Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Deuxième partie : Bichkek, le pré...Trajectoire du développement urba...

Deuxième partie : Bichkek, le présent-progressif

Trajectoire du développement urbain de la ville de Bichkek1 (Pichpek, Frunze, Bichkek) et problèmes contemporains

Trajectory of the urban development of the city of Bishkek (Pishpek, Frunze, Bishkek) and contemporary problems
Траектория и современные проблемы градостроительного развития города Бишкек (Пишпек, Фрунзе, Бишкек)
Tolobaj Kenešov
p. 143-160

Résumés

L’article décrit les pré-requis historiques pour l’émergence de la ville de Pichpek-Frunze-Bichkek, et ses principales étapes de développement, la formation de l’aspect architectural et du développement urbain de la ville, les problèmes de fonctionnement et de développement urbain de la ville dans une économie de marché, reflètent les conditions préalables objectives d’un développement urbain durable de la ville, le potentiel scientifique et créatif dans l’organisation d’un système d’élaboration d’une politique de développement durable de la ville, l’élaboration et la mise en œuvre de projets de développement urbain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour la commodité de lecture, les toponymes connus tels Bichkek, Pichpek, Tachkent, Boukhara seront (...)
  • 2 Frunze : Ènciklopediâ [Frunze : Encyclopédie], 1984, Glavnaâ redakciâ Kirgizskoj Sovetskoj Ènciklop (...)

1La ville de Bichkek, comme de nombreuses capitales, se situe dans un espace propice au peuplement qui précède de plusieurs millénaires son développement moderne. Dans cette zone de piémont des Tian-Shan sur le territoire urbain actuel se côtoyaient nomades et sédentaires au Moyen Âge. Après l’éclipse mongole, la ville commença à se développer progressivement de la période coloniale à nos jours2.

Quelques données archéologiques

2Selon des données archéologiques, les outils en pierre trouvés dans la partie nord-est de la ville actuelle aux environs de la station hydroélectrique d’Alamedin attestent que des hommes vivaient ici au iv-ve millénaire avant notre ère. Dans diverses sépultures, on a retrouvé des poteries, des armes et des bijoux. Dans cette même zone, les vestiges d’un habitat datant des premiers siècles de notre ère ont également été exhumés.

3Par ailleurs, les données historiques confirment l’existence en ce lieu d’un établissement urbain sur une période allant du viiie au xiiie siècle. Des traces archéologiques marquent la présence d’une population agricole sédentaire sur le territoire de la ville grâce aux ruines de la colonie de Karažigač avec un cimetière nestorien, de la colonie de Novopokrovskij, de la colonie de Čemučskij et de celle de Sokuluk. Dans le bassin de la rivière Alamedin se trouvaient la « Forteresse du forgeron » et les fortifications de Teköldöš.

4Au terme de l’invasion mongole, l’établissement est tombé en décadence, mais après un certain temps, la vie urbaine a repris son cours et s’est poursuivie jusqu’au xve siècle, pour disparaître par la suite. Deux villes à proximité de cet emplacement – dont les noms n’ont pas été conservés dans les sources écrites médiévales – étaient situées sur la route des caravanes empruntant depuis l’Antiquité la vallée du Čuj, fréquentées par des marchands de différents pays de l’Est et de l’Ouest.

  • 3 Frunze : Ènciklopediâ…, op. cit.

5Plus tard, au xixe siècle, une forteresse, construite sur la rive gauche de la rivière Alamedin, à l’emplacement de la « forteresse du forgeron », d’une superficie d’environ six hectares, a servi de poste militaire pour le khanat de Kokand dans la vallée du Čuj. Elle abritait les autorités militaires, administratives, fiscales et judiciaires du khanat pour la partie nord du Kirghizstan ; il y avait également une garnison permanente d’environ 700 soldats, des dépôts de munition, des maisonnettes en pisé des collecteurs d’impôts du Khan et des familles des soldats et des étals de marchands. La mosquée, la prison (zindan) et la potence à ses portes symbolisaient le pouvoir du khan3. Près de la forteresse, une colonie s’est progressivement développée de plus de 120 maisons en pisé. Des marchands de Boukhara, Tachkent, Margelan, Namangan et d’autres endroits y vivaient. La forteresse de Pichpek a joué le rôle d’un centre de stockage et de commerce pour la vallée du Čuj, Suusamyr, Issyk-Kul et les régions centrales de Tenir-Too [Nusov, 1971].

