Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Première Partie : Astana – Nur-Su...Des anciennes formes de développe...

Première Partie : Astana – Nur-Sultan, le présent-futuriste

Des anciennes formes de développement des espaces urbains de la « steppe eurasienne » : la colonie médiévale de Bozok à Astana

Ancient forms of urban space development on the Eurasian steppe: the medieval settlement of Bozok in Astana
Древние формы освоения городских пространств евразийской степи: средневековое поселение Бозок в Астане
Maral Habdulina, Denis Gavrilov et Daniâr Tleugabulov
p. 27-37

Résumés

L’occupation du territoire de la capitale du Kazakhstan, Nur-Sultan, a commencé au cours de l’ère turcique antique aux viii-ixe siècles. Le témoignage archéologique de ce processus est la colonie médiévale de Bozok. Au fil des années de fouilles, des éléments ont été obtenus qui permettent d’interpréter ce site comme un centre de culte, fondé par des tribus turcophones au cours du processus de développement de l’espace eurasien. Le choix d’un lieu pour un centre de culte tenait compte de l’inaccessibilité, de la position « d’île », de la construction de puissantes fortifications utiles aux rites et rituels de passage du monde extérieur.

Par sa composition architecturale et urbanistique, Bozok fait partie du cercle des rares monuments du début du Moyen Âge dont les centres de concentration sont ouverts aux deux pôles de la steppe eurasienne. Il s’agit de temples princiers commémoratifs des anciens Turcs d’Asie centrale et de complexes commémoratifs de la partie occidentale de la steppe eurasienne.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour une critique sur la politisation des sites archéologiques au Kazakhstan voir l’article suivant d’Adrien Fauve.

Texte intégral

Introduction

1Selon des recherches archéologiques, le début de l’occupation humaine de la région de la capitale du Kazakhstan a eu lieu au début du Moyen Âge, au cours des viie, viiie et ixe siècles. Les vestiges de cette époque sont représentés par un site archéologique appelé Bozok. Ce monument médiéval a été préservé en raison de son emplacement parmi les marécages de la rive gauche de la rivière Išim.

2Géographiquement, la ville de Nur-Sultan (Astana) est située en amont de l’Išim. Pour atteindre la ville, elle parcourt 500 km, passe ensuite par le nord des montagnes Ulutau et se dirige vers le nord. Elle coule du sud au nord et, après 1 700 km, se jette dans le fleuve Irtyš, pour atteindre par la suite l’océan Arctique. Le fleuve Išim passe le long de deux milieux naturels radicalement différents : une zone de forêt-steppe du sud de la plaine de Sibérie occidentale et une bande de steppe à petites collines du Kazakhstan.

3Dans la région de Nur-Sultan, la rivière Nura, appartenant au bassin continental intérieur de l’Asie centrale, se rapproche de la rivière Išim par le sud. À cet endroit, elles sont séparées par un espace de 40 km. Les alentours de Nur-Sultan ont un relief steppique. D’excellentes conditions climatiques, et une position au centre des steppes kazakhes a toujours attiré des peuples anciens. La rivière Išim était une voie de communication pour les flux migratoires et les routes caravanières.

4La capitale du Kazakhstan indépendant est située sur les deux rives de l’Išim. La construction de la rive gauche a débuté dans les années 2000. Selon le plan directeur, la capitale du Kazakhstan devait occuper une vaste zone d’un diamètre de 32 km. De nombreuses traces des époques antérieures ont été conservées, mais la ville nouvellement construite les a absorbées.

5Une étude archéologique active de la région de la capitale a débuté en 1998, à partir du moment où la capitale a été transférée d’Almaty au centre du Kazakhstan. Au fil des années, à Nur-Sultan, des lieux de sépulture de l’Âge de bronze et des peuplements médiévaux de la fin du Moyen-Âge ont fait l’objet de fouilles archéologiques Ils étaient situés sur la rive droite de l’Išim, dans la zone de développement de nouveaux quartiers urbains.

