Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Troisième partie : Douchanbé, le ...Trajectoire d’une capitale : Douc...

Troisième partie : Douchanbé, le futur antérieur

Trajectoire d’une capitale : Douchanbé, hier, aujourd’hui, demain, quels défis pour la modernité ?

Trajectory of a capital: Dushanbe, yesterday, today, tomorrow, what challenges for modernity?
Траектория столицы: Душанбе вчера, сегодня, завтра, какие вызовы для современности?
Salia Mamadžanova, Sajora Mukimova et Savlatby Haitova
p. 199-213

Résumés

L’article analyse le passé architectural de Douchanbé, les défis de l’architecture contemporaine tadjike et décrit les perspectives de transformation architecturale de la capitale. Les nouvelles tendances dans les projets et les processus de conception des architectes de Douchanbé sont brièvement exposés ainsi que les problèmes d’aménagement paysager, d’arrosage et de transformation du paysage urbain depuis ces dernières années.

Haut de page

Texte intégral

1Douchanbé, capitale du Tadjikistan, est une grande ville de 780 000 habitants environ en 2015, apparue au début du xxe siècle dans une région relativement peu peuplée, à l’exception de quelques villages aux maisons en pisé qui s’est développée sur une durée assez courte [Pirumšoev, 2014 : 157-165].

  • 1 Douchanbé Kurgan, attestée dans le premier quart du xixe siècle, à laquelle s’ajoute une forteresse (...)

2Bien que la ville ait reçu plus tard son nom de l’un des villages attestés à la fin du xixe siècle dans lequel le bazar avait lieu le « 2e jour après le samedi »1, on peine à trouver la moindre trace du passé sous forme de bâtiments, de rues, ou d’endroits particulièrement remarquables, à quelques exceptions près.

3Douchanbé est donc une ville récente dans laquelle l’architecture moderne est rehaussée, à première vue, d’une subtile signature orientale. Jusqu’à récemment, seuls quelques grands bâtiments administratifs et résidentiels gardaient les traces du style architectural tsariste impérial évoquant la Russie coloniale et sa capitale d’alors, Saint-Pétersbourg.

4C’est grâce aux meilleurs architectes de Léningrad, arrivés dans les années 1930, que cette région excentrée d’Asie centrale avec la plus jeune des capitales des Républiques Socialistes Soviétiques a obtenu l’apparence d’une métropole. À cette époque, dans les rues encore non-asphaltées, il était encore possible de voir des caravanes de chameaux transportant des marchandises vers les bazars locaux [Veselovskij, Gendlin, 1972 : 16-17].

5Plusieurs événements majeurs ont marqué la capitale de la République tadjike, à savoir Douchanbé (depuis 1991), auparavant Stalinabad (depuis 1929). Le premier vol libre de l’aviation civile de la société russe « Dobrolet », réalisé par les pilotes Rachid-Bek Ahriev et Peter Komarov, a relié Boukhara à Douchanbé le 3 septembre 1924 et a atterri sur le terrain du futur théâtre de la ville.

6Une petite structure couverte de roseaux servit d’aérogare. Il n’y avait qu’une seule personne embauchée à temps plein pour s’en occuper. Par la suite, le même équipage fut chargé de déposer à Douchanbé les documents qui formaliseraient la naissance de la République socialiste soviétique autonome tadjike. Ce vol à bord de l’avion U-13 prenait beaucoup de temps à cette époque-là, car il n’y avait pas de communications directes, et il fallait contourner les sommets de Zeravchan et de Gissar en effectuant une escale à Termez [Hasanov, Višnevskij, 1959 : 77-78].

7La première piste d’atterrissage de la jeune capitale de la République socialiste soviétique autonome tadjike était une bande de terre poussiéreuse, située non loin des bureaux actuels de « Tadjik Air ». À cet emplacement se situe aujourd’hui les parcs Abdurahmon Žomi et Ališer Navoi.

