Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Première Partie : Astana – Nur-Su...L’édification d’Astana/Nur-Sultan...

Première Partie : Astana – Nur-Sultan, le présent-futuriste

L’édification d’Astana/Nur-Sultan comme centre politique : une question capitale

The building of Astana / Nur-Sultan as a political center: a crucial question
Возведение Астаны / Нур-Султана как политического центра: ключевой вопрос
Adrien Fauve
p. 39-67

Résumés

Dans cet article, on a pu démontrer grâce à un tableau comparatif que l’édification d’une capitale était une étape fondamentale pour la centralisation de nombreux États issus du morcellement de territoires impériaux. Deuxièmement, on a vu par l’analyse des toponymes successifs que le site initial de ce centre politique recouvre depuis le xixe siècle une importance politique à divers titres (colonisation russe contestée, modernisation poststalinienne, sacralisation du pouvoir présidentiel, etc.). Enfin, est décrit comment le statut de capitale incontestable était conféré à la ville par le biais d’une rhétorique insistante, fondée sur une invocation emphatique de faits historiques discutables. Le cas d’Astana/Nur-Sultan rappelle que le territoire est une construction à la fois matérielle et symbolique. En somme, l’édification d’une capitale doit être considérée comme un objet essentiel pour la science politique.

Haut de page

Texte intégral

« Autrefois, chaque village de France était une capitale : il n’y en a aujourd’hui qu’une grande ; chaque partie de l’État était un centre de puissance : aujourd’hui tout se rapporte à un centre, et ce centre est, pour ainsi dire, l’État même »
Montesquieu, L’Esprit des lois, xxiii, 24

  • 1 Devenu premier secrétaire de la rss kazakhe en 1989, il a été ensuite élu président à maintes repri (...)
  • 2 C’est son statut officiel, inscrit dans la Constitution depuis 2010.

1Le 19 mars 2019, le président Nazarbaev annonce publiquement sa décision de quitter le pouvoir après avoir dirigé la république du Kazakhstan depuis 30 ans1. Le lendemain, Kassym-Žomart Tokaev, devenu président par intérim, déclare, lors de sa cérémonie d’investiture, que la capitale doit immédiatement être renommée en l’honneur du « Premier Président, Leader de la Nation »2. Cet événement signale le franchissement d’un nouveau pallier dans la sacralisation du pouvoir quasi-monarchique exercé par Nursultan Nazarbaev, mais démontre aussi l’importance de la capitale pour la matérialisation de l’ordre social [Laszczkovski, 2011 : 128-143] dans ce pays depuis le milieu des années 1990. Sa croissance rapide et son intégration dans les circuits aériens internationaux sont désormais indéniables [Thorez, 2019].

2Dès lors, au Kazakhstan, l’affirmation d’Astana/Nur-Sultan comme espace urbain central accompagne la construction d’un pouvoir centralisé. Il s’agit d’un problème ancien, comme l’indique Pierre Chuvin, qui qualifie « d’aléas » [Chuvin, Letolle, Peyrouse, 2008 : 12] cette impermanence de la localisation du centre politique du Kazakhstan aux xixe et xxe siècles.

  • 3 Qui signifie « horde rouge » en Kazakh. Avant de porter ce nom, la localité s’appelait Ak Mešit (la (...)
  • 4 La ville est devenue Almaty après l’indépendance. Ce toponyme signifie « vieux pommier » ou « pommi (...)

3Rappelons qu’à l’époque tsariste, Orenbourg puis Omsk servirent de poste avancé pour la conquête et l’administration des steppes de l’actuel Kazakhstan. Au début de la période soviétique, cette fonction centrale revint à Orenbourg [Auhadiev, Dykenbaj, Bajmahanov, 2008] en 1920 avant de passer à Kyzyl Orda3 en 1925, puis à Alma-Ata4 en 1929. Plus tard, après la dislocation de l’urss et les indépendances, l’idée d’un recentrage vers le nord fut examinée à partir de 1994 puis concrétisée en 1997.

4Le fait même de choisir un nouvel espace urbain central, lieu du pouvoir, peut être considéré comme un événement « localisé-localisant » [Djament, 2005] fondateur pour la formation d’un État-Nation, ce que démontrera la comparaison systématique d’exemples bien connus.

5Ce qui permet de poser une question de science politique : que nous révèle le cas d’Astana/Nur-Sultan sur la centralisation du pouvoir étatique, comprise comme ancrage dans un lieu physique doté de dimensions symboliques ? Pour y répondre, on suivra un raisonnement en trois étapes. On dressera d’abord un tableau comparatif des changements de capitale afin d’en établir les critères. Ensuite, on verra que les différents toponymes successifs portés par ce lieu depuis le xixe siècle reflètent immanquablement le contexte politique dans lesquels ils ont été choisis. Enfin, on s’attardera sur les discours savants, soutenus par les institutions étatiques, qui visent à légitimer l’existence de cette capitale par un effet d’emphase, notamment sur le plan historique, qui contribue à l’ancrer dans les mentalités. Dans cette perspective, la capitale doit être analysée comme faisant l’objet d’une double édification : elle est matériellement construite (édifiée) et symboliquement affirmée (édifiante).

Comparer les transferts de capitale

6Les capitales des républiques d’Asie centrale soviétique ont presque été fondées ex nihilo après la révolution : Achgabat au Turkménistan (à partir d’un fort militaire datant de 1881), Bichkek en 1878 au Kirghizstan (au pied d’une forteresse du khanat de Kokand érigée en 1825), Douchanbé en 1924 au Tadjikistan (à partir d’un village). Aucune ne correspond à une capitale historique d’avant la colonisation russe, ni même à une ville importante. Seule Tachkent, avant-poste du Turkestan colonial russe, « hier métropole de l’Orient soviétique, aujourd’hui capitale du seul Ouzbékistan » [Chuvin, Letolle, Peyrouse, 2008 : 12], était renommée avant les années 1920. Ces villes sont encore aujourd’hui les principaux centres urbains d’États devenus indépendants. Mais le Kazakhstan se détache de cet ensemble par sa récente capitale Astana/Nur-Sultan, qui rompt avec l’ancien centre soviétique de la république : Alma-Ata, devenue Almaty après l’indépendance. L’exemple du Kazakhstan évoque de fait une classe d’événements généraux : les transferts de capitales. Ils se produisent fréquemment lors de tournants sociopolitiques majeurs, par exemple en situations post-impériales.

  • 5 Nous avons notamment choisi de ne pas inclure le transfert de Tel Aviv à Jérusalem qui, malgré sa d (...)

7Destiné à faire ressortir les caractéristiques communes aux transferts de capitale, le tableau infra ne prétend pas à l’exhaustivité5. Embrassant de façon synoptique et simplifiée quatre siècles d’histoire mondiale, ce tableau indique tout de même que ces phénomènes, quoiqu’anciens, se sont beaucoup produits au xxe siècle. Notre tableau s’appuie sur la prise en compte de cinq variables pouvant intervenir dans les transferts de ville-capitale : changement de régime, centralisation, construction nationale, modernisation et fondation ex nihilo.

Figure 1
Tableau des transferts de capitale

Ville : année

(Ex-capitale)

Changement de régime / Indépendance

Centralisation / repli

Construction nationale

Modernisation / ouverture

Fondation ex nihilo

Madrid : 1561

(Tolède et Saragosse)

  

X

  

X

  

Saint-Pétersbourg : 1712

(Moscou)

  

  

  

X

X

Washington : 1800

(Philadelphie)

X

  

X

  

X

Rome : 1871

(Florence)

X

X

X

  

  

Moscou : 1917

(Saint-Pétersbourg)

X

X

  

  

  

Ankara : 1923

(Istanbul)

X

X

X

X

X

Vichy : 1940

(Paris)

X

X

  

  

  

Islamabad : 1959

(Karachi)

X

X

X

  

X

Brasilia : 1960

(Rio de Janeiro)

  

X

X

X

X

Dodoma : 1973

(Dar-es-Salaam)

X

X

  

  

  

Abuja : 1980

(Lagos)

X

X

X

  

X

Yamoussoukro : 1983

(Abidjan)

X

X

  

  

X

Berlin : 1991

(Bonn)

X

X

  

  

  

Akmola : 1997

(Almaty)

X

X

X

X

  

Naypyitaw : 2005

(Rangoun)

  

X

  

  

X

BILAN

11

12

7

5

8

8Dans la littérature géographique et historique traitant des transferts de capitale, ce sont surtout les questions de centralisation territoriale et de construction nationale qui prévalent. Mais de notre point de vue, bien que pertinentes, elles occultent les changements de régime, qu’il s’agisse de moments dynastiques, post-impériaux ou post-coloniaux.

  • 6 Sur ce point, on sait que le maréchal Pétain avait tout d’abord pensé s’installer à Versailles, ren (...)

9Ainsi, après l’accession à l’indépendance, les États-Unis d’Amérique se dotent d’une capitale. De même, sans pour autant marquer un changement de nature politique, puisque le pays demeure à l’époque une monarchie, le choix de Rome comme capitale correspond à un temps fort de l’unification italienne. C’est ensuite Moscou, qui redevient capitale après la révolution bolchevique, car Lénine voulait quitter Petrograd l’impériale. Dans la même période de l’après-Première Guerre mondiale, Ankara est élevée au rang de capitale dans une Turquie kémaliste qui rompt avec l’héritage ottoman en abolissant le Califat alors que cet allié de la Prusse perd du même coup ses possessions impériales du Levant et des Balkans. Et c’est à cause de la capitulation française face à l’Allemagne hitlérienne que le régime de Vichy6 quitte Paris pour s’établir de l’autre côté de la ligne de démarcation. Plus tard, à la fin du xxe siècle, les révolutions de velours, mettant fin au rideau de fer, et la chute du communisme en Europe voient les instances politiques de l’Allemagne réunifiée se déplacer à Berlin.

