Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Deuxième partie : Bichkek, le pré...Aspects écologiques d’harmonisati...

Deuxième partie : Bichkek, le présent-progressif

Aspects écologiques d’harmonisation de l’environnement urbain et développement durable à Bichkek

Ecological aspects of urban environment harmonization and sustainable development in Bishkek
Экологические аспекты гармонизации городской среды и устойчивого развития Бишкека
Gauhar Halmurzaeva
p. 123-141

Résumés

Le modèle moderne de développement de l’environnement urbain et architectural, dans lequel le rôle dominant est donné à l’amélioration du niveau de vie, doit permettre une adaptation plus favorable du développement urbanistique en mettant l’accent sur la composante environnementale. Dans la conception des espaces urbains doivent être intégrés les besoins vitaux de l’homme dans un monde écologiquement propre. Aujourd’hui, il ne suffit pas de prêter attention uniquement à l’écologie de l’environnement urbain, mais il faut former les consciences à l’écologie, et alors seulement l’homme sera à l’aise dans sa ville.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Historiquement, l’activité architecturale dans toutes ses expressions a dû répondre aux besoins de la société dans son ensemble, tant sur le plan esthétique que sur le plan fonctionnel. Parallèlement, le degré de « confort architectural et urbain » a aussi de l’importance sur le plan individuel. Il en était ainsi dans l’Antiquité, au Moyen Âge et à la Renaissance, c’est toujours le cas aujourd’hui.

2De nos jours, les questions concernant la problématique écologique dans le traitement de l’espace public et du développement durable sont un sujet important. En quoi l’espace public doit-il s’inscrire dans le développement durable, comment harmoniser une telle inscription, quels sont les obstacles à ce développement et comment ces questions sont-elles généralement abordées ?

3Tout d’abord, examinons la relation entre l’homme et le monde moderne dans le contexte architectural et urbain, à savoir l’équilibre écologique entre les conceptions urbaines et architecturales et leur développement durable dans le futur. Comme le montrent les résultats de projets environnementaux sur les problèmes de cohérence entre composantes anthropiques et naturelles dans l’espace urbain et l’analyse systématique des facteurs qui ont influencé la situation actuelle, il est préférable d’étudier ces phénomènes en partant d’une base juridique pour parvenir à des solutions spécifiques.

4Les aspects écologiques de l’urbanisation s’expriment dans le fait que de nouveaux paysages anthropiques se forment dans les zones urbaines, modifiant les composantes fondamentales de l’environnement naturel : climat, atmosphère, relief, sol, végétation, réseau hydrographique dans son ensemble, eaux souterraines incluses, etc.

5Selon les données de l’onu publiées dans l’Agenda 2030 pour le développement durable, un plan d’action mondial a été mis en place. Le rapport sur les objectifs de développement durable 2018 présentait les objectifs mondiaux de développement dans son ensemble. Au 11e point, était écrit :

6« Rendre les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résilients et durables »1. Ce rapport précise que les villes représentent maintenant 3/4 de la pollution totale mondiale et 80 % de toutes les émissions atmosphériques, ce qui soulève des questions sur le déséquilibre écologique causé par l’urbanisation croissante.

7Aujourd’hui, les habitants des grandes villes de la planète reçoivent 15 % d’ensoleillement en moins en été par rapport aux habitants des zones rurales, et 30 % en moins en hiver, 10 % en plus de précipitations, de même que 10 % en plus de jours nuageux par an. La ville perd donc en qualité de vie.

La qualité de vie en ville

8Au cours des dernières décennies, l’activité humaine excessive a considérablement modifié l’équilibre naturel de la planète, affectant la qualité de vie en milieu urbain. Le niveau de vie dans les villes est déterminé par la quantité et la qualité des biens et services matériels accessibles aux citoyens. Le terme « qualité de vie », apparu au milieu des années 50 du siècle dernier, a une signification plus large. Aujourd’hui, la qualité de vie n’est pas seulement mesurée sur le plan matériel, c’est aussi la faculté de répondre aux besoins moraux des citadins. L’homme moderne considère qu’il est possible de maîtriser son espérance de vie, la qualité de sa santé, et en particulier son bien-être psychologique en harmonie avec son environnement.

