Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Première Partie : Astana – Nur-Su...Astana et les régions kazakhstana...

Première Partie : Astana – Nur-Sultan, le présent-futuriste

Astana et les régions kazakhstanaises : la mémoire comme capital symbolique dans le paysage urbain

Astana and the Kazakhstani regions: memory as a symbolic capital in the urban landscape
Астана и регионы Казахстана: столица как место символического обмена
Kul’šat Medeuova
p. 69-87

Résumés

Le sujet principal de cet article porte sur les relations diverses entre la nouvelle capitale kazakhstanaise/kazakhe, Astana (auj. Nur-Sultan) et les régions. Les relations sont perçues à travers le prisme de la présence dans le corps même de la capitale de la mémoire des régions. La mémoire est présentée sous forme plastique par le biais de monuments, sculptures, ou artefacts. Les sources empiriques utilisées dans l’article ont été obtenues lors d’études sur le terrain menées entre 2017 et 2019 dans le cadre du projet de recherche suivant : « Les lieux de mémoire dans la culture moderne du Kazakhstan : les processus de commémoration dans l’espace public ». Une attention particulière a été portée à l’analyse de l’idéologie officielle « L’apogée d’Astana : L’apogée du Kazakhstan », et à la manière dont une clé de consolidation a été construite, justifiant, outre les investissements économiques dans la capitale, la formation d’un discours fort par le pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’étude de la mémoire, selon Walter Benjamin, ne constitue pas un outil pour la compréhension du passé et semble être un avantage d’un autre type, à savoir une expérience personnelle de l’appropriation et de l’interprétation d’objets historiques. Dans cette compréhension, la mémoire serait l’outil qui agit sur l’imagination culturelle et historique, notamment sur son impact en milieu urbain.

2Selon l’architecte Grigorij Revzin, la ville moderne n’est pas un instrument pour réaliser l’avenir, car « dans une ville moderne, l’avenir se joue tout seul. La ville doit s’y adapter… et surtout à ses habitants » [Revzin, 2019].

3Cet article est basé sur la combinaison de deux métaphores de recherche : d’une part, la mémoire en tant qu’imagination affective et, d’autre part, une nouvelle capitale en tant qu’espace qui sélectionne et recueille une nouvelle configuration de l’identité kazakhe à travers le capital symbolique.

4Le sujet principal de cet article porte sur les relations diverses entre la nouvelle capitale kazakhstanaise/kazakhe, Astana (aujourd’hui Nur-Sultan) et les régions environnantes. Les relations sont perçues à travers le prisme de la présence dans la capitale des représentations matérielles et symboliques de ces régions. Ces représentations peuvent être des objets matériels sous la forme de monuments, de sculptures, de mobilier urbain, que l’on peut interpréter comme une mémoire imaginaire, grâce à laquelle des artefacts et des narratifs produits par les régions sont transférés vers la capitale.

5Les sources empiriques utilisées dans l’article ont été obtenues lors d’études sur le terrain menées entre 2017 et 2019 dans le cadre du projet de recherche intitulé : « Les lieux de mémoire dans la culture moderne du Kazakhstan : processus de commémoration dans les espaces publics ».

6Cette étude traite de la conception et de la création de l’espace de la nouvelle capitale, à partir des investissements symboliques venus des régions et de leur rôle dans l’identité commune du Kazakhstan. Le propos est de mettre en évidence l’image d’Astana comme capitale d’un nouvel État indépendant et ville s’appuyant sur la maîtrise de l’expérience soviétique et le souci de sa durabilité. Une attention particulière a été mise sur l’analyse de l’idéologie officielle « L’apogée d’Astana – apogée du Kazakhstan », et sur la manière dont une clé de consolidation a été construite, justifiant, outre les investissements économiques dans la capitale, la formation d’un discours fort par le pouvoir.

7Les concepts de « différences et continuités » ont été utilisés comme référence théorique générale pour décrire l’appropriation, la dévaluation et la routinisation de l’approche soviétique d’» être un monument» [Deleuze, 1998]. Lors de la description des pratiques et des stratégies de représentation de la mémoire au niveau local, le concept de « capital mémoire fort et faible » a été introduit par Pierre Nora [Nora, 2005]. Pour analyser la composante émotionnelle des « dons de mémoire » et les caractéristiques de la toponymie métropolitaine, on a mobilisé les concepts d’« affects de l’imagination culturelle et historique» [Benjamin, 2014] et des communautés imaginaires [Anderson, 2016]. Pour la description des acteurs de la mémoire, le concept de multi-activité a été pris en compte [Latour, 2014].

Transfert de la capitale : du physique au symbolique

8La rupture post-soviétique du Kazakhstan intervient dès le transfert de la capitale d’Almaty à Akmola en 1997. Il s’agit pour le Kazakhstan d’un événement majeur en termes d’articulation avec son propre agenda politique, beaucoup plus que la date à laquelle le nouvel État est apparu en 1991. Si la première période (1991-1997) peut être qualifiée de période de modernisation politique, avec diverses tentatives de former une nouvelle union économique (Union eurasienne, 1994), d’abandonner l’arsenal nucléaire et d’activer la transition d’une économie planifiée vers une économie de marché, la deuxième période (depuis 1997) est celle des grandes décisions économiques, où la capitale s’est vu confier le rôle important de consolider l’État indépendant.

