Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Troisième partie : Douchanbé, le ...Le vocabulaire culturel du nouvea...

Troisième partie : Douchanbé, le futur antérieur

Le vocabulaire culturel du nouveau Douchanbé

The cultural vocabulary of the new Dushanbe
Культурные смыслы нового Душанбе
Larisa Dodhudoeva
p. 175-188

Résumés

Le processus de modernisation de la capitale tadjike Douchanbé à l’ère de l’indépendance politique est la démolition totale de l’environnement architectural soviétique au profit de nouveaux gratte-ciel, qui sont une fierté particulière pour les développeurs locaux. Dans le pays, la plupart des habitants expriment leur protestation contre les projets de construction de structures impressionnantes, qui détruisent en réalité leur propre histoire des Tadjiks. Mais dans la plupart des cas, la volonté politique prévaut dans la prise de décision. Le concept principal de la transformation de Douchanbé en tant que symbole ethnoculturel est basé sur le « retour aux sources nationales et la modernisation de la conscience publique » sous le slogan « Adieu genius loci soviétique, vive Dubaï ! ».

Haut de page

Texte intégral

« La particularité de l’espace humain (lieux) est qu’il est centralisé : en son centre se trouve celui qui y habite, l’homme. Le paysage n’existe pas sans l’homme, et l’homme le transforme par sa seule présence, avec une seule attitude envers lui : “être humain signifie être fondamentalement lié au lieu. Connaître le paysage signifie savoir qui nous sommes, d’où venons-nous et où aller” ».
K.I. Titley

1Après avoir acquis leur indépendance politique, de nombreux États de la grande région d’Asie centrale ont surmonté ou tentent toujours de dépasser une sorte de « furie apocalyptique » incarnée par une lutte acharnée et ultime contre l’idéologie soviétique, quelle que soit sa forme. Le vocabulaire architectural des capitales d’Asie centrale constitue l’un de ces fronts, dont la traduction visuelle s’est principalement formée au xxe siècle sous l’égide de Moscou. En fait, une lutte est engagée contre l’idéologie et le patrimoine matériel soviétique qui passe par la recherche d’un nouvel environnement pour la population, porteur d’un sens intangible et de nouvelles valeurs ethnoculturelles concrètes sous la forme d’un retour aux racines induisant une modernisation de la conscience publique.

2Pour certains chercheurs, la liquidation du patrimoine architectural observée dans les républiques de l’ex-urss ressemble aux événements en France après la révolution de 1789, lorsque les monuments ont été victimes de la lutte idéologique contre le « passé clérical féodal » et de l’activité commerciale de la nouvelle bourgeoisie, s’étant emparée des biens de l’ancienne aristocratie. [Čuhovič, 2017 : 2].

3L’urbanisation en général et la formation de mégapoles en particulier sont des phénomènes relativement nouveaux pour l’Asie centrale [Dankov 2015 : 2], à l’exception de la population sédentaire tadjike, dont la vie a toujours été associée aux villes. Cependant, dans chaque cas, le processus de création de grandes villes modernes dans la région s’est accompagné de certains défis politiques, sociaux et culturels.

4Selon le recensement de la population de l’ensemble de l’ urss en 1989, au moment de l’effondrement de l’Union soviétique, la part de la population urbaine au Tadjikistan était de 33 % (nettement inférieure à la moyenne de l’Union Soviétique, soit 66 %). Un reflux important de la population européenne du pays dans les années 1990 avait rendu la capitale Douchanbé presque entièrement mono-ethnique : selon les statistiques de 2014, 89 % de ses habitants sont tadjiks [Dankov, 2015 : 5].

5Au cours de la même période, se produit la « ruralisation » de la métropole. Elle se caractérise par un afflux massif de migrants ruraux de faible niveau d’éducation et de compétences nécessaires, qui ne leur permettent pas de s’implanter pleinement dans la ville et, par conséquent, forment une certaine strate sociale avec de faibles revenus, biens et qualifications professionnelles, ce qui ne leur offre pas une qualité de vie décente.

