Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Deuxième partie : Bichkek, le pré...Bichkek-ville du futur, au miroir...

Deuxième partie : Bichkek, le présent-progressif

Bichkek-ville du futur, au miroir de Frunze

Bishkek-city of the future, in the mirror of Frunze
Бишкек-город будущего, в отражении Фрунзе
Catherine Poujol
p. 107-122

Résumés

Bichkek, capitale du Kirghizstan indépendant depuis la fin du pouvoir soviétique en 1991 est sans aucun doute la métropole d’Asie centrale qui a le moins changé en trente ans. Cependant, cette ville présente le paradoxe d’être sensible et ouverte à la modernité numérique, tant de la part des dirigeants que de ses habitants, notamment les urbains tous connectés et dans le même temps de préserver des pans entiers de la mémoire matérielle et immatérielle des décennies soviétiques qui ont présidé à son développement. Cet article propose un voyage dans le temps du vécu urbain, du bâti aux usages de la ville au xxe siècle et ce qu’elle en a retenu de visible et d’invisible dans les interstices du présent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mikhaïl Frunze dirigeant bolchevik né en 1885 dans l’oblast’ du Semireč’e, donna son nom à la ville (...)

1Bichkek, ancienne Frunze1, capitale du Kirghizstan indépendant depuis la fin du pouvoir soviétique en 1991 est sans aucun doute la métropole d’Asie centrale qui a le moins changé en trente ans. Elle est celle qui retient le plus l’image de son passé proche, de sa planification ordonnancée et des décennies de constructions modernes soviétiques [Ritter, 2014], faisant d’elle un musée à ciel ouvert. Elle est cependant ponctuée par quelques bâtiments contemporains, moins nombreux que dans les autres grandes villes de la région, et par des constructions inachevées pour diverses raisons, notamment celles liées aux données économiques et politiques du pays.

2Cette métropole estimée à 980 400 habitants en mars 20202 a connu un développement industriel majeur dans les années 60 du siècle dernier (lorsque Turdakun Ussubaliev, secrétaire général du pc de la république kirghize jusqu’en 1985 entreprit de moderniser la ville) et comme ses voisines régionales une accélération de l’histoire après la dislocation de l’urss et l’accession du Kirghizstan à l’indépendance le 31 août 1991. Mais, elle est surtout le symbole de l’urbanisation d’un peuple auparavant nomade et qui, doit à la révolution de 1917 de lui avoir fait oublier les heures sombres des répressions tsaristes qui ont culminé en 1916 contre une partie de son abandon du mode de vie nomade au profit de pratiques pastorales résiduelles.

  • 3 L’année 2019 a été déclarée année de la numérisation du Kirghizstan en identifiant les tâches suiva (...)

3Bichkek reflète aussi l’appétence de ses habitants à « être connectés » par les technologies nouvelles du numérique, sous toutes ses formes. Nombreux sont les programmes qui développent l’accès aux procédures administratives en ligne, le projet d’« e-gouvernement »3, le cadastre ou les actes notariés en ligne, etc.

  • 4 En plus de vingt ans, certains de ces quartiers proches des montagnes au sud de la ville, se sont g (...)

4Consciente des problèmes de circulation en ville, des conditions de sécurité routière et de pollution de l’air qui vont croissant, la mairie cherche des solutions pour réduire le nombre de véhicules, en plus du dossier très lourd de l’arrivée massive de ruraux depuis l’indépendance cherchant un emploi à Bichkek et son cortège de constructions sauvages en périphérie dans des « espaces contestés » [Saparov, 2017]4.

5Elle n’a pas encore opté pour le développement des pistes cyclables et des vélos en accès libre contrairement à sa voisine Almaty, mais elle a investi dans des systèmes de caméra de surveillance afin de contrôler le trafic et de dissuader les automobilistes de pratiquer des excès de vitesse dans une ville où le piéton est en droit de traverser sur les passages dédiés, même sur les grands axes.

6Cependant, ce qui frappe à Bichkek, n’est pas sa projection dans le futur comme à Nur-Sultan (Astana), Achgabat, Tachkent ou Douchanbé, bien que pour cette dernière, la programmation urbaine passe par la quasi destruction de son bâti existant. Ce qui saute aux yeux du visiteur, ce sont les pans entiers de la mémoire matérielle et immatérielle des décennies soviétiques, les interstices entre les barres d’immeubles qui semblent figées dans le temps et qui font passer le piéton d’une période à l’autre en quelques instants.