6Le seul site archéologique qui n’a pas été absorbé a été découvert en 1998 dans la vallée de la rive gauche de l’Išim. C’est la colonie médiévale de Bozok (viii-xvie siècles). Dans le cadre du développement de la rive gauche de la rivière Išim, le site de Bozok s’est retrouvé intégré à Nur-Sultan. En 2018, le gouvernement a décidé de préserver ce site historique de la capitale du Kazakhstan en créant le musée Bozok.

7L’ancienne colonie de Bozok est le premier site médiéval à avoir été étudié dans la steppe kazakhe. Les fouilles ont été effectuées entre 1999 et 2013 par une équipe archéologique de l’Université nationale eurasienne L. N. Gumilev. Les fouilles nous ont permis de mettre au point une méthode précise d’exploration spatiale dans l’environnement nomade et médiéval du continent eurasien.

Processus d’urbanisation en Asie centrale

8Historiquement, les villes médiévales sont apparues comme des centres administratifs, commerciaux et artisanaux. Selon le modèle européen, elles se sont constituées autour de châteaux de seigneurs féodaux sous la forme de quartiers agraires et artisanaux, et sont progressivement devenues des centres marchands. Dans les zones agricoles du sud du Kazakhstan et d’Asie centrale, la formation et l’épanouissement de la culture urbaine est associée à la Route de la Soie. Les fouilles à grande échelle des villes de la Route de la Soie ont révélé que l’Histoire de ces villes (cultures archéologiques d’Otrar-Karatau et de Kaunči) remonte à deux mille ans ou plus [Bajpakov, 2012 : 375-376 ; Burâkov, 2010 : 202-205].

9Les monuments de la steppe se distinguent à bien des égards des villes européennes. Tout d’abord, ils diffèrent en termes de plan et de structure. Selon les normes européennes, une cité médiévale est perçue comme une forteresse étroite de petite taille. À cet égard, les documents liés à la capitale de l’empire mongol, Karakorum, sont révélateurs [Tkačev, 1986 : 219-231].

10La structure et la taille réelle de la capitale de l’État mongol au début du XIIIe siècle, ne correspondaient pas à la recherche d’un ancrage « ponctuel » de Karakorum. Il s’est avéré que la ville couvrait la totalité du territoire de la vallée de l’Orhon sur plusieurs dizaines de kilomètres. Sur le plan cartographique, Karakoram allie la structure d’une ville artisanale et agricole aux principes de planification d’un bastion pour un khan nomade. La ville se compose d’édifices distincts habités par des artisans, des marchands et des agriculteurs, de nobles sédentaires, entrecoupés de pâturages, de terres arables clôturées et de camps de yourtes pour les guerriers. Ce n’est que par cette composition mixte que la capitale peut être considérée comme une formation de type urbain à part entière [Tkačev, 1987 : 125-128].

11Les caractéristiques de la formation et de l’implantation de colonies de peuplement dans la steppe dépendaient du milieu naturel et du mode de gestion de la colonie. Le mode de vie nomade des Huns, des Turcs et des Mongols a conduit à la délimitation géographique de camps pour l’hiver et l’été, sur lesquels le pouvoir du khan ou du šan’ûj s’exerce. Un autre type de « monuments » sédentaires chez les empires nomades médiévaux est les centres cérémoniels nécessaires à l’accomplissement de rituels traditionnels [Kyzlasov, 2006 : 145 ; Danilov, Imenohoev et al., 2016 : 89-90 ; Harinskij, 2017 : 146].

12Bozok est l’un des sites cultuels des Anciens Turcs. Lors des fouilles, en raison de la présence de fortifications, ce site a été répertorié comme une ancienne colonie et considéré, sous ce nom, comme site archéologique. Cependant, lors de l’excavation, il s’est avéré qu’il ne s’agissait pas d’une fortification, ni d’un lieu d’habitation. En effet, il serait plus correct de le classer comme un microsite archéologique. En tant que tel, il a une histoire très ancienne, des frontières naturelles bien définies et un territoire compact occupé par des objets diversifiés et hétérogènes sur le plan chronologique.