6Se trouvant dans la position inconfortable de « ne plus être villageois, mais pas encore citadins », ils ont transmis et transmettent toujours leur culture « intermédiaire » à une nouvelle génération, qui grandit dans un milieu avec des valeurs floues [Dankov, 2015 : 6].

7Dans les pays d’Asie centrale, la part des grandes villes, centres d’activité économique, représente 20 à 30 % du pib. Selon certains chercheurs, le fonctionnement des systèmes politiques dans la région (centralisation stricte du processus décisionnel, etc.) conduit à une augmentation hypertrophiée de l’importance des mégapoles. Dans le même temps, l’instauration d’un contrôle sur les plus grandes villes du pays est un facteur important de victoire politique lors de la formation d’un nouveau régime, comme le montrent par exemple les événements du Tadjikistan (1992-1997) et du Kirghizstan (2005, 2010). Avec cela, le développement des mégalopoles fait l’objet d’une plus grande attractivité que ne le font les centres périphériques et ne peuvent qu’attirer les habitants des provinces à la recherche de perspectives, ce qui exacerbe la situation dans les grandes villes et alimente un cercle vicieux de problèmes [Dankov, 2015 : 6, 8].

8Après l’effondrement de l’Union soviétique, une politique de développement urbain efficace a longtemps été absente dans la région. C’est pour cela que les problèmes de développement des infrastructures des grandes villes sont devenus critiques, puisque les deux tiers de l’ensemble des infrastructures urbaines (à l’exception d’Astana) ont été construits pendant la période soviétique [Dankov, 2015 : 11]. Ce sont précisément ces problèmes qui déterminent l’ampleur de la transformation qui se déroule dans les capitales d’Asie centrale et en particulier à Douchanbé. Depuis 2001, le processus de mise à jour et d’ajustement des plans directeurs a repris au Tadjikistan, car un grand nombre d’entre eux étaient devenus obsolètes, ou avaient cessé d’être appliqué [Respublika Tadžikistan, 2017 : 3].

9Selon Klec, le concept de l’organisation spatiale de toute « capitale soviétique » d’Asie centrale trouve son origine à Moscou, dont l’expérience a servi de modèle. Cependant, les capitales en tant qu’îlots indépendants pilotés par des appareils représentatifs du pouvoir local ont agi comme des objets à travers lesquels ceux-ci appliquaient leurs décisions [Klec, 2016 : 13]. Plus précisément, à Douchanbé a été exporté un style via Moscou, que les experts appellent « le Leningrad-classique ».

10Les instituts locaux de recherche en conception n’ont, pour l’essentiel, réalisé que l’adaptation aux normes sismiques et climatiques des projets standards sans mise en évidence des caractéristiques locales détaillées. En général, les bases de la formation de l’architecture nationale des républiques de l’Union soviétique ont été : la rationalité dans la construction, l’évitement de l’expressivité artistique, l’uniformité en raison de l’utilisation massive pour la construction de logements sociaux de seulement quelques séries de projets standard. L’utilisation de la sémantique orientale pour l’architecture nationale se réduisit à l’inclusion d’éléments décoratifs et à l’ornementation des façades [Klec, 2016 : 14].

11De la sorte, à l’époque soviétique, Douchanbé, comme les capitales d’autres États de la région, a connu une modernisation radicale de son apparence architecturale médiévale, déterminée principalement par les technologies modernes de l’époque. Ainsi est né et a existé dans la capitale tadjike pendant plus d’un demi-siècle, le genius loci soviétique, le soi-disant « esprit des lieux » spécifique, qui planait parmi les formes classiques des bâtiments austères et harmonieux alignés le long des rues et des places régulières. Ainsi a été définie la forme de chaque objet architectural érigé « à taille humaine » dans la « ville ensoleillée », comme Douchanbé (Stalinabad) était nommée au xxe siècle.

