Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28AnnexesQuelles lectures faire de la vill...

Annexes

Quelles lectures faire de la ville nouvelle de Pardis en Iran, vingt ans après le début de sa construction ?

Pour une évolution des pratiques de l’aménagement vers la mise en place d’un urbanisme tactique de renouvellement urbain
What evaluation can be made of the new city of Pardis in Iran, twenty years after the start of its construction? For an evolution of planning practices towards the establishment of tactical urban planning of urban renewal
Как может быть оценен новый город Пардис в Иране, спустя двадцать лет после начала его строительства? О развитии практики планирования в целях создания тактического городского планирования для обновления города
Céline Oriol
p. 235-248

Résumés

En Iran, à l’est de Téhéran, la ville de Pardis a été construite au pied des montagnes de l’Alborz sur le modèle des villes nouvelles bâties depuis les années 70 en Europe. Les ambitions de cette vaste politique urbaine de construction de logements étaient d’organiser la structuration de plusieurs villes dans le pays mais aussi celle de la métropole de Téhéran. Les investissements financiers ont été très importants pour augmenter le parc de logement, le moderniser et créer de nouveaux logements sociaux. Après 15 ans de travaux, si la ville de Pardis est aujourd’hui presque achevée, de nombreux quartiers sont inoccupés posant la question du devenir de ces lieux et de leur usage à moyen et long terme. Cette situation délicate pose la question des actions et des outils à mettre en œuvre pour faire en sorte que ces quartiers neufs puissent être in fine habités. Comment envisager la réadaptation locale de ce modèle de la ville nouvelle par les gouvernances locales? À quelle échelle et dans quelle durée d’accompagnement peut-on imaginer un urbanisme tactique et ponctuel de rénovation urbaine ? Comment cet urbanisme, qui nécessite d’inventer de nouveaux outils, peut-il permettre une évolution progressive du cadre bâti et d’ainsi envisager la réadaptation de l’offre de logement aux besoins de la population locale ?

Haut de page

Texte intégral

1Devant la forte croissance des populations urbaines et du phénomène de métropolisation, de nombreuses régions du monde ont élaboré dès les années 70 des stratégies de planification urbaine pour accompagner leur développement métropolitain. Souvent empreints d’une volonté de modernité et d’équilibrage, ces choix stratégiques ont parfois été influencés par le modèle de la ville nouvelle expérimenté en Europe occidentale. Cela a été le cas au Caire, à Alger mais aussi en Iran et particulièrement autour de Téhéran, la grande capitale iranienne. Les villes nouvelles y ont été conceptualisées avec la construction de « programmes » complets pour que toutes les fonctions de la vie quotidienne puissent s’y déployer. Toutes ont été bâties suivant une forme urbaine dite « moderne », en rupture totale avec la culture urbaine et architecturale locale et, très fréquemment aussi, avec leur environnement naturel ou le contexte urbain dans lesquelles elles se trouvent.

2Aussi le plan-masse de ces villes nouvelles s’apparente-t-il à une grille sur laquelle on vient positionner de façon équilibrée et rationnelle, toutes les fonctions urbaines. Elle repose sur une théorie édictée dès le départ et définit un modèle urbain et architectural qui devient un cadre formel et statique. Cette grille est plus ou moins bien connectée à la ville et à son urbanisation préexistante ou au contraire volontairement mise à distance. Souvent construite rapidement pour apporter des réponses au mal logement, la ville nouvelle apparaît alors comme une solution clefs en main qui doit fonctionner. Mais les garanties de succès sont limitées tant l’urbanisme n’est pas une science exacte et construire de nouveaux logements et leurs équipements ne suffit pas à faire de ces villes des réponses adaptées aux besoins de la population en matière de logement. L’échelle des différentes villes nouvelles construites autour de Téhéran est très importante et marque durablement la métropole sans pour autant apporter de réponse totalement satisfaisante à son rééquilibrage métropolitain. Faire la visite de l’une d’entre elles, Pardis à l’est de Téhéran, montre à quel point, dans ces projets de villes nouvelles à grande échelle, la stratégie de déploiement de la ville, le rythme de construction des logements, de ses fonctions, de ses équipements est fondamental. À Pardis, la conception urbaine et architecturale initiale, la trame des rues et des îlots très rapidement déployés, est un cadre rigide qui contraint son développement et son appropriation par les habitants. Malgré les investissements massifs qui ont été faits dans le cadre d’une vaste politique urbaine de logement et sans possibilité de réinterroger ces grandes trames pour mieux répondre aux besoins actuels de la population, la ville ne remplit pas les objectifs stratégiques, fonctionnels et sociaux qui lui ont été impartis, et de nombreux quartiers et logements de la ville restent totalement vides.