Les transformations coloniales

6Durant le conflit entre la Russie tsariste et le Khanat de Kokand entre 1860 et 1862, les murs de la forteresse de Pichpek ont été complètement détruits. La soumission des Kirghizes du Čuj à l’Empire russe en 1864 a favorisé le développement ultérieur de la ville. C’est cette année-là, sur les ruines de la forteresse, autour de l’actuelle « rue Tachkent », qu’un poste militaire russe est édifié. Les premiers colons russes arrivés des provinces de Penza, Samara, Voronež et Tambov s’implantent près des ruines de la forteresse, vers Alamedin, le long de la route postale dans des maisons en pisé et des petits commerces jettent les bases du bazar [Pisarskoj, Kurbatov, 1986] (Illustration n° 1).

Illustration n° 1 :
Bazar de Pichpek

Illustration n° 1 : Bazar de Pichpek

D’après une photographie du début du xxe siècle. (Architecture de la Kirghizie soviétique)

7Dans les années 70 du xixe siècle, Pichpek est construite avec des huttes et des cabanes en pisé, parmi lesquelles seules treize maisons sont de type européen, une poste, une taverne et quelques belles bâtisses pour des habitants aisés [Kenešov, 1987].

  • 4 Frunze : Ènciklopediâ…, op. cit.

8Administrativement, Pichpek appartenait au district (uezd) de Tokmak dont le centre était la ville de Tokmak. Mais cette ville avait de nombreux inconvénients à bien des égards – elle était loin des voies principales, entourée de marécages, impropre à toute expansion urbaine. Par décision du gouverneur général du Turkestan, Pichpek devint en mai 1878 centre régional (oblast’) et, par la suite, capitale du Kirghizstan. Le plan directeur de Pichpek, élaboré en 1872, a pris en compte les caractéristiques naturelles et géographiques de la région, les conditions climatiques, les liaisons de transport existantes et devant être développées.4

9Les conditions existantes à Pichpek pour un essor urbain intensif ont contribué au développement de la capitale dès les années 80. La population qui en 1882 s’élevait à 2 135 personnes est passée en 1897 à 6 615 personnes, puis en 1913 – à 20 102 personnes. Avant la révolution d’octobre, Pichpek, comptait des installations culturelles et médicales en faible nombre. En 1912, douze petits établissements d’enseignement fonctionnaient : un gymnase pour hommes, une école d’agriculture russe, trois madrassas et six écoles élémentaires. Il y avait également un hôpital, une infirmerie militaire et deux salles d’urgence. En 1913, la ville comptait trois églises orthodoxes, 20 mosquées et maisons de prière, de nombreuses tavernes et débits de boissons [Pisarskoj, Kurbatov, 1986].

Les deux étapes de l’urbanisation soviétique

10Par la suite, après l’instauration du pouvoir soviétique au Kirghizstan, la direction de la région autonome kirghize a demandé au gouvernement soviétique que Pichpek soit baptisée Frunze en l’honneur du commandant militaire révolutionnaire Mihaïl Frunze, natif de Pichpek. À partir du 5 avril 1926 jusqu’en 1991, la ville s’est appelée Frunze.

11La période soviétique peut être divisée en deux étapes principales de développement urbain. La première va de l’époque de l’établissement du pouvoir soviétique au Kirghizstan jusqu’au début des années 50 du xxe siècle, y compris les années de la Seconde Guerre mondiale. La deuxième étape va des années 1950 jusqu’à la déclaration d’indépendance de la République kirghize en août 1991 et la dénomination de la capitale de la République kirghize indépendante, Bichkek.

12Dès 1917, le plan général a été modifié sous la forme de travaux de planification avec un zonage impliquant une expansion significative de la ville dans les directions sud et nord (Illustration n° 2).

13Ce projet proposait la construction de la ville en plusieurs étapes comprenant l’aménagement de grands espaces verts. Ces espaces sous forme de parcs spécifiques, ont été réalisés par le botaniste A. M. Fetisov, invité à Pichpek depuis Saint-Pétersbourg en 1879. Le « parc de chênes » actuel appelé « la coulée verte Erkindik » (ex-Dzerzinskij), en l’honneur de Cingize Ajtmatov, le parc Panfilov où se trouvait une école de jardinage, ont tous été réalisés sous la direction de A. M. Fetisov. Situé dans la partie nord-est de la ville, le « bosquet de Karagačevskij » occupait initialement 80 acres et a ensuite été étendu à 200, où ont été plantés 80 000 arbres de près de 200 espèces différentes.