10Enfin, c’est à l’issue de l’effondrement de l’urss, alors que le pays n’est indépendant que depuis quelques années, que la capitale du Kazakhstan déménage d’Almaty à Astana. En somme, il est clair que les exemples les plus fameux, tout comme les moins célèbres, ont pour la plupart partie liée avec un changement de régime politique, qu’il soit le résultat d’une révolution, d’un conflit entre indépendantistes et puissance coloniale ou de la désagrégation d’un empire. Cette variable apparaît particulièrement pertinente pour le cas d’Astana, outre celle de la centralisation politique et géographique.

  • 7 Jusqu’alors, dans le royaume d’Espagne, la centralité du pouvoir suivait un principe de mobilité se (...)
  • 8 Le mouvement insurrectionnel des Basmači éclate en 1916 lorsque l’empire russe tente d’obliger les (...)

11Car si les changements de capitales répondent à une évolution du régime politique (monarchie/république, empire/nation, communisme/libéralisme, fermeture/ouverture), ils sont également le reflet de modifications affectant le territoire de l’État (expansion/rétraction). Il suffit qu’un État s’agrandisse pour que l’on voie le pouvoir se recentrer : l’extension du royaume de Castille, après la prise de Grenade et la découverte de l’Amérique en 1492, ajoutées aux conquêtes de Charles Quint, amènent son successeur à se déplacer jusqu’à Madrid7 ; Rome [Djament-Tran, 2011 : 94] devient capitale, en 1871, au cœur de la péninsule italienne, au moment où le pays s’unifie, ce qui permet de désamorcer des tensions territoriales entre le triangle industriel Turin-Milan-Gênes au nord et des villes portuaires comme Venise ou Naples. À l’inverse, Ankara [Perouse, 1994 : 13] passe au rang de centre politique en 1923, alors que les possessions ottomanes sont démantelées. Moscou redevient le poste de commandement de la Russie bolchevique alors que la guerre civile bat son plein en Sibérie et que les populations d’Asie centrale se révoltent8, ce qui constitue à l’époque une double menace de rétrécissement du territoire de l’ex-empire tsariste.

12Sans oublier Vichy, qui correspond à une période où la France occupée est amputée d’une partie conséquente de son territoire. Ce mouvement qui pousse les capitales vers le centre géométrique des pays se retrouve également dans les cas africains de Dodoma, Abuja et Yamoussoukro. Mais dans ces derniers cas, le changement de régime n’intervient pas de façon immédiate et directe, à la différence de Moscou et Berlin par exemple, mais l’émancipation des tutelles coloniales a indéniablement créé les conditions d’une telle translation. Remarque qui vaut aussi pour Islamabad. Et l’extension du territoire national explique tout aussi bien le choix d’un retour des institutions fédérales à Berlin en 1991. Ainsi, l’enjeu de ces événements spatiaux et politiques fondateurs n’est autre que d’assurer « la pérennité du pouvoir autour d’un même centre » [Djament-Tran, Laporte, 2010 : 147], dans la mesure où « la fonction première d’une capitale est d’unifier l’État » [Sanguin, 1978 : 284].

  • 9 Dans ses travaux de sociologie historique, Stein Rokkan dessine une « carte conceptuelle de l’Europ (...)
  • 10 Une remarque s’impose à ce stade pour Saint-Pétersbourg et Tokyo, seuls exemples d’ouverture mariti (...)

13Mais il faut dire que la constitution d’un centre fort et incontestable est une variable connue de la politique comparée. Ainsi, le couple centre/ périphérie [Reynaud, 1982 : 31-44] a beaucoup servi pour analyser la trajectoire des États, aussi bien en Europe avec Stein Rokkan9, que lors de l’affirmation des États issus de la décolonisation en Afrique ou en Asie. Il est de ce point de vue particulièrement heuristique. Et il est donc logique que ce point s’avère saillant dans le tableau ci-dessus, qui montre que sur la quinzaine d’exemples, douze relèvent de cette catégorie10. En effet, il a déjà été démontré qu’Ankara [Perouse, 1994], Brasilia [Thery, 1995 : 4, 24, 166] et Naypyitaw [Lubeigt, 2012] ont été fondées avec le but de déplacer le centre de commandement politique, aussi bien dans un souci de rééquilibrage du réseau urbain, pour désengorger des métropoles côtières, que d’éloignement des lieux du pouvoir de rivages maritimes en proie à des incursions étrangères, ou dans l’objectif de maîtriser les vastes étendues d’un territoire national.

  • 11 Dont la célèbre photographie du drapeau soviétique flottant au-dessus du Reichstag, d’Evguéni Khald (...)

14Les épisodes relevant d’initiatives de construction nationale ne sont pas les plus nombreux, mais ils demeurent emblématiques, car les principaux travaux consacrés aux nouvelles capitales combinent analyse de la centralisation territoriale et étude de la symbolique urbanistique. Ainsi, Washington [Vale, 1992 : 47-48] et son capitole servent à cristalliser le sentiment national américain. Rome [Djament-Tran, 2011] est devenue l’emblème de l’unité italienne et la ville qui relie le nord et le sud du pays. Ankara l’anatolienne met en scène les attributs d’une république kémaliste laïque et modernisée [Perouse, 1994 : 627-628]. Il en va de même pour Berlin, qui est présentée par ses chantres comme une capitale-charnière dans le temps et l’espace : « incarnation urbaine de l’histoire nationale […] symbole d’une coupure surmontée » [Djament-Tran, Laporte, 2010 : 151-152] entre RFA à l’est et rda à l’ouest, entre nazisme et occupation soviétique11, elle est ainsi devenue le « miroir de la nation tout entière » [Djament-Tran, Laporte, 2010 : 153].

15Sans pour autant étudier, comme nous l’avons fait ailleurs [Fauve, 2015 : 383-398], la mécanique du pouvoir qui donne lieu au concret, ni prendre en compte la diffusion d’une image de marque associée au centre politique [Fauve, 2015 : 110-125], les travaux qui expliquent « le rôle emblématique que doit jouer la capitale de l’État » [Gravari-Barbas M., Iosa I., 2011 : 35] et statuent que « la volonté de bâtir des villes capitales » [Gravari-Barbas M., Iosa I., 2011 : 35] est motivée par un désir de « répondre aux ambitions nationales » [Gravari-Barbas M., Iosa I., 2011 : 35], rappellent dans quelle mesure la fondation de la ville-capitale permet l’institution d’une société.

  • 12 À partir de l’étymologie de polis, abstraction faite de la dimension démocratique du concept hellén (...)

16Iannis Tsiomis considère ainsi que le concept d’État-Nation « est toujours accompagné de l’institution de la ville capitale » [Tsiomis, 2011 : 40], soit établie ex nihilo, soit fondée sur la base d’un centre déjà existant. De ce point de vue, la ville-capitale possède une « double fonction : d’une part de représentation de l’État et d’autre part de centre de gestion qui concentre les institutions du même Etat » [Tsiomis, 2011 : 40]. Ce qui amène Iannis Tsiomis à la conclusion que « pour l’urbaniste, la capitale est la représentation visible de l’État-Nation », un point qu’il s’emploie à illustrer avec le cas brésilien [Tsiomis, 2011 : 47]. En d’autres termes, la construction de l’urbs permet l’instauration d’une civitas voire d’une polis12. Une idée proche de celle développée par Françoise Choay à propos des formes urbaines. Elle affirme ainsi que l’urbanisme « est solidaire du projet de société » [Choay & Merlin, 2015 : X] dans la mesure où l’espace bâti, en particulier celui, central, de la capitale, joue un « rôle fondateur […] dans l’institutionnalisation des sociétés humaines » [Choay, 2006 : 351]. Cette urbaniste va jusqu’à faire « de l’édification l’origine et la cause de l’état de société » [Choay, 2006 : 352].

  • 13 Selon une célèbre expression d’Algarotti, attribuée à un Pierre 1er devenu « le Grand ». Le comte F (...)

17Autre variable de notre tableau, celle qui part du constat que les phénomènes de translation du centre politique s’accompagnent parfois de projets modernisateurs ou d’une volonté d’ouverture aux échanges, voire d’intégration régionale. De fait, la mise en place d’un appareil administratif de clercs formés dans des établissements spécifiques, prémices d’une bureaucratisation rationnelle de l’État, sont des éléments majeurs des réformes mises en œuvre lors de la fondation de Madrid [Ringrose, 1973 : 761-762] ou de Pétersbourg [Marin, 2006 : 395]. Il en va de même pour Ankara [Perouse, 1994 : 8]. Mais cette dernière, typique d’une initiative re-centralisatrice et d’un repli vers l’intérieur des terres, contraste avec le projet « d’ouvrir une fenêtre sur l’Europe »13 qui caractérise Pétersbourg. Un point que la ville russe septentrionale partage avec Tokyo, alors que la plupart des exemples mentionnés dans notre tableau signalent la recherche d’un équilibre territorial, situant le centre loin des franges périphériques et des zones frontalières.

  • 14 Iannis Tsiomis va même jusqu’à considérer Athènes comme une création ex nihilo, malgré l’antiquité (...)
  • 15 C’est là que l’on a retrouvé l’inscription la plus complète du testament d’Auguste, appelé Res Gest (...)

18Enfin, notons qu’un effet d’optique, sorte de trompe-l’œil urbanistique, incite à exagérer la création des nouvelles capitales, comme si elles se dressaient à partir d’un néant urbain. Certes, les plans d’Athènes et d’Ankara ont été conçus sur la base d’une tabula rasa territoriale14 et tranchaient avec les systèmes résidentiels et les formes urbaines antérieurs, mais d’un point de vue historique et politique, on ne peut tout à fait ignorer la citadelle antique d’Ancyre15 sans parler de l’Agora où s’est constituée la polis originelle.

  • 16 Observation personnelle sur le terrain à Almaty (mars 2019). Pour lire le texte original de la péti (...)

19De ce point de vue, Astana n’est pas une création ex nihilo puisqu’une petite ville, d’abord marchande puis industrielle existait sur place depuis le xixe siècle et la fondation du fort cosaque d’Akmolinsk en 1830, assiégé par Kassym Khan en 1838. Ainsi, le site de l’actuelle capitale est porteur de symboles à plusieurs titres. Le nouveau nom du toponyme, adopté en mars 2019, a fait l’objet de vives controverses16, en particulier d’une pétition en ligne signée par plus de 45 000 personnes. En somme, comme dans de nombreuses sociétés humaines, on retrouve au Kazakhstan une attention portée à la signification des lieux.