12À l’heure actuelle, le souvenir de la métropole soviétique du Tadjikistan est pratiquement gommé de son tissu urbain actuel, car d’année en année se déroule un processus irréversible de démolition progressive de son ancien bâti. On avait pensé pendant un temps que la lutte contre la détérioration du patrimoine architectural serait plus facile au Kazakhstan, au Kirghizstan et au Tadjikistan, puisqu’il existait dans ces républiques des comités nationaux icomos (Conseil international pour la conservation des monuments et des sites), ce qui facilite le lancement de procédures juridiques pour assurer la protection internationale de sites relevant du patrimoine destructible [Čuhovič, 2017 : 3]. Cependant, ces approches pour résoudre le problème, ainsi que la reconstruction de bâtiments historiques délabrés, qui devraient être accompagnées d’une restauration des façades et des intérieurs, sont ouvertement rejetées par les autorités locales.

13En comparant cette situation avec la pratique européenne moderne, il s’avère que dans les villes de l’Ouest, une attention accrue est accordée à l’histoire de la construction des grands ensembles. Un changement fondamental d’accent a lieu : l’objet de la fierté n’est pas tant la beauté du bâtiment que son histoire visible [Lavrov, Petrov, 2016 : 106]. Pour Douchanbé, comme nous le voyons, une telle situation n’est pas fréquente, bien que ses habitants aient exprimé leur opinion concernant la préservation du centre historique de la ville à plusieurs reprises (dans les médias, virtuellement et dans des conversations privées) [Fashutdinov, 2015]. Mais la volonté politique s’est avérée être une force déterminante dans la prise de décision.

14Il y a un autre problème qui attire peu l’attention, mais qui est suffisamment important pour la préservation de l’identité nationale. Il s’agit des migrants, pour qui le centre des capitales représente une ressource importante pour maintenir leur sentiment d’identité nationale ou ethnique. Les lieux familiers et connus créent et accélèrent la « mémoire collective » de la diaspora, « l’image de la maison leur donne la force de surmonter l’espace physique qui sépare les « nouvelles communautés » de leurs « racines d’origine », reliant le passé au présent en compressant l’espace et le temps ». Mais ce problème est en dehors des intérêts des promoteurs immobiliers [Semiotic Landscapes, 2010 : 49].

15Aujourd’hui, on peut observer une situation similaire aux événements de la première moitié du xxe siècle lorsque, d’un seul coup, les promoteurs des capitales d’Asie centrale se mettent curieusement, à regarder dans la même direction, et que le principal moteur des nouvelles idées et d’un modèle normatif n’est plus Moscou, mais la légendaire Dubaï. Peu importe que ces États disposent d’un petit espace territorial pour leur capitale, que leurs ressources financières soient modestes et que peu de gens possèdent les technologies modernes. Chacun chérit son rêve et le réalise dès qu’il le peut, démontrant au mieux le caractère innovant de ses plans pompeux qui expriment principalement la « glamourisation » de l’espace urbain et la nouvelle façon de « consommer des lieux ».

16Malgré tout, pour Douchanbé, la principale source d’idées urbaines innovantes reste Moscou. La nouvelle édition du plan directeur de Douchanbé a été réalisée par les auteurs de l’atelier d’architecture et de planification de Giprogor ojsc (Moscou) sous la direction de l’académicien spécialiste de l’architecture de Russie, V.P. Postnov. En fait, il s’agit d’un projet remanié d’urbanisme développé par l’Institut Dushanbegiprogor entre 1975 et 1983 et approuvé par décret du Conseil des ministres de la rss tadjike n° 382 du 30 décembre 1983, prévu pour un nombre d’habitants estimé à 750 000 personnes (pour 2005). Il est intéressant de noter que son auteur d’origine est un ancien habitant de Douchanbé aujourd’hui moscovite, V. A. Bugaev. C’est lui qui est en train de finaliser le plan général [Poâsnitel’naâ zapiska, 2009]. La raison pour laquelle le plan directeur de la ville de Douchanbé reste inaccessible à ses habitants, selon les responsables, est le fait qu’il « ne montrera rien aux simples habitants, il ne contient que les secteurs résidentiels et les grandes artères » [Genplan Dušanbe, 2019].

