Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28AnnexesÀ travers l’espace religieux d’As...

Annexes

À travers l’espace religieux d’Astana

Through the religious space of Astana
Сквозь религиозное пространство Астаны
Dametken Tolgambaeva
p. 215-233

Résumés

L’article analyse les projets architecturaux culturels et religieux qui caractérisent l’espace spirituel d’Astana (depuis le 23 mars 2019 – Nur-Sultan), en tant que jeune capitale de la République du Kazakhstan. Une attention particulière est accordée à ce qui a été créé ces dernières années. L’auteur s’intéresse à la question des tendances et des changements observés visuellement dans l’espace religieux. La croissance des mosquées et des bâtiments orthodoxes suggère que l’espace religieux de la capitale est dû au développement territorial et démographique pour répondre aux besoins religieux. L’article a été préparé dans le cadre du projet scientifique « “Lieux de mémoire” dans la culture du Kazakhstan contemporain, où sont passés en revue les processus de commémoration dans les espaces publics » (2018-2020) sur la base de recherches sur le terrain et de sources Internet.

Haut de page

Notes de la rédaction

Par décret du président de la République du Kazakhstan du 23 mars 2019, la capitale Astana a été renommée Nur-Sultan. Dans ce numéro qui fait suite au projet Fonds d’Alembert consacré aux villes du futur, Astana apparaissait sous ce nom.

Texte intégral

Introduction

1Plusieurs événements ont influencé la situation religieuse au Kazakhstan actuel : l’effondrement de l’Union soviétique et l’indépendance, le développement de la conscience religieuse, ainsi que l’adoption de lois sur la religion et les processus migratoires. L’identité religieuse des Kazakhs en tant que peuple musulman et la multiethnicité sont devenues des valeurs importantes.

2Le panorama religieux le plus complet du Kazakhstan est visible à Astana, la capitale. En effet, Astana est une ville multiconfessionnelle. La tenue de congrès des dirigeants religieux venus du monde entier depuis 2003 a fait de la ville un point de rassemblement religieux international. Pendant les congrès, le Palais de la paix et de la concorde, où ces rassemblements ont lieu, devient une sorte d’édifice cérémoniel pouvant accueillir les représentants de toutes les obédiences religieuses.

3La construction de la capitale a conduit au développement de la rive gauche du fleuve Išim, avec la construction de bâtiments modernes, parfois futuristes. L’impression qu’a le visiteur lorsqu’il arrive dans la capitale depuis l’aéroport Nursultan Nazarbaev, et s’il n’observe que la rive gauche, est la suivante : Astana est une ville où une seule religion domine, l’islam.

4À observer la rive droite, le visiteur remarquera des objets architecturaux rappelant d’autres religions. C’est dans cette partie de la capitale que le caractère multiconfessionnel se fait le plus sentir. On y trouve des mosquées, le cimetière musulman Karaotkel, la Maison de prière de toutes les nations, la cathédrale Konstantin-Eleninskij et d’autres édifices religieux.

5Par ailleurs, dans le district de Bajkonur, le long du canal Rowing, on trouve la synagogue « Bejt Rahel – Habad Lûbavič », la paroisse catholique romaine et l’Église ukrainienne grecque catholique.

6La pratique croissante de la religion a sérieusement changé et continue de modifier le paysage urbain : le nombre de bâtiments religieux à Astana est en augmentation.

7Les mosquées, les temples et les cathédrales sont conçus comme des lieux ouverts et accessibles. Les édifices religieux depuis l’époque du Moyen Âge ont été les symboles des centres urbains. Ainsi, dans le monde musulman, le centre de la ville était une mosquée autour de laquelle la vie urbaine s’organisait, notamment par le commerce. Dans une mosquée, il peut y avoir une medersa, une bibliothèque.

