Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28AnnexesUn avenir sans passé ? Les réside...

Annexes

Un avenir sans passé ? Les résidents de Douchanbé prennent la parole : « construire de nouveaux bâtiments sans détruire les anciens »

Ulfat Masum
p. 249-258

Notes de la rédaction

Publié avec l’autorisation de l’agence de presse internationale Fergana 14.02.2017, Fergana.ru, https://www.fergananews.com/articles/9277

Texte intégral

1Ces dernières années, la capitale du Tadjikistan a considérablement changé – des gratte-ciel, qui n’existaient pas auparavant, des immeubles avec des bureaux pompeux, de nouveaux hôtels, des centres d’affaires ont commencé à apparaître. Les gratte-ciel « s’infiltrent » au hasard – ici et là, perturbant l’harmonie de la capitale. Les habitants de Douchanbé ne peuvent pas comprendre par quel principe la ville se construit. La plupart des changements ont lieu dans le centre historique de Douchanbé, où de nombreux bâtiments chers aux habitants ont déjà été démolis, comme par exemple le théâtre dramatique russe Maâkovskij, tandis que d’autres, aussi chers aux citadins, comme le salon de thé Rohat, attendent l’exécution de la « sentence ».

2Selon les responsables de la ville, les changements dans la capitale se produisent dans le cadre du plan directeur de Douchanbé, qui a été adopté en 1983, mais récemment révisé et ajusté. La plupart des bâtiments de la partie centrale de la ville, précédemment reconnus comme objets du patrimoine architectural, ont été exclus de cette liste qui les préservait et ont été démolis. Selon le plan général, après la destruction des immeubles de faible hauteur de l’ère stalinienne, situés le long de l’artère principale de la capitale – l’avenue Rudaki, les immeubles de faible hauteur de la deuxième ligne seront aussi démolis – dans les rues adjacentes à l’avenue. Il est prévu que le territoire de la ville de Douchanbé passera de 12 700 à 22 200 hectares, et les terrains adjacents à la capitale entreront dans sa composition. Selon le président de la Commission de l’architecture et de la construction du Tadjikistan, Žamšed Ahmadzod, les autorités de la capitale se sont éloignées de la pratique de l’aménagement ponctuel et ont procédé à la planification zonale de grandes sections de la ville avec la construction non seulement de logements, mais aussi d’infrastructures – écoles, hôpitaux, magasins.

3Ferghana.ru a demandé aux habitants de Douchanbé ce qu’ils en pensent et comment ils évaluent la transformation de l’image de la ville.

Marhabo Šaripova, médecin :

4– Pourquoi était-il nécessaire de détruire l’ancienne Douchanbé et de construire des bâtiments pompeux et « sans visage » à la place des anciens bâtiments classiques ? Les habitants de Douchanbé sont réinstallés à la périphérie de la ville. Dans le centre-ville, il y a beaucoup de maisons privées d’un étage. Regardez derrière le salon de thé Rohat sur la rue Tursunzade, le long de l’avenue Ajni. Mais pour une raison que l’on ignore, ils ne sont pas touchés, par contre, le salon de thé Rohat, cher à tous les habitants de Douchanbé, va être démoli.

Illustration n° 1 :
Zones résidentielles d’un étage adjacentes à l’avenue Ajni

Illustration n° 1 : Zones résidentielles d’un étage adjacentes à l’avenue Ajni

Photo © Fergana

Rano Saidova, retraité :

5– Il semble qu’ils veuillent effacer la mémoire historique des gens. La ville perd son apparence, plusieurs arbres sont coupés. Si vous regardez les photographies du vieux Douchanbé, la ville était spacieuse et large, et maintenant elle se rétracte. Si vous regardez le centre-ville, il comprend à la fois Zahmatabad et Nagornaâ, où il y a beaucoup de maisons et de bâtiments de type « caserne ». Mais elles ne sont pas démolies. Et s’il y avait auparavant un canal qui récupérait l’eau de ruissellement pendant les pluies et empêchait l’inondation de la ville, maintenant ce canal est détruit et des maisons privées y ont été construites. L’eau pendant la saison des pluies et toute la saleté s’accumulent au centre-ville. Tout cela est très déprimant.

Illustration n° 2 :
Vue sur Douchanbé depuis le 12e étage de l’hôtel Sheraton

Illustration n° 2 : Vue sur Douchanbé depuis le 12e étage de l’hôtel Sheraton

En arrière-plan, les massifs de Nagornaâ et de Zahmatabad.