Le sens des lieux : philologie des toponymes successifs

  • 17 Un sondage de 1994, publié par l’agence de presse Interfax, montre ainsi que 23,8 % des personnes i (...)
  • 18 À l’occasion du transfert de la capitale, des journalistes russes ont rappelé que l’idée avait déjà (...)

20En effet, au premier abord, les détracteurs17 de la nouvelle capitale raillaient la polysémie du toponyme Akmola (qui pouvait être traduit par « tombe blanche » ou en russe belaâ mogila). Car elle laissait penser que le lieu était de mauvais augure18, ou bien qu’il s’agissait de la préparation anticipée d’un mausolée pour le président N. Nazarbaev. Comme le disait un de nos enquêtés :

  • 19 Entretien avec Murat (8 juillet 2010, Astana). On remarque ici que la décision du 20 mars 2019 tire (...)

Franchement, cette pyramide-là, de l’autre côté de la rivière, juste derrière Ak Orda [palais présidentiel], on dirait vraiment un tombeau de pharaon. Et quand tu penses que l’autre politicien [un sénateur] voulait changer le nom de la ville en Nursultan [prénom du président] ! Tu comprends, hein. À mon avis, c’est là qu’il va se faire enterrer19.

  • 20 L’expression exacte en russe est gorod na kostâh, littéralement, « une ville sur ossements ».

21Sur ce point précis, il semblerait que les nouvelles capitales soient porteuses de représentations funestes de ce type, puisque Guy Lubeigt relate dans le cas birman le jeu de mots « Thet Pyi Taw » qui signifie « endroit où l’on va mourir » [Lubeigt, 2012 : 15] alors que depuis le xviiie siècle, la culture populaire russe a pour habitude de présenter Saint-Pétersbourg comme une ville édifiée par-dessus les ossements des malheureux ouvriers qui ont péri sur les chantiers, dans le froid et la boue20.

  • 21 Kabanbaj est l’un des meneurs de la résistance à l’invasion džungare, au xviiie siècle. Ses qualité (...)
  • 22 Observations personnelles, juillet 2010. Bien que cette pratique ne soit pas en concordance avec un (...)
  • 23 Tombeau d’un ancêtre de la tribu Šeih. « C’est l’un des lieux saints les plus vénérés du Turkménist (...)
  • 24 En effet, dans une étude sur un lieu de culte en Inde, Marc Gaborieau explique que « les termes per (...)

22En outre, en Chine, dans la région autonome ouighoure du Xinjiang, Astana est le nom du cimetière de la ville de Gaochang, à quelque trente kilomètres de l’oasis de Turfan (Goloubew, 1931, p. 265 ; Loubes, 1998, p. 113). En effet, en langue persane, ce terme proviendrait du verbe istadan (destiné à être) et porte donc la signification du seuil, royal ou sacré, au pied duquel se tiennent les gens par révérence à l’égard du lieu d’où s’exerce le pouvoir religieux ou politique. On dénomme ainsi la ville iranienne de Mashhad comme astana car elle renferme le tombeau de Réza, le huitième imam chiite. De ce point de vue, Akmola était une forme d’astana puisque l’on trouve un mausolée en argile blanche dédié à Kabanbaj Batyr21, gardé par un vieil homme qui y chante des versets du Coran22, à une dizaine de kilomètres du centre-ville. De même, au Turkménistan, un mausolée du XIIe siècle, dans le village d’Astana-Baba23, à une douzaine de kilomètres d’Atamurat, atteste de cet usage toponymique désignant un sanctuaire24.

  • 25 Les langues altaïques se divisent en trois groupes : turcique, mongol et toungouze, dont le premier (...)

23Bien que le kazakh soit une langue du groupe turcique, de la famille altaïque25, alors que le russe relève de la famille indo-européenne, le toponyme choisi pour la capitale du Kazakhstan est d’origine persane, ce qui permet de gloser sur son étymologie et sa portée symbolique. Suivons donc Sergueï Sakhno dans sa dissection philologique de la racine qui donne à Astana une valeur toute particulière [Sakhno, 2001].

  • 26 Le topos de la kazač’â stanica (garnison cosaque) est récurrent dans les œuvres littéraires de clas (...)
  • 27 Notons que les deux ethnonymes cosaque et kazakh partagent la même étymologie turcique, celle qui p (...)
  • 28 C’est nous qui soulignons.

24Ainsi que nous l’avons vu précédemment, le terme « astana » est d’un usage spécifique et consacre un lieu religieux. Il est formé sur le radical indo-européen sta (se tenir debout), qui donne en anglais le verbe to stand, en russe les termes stan (campement, stature), stanica26 (village souvent associé aux Cosaques27) ainsi qu’en français les mots état, statique ou instituer (cf. l’italien lo stato) et même l’allemand Stadt (la ville) « car il s’agit historiquement d’un lieu où l’on “s’arrête” (s’installe28 définitivement, se fixe), par oppositions aux traditions antérieures du nomadisme : le terme désigne donc le seuil où l’on fait halte. C’est là un point très important, car il confère une dimension particulièrement heuristique et pertinente à notre étude de la capitale. Puisque d’une part, les Kazakhs ont vu leur mode de vie bouleversé, passant du pastoralisme transhumant à la sédentarité urbaine et industrielle à la période soviétique [Ohayon, 2006], mais d’autre part, en raison des perspectives de validation théorique de notre hypothèse qu’il ouvre. Car, en suivant Sergueï Sakhno,

l’originalité du russe est de présenter un verbe signifiant “devenir” et “commencer à faire quelque chose” […] : cela s’explique par le fait que “devenir”, c’est “s’installer” dans un nouvel “état”, un nouveau “statut”.

  • 29 On voit ici combien le russe est proche du radical originel dans le verbe stanovit’sâ/stat’ (deveni (...)
  • 30 Odon Vallet rappelle ainsi que le grec polis est lié à l’enclos au sein duquel se regroupe la popul (...)
  • 31 En russe, on dirait vosstanavlivat’ (établir).

25Certes, cette remarque vaut tout d’abord pour le russe, mais c’est une langue indo-européenne [Benveniste, 1969 : 280], tout comme le persan dont Astana tire son origine. Or dans les langues turciques, le suffixe –stan désigne justement la contrée et par extension l’État qui en contrôle l’étendue (Kazakh-stan, le territoire des Kazakhs). Et l’on retrouve cette racine dans le terme même d’astana, qui est le seuil (ici de la ville) qui marque la formation (ou l’établissement faudrait-il dire) d’un État. Qu’il nous soit donc permis à cet instant d’effectuer un glissement vers notre problématique de sociologie politique de l’espace urbain central et d’en inférer un premier argument d’importance : ériger (faire se lever) une capitale, un lieu investi d’une mystique sacrée (astana), c’est construire un espace urbain (Stadt) qui devient29 central, éminemment politique30 en ce qu’il institue31 (encore le même radical) l’État.

26Comme on vient de le souligner, les noms des capitales contribuent à la performativité de l’acte politique d’affirmation dont elles sont l’instrument. Ainsi, Tokyo signifie littéralement, « capitale de l’est » en japonais, alors que Brasilia rappelle immédiatement le pays qu’elle administre. D’autres exemples forment d’emblée un hommage au pouvoir qui les a érigées : Washington fait référence au premier président des États-Unis d’Amérique ; Saint-Pétersbourg est la ville du tsar Pierre 1er dit le Grand ; et Naypyitaw, qui signifie « résidence royale » en birman, possède sa traduction anglaise officielle, inscrite sur le pilier géant qui indique le centre symbolique de la ville : the royal city [Lubeigt, 2012 : 14-15].

  • 32 Radical que l’on retrouve dans le russe moloko (le lait) « abondance blanche ». L’expression tradui (...)

27Akmolinsk, Celinograd, Akmola, Astana et désormais Nur-Sultan : l’avant-dernier nom de la ville n’est pas anodin, puisqu’il charrie les riches significations que l’on vient d’établir, et qu’il signifie officiellement « capitale » en kazakh. Comme les précédents, il consacre un tournant : celui de la fondation du centre politique. Mais avant, chacun des toponymes était déjà le reflet de périodes historiques : conquête russe, colonisation agricole, indépendance. Le premier nom, Akmolinsk, datant de 1830, est une forme russisée du toponyme d’origine formé sur deux radicaux turco-mongols (ak, blanc et mola, la tombe ou mol, produits laitiers32) auxquels on a rajouté le suffixe slave –insk que l’on retrouve par exemple dans Minsk ou Stalinsk. Il traduit clairement l’appropriation impériale russe de cet espace puisqu’il apparaît au moment de la fondation d’un fort cosaque puis d’une halle marchande (qui est un des seuls bâtiments du xixe siècle encore debout).

  • 33 Ce programme volontariste permit de mettre en valeur 37 millions d’hectares, soit 30 % de la superf (...)
  • 34 Membres de l’organisation de jeunesse du Parti Communiste d’urss. Littéralement, il s’agit de l’Uni (...)
  • 35 Ils provenaient pour l’essentiel des régions européennes de la Russie et d’Ukraine, plus densément (...)
  • 36 Typiques de l’urbanisme soviétique de cette époque, ces immeubles étaient destinés à moderniser le (...)
  • 37 Qui fait autant écho au Far West américain par la conquête de grands espaces qu’il recouvre que par (...)