3L’Iran a planifié la construction de nombreuses villes nouvelles pour rééquilibrer le maillage urbain à l’échelle nationale mais aussi pour structurer l’aire métropolitaine de Téhéran.

4Au pied des montagnes de l’Elborz, Téhéran est une capitale récente dans la très riche et ancienne histoire urbaine de l’Iran. Si le berceau de Téhéran, Sharh-e-Rey et sa muraille ancienne, qui dateraient de 600 ans avant JC, existent toujours, ils sont aujourd’hui relégués au sud de la ville, distants par rapport au Grand Bazar et aux quartiers administratifs et économiques du centre de la ville contemporaine.

  • 1 Yaylaks : ce sont les pâtures d’été pour les nomades. Source : Amir Tehrani, Imam Vaghefi, Note des (...)
  • 2 Statistical Center Of Iran. Dernière donnée en 2011 pour la ville de Téhéran. Elles sont contradict (...)

5La métropole actuelle est la résultante d’une urbanisation très forte et encore aujourd’hui soutenue, liée au développement de l’exploitation et de l’industrie pétrolière dans le golfe Persique produisant un exode rural très important. Peu à peu la métropole a investi la majeure partie de ce qui s’apparente à une cuvette cernée par les hautes montagnes. Depuis les années 50, la ville s’est développée de façon anarchique et parsemée [Hourcade, 1997], comblant progressivement et rapidement les espaces libres. Les espaces agricoles résiduels et les espaces yaylaks1 de pâtures qui étaient occupés par les nomades ont été urbanisés. Les réseaux de villages existants ont été absorbés par l’étalement urbain. L’agglomération compte aujourd’hui environ 15 millions d’habitants2.

  • 3 brt: Bus Rapid Transit sur le modèle de Curitiba au Brésil.

6À l’image de la société iranienne, on peut lire dans le tissu urbain de la métropole une géographie sociale très tranchée. Au sud du Grand Bazar, les quartiers plus anciens combinent des problèmes d’insalubrité et de mal logement des populations les plus fragiles. Au nord, de nouveaux quartiers aux normes antisismiques ont été construits afin de loger les classes les plus aisées sur les coteaux de la montagne. Ces quartiers en position dominante offrent un air meilleur pour les privilégiés. Téhéran fait partie des cinq villes les plus polluées au monde. Alimentant la pollution record, l’intensité de la congestion automobile quotidienne fait aussi la notoriété de la capitale iranienne. Cinq lignes de métro (deux nouvelles lignes sont planifiées) et un réseau de brt3 desservent aujourd’hui la partie centrale de la métropole mais ce réseau ne peut pas répondre aux besoins croissants en matière de mobilité pendulaire quotidienne. La création du réseau de transport en commun n’a pas été corrélée ni dimensionnée avec le développement urbain. Le vaste réseau d’autoroutes urbaines reste alors le moyen de déplacement privilégié par la population. Du centre de l’agglomération vers les arrondissements de la ville de Téhéran, les villes satellites ou les villes nouvelles, les déplacements quotidiens semblent sans fin. Ils se font principalement en voiture personnelle, en taxi ou en taxi partagé. La patience et le calme sont des vertus obligatoires pour qui doit traverser la ville.