8Les sites religieux de la capitale font l’objet de nombreuses études. Ainsi, en 2011, un guide intitulé Lieux de foi et histoire du Kazakhstan a été publié, où la mosquée Nur Astana a été désignée comme un lieu touristique incontournable [Bonora, Jampeissova, 2011 : 49]. A. Bissenova considère que la mosquée Hazret Sultan incarne parfaitement le triangle « religion – communauté – État » [Bissenova, 2016]. Certains chercheurs écrivent d’ailleurs sur les personnes qui ont donné leur nom aux mosquées. Sous la direction d’A.K. Muminov et A.J. Frank, un livre sur les ulema actuels a été publié [Gylmani, 2015]. Par ailleurs Muminov écrit dans sa monographie intitulée Le Patrimoine des hanafis en Asie centrale et au Kazakhstan, que le mufti suprême de l’administration spirituelle des musulmans du Kazakhstan (asmk) s’avère être Saduakas Gylmani [Мuminov, 2018]. Un chapitre spécial de cette publication est consacré à la mosquée Hazret Sultan [Oraz, 2018]. La mosquée Nur Astana est, quant à elle, répertoriée dans la partie consacrée aux mosquées de la capitale.

9Cet article vise à étudier les tendances actuelles de l’espace urbain religieux d’Astana à travers la prise en compte des objets religieux et culturels.

Les différents espaces urbains de l’islam

10Cimetière. Le cimetière musulman « Karaotkel » est situé entre les districts « Celinnyj » et « Jeunesse ». Il est devenu l’un des objets sacrés d’Astana et reste aujourd’hui administré par l’État.

11Les premières inhumations ont commencé en 1609, les dernières ont été effectuées en 1962. L’attention apportée par les scientifiques à ce cimetière a débuté en 2006 par une étude gouvernementale À la suite de cette étude, on a découvert les tombes de plus de deux cents soldats de Kenesary Khan, luttant contre la colonisation des terres kazakhes par la Russie tsariste qui furent tous tués lors de la bataille livrée pour la forteresse d’Akmola.

12En janvier 2011, les cendres d’un écrivain, homme d’État et personnage public réprimé par le régime stalinien et décédé en 1933, Smagul Saduakasov furent rapatriées de Moscou à Astana et inhumées dans ce cimetière [Tolgambaeva, 2019] (Illustration n° 1).

Illustration n° 1 :
Enterrement des cendres de S. Saduakasov

Illustration n° 1 : Enterrement des cendres de S. Saduakasov

Photo : D. Tolgambaeva.

13Dans ce cimetière, il existe de nombreuses dalles de pierre avec des inscriptions en arabe et, en règle générale, des symboles : la plupart du temps un croissant et une étoile à huit branches.

14Aujourd’hui, le cimetière est protégé par un mur en pierre construit en 2012. Le philanthrope Mihail Guceriev a apporté son soutien financier à la construction des murs, comme l’indique une plaque sur l’entrée principale du cimetière. Au cimetière se trouvent trois tombes de ses proches. La maison du gardien se situe à l’entrée du cimetière. Le gardien s’intéresse généralement au motif de votre visite, vous raconte l’histoire du cimetière, des tombes et le fait qu’au cours des dernières années, d’autres visiteurs étrangers sont également passés par ici. Il lit une prière devant vous et seulement après cela, vous pouvez y rentrer.

15Le gardien précise qu’il serait possible dans un avenir proche de construire un panthéon pour ce cimetière, mais aussi l’enrichir en plantant des conifères, des fleurs, en redessinant les allées, en créant plus de chemins, « comme on le fait en Turquie ». Bien sûr, il est nécessaire de renforcer les pierres tombales, pour qu’elles soient en adéquation avec le sol. Si le cimetière prend une apparence « turque », cela changera son apparence. La magie du lieu sera perdue, et son caractère sacré vieux de quatre cents ans aussi (Illustration n° 2). Ce cimetière réaménagé sera-t-il intéressant pour les touristes étrangers, si tant est qu’il faille le considérer comme un lieu à visiter ?

Illustration n° 2 :
L’espace du cimetière Karaotkel

Illustration n° 2 : L’espace du cimetière Karaotkel

Photo : D. Tolgambaeva.

16Mosquées. À la fin du xixe siècle, le marchand Nurmuhamed Zabirov ordonna la construction de la mosquée « verte » à Akmolinsk (futur Astana). Le bâtiment de la mosquée a été détruit dans les années 1960 et une maison pour les travailleurs du comité régional du parti communiste de Celinograd (nom d’Astana entre 1961 et 1992) a été construite à sa place. Aujourd’hui, c’est un bâtiment résidentiel situé à l’intersection de l’avenue de la République et de la rue Abay. L’illustration n° 3 montre les portes de la mosquée et une plaque nous informe que le lieu est sous la protection de l’État.