  • 2 The World Health Organization Quality Of Life (whoqol) – Who.int

9La qualité de vie telle que définie par l’Organisation mondiale de la Santé dans son questionnaire d’évaluation de la qualité de vie de 20042 comprend les facteurs suivants :

  • caractéristiques environnementales,

  • niveau de protection sociale,

  • relations sociales,

  • santé physique d’une personne,

  • état mental.

10Dans le monde d’aujourd’hui, la qualité de l’environnement est largement assurée par la composante écologique et de nombreux concepteurs reconnaissent que la ville, en tant que système dynamique, devrait faire appel à l’autorégulation dans tous les secteurs divers et variés qu’elle représente, permettant d’accroître le niveau de confort de ses usagers. Cet article veut donner un certain nombre d’éléments de réponse à des questions qui entravent le développement harmonieux de l’environnement urbain en général et en particulier en Asie centrale.

Problème 1 : synthèse entre l’artificiel et la nature

11L’activité architecturale dans son ensemble a toujours poursuivi deux volontés contradictoires : d’une part, une interaction avec la nature, conduisant à « l’écologisation » de l’espace habité ; d’autre part, la réponse destructrice de l’environnement anthropogénique sur la planète, qui a été mentionnée à plusieurs reprises dans les traités architecturaux de différents pays et cultures [Ivovlev, 2008].

12Aujourd’hui, une analyse systématique de l’évolution des segments naturels de l’environnement urbain met en évidence plusieurs scenarii de projets possibles pour la formation de telles zones dans la ville [Babič, Kremlev, Holodova, 2011] :

La mise en place d’objets artificiels en milieu naturel (projets temporaires ou permanents)

13Comme exemple de mise en place d’un projet architectural permanent dans un environnement naturel, on peut considérer l’aménagement de quais dans deux villes européennes : Helsinki et Berlin.

14Le littoral d’Helsinki, Ruoholahti : ici, les quais dans la structure du nouveau centre de bureaux Hi-Tech, sont représentés par une solution tranchée aux lignes et formes claires.

15D’autre part, un exemple de planification écologiquement sensible à Wasserstadt, Berlin, où les quais sont conçus en mettant l’accent sur les priorités humaines [Nefedov, 2015].

Illustration n° 1 :
Quais à Helsinki, Ruoholahti, Finlande

Illustration n° 1 : Quais à Helsinki, Ruoholahti, Finlande

Illustration n° 2 :
Quais de Wasserstadt, Berlin, Allemagne

Illustration n° 2 : Quais de Wasserstadt, Berlin, Allemagne

Source : Green-city.su

La mise en place d’objets naturels en milieu artificiels (projets temporaires ou permanents)

16À titre d’exemple, on peut citer le traitement des quais le long de cours d’eau dans deux villes d’Asie centrale : Almaty et Tachkent.

17Un exemple de mise en œuvre de projet naturel dans un environnement artificiel est le remblai (le quai de la rivière Esentaj à Almaty). On trouve un exemple similaire à Bichkek. Un exemple de projet naturel est visible à Tachkent : le quai de la rivière Anhor.

Illustration n° 3 :
Quai de la rivière Esentaj, Almaty, Kazakhstan

Illustration n° 3 : Quai de la rivière Esentaj, Almaty, Kazakhstan

Source : Wikipedia

Illustration n° 4 :
Quai d’Ankhor, Tachkent, Ouzbékistan

Illustration n° 4 : Quai d’Ankhor, Tachkent, Ouzbékistan

Source : Mytashkent.uz

18Il est à noter que la présence d’une structure naturelle urbaine développée (carcasse en russe) a un impact majeur sur le niveau de confort de la ville moderne et de ses habitants et sur sa résilience face aux défis futurs.