Illustration n° 2 :
Pichpek. Planification. 1917

Illustration n° 2 : Pichpek. Planification. 1917

Architecture de la Kirghizie soviétique

  • 5 Leninizm – velikij istočnik družby i bratstva narodov [Le léninisme est une grande source d’amitié (...)

14Au cours des années 20-30 ans du siècle dernier, la construction industrielle a commencé à se développer à Pichpek, grâce à la « grande assistance internationale fraternelle » fournie au peuple kirghize par le « prolétariat international », et en particulier les travailleurs de Tchécoslovaquie5. En 1923, dans la ville tchécoslovaque de Zilina, les communistes organisèrent la coopérative « Intergelpo » (assistance mutuelle), dont le but était la création d’un certain nombre d’entreprises industrielles à Pichpek. Les 360 premiers membres d’Intergelpo sont arrivés à Pichpek le 24 avril 1925, dans la partie ouest, près de l’actuelle gare ferroviaire où 43 hectares ont été alloués à la coopérative pour la construction d’installations industrielles et résidentielles. Avec la participation de la coopérative Intergelpo, à la fin des années 1920, une tannerie, une fonderie mécanique, des ateliers de tricotage, de chaussures, un tailleur, une fabrique de tissus, de meubles, de saucisses, etc. ont été construits, dont certains ont survécu jusqu’à nos jours après des modifications et des reconstructions répétées. En général, l’architecture des entreprises industrielles érigées à cette époque est restée de type utilitaire. La caractéristique la plus distinctive de l’architecture industrielle de cette période était la taille importante des bâtiments qui, dans une certaine mesure, ont imposé un nouveau vocabulaire esthétique à la capitale.

15En 1924, la construction du chemin de fer Alma-Ata-Merke-Pichpek a été achevée, longue de 268 km, et le trafic ferroviaire a commencé, qui reliait le Kirghizstan au reste de l’urss. Par la suite, le chemin de fer a relié Frunze à Tachkent et au Sud de la république, plus tard, à partir de 1929, Alma-Ata et les villes de Sibérie. Poursuivant sa construction, le chemin de fer a atteint la ville de Kant en 1932 et en 1941 la ville de Tokmak. En 1936-1938, selon le projet de l’architecte E. Limar, le bâtiment de la gare a été construit en haut de l’avenue Dzeržinskij.

16Dès 1926, les autorités urbaines avaient pris des mesures pour rationaliser l’urbanisme de Frunze en classant les rues en trois catégories. Dans la première catégorie se trouvaient les rues centrales, dans la deuxième – celles situées entre le centre-ville et la périphérie, dans la troisième les rues en périphérie de la ville. En termes d’expérience originale d’urbanisme, la ville a entrepris en 1924-1925, dans la partie sud-ouest, la construction d’une « cité solaire » ronde, destinée aux cheminots. La base de son agencement consistait en 24 rues radiales et quatre autoroutes périphériques. La première rocade divisait la place centrale d’un diamètre de 200 mètres et le quartier résidentiel. Les rocades suivantes traversaient les zones résidentielles. Et le troisième périphérique a été décidé sous la forme d’un boulevard de 80 mètres de large, d’autres rues pouvant atteindre 25 mètres de large. Les objets prévus dans le centre n’ont pas été réalisés, mais la structure ronde de planification de la ville « s’inscrit » fermement dans la composition de la planification de la ville jusqu’à nos jours.

Illustration n° 3 :
Disposition de la « cité solaire » dans le plan de la ville de Frunze

Illustration n° 3 : Disposition de la « cité solaire » dans le plan de la ville de Frunze

Source : © http://theopenasia.net:8080

17Le niveau de développement économique de la ville dans les années d’avant-guerre est associé, en général, au développement industriel de la vallée du Čuj. Des entreprises de l’industrie alimentaire et de l’industrie légère ont fait leur apparition. La reconstruction d’une usine de viande et d’une tannerie a été réalisée. L’industrie de transformation des métaux a commencé à se développer, ainsi qu’une usine de tracteurs, une usine d’articles métalliques et d’autres entreprises de fabrications diverses. En 1939, 16 des 44 grandes entreprises industrielles de la république travaillaient à Frunze. À cette époque, la ville est devenue un véritable centre industriel. Le développement de projets de grands complexes industriels a été mis en œuvre par des organismes de planification architecturale de Moscou, Leningrad, Tachkent et d’autres grandes villes, laissant la conception de petits projets entre les mains des designers locaux.