17Selon le plan, prévu jusqu’en 2040, le territoire de la ville de Douchanbé sera agrandi de presque 3 fois pour s’élever à 30 000 hectares grâce à l’inclusion des districts de Varzob et Rudaki [Holmurod, 2018]. La croissance démographique dans la zone du projet atteindra 11 176 000 personnes, bien que selon des données non officielles, en tenant compte des résidents non enregistrés, la population de la capitale en 2018 comptait déjà plus d’un million de personnes. Les nouveaux bâtiments seront concentrés dans la partie droite de la ville, c’est-à-dire en son centre, un projet de construction d’un métro est en cours d’élaboration.

18L’apothéose de la future Douchanbé devrait être le monument grandiose de la « Couronne » (121 m) dans le parc « Indépendance et liberté » d’une superficie de 29 hectares, qui devrait être achevé pour le 30e anniversaire de l’indépendance du Tadjikistan – en 2021. Le complexe géant du nouveau parlement (8 hectares) sera construit avec des fonds alloués par le gouvernement chinois (250 millions de dollars) avec un boulevard (de 53m) et des fontaines. Un complexe de 12 hectares de la plus grande mosquée d’Asie centrale prévue pour 120 000 fidèles a déjà été érigé près de l’Université nationale. Le gouvernement tadjik a alloué 30 millions de dollars pour sa construction, le gouvernement du Qatar 70 millions de dollars. En conséquence, selon une vieille tradition, la nouvelle Douchanbé restera la ville du pouvoir politique et ses complexes modernes concentreront toutes les branches du pouvoir en un seul endroit.

19À Douchanbé, la construction de nouvelles entreprises industrielles sera limitée : il est possible de reconstruire des entreprises existantes et de localiser des usines de montage. [Korrektirovka general’nogo plana, Respublika Tadžikistan, 2009]. Il y aura de nouveaux grands centres commerciaux et de loisirs et des hypermarchés qui seront situés au-delà des limites actuelles de la ville [Garcia, 2018].

20Bien que dans la capitale tadjike, le patrimoine architectural du passé (« le classicisme de Leningrad ») soit sur le point d’être complètement supprimé, les promoteurs ne pourront pas se débarrasser complètement des caractéristiques familières de « l’emprise du style stalinien ». L’habitude de l’instrumentalisation du pathos de l’héritage romain antique est restée, ce qui dans l’architecture soviétique s’est exprimé dans la réutilisation de détails architecturaux (principalement des colonnades) comme procédés de construction sans tenir compte de la signification artistique des bâtiments. Dans les bâtiments nouvellement construits de la capitale, on est frappé par le nombre et la variété des colonnades, principalement corinthiennes qui ne supportent absolument aucune charge fonctionnelle et ne sont pas liées aux exigences de résistance des objets construits. Comme les anciens Romains, qui incarnaient dans les monuments architecturaux majestueux toute la puissance de l’Empire dans la construction de bâtiments publics conçus pour un grand nombre de personnes (théâtres et amphithéâtres, marchés, bibliothèques, temples, etc.), dans ce cas, tout est fait pour exalter et renforcer la puissance et la gloire de la capitale tadjike de la nouvelle ère.

21Au cours des premières années de l’indépendance, des bâtiments ont été construits en violation de tous les standards gouvernementaux (gost), spontanément, et souvent dans les espaces étroits entre les anciens bâtiments puis ont été connectés aux réseaux d’ingénierie existants. Maintenant, cette pratique est éradiquée, mais il y a beaucoup de plaintes concernant l’apparence architecturale des bâtiments en verre et en béton. En règle générale, ils sont du même type, inexpressifs dans leur silhouette et ne diffèrent que par la réalisation de leur surface – lisse, imperméable ou ornée – mais sans volume. La base de leur image artistique repose sur le principe de répétition rythmique d’éléments identiques ou similaires, la symétrie et la réflexivité.

22Cela se produit souvent, tout d’abord, pour des raisons économiques, car les entreprises chinoises sont prêtes à développer des projets de construction gratuitement, mais à condition que seules leurs entreprises soient engagées dans leur réalisation, ce que les autorités locales soucieuses de retombées mercantiles, acceptent. Les investisseurs remboursent les promoteurs avec les fonds reçus de la construction et ne perdent rien. Mais la partie tadjike perd parce que le projet, qui est développé gratuitement, en règle générale, est standard, sans la moindre originalité, et n’a par conséquent aucune valeur architecturale [Kuda dal’še, 2014]. Il peut également s’avérer qu’il a été développé et mis en œuvre il y a longtemps dans une autre ville. Sans aucun doute, cette pratique se poursuivra lors de la construction à Douchanbé à l’avenir, car elle s’avère commercialement avantageuse pour les investisseurs locaux qui n’ont pas les compétences théoriques nécessaires ni aucune culture en histoire de l’architecture.