Illustration n° 3 :
La porte de la mosquée « verte »

Illustration n° 3 : La porte de la mosquée « verte »

Photo : D. Tolgambaeva.

  • 1 Le public d’Astana a soutenu la restauration dans la capitale de la mosquée Verte (Photos) [Inform. (...)

17L’enceinte, cependant, n’a pas été entièrement restaurée. En 2015, l’idée de restaurer la mosquée « verte » a été approuvée par les habitants d’Astana1.

18Des mosquées somptueuses telles que Nur Astana ou Hazret Sultan sont des éléments très importants du paysage urbain d’Astana. La mosquée Nur Astana a été inaugurée le 22 mars 2005, et Hazret Sultan le 6 juillet 2012. Charles Hafiz, architecte libanais de la mosquée Nur Astana, a bénéficié d’un soutien financier du Qatar. La mosquée Hazret Sultan a, quant à elle, été conçue par l’architecte kazakhstanais Sagyndyk Žambulatov.

19La mosquée de « Saduakas Haži Gylmani » datant de 1943 est rarement mentionnée comme l’un des symboles de la capitale, alors qu’elle est la plus ancienne des mosquées existantes. (Illustration n° 4). À l’origine, il s’agissait d’une maison, puis elle fut transformée en 1991 quand la construction d’un bâtiment religieux a commencé. La mosquée a été ouverte en 1996. Cette mosquée se situe dans la partie ancienne de la ville, entourée par le bazar et des commerces rappelant l’emplacement des mosquées à l’époque médiévale.

Illustration n° 4 :
Mosquée Saduakas Haži Gylmani

Illustration n° 4 : Mosquée Saduakas Haži Gylmani

Photo : D. Tolgambaeva.

20Actuellement, la construction de bâtiments à plusieurs étages autour de la mosquée est en cours. Cette mosquée peut être également vue comme un lieu de mémoire. En 2014, le musée de Saduakas Haži Gylmani a été ouvert dans l’enceinte de la mosquée, où se trouvent des manuscrits, des objets, des livres de théologie, etc.

21Le 11 mai 2018, à l’occasion du 20e anniversaire de la capitale, la mosquée Yryskeldi Kažy a été érigée dans le quartier de Sary-Arka. La mosquée a été construite selon le projet de Sagyndyk Žanbolatov, architecte de la mosquée Hazret Sultan.

22La mosquée est alimentée en électricité par des panneaux solaires, C’est en quelque sorte une « mosquée écologique ». Elle peut accueillir 750 personnes en même temps. Il existe un ascenseur pour les personnes handicapées.

23Le bâtiment principal a une forme hémisphérique complexe, composée de plans inclinés triangulaires se terminant par un dôme (Illustration n° 5). Les gens ont immédiatement commencé à l’appeler « Allanyn guli » (« fleur d’Allah »). Le minaret en forme de « plume sacrée », « kalam », est situé du côté nord du bâtiment principal de la mosquée (Illustration n° 6).

Illustration n° 5 :
Mosquée Yryskeldi Kažy

Illustration n° 5 : Mosquée Yryskeldi Kažy

Photo : D. Tolgambaeva.

24À l’entrée de la mosquée, on trouve des informations en kazakh et en russe sur « L’éthique de la visite d’une mosquée ». Des règles similaires sont affichées dans toutes les mosquées.

Illustration n° 6 :
Minaret de la mosquée Yryskeldi Kažy

Illustration n° 6 : Minaret de la mosquée Yryskeldi Kažy

Photo : D. Tolgambaeva.

  • 2 «Astanada « Allanyn guli » atangan mešiti kim saldyrgany belgili boldy » [On a découvert qui a cons (...)