9Dans la littérature de base des premières années d’Astana, une distinction est observée dans la façon dont le transfert de la capitale a été interprété par les chercheurs locaux et étrangers. Parmi les études kazakhes, à commencer par les livres de Nursultan Nazarbaev [Nazarbaev, 1999 ; 2001 ; 2005] et toutes les analyses qu’ils contiennent, l’accent a été mis sur la position géopolitique particulière de la nouvelle capitale, sur le potentiel d’une « capitale à partir de zéro », sur la façon dont elle deviendrait « moteur » du changement dans tout le Kazakhstan. Et bien qu’il n’y ait pas eu de tabula rasa au départ, la nouvelle capitale est devenue la ville de référence, à partir de sa structure soviétique et provinciale – ville moyenne avec son aura, ses objets historiques et ethnographiques en nombre suffisant pour nostalgiser leur perte, mais clairement insuffisants pour abonder le nouveau discours d’une capitale. Par conséquent, il était très important pour les partisans du transfert de renforcer le thème selon lequel la capitale s’édifiait à partir d’une table rase. La nouvelle métaphore qui place Astana au cœur de l’Eurasie [Nazarbaev, 2005] a utilisé la capitale comme le nouveau « centre de gravité » du pays, et que l’histoire du Kazakhstan elle-même peut et doit être révisée [Abylhožin Ž. B., Burhanov K. N., 1998]. Grâce à ces métaphores, non seulement le passé soviétique est supplanté, mais l’histoire coloniale antérieure de la région est révisée [Smajyl, 2006].

10À la fin des années 90, le discours officiel a utilisé le concept du facteur géopolitique comme « l’emplacement favorable de la ville au centre de la république », tandis que le discours officieux notait que « ce centre est le nord ». La nouvelle capitale était censée aider à surmonter la « division » régionale entre le nord et le sud qui s’était formée au Kazakhstan soviétique [Becus, Medeuova, 2017]. Mais comme partout, « en Asie centrale tout commence par la géographie, tout se lit dans l’économique, tout s’explique par le sacré » [Poujol, 2000 : 186].

11Si pour certains chercheurs il était important de voir le potentiel du lieu, la profondeur de la substitution culturelle, pour d’autres il était plus important d’analyser les « faiblesses » de ce projet de transfert vers le futur. Par exemple, dans les textes classiques de l’astanalogie ancienne « Urban life in post-Soviet Asia » [Alexander, Buchli, and Humphrey, 2007], la ville elle-même n’est considérée que comme un exemple de la culture urbaine périphérique des dernières années de l’URSS. La transformation de Celinograd en Akmola, puis en Astana pour ces auteurs est l’occasion de s’interroger sur la force du concept de ville « soviétique ». Il n’y avait pas encore d’analyse suffisante de la nouvelle politique urbaine, de la disponibilité des ressources, grâce auxquelles le passé soviétique serait surmonté.

12Ce travail se retrouve le plus souvent parmi les références de la génération suivante de textes [Bissenova, 2014 ; Koch, 2014 ; Laszczkowski, 2016 ; Kudajbergenova, 2017, Šelekpaev, 2018], axés sur les changements urbains à Astana. En outre, il existe une autre particularité commune aux textes énumérés : la difficulté de trouver des études anthropologiques critiques de l’architecture ou culturologiques concernant la ville. Cette difficulté est due au fait que la littérature source reposait sur le savoir historique local, alors que la nouvelle génération de chercheurs est issue d’une génération d’anthropologues et d’urbanistes. Il y avait donc une question aiguë de convertir un type de connaissances sur la ville en un autre type, plus critique, plus ambitieux qu’une simple description de la ville.

13Lorsque la capitale est devenue l’objet de l’attention multiscalaire de divers chercheurs de différents pays avec des optiques épistémologiques différentes, chacun de ces chercheurs a réussi à définir ses propres facettes et nuances particulières sur lesquelles des généralisations ont été faites. Cependant, ces optiques de recherche ne coïncidaient pas toujours. Et tout comme la ville elle-même s’est formée de manière plutôt éclectique [Medeuova, 2003], la compréhension théorique et intellectuelle s’est avérée éclectique également.