7L’historien dira de Bichkek qu’elle n’a pas totalement phagocyté Frunze et qu’elle permet, plus que toute autre ville de la région, de faire affleurer les strates de son histoire durant le xxe siècle, après la construction du fort colonial de Pichpek en 1868 dont il reste quelques ruines. Elle permet ainsi aux générations qui sont nées après la fin de l’urss et aux touristes de plus en plus nombreux, d’effectuer un voyage dans le temps et de s’interroger sur les traces d’une époque révolue qui va de la révolution de 1917 à 1991.

La mémoire matérielle et visuelle de la révolution de 1917 à 1991

8Que reste-t-il de la mémoire visuelle de l’époque soviétique au Kirghizstan ? D’un certain côté, il demeure bien tout ou presque des bâtiments visibles aujourd’hui au Kirghizstan, pays où la part des monuments anciens est particulièrement réduite et celle des bâtiments post-soviétiques encore très minoritaire après bientôt trente ans d’indépendance.

  • 5 À noter les transformations qui ont été effectuées dans le célèbre musée d’histoire de Bichkek (qui (...)

9Bichkek, en particulier est réellement un « musée à ciel ouvert du modernisme soviétique » qui mériterait d’être inscrit au patrimoine de l’unesco, avec ses barres d’immeubles organisées en îlots dont les façades sont encore peu réhabilitées aujourd’hui, ses universités, ses parcs, ses hôpitaux, ses instituts de recherche, ses musées5, lieux de culture, stade, cirque, bains publics, etc. Sa planification urbaine quadrillée, théâtralisée et la variété des populations qui y vivent malgré les transformations en cours depuis près de trois décennies sont aussi un produit de l’histoire soviétique.

  • 6 Dont une tournant le dos au musée d’histoire, une dans la cour du palais des sports, une dans la ga (...)
  • 7 Dans la liste des monuments de Bichkek, disponible sur le site https://ru.wikipedia.org/wiki sur 60 (...)
  • 8 Édifié en 1978, sur la place du même nom (sculpteur T. Sadykov, architecte G. Kukateladze), voir li (...)
  • 9 Édifié en 1963, par les sculpteurs V. Puzyrevskij et G. Tipyh, comprenant deux inscriptions en russ (...)
  • 10 Édifiée en 1975 en l’honneur des trente ans de la victoire durant la Grande Guerre Patriotique (la (...)
  • 11 Mémorial achevé en 1985, pour les 40 ans de la victoire de la Deuxième Guerre mondiale, par les scu (...)

10La mémoire spécifique de la Révolution de 1917 est symboliquement incarnée par le maintien dans l’espace urbain, outre les quelques statues de Lénine6, de quelques monuments7 tels celui consacré aux combattants de la révolution8, aux héros komsomol9, à Mihaïl Frunze ou à Dzeržinskij (curieusement édifié fort tardivement, en 1987). Une attention plus grande est portée à la mémoire de la Deuxième Guerre mondiale, appelée Grande Guerre Patriotique en urss, avec des monuments tels que l’allée des héros10, le Monument de la Victoire, sur la place du même nom11.

11La célébration fastueuse de la victoire contre le nazisme le 9 mai, avec le déploiement depuis l’année 2012 à l’instigation de la Russie du fameux « Régiment des immortels » présent dans chaque État ex-soviétique y compris l’Ouzbékistan qui l’a autorisé à nouveau récemment, montre également le rôle fédérateur que joue la « Grande guerre patriotique » dans la mémoire collective des ex-soviétiques, sorte de relais plus proche de la séquence soviétique inaugurée en 1917.

  • 12 N. Kosmarskaâ, «Who Remembers the Soviet Past in Central Asia, and Why, 115/01/2018, http://fellows (...)

12Elle persiste également à travers le maintien de certains noms de rues, par-delà leur « désoviétisation » officielle, Ibragimov à la place de Pravda, Abdurahmanov à la place de Sovetskaâ. Mais, il faut bien reconnaître que leur usage persiste parmi la population qui parle toujours du croisement des rues Moskovskaâ et Sovetskaâ en employant le diminutif « Mossovet » à côté de l’adoption de nouveaux noms, Manas, Čuj, Žibek-žolu relevant de ce que Natal’â Kosmarskaâ appelle la re-symbolisation de l’espace urbain par les nouvelles élites nationales depuis l’indépendance12.

  • 13 Pour des raisons variées, dont certaines relèvent de pratiques notoires de blanchiment d’argent.

13Cette mémoire est, pourrait-on dire, enchâssée dans un grand nombre de bâtiments officiels et de logements sociaux construits au fil des décennies soviétiques qui se mêlent à ceux datant de l’indépendance et de la libéralisation des promoteurs, outre l’État, formant à l’heure actuelle une « espèce d’espace », selon l’expression consacrée par Georges Perec dans son étude de Paris, mixte, parsemé de trous et d’immeubles inachevés13.