28Par la suite, en 1961, la bourgade prit le nom de Celinograd, « cité des Terres Vierges », devenant tête de pont d’une vaste opération pionnière de colonisation agricole lancée en 1954 par Hruŝev faisant du Kazakhstan un nouveau grenier à blé pour l’Union soviétique33. Dans l’imagerie propagandiste, cette conquête des Terres vierges était le fait de komsomols34 et d’étudiants enthousiastes envoyés durant une partie de l’année aux travaux des champs. Ils formaient les « bataillons de conquête des Terres vierges »35. Pour ce grand projet, censé symboliser la rupture avec le stalinisme et annonçant le renouveau de l’enthousiasme des masses, toutes les structures d’encadrement et de coercition – Goulag excepté – mises en place au cours de la décennie précédente, furent réactivées. Celinograd était donc la ville-centre d’une vaste région céréalière, avec une industrie agro-alimentaire et de mécanique agricole, des instituts technologiques, sans oublier ses quartiers de blocs d’immeubles à cinq étages36. Passée au statut de centre régional, la ville prend de l’importance démographique, ce qui se lit dans l’utilisation du suffixe -grad, qui désigne bien une ville et non simplement un point de peuplement sédentaire de type villageois, destiné à gonfler pour devenir un bourg. Emblématique de cette opération de modernisation agraire, le toponyme Celinograd insiste sur une caractéristique paysagère différente du précédent, puisqu’il indique les étendues de plaine non cultivées, prêtes à la mise en valeur par les nombreux colons de ce Far East37.

  • 38 Respectivement devenues Semej et Oskemen. Pour une analyse des enjeux nationaux et de l’impact loca (...)

29Après 1991, la ville a encore changé de nom pour s’appeler Akmola, forme kazakhisée du premier toponyme Akmolisnk. On a ainsi doublement abandonné le russe, se départissant du suffixe -insk de la période tsariste et laissant tomber les notions soviétiques de celina et grad. Ce retour à l’origine a du reste affecté de nombreuses villes du pays, comme Semipalatinsk ou Ust-Kamenogorsk38. La période qui s’ouvre avec la chute de l’Union soviétique puis le déplacement de la capitale annonce aussi une rupture, puisque dans un même mouvement, le nouveau pouvoir a transformé la graphie et/ou le nom des localités [Ohayon, 1999] importantes.

30Cette pluralité de noms pour le site de la capitale se fonde sur une combinaison de référentiels : sur le plan géographique, le toponyme initial et le troisième sont formés à partir de la fonction hiératique du lieu et en référence au bâtiment qui l’abrite (ak-mola) ; le deuxième se rapporte au pôle urbain d’un milieu environnant rural et aux potentialités de son terrain (celina-grad) ; le dernier prolonge le premier référentiel et lui adjoint une dimension symbolique intensifiée (astana). Sur le plan linguistique, il alterne entre racines turciques et slaves, soit combinées (ak-mol-insk) soit seules (celino-grad est slave, akmola et astana sont turciques). Sur le plan socio-sémantique, il renvoie tantôt à une description spatiale et neutre en apparence, mais qui a partie liée au projet moderniste de soviétisation par l’agriculture et l’industrie collectivistes (la ville des terres vierges), tantôt à la dimension symbolique de pratiques rituelles d’ordre sacré (tombeau, sanctuaire, lieu de culte) mais aussi, comme on l’a vu, aux fondements d’une institution politique (établissement de l’espace urbain central).

Figure 2
Tableau récapitulant l’étymologie et la sémantique des toponymes d’Astana

Référentiels / toponymes

Racines turciques

Racines slaves

Racine persane

Traduction littérale

Traduction officielle

Champ lexical

Akmolinsk (1830)

Ak-mol-

-insk

  

Bourg de la tombe blanche

  

Rituel Colonial

Celinograd (1961)

  

celino-grad

  

Ville des terres vierges

  

Paysager Fonctionnel

Akmola (1991

Ak-mola

  

  

Tombe blanche

Lieu blanc sacré

Rituel Kazakhisation

Astana (1998)

  

  

istadan

Sanctuaire/ seuil

Capitale

Sacré Politique

Nur-Sultan (2019)

Nur-Sultan

  

  

Monarque de lumière

Prénom du premier président

Charisme Autorité

L’emphase historicisante : enraciner Astana/Nur-Sultan dans un passé lointain

  • 39 Notre expression est formée à partir de celle employée par Georges Mink (stratégies historicisantes (...)

31À partir d’un corpus de sources composé de publications universitaires endogènes et de quelques entretiens, nous mettrons en avant dans cette section l’emphase historicisante39 qui consiste à faire remonter l’existence d’Astana et son importance en tant que lieu central à un passé le plus reculé possible (Voir l’article sur Bozok plus haut). Ces propos, quoique tenus par des enseignants-chercheurs, sont parfois motivés par une diffusion grand public des résultats de leur activité. Et leurs travaux sont soutenus financièrement et institutionnellement par les autorités municipales, en premier lieu par le maire (ou akim) de la capitale.

32Comparant l’Athènes néo-hellénique (1834) à Brasilia (1964), Iannis Tsiomis, considère que la ville nouvelle, visage de la modernité, ne peut dissimuler tout à fait l’espace chargé d’histoire qui lui sert de soubassement. Ainsi, Athènes « est une ville réelle, nouvelle et, en même temps – un nom sans espace. Un nom trop chargé par son passé pour prétendre à l’innocence en se transformant en ville d’avenir » [Tsiomis, 1986 : 15]. Pour lui, la question du choix de capitale révèle une « double dimension ». Première dimension : faire revivre le passé lointain.

33Pour le cas d’Astana, il s’agit de la vie des nomades, présentée comme illustre dans des travaux historiques orientés par l’exaltation d’un âge d’or. Il s’agit aussi, dans l’espace urbain, de bâtiments aux formes inspirées de la yourte ou de l’habitat traditionnel des peuples vivant dans les steppes. Deuxième dimension : construire un avenir. Dans notre cas d’étude, c’est celui d’un Kazakhstan moderne, mondialisé et prospère, qui en fait un pays dont on ne pourrait dire qu’il est « un autre sud »40.

  • 41 Créateur de la revue Sovetskaâ Arhitektura (architecture soviétique), Nikolaj Milûtin (1889-1942) f (...)

34Le Kazakhstan ne semble pas un cas isolé ou exotique de ce point de vue. Ainsi, Iannis Tsiomis affirme : « il y a une histoire pour le savoir et la connaissance, et une histoire – la même mais autrement – pour la légitimation du nouvel État hellénique » [Tsiomis, 1986 : 18]. La question de la capitale apparaît ainsi comme « révélateur de la cristallisation de tous les enjeux autour de l’enjeu de l’espace » [Tsiomis, 1986 : 18], en particulier en lien avec « la nouvelle idéologie étatique ». Entre « le trop-plein d’histoire (Athènes) ou l’absence totale d’histoire (Brasilia) » [Tsiomis, 1986 : 20], on doit aussi pouvoir parler de la ville nouvelle comme objet, « sans être neutralisé » par le passé du lieu. Mais tout l’intérêt de la localité kazakhstanaise, c’est qu’elle a toujours été ville par décret, fondée sur ordre du Tsar par des Cosaques lors des campagnes de conquête en direction du sud, puis lieu d’une utopie soviétique inspirée de la « ville linéaire » de Milioutine41, au moment de l’opération des Terres vierges, et enfin, nouvelle capitale d’un État indépendant. Or les propos que nous allons analyser, se situent en porte-à-faux avec cette particularité d’Astana, qui fait d’elle une ville dénuée d’histoire sur le temps long, ce qui laisse aux acteurs qui écrivent son histoire autorisée, tout le loisir de remplir ce flou par une emphase historicisante.

35Face à de telles entreprises d’ancrage dans un passé mythifié, d’autres acteurs de la production savante se montrent circonspects. C’est en tout cas la position de Kul’šat Medeuova, Professeure à l’Université Eurasienne Gumilev d’Astana (voir article suivant). Ce qui transparaît à la lecture de la présentation qu’elle fait de ses travaux sur la question, où elle pointe la nécessité de retracer la genèse des représentations de cette figure de style spatiale :

  • 42 Texte en regard d’un cd, édité par Kul’šat Medeuova, intitulé Anthropologie et utopie de la nouvell (...)

Être témoin de la formation d’un noyau sémiotique, du contexte mythologique d’une nouvelle capitale et donner un protocole d’étude à cette réalité naissante, telle est l’idée centrale de ce projet […]. Astana, en tant qu’objet d’étude et prétexte à se poser des questions à soi-même, ainsi qu’à tout l’univers des steppes, est une représentation de cette entité qu’est le Kazakhstan contemporain42.

36Il est clair que la part d’invention et de construction de la réalité dans ce qui fait la « mythologie » de cette ville et sa relation pars pro toto avec l’État est au cœur des préoccupations de Kul’šat Medeuova, qui s’attache à étudier les « représentations ». Parmi les vecteurs de cette fiction narrative fondatrice, l’histoire joue un rôle important. Et l’on retrouve ce point dans les propos d’autres personnes occupant des fonctions universitaires ou dont l’activité professionnelle se fonde sur un examen critique des réalités sociales et politiques, comme le montrent les propos, que nous avons recueillis, d’un Professeur de philosophie politique à l’Académie des Sciences du Kazakhstan :

  • 43 Monument érigé fin 2009 à Astana et qui a subi des modifications pour recueillir un bas-relief en b (...)
  • 44 Entretien avec Sayasat (15 juillet 2010, Almaty).

L’histoire depuis l’indépendance semble servir à légitimer le pouvoir, ce qui explique les épisodes relatifs aux monuments de type Kazakh Eli43. La figure du président Nazarbaev devient centrale. L’identité se construit même à travers lui. On a une sorte de relation d’égalité du type le Kazakhstan c’est Nazarbaev, et Astana c’est Nazarbaev (ou l’inverse) sous l’égide d’un même volontarisme. On dénombre environ 45 milliards de dollars investis dans la ville, mais composés officiellement de beaucoup de capitaux étrangers. Selon la formule cynique de mon cousin, il vaut mieux que cet argent n’ait pas été accaparé par des individus mais ait servi pour construire une ville44.

37Et les critiques circonspectes et lucides peuvent également s’exprimer au plus près des organes centraux du pouvoir, comme ici, dans la bouche d’un haut fonctionnaire, impliqué dans la conception d’une politique étrangère pour le Kazakhstan :

  • 45 Entretien avec Daniâr (27 mai 2008, Almaty).