Recherche archéologique de Bozok

13Le site médiéval de Bozok est situé dans les marais de la rive gauche de l’Išim. Les ruines des bâtiments occupent la rive est du lac Buzukty (Illustration n° 1). Le lac lui-même a une forme ovoïde, sa longueur est de 1,3 km, sa largeur est de 450 m. Le territoire de ce microsite archéologique, d’une largeur de 0,4 à 0,5 km, est entouré de marécages. Il est situé le long de la ligne nord-sud, ne s’étend pas au-delà du lac. À partir du sud, le territoire du site est limité par un canal artificiel, creusé depuis le lac Buzukty à l’est, en direction du lac le plus proche. La longueur du chenal est de 400 m et la largeur d’environ 12 m. Au départ, le choix de cet endroit n’impliquait pas l’expansion du territoire, il n’avait nulle part où s’agrandir. Ainsi, le site archéologique de Bozok, d’une superficie de plus de 30 hectares, est situé sur une île de l’Išim.

14Le site archéologique est occupé par des éléments de différentes époques, s’étendant sur au moins huit siècles (viii-xvie siècles). Avant les fouilles, trois complexes de ruines ont été distingués. Au centre se trouvent trois plateformes de forme carrée, composées d’une rosace à trois pétales d’une surface totale de 12 636 m². Chaque emplacement est entouré d’un fossé à l’intérieur et d’un puits à l’extérieur. Les dimensions internes des emplacements sont approximativement les mêmes : 35x35 m.

Illustration n° 1 :
Bozok

Illustration n° 1 : Bozok

Photo de l’espace, 2007.

Illustration n° 2 :
Bozok

Illustration n° 2 : Bozok

Plan topographique.

15À 70 mètres au nord du site, des mottes de forme rectangulaire ont été découvertes, qui ressemblaient à des carcasses d’embarcations. À 100 m au sud du site central se trouvent les ruines d’un mausolée en brique, d’un four à briques et de la tombe d’une nécropole musulmane. Ces trois complexes de ruines s’étendent le long du littoral du lac Buzukty (Illustration n° 2). À l’est, un système d’auto-irrigation a été découvert. Les installations d’irrigation constituent la quatrième partie structurelle de Bozok.

16Au cours des fouilles, il a été constaté que toutes ces composantes sont apparues à des moments différents, ont été reconstruites, restaurées et abandonnées à plusieurs reprises.

17Le début du développement du site archéologique de Bozok remonte au viiie siècle (éventuellement au viie siècle). Cette date est confirmée par une série d’analyses au radiocarbone et par la stratigraphie archéologique. Les fouilles de Bozok révèlent l’une des facettes importantes d’un processus d’urbanisation historique, dont le début est marqué par la création d’un centre et sur les infrastructures nécessaires pour créer des conditions de vie sûres et favorables. Conformément à la vision du monde archaïque, cette situation est en lien avec l’organisation d’un espace sacré pour des actions rituelles visant à prévenir le chaos et à renforcer l’ordre cosmique et terrestre.

18Les nomades qui ont choisi cet endroit ont construit trois plateformes carrées de 35 m de largeur sur la haute rive du lac Buzukty. Elles étaient disposées en forme de socle et étaient entourées d’un fossé de 2,8 m de profondeur et de 4 m de large. En plus, un mur de briques d’adobe était construit derrière le fossé. Le mur avait une largeur de 8 m à la base, d’une largeur de 5 m au sommet et d’environ 3 m de hauteur. À ce jour, le mur s’est dissous, a rempli le fossé et a entouré les trois plateformes sur une surface de 12 636 m².

19Pendant les années de fouille à Bozok, seul le site nord a été complètement fouillé, tandis que les deux autres ont été laissés à de futurs chercheurs. La plateforme nord, la plus grande (63x63 m), possède un puits élevé (1 m) et une entrée du côté sud d’une largeur de 2,3 m.

20Il n’y a encore eu aucune découverte dans le quartier nord (0,7 m d’épaisseur) ; seules des traces de structures ont été préservées, à partir desquelles subsistent des fosses à piliers. Dans certaines d’entre elles, on a retrouvé le bois qui servait de base aux piliers et les os des animaux utilisés (côtes de cheval, omoplates de mouton). Il semble que les os d’animaux aient été fixés et qu’ils aient été utilisés pour la réparation des bâtiments. Une technique de construction similaire a été trouvée dans des bâtiments du palais de la ville de Pliski, capitale de la Bulgarie au viie siècle et viiie siècle [Rašev, 1993 : 186].