7Quatre villes nouvelles sont construites autour de Téhéran : Hashtgerd, Andisheh, Parand et Pardis. L’État n’a pas attendu que la pollution industrielle et la saturation automobile, ces maux métropolitains, aggravent la congestion urbaine pour travailler sur le rééquilibrage du développement urbain anarchique de la métropole. En effet dès les années 1970, l’État élabore de grands plans de planification urbaine pour organiser lui-même la construction de nouveaux logements et repousser à l’extérieur les usines polluantes.

  • 4 Par exemple la ville de Karaj au nord-ouest de Téhéran.
  • 5 Cités jardins anglaises et villes-nouvelles françaises.

8Ainsi, avant la révolution de 1979, on assiste à la construction de villes satellites4 où de nouveaux quartiers sont planifiés autour de Téhéran. Il s’agissait d’accroître et d’accompagner le développement de noyaux urbains existants. Puis, inspirés des modèles anglais et français5, vient le projet de construire des « villes nouvelles » ex nihilo. En 1988, à la fin de la guerre Iran-Irak, l’État prend la décision de réaliser 17 villes nouvelles à l’échelle nationale dont quatre à une trentaine de kilomètres autour de Téhéran. Ces quatre villes, Hashtgerd, Andisheh, Parand et Pardis avaient pour objectif d’accueillir au total 830 000 habitants [Ziari, Gharakhlou, 2009 : 148].

9L’objectif était de décongestionner le centre de la métropole, en réalisant des villes nouvelles inclusives disposant de toutes les fonctions pour attirer de nouveaux habitants et lutter contre l’augmentation du coût des logements dans le centre de la métropole de Téhéran. Il s’agissait également de construire des logements neufs dans des villes modernes pour les familles les plus fragiles, les familles déplacées par la guerre mais aussi de sédentariser les populations nomades.

  • 6 La population iranienne comptait 81 millions d’habitants en 2017.

10Le dimensionnement de ces villes nouvelles et les objectifs de construction de logements ont été basés sur les estimations de l’État dans la période post-révolution. Ces projections démographiques prévoyaient que la population iranienne atteindrait environ 130 millions en 2021 dont 74 % d’urbains [Ziari, Gharakhlou, 2009 : 146]. La guerre Iran Irak a duré 8 ans, entraînant à l’issue du conflit un boom puis une forte baisse de la natalité. Les politiques populationnistes puis, au contraire, les politiques de contrôle de la natalité qui s’en sont suivi, combinées aux évolutions des modes de vie des générations les plus jeunes, font que la population iranienne a augmenté de façon beaucoup plus progressive que prévu6. La population urbaine a, elle, bien continué de croître, alimentée par un fort exode rural. Si certaines des 17 villes nouvelles n’ont pas vu le jour, les quatre villes dessinées autour de Téhéran ont toutes été bâties.

11La ville nouvelle de Pardis, ce qui signifie « Paradis » en persan, est construite à l’est de Téhéran.

12Le chantier de Pardis a débuté en 1995 et est toujours en cours aujourd’hui. Le site de Pardis se trouve à proximité de la petite ville de Bumehen, à 25 kilomètres à l’est de Téhéran, dans un secteur agricole et très montagneux, loin des nuisances urbaines et de la pollution.

13Le programme initial prévoyait la réalisation progressive de 10 phases et l’accueil de 450 000 habitants. Le plan est validé en 1995, la maîtrise d’œuvre est pilotée localement par la « Compagnie de Développement de la Ville Nouvelle de Pardis » créée et dédiée à cette opération. Un contrat est signé avec un maître d’œuvre unique qui assurera, pour l’intégralité des 10 phases, la réalisation des infrastructures, des superstructures, et de la totalité des logements. Sur son site internet, le maître d’œuvre présente des photos du chantier et des constructions qui sont identiques à celles réalisées en Turquie ou dans d’autres pays. Le modèle architectural et urbain incarne une forme de modernité décontextualisée inspirée du modernisme de la Charte d’Athènes au sein duquel la voiture est un élément indispensable et structurant.