Problème 2 : le niveau élevé de pollution urbaine

19L’ère industrielle a apporté aux villes non seulement des technologies révolutionnaires de conception et d’organisation de l’espace, mais aussi de nouvelles exigences en matière de confort qui ont eu des conséquences néfastes sur l’environnement urbain. L’innovation a engendré de nouveaux problèmes de pollution, d’épuisement des ressources naturelles, d’augmentation du développement de la production, associés à des risques pour la santé humaine.

20Aujourd’hui, la vie dans les villes industrialisées a un impact négatif direct sur la population. La pollution de l’environnement urbain ne se limite pas seulement à la pollution tangible des sujets, il existe aussi des types de pollution visuelle, énergétique, acoustique et lumineuse, qui affectent à la fois la santé mentale et le bien-être social de la population urbaine, causent divers degrés de stress et, par conséquent, la détérioration de la santé des nations dans leur ensemble. L’Asie centrale ne fait pas exception.

Illustrations n° 5 :
Pollution lumineuse à Bichkek, Kirghizstan

Illustrations n° 5 : Pollution lumineuse à Bichkek, Kirghizstan

Source : Limon.kg, @arzheni

Illustrations n° 6 :
Pollution lumineuse à Bichkek, Kirghizstan

Illustrations n° 6 : Pollution lumineuse à Bichkek, Kirghizstan

Source : Limon.kg, @ermek_jenishov

21La présence de réseaux électriques à haute tension cause des problèmes de rayonnements électromagnétiques. L’abondance de lumière et de publicité pollue l’environnement lumineux des villes. Le développement des autoroutes crée de la pollution sonore et des vibrations sur les citoyens.

Illustration n° 7 :
Pollution de l’air à Bichkek par des tuyaux de chpp, Kirghizstan, 2018

Illustration n° 7 : Pollution de l’air à Bichkek par des tuyaux de chpp, Kirghizstan, 2018

Source : Kabar.kg

22La ville moderne en tant qu’organisme interactif se transforme progressivement en objet de ce que l’on pourrait appeler : la « Nouvelle Nature – celle de la Catastrophe », où les cours fermées des immeubles à plusieurs étages deviennent un piège dangereux pour ceux qui cherchent un abri contre les différentes formes de pollution. En effet, la ventilation naturelle urbaine n’est plus capable de faire face au niveau de pollution atmosphérique qui se répand dans les rues, lançant de nouveaux défis aux urbanistes et architectes. Il est notoire que la ville de Bichkek connaît un problème croissant de pollution atmosphérique, notamment durant les mois d’hiver, du fait du grand nombre de voitures et des émanations dues au chauffage urbain.

Illustration n° 8 :
Pollution à Almaty, Kazakhstan

Illustration n° 8 : Pollution à Almaty, Kazakhstan

Source : 365info.kz

Illustration n° 9 :
Embouteillages de plusieurs kilomètres sur l’avenue Baitik Baatyra à Bichkek, Kirghizstan

Illustration n° 9 : Embouteillages de plusieurs kilomètres sur l’avenue Baitik Baatyra à Bichkek, Kirghizstan

Source : Sputnik

Illustration n° 10 :
Embouteillages sur l’autoroute à Almaty, Kazakhstan

Illustration n° 10 : Embouteillages sur l’autoroute à Almaty, Kazakhstan

Source : InAlmaty.kz

23De plus, dans les villes, il y a une lutte acharnée pour l’acquisition du foncier, lutte qui n’est pas toujours gagnée par les habitants, cédant du terrain aux infrastructures de transport.

24Aujourd’hui, le nouveau rythme de vie dans une métropole moderne affecte l’intensité de l’utilisation de l’espace urbain, réduit la quantité d’espaces publics, les composantes naturelles du tissu urbain. Il est donc important de considérer la ville, principalement du point de vue du citoyen. Les quartiers d’habitation surpeuplés sont une tragédie de la métropole moderne : la majorité des grandes villes encourage le développement vertical de l’urbanisation. Le trafic intense des voies rapides et le degré élevé de pollution atmosphérique sont perçus comme une norme au niveau du développement de la ville.