25Lors d’une interview avec le correspondant de Sputnik Kazakhstan, Kenžekej Toktamurat, l’imam en chef de la mosquée, Žakiya kaži Ismailov, a précisé que la mosquée avait été construite par la famille Žaksybekov avec le soutien de leurs amis et collègues. L’administration spirituelle des musulmans du Kazakhstan a soutenu l’idée de nommer la mosquée Yryskeldi Kažy, dont les descendants sont à l’origine du projet. Spoutnik précise qu’il s’agit d’Adilbek Žaksybekov23. Au moment de la construction et de l’ouverture de la mosquée, il était membre du gouvernement.

26Dans le quartier « Almaty », le 29 décembre 2018, l’inauguration de la mosquée Aq Mešet (mosquée blanche) a eu lieu. Le nom de la mosquée est écrit en latin, et se situe sur la rue Koblandy Batyr, 5.

27Actuellement, ce quartier n’est pas encore développé car situé en périphérie de la ville, non loin de la voie ferrée. Cependant, un lotissement et de nouvelles maisons sont en construction. La mosquée porte bien son nom : elle est en marbre blanc et possède deux minarets. À proximité se trouve le chantier d’une madrasa pour 75 étudiants. La zone est en train d’être aménagée. La mosquée, quant à elle, est conçue pour accueillir 450 personnes.

28Dans cette zone densément peuplée de la partie ancienne de la capitale, au sein du quartier de Sary-Arka, près de la gare routière et de la gare de Nur-Sultan, la mosquée Rahymqyzy Raisa Ana a été ouverte le 5 juillet 2019. Le nom de la mosquée, comme celui de la mosquée Aq, est écrit en latin (Illustration n° 8).

Illustration n° 7 :
Mosquée Aq sur la rue Koblandy Batyr

Illustration n° 7 : Mosquée Aq sur la rue Koblandy Batyr

Photo : D. Tolgambaeva.

Illustration n° 8 :
Mosquée « Rahymqyzy Raisa Ana »

Illustration n° 8 : Mosquée « Rahymqyzy Raisa Ana »

Photo : D. Tolgambayeva.

29Sur le côté droit de la porte de la mosquée se trouve une plaque d’information de couleur dorée indiquant que la mosquée a été construite dans le cadre du programme d’État « Ruhani Žangyru (Renouveau spirituel) du plan Tugan Žer (Terre autochtone) lancé par le « Premier Président de la République du Kazakhstan », N. A. Nazarbaev.

30L’illustration n° 4 montre que la mosquée a été construite dans un style classique avec quatre minarets. Lors de son inauguration, le président de la Direction spirituelle des musulmans du Kazakhstan, le mufti suprême Serikbaj Kažy Oraz, s’est félicité de l’ouverture de cette mosquée dans une zone urbaine qui souffrait de son absence en disant « Que dieu bénisse la famille de ceux qui ont construit cette mosquée dans ce lieu si peuplé, conformément à l’ordre du chef de la nation », Le nom des bienfaiteurs n’a pas été mentionné.

31Dans la mosquée, un ascenseur permet d’accéder à l’espace réservé aux femmes au deuxième étage (Illustration n° 9), pour ceux qui, pour une raison ou une autre, ne peuvent pas monter les escaliers.

32Non loin de la mosquée il y a une salle à manger (As Arnau) pour les rituels de funérailles et l’iftar. Cette mosquée est la deuxième nommée en l’honneur d’une femme. La première est située dans le district d’Esil et s’appelle « Al’žan Ana ». Elle a été inaugurée le 27 juin 2014 et peut accueillir jusqu’à 1 500 personnes. Cette mosquée est un cadeau de l’homme d’affaires Kenes Rakišev.

Illustration n° 9 :
Mosquée « Rahymqyzy Raisa Ana ». Salle des femmes

Illustration n° 9 : Mosquée « Rahymqyzy Raisa Ana ». Salle des femmes

Photo : D. Tolgambaeva.

33Il existe aussi une mosquée à Astana qui porte le nom du cheikh Kunta Kaži. Il est reconnu comme un saint soufi parmi les Ingouches, les Tchétchènes et certains autres peuples du Caucase. La mosquée est ouverte depuis le printemps 2011.

34Les mosquées remplissent diverses fonctions, notamment religieuses, culturelles, sociales et éducatives. Il y a également des salles de prière dans les hôtels, les centres commerciaux, les gares, l’aéroport, etc. Les leaders religieux ont noté qu’elles accueillaient de plus en plus de fidèles.