14Pourtant cette mémoire portée en grande partie par la présence de bâtiments anciens, essentiellement soviétiques (car il ne reste presque rien du bâti colonial en raison des divers tremblements de terre qui se sont produits depuis), ne constitue en aucun cas une priorité pour les autorités kirghizes, pas même la moindre contrainte. Ce qui doit les sauver de la démolition est sans doute le coût que cela représente.

  • 14 C’est le cas en 2017 du restaurant « Naryn » qui se trouvait en face de la place de l’indépendance, (...)

15Les autorités urbaines traitent l’héritage urbain soviétique comme un état de fait avec lequel il faut composer pragmatiquement, supprimant ponctuellement quelques bâtiments officiels de grande envergure pour libérer du terrain très prisé au centre-ville14.

16Si, malgré l’existence d’une commission du patrimoine, la municipalité ne développe pas une politique globale de préservation des objets architecturaux anciens et ne semble pas considérer comme nécessaire la patrimonialisation de « lieux de mémoire » des décennies soviétiques au sens développé par Pierre Nora, elle s’accommode faute de moyens financiers suffisants avec un « milieu de mémoire » [Nora, 1989] persistant qui toutefois divise la société entre ceux qui veulent le préserver et ceux qui voudraient le voir disparaître.

17Certes, les traces visibles de cette époque aujourd’hui révolue sont encore fort nombreuses, à la fois persistantes et comme on l’a compris, fragiles. Persistantes, car elles signent en une profusion de socles en marbre, de rubans de béton et de façades de hlm évoquant le motif national de la yourte, à l’endroit ou à l’envers, la « profession de foi » du pouvoir soviétique, qui fit du vocabulaire architectural formel, l’instrument idéologique de son projet politique appliqué à la capitale d’une république socialiste soviétique, ainsi qu’aux autres villes du pays.

  • 15 On peut signaler que la situation est beaucoup plus tendue à Douchanbé au Tadjikistan où le centre- (...)

18Mais également fragiles, car ces objets urbains ne sont pas au Kirghizstan comme ailleurs en Asie centrale (et au Caucase) [Ter Minassian, 2007], protégés par un véritable souci de patrimonialisation. Ils n’ont de valeur que marchande, relative au coût du terrain sur lequel ils sont construits. Ils ne constituent pas la préoccupation des autorités urbaines, à l’exception de quelques associations locales de citoyens (et d’ong internationales œuvrant pour la préservation de certains d’entre eux15.

Du bâti aux usages…

19L’héritage soviétique est donc omniprésent dans l’espace urbain, sa planification, ses objets, mais également dans de nombreux éléments matériels qui correspondent aux usages de ses habitants : les micro-autobus (le parc étant en cours de renouvellement), les trolleybus, les vieilles voitures, les motos, certains magasins non rénovés, divers emplacements dans les bazars, le mobilier urbain des parcs, des écoles et jardins d’enfants avec d’extraordinaires cygnes réalisés en pneus et peint en bleu et blanc.. Par contraste, le vieux bazar de la ville de Och a été démoli et reconstruit depuis les événements de 2010, ce qui rend plus évident encore le lien entre la politique urbaine et la gestion des crises sociales.

20Tout ceci cohabite avec des éléments nouveaux apportés par le développement du secteur privé dans la construction urbaine, l’apparition de supermarchés, centres commerciaux, business centers, grands hôtels, restaurants, boutiques de luxe, nouveaux lieux de culte, mosquées, églises orthodoxes, Abribus, etc…

21Dès que l’on sort des villes, on reconnaît bien le bâti des anciens kolkhozes d’élevage, certains étant encore en usage sous un autre vocable, la planification des centres de bourgades, avec le square, la statue de Lénine (qui a pu éventuellement être changée depuis), le bâtiment administratif qui représente la municipalité, quelques magasins, la station d’autobus.

22Et si l’on poursuit la quête des éléments matériels de la mémoire soviétique subsistante aujourd’hui, outre dans les quelques magasins d’antiquités pour touristes et collectionneurs de bustes de Lénine, on peut considérer qu’ils sont encore nombreux dans le quotidien des habitants de Bichkek : la couleur des murs des parties communes des escaliers, les ascenseurs, le système électrique, l’état des appartements non rénovés, les grilles aux fenêtres, le mobilier, la vaisselle, les livres dans les bibliothèques familiales, les tapis… jusqu’au sifflement spécifique des locomotives qui, curieusement, n’a pas changé de ton.

23En descendant davantage encore dans les strates profondes du quotidien, il serait intéressant de constater la persistance des pratiques alimentaires (portées par la communauté russophone dans les bazars, du moins à Bichkek où elle persiste plus qu’ailleurs), de certaines tenues vestimentaires, ce qui est étudié sous le terme fort adéquat par l’historien François-Xavier Nérard, d’« univers des choses soviétiques » dans son séminaire à Paris I-Panthéon-Sorbonne.