14Le choix d’un site naturel de grande qualité entre le Lar National Natural Parc et le Khojr national parc, est un argument de vente important pour Pardis. Le paysage de l’Alborz est aride mais très beau et l’on aperçoit par endroits le mont Damavand, sommet volcanique culminant de la Perse à 5 600 m d’altitude. L’urbanisation nouvelle s’est agrippée sur les coteaux et collines principalement orientés au sud, à la manière des riches quartiers nord de Téhéran. Depuis Téhéran, la ville est desservie par une autoroute. Un projet de transport en commun, un train électrique, prévu à l’origine pour desservir la capitale et assurer les déplacements pendulaires des habitants, ne figure encore que sur les plans.

15Depuis le début du projet, Pardis a l’ambition d’être une technopole internationale, que les journalistes étrangers aiment surnommer « Silicon Valley » à l’iranienne, et laisse une part importante de la programmation au développement d’un pôle industriel et de recherche dans lequel sont installées aujourd’hui un certain nombre de start-up iraniennes. Pour répondre aux besoins définis par les prévisions de l’État en matière de logement, la ville nouvelle de Pardis est conçue de façon inclusive. Elle prévoit, dans un plan masse complet, toutes les fonctions et les infrastructures qui permettront son fonctionnement à terme. Sur le plan, chaque phase est dotée de ses propres équipements sportifs, médicaux, éducatifs, religieux. La ville doit accueillir deux universités, une branche d’Azad University Campus et une branche de l’Islamic Azad University Pardis Branch. Le projet est très vaste, engendrant des ambitions programmatiques conséquentes sur une dizaine de kilomètres de long.

  • 7 Pas de données chiffrées du taux d’occupation des logements.

16Pardis s’anime très lentement et peine à développer une vie citadine. À ce jour toutes les phases de la ville nouvelle ont été mises en travaux. Toutes les rues et les avenues de la ville ont été construites, bien que ses différents quartiers semblent connaître un taux de remplissage des logements faible et très inégal selon les secteurs7. Souvent, les logements ont précédé les équipements ce qui fait de la ville une succession de quartiers dortoirs. Parcourir Pardis en voiture permet de l’appréhender dans sa globalité et de percevoir sa dimension. La vacance des lieux, l’état non encore stabilisé des espaces publics et des jardins, la permanence de la présence des grues au loin, lui donnent un aspect et une identité encore difficile à percevoir.

17Le paysage urbain est marqué par le côté répétitif des constructions en béton dont la forme urbaine est très simple dans chacune des phases et l’architecture réduite à sa plus simple expression : plots, petites barres, tours se répètent sur dix kilomètres. Les plans-masses ont été dessinés sur la base de la répétition d’une trame, d’un système urbain et la ville n’a pas fait l’objet d’un projet de conception sur mesure finement adapté aux caractéristiques des lieux. Le paysage urbain est marqué par une relation forte et brutale entre les constructions et les lignes douces du paysage. Les jardins ancestraux de l’Iran et leur relation à la ville perse en sont bien loin.

18La ville est encore à vendre et se remplit progressivement au gré des acquisitions d’appartements. Les agents immobiliers reçoivent dans leurs bureaux et accompagnent leurs potentiels clients pour « choisir » un appartement parmi les milliers d’appartements à vendre dans toute la ville. Les prix changent en fonction de la taille des appartements, de l’étage, élevé ou non, et surtout de la vue sur la montagne que les vendeurs tentent de garantir aux clients inquiets de savoir si un nouveau bâtiment ne sera pas construit devant chez eux. L’offre et le choix sont tellement importants que les quartiers sont en concurrence les uns avec les autres. Les phases en position centrale (phases de 1 à 3) sont les secteurs de la ville les plus habités et les plus vivants à ce jour et une dynamique très locale semble exister autour des commerces de proximité.