18En 1929, la petite centrale hydroélectrique Alamedin a été construite, un peu plus tard la centrale thermique Frunzenskaâ. Pendant les années de guerre (1941-1945), la centrale hydroélectrique Lebedinovskaâ a été construite et mise en service en 1943, la grande centrale hydroélectrique Alamedin en 1945. Dans les années d’après-guerre, à Frunze, en 1954-1956, le premier aéroport de la république a été réalisé par l’architecte E.G. Pissarskij.

19La période soviétique du Kirghizstan n’a pas manqué de propositions d’urbanisme pour le développement de la ville de Frunze, comme celle de l’architecte V. Kalmykov en 1934-1935 qui, pour diverses raisons, n’a pas été mise en œuvre mais ils ont jeté les bases des étapes ultérieures sur le plan général d’urbanisme de la ville. Le projet suivant, couvrant la ville dans son ensemble, était le plan général de planification et de reconstruction de la ville de Frunze, développé dans le projet Gorstroj par l’équipe de l’atelier de l’académicien I.V. Žoltovskij.

20La Deuxième Guerre mondiale suspendit la mise en œuvre des dispositions du plan général d’aménagement et de reconstruction de la ville et apporta des modifications importantes à sa mise en œuvre. Le développement du plan directeur n’a repris qu’en 1948. En substance, le projet a été développé à nouveau en raison de la croissance démographique intensive de la ville et l’apparition de nombreuses constructions abusives. Le nouveau plan directeur de Frunze développé par l’équipe de Gorstroyproekt dirigée par l’architecte A. Smolitskij a été approuvé en décembre 1950 sous la houlette du chef du pc kirghize, Turdakun Ussubaliev.

21Les perspectives de développement sur vingt ans de la ville de Frunze, définies par le plan directeur, couvraient un large éventail de mesures pour le bâti industriel, la construction de logements, le développement d’un réseau d’institutions culturelles et éducatives, l’amélioration de l’espace public et un ensemble d’autres problèmes. Le projet a accordé une attention considérable à la formation du centre-ville, en tant que complexe urbain théâtralisé, étroitement interconnecté avec le reste de la ville. En réalité, il a fallu plus de trente ans pour l’achever.

22En 1952, un plan détaillé a été élaboré pour la zone centrale à l’intérieur des limites de la rue Frunze (au nord), Leninskij Prospekt [avenue Čuj] (au sud), la rivière Alamedin (à l’est) et la rue Krupskaâ (à l’ouest). L’hyper centre s’est développé vers l’est, marqué par la construction d’objets sociaux et culturels d’importance républicaine.

23Dix ans plus tard en 1962, l’Institut central de recherche en urbanisme de Moscou modifie ce plan pour faire face à la demande de logements et mettre en œuvre une expansion territoriale urbaine significative. Pour cela, un relevé topographique est réalisé couvrant les territoires suburbains. Contrairement aux plans précédents, une étude de faisabilité prévoit le nombre de 700 000 habitants à l’horizon de 20 à 25 ans. Approuvé en 1970 par la direction du pc kirghize et le Conseil des ministres, ce nouveau plan général répond à une demande de continuité architecturale et spatiale de la ville en fonction des conditions climatiques locales, et des zones susceptibles d’élargir l’espace urbain au Sud, Sud-est et Sud-ouest. La structure urbanistique de la ville et le quadrillage rectangulaire des rues posées dès sa fondation sont préservés, la construction d’objets architecturaux spécifiques se poursuit dans l’hyper centre.

24À cette fin, en 1971, un grand concours d’architecture pour la planification de la ville de Frunze est lancé, impliquant non seulement les principaux architectes de la république, mais aussi de Moscou et d’autres républiques soviétiques. C’est en 1981 que le plan d’aménagement final du centre est approuvé, comprenant la poursuite du développement du système d’aménagement paysager, la construction de bâtiments administratifs, publics, culturels et éducatifs, de commerces, de services aux consommateurs, ainsi que des bâtiments résidentiels (Illustration n° 4 et 5).

