques) ils sont aussi êtres de culture par lesquels ils diffèrent.

Le choc du réel

  • 2 « La maison est une machine à habiter » comme « un fauteuil est une machine à s’asseoir ». Le Corbu (...)

14La réduction de l’habiter à un ensemble de fonction est ce qui range le fonctionnalisme du Mouvement moderne du côté de l’utopie, cet « Idéal, cette vue politique ou sociale qui ne tient pas compte de la réalité ». Cette réalité, les pratiques habitantes n’auront de cesse de s’employer à la réintroduire dans le cadre de vie conçu par l’urbaniste moderne et négligé par lui. Philippe Boudon a magnifiquement décrit comment les 51 maisons du manifeste de l’architecture moderne des « Quartiers Modernes Frugès » construit par Le Corbusier en 1926 à Pessac (France) ont immédiatement été altérées, modifiées, détournées par leurs habitants [Boudon, 1969] et transformées en maisons rurales régionales. La « machine à habiter » que Le Corbusier expérimentait a été invalidée parce qu’elle faisait table rase de la culture des hommes. Cette machine, son vocabulaire de forme, l’abolition de tout signe de localisation, d’identité, de culture du lieu (constructive, décorative, narrative), sa rupture avec un héritage régional, prenait en défaut la nature complexe des êtres humains qu’étaient les habitants. Ce n’est qu’au prix de règlements, de procédures de classement, et de patrimonialisation que, cinquante ans plus tard, les maisons des quartiers Frugès ont été rétablies dans leur état original corbuséen. Ces constats empêchent de réduire l’habitation à « une machine à habiter »2.

15À cette rupture entre les propositions de l’architecte-urbaniste du Mouvement moderne et la culture des habitants, Françoise Choay oppose ce qu’elle nomme une « ville discourante » qui établirait entre ses formes et les usagers un langage commun, une ville qui serait lisible par eux, dont ils reconnaîtraient les signes, la grammaire architecturale, les récits. C’est par exemple ce qui existait dans la ville médiévale, dans la ville orientale, (médina) ou dans la ville chinoise traditionnelle, où les vocabulaires et tout ce qui constituait le « récit urbain », étaient compréhensibles, décodables par tout un chacun.

16On peut voir à Bichkek un exemple de l’œuvre des habitants, pour transformer dans la durée et par altération, les modèles urbains hérités du Mouvement Moderne ou de la Charte d’Athènes. Les bâtiments collectifs installés dans le quadrillage des voies, des allées et espaces verts qui structurent la ville moderne héritée de l’urss, ont fait l’objet de nombreuses interventions des habitants, visibles sur les façades, dans les intérieurs d’îlots, en bordure de voies et en rez-de-chaussée d’immeubles. Autant d’interventions que les législations et réglementations ont interdit par exemple en France. Cet exemple montre en outre en quels termes peut se poser la question du patrimoine urbain et de sa « protection ». Qu’est-ce en effet que ce patrimoine ? Le projet et le plan de ville d’origine ou bien le témoignage des interventions de générations d’habitants ? Qui est qualifié pour identifier ce patrimoine et quels en sont les critères ?

Villes régulières et villes irrégulières

17Mettre en œuvre un dessein de ville suppose le recours à un dessin, un plan. La dynamique du réel – les pratiques habitantes – va être dirigée, encadrée, contenue par l’intervention du géomètre, de l’architecte, de l’urbaniste, qui dicteront et imposeront les règles de disposition du bâti, la hiérarchie et les tracés des voies, des places et des bâtiments. Ces « règles » identifieront les villes régulières par différence avec les villes irrégulières.

18Il n’y a pas étanchéité entre ces deux catégories, et ce n’est pas leur taille qui les distingue. Ainsi, la moitié de la population de Bombay, soit environ 6 millions d’habitants, est logée dans ce que nous nommons la ville informelle, irrégulière par essence : le bidonville. Pour mémoire, la population de la Norvège est de 4 millions d’habitants. Si l’urbaniste n’a eu aucune part dans le dessin de ces agglomérations, les pratiques habitantes ont structuré ces implantations, par leur culture, us et coutumes, civilités et droit locaux, relations à l’intérieur des groupes, conceptions religieuses, nécessités de dessertes pour les activités. On sait que de telles cités recèlent ce que nous nommons « les usines du monde » où se fabriquent nombre d’articles manufacturés de diffusion mondiale. Les prix des terrains y sont comparables à ceux de New York, Tokyo ou Hong Kong. À Bombay, Dharavi, considéré comme le plus grand bidonville d’Asie comptait 700 000 habitants en 2010 concentrés sur 3 km², soit 233 000 hab/km².

19Un autre exemple, traditionnel celui-là, de ville irrégulière est illustré par la formation arabo-islamique que forme la médina. Si elle se structure autour de mosquées de quartier, ce ne sont pas des tracés réglés qui dessinent le réseau des voies et leur hiérarchie, mais les pratiques de voisinages, les modes de relation induits par les lois religieuses, et les impératifs d’accès et de dessertes. Des architectures savantes peuvent prendre place dans le lacis des ruelles : mosquées, medersas, palais des notables.