23Douchanbé entre dans une nouvelle ère historique de son développement avec un certain nombre de problèmes, et les autorités devront résoudre des questions difficiles liées à la transformation des infrastructures urbaines. En 2010, après avoir mené des recherches et étudié les documents reçus, la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (cee-onu) a préparé un examen national du secteur du logement au Tadjikistan, qui a défini les objectifs de son développement durable [Respublika Tadžikistan, 2017, p. 4].

24Le développement résidentiel nécessite de nouvelles approches dans la construction, notamment en tenant compte des équipements sociaux et culturels, des zones résidentielles, des parkings, ainsi que de la circulation des personnes handicapées. Par exemple, dans la Constitution de la République du Tadjikistan et dans d’autres actes juridiques du pays, les personnes handicapées se voient légalement attribuer leurs droits et libertés socio-économiques, politiques et individuelles, mais leur mise en œuvre nécessite un changement significatif de l’infrastructure urbaine existante, ce qui induirait également une augmentation des coûts financiers. En outre, actuellement dans les zones urbaines, la couverture de l’approvisionnement en eau est de 93 %, la gestion des eaux usées sanitaires n’est que de 44 % dans les zones rurales, ce qui nécessite sans aucun doute une solution rapide et radicale au problème [Respublika Tadžikistan, 2017, p. 28].

25Le secteur de la construction reste une activité très lucrative pour les fonctionnaires corrompus, dont beaucoup n’ont pas les compétences nécessaires et dont les pratiques révèlent uniquement leur propre intérêt mercantile. Par exemple, bien que la demande soit bien inférieure à l’offre, le secteur privé, qui construit de somptueux complexes hôteliers à Douchanbé, et refuse de reconsidérer ses priorités en faveur des auberges plus simples, dont la plupart des touristes ont besoin. Le coût élevé des grands centres d’affaires en cours de construction, comme pour démontrer le slogan « nous sommes ouverts aux affaires » [Wood, 2018] et les logements prestigieux ne permettent pas de les utiliser selon leur destination, ils restent souvent à moitié vides.

26L’incompétence des investisseurs, leur recherche de profit ont conduit à une construction de mauvaise qualité au Tadjikistan. Les problèmes critiques restent la sécurité des installations construites, le respect de la législation en vigueur selon la documentation du projet, la mise en conformité des réseaux d’ingénierie existants qui ne sont pas conçus pour une construction intensive, etc. La construction envahissante des gratte-ciel est critiquée par de nombreux sismologues tadjiks, car, en règle générale, les normes antisismiques ne sont pas respectées et en cas de fort tremblement de terre, d’incendie ou autre catastrophe, les sauveteurs ne pourront pas accéder aux bâtiments pour aider les résidents. Les problèmes écologiques et la mise en service d’une usine à incinération des ordures restent aigus.

27La question de l’emploi dans les conditions du système de concentration urbaine de Douchanbé (agglomération) est d’une importance cruciale. La création des 200 000 nouveaux emplois nécessaires relève de l’entreprenariat privé. En marge de la migration pendulaire, la population en âge de travailler ne cesse de croître et viennent au premier plan les problèmes de migration de main-d’œuvre entre plusieurs pôles intermédiaires d’identification de zones de développement prioritaires et de développement intégré du système de transport, y compris à grande vitesse [Poâsnitel’naâ zapiska, 2009].