8Peu de temps après la formation de la République socialiste soviétique autonome tadjike, le 26 novembre 1924, la première autorité publique connue sous le nom de Comité révolutionnaire, a été créée à Tachkent. Cette structure était composée de personnalités connues telles que Činor Imamov, Abdullo Ârmuhamedov, Ivan Fedko et d’autres. Le premier président du Comité révolutionnaire de la république était Nusratullo Maksum, ses adjoints étaient Buttaboy Dadabayev et Rakmatullo Babadžanov.

9Douchanbé fut déclarée capitale du Tadjikistan soviétique. Le Comité révolutionnaire (Revkom) déménagea le 28 décembre de la même année de Tachkent à Kagan. Puis le 16 janvier 1925, il fut envoyé à Douchanbé par avion, piloté par Rašid-Bek Ahriev. Les autres membres de l’administration (environ une centaine de personnes) ont été invités à les rejoindre, accompagnés d’un détachement de soldats de l’Armée rouge.

10C’est ainsi que le 5 février 1925, le premier gouvernement du Tadjikistan soviétique commença à travailler dans la nouvelle capitale. À Douchanbé, l’inquiétude d’une résurgence des tensions avec les groupes basmači qui ont tenté pendant dix ans de s’opposer à l’instauration du pouvoir soviétique se faisait encore sentir.

11La police montée patrouillait jour et nuit dans les rues de la ville. Le 15 mars 1925 à Douchanbé, la République socialiste soviétique autonome tadjike a été proclamée publiquement et solennellement. Lors de cette inauguration publique, les membres du gouvernement de la république ont pris la parole. Un défilé d’unités de l’Armée rouge et une manifestation des habitants de la ville ont eu lieu. Des invités venus d’Ouzbékistan et du Turkménistan, des représentants du Bureau de Parti communiste unifié (bolcheviks) et du commandement du front du Turkestan ont aussi assisté à cette célébration [Pirumšoev, 2014 : 107-110].

12Pendant longtemps, la maison du gouvernement a été un bâtiment construit en terre, géré par le président du Comité central et par les Commissariats de la Justice et des Finances [Mamadžanova, Mukimov, 2008 : 428].

13On commença par construire le bâtiment de la poste, pour établir un réseau téléphonique, puis les rues de la ville se formèrent. Le travail acharné des architectes et des urbanistes de Léningrad et de Moscou déboucha sur un plan directeur pour le développement de la capitale, dont la population était estimée à 170 000 personnes.

14Peu à peu, des infrastructures se mirent en place, comme la première centrale hydroélectrique construite sur la rivière Varzob, l’arrivée du premier train et du premier bus, ainsi que l’approvisionnement en eau et en gaz des habitants de la capitale [Mukimov, Mamadžanova, 2017 : 5-13].

15Les habitants de la ville ont aujourd’hui du mal à croire qu’avant 1924 il n’y avait qu’un seul bâtiment de type européen dans la capitale et que les matériaux de construction étaient livrés par des caravanes de Termez, comme de longues bûches « traînées » jusqu’à Douchanbé pendant deux semaines, si bien qu’elles avaient rétréci d’un demi-mètre.

Illustration n° 1 :
Le bâtiment du Comité exécutif de la ville de Douchanbé en 1926

Illustration n° 1 : Le bâtiment du Comité exécutif de la ville de Douchanbé en 1926

Photo des archives centrales de l’État de la République du Tadjikistan

16Peu à peu, à la ville furent ajoutés des bâtiments résidentiels de un ou deux étages, avant qu’un vaste programme de construction de bâtiments administratifs se mette en place, en 1929. Les premiers bâtiments publics furent la Maison du gouvernement, le théâtre, l’hôtel Vahš.

17Les représentants de la jeune génération, des garçons et des filles de différentes régions de la république participèrent à la construction de la ville de Haračar, du lac Komsomol’skoe et du stade Dinamo, ainsi que des parcs de loisirs [Veselovskij, Gendlin, 1972 : 17-18].