On peut comparer la situation actuelle aux pays du golfe Persique. Ils ont connu une période d’urbanisation et de modernisation rapide et soutenue. Mais Astana sera-t-elle une véritable capitale, sur le long terme ? Il faut savoir gré au président de ce qu’il a fait ; mais les choses dépendent en un sens un peu trop de lui. C’est le choix d’un État autonome. Autrefois, les capitales ont été désignées depuis Moscou. Une ligne, un vecteur de développement Almaty-Astana a été ainsi tracé. La soviétisation fut une modernisation expresse. On a même hérité d’une Académie des sciences, c’est dire ! Mais dans ce pays, la culture ne saurait servir de socle à une identité civique. Par la diversification des acteurs en présence sur place, le Kazakhstan peut montrer sa voie spécifique dans la globalisation. Mais comme il n’y a pas d’histoire, de tradition ou de culture pour fonder une vision du monde “à la kazakhstanaise”, l’incarnation du projet eurasiatique en Astana peut paraître inattendue. Quand cette histoire fait défaut, il faut la créer soi-même ! Et c’est amusant, car le fond est commun aux Tatars, aux Kirghizes, etc. C’est l’idéologie qui veut ça. Ça devient un problème lorsque c’est ce que l’on enseigne dans le supérieur. Les fouilles de Bozok sont de ce point de vue un mal typique : la mairie finance pour que l’on trouve quelque chose, comme des pièces de monnaie par exemple, et que l’on puisse dire “il est plausible d’affirmer qu’il y avait ici une ville autrefois”. On assiste également à une sorte de re-traditionalisation de la société. Des éléments pour ainsi dire archaïques, issus de la culture nomade, sont justifiés par de faux documents45 !
(Voir plus haut, le résultat de cette entreprise dans l’article sur Bozok)

  • 46 Il faut dire que le titre de Doktor Nauk, équivalent de l’ancien doctorat d’État en France, est par (...)
  • 47 Le commentaire formel, en deuxième de couverture, relatif au contenu de l’ouvrage et précisant le p (...)

38Chose étrange ? Les ouvrages se réclamant d’une démarche historienne se sont multipliés ces dernières années. Prenons l’exemple de cette série commencée en 2006 [Smajyl, 2006a], sous l’égide d’un collectif d’historiens mais dont le chef de file (sorte de primus inter pares46) est le gouverneur de la ville, puisque la collection est en effet placée sous l’égide de la municipalité et sans doute financée par ses deniers. Le premier tome indique qu’il s’agit, à en croire le titre, d’une histoire de la ville capitale et de son espace environnant, sur deux siècles. L’explication fournie en première page47 stipule qu’il sera question de « l’histoire ancienne et contemporaine » (synonyme ici de moderne, si l’on reprend les grandes périodes communément admises par les historiens) de la ville d’Astana. Mais n’y a-t-il pas là, en plus d’une forme d’anachronisme, une vision continuiste et à la fois parcellaire du temps ? Quid des périodes intermédiaires ? Si les documents présentés datent bien des siècles mentionnés, ils font eux-mêmes référence à des éléments de contexte plus anciens, tels que des stèles vieilles de plusieurs milliers d’années. Mais il ne s’agit pas, en réalité, de donner matière « à ceux qui souhaitent en apprendre plus de l’histoire d’Astana ». L’objectif est plutôt de dresser un panorama archivistique et non historiographique des chroniques de voyageurs, russophones et liés au pouvoir impérial le plus souvent, mais dont la sphère d’intérêt, à l’époque où ils ont consigné leurs notes de voyage, ne pouvait être une quelconque capitale. On en saura donc plus sur l’histoire de la région, mais au final assez peu sur la ville elle-même.

39Pour autant, la volonté d’ancrer dans le temps son existence se traduit, par exemple, à l’occasion du tome suivant : il s’agit bien du même projet, mais cette fois-ci, l’histoire remonte au xive siècle dans la mesure où, selon les propres termes du responsable de la publication, « les auteurs de ces travaux scientifiques embrassent l’histoire de la région et son héritage depuis le haut xive siècle ». En plus des explications habituelles et de la mention liminaire au « programme de l’akim de la ville d’Astana », le collectif de rédaction remercie des universitaires, hauts responsables de l’Université Eurasienne Gumilev (en particulier le recteur).

40On découvre ainsi une citation du président Nazarbaev en exergue de ce qui fait office de préface au premier tome. L’avant-texte s’intitule « Depuis longtemps il était dit qu’il y aurait ici une capitale ! ». Mais on ne saurait identifier la source d’où proviendraient ces propos du chef de l’État, où l’on peut lire qu’« il est aisé de se convaincre que les steppes d’Akmolinsk ont toujours été un territoire de contact […] des villes s’y égrainaient, au commerce et à l’artisanat florissant » [Smajyl, 2006a : 5]. On retrouve donc deux des motifs importants de la rhétorique justificatrice : la continuité historique rendant les événements évidents et l’histoire urbaine comme élément glorieux. La première phrase d’Aldan Smajyl vient d’ailleurs étayer cette idée, en la reprenant, comme s’il était nécessaire d’avancer un argument supplémentaire pour persuader le lecteur. « Le travail soumis à votre attention prouve de façon convaincante la vérité indubitable de cette conclusion » [Smajyl, 2006a : 5]. La thèse centrale du livre, pourtant composé d’extraits de chroniques ou de récits des siècles antérieurs, s’en trouve ainsi clairement exposée. On pourrait même croire qu’il s’agit là d’orienter la lecture de ces témoignages, du reste très précieux, de la vie des steppes aujourd’hui kazakhstanaises. Les faits passés deviennent alors un instrument au profit du présent.

On peut de plein droit appeler l’histoire étendue au centre des grandes steppes d’Akmola, capitale actuelle du Kazakhstan, celle d’une civilisation très ancienne et de secousses politiques d’envergure. C’est justement à cette époque que furent posées les premières pierres aux fondations de la ville par les créateurs de la grande civilisation des steppes : les Huns. C’est l’axiome que rappellent les voyageurs étrangers des xviiie et xixe siècles et que les chercheurs kazakhs expriment aujourd’hui ouvertement. Une découverte historique donne du poids à cette affirmation : la vieille forteresse sur la colline Tajtobe, à 15 kilomètres de la capitale.
[Smajyl, 2006a : 6]

41On trouve également une traduction inhabituelle du toponyme Akmola : forteresse occidentale. Mais l’auteur cite en outre le mont Akmola dans l’oblast’ de Žezkazgan (en plein cœur des steppes désertiques centrales), possédant également une forteresse en son sommet, pour étayer son argument étymologique.

  • 48 Ce sont les Coumans du codex cumanicus, conservé à la Biblioteca Nazionale Marciana de Venise, data (...)
  • 49 Observations personnelles, juin 2009.

42C’est ensuite au tour des tribus turciques du Desht-i Kipčak48 de jouer le rôle d’ancêtres fondateurs, celles-là mêmes qui auraient apporté tant de nouveautés dans le domaine de la guerre en Russie, en Asie centrale ainsi qu’en Europe occidentale. Elles auraient fondé des villes autour d’Astana [Smajyl, 2006a : 7]. L’une d’entre elles, la ville de Bytygaj, est attestée à la fin du xviie siècle sur une carte russe. La rhétorique du carrefour fait son apparition dans les propos de l’historien, puisqu’il semble considérer que cette ville était un point de passage des caravanes suivant les itinéraires de la route de la soie. Ces éléments entrent ainsi en contradiction avec d’autres comme en témoigne cette pièce du musée central d’Almaty, où une carte présente ce fameux axe commercial passant bien plus au sud, non loin du lac Balhaš. Établissant ainsi le principe que son orientation n’était pas méridienne, mais est-ouest49.

43L’auteur cite ensuite les écrits d’un certain Petr Ryčkov mais sans en donner une référence complète. On note d’ailleurs que cet avant-propos est dénué de notes infrapaginales comme de bibliographie (ce qui vaut dans le second cas pour l’ouvrage dans son ensemble). On lit donc les propos rapportés de ce « conseiller du collège de l’Académie impériale des sciences » :

  • 50 Avant que le vocable « kazakh » ne s’impose dans les années 1920, c’est l’expression qui était util (...)

44Bytygaj sont les ruines d’une grande ville de la horde kirghize-kajsak50 […] qui s’étendait sur des dizaines de verstes » [Smajyl, 2006a : 8]. Il introduit ensuite un des chapitres du livre en mentionnant une phrase laudative pour le site, provenant des notes d’un autre voyageur russe : « les vestiges d’un sanctuaire ancien d’architecture tout à fait honnête prouvent que ce pays était habité de peuples non errants, mais d’un peuple éduqué, éclairé ». Par-delà le jugement colonialiste et paternaliste qui semble transparaître, on voit comment cet extrait est mobilisé pour fonder une certaine fierté nationale par référence à des ancêtres illustres dont la valeur aurait déjà été remarquée par les étrangers ou les forces conquérantes voisines. C’est ainsi qu’Aldan Smajyl explique que ces vestiges ont « fait naître […] un respect à l’égard de nos ancêtres » [Smajyl, 2006a : 8].

45Il est à ce titre important de souligner le rapport ambigu qu’entretiennent de tels travaux avec les sources russophones et coloniales [Goršenina, Abašin, 2009]. La posture est exprimée ainsi : « Tout en manifestant une haute considération pour les travaux historiques des chercheurs russes, portons attention envers un autre témoignage de valeur ». Et c’est à ce stade de l’exposé qu’intervient la période contemporaine. On peut dès lors saisir tout le sens de la parution du recueil, puisque l’auteur y mentionne, par le truchement d’un fait politique présenté comme fondateur, le caractère visionnaire du chef de l’État :

  • 51 Ville située à 300 kilomètres d’Astana.
  • 52 Nom donné à la circonscription du sud-est du Kazakhstan à l’époque impériale russe. Elle s’étendait (...)
  • 53 Ramification des chaînes montagneuses du Tian Shan.
  • 54 Massif montagneux situé au nord-est du pays.