21Dans l’étude du quartier nord, deux zones de construction ont été découvertes, séparées par une couche d’argile claire de 10-15 cm d’épaisseur. La zone inférieure, combinée à la construction du fossé, dessine un espace clos entouré de toutes parts par un profond fossé (2,8 m) et un puissant mur fortifié. Au centre de cet espace, la base d’une structure ronde (peut-être une yourte ?) avec une entrée du côté nord-est est dégagée. À 2 mètres de l’entrée se trouvait un « pilier » (éventuellement une statue, un menhir ?). Il avait un diamètre de 0,5 m et avait été creusé à une profondeur de 0,5 m. Il a été réparé à plusieurs reprises [Habdulina, 2010 : 302].

22Une yourte a été construite en briques de terre crue. Au centre, une fosse a été creusée pour l’inhumation rituelle d’un homme avec la tête tournée vers l’ouest. Les mains sont coupées et déplacées sous les os de l’avant-bras, les doigts vers le ventre. Il n’y a pas d’objets personnels. La profondeur de la fosse depuis l’ancienne surface est de 0,7 m et de 1,2 m pour la nouvelle. Au sud de la structure ressemblant à une yourte, une clôture en bois a été placée à travers le site, ce qui a rendu difficile l’accès à la yourte. Peut-être, pour entrer dans la yourte existait-il une porte ?

23La stratigraphie du fossé et du puits reflète le modèle de nettoyage et de remplissage du fossé. Les sections initiales et suivantes du fossé ne coïncident pas. Dans la dernière période de l’utilisation du centre de culte (ixe siècle), les douves qui ont été creusées à 1 m de profondeur sont recouvertes de briques crues posées horizontalement. Il s’agit d’un cheminement autour de l’espace intérieur de la zone nord. C’était peut-être des endroits supplémentaires pour accueillir plus de personnes pendant les célébrations rituelles.

24D’un point de vue défensif, la disposition et la conception du fossé et du mur de la forteresse sont inhabituelles. Le fossé intérieur et le puits extérieur situé derrière ne pouvaient pas assurer une fonction de protection, mais ils cachaient ce qui se passait du monde extérieur. L’absence de matériaux, combinée à la construction laborieuse de puissantes fortifications, indique une utilisation différente pendant au moins un ou deux siècles. L’absence de traces d’occupation permanente semble indiquer que c’était un lieu visité de façon saisonnière pour la réalisation de rituels et de cérémonies.

25Les constructions sédentaires témoignent de l’utilisation de la plateforme nord comme territoire sacré, lieu de certaines cérémonies. Le fait qu’une sépulture rituelle d’une personne aux mains tranchées et déplacées ait été trouvée au centre de la structure en forme de yourte constitue un argument supplémentaire en faveur de la fonction de ce lieu comme lieu de culte (Illustration n° 3).

Illustration n° 3 :
Bozok, quartier nord

Illustration n° 3 : Bozok, quartier nord

Maquette

Auteur : R. Kutdusov

Conclusion

26Ainsi, à travers l’exemple de Bozok, nous avons vu l’une des formes de développement urbain d’un nouveau territoire ethnique par la création d’un centre de culte. Bozok est situé à un endroit stratégique. Le segment de la rivière Išim, longeant les paysages steppiques, constituait un itinéraire idéal pour la migration des tribus turcophones (dans le processus d’occupation des steppes). C’est en cela que l’apparition de Bozok dans la partie haute de l’Išim est explicable.

27Le site de Bozok dépasse le cadre régional et reflète l’occupation spatiale de la steppe eurasienne par les anciens Turcs. La topographie, la configuration, l’architecture, les structures découvertes au cours des fouilles présentent de nombreuses analogies entre les monuments médiévaux d’Asie centrale et d’Europe occidentale. De nombreux détails architecturaux, et des techniques de construction de l’île remontent à l’époque hunnique et ont continué d’exister jusqu’au début du Moyen Âge (vie-ixe siècles). D’après certaines sources écrites, il existe des centres de culte d’importance nationale qui figurent actuellement dans les résultats des recherches archéologiques menées sur la culture urbaine en Asie centrale [Danilov, Imenohoev et al., 2016 : 74-93; Harinskij, 2017 : 144-146; Kyzlasov, 2006].