Illustration n° 11 :
Quartiers résidentiels du sud de Bichkek (Kirghizstan), vus du ciel

Illustration n° 11 : Quartiers résidentiels du sud de Bichkek (Kirghizstan), vus du ciel

Source : Sputnik

25La manifestation agressive de l’activité humaine dans les dynamiques urbaines modernes, changeant l’état de l’environnement, conduit à la perte de ses fonctions originelles. La structure de la ville se confond progressivement dans le paysage urbain avec les traces d’impact anthropique, créant une tension artificielle de formes, d’espaces et de volumes. Par conséquent, on constate une forte influence de l’homme sur son environnement urbain.

26Les problèmes écologiques de l’environnement urbain d’aujourd’hui ne se traduisent pas seulement par des attaques excessives sur la lithosphère de la ville et sa surface. L’activité de l’homme a un impact particulier sur le paysage. La ville résout par ailleurs les problèmes liés à l’approvisionnement en eau, en polluant l’atmosphère.

27Aujourd’hui, les questions de sécurité du fonctionnement des réseaux urbains (infrastructures de transport, réseaux divers, etc.) sont d’actualité. La question du recyclage des déchets ménagers revêt en outre une grande importance. Ainsi, les urbanistes, les architectes et les ingénieurs sont confrontés à un certain nombre de tâches complexes pour harmoniser le système de maintien d’un environnement sain, qui dépend directement des facteurs ci-dessus. Il n’y a toujours pas d’usine de traitement des déchets à Bichkek.

Illustrations n° 12 :
Pollution atmosphérique au-dessus de Bichkek, Kirghizstan, décembre 2018

Illustrations n° 12 : Pollution atmosphérique au-dessus de Bichkek, Kirghizstan, décembre 2018

Source : Knews.kg

Illustrations n° 13 :
Pollution atmosphérique au-dessus de Bichkek, Kirghizstan, décembre 2018

Illustrations n° 13 : Pollution atmosphérique au-dessus de Bichkek, Kirghizstan, décembre 2018

Source : Respublica.kg

Illustration n° 14 :
La décharge de Bichkek, Kirghizstan

Illustration n° 14 : La décharge de Bichkek, Kirghizstan

Source : © Sputnik / Tabyldy Kadyrbekov

Illustration n° 15 :
Une décharge à Almaty, Kazakhstan

Illustration n° 15 : Une décharge à Almaty, Kazakhstan

Source : P. Pencil / Nur.kz

Problème 3 : Écologie urbaine/architecturale (aspect pratique)

28Les tâches principales des jeunes architectes sont de restaurer l’équilibre écologique et d’assurer un niveau élevé de qualité de vie, en créant un environnement confortable qui répond à la fois aux besoins des usagers et à une capacité réelle d’autorégulation. Un tel environnement architectural, ainsi que le processus de sa création a été appelé « architecture durable « dans la pratique mondiale, avec une compréhension approfondie des principes environnementaux.

29La prise en compte par les concepteurs des processus naturels existants ouvre de vastes perspectives pour l’utilisation d’une grande base de données, établie par la nature elle-même, et les principes fondamentaux du «design écologique», qui contiennent des messages importants pour toutes les générations d’architectes. Le monde change rapidement et les programmes d’agriculture durable, de foresterie, de développement urbain écologique et de production architecturale ont déjà été élaborés et sont mis en œuvre partout.

30Depuis 1994, de nombreux pays ont exprimé leur intention de poursuivre l’élaboration de l’Agenda 21 local, qui vise à assurer le développement durable dans différents États. Le Kirghizstan a également signé la Charte d’Aalborg et, en 2006, l’Association d’Asie centrale pour le développement durable (casdi) a été lancée au niveau gouvernemental, élaborant des mécanismes de coopération interinstitutionnelle dans le cadre du programme de mise en œuvre de la casdisd. L’auteur de cet article a lui-même participé à l’élaboration de l’un des projets pilotes. Malheureusement, le Programme n’a pas trouvé de développement approprié au Kirghizstan et il n’a pas beaucoup avancé depuis le début de cette aventure [Halmurzaeva, 2017 : 16].