35Les médias ont rapporté le 18 mars 2019 que la construction d’une nouvelle mosquée a commencé à Astana. Il est prévu que ce soit la plus grande mosquée d’Asie centrale. Le chantier de la mosquée est sur la rive gauche, sur le même axe que la sphère Nur-Alem. L’ouverture est prévue pour 2021.

36La capitale compte 11 mosquées, selon le site officiel de l’Administration spirituelle des musulmans du Kazakhstan, seules 8 mosquées et 1 medersa sont enregistrées (mosquées et établissements d’enseignement du Kazakhstan). Apparemment, les trois dernières nouvelles mosquées n’ont pas encore été officiellement enregistrées.

Le Christianisme dans l’espace de la capitale

37Orthodoxie. Les églises orthodoxes d’Astana sont situées sur la rive droite de la capitale. Deux cathédrales et deux temples s’y trouvent, y compris une église dans le monastère (diocèse de l’église orthodoxe). La cathédrale la plus grande a été construite après 1991. C’est la cathédrale de la Sainte Assomption. Elle a été construite à l’initiative de l’archevêque d’Alma-Ata et de Semipalatinsk Alexy (1991-2002) ainsi qu’avec le soutien de N. A. Nazarbaev (président du Kazakhstan de 1990 à 2019).

38Les murs extérieurs de l’édifice sont en marbre blanc. L’entrée sur le parvis de la cathédrale se fait par deux portes décorées de dômes. La cathédrale de la Sainte Assomption est conçue dans un style classique s’inspirant des églises russes du xvi-xviie siècle (Illustration n° 10). Le 17 janvier 2010, Sa Sainteté le Patriarche Kirill de Moscou a consacré la cathédrale.

39Dans l’enceinte de la cathédrale se trouve un centre spirituel, culturel et éducatif qui porte le nom des saints Cyrille et Méthode et qui abrite notamment un musée de l’Église et du Kazakhstan. L’ouverture du musée a coïncidé avec le millénaire du prince Vladimir en 2015. Le musée est, d’une part, un lieu de mémoire pour les Orthodoxes, mais aussi un lieu commémoratif pour la période post-soviétique. Cet objet religieux et culturel peut être considéré comme un lieu de mémoire du traumatisme culturel vécu par les peuples à l’époque soviétique, notamment à la période stalinienne.

Illustration n° 10 :
Cathédrale de l’Assomption

Illustration n° 10 : Cathédrale de l’Assomption

Photo : D. Tolgambaeva.

40Le 28 septembre 2014, un monument en l’honneur de Sergius de Radonezh a été érigé dans l’enceinte de la cathédrale. Le monument a été offert par le Fonds pour la préservation du patrimoine spirituel de Saint-Serge de Radonezh.

41La création d’un monument dans l’espace public est un outil à usage commémoratif, l’un des moyens de représenter la mémoire collective afin de se forger une identité. Si nous parlons de culture religieuse, alors ici, les acteurs sont généralement des organisations publiques associées au patrimoine spirituel.

42Un hačkar (croix de pierre arménienne) a été installé dans l’enceinte de la cathédrale le 10 juin 2018.

Illustration n° 11 :
Hačkar

Illustration n° 11 : Hačkar

Photo : D. Tolgambaeva.

43La plaque d’information à gauche, visible sur l’Illustration n° 11, indique que le hačkar est érigé « ... en signe d’amitié entre les peuples arménien, russe et kazakh [...] Ce hačkar a été financé par le philanthrope Stepan Arutûnân et sa famille, et l’association des Arméniens d’Astana. »

  • 3 « V Nur-Sultane načali stroitel’stvo pravoslavnogo hrama » [La construction d’une église orthodoxe (...)

44Depuis 2017, il a été annoncé la construction d’une cathédrale orthodoxe sur la rive gauche de la capitale. Le 12 mai 2019, les médias ont rapporté que la première pierre avait été posée à l’emplacement de la future église3.

45Églises luthériennes catholiques et évangéliques. La paroisse catholique romaine de la Mère de Dieu de la protection perpétuelle est située dans le district de Bajkonurskij, 26, rue Žumabek Tašenov (Illustration n° 12).