14Le schéma général, si vous l’imaginez à travers une très large généralisation de ces nombreux travaux, peut être représenté comme suit : malgré le fait que toutes les nouvelles capitales apparues au xxe siècle étaient capitales d’États démocratiques, Astana avait sa propre particularité. Elle pourrait être définie comme la « coupure » entre la rive droite (Celinograd) et la gauche (Astana), qui, selon Laszczkowski, a influencé la perception/acceptation par les résidents de la nouvelle capitale. Selon lui, les habitants ont observé avec méfiance les constructions sur la rive gauche, comme une nouvelle écriture de la ville, et ainsi l’anthropologue polonais s’est « mis » dans l’optique du « défenseur » des habitants de la rive droite [Laszczkowski, 2016]. Koch, d’autre part, a souligné qu’Astana « aspire » trop du budget républicain pour elle-même et qu’il s’agit d’un luxe injustifié, en particulier dans une situation où de nombreux problèmes sociaux dans d’autres régions du Kazakhstan ne sont pas résolus [Koch, 2014]. Cette remarque concernant la « redondance » de la nouvelle capitale était également populaire dans les médias parmi les dirigeants de l’opposition.

15Plusieurs chercheurs se sont focalisés sur la relation de la capitale avec le reste du Kazakhstan [Fauve, Zabirova, Šelekpaev, Bissenova, Kudajbergenova]. Fauve conduit l’analyse à travers le prisme du capital politique de trois capitales : Astana, Almaty et Atyrau, où Atyrau est la capitale pétrolière, et Astana devient le bénéficiaire de l’économie pétrolière [Fauve, 2015]. Zabirova considère la capitale en termes de migration interne, dans laquelle Astana forme une nouvelle identité [Zabirova, 2002]. Kudajbergenova se base sur la littérature et le travail d’artistes contemporains et montre qu’Astana est l’une des clés pour comprendre les processus de construction culturelle au Kazakhstan sans être pour autant la seule [Kudajbergenova, 2017]. Šelekpaev écrit sur l’égalité, principalement théorique entre toutes les capitales du Kazakhstan, et suggère de considérer Astana non pas comme une exception, mais comme une capitale typique. Par cette affirmation, il comprend que toutes les capitales de l’État dans son ensemble et des régions ont leur propre style particulier de gestion territoriale, qui évolue au xxe siècle, donc les principales différences ne devraient pas être recherchées entre Astana et Almaty, mais entre la façon dont les fonctions de capitale ont changé dans le cours de l’histoire [Šelekpaev, 2018]. Pour Bissenova, il est beaucoup plus important d’analyser, non pas les différences, mais au contraire de décrire le champ émergent des nouvelles capacités fonctionnelles de la capitale. Par conséquent, dans ses textes, l’intérêt pour l’optique de la participation personnelle au projet de modernisation de la capitale est représenté dans la palette de la narratologie de la réparation personnelle, du quartier, aux nuances du développement d’une nouvelle classe moyenne [Bissenova, 2014].

16Ma position de recherche est une approche descriptive consciente [Medeuova, 2004]. Étant au stade d’accumulation massive d’informations, de confrontation politique active, un chercheur immergé dans ses réflexions, comme dans la vie quotidienne actuelle, c’est-à-dire n’étant pas extérieur, et donc épistémologiquement détaché, peut aboutir à un résultat scientifique adéquat, « convertible ». Par conséquent, dans le cadre de cet article, l’accent est mis sur la description des processus de remplissage de la ville avec des cadeaux symboliques en provenance des régions. Progressivement, la palette analytique décrivant Astana s’est élargie, mais la tâche d’une analyse descriptive rigoureuse reste à l’ordre du jour.

L’essor d’Astana : l’essor du Kazakhstan

17En 1997, au cours de la première année de croissance de l’économie nationale, la stratégie : « Kazakhstan-2030 » a été adoptée [Akorda, 2019], ce qui a servi de base à tous les documents stratégiques ultérieurs du développement national. En 1997, la capitale a été transférée et la tâche principale a consisté à mobiliser l’économie et la société. Astana, tout au long de la seconde étape, a incarné clairement la modernisation du Kazakhstan.

18En 2001, un programme de développement socio-économique d’Astana pour une période allant jusqu’en 2005 a été adopté : « L’évolution d’Astana comme essor du Kazakhstan » (décret du président de la République du Kazakhstan de 2001). Ce programme est devenu un élément clé de l’essor de la capitale. Il a été appliqué à la lettre, justifiant les investissements et aidant à créer un discours fort à son propos.

19Le programme avait pour objectif de mettre en œuvre « un ensemble de mesures destinées au développement harmonieux d’Astana en tant que centre administratif et commercial du Kazakhstan, renforçant ainsi le rôle de la capitale dans la vie socio-économique et spirituelle du pays » (décret du président de la République du Kazakhstan de 2001).

20Parmi les tâches du programme, on notera « la formation de nouvelles normes en matière de culture, d’éducation, de santé, de science et d’urbanisme, qui trouveront une application non seulement dans la capitale, mais également dans le pays » et l’orientation selon laquelle Astana deviendrait le chef de file du maillage urbain et régional du pays.

21Le besoin de capitale en tant qu’espace de représentation nationale impliquait un travail conscient pour former le tissu et l’infrastructure de l’espace urbain, capable de combiner l’ancien et le nouveau, le fonctionnel et le symbolique. Ces tâches traditionnelles de l’urbanisme ont donc été subordonnées à l’essentiel : la nouvelle zone métropolitaine devait devenir un reflet matériel et symbolique du développement national du nouvel État indépendant.