Il se trouve que le camp de Tauke Khan, concepteur de la toute première constitution du peuple kazakh “les sept principes”, se trouvait à l’endroit même de la capitale. On peut en déduire que le transfert de la capitale à Akmola possède son histoire héritée. Dit autrement, qu’est-ce qui empêchait le khan, dont le pouvoir s’étendait à l’ensemble des trois hordes, de s’installer près des lacs bleus de Kokšetau51 ou sur la terre fertile du Semireč’é52, de l’Alatau53, dans l’Altaï54 montagneux ou sur les rivages prospères des fleuves Volga et Ural ? Quatre siècles plus tard, cette légitimité, grâce à la prévoyance du premier Président de la République du Kazakhstan Nursultan Nazarbaev, se prolonge.

46La centralité du lieu est d’ailleurs évoquée par cette expression « lieu saint de culte et de purification, un lieu centripète ». Et de remercier à nouveau le chef de l’État en rappelant l’intérêt pour la connaissance du passé de la région, suscité par la décision de Nursultan Nazarbaev. Puisqu’avec son aide, les archéologues ont à présent une tâche importante à réaliser « étudier l’histoire d’Astana au moins durant le millénaire le plus proche, préciser et enlever la poussière des siècles ». L’auteur achève son propos sur une tonalité presque mystique, dans un recueillement final : « C’est ainsi que nous rencontrons les âmes de nos ancêtres ».

  • 55 Plusieurs doctorants nous ont en effet signalé qu’une mention aux travaux « scientifiques » du prés (...)

47La tonalité du deuxième tome de cette monographie d’Astana est assez différente, car la personne en charge de l’avant-propos est plus écrivain qu’historienne. Aniès Saraï choisit en effet pour titre « les héritiers des hommes ailés » [Smajyl, 2006b], par référence aux statuettes retrouvées par les archéologues en Sibérie et au Kazakhstan, datant de l’époque des Scythes. On ne comprend d’ailleurs de quoi il s’agit qu’à la toute fin de ce texte, qui alterne énonciation de faits historiques glorifiant le passé de la région et mise au point sur le projet même d’une telle collection tout en rendant un hommage désormais traditionnel55 au chef de l’État. Le texte s’ouvre par ce qui sonne comme un rappel de l’antériorité de la question d’une capitale dans la région : « des débats féroces, des polémiques bruyantes, des jugements et remises en question à propos du problème de savoir si Astana devait ou non devenir capitale de l’État kazakh ont résonné par le passé ».

48Outre la volonté d’enraciner dans les profondeurs d’une histoire, somme toute imprécise, le motif de la capitale, la mention d’un État kazakh signale une lecture ethnocentrique de la question. Et l’on retrouve d’ailleurs le terme ethnos un peu plus loin, à la faveur d’une mention monopolistique du peuple dont les habitants d’Astana seraient les descendants :

[…] l’établissement d’une capitale doit aller de pair avec l’appropriation de son histoire. Une capitale sans racine historique paraît superficielle et son absence peut déteindre de façon négative sur la compréhension de l’ethnos qui l’a peuplée.
[Smajyl, 2006b : 7]

49Hormis cette dimension que l’on retrouve également dans le premier volume, un motif autrefois récurrent mais qui disparaît peu à peu trouve sa place dans cette introduction : c’est la vocation eurasiatique d’Astana. Idée largement mise en avant au début des années 2000 pour donner du poids à la nouvelle capitale et faire corps avec la stratégie politique du pays. « La capitale s’est en effet fondée (…) et prétend à un rôle moteur en Eurasie, et non sans succès ». Mais aucun élément à l’appui de cette assertion n’est avancé. Il s’agit simplement d’une formule laudative ne possédant pas de preuve en sa faveur. Évoquant ensuite l’incrédulité suscitée par la décision de 1997, l’auteur en vient à saluer les qualités du président, en un paragraphe qui s’ouvre et se ferme par son nom :

[…] le Président, d’habitude profondément pragmatique, avait l’air d’un romantique à ce moment-là, rappelant d’une certaine façon ses vieilles années du komsomol. On ne me prendra pas à poser des énigmes sur les raisons ayant motivé le Président, en ces temps si risqués, de faire un pas si risqué, que celui de déménager une capitale, exigeant d’énormes dépenses […] je n’ai rien contre l’idée que ce fut un élan d’ordre cosmique, en affinité avec les compétences du seul Président.
[Smajyl, 2006b : 6]

50Les propos d’Aniès Saraï ne sont pas non plus dénués d’exagération lorsqu’il est question des investigations archéologiques jouxtant la capitale. On sait en effet que des fouilles, à grand renfort de moyen et de publicité, ont mis au jour un lieu de vie sédentaire à quelques encablures de la rive gauche, presque dans le prolongement de la perspective du pouvoir, et que l’ouvrage précédent donnait une importance particulière à Batygaj/Tatagaj, campement de Tauke Khan.

51Mais ici, l’emphase et l’approximation servent de procédé pour accentuer la qualité des lieux :

On se réjouit qu’à côté du nouveau palais présidentiel les ruines d’une ville du xie siècle, Bozok, ont été découvertes. Des informations qu’à l’aval de la Nura, existait anciennement l’immense ville de Batygaj ou Tatagaj, comblent une lacune dans l’histoire de la région.
[Smajyl, 2006b : 7]

  • 56 Il s’agit probablement ici d’une erreur malencontreuse de la part de l’auteur ou de l’éditeur, conf (...)

52Concluant son apologie, elle se réjouit à l’idée que de telles initiatives puissent faire remonter la connaissance de la région « jusqu’au paléolithique, lorsque les immenses étendues du Kazakhstan Central abritaient mammouths et rhinocéros à fourrure, dont on découvre les restes en creusant pour les nouveaux bâtiments. À partir des travaux des archéologues et historiens, nous savons qu’Astana, à l’époque lointaine du néolithique entrait dans la zone de la culture Bataj ; plus tard, à l’Âge de bronze, la culture d’Andropov56 [sic] vit le jour ici, enfin, entre les ixe et xie siècles, notre région était le centre de la formation étatique kimak-kipčak » [Smajyl, 2006b : 10].

Conclusion

53Dans cet article, on a pu démontrer grâce à un tableau comparatif que l’édification d’une capitale était une étape fondamentale pour la centralisation de nombreux États issus du morcellement de territoires impériaux. Deuxièmement, on a vu par l’analyse des toponymes successifs que le site initial de ce centre politique recouvre depuis le xixe siècle une importance politique à divers titres (colonisation, modernisation, indépendance). Enfin, on a décrit comment le statut de capitale incontestable était conféré à la ville par le biais d’une rhétorique insistante, fondée sur une invocation emphatique de faits historiques discutables. Le cas d’Astana/Nur-Sultan rappelle que le territoire est une construction à la fois matérielle et symbolique. En somme, l’édification d’une capitale doit être considérée comme un objet essentiel pour la science politique.

Haut de page

Bibliographie

Abiyeva K., 2012, Fabrication de l’identité nationale et question linguistique : le cas du Kazakhstan, Thèse de doctorat en science politique, iep de Paris.

Auhadiev K., Dykenbaj D., Bajmahanov K., et alii, 2008, Stolicy Kazahstana [Les capitales du Kazakhstan], Almaty : bbk.

Bennigsen A., Lemercier-Quelquejay C., 1986, Le Soufi et le commissaire. Les confréries musulmanes en urss, Paris : Seuil.

Benveniste E., 1969, Le Vocabulaire des institutions indo-européennes, Tome 2 : Pouvoir, droit, religion, Paris : Minuit.

Choay F., 2006, Pour une anthropologie de l’espace, Paris : Seuil.

Choay F., Merlin P., 2015, Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris : puf.

Chuvin P., Letolle R., Peyrouse S., 2008, Histoire de l’Asie centrale contemporaine, Paris : Fayard.

Djament G., 2005, « Le débat sur Rome capitale. Géohistoire d’un choix de localisation », L’Espace géographique, n° 34.

Djament-Tran G., 2011, Rome éternelle. Les métamorphoses de la capitale, Paris : Belin.

Djament-Tran G., LAPORTE A., 2010, « Comment Berlin devint capitale de l’Allemagne réunifiée. Éléments pour l’analyse d’un événement territorial », L’Espace géographique, tome 39, n° 2, pp. 146-158.

Dumoulin M., 2010, Les Élites politiques kazakhstanaises : faire carrière dans un Etat en formation, Thèse de doctorat en science politique, iep de Paris.

Fauve A., 2015, « Global Astana: Nation-Branding as a Legitimation Tool for Authoritarian Regimes », Central Asian Survey, vol. 34, n° 1, pp. 110-125.

Fauve A., 2015, « A Tale of Two Statues in Astana: the Fuzzy Process of Nationalistic City Making », Nationalities Papers, vol. 43, n° 3, pp. 383-398.

Gaborieau M., 2005, « Un sanctuaire soufi en Inde : le dargâh de Nizamuddin à Delhi », Revue de l’histoire des religions, n° 4, pp. 529-555.

Goloubew V., 1931, « Sir Aurel Stein : Innermost Asia » [compte-rendu], Bulletin de l’École Française d’Extrême-Orient, vol. 31, n° 31, pp. 263-280.

GORŠENINA S., ABAŠIN S. (dir.), 2009, « Le Turkestan russe : une colonie comme les autres », Cahiers d’Asie centrale, n° 17/18.

Gravari-Barbas M., Iosa I., 2011, « Introduction », in M. Gravari-Barbas, I. Iosa, (dir.), Monumentalité(s) urbaine(s) aux xixe et xxe siècles. Sens, formes et enjeux urbains, Paris : L’Harmattan, p. 35.

Laszczkowski M., 2011, « Construire l’avenir. Matérialité, imagerie et politique à Astana (Kazakhstan) », Terrain, n° 57, pp. 128-143.

Loubes J.-P., 1998, Architecture et urbanisme du Tourfan : une oasis du Turkestan chinois, Paris : L’Harmattan.

Lubeigt G., 2012, Nay Pyi Taw : une résidence royale pour l’armée birmane, Paris : Indes Savantes.

Marin A., 2006, Saint-Pétersbourg, ville-frontière d’Europe. Extraversion, paradiplomatie et influence de la « capitale du Nord » sur la politique étrangère de la Fédération de Russie (1990-2003), Thèse de doctorat en science politique, iep de Paris, p. 395.