Illustration n° 4 :
Photo de la disposition du plan d’urbanisme détaillé du centre de Frunze

Illustration n° 4 : Photo de la disposition du plan d’urbanisme détaillé du centre de Frunze

Architecture de la Kirghizie soviétique

25La structure architecturale et urbanistique du centre devait se développer dans les directions latitudinales et méridionales, en tenant compte de la préservation de l’originalité de l’image architecturale de la ville. Sur le plan socio-fonctionnel, il a été proposé de diviser la partie centrale en zones d’organisations métropolitaines, républicaines et urbaines. Le projet comportait des solutions pour le développement des réseaux de transport et d’ingénierie, l’aménagement paysager, l’arrosage, ainsi que des mesures pour améliorer l’environnement en supprimant des installations industrielles et des entrepôts communaux du centre-ville.

26Par ailleurs, le Leninskij Prospekt (aujourd’hui avenue Čuj), conservait son rôle d’avenue principale de la ville en lui ajoutant des places et en reconstruisant les anciennes. De plus, le plan prévoyait l’édification d’une limite urbaine par des bâtiments résidentiels de 9-12 ou 16-18 étages. Ces bâtiments, ainsi que d’autres bâtiments publics, devaient jouer un rôle majeur dans la silhouette architecturale de la ville. Mais ce projet n’a été que partiellement mis en œuvre, en raison des changements du système politique du pays.

27Par la suite, de la fin des années 70 à 1991, les services du plan général de Gorproekt ont élaboré des projets de planification pour les zones résidentielles est et nord-ouest, sud-ouest, des projets de consolidation de la zone résidentielle Sud et d’autres projets pour des micro-districts spécifiques. À titre d’exemple, on peut noter que les projets de développement du micro-district 12 et du micro-district Vostok-5 sont restés en partie non réalisés.

28En résumé, à Bichkek, dans les bâtiments construits à diverses fins fonctionnelles, y compris les grandes zones résidentielles dans 15 micro-quartiers (dont le bâti va jusqu’à 9 étages), la plupart des installations administratives, sociales et culturelles ont été construites dans la période allant du début des années 60 au début des années 90 du xxe siècle. On peut dire que la formation de son image architecturale a vu le jour précisément à cette période. Des conditions favorables et un fort soutien politique local ont permis le développement urbain de la ville de Frunze au cours des 30 dernières années de la période soviétique.

Fonctionnement et développement urbain de Bichkek dans une économie de marché

29Dès l’avènement de l’indépendance proclamée en août 1991, les problèmes du développement urbain de Bichkek (qui remplace désormais le nom de Frunze) dans une économie de marché vont être soumis à une analyse approfondie et à de nouvelles prévisions. L’identification des facteurs affectant le fonctionnement de la capitale, l’afflux constant de nouveaux habitants, le nombre croissant de véhicules, la pollution, tous les problèmes accumulés depuis des décennies nécessitent une analyse urbaine multilatérale spécifique qui a été réalisée au terme de plusieurs années de travail des services d’urbanisme et d’architecture de la mairie.

30Par ailleurs, reconnaissant la nécessité et la pertinence de cette problématique, le personnel du Département d’urbanisme de l’Université d’État kirghize des transports, de la construction et de l’architecture Isanov (kgusta) mène des recherches pour fournir une base scientifique et méthodologique à l’élaboration du prochain nouveau plan général de la ville de Bichkek, capitale de l’État souverain de la République kirghize, car le plan général actuel de Bichkek expire en 2025.

31Une étude complète du secteur du logement doit être privilégiée car la demande croissante sur ce secteur constitue l’un des grands problèmes à ce jour. Le fonctionnement de la ville dépend de la livraison aux résidents de logements de qualité, de la fourniture de services techniques, de ressources énergétiques et de l’amélioration des transports dans une ville qui connaît des problèmes croissants de blocages aux heures de pointe.

32Après l’obtention de l’indépendance, certains changements ont eu lieu dans la structure de l’habitat urbain au Kirghizstan, causés par un puissant flux migratoire de la population vers des pays étrangers, notamment la Russie. Ces citoyens migrants ont vendu leurs logements « pour rien », créant ainsi un secteur de logements locatifs « secondaire » accessibles à d’autres citoyens. En règle générale, ces logements ont été utilisés à des fins commerciales.