22L’un des premiers symboles architecturaux réussis d’Astana a été Astana-Bajterek. En 2002, une tour argentée ajourée de 97 mètres de haut surmontée d’une boule en or de 22 mètres de diamètre a été érigée sur la rive gauche. À la hauteur de 97 mètres (pour 1997, l’année d’inauguration d’Astana comme nouvelle capitale), se trouve une terrasse d’observation et une composition artistique, « l’Aâly Alakan », un socle en or dans lequel est incrustée l’empreinte de la main droite du Premier président N. Nazarbaev.

23Ce sont les architectes kazakhstanais A. Rustambekov, B. Torgaev, S. Bazarbaev qui ont conçu ce projet. La construction de la tour a été réalisée par la société kazakhe Imstalkom. Le chantier a commencé en 1996 et s’est achevé en 2002. Le monument a été ouvert aux premiers visiteurs le 24 septembre 2003. Lors d’un concours international, le monument Astana-Bajterek a reçu en 2002 le Grand Prix et la Médaille d’or du meilleur bâtiment de la CEI.

24Cet objet architectural est alors devenu un prétexte supplémentaire de l’interprétation d’Astana comme produit de la volonté de son principal « architecte concepteur » : Nazarbaev. En posant sa main dans l’empreinte de la main de Nazarbaev, se produit un rituel de « magie contagieuse », voire d’acceptation. Chaque touriste venu des provinces du pays et visitant Bajterek effectue ce rituel néo-mythologique qui renforce le « mantra idéologique » d’Astana comme centre du nouveau Kazakhstan.

25La plateforme panoramique de Bajterek est une sorte de panoptique concentrant des éléments de l’esthétique nationale et de l’esprit de modernisation de la nouvelle capitale dans son ensemble. La localisation symbolique de la tour Astana-Bajterek trouve son prolongement extérieur dans une mythologie unique reliant différents objets de la ville. En hauteur deviennent alors visibles certaines solutions architecturales et urbaines utilisées à Astana, ce qui ne se remarque pas en s’intéressant au plan de la ville elle-même [Poujol, 2016]. La vue aérienne d’Astana est particulièrement surprenante. Projetés sur les fontaines de l’infrastructure paysagère du parc présidentiel, situé sur la rive droite de la rivière Išim (Esil), on remarque les contours d’un oiseau géant appelé Samruk. Le Samruk, l’œuf ou l’arbre de Bajterek font référence à d’anciens mythes sur l’unité et l’intersection de différents niveaux du monde et la victoire du bien sur le mal.

26Le monument de Bajterek est rapidement devenu un objet architectural populaire. Au Kazakhstan, il en existe plus de cent copies ou imitations qui ornent les rues et les places des villes et villages.

Illustration n° 1

Illustration n° 1

Bajterek

Gončarov Kirill, 2008

Illustration n° 2

Illustration n° 2

Capture d’écran d’un fragment de carte montrant l’axe reliant Bajterek et d’autres objets de l’iconographie mythologique d’Astana

Présents en retour

27Si Bajterek est le monument le plus réussi d’Astana, représentant une nouvelle polarisation en matière de symbole d’indépendance et de nouvelles opportunités de développement, la question de l’évocation spatiale des régions dans la capitale peut être examinée à travers les relations entre les régions et la capitale au cours de ces dernières années.

28La nouvelle capitale a vécu deux moments marquants en 2008 et en 2018. En effet, ces deux dates ont été marquées par un changement significatif de la carte de la ville et par l’émergence de nouveaux objets représentant la mémoire collective des régions.

29Ainsi, l’année 2008 a été marquée par l’organisation d’environ 300 événements et par le fait qu’Astana a reçu comme « présents » environ 100 sculptures, dont cinq de dimensions monumentales. Les historiens de l’art ne les ont même pas classées, puisqu’il s’agit de sculptures faites pour des parcs, relativement modestes. Cependant, pour nos recherches, ces nombreuses sculptures présentent un intérêt particulier. Toutes n’ont pas forcément une valeur culturelle et esthétique, mais ces cadeaux ont été apportés à « l’autel de la nouvelle capitale » et reflètent implicitement d’importants thèmes régionaux qui, selon les acteurs divers, sont présents dans la capitale.

30Il faut noter que le don le plus important a été fait par la capitale ellemême. Il s’agit de la première phase de travaux du monument « Kazakh Eli », monument dédié au destin historique du peuple kazakh. Le monument est une colonne de marbre blanc, haute de 91 mètres (pour 1991, l’année de la déclaration d’indépendance). À son sommet se trouve l’oiseau Samruk, symbole de liberté, d’indépendance et d’avenir serein. La Constitution de la République du Kazakhstan, gardée par de puissants léopards, est représentée sur la face principale du monument. Les quatre bas-reliefs en bronze de la base décrivent les principales étapes de l’histoire de l’indépendance du pays : le premier président et le peuple kazakhstanais, le Courage et le Futur. Le monument a été construit pour la consolidation nationale. Il s’agit visuellement d’une imitation du pilier d’Alexandrie à Saint-Pétersbourg, ou de la colonne Vendôme à Paris.