Masanov N., 2002, « Perceptions of Ethnic and All-National Identity in Kazakhstan, Middle East Studies Series, n° 51, Institute of Developing Economies, mars.

Mink G., 2007, « Introduction. L’Europe et ses passés douloureux : stratégies historicisantes et usages de l’Europe », in Laure Neumayer & Georges Mink, L’Europe et ses passés douloureux, Paris : La Découverte, pp. 11-35.

Ohayon I., 2006, La Sédentarisation des Kazakhs dans l’urss de Staline. Collectivisation et changement social (1928-1945), Paris : Maisonneuve & Larose, iféac.

Ohayon I., 1999, « Redéfinition identitaire au Kazakhstan depuis l’indépendance », Regards sur l’Est, https://regard-est.com/dans-cette-perspective-le-kazakhstan-consacre [consulté le 9 août 2020].

Perouse J.-F., 1994, D’Angora à Ankara (1919-1950) : la naissance d’une capitale, Thèse de doctorat en géographie, Reims.

Reynaud A., 1982, Société, espace et justice : inégalités régionales et justice socio-spatiale, Paris : puf, pp. 31-44.

Ringrose D., 1973, « The impact of a new capital city: Madrid, Toledo, and new Castile 1560-1660 », The Journal of Economic History, vol. 33, n° 4, pp. 761-762.

Rokkan S., 1987, « Le modèle géoéconomique et géopolitique », Communications, n° 45, pp. 75-100.

Rolland D., Georgakakis D., Deloye Y., 2006, Les Républiques en propagande : pluralisme politique et propagande – entre déni et institutionnalisation, Paris, L’Harmattan.

Sakhno S., 2001, Dictionnaire russe-français d’étymologie comparée : correspondances lexicales historiques, Paris : L’Harmattan.

Sanguin A.-L., 1978, « Une capitale pour l’Europe ? Essai prospectif en géographie politique », L’Espace géographique, tome 7, n° 4, p. 284.

Smajyl A. (dir.), 2006a, Astana – Istoriâ stolicy i kraâ xvii-xix v. [Astana – Histoire de la capitale et de la région xviie-xixe siècles], Astana : Foliant.

Smajyl A. (dir.), 2006b, Astana – Istoriâ stolicy i kraâ xvi-xix v. [Astana – Histoire de la capitale et de la région xvie-xixe siècles], Astana : Foliant.

Temime M., 2001, « La question du transfert de l’ambassade des États-Unis en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem (1947-2000) », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 201, pp. 35-54.

Thery H., 1995, Pouvoir et territoire au Brésil, Paris : Éditions de la msh.

Thorez J., 2019, « Le développement de la nouvelle capitale du Kazakhstan, Astana / Nur-Sultan (1998-2018) : croissance, capitalisation et normalisation », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 897, 2019.

Tsiomis I., 2011, « Berlin, Brasilia : monumentalité des États-nation », in M. Gravari-Barbas, I. Iosa, (dir.), Monumentalité(s) urbaine(s) aux xixe et xxe siècles. Sens, formes et enjeux urbains, Paris : L’Harmattan, p.40.

Tsiomis I., 1986, « Parler d’Athènes de 1834 comme on parle de Brasilia de 1964 », Villes en parallèles, n° 9.

Vale L., 1992, Architecture, Power and National Identity, New Haven : Yale University Press, pp. 47-48.

Vallet O., 1989, « Aux origines de politique », Mots, n° 18, pp. 106-107.

Yelkov I., 1998, « Nikita Hruŝev also ordered that Akmola be made the capital », Moscow Komsomol’skaâ Pravda, 30 avril.

Werth N., 2012, Histoire de l’Union soviétique, Paris : puf.

Wolfel R., 2002, « North to Astana: nationalistic motives for the movement of the Kazakh(stani) capital », Nationalities Papers, vol. 30, n° 3, p. 499.

Haut de page

Notes

1 Devenu premier secrétaire de la rss kazakhe en 1989, il a été ensuite élu président à maintes reprises (1991, extension du mandat par référendum en 1995, 1999, 2005, 2011, 2015).

2 C’est son statut officiel, inscrit dans la Constitution depuis 2010.

3 Qui signifie « horde rouge » en Kazakh. Avant de porter ce nom, la localité s’appelait Ak Mešit (la mosquée blanche).

4 La ville est devenue Almaty après l’indépendance. Ce toponyme signifie « vieux pommier » ou « pommiers ancestraux » en kazakh ; alma étant la pomme, ata le terme renvoyant aux aïeux masculins, que l’on retrouve dans le vocable « atavisme » en français.

5 Nous avons notamment choisi de ne pas inclure le transfert de Tel Aviv à Jérusalem qui, malgré sa dimension hautement symbolique, cristallisant certains des enjeux du conflit israélo-palestinien, pose problème dans la mesure où le déplacement n’est ni complet, ni reconnu par l’onu et par de nombreux pays du monde. En effet, Tel Aviv est devenu capitale de l’État d’Israël dès 1947, mais en 1949, les autorités décidèrent de s’établir à Jérusalem Est. Par commodité ou geste politique de refus, les représentations étrangères demeurèrent pourtant à Tel Aviv. Plus tard, en 1980, la Knesset adopte une loi déclarant Jérusalem réunifiée « capitale éternelle et indivisible », une décision contestée par la résolution 478 du Conseil de Sécurité de l’onu (1986) qui la présente comme « nulle et non avenue » (Temime, 2001, pp. 35-54).

6 Sur ce point, on sait que le maréchal Pétain avait tout d’abord pensé s’installer à Versailles, renouant ainsi avec les pratiques de la monarchie absolutiste (Rolland, Georgakakis & Deloye, 2006, p. 123).

7 Jusqu’alors, dans le royaume d’Espagne, la centralité du pouvoir suivait un principe de mobilité selon lequel la capitale était située là où demeurait le roi.

8 Le mouvement insurrectionnel des Basmači éclate en 1916 lorsque l’empire russe tente d’obliger les musulmans à effectuer leur service militaire dont ils étaient exemptés ; ils devaient ainsi combattre sur le front de la Première Guerre mondiale. Des Kazakhs de la région de Turgaj, des Ouzbeks de la Ferghana et d’autres s’attaquent aux Russes qui possédaient des terres. La révolte est durement réprimée : 130 000 personnes sont tuées dans le sud-est du Kazakhstan (région du Sémireč’e), des dizaines de milliers fuient en Chine. Les combats entre éleveurs-paysans et militaires se poursuivirent jusqu’en 1922 et tournèrent à l’avantage de l’Armée rouge, conduite par Mikhaïl Frounzé (qui donna son nom à la capitale du Kirghizstan soviétique) qui vint à bout d’Ismail Enver Pacha, le chef de la révolte basmači. Une fois leur leader mort, les insurgés se terrèrent dans les montagnes et durent renoncer au projet d’un Turkestan libre, ni colonial ni bolchevique.

9 Dans ses travaux de sociologie historique, Stein Rokkan dessine une « carte conceptuelle de l’Europe » à trois variables (économie, culture et territoire) qui explique comment les États-nations ont pris forme, à l’époque moderne, lorsque leurs élites ont su faire émerger un centre fort et incontestable. Mais son propos est essentiellement comparatif. Il a pour but l’explication de la diversité des configurations politiques (empires centralisés, cités-États, confédérations) (Rokkan, 1987).

10 Une remarque s’impose à ce stade pour Saint-Pétersbourg et Tokyo, seuls exemples d’ouverture maritime qui contrastent avec les treize autres exemples de repli vers l’Hinterland.

11 Dont la célèbre photographie du drapeau soviétique flottant au-dessus du Reichstag, d’Evguéni Khaldei, mise en scène puis retouchée dans un but propagandiste, reste une image marquante du xxe siècle.

12 À partir de l’étymologie de polis, abstraction faite de la dimension démocratique du concept hellénique, on peut soutenir l’idée selon laquelle la ville institue une cité. Le centre urbain est donc au fondement de l’entité politique (qu’elle soit autoritaire ou pluraliste).

13 Selon une célèbre expression d’Algarotti, attribuée à un Pierre 1er devenu « le Grand ». Le comte Francesco Algarotti (1712-1764), fils d’un riche vénitien, littérateur protégé de Frédéric de Prusse et ami de Voltaire qui l’appelait son « cher Cygne de Padoue », désigna la ville de Saint-Pétersbourg, dans ses Lettres sur la Russie (1739), comme la gran finestrone à travers laquelle la Russie regardait vers l’Europe.

14 Iannis Tsiomis va même jusqu’à considérer Athènes comme une création ex nihilo, malgré l’antiquité incontestable de la cité grecque (Tsiomis, 1986, p. 15 ; idem, 2011, p. 40).

15 C’est là que l’on a retrouvé l’inscription la plus complète du testament d’Auguste, appelé Res Gestae depuis Suétone (index rerum a se gestarum dans son intitulé original) qui sert de référence pour les éditions du texte. Il s’agit d’une sorte de rapport d’activité, découvert en 1555 par Augier Ghislain de Busbecq, diplomate français auprès de Soliman.

16 Observation personnelle sur le terrain à Almaty (mars 2019). Pour lire le texte original de la pétition (en russe) : gopetition.com [consulté le 9 août 2020].

17 Un sondage de 1994, publié par l’agence de presse Interfax, montre ainsi que 23,8 % des personnes interrogées approuvent la décision de déplacer la capitale alors que 52,8 % la désapprouvent. Cité dans Wolfel (2002, p. 499).

18 À l’occasion du transfert de la capitale, des journalistes russes ont rappelé que l’idée avait déjà traversé l’esprit de Hruŝev, en même temps qu’il impulsa la politique agricole des Terres vierges. Rebuté par la signification du toponyme, il décida de le transformer en Celinograd (cité des terres vierges). Mais son éviction du poste de premier secrétaire du pcus, selon Igor Yelkov, l’empêcha d’aller au bout de ce projet (Yelkov, 1998, cité par Wolfel, 2002, p.498).

19 Entretien avec Murat (8 juillet 2010, Astana). On remarque ici que la décision du 20 mars 2019 tire son origine dans la décennie précédente !