19Les quartiers à l’est sont composés de maisons individuelles qui sont les logements les plus cossus de la ville. Ils ont trouvé preneurs parmi les cadres des entreprises de Pardis ou auprès des classes supérieures de Téhéran qui viennent y fuir la pollution pour le week-end.

20Bien que la commercialisation des logements des phases déjà réalisées soit lente, une phase supplémentaire est construite.

  • 8 « Mehr » ce qui signifie gentillesse et/ou générosité en persan est un programme lancé par le Prési (...)

21En 2007, le nouveau programme « Mehr »8 illustre à nouveau une volonté étatique très forte de construire massivement et rapidement de nouveaux logements pour les populations les plus fragiles. À Pardis, ce programme donne lieu au nord-est de la ville nouvelle, en plein cœur des montagnes, à la réalisation de la 11e phase de l’opération qui n’avait pas été envisagée au moment de la conception initiale de la ville. Le programme « Mehr » a permis la réalisation de la phase la plus dense de la ville, 100 % de logements sociaux, soit environ 36 000 logements.

  • 9 2+1 : deux chambres et un salon, 3+1: trois chambres et un salon.

22Ce nouveau parc de logements, dont le gros œuvre est achevé, propose uniquement deux typologies de logement, des logements 2+19 et des logements 3+1. C’est sans doute la phase la plus impressionnante en termes d’insertion paysagère et de choix d’implantation. Ces nouvelles constructions sont situées dans une vallée déconnectée des dix autres phases. Il a été nécessaire de réaliser une route à quatre voies et un imposant tunnel dans la montagne pour ouvrir le passage à cette urbanisation. À la sortie de ce tunnel, le spectacle est étonnant et la ville change de dimension. À peu près 600 tours se répètent à perte de vue dans la montagne. Hautes de 14 étages et comptant chacune 60 logements, elles sont construites dans une forte pente ce qui a requis de coûteux travaux de structure et de soutènement dans cette région hautement sismique. La vue depuis les appartements qui donnent sur la montagne est superbe mais le mode de vie qu’offrent les logements et les espaces extérieurs n’offrent pas accès à la nature environnante qui demeure un simple décor.

Un projet urbain au fort impact environnemental

  • 10 Ceci n’a pas pu être vérifié par des sources fiables.
  • 11 Un qanat est un ouvrage de type minier destiné à la captation d’une nappe d’eau souterraine et l’ad (...)

23Le site a été choisi car l’État était sans doute initialement propriétaire des terrains10. Les contraintes naturelles étant pourtant fortes à cet endroit du fait de la topographie et du risque sismique entraînant de nombreux surcoûts, il a fallu mettre en adéquation le projet urbain à son site. La topographie a ainsi contraint la réalisation d’infrastructures routières importantes et à gérer la problématique du stockage des eaux pluviales et du traitement du ruissellement dans un secteur où le sol sec empêche la pénétration de l’eau en cas de forte pluviosité. Les enjeux forts en termes de gestion des eaux pluviales dans ce quartier très en pente auraient pu donner lieu à la réalisation d’espaces extérieurs mieux végétalisés et à une proportion plus importante d’espaces verts et de jardins. Les villes anciennes de l’Iran étaient très évoluées pour la gestion de l’eau lors d’épisodes pluvieux mais aussi pour utiliser l’eau des nappes souterraines et la fraîcheur de ces nappes. Elles comptent dans chaque quartier le fameux qanat11. Y compris dans des villes plus récentes comme Téhéran, les rues qui sont dans le sens de la pente sont bordées de larges et profonds canaux dans lesquelles poussent des arbres qui bordent les rues. Ces canaux permettent de drainer la ville mais ils ont aussi bien sûr une grande importance dans le paysage de la rue dans la mesure où ils permettent la végétalisation de l’espace public.

  • 12 Masdar City, Abu Dhabi, Émirats Arabes Unis.