Illustration n° 3

Illustration n° 3

La place de l’indépendance

Photo de l’auteur, 2017

31Pour le dixième anniversaire d’Astana (2007), la place de l’Indépendance et le monument qui s’y trouve ont été conçus tel un complexe architectural unique. La superficie totale du monument est de 5,0 hectares et la superficie du terrain adjacent de 11 hectares. Un nom officieux, celui de place du « palais », a été attribué à la place publique, car elle est entourée du Palais de l’Indépendance, du Palais de la Créativité « Šabyt » et du Palais de la paix. Par sa nature, c’est une réplique classique d’une place dédiée aux défilés et aux rassemblements idéologiques.

32Malgré ces investissements, cette place est un vaste espace public vide qui ne se remplit jamais en dehors des grands événements (célébration de Nauryz, défilés militaires). C’est pourquoi, afin de lui « redonner vie » et d’attirer les touristes sur cette place, un nouveau monument, « Le mur du monde », a été réalisé à l’occasion du vingtième anniversaire de la ville. Les hommes d’affaires d’Aktobe qui ont « réuni près de deux milliards de tengues » [Malakšinova, 2018] peuvent être considérés comme les mécènes de cette œuvre.

33L’Akimat de la capitale peut également être considéré comme un acteur à part entière, car c’est lui qui a déterminé ce qui devait être donné en termes de budget. La capitale ne ressent plus le besoin de monuments classiques. Pendant vingt ans, il y a eu une saturation en monuments de style soviétique tardif, tandis qu’un besoin de conception urbaine davantage diversifiée est apparu, avec des solutions plus complexes que les monuments en bronze et en métal. Les auteurs du projet « Murs du monde », Saulûs Kocis et Ûrij Smirnov, qui ont proposé l’idée d’un monument technologique, avec des panneaux de couverture transparents et un toit à baldaquin, comportent un système à led intégré de 616 mètres carrés et composé de 2,5 millions de led [Smajyl, 2018]. Ce monument permet de diffuser des images numériques lumineuses de grande taille simultanément avec du son.

34Dans la liste des cadeaux les plus chers, il a pris la deuxième place, perdant face à la région d’Atyrau, qui a donné à la capitale une passerelle pour piétons et vélocipédistes, dépensant environ 6 milliards de tengues pour sa construction. Cette même région d’Atyrau a présenté un cadeau plus modeste pour son 10e anniversaire : la Fontaine Cascade, réalisée sous la forme d’une plateforme pétrolière, qui a été démontée quelques années plus tard. Si la fontaine constituait une évocation « propre » et en partie « vide » de la région productrice de pétrole la plus riche d’Atyrau, le pont piétonnier en forme d’esturgeon s’est avéré une solution pratique et plus réussie.

Illustration n° 4

Illustration n° 4

Pont d’Atyrau

Photo de Tkačenko Evgeniâ, 2018

35L’architecte Ashat Saduov qui a conçu le pont, traite dans son activité professionnelle de la formation de programmes de participation urbaine, incitant les résidents à résoudre des problèmes urbains et à influer sur le cahier des charges. Par conséquent, son concept de pont était simple :

Il fallait créer un espace pour le public sur le pont. Pas seulement une section de transit, mais autre chose. Je voulais donner un avant-goût d’une autre ville. Atyrau souhaitait également utiliser un toponyme associé à sa géographie. Nous avons donc justifié cet esturgeon écailleux.
[Žunusova, 2020]

36Le choix des cadeaux semble évident : ils incarnent les idées d’harmonie nationale, de prospérité, de consolidation et de bien-être économique. Pendant une décennie, la plupart des monuments et des symboles de régions qui ont été offerts, comme le monument à Žambyl Žabayev, sont réalisés selon une résolution mégalomaniaque. Une hauteur totale de douze mètres transforme le célèbre vieil homme-conteur en batyr (preux cavalier de la steppe). Ou encore le monument à Aliâ Moldagulova, simple copie de l’auteur du monument à Aktobe. Ces cadeaux, symboles des régions, glorifient des héros de la période soviétique.

37À l’occasion du vingtième anniversaire d’Astana, l’accent a été mis cette fois-ci sur les dons d’infrastructure. En 2018, la région du Kazakhstan occidental a offert à la petite place « Akžajyk » un monument en bronze de six mètres de hauteur dédié à Manšuk Mametova. La place possède par ailleurs une fontaine, un amphithéâtre de cent places, des aménagements paysagers et des terrains sportifs.