33Ainsi, depuis 1991, plus de 90 % des logements ont été privatisés, à l’exception d’une infime partie, qui appartenait aux ministères et autres départements publics. La privatisation des logements au Kirghizstan a duré une dizaine d’années et pendant cette période à Bichkek, Och et dans d’autres villes, les logements situés au rez-de-chaussée des immeubles résidentiels à plusieurs étages dans les rues principales ont été réaffectés au commerce. 33 % du parc de logements existant dans le pays a fait l’objet d’un reprofilage et d’une transformation de locaux résidentiels en locaux non résidentiels. Cet indicateur montre une nette diminution du stock de logements, par rapport aux données de base (43 % pour Bichkek). Le nombre de logements (en moyenne) par habitant à Bichkek à la fin de 2005 ne représentait que 12,12 mètres carrés, au lieu de 14,4 mètres carrés auparavant.

34Ainsi, le stock de logements au Kirghizstan a considérablement diminué depuis l’indépendance alors qu’augmentait la pression démographique due à l’exode rural vers les villes, en l’absence de toute politique de construction de nouveaux logements sociaux, sachant que la partie principale du parc de logements du pays avait été construite pendant les dernières décennies soviétiques du Kirghizstan.

Illustration n° 5 :
Avenue Lénine en 1954

Illustration n° 5 : Avenue Lénine en 1954

Architecture de la Kirghizie soviétique

35Si l’on prend en compte la période qui s’est écoulée depuis le passage du pays à l’économie de marché, pratiquement aucun immeuble n’a été rénové. Compte tenu de la détérioration technique des bâtiments et des structures résidentielles existantes, il serait indispensable de les rénover tous en prenant en compte les normes techniques actuelles. Les problèmes de manque d’espaces libres pour les constructions dans Bichkek (à l’intérieur de la frontière administrative et territoriale de la capitale), créent une pénurie de terrain pour le développement de la ville, selon la logique de l’économie de marché, quand la terre est propriété privée.

  • 6 Adopté par référendum (vote populaire) de la République kirghize le 27 juin 2010.
  • 7 Konstituciâ Kyrgyzskoj Respubliki [Constitution de la République kirghize], 2019, Biškek : Akademiâ

36En même temps, lorsque l’on étudie le nombre total de logements du pays, les maisons individuelles en volume et en quantité sont moins importantes que les immeubles résidentiels à plusieurs étages. Malgré tout, le problème du logement au Kirghizstan restant très important, le gouvernement a pris des mesures juridiques indispensables mais qui pour être effectives doivent être suivies d’une politique de financement. Dans l’article 46 de la Constitution de la République kirghize6, les indications suivantes concernent :
« 1. Chacun a droit au logement.
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de son domicile.
3. Les organes du pouvoir de l’État et de l’autonomie locale encouragent la construction de logements, créent les conditions pour la réalisation du droit au logement.
4. Le logement des pauvres et des autres personnes dans le besoin doit être fourni gratuitement ou à un prix abordable par les fonds publics, municipaux et autres logements ou dans les institutions sociales pour les motifs et de la manière prévus par la loi7 ».

37À partir de 2013, les problèmes d’investissement et de financement de la construction de logements – qui sont toujours évoqués par les représentants des agences gouvernementales – ont commencé à être résolus avec le soutien du Fonds hypothécaire et de crédit kirghize-russe.

  • 8 2017, Nations Unies. А/RES/71/256*. Nouveau programme de développement urbain. ISBN; 978-92-1-13273 (...)

38Les conditions objectives pour un développement urbain durable de Bichkek sont donc connues. Sur la base de l’expérience internationale, les indicateurs de la situation démographique du pays sont un facteur essentiel de développement urbain et de prévision du développement des villes et des agglomérations. La croissance démographique est l’un des indicateurs du niveau d’urbanisation du pays. Dans la Déclaration de Quito sur les villes écologiquement durables et les établissements humains pour tous, adoptée dans le cadre du nouveau programme de développement urbain, le 20 octobre 2016, à la Conférence des Nations Unies sur le logement et le développement urbain durable (Habitat iii) à Quito, approuvé lors de la 68e réunion plénière de l’Assemblée générale des Nations Unies le 23 décembre 2016, le deuxième paragraphe stipule : « ... il est prévu que d’ici 2050, la population urbaine du monde augmentera de près de deux fois, l’urbanisation sera donc l’une des tendances les plus importantes du xxie siècle. La population, l’activité économique, les interactions sociales et culturelles, ainsi que les impacts environnementaux et humanitaires sont de plus en plus concentrés dans les villes, ce qui crée d’énormes problèmes de durabilité, en particulier, de logements, d’infrastructures, de sécurité alimentaire, de santé, l’éducation, le travail décent, la sécurité et les ressources naturelles. »8 Cette déclaration s’applique pleinement à la République kirghize en tant que membre à part entière des Nations Unies depuis 1992. Et la prise en compte et la mise en œuvre de ces événements majeurs sont considérées comme le respect des obligations internationales du Kirghizstan envers la communauté internationale.