28Cependant, certains aspects positifs du développement de la ville sont à prendre en compte. Il s’agit principalement de la réparation des façades des bâtiments donnant sur les rues principales, du remplacement complet des revêtements de trottoirs pour piétons par des pavés dans certains quartiers ; de la réparation des arrêts de bus ; du démantèlement des clôtures, de la pose de parterres de fleurs sur les bandes de séparation, de la plantation d’arbres, de la construction massive d’aires de jeux et de terrains de sport dans les micro-districts et les jardins publics de la ville au cours des dernières années, de l’installation de nouveaux arrêts modernes. La reconstruction des ponts intra-urbains, des parcs et des anciennes ruelles, la construction d’un nouveau terminal d’aéroport ont été couronnées de succès. Les problèmes de congestion routière sont en train d’être résolus – beaucoup de rues ont été élargies, la construction de rocades a commencé. La ville a érigé des bâtiments ayant leur propre signature individuelle, caractérisés par des solutions architecturales modernes : centre culturel ismaélien, hôtels Serena, Hayat, Hilton, tous réalisés par des projets architecturaux étrangers.

Conclusion

29Aujourd’hui, avec toute la diversité stylistique de l’architecture moderne mondiale, le « mépris du contexte » est typique de la plupart des projets internationaux créés dans les conditions de la mondialisation économique et culturelle [Efremenko, Evlahova, 2007 : 45]. Dans ce contexte, en raison de problèmes de manque d’espace à bâtir et du prix élevé des terrains, Douchanbé sera confrontée à la poursuite de la démolition des bâtiments soviétiques, et à la densification de son bâti. Nous pouvons conceptualiser le futur espace urbain et architectural de la capitale tadjike et les implications culturelles de sa transformation en cours avec la phrase suivante :
« Adieu genius loci soviétique et vive Dubaï ! »

Illustration n° 1 :
Palais de l’éducation politique Vahdat – Palais de l’unité

Illustration n° 1 : Palais de l’éducation politique Vahdat – Palais de l’unité

Illustration n° 2 :
Palais de la culture des syndicats

Illustration n° 2 : Palais de la culture des syndicats
Haut de page

Bibliographie

Čuhovič B., 2017, « Arhitekturnyj brutalizm v Central’noj Azii » [Brutalisme architectural en Asie centrale] [Fergana.agency consulté le 20 décembre 2019].

Fashutdinov G., 2015, « Protiv snosa » [Contre la démolition], [News.tj consulté le 2 décembre 2019].

Garcia R., 2018, « Tadžikskie arhitektory rasskazyvaût ob osobennostâh novogo Genplana Dušanbe i pervoočerednyh zadačah, kotorye predstoit rešat’ gradostroitelâm » [Les architectes tadjiks parlent des caractéristiques du nouveau plan général de Douchanbé et des priorités que les urbanistes doivent résoudre], Sputnik, 22 mai 2018 [tj.sputniknews.ru consulté le 20 décembre 2019].

« Genplan Dušanbe : nastoâŝee i buduŝee » [Plan général de Douchanbé : présent et futur], 2019, Nezavisimyj centr po zaŝite prav čeloveka [http://ichrptj.org/ru/blog consulté le 10 décembre 2019]

Dankov A., 2015, « Krupnye goroda v Central’noj Azii : meždu demografiej i politikoj » [Les grandes villes d’Asie centrale : entre démographie et politique], [russiancouncil.ru consulté le 10 janvier 2020].

« Dialog. Tadžikistan i mir » [Dialogue. Le Tadjikistan et le monde], 2017 [dialog.tj consulté le 5 décembre 2019]

Efremenko I. N., Evlahova Û. S., 2007, « Napravleniâ razvitiâ mirovoj finansovoj arhitektury v usloviâh finansovoj globalizacii » [Orientations pour le développement d’une architecture financière mondiale dans des conditions de mondialisation financière], Finansy i kredit, n° 41.

Holmurod M., 2018, « Ponedel’nik Stalina na Dušanbinke. Kuda i kak sobiraetsâ rasti stolica Tadžikistana » [Le lundi de Staline à Douchanbé. Où et comment la capitale du Tadjikistan va croître] [fergana.agency consulté le 20 décembre 2019]

Klec V. A., 2016, « Koncepciâ prostranstvennoj organizacii « Sovetskoj stolicy » : vse beret načalo iz Moskvy » [Le concept d’organisation spatiale de la « capitale soviétique » : tout provient de Moscou], Arhitektura, n° 4, pp. 12-16.