  • 16 Bâtiment soviétique construit à l’époque de Nikita Hruŝev.
  • 17 Chef d’escalier, connaissant tous ceux qui vivent dans les appartements dont il a la responsabilité (...)
  • 18 Porte d’entrée, devant laquelle est disposé un banc, permettant la socialisation des habitants de l (...)

24Au niveau des pratiques, l’héritage soviétique est encore très présent. Tous les immeubles urbains de type hruŝevka16 ou non conservent un, plutôt une responsable appelée domkom17, dans chaque escalier auquel on accède par un pod’’ezd18, lequel est placé sous l’autorité d’un chef d’îlot qui fait le lien avec les autorités urbaines, organise les meetings électoraux dans la salle polyvalente qui subsiste dans la cour centrale, règle les conflits de voisinage et les questions de sécurité, au point de renseigner la police sur les « hôtels temporaires » aussi bien que sur les individus suspects de comportement à risque.

25La situation est différente dans les immeubles nouveaux, de type « èlitka » qui sont gérés par un concierge qui garde la grille d’entrée mais qui conservent une domkom, version femme d’affaires.

26Les pratiques soviétiques sont encore fondamentalement en usage dans l’administration, la gestion des rh (le fameux otdel kadrov), le management du secteur public, Il suffit d’être reçu par un ministre ou un recteur d’université pour comprendre que l’organisation spatiale de l’exercice du pouvoir n’a pas changé. Il y a toujours une pièce qui joue le rôle de sas entre le couloir et le bureau de la haute personnalité, dans laquelle se tient la secrétaire, dans la quasi-totalité des cas, une femme. La disposition du bureau, avec en épi une table et des chaises pour les visiteurs, participe également de la persistance de la représentation spatiale du pouvoir telle qu’elle doit être signifiée aux hôtes de passage. Rien n’a changé. Même si le mobilier a été rénové, les livres sur les étagères différentes, la décoration sur le bureau, ainsi que le drapeau également, le concept du « minimum nécessaire aux attributs du pouvoir », a traversé le miroir de l’indépendance.

27C’est d’ailleurs le cas de nombreuses pratiques, représentations et comportements des citoyens du Kirghizstan indépendant, sans que cela ne fasse l’objet d’une mobilisation particulière des acteurs politiques et médiatiques contemporains. Il doit s’agir ici de ce que l’historien Lucien Febvre appelait l’outillage mental et dont la force d’inertie garantit une survie bien au-delà des générations nouvelles, notamment grâce à un phénomène aussi bien individuel que collectif qui relève de la transmission consciente ou non de la mémoire immatérielle. Il faut donc garder comme postulat de base la recommandation parfaitement adaptée au cas centrasiatique d’Ernest Labrousse « sur l’économique retarde le social, sur le social, le mental ».

Du visible, à l’invisible : la mémoire immatérielle et ses strates

  • 19 Cf., Pierre Nora, op.cit., p. 9. « La mémoire est absolue, alors que l’histoire ne peut être conçue (...)

28Il est possible d’appréhender les phénomènes de mémoire en plusieurs strates, une fois posé le principe par Maurice Halbwachs d’une mémoire « collective, plurielle, individuelle » [Halbwachs, 1950] « ancrée dans le concret, les espaces, les gestes, les images et les objets »19. On peut schématiquement diviser la mémoire collective, comme celle de tout individu en mémoire immédiate, mémoire du passé, réel ou fantasmé.

29Outre l’héritage soviétique écologique désastreux produit par l’exploitation industrielle des ressources naturelles (uranium notamment), qui doit faire l’objet d’études spécifiques et qui est largement ignoré par les populations concernées, ce qui nous intéresse ici est contenu dans la strate de la « mémoire immédiate ».

30Toutes les fêtes qui rappellent la socialisation soviétique, telles les cérémonies du 9 mai, les anniversaires, la nouvelle année, le sapin de Noël, les mariages au restaurant (en dehors de la cérémonie religieuse). Toutes sont formellement apparentées à des pratiques exogènes, telles que la robe blanche de la mariée, l’usage de l’alcool. Elles font aujourd’hui l’objet d’un profond débat dans la société (sauf l’innovation récente que constitue le défilé des portraits du « régiment des immortels » dont on a parlé plus haut qui fait consensus), provoquant un clivage qui ne fait que s’accentuer au fil des années entre les générations soviétiques qui n’ont pas l’intention de bouleverser leurs pratiques festives et celles qui invoquent le caractère illicite de ces pratiques au nom de l’islam.