Illustration n° 6 :
Un bâtiment moderne

Illustration n° 6 : Un bâtiment moderne

Photo : © kg.akipress.org/

  • 9 Nacional’nyj statističeskij komitet Kyrgyzskoj Respubliki [Comité national de statistique de la Rép (...)

39À l’heure actuelle, en République kirghize la population du pays augmente rapidement et au 1er janvier 2019, le nombre total d’habitants est d’environ 6,389 millions de personnes9. Selon les données du Comité national de la statistique de la République kirghize, depuis 2011, la croissance démographique annuelle a augmenté par rapport à l’année précédente de 100 milliers de personnes ou plus, soit de 1,7 % de la population totale. De plus, en 2018, environ 65 % de la population a moins de 40 ans. Une telle évolution démographique en République kirghize est un indicateur essentiel qui pourrait assurer dans une certaine mesure le développement durable du pays, en termes de ressources humaines.

40Dans le même temps, dans les pays de la cei, à l’exception de la République du Tadjikistan, une telle croissance démographique n’est pas observée. Malgré la migration active de citoyens du Kirghizstan vers l’étranger, on observe l’augmentation de la population du pays et une augmentation du nombre de villes. Cette croissance démographique active de la population depuis 2011, ainsi que d’autres facteurs importants dans le fonctionnement des villes plaident en faveur de la prise en compte des problématiques d’urbanisme au Kirghizstan.

Illustration n° 7 :
Projet du Département d’urbanisme 2019

Illustration n° 7 : Projet du Département d’urbanisme 2019

© urban

Conclusion

41À l’heure actuelle, le potentiel scientifique et créatif existant des architectes et des urbanistes formés au Kirghizstan et à l’étranger [Omuraliev, 2007] peut pleinement mettre en œuvre, de manière créative et technique, des projets à grande échelle qui prennent en compte les nombreux problèmes posés à l’agglomération, notamment l’augmentation du nombre de véhicules qui crée des problèmes de circulation, de pollution, d’insécurité pour les piétons, la gestion des espaces verts en tenant compte des maladies qui touchent certains arbres et la gestion de l’arrosage. Il doit également fournir la planification d’un système de développement de la politique urbaine et industrielle, au niveau de la capitale, comme des autres grandes villes du Kirghizstan, touchées par des problèmes similaires.

42Aujourd’hui il existe plusieurs actes normatifs et juridiques pour gérer l’architecture et le développement urbain dans la République kirghize. Cependant, depuis près de trois décennies d’indépendance, pour construire une économie de marché et une société démocratique avec un régime présidentiel et parlementaire, le pays connaît désormais la nature des problèmes de l’économie urbaine qu’il doit affronter afin d’assurer le fonctionnement équilibré de la ville de Bichkek.

Haut de page

Bibliographie

Bernštam A.N., 1997, Izbrannye trudy po arheologii i istorii kyrgyzov i Kyrgyzstana [Ouvrages sélectionnés sur l’archéologie et l’histoire du Kirghizstan et des Kirghizes], vol. 1, 2, Bichkek.

Gorodskoe planirovanie dlâ rukovoditelej gorodov. Programma oon po naselennym punktam [Planification urbaine pour les chefs de ville. Programme des Nations Unies pour les établissements humains], 2013, P.O.Box 30030 00100 Nairobi gpo kenya, hs Number: HS/090/12E.

Frunze : Ènciklopediâ [Frunze : Encyclopédie], 1984, Glavnaâ redakciâ Kirgizskoj Sovetskoj Ènciklopedii, Frunze.

Kenešov T.S., 1987, Preobrazovanie arhitekturno-prostranstvennoj sredy centrov malyh i srednih istoričeskih gorodov (na primere gorodov Zapadnogo Podmoskov’â) [Transformation de l’environnement architectural et spatial des centres des petites et moyennes villes historiques (à l’exemple des villes de la région occidentale de Moscou)], Avtoreferat na soiskanie učenoj stepeni kandidata arhitektury, Moscou.

Kirgizskaâ Sovetskaâ Socialističeskaâ Respublika. Ènciklopediâ [République socialiste soviétique kirghize. Encyclopédie], 1982, Glavnaâ redakciâ Kirgizskoj Sovetskoj Ènciklopedii, Frunze.