38Il y a dix ans, cette même région s’était investie dans l’esplanade « Eurasia ». L’idée d’un pont eurasien reliant l’Europe et l’Asie faisait alors partie du concept initial. Il y avait donc des symboles européens dans la partie européenne du parc et des symboles asiatiques dans la partie asiatique. Les concepts de ce type sont courants. Des sculptures se trouvent placées symétriquement de chaque côté de la composition centrale, dont celle d’un šanyrak ou de chiffres symbolisant l’intelligence, la spiritualité, la vie, la position géographique des Européens et des Asiatiques. En conséquence, on trouve du côté asiatique des kobyz, des torsyk, des dombra et un mouton avec une alouette sur le dos.

39Cette dernière figure est intéressante, ne serait-ce que parce qu’elle incarne la mythologie kazakhe du monde idéal, selon laquelle le monde idéal est celui où « l’alouette fait un nid sur le dos d’un mouton ». Du côté européen, on trouve un gobelet, un violon et un ours. L’équivalence vis-à-vis des symboles asiatiques est quelque peu rapide. Dans le texte de l’annotation, vous pouvez lire : « La Coupe symbolise le triomphe de l’esprit humain et l’accomplissement de la victoire ». Sur le gobelet, les aiguilles de l’horloge stylisée pointent vers le chiffre romain dix, afin de marquer les dix ans de construction de la capitale, accompagné du mot « Europe », écrit en latin et en cyrillique des deux côtés de la coupe, et « reflètent l’intellect des Européens ».

40Sur une autre sculpture située symétriquement, un cadran est également représenté, mais les chiffres sont en arabe puisqu’« ils représentent l’intellect oriental ». Un décodage très spécifique de l’ours est, par ailleurs, proposé : « L’ours est un représentant typique des forêts européennes, involontairement associé à la Russie, un voisin de longue date du Kazakhstan du côté de la partie européenne du continent. L’ours était représenté dans les armoiries de nombreux pays européens comme un symbole de liberté, d’indépendance, d’amitié et de relations de voisinage pacifiques ». Ce texte n’est pas sans recéler un ton coupable : « Désolé, mais nous, notre avenir ne se fera pas sans ours ». D’autre part, la Russie a présenté en 2008 un monument du sculpteur russe Daša Namdakova « Žer-ana » (Terre mère), qui est la reine scythe Tomiris, se tenant sur un taureau géant, sans la moindre évocation d’ours.

41La valeur des cadeaux pourrait dépendre des capacités technologiques des différentes régions et des ambitions de leurs dirigeants. La région de Karaganda offre par exemple les objets artistiques les plus volumineux en métal. Pour le vingtième anniversaire, l’allée « Alytau », a été faite pour refléter les derniers projets idéologiques. Le monument principal est le monument « Kazakh Eline Myn Algys » (mille mercis au peuple kazakh). Les monuments de ce type sont issus d’une solution esthétique, souvent récente, et sont associés à l’avènement d’une nouvelle fête de la gratitude envers le peuple kazakh, célébrée en 2016.

42Le monument représente une figure féminine avec trois jeunes enfants et chaque personnage a ses propres caractéristiques nationales : la femme est une Kazakhe, la fille est une Slave, le plus jeune garçon ressemble à un Coréen et l’adolescent le plus âgé à un Caucasien.

Illustration n° 5

Illustration n° 5

Monument « Kazakh Eline Myn Algys » (Remerciement au peuple kazakh)

Photo de l’auteur, 2019

43L’histoire de la région de Karaganda en tant que centre historique et spirituel de l’État kazakh est incarnée sous différentes formes. Par exemple, Ulytau est le centre historique et géographique le plus célèbre de la région de Karaganda. Ulytau a la particularité d’avoir été, à une époque, la résidence du fils aîné de Gengis Khan, Žoči et de son petit-fils, ainsi que le quartier général d’Uluča Orda-Ežen, Orda-Bazar. Tous ces récits historiques sont présentés dans une petite allée : des modèles des premiers poêles, jusqu’aux sajgas ou balbal. Il est à noter qu’il y a dix ans, la région de Karaganda a offert une fontaine musicale de soixante mètres sur quatre avec dix personnages de deux mètres symbolisant divers genres d’art du spectacle. Le cadeau était une copie d’une composition similaire située à Karaganda.

44En plus des monuments, les régions peuvent financer des équipements sociaux. Ainsi, à l’occasion de son vingtième anniversaire, un jardin d’enfants « Almaty balabakšasy » de 240 places a été construit par la municipalité d’Almaty. Il y a dix ans, Almaty a choisi de reconstituer l’une des places du vieux Celinograd. Trois nouvelles fontaines sont apparues sur la place du palais Žastar, construit selon la presse, conformément aux caractéristiques climatiques d’Astana.

45Les cadeaux des municipalités des différentes régions présentent tous un intérêt particulier comme par exemple la place ornée de calcaire de Mangystau adjacente à la mosquée Nur-Astana. Elle est informative à sa manière. La pierre blanche sur les belvédères et blocs rocheux pour les aménagements paysagers dégagent une atmosphère festive plus que les compositions sculpturales en bronze utilisées partout à Astana pour renforcer la solennité des lieux.