Illustration n° 2 :
Vue du bâtiment du bureau de poste général de Douchanbé en 1930

Illustration n° 2 : Vue du bâtiment du bureau de poste général de Douchanbé en 1930

Photo des archives centrales de l’État de la République du Tadjikistan

Illustration n° 3 :
Le bâtiment du Conseil des commissaires du peuple de la rss de Tadjikistan en 1940, Stalinabad

Illustration n° 3 : Le bâtiment du Conseil des commissaires du peuple de la rss de Tadjikistan en 1940, Stalinabad

Photo des Archives centrales de l’État de la République du Tadjikistan

18Une assistance particulière aux résidents de la capitale fut fournie par l’ensemble de l’urss et, avant tout, par la République socialiste fédérative soviétique de Russie, qui envoya ses meilleurs spécialistes de Moscou. Dans l’après-guerre fut amorcée une politique de construction de quartiers résidentiels de grande hauteur, de bâtiments administratifs et publics. Au début des années 1960, Douchanbé était en train de devenir un centre industriel régional important en Asie centrale. Le développement de la capitale et de l’ensemble de la république a été interrompu par les événements politiques fâcheux des années 1990. La capitale et son patrimoine architectural ont subi des dommages énormes. En outre, des dizaines de milliers de spécialistes russophones hautement qualifiés quittèrent la ville après l’effondrement de l’urss.

19À la tête d’un État qui s’effondrait, Emomali Rahmon, a réussi à orienter la politique de cette république tout juste indépendante et qui fut la seule à subir une terrible guerre civile (1992-1996) qui fit au moins 50 000 morts et 500 000 réfugiés. Grâce au retour de la paix et de la sécurité ces dernières années, Douchanbé a de nouveau été en mesure de fournir à ses habitants des conditions de vie saines et sûres. L’administration municipale a réalisé un travail colossal au cours des périodes qui ont précédé les 80e et 90e anniversaires de la capitale en 2004 et 2014. Des dizaines de nouveaux projets ont été mis en place, des rues et les places ont été transformées, des quartiers résidentiels ont été réaménagés. En conséquence, la capitale du Tadjikistan est redevenue une ville attractive. Le prix de l’éducation pour la paix de l’unesco a été attribué à cette capitale après la fin de la guerre civile, ce qui a contribué à son attractivité.

  • 2 Code des monuments d’histoire et de la culture en République du Tadjikistan, Gissar Valley, 2014, p (...)

20Aujourd’hui, Douchanbé est une capitale paisible et jeune, et à la fois ancienne, puisqu’établie sur un espace peuplé depuis 2300 ans. De nombreux visiteurs, qui n’étaient pas revenus à Douchanbé depuis longtemps, ne reconnaissent plus les étroites avenues de la rive gauche du Varzob (Dušanbinka). La construction de nombreuses places a métamorphosé l’avenue Rudaki, artère principale de Douchanbé. Par exemple, l’aménagement de la place Dusti est un projet architectural et monumental dédié à l’émir de l’état samanide, Ismaïl Somoni. Un autre projet est le Palais de la Nation et son jardin « Parčami Millat », « place-symbole » de l’État2.

21La ville est résolument tournée vers l’avenir, en témoigne le nouveau plan directeur de Douchanbé adopté par le Mažlis Oli en avril 2017. Selon ce schéma urbain, la rive droite de la capitale deviendra encore plus moderne avec des bâtiments à plusieurs étages et des constructions originales. Aujourd’hui, des forums, des colloques et des conférences se tiennent à Douchanbé.

22Après avoir vécu des années difficiles, Douchanbé est devenue le symbole de la transformation de l’État. La ville, baignée de lumière et de chaleur, s’étend sur les rives des rivières Dušanbinka et Kafirnigan en devenant de plus en plus belle et confortable.

23Comme le montrent les images 4 et 5, les architectes de Douchanbé, qui sont, pour la plupart, de jeunes professionnels ayant obtenu leur diplôme à l’Université technique tadjike S. Osimi, conçoivent une architecture adaptée pour la capitale de la République du Tadjikistan, évoquant les traditions artistiques du peuple tadjik, avec des arcs, des dômes, des grilles ajourées et des sculptures monumentales.