46Dans l’enceinte de la cathédrale de la Mère de Dieu, il existe une statue de la Vierge Marie, un monument au pape Jean-Paul ii, une plaque commémorative en l’honneur du recteur de la paroisse et le constructeur du temple d’Astana, le père Otto Messmer. Le père Otto Messmer (07.14.1961-28.10.2008) était en poste à Astana de 1988 à 1999. Une des religieuses, la sœur Elena, a déclaré que Messmer avait été brutalement assassiné à Moscou en 2013 et qu’une plaque avec son image avait été installée en son honneur.

Illustration n° 12 :
Cathédrale de la Mère de Dieu de la protection perpétuelle

Illustration n° 12 : Cathédrale de la Mère de Dieu de la protection perpétuelle

Photo : D. Tolgambaeva.

47L’attaché de presse de la Conférence des évêques catholiques du Kazakhstan, Peter Pytlovany, a rédigé une notice de présentation du monument de la manière suivante :

  • 4 Archives personnelles de l’auteur de cet article.

Ce monument a été créé en l’honneur de la visite du Saint-Père Jean-Paul II au Kazakhstan du 22 au 25 septembre 2001. Le monument a été érigé à le 3 octobre 2010 et consacré par le Nonce apostolique du Vatican (au Kazakhstan de 2008 à 2015), l’archevêque Miguel Mauri Buendia, en présence de paroissiens, ainsi que de représentants des autorités de la République du Kazakhstan. (...) Le monument est en marbre blanc4.

48Le marbre est intentionnellement irrégulier : lorsque le soleil illumine le monument, il scintille de points dorés. Ce monument et cette plaque à la mémoire d’Otto Messmer peuvent être considérés comme des lieux de mémoire pour les Catholiques du Kazakhstan.

49Enfin, une cathédrale de l’Église évangélique luthérienne a été consacrée et a ouvert ses portes le 17 septembre 2017. Situé dans le quartier d’Almaty, au 94 Šakarim Avenue.

La mémoire juive dans la capitale

  • 5 Résultats du recensement national de 2009 dans la République du Kazakhstan.

50Les juifs au Kazakhstan sont au nombre 3 485 recensés en 2009, en nette diminution par rapport à 1999 (6 745)5. Ils sont répartis en 11 communautés essentiellement ashkénazes, dont 250 personnes environ vivent à Astana où la nouvelle synagogue « Bejt Rahel-Habad Lûbavič » est située sur les rives du canal Grebnoj, rue Alexander Puškin, 8.

51C’est un grand bâtiment de couleur bleu pâle avec l’étoile de David, clôturé par une palissade en métal avec des étoiles à six branches. Elle est munie d’une « haie » : des arbres sont plantés et coupés presque à la hauteur de la palissade (Illustration n° 13). Le grand rabbin Yešaya Cohen arrivé au Kazakhstan en 1994, y officie depuis sa construction.

Illustration n° 13 :
Synagogue « Bejt Rahel – Habad Lûbavič »

Illustration n° 13 : Synagogue « Bejt Rahel – Habad Lûbavič »

Photo : D. Tolgambaeva.

  • 6 En Décembre 1999, a été créé le Congrès juif du Kazakhstan pour unifier les communautés, ainsi qu’u (...)

52La synagogue a été ouverte le 7 septembre 2004 et représente le plus grand édifice religieux du judaïsme d’Asie centrale. Il porte le nom de la mère d’un important homme d’affaires, l’oligarque Alexander Maškevič (aujourd’hui citoyen israélien), c’est « grâce à la générosité » de cet homme que la synagogue et le Centre juif ont été construits. À cette époque, A. Maškevič était président du Congrès juif euro-asiatique et du Congrès juif du Kazakhstan6. Il existe aussi une pierre apportée du Mur des lamentations, qui « a été placée lors de la pose de la première pierre le 29 mai 2002 ». Toutes ces informations figurent sur la plaque commémorative située dans la niche murale à droite de l’entrée de la salle de prière. L’inscription est faite en trois langues : hébreu, anglais et russe (Illustration n° 14).

53La synagogue possède une grande salle de prière, le bureau principal du rabbinat du Kazakhstan, une bibliothèque, des salles de classe, des chambres, etc.