24Les villes perses étaient aussi très évoluées de par l’existence de ces fameuses tours à vent en terre aujourd’hui reprises dans des projets de ville nouvelle innovants en matière de développement durable comme celui conçut par Norman Foster à Masdar12. Pardis, dont la conception est maintenant datée, est en rupture complète avec ces logiques anciennes pourtant issues de la culture urbaine et agricole de l’Iran au profit d’une ingénierie industrialisée, plus moderne et très technique de la ville. Pourtant la question de l’alimentation des villes et du tarissement des ressources en eau est une question extrêmement stratégique dans ce pays qui est, dans la plupart de ses différentes régions, très aride. Trois barrages se trouvent à proximité de Pardis : les barrages de Latyam, Mamalu Bala et Lar qui sont en premier lieu destinés à alimenter Téhéran. La ville de Pardis est déconnectée de ce réseau de barrage et devrait être alimentée par des réservoirs spécifiques qui aujourd’hui n’existent pas.

25Cela est souvent relayé localement comme un réel frein à l’installation de la population, créant une forme d’insécurité sanitaire. Une autre problématique environnementale à enjeux forts est le risque sismique. Il a été intégré par le constructeur turc dans la ville nouvelle qui a adopté une technique structurelle de construction dite « en forme de tunnel ». Concernant les logements sociaux du programme « Mehr », les coûts d’investissement réduits du logement social ont-ils permis de réaliser ce même type de structure ? Les esprits ont été récemment marqués en Iran par les séismes de l’hiver 2018 qui ont vu l’effondrement de plusieurs bâtiments très récents construits dans le cadre de ce même programme « Mehr »13. La prise en compte relative de l’environnement dans la conception de la ville alors même que le site est soumis à différents aléas pourrait se révéler être un talon d’Achille sur le long terme.

26Les logiques de renouvellement urbain, un urbanisme tactique et ponctuel pourraient être des pistes de réflexion pour créer des outils de reconquête de Pardis.

27Le développement de la ville est en demi-teinte, souffrant d’une épure de la ville très vaste, de logements difficilement accessibles financièrement aux familles les moins fortunées ou aux jeunes familles. Pardis, a été conçue sans logique de résilience, avec peu de réadaptations possibles, sans se donner la possibilité de modifier en cours de route la dimension des îlots futurs pour les adapter aux évolutions des besoins de programmation en logements ou des évolutions du contexte économique.

  • 14 « Enfance d’une ville » réalisateur : Éric Rohmer, auteur : Jean-Paul Pigeat Hirsh, 1974, interview (...)

28La stratégie des villes nouvelles françaises a inspiré les villes nouvelles iraniennes. Marne-la-Vallée et Pardis semblent être cousines sous différents aspects mais elles ont été réalisées sur une période beaucoup plus longue de quatre voire cinq décennies. Bernard Hirsch, principal urbaniste concepteur de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise en 1974 lorsqu’il est interviewé par Éric Rohmer et Jean-Paul Pigeat précisait en 1974 : « On étudie le plus tard possible de façon à tenir compte des changements ». Et il continuait de cette manière : « Nous cherchons la variété. Aucun architecte en ville nouvelle n’a le droit de construire plus de 600 logements. De même on ne veut pas que ce soit la ville d’un seul promoteur, que ce soit la ville de la caisse des dépôts ou de la Banque des Pays-Bas. Donc il y a un très grand nombre de promoteurs qui interviennent simultanément14. »

29Tout au contraire pour Pardis, les plans initiaux et les programmes ont été appliqués strictement par l’État dans une démarche descendante et procédurale sans se laisser la possibilité de faire évoluer la programmation. Pardis est présentée sur le site internet du maître d’œuvre comme the

  • 15 « Le plus grand quartier d’habitat construit dans le monde avec un construit unique pour toute sa r (...)