Illustration n° 4 :
Vue sur la Bibliothèque nationale du Tadjikistan et l’esplanade piétonne au centre de Douchanbé

Illustration n° 4 : Vue sur la Bibliothèque nationale du Tadjikistan et l’esplanade piétonne au centre de Douchanbé

Source Internet (fr.wikipedia.org 06/05/2019)

24Gajrat Anorov est l’un de ces jeunes architectes talentueux. Avec ses jeunes collègues, également diplômés de l’école d’architecture, il est devenu l’un des fondateurs des futures transformations architecturales de la capitale [Nigmatov, Mukimov, 2013 : 11-20].

25Cependant, le développement de la capitale nécessite la mise en œuvre de mesures d’amélioration urbaine qui constituent actuellement l’un des défis les plus importants de la construction urbaine au Tadjikistan. Cette composante a pris une dimension plus importante au moment de l’élaboration du plan directeur de la ville de Douchanbé approuvé par le Mažlis Oli le 28 avril 2017 [Novyj genplan].

26L’élaboration du plan-directeur de la ville comporte cinq exigences de base, dont dépendent le confort et la mobilité des citoyens, à savoir le développement des espaces verts, la propreté de l’espace urbain, la protection contre la pollution de l’atmosphère ; les mesures visant à réduire les nuisances sonores, l’éclairage public le soir et la nuit pour améliorer la sécurité.

Illustration n° 5 :
Vue générale de la porte d’entrée du parc A. Rudaki au centre de Douchanbé

Illustration n° 5 : Vue générale de la porte d’entrée du parc A. Rudaki au centre de Douchanbé

Sur l’axe de la porte au loin, vous pouvez voir le Palais de la Nation – le palais présidentiel de la République du Tadjikistan.

Photo de R. Mukimov, 2018.

27Les espaces verts sont l’un des principaux facteurs permettant d’améliorer la ville et d’organiser les loisirs de la population, de travailler la matrice architecturale et artistique du tissu urbain tout en intégrant des terrains impropres à la construction.

28En améliorant les conditions sanitaires et d’hygiène de la ville, les espaces verts ont un effet bénéfique sur le climat à l’intérieur de la ville. Le microclimat combine des phénomènes observables dans une couche d’air située entre 1,5 et 2 mètres au-dessus du sol. Il dépend de la topographie, de la nature des terrains et des espaces verts. Il se caractérise par d’importants changements de vitesse du vent, de température et d’humidité.

29Douchanbé n’est pas un exemple réussi hérité de l’époque soviétique en termes d’espaces verts. Selon le plan directeur approuvé en 1983 (1983-2015) [Poâsnitel’naâ zapiska], les espaces verts étaient uniquement situés le long de la rivière Varzob, bordant des bâtiments résidentiels à plusieurs étages et des bâtiments publics. Seul le nouveau parc de la ville fait exception.

30Après tout, il est bien connu que la répartition rationnelle des espaces verts dans une ville où la température est élevée dès le mois d’avril-mai crée les conditions nécessaires à la ventilation naturelle entre espaces verts et zones bâties. La ventilation naturelle d’air frais à travers les rues peut atteindre plusieurs kilomètres dans des conditions favorables. Pour ce qui est de la coulée verte de Varzob (Illustration n° 6), il convient de noter que cette bande se situe dans une partie capable de fournir de l’air frais refroidi du nord au sud [Âblokov, 1986 : 15-20].

Illustration n° 6 :
Gorges de Varzob. Panorama des lieux de vacances

Illustration n° 6 : Gorges de Varzob. Panorama des lieux de vacances

Photo : Internet (1.bp.blogspot.com consulté le 06/06/2019)

31L’aménagement paysager à Douchanbé est également un facteur défavorable, responsable de la surchauffe des bâtiments due aux températures estivales. Ainsi, pour un aménagement rationnel de la ville de Douchanbé, il faudrait :

  • préserver les plantations naturelles et développer des zones de forêts dans les gorges de Varzob et Ramid ;

  • créer des zones vertes dans les espaces exposés aux tempêtes de poussière, aux vents secs et aux vents forts ;

  • prévoir et développer dans la planification urbaine des pépinières pour la plantation d’arbres et d’arbustes, ainsi que des serres pour les fleurs (celles de Zelenstroj sont actuellement insuffisantes).