31En 2018, la cinquième conférence sur l’urbanisation et la réduction de la pauvreté s’est tenue à Washington, D.C., le 7 septembre, réunissant des scientifiques et des experts pour présenter et discuter des questions relatives au développement de l’organisation spatiale urbaine et à la croissance économique.La conférence a porté sur l’efficacité des politiques foncières et de transport urbain et sur l’impact du développement des villes sur la croissance nationale. Les grandes villes des pays en développement connaissent aujourd’hui une croissance plus rapide, avec une utilisation non rationnelle des terrains à bâtir de faible densité, une augmentation des coûts d’infrastructure et de prestation de services, l’espérance de vie en baisse et une faible productivité. Des politiques efficaces pour relever ces défis nécessiteraient une compréhension de l’organisation spatiale et la création d’une nouvelle stratégie de développement paysager et écologique, visant à préserver et améliorer l’environnement des villes. Il faut mettre davantage l’accent sur l’aspect écologique des paysages naturels existants. Il s’agit d’une régénération complexe de l’espace urbain.

32La ville est un environnement humain créé artificiellement et le principe de l’égocentrisme, qui prend en compte tous les niveaux de contact humain avec son milieu, devient une composante prioritaire de la conception en urbanisme. Il ne s’agit pas seulement du contact d’une personne avec le monde environnant lorsque le monde est perçu par le toucher, mais aussi du contact visuel prenant en compte les particularités de la psychophysiologie de la perception, des émotions, du spectre psychologique complet qu’éprouve une personne devant un espace.

33Il s’agit de la conformité d’une ville aux besoins et aux valeurs d’un individu. Un rôle important est joué alors par les besoins esthétiques des citoyens en termes d’harmonie, de symétrie, de beauté des objets de l’environnement urbain.

34L’écologie visuelle en tant que champ interdisciplinaire de connaissances a absorbé les composantes de la philosophie de l’espace, la psychologie de la perception des formes, de l’ergonomie et de l’esthétique.

35La perception visuelle de l’environnement sociospatial a un impact significatif sur les aspects émotionnels de la conscience humaine, sa motivation, qui a des conséquences directes sur la santé mentale et physique d’une personne et donc sur la qualité de vie. Par conséquent, la résolution des problèmes environnementaux urgents impose une certaine responsabilité aux générations futures.

Problème 4 : la rénovation urbaine des grandes villes d’Asie centrale

36Dans le monde d’aujourd’hui, la composante écologique d’un environnement urbain et architectural harmonieux est l’un des marqueurs essentiels de la qualité de vie. Il ne s’agit pas seulement de mettre en œuvre un aménagement paysager efficace des espaces, mais aussi de l’élaboration et la mise en application de normes environnementales de construction, du contrôle de la qualité des matériaux importés et fabriqués, de l’attention portée à la santé des consommateurs potentiels, du contrôle du niveau de pollution atmosphérique, de l’approche ergonomique de l’organisation des espaces urbains, qui créent la qualité de vie globale d’une ville.

37À titre d’exemple positif, il faut mentionner un certain nombre d’études réalisées ces dernières années par l’architecte, professeur et consultant en urbanisme danois Jan Gehl, sur les capitales d’Asie centrale (Almaty, Tachkent, Douchanbé).

38Selon Jan Gehl, la ville doit être observée du point de vue du piéton, c’est-à-dire depuis l’espace public. Il offre une approche rationnelle et cohérente pour proposer une nouvelle strate qualitative de l’espace urbain environnant, psychologiquement confortable, socialement orientée, résolvant les crises structurelles existantes et utilisant rationnellement les îlots urbains inoccupés. Ainsi, une amélioration progressive de l’environnement urbain, fondée sur l’expérience positive des villes européennes, pourrait être réalisée.

39Le verbe « copenhaguiser », introduit par Jan Gehl, signifie réduire l’impact des véhicules à moteur en milieu urbain au profit de zones piétonnes. La ville devrait être basée sur un système piéton-vélo, où une approche humaniste de l’organisation spatiale de la ville conduirait à la création d’un phénomène particulier appelé le « Nouvel Urbanisme ». C’est le concept d’une ville piétonne compacte, écologique et harmonieuse.