30« World’s largest social housing project awarded with a single contract15. » Cela traduit bien la volonté de construire très vite et en grand nombre, dans les conditions juridiques et contractuelles les plus efficaces pour réaliser toute une ville : un maître d’ouvrage, un État garant de la fiabilité des investissements, un maître d’œuvre et, entre eux, un seul contrat. Mais cela a généré ce qui, parmi les différentes faiblesses de Pardis, est la plus pénalisante pour l’avenir de la ville : son peu de diversité programmatique en matière de logements, de typologie et de forme urbaine. Cela impacte le marché local du logement qui offre trop peu de variable, les logements sont chers pour la plupart des familles et il y a peu de propositions alternatives malgré la réalisation d’un vaste programme de logements sociaux.

31Les urbanistes, pour qui le temps est une donnée essentielle de la création urbaine, savent que la création d’une ville ex nihilo est une opération délicate et assurément périlleuse lorsqu’elle est déconnectée du marché et d’une analyse réaliste, ancrée dans son temps, et adaptée aux besoins de la population. Une fois les premières rues et avenues dessinées, leur réalisation marque durablement les fondements des villes nouvelles et des nouveaux quartiers. Le béton frais et les grues rythment les premiers temps de ces villes laissant souvent un sentiment de dureté, peu propice à donner envie d’y vivre. Les « pionniers » [Brevet, 2008], comme ont été surnommés les premiers habitants des villes nouvelles franciliennes dans les années 70, marchent dans des rues à moitié finies, cherchent avec espoir les transports en commun, subissent les chantiers, vivent pendant quelques années en voyant la ville autour d’eux croître et ses imperfections se combler progressivement. Interrogés 60 ans plus tard, ils se souviennent de ces concessions de l’époque mais ils évoquent maintenant leur quotidien positivement. Le côté verdoyant de Cergy-Pontoise les satisfait tout autant que le fait que le prix de leur logement s’est considérablement accru donnant in fine pour eux comme une preuve matérielle de la maturité de leur ville.

32Ainsi, sans doute peut-on compter sur la résilience des habitants de Pardis, environ 25 000 habitants en 2011 [Khammar, 2013], pour s’adapter au cadre de vie proposé et espérer que progressivement les habitants arriveront mais cela ne suffira pas pour que la ville devienne autre chose qu’une ville-dortoir. Alors que faudra-t-il prévoir et développer pour éviter cela ?

33S’il n’est pas aisé d’apporter des réponses précises à cette question, certaines pistes de réflexions sont à explorer. Tout d’abord, celle du changement de l’échelle de réflexion. La ville ne peut plus être considérée uniquement dans sa globalité mais doit vraisemblablement l’être également de façon plus fine, quartier par quartier ou encore îlot par îlot. Il s’agit de sortir de la logique de grande échelle du plan-masse initial et de considérer, dans une logique de renouvellement urbain, les possibilités de conforter l’échelle d’une vie de quartier. Sur la base d’une bonne connaissance du degré de développement de chaque quartier (niveau de peuplement, caractéristiques sociales des habitants présents…), il serait envisageable d’imaginer la mise en place d’un urbanisme tactique, nécessitant de la part des gouvernances locales des choix ciblés et argumentés, influant de façon précise sur le déploiement de nouveaux commerces, de nouveaux équipements afin de relancer l’attractivité de la ville.

Illustration n° 1 :
Les quartiers de Pardis

Illustration n° 1 : Les quartiers de Pardis

Photo de l’auteur.

Haut de page

Bibliographie

Brevet N., 2008, « Mobilités et processus d’ancrage en ville nouvelle », Marne-la-Vallée, un bassin de vie? Étude des mobilités résidentielles et des mobilités quotidiennes, Université Paris-Est [tel-00380516v2].

Hourcade B., 1997, « L’émergence des banlieues de Téhéran », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, [http://journals.openedition.org/cemoti/1472 consulté le 18 mai 2018]

Hourcade B., 1983, « Migrations intérieures et changement social en Iran (1966-1976) », Méditerranée, troisième série, 1983/4, vol. 50, Dynamique spatiale de la population dans les pays méditerranéens, pp. 63-69.