« Korrektirovka general’nogo plana. Respublika Tadžikistan. Gorod Dušanbe. Koncepciâ social’no-èkonomičeskogo i territorial’nogo razvitiâ » [Ajustement du schéma directeur de la République du Tadjikistan. La ville de Douchanbé. Le concept de développement socio-économique et territorial], 2009 [mirtv.ru consulté le 10 décembre 2019].

« Kuda dal’še budet rasti Dušanbe rasskazal predsedatel’ Soûza arhitektorov Bahrom Ûsupov » [Où Douchanbé grandira-t-il, la réponse du président de l’Union des architectes Bahrom Yusupov], 2014, [asiaplustj.info consulté le 12 décembre 2019].

Lavrov L. P., Petrov F. V., 2016, « “Genius loci” pod sloem štukaturki » [Genius loci sous une couche de plâtre], Vestnik spbgu, Iskusstvovedenie, n° 1, p. 106.

« “Ne snosite!” Dušanbincy prizyvaût vlasti sohranit’ istoričeskij centr goroda » [« Ne démolissez pas ! » Les habitants de Douchanbé appellent les autorités à préserver le centre historique de la ville], 2015, [fergananews.com consulté le 6 décembre 2019].

« Poâsnitel’naâ zapiska. Korrektirovka general’nogo plana. Respublika Tadžikistan. Gorod Dušanbe. Koncepciâ social’no-èkonomičeskogo i territorial’nogo razvitiâ. ii ètap » [Note explicative. Ajustement du plan général. République du Tadjikistan La ville de Douchanbé. Le concept de développement socio-économique et territorial. 2e étape.] [http://old.dushanbe.tj/masterplan 09/2009 consulté le 7 décembre 2019].

« Respublika Tadžikistan. Nacional’nyj plan meropriâtij po realizacii recomendacij nacional’nogo obzora žiliŝnogo hozâjstva i zemlepol’zovaniâ v Respublike Tadžikistan » [République du Tadjikistan. Plan d’action national pour la mise en œuvre des recommandations de l’examen national des habitations et de l’utilisation des terres en République du Tadjikistan], 2017, Duchanbé.

Jaworski А. &. Thurlow С. (eds.), 2010, Semiotic Landscapes: Language, Image, Space, Lоndon : Continuum.

« Sovetskie pamâtniki v Tadžikistane : diskussii ob uvaženii k prošlomu » [Monuments soviétiques au Tadjikistan : discussions sur le respect du passé], 2016, [dw.com consulté le 7 décembre 2019].

Tilley Ср.Y., 2004, The Materiality of Stone : explorations in landscape phenomenology, Christopher Tilley with the assistance of Wayne Bennett, New York : Berg.

«Utveržden general’nyj plan goroda Dušanbe» [Approbation du plan directeur de la ville de Douchanbé], 2019, [tj.sputniknews.ru consulté le 7 décembre 2019].

« Vse vetvi vlasti v odnom meste : počemu snosât istoričeskie zdaniâ v Dušanbe » [Toutes les branches du gouvernement au même endroit : pourquoi démolir des bâtiments historiques à Douchanbé], [sogdiana.tj consulté le 6 janvier 2020].

Wood C., 2020, « Spectacular Cities and Urban Transformation in Central Asia », The diplomat [theDiplomat.com consulté le 6 janvier 2020]

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n° 1 : Palais de l’éducation politique Vahdat – Palais de l’unité
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5007/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Illustration n° 2 : Palais de la culture des syndicats
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5007/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Larisa Dodhudoeva, « Le vocabulaire culturel du nouveau Douchanbé »Cahiers d’Asie centrale, 28 | 2020, 175-188.

Référence électronique

Larisa Dodhudoeva, « Le vocabulaire culturel du nouveau Douchanbé »Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 23 juin 2022, consulté le 26 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/5007

Haut de page

Auteur

Larisa Dodhudoeva

Larisa Dodhudoeva, docteur en sciences historiques, professeur, chef du département d’ethnographie à l’Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie A. Doniš de l’Académie des sciences de la République du Tadjikistan, contact : lorasdodo@rambler.ru

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search