40Une ville durable est une ville ouverte à la randonnée, au vélo et aux transports publics, écologique et verte, propre et non oppressante. Elle prend en compte non seulement la morphologie de l’environnement urbain, mais aussi les caractéristiques microclimatiques (mode d’ensoleillement, charges dues au vent, variations de température, degré de protection thermique, etc.), la charge fonctionnelle du tissu urbain et la présence d’espaces publics ouverts destinés aux loisirs des citoyens.

41L’agence de Jan Gehl a proposé un nouveau projet de réhabilitation urbaine à l’administration de la ville d’Almaty. L’ancienne capitale du Kazakhstan possède un réseau hydrographique similaire à celui de Bichkek [Gehl, 2015].

42Les architectes ont proposé un développement dense du centre d’Almaty, et un prolongement des rues qui définissent un environnement bâti plus accessible, des espaces publics très efficaces et un accent sur la mise en œuvre du principe de subsidiarité. Un projet de reconstruction similaire est en cours de préparation pour Tachkent.

43Dans les années 50 du xxe siècle, Frunze (aujourd’hui Bichkek) avait la réputation d’être la ville la plus verte de l’urss. Il y avait un grand nombre d’espaces verts, de parcs. Les espaces ouverts avaient un bon niveau d’aération et étaient assez confortables. Le cadre de vie a été formé en tenant compte des exigences pour l’amélioration de l’espace environnant. Aujourd’hui, le processus de rénovation des villes d’Asie centrale (avec l’accent sur l’amélioration des conditions de vie les plus confortables pour les citoyens) est en cour avec l’intégration des concepts des pays scandinaves.

Illustration n° 16 :
Perspectives de développement d’Almaty selon Jan Gehl

Illustration n° 16 : Perspectives de développement d’Almaty selon Jan Gehl

Source : Almaty report Almaty : en route vers une ville accessible et confortable pour les gens. Espaces publics et vie publique, 2015

44L’expérience et les méthodes des urbanistes scandinaves sont donc déjà mises en place à Tachkent, à Almaty et à Douchanbé. Le travail de conception du bureau d’architecture de Jan Gehl a déjà été accepté par les autorités municipales de ces villes. Bientôt Bichkek va s’orienter vers cette expérience. Les changements se font sentir : l’un des domaines prioritaires de la mairie de Bichkek est le renforcement de l’approche environnementale dans la formation de l’environnement urbain : de nouvelles zones de parcs sont en cours de création en tenant compte des problèmes de synchronisation des activités de toutes les parties concernées.

45Plus récemment, Stockholm a été reconnue comme l’une des villes du monde où la qualité de vie était la meilleure, se développant sur le principe de la « City for People ». Dans la perspective d’un environnement urbain durable, les urbanistes conçoivent des espaces urbains en réduisant les espaces de stationnement. Aujourd’hui, Stockholm est une ville piétonne attrayante. La nouvelle stratégie de transport adoptée il y a plusieurs années a complètement modifié la hiérarchie routière : piétons, puis cyclistes, puis transports publics et enfin voitures particulières. La ville contemporaine se concentre sur les zones piétonnes, les nouveaux parcs urbains, les espaces verts. La construction dans les zones vertes suburbaines n’est autorisée qu’avec des règlements stricts et des restrictions.

46Bien sûr, l’idée d’harmoniser l’espace urbain aujourd’hui est impensable sans intégrer le numérique, pilier de l’ère informationnelle actuelle. À la fin du siècle dernier, dans les espaces publics de nombreuses villes apparaissent des « espaces de design de conception », adaptés à l’homme, fragments fonctionnels de l’environnement urbain. Dans un tel espace, le niveau de compétences sensorielles et motrices, le niveau de contact visuel et le niveau émotionnel sont pleinement impliqués. Dans la trame viaire, ce type d’espace crée une sorte de coquille spatiale autour d’un individu, qui permet d’effacer la frontière entre l’espace public et privé. Multifonctionnalité, haute performance de mobilité et variabilité, ergonomie, haut niveau de confort et de technique, donnent accès à une liberté numérique.