Les représentations : du politique à l’idéologie

31Parmi les éléments mémoriels qui subsistent dans les mentalités contemporaines, on peut signaler la persistance de la vision soviétique de l’Autre, en tant qu’étranger, ennemi. Il n’est pas rare de voir invoquer aujourd’hui le concept d’espion pour tout individu travaillant dans une ong aussi bien que dans une structure internationale. De même, la perception d’une Europe, envahie par des hordes de migrants, bien que véhiculée par les médias russes très présents dans le pays, relève également d’une vision locale de menace du corps social par tout élément étranger, par définition néfaste et mal intentionné.

  • 20 Il faut se souvenir que l’homosexualité a été dépénalisée au Kirghizstan en 1998 (cas unique dans l (...)

32Les valeurs de démocratie prônées par les Européens sont souvent associées à de la faiblesse et de l’anarchie, comme prolongement naturel à l’idéologie soviétique de l’étranger capitaliste sauvage et impuissant à réguler ses problèmes sociaux (chômage, inégalités sociales, grèves, etc.). Les valeurs familiales défendues par le président Poutine face à une Europe « décadente et minée par le mariage pour tous » et le « grand recouvrement » de la migration en provenance du sud, sont aussi largement brandies par des autorités locales conservatrices et soucieuses d’éviter toute contamination du corps social20.

33L’héritage soviétique c’est aussi la pratique massive de la corruption de petite et grande envergure, à tous les instants de la vie, dès lors qu’il s’agit d’obtenir un accès, un document, une place à l’université, une fonction, une rente. Fléau condamné par tous les nouveaux dirigeants, mais fléau qui gangrène le corps social, accentuant plus encore les inégalités croissantes.

34C’est enfin l’existence d’une strate, quoique restreinte d’individus réfractaires au religieux, athées convaincus voire combattants, descendant en ligne brisée de l’athéisme scientifique des dernières décennies soviétiques dont peu se revendiquent ouvertement, mais dont certains sont prêts à tout pour préserver la laïcité comme dogme d’État et la séparation de la religion du politique. Ce sont eux qui, en général francophiles, ont hérité d’une vision idyllique de la culture française, qui pâtit actuellement de l’hypermédiatisation par les canaux russes de la crise migratoire en Europe.

Une ligne de fracture qui n’est pas simplement générationnelle

35Dans une société « post-nomade » comme la société kirghize où la culture reposait très largement sur la transmission orale, la préservation des lignages et des techniques d’une génération à l’autre et le chamanisme-tengrisme comme orientation spirituelle (persistant par-delà l’adoption tardive de l’islam sunnite), on peut supposer que la mémoire immatérielle occupe une place importante, surtout si on la rapporte aux faibles traces du bâti ancien sur le territoire national.

36La question se pose ici d’un conflit identitaire inéluctable entre les partisans d’une société officiellement laïque, autre versant de l’héritage soviétique en voie de rétrécissement et ceux de plus en plus nombreux qui prônent le « retour à un islam véritable », sous l’influence des courants fondamentalistes qui irriguent la société kirghize (comme ailleurs) depuis son indépendance (et en réalité, depuis la Perestroïka) [Poujol, 2017].

37On peut donc s’étonner du succès de la prédication fondamentaliste qui prône un islam totalement étranger aux pratiques traditionnelles comme outil de « désoviétisation et décommunisation » de la société kirghize. Difficile à quantifier malgré l’existence de plusieurs enquêtes sociologiques sur cette question, ce mouvement semble toucher toutes les strates de la société, aussi bien les urbains que les ruraux, entraînant dans de nombreux cas, des fractures au sein des familles et des réseaux de sociabilité.

38D’autres segments de la société tentent de reconstruire une identité mémorielle nationale débarrassée des « stigmates soviétiques » tout en rejetant la mainmise exogène par les mouvements de prédication salafiste.

Qui va de la nostalgie au déni de mémoire pour beaucoup…

  • 21 Selon l’expression recueillie par N. Kosmarskaâ, art. cit., qui parle de « mémoire délocalisée tour (...)

39L’invocation du « passé soviétique », de la « merveilleuse Frunze »21 par les générations de retraités a déjà été identifiée comme de la nostalgie dont il convient de se défaire selon une remarque faite par l’ex-président du Kazakhstan, Nursultan Nazarbaev il y a plus de vingt-cinq ans. Faisant fi des périodes de répression et du prix qu’ils ont payé pour permettre à l’urss de rivaliser avec son ennemi intime, les usa, nombreux sont les citoyens du Kirghizstan qui considèrent que le pays doit tout à la période précédente, notamment les Russes qui vivent très mal toute tentative de leur faire accepter la moindre repentance, comme à l’occasion des cent ans de la révolte de 1916. Ils se sentent exclus du présent auquel ils ne trouvent aucun attrait.