46Pris individuellement, certains des dons des régions ressemblent à des imitations et sortent du contexte de la logique interne du développement de l’art monumental à Astana. Pour la capitale, l’art monumental est fondamental. Avec tous ces anniversaires, des monuments y ont surgi pendant dix ans, certains avec succès, d’autres portant l’empreinte indélébile de la fugacité du temps, simplement transposés de leur propre environnement urbain.

Conclusion

47Deux décennies d’indépendance se sont écoulées sous le signe de la restructuration de l’État. Astana est un projet de réinitialisation spatiale qui permet de comprendre que non seulement la capitale, mais le pays dans son ensemble, a changé. Comprendre la profondeur de sa propre histoire, prendre conscience de la capacité fantastique de la spatialité urbaine, repenser l’Histoire nationale dans le contexte des événements tragiques du xxe siècle liés aux pratiques totalitaires du passé sont des points auxquels Astana semble répondre.

48La rupture politique avec l’ancien système soviétique et le renforcement de l’identité nationale sont caractérisés par la recombinaison des forces régionales dans le pays, l’émergence de pôles stables de croissance économique et politique et la formation de nouveaux récits étatiques, dont le symbole principal est Astana.

49En fait, toutes les forces, énergies et ressources investies dans la nouvelle capitale sont conçues pour refléter la nouvelle identité du Kazakhstan. Au début, la nouvelle capitale rassemblait tout dans le nouveau centre. Plus tard, ce phénomène est devenu implicite, produisant de nouveaux objets symboliques « distribués » dans les régions.

Haut de page

Bibliographie

Abylhožin Ž. B. & Burhanov K. N., 1998, Strana v serdce Evrazii: sûžety po istorii Kazahstana, [Un pays au cœur de l’Eurasie : histoires sur l’histoire du Kazakhstan], Kazak Universiteti.

Akorda 2019, [1997], Strategiâ « Kazahstan-2030 » [Stratégie « Kazakhstan-2030 »], [http://www.akorda.kz/ru/addresses/addresses_of_president/poslanie-prezidenta-respubliki-kazahstan-na-nazarbaeva-narodu-kazahstana-oktyabr-1997-g, consulté le 15 septembre 2019]

Alexander C., Buchli V. & Humphrey C. (eds.), 2007, Urban life in post-Soviet Asia, crc Press.

Anderson B., 2016, [1983] Voobražaemye soobŝestva. Razmyšleniâ ob istokah i rasprostranenii nacionalizma [Communauté imaginaire. Réflexions sur les origines et la propagation du nationalisme], Moscou : Kučkovo pole.

Bekus N. & Medeuova K., 2017, « Re-interpreting National Ideology in the Contemporary Urban Space of Astana », Urbanities: Journal of Urban Ethnography, vol. 7, n° 2, pp. 10-21.

Benjamin W., 2014 [1986], Moskovskij dnevnik [Journal de Moscou], Мoscou: Garage; Ad Marginem.

Bissenova A., 2014, « The master plan of Astana: between the “art of government” and “the art of being global” ». Ethnographies of the State in Central Asia: Performing Politics, Indiana : Indiana University, pp. 127-148.

Deleuze G., 1998, [1969], Različie i povtorenie [Différence et Répétition], Moscou : Petropolis.

Fauve A., 2015, « A tale of two statues in Astana: the fuzzy process of nationalistic city making », Nationalities papers, vol. 43, n° 3, pp. 383-398.

Kudajbergenova D., 2017, « Contemporary Public Art and Nation: Contesting “Tradition” in Post-Socialist Cultures and Societies », Central Asian Affairs, vol. 4, n° 4, pp. 305-330.

Koch N., 2014, « Bordering on the modern: power, practice and exclusion in Astana », Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 39, n° 3, pp. 432-443.

Laszczkowski M., 2016, « City of the Future » : Built Space, Modernity and Urban Change in Astana, New York : Berghahn Books.

Latour B., 2014, [2005], Peresborka social’nogo : vvedenie v aktorno-setevuû teoriû [Réassembler le social : Introduction à la théorie de l’acteur-réseau], Moscou : Vysšaâ škola èconomiki.

Мalakšinova А., 2018, « Nursultan Nazarbaev otkryl monument « Stena mira » v Astane [Nursultan Nazarbaev a dévoilé le monument du « Mur de la Paix » à Astana], Informbûro, [https://informburo.kz/novosti/nursultan-nazarbaev-otkryl-monument-stena-mira-v-astane.html, consulté le 17 septembre 2019]

Medeuova K., 2004, « Astana – roždenie simulâkra », [Astana est la naissance d’un simulacre], Dni Peterburgskoj filosofii : Metafizika iskusstva. Mirovaâ i peterburgskaâ tradicii realističeskoj filosofii, Materialy meždunarodnoj konferencii, Saint-Pétersbourg : fo spb, pp. 132-139.

Nazarbaev N.A., 1999, V potoke istorii [Dans le flot de l’histoire], Аstana.