Conclusion

47Il faut donc noter, en Asie centrale, l’imperfection de la base normative-juridique qui devrait définir avec précision l’ordre d’interaction des différentes infrastructures dans le système urbain. Le non-respect des exigences réglementaires en matière d’aménagement, d’aménagement paysager et l’absence de normalisation écologique ne font qu’aggraver la situation en milieu urbain. Des mesures pour régler ces problèmes au plus vite doivent être prises.

48Pour conclure, la solution aux problèmes écologiques actuels repose sur la mise en œuvre de nouvelles conceptions dans la gestion des espaces urbains. Il est nécessaire, non seulement de changer le processus de conception de l’activité architecturale, mais aussi de former un meilleur cadre réglementaire qui accompagne la certification des projets. La base législative dans l’approche systémique de la production de « normes vertes » dans le secteur de l’architecture et de la construction dans toutes les républiques d’Asie centrale n’en est qu’aux balbutiements. Dans le même temps, les experts étudient systématiquement toutes les pratiques mondiales qui traitent cette question telles que l’introduction du système de certification hqe en France, visant à introduire les meilleures pratiques en matière de construction et d’exploitation durable des bâtiments. La certification de la qualité des bâtiments « dgnb » du Conseil allemand de la construction durable propose également un outil de planification et d’optimisation pour évaluer les bâtiments et les zones urbaines. Le Conseil a été créé pour aider les organismes de construction à accroître la durabilité des objets architecturaux conçus et construits.

49Aujourd’hui, l’opinion unanime des experts nationaux est la suivante : le Kirghizstan doit développer ses propres normes pour une « architecture verte », en tenant compte du fait que les trois quarts du territoire de la république sont situés en zone montagneuse à haut niveau de sismicité. Une solution efficace au problème actuel est nécessaire à tous les niveaux : la formation d’une stratégie nationale claire pour l’introduction d’une telle normalisation et sa réalisation sur le terrain. La situation écologique a atteint un point critique ; selon les données de l’agence suisse iqAir, en 2019 Bichkek est reconnue comme la ville la plus défavorisée au monde sur le plan de la qualité de l’air.

50La nécessité de former la conscience écologique des citoyens doit être développée dans une perspective participative. Les aspects écologiques de l’harmonisation de l’environnement urbain en tant que système durable devraient être axés sur la création d’une ville respectueuse de l’homme à tous les niveaux de son développement : de l’ergonomie de l’environnement matériel local au concept du développement urbain des villes futures.

Haut de page

Bibliographie

Babič V. N., Kremlev A.G., Holodova L.P., 2011, « Metodologiâ sistemnogo analiza v arhitekture » [Méthodologie d’analyse systémique en architecture], Architecton : izvestiâ vuzov [archvuz.ru, unstats.un.org consulté le 14/02/2019].

Gehl J., 2015, « Almaty : na puti k dostupnomu i komfortnomu gorodu dlâ lûdej : obŝestvennye prostranstva i obŝestvennaâ žizn’ » [Almaty : en route vers une ville accessible et confortable pour les citoyens : espaces publics et vie publique], Gehl Architects.

Gehl J., 2012, Living among Buildings: Using Public Spaces/Life between Buildings : Using Public Space, Moscou : Concern Krost.

Ivovlev V.I., 2008, Ekologičeskie osnovy formirovaniâ arhitekturnogo prostranstva (na primere Urala) [Les fondements écologiques de la formation de l’espace architectural (l’exemple de l’Oural)], avtoreferat doktorskoj dissertacii, Moscou.

Halmurzaeva G.B., 2017, Formirovanie dizajna arhitekturnoj sredy goroda Biškeka [Formation de la conception de l’environnement architectural de la ville de Bichkek], Izdatel’stvo KRSU.