28Sur le flanc ouest de la steppe eurasienne, le cercle de ces monuments comprend Voznesenk, Glodosy, Pereŝepino [Ambroz, 1981 : 14; Pletneva, 2003 : 39, Hrisimov, 2009 : 37-38].

Haut de page

Bibliographie

Ambroz А.А., 1981, 981, « Vostočnoevropejskie i sredneaziatskie stepi v-pervoj poloviny viii vv.», Stepi Evrazii v èpohu srednevekov’â, Arheologiâ sssr [Steppes d’Europe orientale et d’Asie centrale du ve siècle – première moitié du viiie siècle, steppes de l’Eurasie au Moyen Âge, archéologie de l’urss] Moscou : Nauka, pp. 10-23.

Bajpakov К.М., 2012, « Drevnââ i srednevekovaâ urbanizaciâ Kazahstana (po materialam issledovanij Ûžno-Kazahstanskoj kompleksnoj arheologičeskoj èkspedicii) » [Urbanisation ancienne et médiévale du Kazakhstan (basée sur des études de l’expédition archéologique complexe du sud du Kazakhstan)] Kniga 1 : Urbanizaciâ Kazahstana v èpohu bronzy-rannee srednevekov’e, Almaty.

Burâkov Û.F., 2010, « Urbanizacionnye processy v bassejne drevnego Âksarta » [Processus d’urbanisation dans le bassin de Yaksart ancien], B.E. Kumekov (éd.), Kazahstan i Evrazia skvoz’ veka : istoriâ, arheologiâ, kul’turnoe nasledie, Sbornik naučnyh trudov, posvâŝennyj 70-letiû so dnâ roždeniâ akademika K. M. Bajpakova [Le Kazakhstan et l’Eurasie à travers les siècles : histoire, archéologie, patrimoine culturel. Recueil de travaux pour les 70 ans de l’académicien K. M. Bajpakov], Аlmaty : тоо Arheologičeskaâ èkspertiza, pp. 200-207.

Danilov S.V., Imenohoev N.V., Nanzatov B.Z. et al, 2016, « Goroda èpohi hunnu na vostoke Mongolii » [Villes de l’époque Hunnu en Mongolie orientale], Izvestiâ Irkutskogo gosudarstvennogo universiteta, vol. n° 17, « Geoarheologiâ. Ètnologiâ. Antropologiâ », pp. 74-93.

Habdulina М.К., 2010, « Bozok – kak drevnetûrkskij kul’tovyj centr na reke Išim » [Bozok – un ancien centre de culte turc sur le fleuve Ishim], (éd.) B.E. Kumekov (éd.)., Kazahstan i Evrazia skvoz’ veka : istoriâ, arheologiâ, kul’turnoe nasledie [Processus d’urbanisation dans le bassin de Yaksart ancien, Le Kazakhstan et l’Eurasie à travers les siècles : histoire, archéologie, patrimoine culturel], Sbornik naučnyh trudov, posvâŝennyj 70-letiû so dnâ roždeniâ akademika K. M. Bajpakova, Аlmaty : тоо Arheologičeskaâ èkspertiza, pp. 177-189.

Harinskij A.V., 2017, « Gorodiŝa-svâtiliŝa v strukture sakral’nyh predstavlenij narodov Severo-Vostočnoj Azii » [Les fortifications de sanctuaires dans la structure des représentations sacrées des peuples de l’Asie du Nord-Est], Trudy v (xxi) Vserossijskogo arheologičeskogo s’’ezda v Barnaule-Belokurihe : sbornik naučnyh statej, vol. n° 2, Barnaoul : Izdatel’stvo Altajskogo universiteta, pp.142-147.