40Mais, certains individus ne sont pas dans le déni, telle la gardienne du musée de la répression stalinienne dans le lieu de la mémoire nationale Ata Beit, situé dans le piémont de la chaîne de l’Ala Tau au sud de Bichkek, là où précisément fut fusillé un groupe de 170 dirigeants politiques communistes kirghizes durant la grande vague des répressions staliniennes, lesquels ont été dignement enterrés au centre du mémorial, au lendemain de l’indépendance du Kirghizstan.

41Il convient également de remarquer que la psychologie soviétique reposant sur une forte capacité de résilience a impacté la société post-soviétique, en forgeant un corps social résistant à l’adversité, aux coupes d’électricité récurrentes, à la panne de chauffage pendant quinze jours par moins 35 degrés dans l’hiver 2017.

  • 22 Voir Pierre Gentelle « À la recherche des racines enfouies de la géographie d’un peuple : La résili (...)

42Les individus se sont adaptés aux fortes contraintes, à cet « empilement de traumas inscrits dans les consciences et dans la mémoire collective »22 auxquels ils ont été soumis. Ils étaient capables de se considérer comme musulmans en buvant de la vodka, d’être officiellement athée, membre du Parti communiste de l’urss, tout en pratiquant les principaux rites de l’islam, dans leur foyer. Le xxe siècle a démontré qu’ils ont fait souvent preuve de grandes capacités de résilience [Cyrulnik, 1999] et de dépassement de l’adversité.

43La période actuelle les laisse pour beaucoup désemparés, sans aucune confiance dans leurs dirigeants, sans réel espoir d’amélioration de leurs conditions économiques et sociales, si ce n’est la seule alternative de la migration de travail en Russie ou ailleurs. D’où découlent, en partie, les processus de radicalisation d’une fraction de la jeunesse.

Conclusion

44La société kirghize, qui fut contrainte d’emprunter une trajectoire historique imprévue depuis la fin du xixe siècle comme maillon excentré du projet colonial russe, puis comme exemple de la construction administrative et politique d’une république ex-nomade au sein de l’urss jusqu’à sa disparition en 1991, ne peut se forger un futur s’appuyant sur une identité étatique et nationale sereine qu’en acceptant son passé qu’elle côtoie tous les jours à travers l’héritage visible et invisible de la Frunze soviétique.

45Elle doit reconnaître que la double rupture causée par la colonisation et la soviétisation dont le dénominateur commun est constitué par l’ensemble des attributs de la modernité (innovations technologiques, sédentarisation, urbanisation, industrialisation…) fait partie de son héritage inaliénable et se reflète dans le paysage urbain qu’elle pratique au quotidien dans sa capitale Bichkek.

46Même si le visuel ex-soviétique qui caractérise Bichkek ne date que des années 60, il constitue le socle et le maillage architectural actuel sur lequel se développera le futur de la ville. Ce développement n’est ni uniforme, ni ne relève d’une seule temporalité. Au contraire, pour l’heure, la « grammaire visuelle urbaine » rend compte de la fracture de l’espace social, entre plusieurs sous-espaces : ethniques, religieux, culturels, économiques, générationnels, lesquels se côtoient, s’interpénètrent, s’entrechoquent.

47Plusieurs temporalités sont à l’œuvre à Bichkek, celle des acteurs de la ville (répartis en différentes classes d’âge ayant leurs lieux et leurs pratiques propres) et qui incarnent la propagation rapide des mutations sociales, celle des objets urbains dont la construction prend plus de temps, voire même est interrompue, celle des pratiques urbaines, à la fois persistantes et changeantes au gré des modes mais qui incarnent une longue durée traversant les époques. En outre, on peut y ajouter la « temporalité commerciale », qui joue le rôle de signature visuelle de la féroce concurrence d’influences exercées par les pays étrangers au Kirghizstan, sous forme de part de marché aussi bien pour construire des hôtels que des mosquées ou autres bâtiments liés à l’intense réislamisation qui s’opère dans la ville.

48Il reste toutefois ce qui fait la spécificité de cet espace par rapport à ses voisins régionaux, la Chine, l’Afghanistan, l’Iran, la Turquie, outre le retour dans le paysage de la visibilité de l’islam, l’empreinte de sa russification, à savoir l’usage encore massif à Bichkek de la langue russe, de la convivialité slave encore significative (la vodka, les toasts durant les banquets), une proximité culturelle et émotionnelle avec la Russie (même si c’est pour la critiquer), une appétence pour les programmes de télévision russes, les concerts et les ballets venus de l’ancienne métropole, une certaine fascination pour le président russe Vladimir Poutine qui représente « le chef qu’il faudrait avoir pour sortir le pays de sa situation actuelle », le tout dans un contexte de sinophobie ambiante comme réponse au rouleau compresseur chinois et ses Routes de la Soie.