Nefëdov V., 2015, « Beregovaâ arhitektura i dizajn sredy u vody » [Architecture côtière et design de l’environnement et de l’eau] [green-city.su consulté le 14/02/2019].

UN, TheSustainableDevelopmentGoalsReport2018-RU.pdf, unstats.un.org

The World Health Organization Quality of Life (whoqol) – Bref, who.int

Haut de page

Notes

1 The Sustainable Development Goals Report 2018, Unstats.un.org

2 The World Health Organization Quality Of Life (whoqol) – Who.int

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n° 1 : Quais à Helsinki, Ruoholahti, Finlande
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Illustration n° 2 : Quais de Wasserstadt, Berlin, Allemagne
Crédits Source : Green-city.su
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4713/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Illustration n° 3 : Quai de la rivière Esentaj, Almaty, Kazakhstan
Crédits Source : Wikipedia
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4713/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Illustration n° 4 : Quai d’Ankhor, Tachkent, Ouzbékistan
Crédits Source : Mytashkent.uz
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4713/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Illustrations n° 5 : Pollution lumineuse à Bichkek, Kirghizstan
Crédits Source : Limon.kg, @arzheni
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4713/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Illustrations n° 6 : Pollution lumineuse à Bichkek, Kirghizstan
Crédits Source : Limon.kg, @ermek_jenishov
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4713/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Illustration n° 7 : Pollution de l’air à Bichkek par des tuyaux de chpp, Kirghizstan, 2018
Crédits Source : Kabar.kg
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4713/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Illustration n° 8 : Pollution à Almaty, Kazakhstan
Crédits Source : 365info.kz
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4713/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Illustration n° 9 : Embouteillages de plusieurs kilomètres sur l’avenue Baitik Baatyra à Bichkek, Kirghizstan
Crédits Source : Sputnik
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4713/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Illustration n° 10 : Embouteillages sur l’autoroute à Almaty, Kazakhstan
Crédits Source : InAlmaty.kz
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4713/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Illustration n° 11 : Quartiers résidentiels du sud de Bichkek (Kirghizstan), vus du ciel
Crédits Source : Sputnik
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4713/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Illustrations n° 12 : Pollution atmosphérique au-dessus de Bichkek, Kirghizstan, décembre 2018
Crédits Source : Knews.kg
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4713/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Illustrations n° 13 : Pollution atmosphérique au-dessus de Bichkek, Kirghizstan, décembre 2018
Crédits Source : Respublica.kg
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4713/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Illustration n° 14 : La décharge de Bichkek, Kirghizstan
Crédits Source : © Sputnik / Tabyldy Kadyrbekov
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4713/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Illustration n° 15 : Une décharge à Almaty, Kazakhstan
Crédits Source : P. Pencil / Nur.kz
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4713/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Illustration n° 16 : Perspectives de développement d’Almaty selon Jan Gehl
Crédits Source : Almaty report Almaty : en route vers une ville accessible et confortable pour les gens. Espaces publics et vie publique, 2015
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4713/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gauhar Halmurzaeva, « Aspects écologiques d’harmonisation de l’environnement urbain et développement durable à Bichkek »Cahiers d’Asie centrale, 28 | 2020, 123-141.

Référence électronique

Gauhar Halmurzaeva, « Aspects écologiques d’harmonisation de l’environnement urbain et développement durable à Bichkek »Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 23 juin 2022, consulté le 27 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/4713

Haut de page

Auteur

Gauhar Halmurzaeva

Gauhar Halmurzaeva, Docteur en architecture, directrice de l’Institut d’architecture et de design de l’Université d’État kirghize des transports, de la construction et de l’architecture Isanov. Engagée dans la recherche dans le domaine de la conception environnementale des villes d’Asie centrale, elle est l’auteur d’une monographie Formation de la conception de l’environnement architectural à Bichkek. Cette monographie étudie un certain nombre d’espaces urbains socialement significatifs de Bichkek. L’auteur a publié un certain nombre d’articles scientifiques. Les documents et les conclusions de la recherche sont destinés à être utilisés par les organismes municipaux. Contact : ms.halmurzaeva@mail.ru

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search