Hrisimov N., 2009, « Voznesenskij kompleks : Problemy hronologii i interpretacii » [Complexe de l’Ascension : problèmes de chronologie et d’interprétation], Stepi Evropy v èpohu srednevekov’â, Hazarskoe vremâ, vol. 7, Doneck : Doneckij gosudarstvennyj universitet, pp. 9-42.

Kyzlasov L.R., 2006, Gorodskaâ civilizaciâ Sredinnoj i Severnoj Azii : istoričeskie i arheologičeskie issledovaniâ [Civilisation urbaine de l’Asie moyenne et de l’Asie du nord : recherches historiques et archéologiques], Moscou : Vostočnaâ literatura ran, pp.142-159.

Pletneva S.А., 2003, Kočevniki ûžnorusskih stepej v èpohu srednevekov’â iv-xiii vv. [Nomades des steppes du sud de la Russie au Moyen Âge iv-xiii siècles], Učebnoe posobie, Voronež : Voronežskij gosudarstvennyj universitet.

Rašev R., 2003, « K rannej istorii prabolgar na Nižnem Dunae » [Au début de l’histoire des Pra-bulgares sur le Bas Danube], Novoe v srednevekovoj arheologii Evrazii, Samara : Artefact, pp. 184-191.

Tkačev V.V., 1986, « Karakorum v хш veke » [Karakorum au xiiie siècle], Mongolika, Moscou, pp. 219-231.

Tkačev V.V., 1987, « Stolicy kočevnikov Central’noj Azii » [Les capitales des nomades d’Asie centrale], Informacionnyj bulleten’, Special’nyj vypusk, Moscou, pp. 125-128.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n° 1 : Bozok
Légende Photo de l’espace, 2007.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Illustration n° 2 : Bozok
Légende Plan topographique.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4303/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Illustration n° 3 : Bozok, quartier nord
Légende Maquette
Crédits Auteur : R. Kutdusov
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4303/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maral Habdulina, Denis Gavrilov et Daniâr Tleugabulov, « Des anciennes formes de développement des espaces urbains de la « steppe eurasienne » : la colonie médiévale de Bozok à Astana »Cahiers d’Asie centrale, 28 | 2020, 27-37.

Référence électronique

Maral Habdulina, Denis Gavrilov et Daniâr Tleugabulov, « Des anciennes formes de développement des espaces urbains de la « steppe eurasienne » : la colonie médiévale de Bozok à Astana »Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 23 juin 2022, consulté le 27 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/4303

Haut de page

Auteurs

Maral Habdulina

Maral Habdulina est née en 1951. En 1992, elle a soutenu sa thèse intitulée Le nord du Kazakhstan au début de l’âge du fer. Depuis 2000, elle travaille à l’Université nationale eurasienne L.N. Gumilev au département d’archéologie et d’ethnologie. Pendant 40 ans, elle a dirigé des expéditions archéologiques sur le territoire du nord et du centre du Kazakhstan dont la colonie médiévale de Bozok, située dans la capitale du Kazakhstan - la ville de Nur-Sultan. M. Habdulina est l’auteur de plus de 160 articles, 5 monographies et 3 guides d’étude. Contact : mk_khabdulina@mail.ru

Denis Gavrilov

Denis Gavrilov est né en 1983. En 2011, il a soutenu sa thèse intitulée Préservation des signes de pédogenèse de diverses conditions pour l’enterrement des paléosols et des sédiments. Depuis 2011, il travaille comme chercheur au Laboratoire de biogéocénologie de l’Institut de pédologie et d’agrochimie de la branche sibérienne de l’Académie des sciences de Russie (Novossibirsk). Principaux domaines de recherche : paléoécologie, interaction de l’homme et de la nature. Contact : denis_gavrilov@list.ru

Daniâr Tleugabulov

Daniâr Tleugabulov est né en 1989. Il est actuellement candidat au doctorat à l’Université nationale eurasienne L. N. Gumilev se spécialisant en archéologie et en ethnologie. Intérêts scientifiques : recherches sur les colonies anciennes et médiévales de la steppe eurasienne. Le sujet de sa thèse de doctorat est « La colonie de Bozok en tant que centre du culte médiéval de Saryarka ». Contact : danchitto@mail.ru

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search