32Dans la ville de Douchanbé, où vivent environ un million de personnes, les parcs de culture et de loisirs sont extrêmement insuffisants : au nord, il se trouve le parc S. Ajni, au nord-ouest, il y a un nouveau parc de loisirs, au centre, le parc A. Rudaki. Il n’existe pas de parcs à l’ouest, à l’exception d’un square baptisé « Amitié entre les peuples ».

33Dans tous ces jardins urbains, en raison de la petite taille des équipements sportifs et des installations culturelles et éducatives, leur capacité est limitée. Les jardins spécifiques (zoo, jardin botanique, etc.), ont le mérite d’exister, bien qu’ayant une superficie réduite, mais souvent constitués d’espaces verts (par exemple, le jardin botanique est devenu une sorte de musée ethnographique et il ne reste que 1,5 hectare de territoire de l’ancien zoo.)

34Les places publiques constituent également un lieu de repos supplémentaire pour les citoyens. Elles revêtent une importance décorative et sont utilisées pour la conception urbaine et architecturale de la ville. D’une superficie d’environ 2 hectares, appelé jardin de A. Žomi et A. Navoi, cette place est un ensemble paysager verdoyant situé au centre de l’intersection, qui porte le nom de Mirzo Tursunzade, Behzod et Lahuti.

35Cet endroit, décoré d’un ensemble sculptural commémoratif dédié à A. Žomi et A. Navoi, ainsi que de nombreuses formes architecturales qui prennent la forme de petites sculptures, est devenu en 2018 le lieu de promenade préféré des citoyens. Un autre boulevard, qui s’étend de la gare de chemin de fer à la place S. Ajni, construit dans les années 50 du siècle dernier, est devenu après la reconstruction de 2018 un lieu de loisir pour les habitants de Douchanbé et ses visiteurs.

36La ville de Douchanbé manque de lieux confortables comme ceux cités ci-dessus. La plupart des places de la ville ne sont pas aménagées sur le plan architectural et paysager. Selon les normes urbaines municipales, les espaces verts devraient être aménagés :

  • en continuité avec l’architecture et l’urbanisme existant ;

  • en protégeant les bâtiments résidentiels de la pollution par les gaz et du bruit de la rue ;

  • en créant de l’ombre et en se défendant contre la chaleur estivale ;

  • comme bandes de séparation dans l’organisation de la circulation des piétons ;

  • pour l’interconnexion entre espaces verts urbains.

37En pratique, à Douchanbé, la végétation d’autrefois a perduré : il s’agit la plupart du temps de platanes, qui sont devenus depuis plusieurs décennies une source d’allergies pour les citoyens. À l’heure actuelle, de nombreux platanes sont abattus et diverses espèces d’arbres et d’arbustes sont plantées à leur place.

38Malheureusement, tout cela est fait par Zelenstroj, où il n’y a aucun dendrologue, paysagiste professionnel, architecte paysagiste et autres spécialistes. Même au sein de la Commission principale sur l’architecture et l’urbanisme de Douchanbé, aucun architecte paysagiste n’a travaillé dans les années 70-80 du siècle dernier.

39Dans les villes où la chaleur estivale est importante, la végétation verticale se doit d’être importante, en utilisant des plantes décoratives grimpantes et tombantes pour la décoration de façades de bâtiments, de balcons, etc. Pour cela, seule une bande de sol étroite de plusieurs dizaines de centimètres suffit. Dans ce cas, le problème de la création de feuillage sur une surface vertical est résolu.

40Les plantations au sein des îlots servent de lieux de loisirs pour les personnes de tous âges. Au sein de ces espaces semi-publics, l’ensemble du terrain est utilisé, à l’exception des allées et des trottoirs [Teodoronskij].

41En fait, les espaces verts de Douchanbé (et de toutes les villes du Tadjikistan) sont en train d’accueillir de nouveaux bâtiments, y compris des bâtiments résidentiels, ce qui densifie le foncier. En outre, presque toutes les zones résidentielles sont dotées de garages individuels non autorisés et autres kiosques (petits commerces, etc.) qui privent non seulement les adultes de zones de loisirs, mais aussi les enfants de terrains de jeux, de sports, de piscines, etc. Certes, l’action récente des autorités de la ville de Douchanbé visant à embellir les espaces résiduels des zones résidentielles pourrait éventuellement entraîner certaines améliorations à l’intérieur des ensembles urbains. Mais cela ne suffit pas et l’amélioration des territoires ne doit pas se faire de façon aléatoire.