20Le réel que nous avons identifié aux pratiques habitantes et aux contraintes matérielles, se conjugue aux représentations mentales que sont les tracés, règles, dessins véhiculant des idées, pour former cet artefact que nous nommons villes.

Gigantisme

21Les villes du futur ouvrent l’ère du gigantisme. Il est difficile d’avoir un « classement » exact des villes les plus peuplées aujourd’hui. Si Tokyo, avec 32 millions d’habitants annoncés, et New Delhi avec 29 millions, sont en tête de ce palmarès, figurent en bonne place Mexico avec 23 M, Séoul, Bombay avec 12 M, Shanghai 18 M.

22Les données sont incertaines pour d’autres concentrations urbaines. Ainsi, pour Chongqing, sur le Yang tsé, certaines sources la présentent comme la ville la plus peuplée de Chine avec 32 M d’habitants. Si l’on précise que le périmètre administratif pris en compte couvre un territoire grand comme l’Autriche et que 70 % des habitants sont des agriculteurs, on prend conscience que la dénomination « ville » est du domaine du relatif. Si nous ramenons cette notion à la désignation de la zone d’habitations agglomérées, la population de Chongqing ne serait « que » de 12 M d’habitants.

23La difficulté pour avoir des chiffres précis ne fait que souligner un caractère général de ces villes du présent : elles sont le réceptacle d’une démographie planétaire qui a explosé durant le xxe siècle. Pour évoquer la « civilisation urbaine » devant nous, en un temps où des utopies qui ont nom « ville durable », « ville verte », « ville douce » portent des visions du futur, il est bon d’avoir ces chiffres en mémoire. La population mondiale était en 1900 de 1,7 milliard d’individus. En 1950 elle était de 2,5 milliards et en 2017 de 7,5 milliards, ce qui fait écrire à l’auteur de ces lignes que, durant sa vie, il aura vu la population de la planète se multiplier par trois.

24Autant que les seuils atteints par ces chiffres, c’est la vitesse de croissance qui est plus impressionnante encore. Le chiffre de la population mondiale a augmenté de 1,7 milliard depuis le début de notre ère jusqu’en 1900. Mais il n’aura fallu que 67 ans, de 1950 à 2017 pour qu’elle augmente de… 5 milliards d’individus, soit dans cette période un bond de… 291 % !

25Les chiffres qui précèdent sont ceux communiqués par l’Organisation des Nations Unis en 2017. Il est utile d’avoir à l’esprit ce qui constitue le contexte d’une dynamique démographique planétaire sans préjuger de l’infléchissement possible de la courbe de croissance de cette démographie dans l’avenir.

26La Chine apparaît comme une préfiguration du « tout urbain » que promet d’être le futur si la dynamique actuelle se poursuit. En 2020, la population urbaine du pays est de 60 % et l’objectif est d’atteindre 70 % en 2035. Durant les vingt dernières années, ce pays a programmé 400 villes nouvelles. Le schéma directeur de la ville de Xiong’an, décidée par Xi Jinping en 2017, prévoit, à 100 km de Pékin, une ville nouvelle dont la superficie serait de 20 fois celle de Paris. Ce type de projet annonce des objectifs qui semblent peu compatibles avec certains objectifs annoncés comme les labellisations écologiques annonçant une « ville verte », une « ville à bas carbone », à énergie géothermique et solaire. Cet affichage se conjugue avec une politique d’urbanisation du territoire par laquelle le pouvoir compte limiter l’exode rural en exportant les villes à la campagne. L’objectif sociétal, voire civilisationnel décidé au début des années 2000 consistait à urbaniser les paysans et à lutter contre les travailleurs migrants qui, en 2019, étaient 200 millions.

27Sans céder à un prévisionnisme dont le côté hasardeux n’a jamais été aussi évident qu’en ce début de xxie siècle, l’Inde, l’Afrique mais aussi l’Asie centrale seront-elles séduites par leur confrontation à ce que l’on pourrait nommer « la suprématie du modèle chinois » en matière de ville du futur : architecture hors-sol, gigantisme du stockage d’êtres humains, absence d’héritage et délégation de la gouvernance urbaine aux outils numériques ?

  • 3 Source : statista https://fr.statista.com/statistiques/1008591/part-population-urbaine-venezuela/

28Ce tout urbain se profile aussi dans d’autres continents. Ainsi, le Venezuela, pays traditionnellement rural compte aujourd’hui 87 % de sa population vivant dans des villes et l’on estime que ce taux sera de 96 % en 2025.3

29Durant la deuxième moitié du xxe siècle, le développement des grandes métropoles millionnaires en habitants, ainsi qu’une forme de culture liée à la métropolisation, ont conduit nombre de sociologues et de géographes de l’urbain à parler de « civilisation urbaine », de « tout urbain », avec en point de mire un horizon où l’humanité ne serait plus « que » urbaine.