Nazarbaev N.A., 2001, Epicentr mira [Épicentre du monde], Аstana.

Nazarbaev N.A., 2005, V serdce Evrazii [Au cœur de l’Eurasie], Аstana.

Nora P., 2005, « Vsemirnoe toržestvo pamâti » [L’avènement mondial de la mémoire], Neprikosnovennyj zapas, n° 2, pp. 40-41.

Poujol C., 2015, « Limites spatiales, frontières sociales : du visible à l’invisible dans l’espace géographique, économique et social de l’Asie centrale contemporaine », Diogène, 2015, pp. 186-207.

Revzin G., 2019, « Kogda i kuda pridet buduŝee » [Où et quand le futur viendra-t-il ?], Kommersant Weekend, n° 26, [https://www.kommersant.ru/doc/4059278?fbclid=IwAR1K7AAZdT5ahMOn4TykIPYfRwWtqeaGwJx6Rt5V8Ddll_hrSkpe6B0vJQI, consulté le 16 août 2019].

Smajyl А. (ed.), 2006, Astana – Istoriâ stolicy i kraâ xvi-xix v. [Astana – Histoire de la capitale et de la région xvie-xixe siècles], Astana, Foliant.

Smajyl М., 2018, « Sozdateli Steny mira v Astane rasskazali o dizajne proekta » [Les créateurs du Mur de la Paix à Astana ont parlé de la conception du projet], Tengri News, [https://tengrinews.kz/kazakhstan_news/sozdateli-stenyi-mira-v-astane-rasskazali-o-dizayne-proekta-337518/, consulté le 12 septembre]

Šelekpaev N., 2018, « Astana as Imperial Project? : Kazakhstan and Its Wandering Capital City in the Twentieth Century », Ab Imperio, n° 1, pp. 157-189.

Ukaz Prezidenta rk, 2001, « О Gosudarstvennoj programme social’no-ekonomičeskogo razvitiâ goroda Astany na period do 2005 goda » ot 19 marta 2001 goda n° 574 [Ordonnance du président de la République du Kazakhstan « À propos du programme d’État de développement social et économique de la ville d’Astana jusqu’en 2005 » 19 mars 2001, n° 574] [https://online.zakon.kz/Document/?doc_id=1021288#pos=1;-118, consulté le 19 septembre 2019]

Zabirova A., 2002, Migraciâ, urbanizaciâ i identifikaciâ u kazahov [Migration, urbanisation et identification chez les kazakhs], nits “Ghylym”.

Žunusova D., 2020, « Arhitector Ashat Saduov: O nekomfortnosti stolicy, snose istoričeskih zdanij i stroitel’stve lrt », [Architecte Ashat Saduov: sur l’inconfort de la capitale, la démolition de bâtiments historiques et la construction du Métro léger], Steppe, [https://the-steppe.com/lyudi/arhitektor-ashat-saduov-o-nekomfortnosti-stolicy-snesenii-istoricheskih-zdaniy-i-stroitelstve-lrt, consulté le 15 janvier 2020].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n° 1
Légende Bajterek
Crédits Gončarov Kirill, 2008
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4414/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Illustration n° 2
Légende Capture d’écran d’un fragment de carte montrant l’axe reliant Bajterek et d’autres objets de l’iconographie mythologique d’Astana
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4414/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Illustration n° 3
Légende La place de l’indépendance
Crédits Photo de l’auteur, 2017
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4414/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Illustration n° 4
Légende Pont d’Atyrau
Crédits Photo de Tkačenko Evgeniâ, 2018
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4414/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Illustration n° 5
Légende Monument « Kazakh Eline Myn Algys » (Remerciement au peuple kazakh)
Crédits Photo de l’auteur, 2019
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4414/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kul’šat Medeuova, « Astana et les régions kazakhstanaises : la mémoire comme capital symbolique dans le paysage urbain »Cahiers d’Asie centrale, 28 | 2020, 69-87.

Référence électronique

Kul’šat Medeuova, « Astana et les régions kazakhstanaises : la mémoire comme capital symbolique dans le paysage urbain »Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 23 juin 2022, consulté le 27 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/4414

Haut de page

Auteur

Kul’šat Medeuova

Kul’šat Medeuova – Docteur en philosophie, professeur au département de philosophie de l’Université nationale eurasienne L. N. Gumilëv, Thèmes de recherche : anthropologie de la ville, philosophie de la culture, politique de la mémoire ; publications : Bisenova A., Medeuova K., 2016, « Pression des métropoles et nationalisme silencieux des pratiques académiques », Ab Imperio, n° 4, pp. 207-255 ; Bekus N., Medeuova K., 2017, « Reinterpreting National Ideologiy in the Contemporay Urban Space of Astana », Urbanités : Journal of Urban Ethnography, vol. 7, n° 2, pp. 10-21 ; contact : mkulshat@mail.ru. Il dirige le projet : « Les lieux de mémoire dans la culture moderne du Kazakhstan : processus de commémoration dans les espaces publics ».

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search