Konstituciâ Kyrgyzskoj Respubliki [Constitution de la République kirghize], 2019, Biškek : Akademiâ.

Kožemâko P.N., 1959, Rannesrednevekovye goroda i poseleniâ Čujskoj doliny [Premières villes médiévales et établissements de la vallée de Chuy], Frunze.

Leninizm – velikij istočnik družby i bratstva narodov [Le léninisme est une grande source d’amitié et de fraternité entre les peuples], 1974, Moscou : Nauka.

Nacional’nyj statističeskij komitet Kyrgyzskoj Respubliki [Comité national de statistique de la République kirghize], [http://www.stat.kg/ru/opendata/category/39/ consulté le 25 février 2020].

Nations Unies. A / RES / 71/256 *, 2017, Nouveau programme de développement urbain.

Nusov V.E., 1971, Arhitektura Kirgizii s drevnejših vremen do naših dnej [L’architecture du Kirghizstan de l’Antiquité à nos jours], Frunze.

Omuraliev D.Ž., 2007, Paradigma arhitekturnogo prostranstva [Le paradigme de l’espace architectural], Bichkek.

Pisarskoj I.G., Kurbatov V.V., 1986, Arhitektura Sovetskoj Kirgizii [Architecture du Kirghizstan soviétique], Moscou : Strojizdat.

Haut de page

Notes

1 Pour la commodité de lecture, les toponymes connus tels Bichkek, Pichpek, Tachkent, Boukhara seront francisés.

2 Frunze : Ènciklopediâ [Frunze : Encyclopédie], 1984, Glavnaâ redakciâ Kirgizskoj Sovetskoj Ènciklopedii, Frunze.

3 Frunze : Ènciklopediâ…, op. cit.

4 Frunze : Ènciklopediâ…, op. cit.

5 Leninizm – velikij istočnik družby i bratstva narodov [Le léninisme est une grande source d’amitié et de fraternité entre les peuples], 1974, Moscou : Nauka.

6 Adopté par référendum (vote populaire) de la République kirghize le 27 juin 2010.

7 Konstituciâ Kyrgyzskoj Respubliki [Constitution de la République kirghize], 2019, Biškek : Akademiâ.

8 2017, Nations Unies. А/RES/71/256*. Nouveau programme de développement urbain. ISBN; 978-92-1-132737-3

9 Nacional’nyj statističeskij komitet Kyrgyzskoj Respubliki [Comité national de statistique de la République kirghize], [http://www.stat.kg/ru/opendata/category/39/ consulté le 25 février 2020].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n° 1 : Bazar de Pichpek
Légende D’après une photographie du début du xxe siècle. (Architecture de la Kirghizie soviétique)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4768/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Illustration n° 2 : Pichpek. Planification. 1917
Crédits Architecture de la Kirghizie soviétique
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4768/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Illustration n° 3 : Disposition de la « cité solaire » dans le plan de la ville de Frunze
Crédits Source : © http://theopenasia.net:8080
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4768/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Illustration n° 4 : Photo de la disposition du plan d’urbanisme détaillé du centre de Frunze
Crédits Architecture de la Kirghizie soviétique
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4768/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Illustration n° 5 : Avenue Lénine en 1954
Crédits Architecture de la Kirghizie soviétique
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4768/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Illustration n° 6 : Un bâtiment moderne
Crédits Photo : © kg.akipress.org/
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4768/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Illustration n° 7 : Projet du Département d’urbanisme 2019
Crédits © urban
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/4768/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tolobaj Kenešov, « Trajectoire du développement urbain de la ville de Bichkek (Pichpek, Frunze, Bichkek) et problèmes contemporains »Cahiers d’Asie centrale, 28 | 2020, 143-160.

Référence électronique

Tolobaj Kenešov, « Trajectoire du développement urbain de la ville de Bichkek (Pichpek, Frunze, Bichkek) et problèmes contemporains »Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 23 juin 2022, consulté le 27 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/4768

Haut de page

Auteur

Tolobaj Kenešov

Tolobaj Kenešov – architecte-urbaniste, candidat en architecture, chercheur dans le domaine du « développement durable des villes », professeur agrégé du Département d’urbanisme de l’Université d’État kirghize des transports, de la construction et de l’architecture Isanov. contact : t.keneshov@mail.ru

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search