49Il reste une posture face au monde extérieur, une manière de penser, des pratiques, des représentations qui persistent par-delà l’arrivée des générations postsoviétiques. Celles-ci doivent pouvoir être appréhendées pour établir les passerelles entre le visible et l’invisible pour faire de ce segment temporel de sept décennies soviétiques, une longue durée relative, mais persistante et clivante par rapport à l’environnement régional et aux appétits antagonistes des grandes et moyennes puissances étrangères… Une longue durée qui s’appuie sur du béton, dans ce pays aux racines de feutre.

Illustration n° 1
Vue de l’avenue Pravda/Ibraimova

Illustration n° 1Vue de l’avenue Pravda/Ibraimova

Photo de l’auteur, 2017

Illustration n° 2
Vue de la nouvelle grande mosquée, à Bichkek

Illustration n° 2Vue de la nouvelle grande mosquée, à Bichkek

Photo de l’auteur, 2019

Illustration n° 3
Centre de cardiologie, de l’époque soviétique, à l’angle de l’avenue Toktogul

Illustration n° 3Centre de cardiologie, de l’époque soviétique, à l’angle de l’avenue Toktogul

Photo de l’auteur, 2020.

Haut de page

Bibliographie

Cyrulnik B., 1999, Un merveilleux malheur, Paris : Odile Jacob.

Halbwachs M., 1950, La Mémoire collective, Paris : Presses universitaires de France.

Nora P., 1989, « Between Memory and History : Les lieux de Mémoire, Représentations », n° 26, Special Issue : Memory and Counter-Memory, p. 7.

Poujol C., 2017, « La poursuite de la réislamisation de l’Asie centrale : entre un islam national modéré et le choix radical globalisé », Cahier des ifre, pp. 58-65.

Ritter K., 2013, Soviet Modernism 1955-1991: Unknown History, Zurich : Park Books.

Saparov A., 2017, « Contested spaces: the use of place-names and symbolic landscape in the politics of identity and legitimacy in Azerbaijan », Central Asian Survey, vol. 36, pp. 534-554.

Ter Minassian T., 2007, Erevan, la construction d’une capitale à l’époque soviétique, Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Webographie

Année du numérique au Kirghizstan, https://24.kg/vlast/119910_god_tsifrovizatsii_kyirgyizstana_chem_mogut_pohvastat_chinovniki/ consulté le 28 septembre 2019.

Démographie de la ville de Bichkek : http://worldpopulationreview.com/countries/kyrgyzstan-population/

Gentelle P., « À la recherche des racines enfouies de la géographie d’un peuple : la résilience dans la société chinoise. Questions aux historiens et à quelques autres » http://cafe-geo.net/wp-content/uploads/5-La-r%C3%A9silience-de-la-soci%C3%A9t%C3%A9-chinoise.pdf

Kosmarskaâ N., « Who Remembers the Soviet Past in Central Asia, and Why », 115/01/2018, http://fellows.rfiea.fr/dossier/memoire-du-communisme/article/who-remembers-soviet-past-central-asia-and-why

Liste des monuments de Bichkek, https://ru.wikipedia.org/wiki

Haut de page

Notes

1 Mikhaïl Frunze dirigeant bolchevik né en 1885 dans l’oblast’ du Semireč’e, donna son nom à la ville de 1926 à 1992. Pour des raisons de simplification orthographique, on optera pour la forme francisée de Bichkek et Frunze.

2 Démographie de la ville de Bichkek : www.populationdata.net ’ pays ’ kirghizistan

3 L’année 2019 a été déclarée année de la numérisation du Kirghizstan en identifiant les tâches suivantes : connecter toutes les agences gouvernementales au système Tunduk, installer des caméras pour enregistrer les infractions au code de la route dans le cadre du projet « Safe City » dans tout le Kirghizstan, outre Bichkek, créer un portail des services publics et l’intégrer à un système de paiement électronique, créer un centre d’échange de données Gouvernement-cloud, une agence gouvernementale pour les données à caractère personnel, ainsi que mettre en place un système d’identification des appareils mobiles, https://24.kg/vlast/119910_god_tsifrovizatsii_kyirgyizstana_chem_mogut_pohvastat_chinovniki/ consulté le 28 septembre 2019.

4 En plus de vingt ans, certains de ces quartiers proches des montagnes au sud de la ville, se sont gentrifiés et sont devenus des espaces très prisés par la population (observation de l’auteur).

5 À noter les transformations qui ont été effectuées dans le célèbre musée d’histoire de Bichkek (qui abritait une collection exceptionnelle dédiée à Lénine), toujours fermé au public depuis plusieurs années, objet d’un énorme scandale de corruption.