42À Douchanbé, l’organisation des espaces verts autour des institutions culturelles, éducatives et sociales est également organisée en tenant compte des rôles particuliers tenus par chacun d’entre eux. Les jardins des hôpitaux devraient être aménagés comme des parcs et comporter des zones découvertes à proximité des bâtiments médicaux : des zones de promenade, des aérariums et autres dispositifs améliorant la santé. Or, ces zones sont isolées du reste de la ville par une vaste clôture. C’est selon ces exigences que le nouveau complexe de santé Istiklol a été conçu, intégrant une opération près du marché de la ville de Sultoni Kabir, du côté est de la rue N. Karabaev. Un autre exemple de transformation est le projet paysager du parc Poytaht-80, comme le montre l’illustration n° 7. Les espaces verts ne sont mis en place qu’aujourd’hui et il faudra sans doute plusieurs années, voire des décennies, pour qu’ils atteignent une allure parfaite. À cet égard, le complexe hospitalier de Kara-Bolo, où de grands arbres ont créé des conditions de santé presque idéales, est un exemple réussi d’aménagement paysager, bien qu’il faille améliorer les conditions générales de l’hôpital lui-même.

Illustration n° 7 :
Éléments d’architecture paysagère du parc Poytaht-80 à Douchanbé

Illustration n° 7 : Éléments d’architecture paysagère du parc Poytaht-80 à Douchanbé

Source : Internet (lh6.googleusercontent.com consulté le 06.06.2019).

43Le problème le plus important dans le domaine des espaces verts est la création de conditions propices à la bonne croissance de la végétation sur le long terme. La conservation et l’entretien des espaces verts sont difficiles. Le réseau d’irrigation sous forme de fossés à ciel ouvert dans les conditions actuelles de pénurie d’eau ne suffit plus. Il est nécessaire d’utiliser des arroseurs automatiques de grande puissance.

44La stabilité des différents types d’arbres en milieu urbain est différente. Par conséquent, le bon choix de l’assortiment de plantes est d’une grande importance, compte tenu de leur croissance dans les conditions climatiques locales.

45Dans la ville de Douchanbé, les questions susmentionnées ne sont entrées dans le débat que durant la dernière décennie, à cause de l’afflux de touristes et de l’arrivée d’officiels qui jugent la ville non seulement par ses bâtiments et ses complexes, mais aussi par la qualité des espaces publics, l’éclairage nocturne de la ville, etc.

46Douchanbé a déjà un contrôle automatisé de l’éclairage public. De nombreux bâtiments prestigieux de la ville la nuit sont éclairés et mis en lumière avec un éclairage spécial. Une grande attention est accordée à l’éclairage architectural de sculptures emblématiques, tels que des monuments dédiés à Ismoil Somoni ou à Sadriddin Ajni, Abu Ali ibn Sina, Rudaki et bien d’autres. Mais cela ne suffit pas, puisque ce qui précède s’applique principalement aux rues susceptibles d’accueillir des convois officiels. La plupart des rues de Douchanbé n’ont presque pas d’éclairage, ce qui ne permet pas à beaucoup d’habitants de s’orienter la nuit facilement pour trouver le bon immeuble ou le bon édifice public.

Conclusion

47Bien entendu, d’autres tâches attendent les architectes de cette jeune capitale d’Asie centrale, constamment confrontée à de nouveaux problèmes. Par exemple, les liaisons urbaines, l’aménagement paysager, l’arrosage des parcs et des places pourraient être améliorés. Les architectes de Douchanbé n’ont pas encore décidé de l’orientation esthétique de l’architecture tadjike contemporaine.

48Cependant, les grands équipements publics et résidentiels en construction montrent clairement que l’avenir de la capitale se décline sous différents styles et tendances. Il suffit ici d’observer la diversité d’interprétations architecturales pour concevoir l’image future de la capitale qui, comme dans un miroir, doit refléter tout ce qui est né de ces nouveaux projets.