54Selon les résultats du recensement de 2009, la population du Kazakhstan s’élevait à 1 609 597 personnes, dont 63,1 % de Kazakhs et 23,7 % de Russes. Notons que le nombre de Russes, d’Allemands, de Polonais et de représentants d’autres groupes ethniques a diminué.

Illustration n° 14 :
Synagogue « Bejt Rahel-Habad Lûbavič »

Illustration n° 14 : Synagogue « Bejt Rahel-Habad Lûbavič »

Plaque commémorative et pierre

Photo : D. Tolgambaeva.

55Selon le recensement, 491 413 personnes vivaient à Astana, dont 349 950 pratiquaient l’islam, 123 407 le christianisme et 259 le judaïsme (Astana City, vol. 2). Il convient de garder à l’esprit qu’il existe parfois une différence entre l’appartenance ethnique d’une personne et la religion traditionnelle de son groupe ethnique

56Conclusion

57L’espace religieux d’Astana dépend en grande partie du développement territorial et démographique de la ville, et de la mise en œuvre des besoins croissants des communautés religieuses. Les changements observés visuellement dans l’espace religieux nous permettent de parler de l’augmentation de mosquées, d’églises orthodoxes et d’objets religieux et culturels créés (musées, monuments, plaque commémorative) qui sont des lieux de mémoire spirituels.

58Les premières grandes mosquées ont été construites avec l’aménagement d’une nouvelle partie de la capitale sur la rive gauche d’Išim. Ces dernières années, des mosquées ont également ouvert leurs portes dans des zones densément peuplées de la rive droite et dans les banlieues déshéritées.

59La participation des investisseurs kazakhs à la construction de nouvelles mosquées est explicitement ou implicitement liée au programme d’État « Tugan žer – Tugan el ».

60La Direction spirituelle des musulmans du Kazakhstan accepte le principe de nommer les nouvelles mosquées à la mémoire des proches qui ont financé l’édifice. Outre la présence visible de lieux de culte non musulmans dans la capitale, il faut s’attendre à la construction de nouvelles mosquées dans les années qui viennent.

Haut de page

Bibliographie

« Al’žan Ana mešiti » [La mosquée « Aljan Ana »] [muftyat.kz consulté le 15 avril 2018]

« Astanada “Allanyn guli” atangan mešiti kim saldyrgany belgili boldy » [On a découvert qui a construit la mosquée « Fleur d’Allah »] [sputniknews.kz consulté le 20 mai 2018]

Bonora G. L., Jampeissova Zh. (ed.), 2011, “Akmola Region”, Guide To Kazakhstan Sites of Faith Sites of History, Turin, Umberto Allemandi, p. 49.

Bissenova A., 2016, « Building a Muslim Nation : The Role of the Central Mosque of Astana », Kazakhstan in the Making. Legitimacy, Symbols and Social Changes, Lexington Books, Contemporary Central Asia : Societies, Politics and Cultures, pp. 211-228 (nu-kz.academia.edu/AlimaBissenova, consulted June 20, 2019).

« Elordada žana mešit ašyldy » [Une nouvelle mosquée a ouvert ses portes dans la capitale] [https://kazislam.kz consulté le 6 juin 2019]

Gylmani S., 2015, Sbornik biografij ulemov, živših v našu èpohu [Collection de biographies des oulémas vivant à notre époque], A. K. Мuminov, A. J Frank., éds, Аlmaty : Dajk Press.

Мuminov А.К., 2018, Naučnoe nasledie hanafitskih učenyh Central’noj Azii i Kazahstana [L’héritage des scientifiques hanafites en Asie centrale et au Kazakhstan], Аstana : Korporativnij fond « Fond podderžki duhovnyh cennostej », vol n° 4.

Oraz S., 2018, Islam v velikoj stepi [L’islam dans la grande steppe], Аstana.

Tolgambaeva D.T., 2019, « Pamât’ ob Alaš v publičnyh prostranstvah » [La mémoire d’Alash dans les espaces publics], Vestnik Evrazijskogo nacional’nogo universiteta imeni L. N. Gumileva, seriâ Istoričeskie nauki. Filosofiâ. Religiovedenie, n° (127), pp. 83-94.