20 L’expression exacte en russe est gorod na kostâh, littéralement, « une ville sur ossements ».

21 Kabanbaj est l’un des meneurs de la résistance à l’invasion džungare, au xviiie siècle. Ses qualités de guerrier sont donc exaltées par le suffixe batyr, qui signifie « héros ».

22 Observations personnelles, juillet 2010. Bien que cette pratique ne soit pas en concordance avec une conception piétiste et orthodoxe de l’islam, qui rejette toute idolâtrie autre que celle de dieu, le rituel intime (nous étions cinq personnes dans ce petit bâtiment isolé dans les steppes) auquel nous avons assisté était empreint d’une spiritualité assumée par les participants, qui témoignèrent un respect appuyé au gardien des lieux. Il faut dire que la considération envers les aînés est un leitmotiv des rapports entre générations, qui se traduit par une révérence aux aksakal (barbe blanche en kazakh et en ouzbek).

23 Tombeau d’un ancêtre de la tribu Šeih. « C’est l’un des lieux saints les plus vénérés du Turkménistan oriental » (Bennigsen & Lemercier-Quelquejay, 1986, p. 201).

24 En effet, dans une étude sur un lieu de culte en Inde, Marc Gaborieau explique que « les termes persans astâna, et plus fréquemment dargâh – qui signifient littéralement le « seuil » de la maison d’un supérieur – désignent par métonymie l’ensemble du sanctuaire comme objet de respect. Nous sommes ici, en effet, dans le registre du vocabulaire impérial : le saint est le véritable sultan de l’Inde ; son sanctuaire est traité comme un “palais” » (Gaborieau, 2005, p. 535).

25 Les langues altaïques se divisent en trois groupes : turcique, mongol et toungouze, dont le premier compte le plus de locuteurs (environ 70 millions).

26 Le topos de la kazač’â stanica (garnison cosaque) est récurrent dans les œuvres littéraires de classiques russes, par exemple chez Pouchkine ou Lermontov.

27 Notons que les deux ethnonymes cosaque et kazakh partagent la même étymologie turcique, celle qui provient du terme kazak (homme libre) car les uns vivaient sur les marches de l’empire russe quand les autres s’étaient émancipés du joug mongol. Les deux ont de surcroît en commun de fortes traditions équestres.

28 C’est nous qui soulignons.

29 On voit ici combien le russe est proche du radical originel dans le verbe stanovit’sâ/stat’ (devenir).

30 Odon Vallet rappelle ainsi que le grec polis est lié à l’enclos au sein duquel se regroupe la population, souvent en hauteur (Berg le mont allemand qui donnera bourg) donc sur l’acropole, lieu politique par excellence car dévolu à la gestion de la collectivité (Vallet, 1989, pp.106-107).

31 En russe, on dirait vosstanavlivat’ (établir).

32 Radical que l’on retrouve dans le russe moloko (le lait) « abondance blanche ». L’expression traduirait ainsi la quantité de produits laitiers circulant dans la région, en raison des très nombreux troupeaux transhumant dans les steppes alentour et de l’activité marchande qui en résultait. Cette autre interprétation possible du toponyme Akmola est marginale mais existe chez quelques linguistes de l’Université Eurasienne Gumilev. Pour autant, la version officielle retenue par la commission d’onomastique est « lieu blanc sacré », qui jette donc un pont avec l’étymologie d’Astana, examinée supra. Observations de terrain, été 2009 et 2010.

33 Ce programme volontariste permit de mettre en valeur 37 millions d’hectares, soit 30 % de la superficie cultivée jusqu’alors en URSS, en trois ans et de manière extensive (Werth, 2012, p. 423).

34 Membres de l’organisation de jeunesse du Parti Communiste d’urss. Littéralement, il s’agit de l’Union Communiste de la Jeunesse (contraction de Kommunističeskij Soûz Molodeži).

35 Ils provenaient pour l’essentiel des régions européennes de la Russie et d’Ukraine, plus densément peuplées qu’ailleurs.

36 Typiques de l’urbanisme soviétique de cette époque, ces immeubles étaient destinés à moderniser le parc immobilier pour accompagner la transition urbaine rapide.

37 Qui fait autant écho au Far West américain par la conquête de grands espaces qu’il recouvre que par les problèmes sociaux qu’il engendre. Nicolas Werth parle ainsi d’un syndrome des Terres vierges pour désigner les nombreux incidents auxquels avait donné lieu ce front pionnier de peuplement. Des manifestations de violence se produisaient sur les chemins de fer, sur les sites de construction des infrastructures et les chantiers de défrichement – rixes collectives entre les différents groupes installés très précairement sous des tentes et très mal ravitaillés ; bagarres entre les nouveaux arrivants et la population locale, composée souvent d’anciens exilés et de « déplacés spéciaux » de diverses origines ethniques, pillages des rares magasins ; violences contre l’encadrement, les fonctionnaires locaux du Parti et les forces de l’ordre (Werth, 2012, pp. 448 et 454).

38 Respectivement devenues Semej et Oskemen. Pour une analyse des enjeux nationaux et de l’impact local des réformes toponymiques, nous renvoyons à Abiyeva (2012, p. 338).

39 Notre expression est formée à partir de celle employée par Georges Mink (stratégies historicisantes) au sujet des « usages des représentations de l’histoire » et des conflits entre « acteurs du champ mémoriel » en Europe (Mink, 2007, pp. 17-21). Mais puisque nous nous limiterons ici à l’analyse de l’ancrage dans un passé lointain, nous abandonnons la dimension stratégique pour nous concentrer sur l’analyse d’un discours laudatif à propos de l’antiquité d’Astana.

40 Intitulé d’un programme de recherche financé par l’anr https://scanr.enseignementsup-recherche.gouv.fr/project/ANR-07-SUDS-0005 [consulté le 10 août 2020].

41 Créateur de la revue Sovetskaâ Arhitektura (architecture soviétique), Nikolaj Milûtin (1889-1942) fut parmi les architectes les plus influents de sa génération. Il mit au point le plan de la ville socialiste, le socgorod, repris dans les plans de nombreux sites (Stalingrad, Magnitogorsk etc.).

42 Texte en regard d’un cd, édité par Kul’šat Medeuova, intitulé Anthropologie et utopie de la nouvelle capitale du Kazakhstan : à la recherche d’une esthétique du pouvoir – cours spécial, Semipalatinsk, Astana, Saint-Pétersbourg, 2005.

43 Monument érigé fin 2009 à Astana et qui a subi des modifications pour recueillir un bas-relief en bronze représentant le président Nazarbaev.

44 Entretien avec Sayasat (15 juillet 2010, Almaty).

45 Entretien avec Daniâr (27 mai 2008, Almaty).

46 Il faut dire que le titre de Doktor Nauk, équivalent de l’ancien doctorat d’État en France, est particulièrement prisé des hommes politiques kazakhstanais. Ainsi, sur 690 notices biographiques qui constituent la base de données des élites politiques compulsée par Marie Dumoulin dans sa thèse, on observe que 43 % des députés et sénateurs, 79 % des ministres et 75 % des gouverneurs de région en sont titulaires (Dumoulin, 2010).

47 Le commentaire formel, en deuxième de couverture, relatif au contenu de l’ouvrage et précisant le public visé est en effet une convention éditoriale datant de la période soviétique.

48 Ce sont les Coumans du codex cumanicus, conservé à la Biblioteca Nazionale Marciana de Venise, datant du xiiie siècle et qui montre comment les marchands génois et vénitiens commerçaient avec les confédérations tribales de langue turcique, englobées dans la horde d’or après les incursions genghiskanides en Europe.

49 Observations personnelles, juin 2009.

50 Avant que le vocable « kazakh » ne s’impose dans les années 1920, c’est l’expression qui était utilisée pour désigner les nomades des steppes, par opposition aux Kara-Kirghiz des hauteurs, habitant dans le Tian Shan. En langue turcique : « vagabond » (nomade) ou « exilé » (fuyard). L’origine du mot ne référait à aucune appartenance ethnique : le « Kazakh » était un individu libre qui avait quitté son peuple au profit de la liberté. Collectivement, les Kazakhs étaient des groupes de nomades refusant de reconnaître un État en particulier et menant la guerre contre celui-ci. Le terme désigne alors – et uniquement – ceux qui ont une culture nomade et un mode de vie pastoral. C’est pourquoi Nurbulat Masanov affirme que du xvie siècle aux années 1930, « les Kazakhs n’ont jamais représenté un groupe ethnique consolidé » (Masanov, 2002, p. 20).

51 Ville située à 300 kilomètres d’Astana.

52 Nom donné à la circonscription du sud-est du Kazakhstan à l’époque impériale russe. Elle s’étendait des rives méridionales du lac Balhaš au piémont du Tian Shan.

53 Ramification des chaînes montagneuses du Tian Shan.

54 Massif montagneux situé au nord-est du pays.

55 Plusieurs doctorants nous ont en effet signalé qu’une mention aux travaux « scientifiques » du président Nazarbaev et à son activité politique fondatrice constitue une sorte de figure imposée dans l’écriture de sa thèse, au risque de ne pouvoir engager la procédure administrative de soutenance. [Observations personnelles en 2008, 2009 et 2010].

56 Il s’agit probablement ici d’une erreur malencontreuse de la part de l’auteur ou de l’éditeur, confondant les termes Andronovo et Andropov. La culture d’Andronovo, du nom d’un village de Sibérie où l’on découvrit en 1914 des nécropoles (ou kourganes), laisse supposer une validation de l’hypothèse d’une origine des langues indo-européennes, avec également des traces de culte solaire se rapportant au dieu Mithra. On l’associe également avec l’invention, à l’Âge de bronze, de la roue pour charrues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Fauve, « L’édification d’Astana/Nur-Sultan comme centre politique : une question capitale »Cahiers d’Asie centrale, 28 | 2020, 39-67.

Référence électronique

Adrien Fauve, « L’édification d’Astana/Nur-Sultan comme centre politique : une question capitale »Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 23 juin 2022, consulté le 27 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/4499

Haut de page

Auteur

Adrien Fauve

Adrien Fauve, Université Paris-Saclay, contact : adrien.fauve@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search