Giordano A., 2011, « Téhéran : démographie et géopolitique. Le rôle des jeunes générations », Outre-Terre, vol. 2, n° 28, pp. 227-247 [https://www.cairn.info/revue-outre-terre1-2011-2-page-227.htm consulté le 15 mai 2018].

Khammar G., 2013, « Analysis the Environmental Impacts of Pardis New Town by TOPSIS Model », International Journal of Management Sciences and Business Research, vol. 2, n° 7 [Available at SSRN : https://ssrn.com/abstract=2712980].

Saidi-Sharouz M., Guerin-Pace F., 2011, « La mobilité quotidienne des femmes dans la ville de Téhéran : entre visibilité et invisibilité », L’Espace géographique, vol. 2, n° 40, pp. 176-188. DOI : 10.3917/eg.402.0176. [https:// www.cairn.info/revue-espace-geographique-2011-2-page-176.htm consulté le 10 janvier 2017]

Ziari K., Gharakhlou M., 2009, « A Study of Iranian New Towns During Pre– and Post-Revolution », International Journal of Environment Research, vol. 3, n° 1, pp. 143-154.

Haut de page

Notes

1 Yaylaks : ce sont les pâtures d’été pour les nomades. Source : Amir Tehrani, Imam Vaghefi, Note descriptive sur Pardis dans le cadre de la réalisation du film « Hashti Tehran » réalisé par Daniel Kötter, German Federal Foreign Office, VisitBerlin, Hamburg Marketing, 59’, 2016.

2 Statistical Center Of Iran. Dernière donnée en 2011 pour la ville de Téhéran. Elles sont contradictoires quant au nombre d’habitants dans l’agglomération, ne correspondant à aucune entité administrative.

3 brt: Bus Rapid Transit sur le modèle de Curitiba au Brésil.

4 Par exemple la ville de Karaj au nord-ouest de Téhéran.

5 Cités jardins anglaises et villes-nouvelles françaises.

6 La population iranienne comptait 81 millions d’habitants en 2017.

7 Pas de données chiffrées du taux d’occupation des logements.

8 « Mehr » ce qui signifie gentillesse et/ou générosité en persan est un programme lancé par le Président Ahmadinedjad.

9 2+1 : deux chambres et un salon, 3+1: trois chambres et un salon.

10 Ceci n’a pas pu être vérifié par des sources fiables.

11 Un qanat est un ouvrage de type minier destiné à la captation d’une nappe d’eau souterraine et l’adduction d’eau vers l’extérieur. Pour les populations de régions arides ou semi-arides, un qanat constitue une source d’eau constante et régulière, quelle que soit la saison. Technique développée en Perse depuis le 1er millénaire avant notre ère.

12 Masdar City, Abu Dhabi, Émirats Arabes Unis.

13 À Ahvaz dans le sud-ouest de l’Iran et à Kermanshah, https://www.bananews.ir/projects/projects-mehr/85581.

14 « Enfance d’une ville » réalisateur : Éric Rohmer, auteur : Jean-Paul Pigeat Hirsh, 1974, interview de Bernard Hirsch, séquence à 36’45’’.

15 « Le plus grand quartier d’habitat construit dans le monde avec un construit unique pour toute sa réalisation. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n° 1 : Les quartiers de Pardis
Crédits Photo de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5373/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Oriol, « Quelles lectures faire de la ville nouvelle de Pardis en Iran, vingt ans après le début de sa construction ? »Cahiers d’Asie centrale, 28 | 2020, 235-248.

Référence électronique

Céline Oriol, « Quelles lectures faire de la ville nouvelle de Pardis en Iran, vingt ans après le début de sa construction ? »Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 23 juin 2022, consulté le 27 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/5373

Haut de page

Auteur

Céline Oriol

Céline Oriol est urbaniste et associée de l’agence NEUE, diplômée de l’Institut Français d’Urbanisme et de l’École d’Architecture de Paris La Villette. Elle enseigne le projet urbain à l’École des Ingénieurs de la Ville de Paris et à la Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search