« V Nur-Sultane načali stroitel’stvo pravoslavnogo hrama » [La construction d’une église orthodoxe a commencé à Nur-Sultan] [informburo.kz consulté le 17 mai 2019].

Haut de page

Notes

1 Le public d’Astana a soutenu la restauration dans la capitale de la mosquée Verte (Photos) [Inform.kz consulté le 17.04.2018]

2 «Astanada « Allanyn guli » atangan mešiti kim saldyrgany belgili boldy » [On a découvert qui a construit la mosquée « Fleur d’Allah »] [Sputniknews.kz consulté le 20 mai 2018]

3 « V Nur-Sultane načali stroitel’stvo pravoslavnogo hrama » [La construction d’une église orthodoxe a commencé à Nur-Sultan] [informburo.kz consulté le 17.05.2019]

4 Archives personnelles de l’auteur de cet article.

5 Résultats du recensement national de 2009 dans la République du Kazakhstan.

6 En Décembre 1999, a été créé le Congrès juif du Kazakhstan pour unifier les communautés, ainsi qu’une organisation nationale Lûbavič, Chabada, la Fédération des Communautés juives du Kazakhstan dont le site web est www.chabad.kz

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n° 1 : Enterrement des cendres de S. Saduakasov
Crédits Photo : D. Tolgambaeva.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Illustration n° 2 : L’espace du cimetière Karaotkel
Crédits Photo : D. Tolgambaeva.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5278/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Illustration n° 3 : La porte de la mosquée « verte »
Crédits Photo : D. Tolgambaeva.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5278/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Illustration n° 4 : Mosquée Saduakas Haži Gylmani
Crédits Photo : D. Tolgambaeva.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5278/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Illustration n° 5 : Mosquée Yryskeldi Kažy
Crédits Photo : D. Tolgambaeva.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5278/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Illustration n° 6 : Minaret de la mosquée Yryskeldi Kažy
Crédits Photo : D. Tolgambaeva.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5278/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Illustration n° 7 : Mosquée Aq sur la rue Koblandy Batyr
Crédits Photo : D. Tolgambaeva.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5278/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Illustration n° 8 : Mosquée « Rahymqyzy Raisa Ana »
Crédits Photo : D. Tolgambayeva.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5278/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Illustration n° 9 : Mosquée « Rahymqyzy Raisa Ana ». Salle des femmes
Crédits Photo : D. Tolgambaeva.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5278/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Illustration n° 10 : Cathédrale de l’Assomption
Crédits Photo : D. Tolgambaeva.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5278/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Illustration n° 11 : Hačkar
Crédits Photo : D. Tolgambaeva.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5278/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Illustration n° 12 : Cathédrale de la Mère de Dieu de la protection perpétuelle
Crédits Photo : D. Tolgambaeva.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5278/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Illustration n° 13 : Synagogue « Bejt Rahel – Habad Lûbavič »
Crédits Photo : D. Tolgambaeva.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5278/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Illustration n° 14 : Synagogue « Bejt Rahel-Habad Lûbavič »
Légende Plaque commémorative et pierre
Crédits Photo : D. Tolgambaeva.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5278/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dametken Tolgambaeva, « À travers l’espace religieux d’Astana »Cahiers d’Asie centrale, 28 | 2020, 215-233.

Référence électronique

Dametken Tolgambaeva, « À travers l’espace religieux d’Astana »Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 23 juin 2022, consulté le 27 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/5278

Haut de page

Auteur

Dametken Tolgambaeva

Dametken Tolgambaeva – Ph.D., professeur associé de l’Université nationale eurasienne L.N. Gumilev. Sujet de recherche : lieux et pratiques de la mémoire, processus de commémoration dans les espaces publics de la culture moderne du Kazakhstan Co-auteur de monographies collectives « Les jeunes et les religions non traditionnelles dans le contexte de la sécurité nationale de la République du Kazakhstan » (2011), « Pratiques et lieux de mémoire au Kazakhstan (2017) » ; manuel pédagogique « Anthropologie de la moralité : discours et pratiques quotidiennes au Kazakhstan moderne » (2014). Contact : dametken-kaz@mail.ru.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search