6 Dont une tournant le dos au musée d’histoire, une dans la cour du palais des sports, une dans la gare ferroviaire, une dans la grande avenue Žibek-žolu.

7 Dans la liste des monuments de Bichkek, disponible sur le site https://ru.wikipedia.org/wiki sur 60 monuments répertoriés, 24 sont antérieurs à 1991. Le plus ancien date du 7 novembre 1942, érigé en l’honneur d’Ivan Panfilov. Citons également le monument à l’Amitié entre les peuples, inauguré en 1974, en l’honneur des « cent ans de l’entrée de la Kirghizie dans la composition de la Russie », symbolisant l’amitié russo-kirghize, euphémisme pour éviter la notion de « colonisation ».

8 Édifié en 1978, sur la place du même nom (sculpteur T. Sadykov, architecte G. Kukateladze), voir liste citée plus haut.

9 Édifié en 1963, par les sculpteurs V. Puzyrevskij et G. Tipyh, comprenant deux inscriptions en russe « Aux héros komsomol de la génération montante, les komsomol des années 60, juillet 1963 » et « Nous sommes allés au combat pour le communisme ».

10 Édifiée en 1975 en l’honneur des trente ans de la victoire durant la Grande Guerre Patriotique (la Deuxième Guerre mondiale), et rend hommage à 72 personnes, voir liste des monuments de Bichkek, cf. site https://ru.wikipedia.org/wiki

11 Mémorial achevé en 1985, pour les 40 ans de la victoire de la Deuxième Guerre mondiale, par les sculpteurs, T. Sadykov, M.K. Anikuškin, et les architectes, V. Lyzenko et V.B Buhaev, https://ru.wikipedia.org/wiki

12 N. Kosmarskaâ, «Who Remembers the Soviet Past in Central Asia, and Why, 115/01/2018, http://fellows.rfiea.fr/dossier/memoire-du-communisme/article/who-remembers-soviet-past-central-asia-and-why

13 Pour des raisons variées, dont certaines relèvent de pratiques notoires de blanchiment d’argent.

14 C’est le cas en 2017 du restaurant « Naryn » qui se trouvait en face de la place de l’indépendance, à côté du cirque.

15 On peut signaler que la situation est beaucoup plus tendue à Douchanbé au Tadjikistan où le centre-ville est l’objet d’une reconstruction radicale, depuis une dizaine d’années.

16 Bâtiment soviétique construit à l’époque de Nikita Hruŝev.

17 Chef d’escalier, connaissant tous ceux qui vivent dans les appartements dont il a la responsabilité. C’est lui qui est interrogé par la police dans le cas de recherches d’hôtels privés ou autres lieux de passage jugés dangereux pour la paix sociale.

18 Porte d’entrée, devant laquelle est disposé un banc, permettant la socialisation des habitants de l’escalier… et leur surveillance. Elle comporte la plupart du temps un interphone, ce qui n’était pas le cas.

19 Cf., Pierre Nora, op.cit., p. 9. « La mémoire est absolue, alors que l’histoire ne peut être conçue que relative », ibid.

20 Il faut se souvenir que l’homosexualité a été dépénalisée au Kirghizstan en 1998 (cas unique dans l’espace post-soviétique) pour être repénalisée en 2013, au grand dam des associations lgbt du pays.

21 Selon l’expression recueillie par N. Kosmarskaâ, art. cit., qui parle de « mémoire délocalisée tournée entièrement vers le passé, en signe de mécontentement total du présent ».

22 Voir Pierre Gentelle « À la recherche des racines enfouies de la géographie d’un peuple : La résilience dans la société chinoise, Questions aux historiens et à quelques autres », qui reprend le concept de Boris Cyrulnik.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n° 1Vue de l’avenue Pravda/Ibraimova
Crédits Photo de l’auteur, 2017
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4643/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Illustration n° 2Vue de la nouvelle grande mosquée, à Bichkek
Crédits Photo de l’auteur, 2019
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4643/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Illustration n° 3Centre de cardiologie, de l’époque soviétique, à l’angle de l’avenue Toktogul
Crédits Photo de l’auteur, 2020.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4643/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Poujol, « Bichkek-ville du futur, au miroir de Frunze »Cahiers d’Asie centrale, 28 | 2020, 107-122.

Référence électronique

Catherine Poujol, « Bichkek-ville du futur, au miroir de Frunze »Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 23 juin 2022, consulté le 26 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/4643

Haut de page

Auteur

Catherine Poujol

Catherine Poujol, professeur d’histoire de l’Asie centrale à l’inalco, Paris, directrice de l’iféac, 2016-2020.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search