49De plus, Douchanbé devra relever plusieurs défis pour continuer à se développer dans le futur, en particulier dans le domaine de l’urbanisme et la gestion des espaces verts. Bien entendu, la population de Douchanbé augmente chaque année, ce qui soulève de nombreux problèmes liés à la mobilité, à l’écologie, au logement, comme le souligne le nouveau plan directeur de la ville de Douchanbé, où, semble-t-il, ces problèmes ont été pris en compte.

Haut de page

Bibliographie

Âblokov A., 1986, Varzob: kniga o reke – Dušanbe [Varzob : un livre sur le fleuve – Douchanbé], Maorif.

Hasanov A., Višnevskij А., 1959, Stalinabad – stolica Tadžikskoj ssr [Stalinabad – la capitale de la rss tadjike], Tadžikgosizdat.

Mamadžanova S., Mukimov R., 2008, Arhitektura i gradostroitel’stvo Dušanbe. Istoriâ, teoriâ i praktika. Monografiâ [Architecture et développement urbain de Douchanbé. Histoire, théorie et pratique. Monographie], оо « icomos v Tadžikistane », p. 520.

Mamadžanova S., Mukimov R., 2017, « Zaroždenie promyšlennoj arhitektury Tadžikistana (1924-1980 gody) » [L’origine de l’architecture industrielle du Tadjikistan (1924-1980)], Vestnik Tadžikskogo Gosudarstvennogo Universiteta Prava, Biznesa i Politiki. Gumanitarnye nauki, n° 3 (72), pp. 5-13.

Mukimov R., Mukimova S., 2014, Svod pamâtnikov istorii i kul’tury v Respublike Tadžikistan. Gissarskaâ dolina [L’ensemble des monuments historiques et culturels de la République du Tadjikistan. Vallée de Gissar], Doniš, p. 472

Nigmatov I.I., Mukimov R.S., 2013, « Sistema arhitekturnogo obrazovaniâ i podgotovka arhitekturnyh kadrov v ttu » [Système d’éducation et de formation en architecture du personnel d’architecture en utt], Arhitekturnoe obrazovanie i arhitektura Tadžikistana : 50 let razvitiâ i soveršenstvovaniâ. Materialy Meždunarodnoj naučno-praktičeskoj konferencii, 10-11 maâ 2013, Dušanbe : ооо «Kontrast», pp. 11-20.

Novyj genplan : kakim budet Dušanbe k 2025 godu [Nouveau plan général : ce qui deviendra Douchanbé d’ici 2025] [https://tj.sputniknews.ru/ consulté le 06.06.2019].

Pirumšoev H., 2014, « Konceptual’nye voprosy istorii i istoriografii tadžikskogo naroda » [Problèmes conceptuels de l’histoire et de l’historiographie du peuple tadjik], Irfon.

Poâsnitel’naâ zapiska : Genplan. Oficial’nyj sajt Dušanbinskogo organa gosudarstvennoj vlasti [Note explicative : Plan général. Site officiel de l’autorité de Douchanbé] [dushanbe.tj/ru/masttplan consulté le 06.06.2019]

Teodoronskij V.S. « O problemah landšaftnoj arhitektury sadovo-parkovogo stroitel’stva » [Sur les problèmes de l’architecture de paysage et de l’aménagement paysager] [cyberleninka.ru consulté le 06.06.2019].

Veselovskij V.G., Gendlin D.D., 1972, Arhitekturа Sovetskogo Tadžikistana [L’architecture du Tadjikistan soviétique], Stroizdat, 1972.