30Contradictoirement à ces scénarios inquiétants, on a vu apparaître dès les premières décennies du xxie siècle dans certains pays dits « développés » ou « riches » les premiers signes d’un scepticisme sur cette vision d’un horizon urbain indépassable. Ce rejet s’est traduit par un discours prônant le retour à l’espace rural et à des révoltes contre les grands équipements urbains consommant l’espace agricole et naturel. Apparaissait dans le même temps une théorisation sur l’effondrement d‘un système économique de croissance dont le tout urbain et le gigantisme de métropoles était la manifestation physique la plus tangible. (Théorie de l’effondrement, collapsologie, etc.).

Villes du futur ?

  • 4 Sommet des start-up (La Foodtech) tenu à Lyon le 15/11/2018.
  • 5 Concours lancé par l’Atelier International Expérimental pour la Cité bionumérique au 15/02/2020. Ce (...)

31À côté du gigantisme et de la quantité, dans les villes d’Europe des « penseurs » et des édiles se laissaient bercer par une utopie rurale et bucolique, où dans Paris par exemple, naîtraient à la croisée des rues des « jardins partagés », cultivés dans un élan « participatif » par des habitants qui échangeraient des herbes aromatiques cultivées en permaculture sur leurs balcons. Ainsi, « la ville de Paris ambitionne le développement de 100 hectares de fermes urbaines sur son territoire d’ici 2020. Ces projets sont regroupés sous l’étiquette des “Parisculteurs”, des “paysans” bien décidés à réinstaller la campagne à la ville » [Chauveau, 2018]. On rêve de « fermes urbaines indoor »4 sur les terrasses de Manhattan. Des concours d’architecture se tiennent avec pour thème la « Cité des ascensions durables »5 où « Les façades, les toits et les terrains vagues deviennent productifs… L’étude considère en effet le potentiel des façades et des surfaces verticales à accueillir des cultures, les toits et les espaces vacants ».

  • 6 Appel à candidature pour un « Workshop Biomimétisme, ville numérique et big data », Cité des Scienc (...)

32Deux familles d’utopie se conjuguent donc dans cette vision du futur. Le rêve bucolique et assez schizophrénique de voir enfin les villes réconciliées avec la campagne, et la vision d’un « univers biomimétique de la ville numérique et du big data »6.

33Dans nombre d’appels d’idées qui fleurissent ces dernières années dans les milieux universitaires et de la recherche, certains architectes voient la réalité des objets qui faisaient jusqu’à présent la ville, leur échapper. Habituées à saisir des objets physiques qui étaient jusqu’alors la matière de la ville, ces utopies qui fuient dans le virtuel ne disent rien du « savoir bâtir » qui jusqu’alors déterminait l’espace de vie des hommes. Les données numériques entreposées dans les aires de stockages du big data sont des quantités virtuelles pour construire les nouvelles utopies qui n’ont pas encore été sanctionnées par le réel et par la façon d’habiter le monde dans les villes du futur.

Haut de page

Bibliographie

Ascher F., 1995, Métapolis (chap 7), Paris, Odile Jacob.

Berque A., 2019, Descendre des étoiles, Monter de la Terre. La trajection de l’architecture, Bastia, Éoliennes.

Boudon P., 1969, Pessac de Le Corbusier, Paris, Dunod.

Butterlin P., 2004, « Les premières villes du monde », Sciences Humaines, n° 151.

Chauveau L., 2018, « L’énorme potentiel de l’agriculture urbaine », Science et avenir.

Le Corbusier, 1923, Vers une architecture.

Le Corbusier,1925, L’Art décoratif d’aujourd’hui.

Levi-Strauss C., 1993, Regarder, écouter, lire, Paris : Plon.

Haut de page

Notes

1 Le cas d’Ordos en Mongolie intérieure (rpc) est emblématique de cette genèse d’une ville liée notamment à une économie minière.

2 « La maison est une machine à habiter » comme « un fauteuil est une machine à s’asseoir ». Le Corbusier, 1923, Vers une architecture.

3 Source : statista https://fr.statista.com/statistiques/1008591/part-population-urbaine-venezuela/

4 Sommet des start-up (La Foodtech) tenu à Lyon le 15/11/2018.

5 Concours lancé par l’Atelier International Expérimental pour la Cité bionumérique au 15/02/2020. Ce concours vise à rechercher notamment comment « rendre durable les immeubles de grande hauteur, pour favoriser l’agriculture urbaine (…) et installer de nouveaux artisanats dans la ville » est organisé conjointement avec …la Fédération des ascenseurs (http://www.ascenseurs.fr) !

6 Appel à candidature pour un « Workshop Biomimétisme, ville numérique et big data », Cité des Sciences et de l’Industrie, Paris, 22/06/2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Loubes, « Prémices »Cahiers d’Asie centrale, 28 | 2020, 13-23.

Référence électronique

Jean-Paul Loubes, « Prémices »Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 23 juin 2022, consulté le 28 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/4264

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Loubes

Jean-Paul Loubes, architecte, écrivain, chercheur attaché à l’iféac. Contact : jploubes@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search