Haut de page

Notes

1 Douchanbé Kurgan, attestée dans le premier quart du xixe siècle, à laquelle s’ajoute une forteresse édifiée vers 1875.

2 Code des monuments d’histoire et de la culture en République du Tadjikistan, Gissar Valley, 2014, pp. 205-208, 215-216.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n° 1 : Le bâtiment du Comité exécutif de la ville de Douchanbé en 1926
Crédits Photo des archives centrales de l’État de la République du Tadjikistan
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Illustration n° 2 : Vue du bâtiment du bureau de poste général de Douchanbé en 1930
Crédits Photo des archives centrales de l’État de la République du Tadjikistan
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5213/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Illustration n° 3 : Le bâtiment du Conseil des commissaires du peuple de la rss de Tadjikistan en 1940, Stalinabad
Crédits Photo des Archives centrales de l’État de la République du Tadjikistan
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5213/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Illustration n° 4 : Vue sur la Bibliothèque nationale du Tadjikistan et l’esplanade piétonne au centre de Douchanbé
Crédits Source Internet (fr.wikipedia.org 06/05/2019)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5213/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Illustration n° 5 : Vue générale de la porte d’entrée du parc A. Rudaki au centre de Douchanbé
Légende Sur l’axe de la porte au loin, vous pouvez voir le Palais de la Nation – le palais présidentiel de la République du Tadjikistan.
Crédits Photo de R. Mukimov, 2018.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5213/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Illustration n° 6 : Gorges de Varzob. Panorama des lieux de vacances
Crédits Photo : Internet (1.bp.blogspot.com consulté le 06/06/2019)
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5213/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Illustration n° 7 : Éléments d’architecture paysagère du parc Poytaht-80 à Douchanbé
Crédits Source : Internet (lh6.googleusercontent.com consulté le 06.06.2019).
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5213/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salia Mamadžanova, Sajora Mukimova et Savlatby Haitova, « Trajectoire d’une capitale : Douchanbé, hier, aujourd’hui, demain, quels défis pour la modernité ? »Cahiers d’Asie centrale, 28 | 2020, 199-213.

Référence électronique

Salia Mamadžanova, Sajora Mukimova et Savlatby Haitova, « Trajectoire d’une capitale : Douchanbé, hier, aujourd’hui, demain, quels défis pour la modernité ? »Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 23 juin 2022, consulté le 28 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/5213

Haut de page

Auteurs

Salia Mamadžanova

Salia Mamadžanova, née en 1948, docteur en architecture (1994, Moscou), professeur (1995, Moscou) à l’Université technique tadjike S. M. Osimi. Domaine de recherche : la théorie et l’histoire de l’architecture. Principales publications : Mamadžanova Salia, Traditions et modernité dans l’architecture du Tadjikistan (à l’exemple de Douchanbé), Douchanbé : Irfon-Meros, 1993, 368 p. ; Mamadžanova Salia, Architecture et urbanisme du Moyen-Orient : traditions et modernité. Fav. Travaux – Douchanbé : ong « icomos au Tadjikistan », 2008, 422 p. ; Encyclopédie des monuments de la culture aryenne d’Asie centrale, Douchanbé : Contrast llc, 2012, 1550 p. Contact : saliya1948@mail.ru

Sajora Mukimova

Sajora Mukimova, née en 1972, docteur en architecture (2013, Bichkek, Kirghizstan), professeur associé (2011) du département d’architecture et de design de l’Université technique tadjike S.M. Osimi ; thème de recherche : théorie et histoire de l’architecture ; publications principales : S. R. Mukimova, Problèmes de préservation des villes historiques du Tadjikistan. Guide d’étude, Douchanbé, Contraste, 2010, 134 p. ; S. R. Mukimova, et al., Artisanat du Tadjikistan, Douchanbé, 2018, 224 p. ; Mukimova S. R. et al., L’Ensemble des monuments d’histoire et de culture de la République du Tadjikistan, Hissar Valley, Douchanbé, Doniš, 472 p. Contact : msayora72@mail.ru

Articles du même auteur

Savlatby Haitova

Savlatby Haitova, née en 1970, candidate en architecture, maître de conférences au département Architecture et design de l’Université technique tadjike S. M. Osimi ; thème de recherche : théorie et histoire de l’architecture; principales publications : Mukimova Saodat, Haitova Savldatby, L’Architecture des mosquées du Proche et du Moyen-Orient, Douchanbé : Tadjik-NIPAG, 2003, 176 p. ; S. R. Haitova, Histoire de la formation de solutions architecturales et d’urbanisme pour les mosquées, et autres.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search