Photo © Fergana

Nagzibek Boronov, concepteur :

6– Douchanbé est une belle ville. Mais l’architecture de ces dernières années laisse beaucoup à désirer. Immeubles de grande hauteur entrecoupés de mini-bâtiments archaïques – il n’y a pas d’urbanisme planifié, pas de conception urbaine. Tout est chaotique et aléatoire. Néanmoins, parmi ceux-ci, il y a de nouveaux chefs-d’œuvre d’architecture – le bâtiment de la compagnie de téléphonie portable Tcell, le nouveau salon de thé, l’hôtel Hayat, le centre culturel ismaélien, conçu comme un exemple actuel de l’architecture de l’Orient ancien. L’avenue Ismoil Somoni est devenue assez large. Mais en aménagement paysager nous sommes faibles. À part les arbres que nos grands-parents ont plantés, il n’y a rien, mais en plus, ils sont également sciés. On « enferme » de nombreux bâtiments avec des grilles de fer et ça gâche la vue sur la ville. Par exemple, le palais présidentiel. Et regardez le parlement – ouvert et beau, sans barres ni clôtures de fer.

Illustration n° 3 :
Bâtiment de la compagnie de téléphonie portable Tcell

Illustration n° 3 : Bâtiment de la compagnie de téléphonie portable Tcell

Photo © Fergana

Marina Platonova, employée :

7– En général je suis pour la construction, mais je n’aime pas la façon dont elle est abordée en termes d’image de la ville. En fait, de nombreux bâtiments sont construits à Douchanbé. Des quartiers entiers ne répondent plus aux exigences modernes en matière d’espaces sociaux et de ce fait restent vides et ne deviennent pas populaires auprès de la population et des touristes. Les touristes adorent les bâtiments historiques tels que le théâtre d’opéra et de ballet, l’ancien bâtiment de la bibliothèque Ferdowsi et d’autres bâtiments de cette époque. Ce sont des chefs-d’œuvre. Les nouveaux bâtiments, peuvent être réussis, mais en plus d’un bon plan, une belle façade, de leur insertion dans l’espace public ils doivent répondre à un certain nombre de critères : accessibilité, sécurité, et conditions créées pour différentes catégories de citoyens. Par exemple, il n’y a pas d’aménagements pour les personnes handicapées – aveugles et en fauteuils roulants, qui ne peuvent pas entrer dans les bâtiments en raison de l’absence de plans inclinés. Par conséquent, les nouveaux bâtiments sont vides. Et tous les promoteurs construisent dans le centre. Bien sûr, il est plus difficile de développer des zones périphériques, mais il faut bien commencer un jour. C’est grâce au développement de nouveaux quartiers que la ville va se développer.

Illustration n° 4 :
Le bâtiment de l’ancienne bibliothèque Ferdowsi, qui abrite aujourd’hui la Cour des comptes du Tadjikistan

Illustration n° 4 : Le bâtiment de l’ancienne bibliothèque Ferdowsi, qui abrite aujourd’hui la Cour des comptes du Tadjikistan

Photo © Fergana

Nabi Šaripov, homme d’affaires :

8Je suis sûr que tout cela ne va pas. Je parle de la démolition de bons bâtiments bien solides au centre-ville. Nous avons de nombreux quartiers de la ville qui ressemblent plus à un village qu’à une capitale. Il existe de telles maisons dans le centre, par exemple, dans les régions de Zahmatabad et de Nagornaâ. Ces zones sont criminogènes. C’est là que vous devez faire de la démolition et construire des bâtiments modernes et ensuite déplacer les gens dans des appartements confortables. Mais nous voyons de nos propres yeux cette soi-disant amélioration de la ville. Il me semble qu’il ne s’agit pas d’amélioration, mais de sombres affaires. Au centre, le terrain est cher, donc on construit des gratte-ciel pour qu’il y ait plus de bénéfice. Sinon, comment expliquer le fait que le théâtre Maâkovskij ait été démoli, le théâtre Lahuti sera bientôt démoli, mais en même temps, ils veulent construire un nouveau théâtre littéralement au même endroit pour 100 millions de dollars ! Il était possible de construire de nouvelles maisons ailleurs dans la capitale et d’ennoblir des quartiers pauvres, par exemple, le Zahmatabad. Mais je ne sais pas pour quelle raison ils ont détruit le théâtre Maâkovskij, qui n’est pas seulement un monument historique, mais aussi le centre de la culture russe. Maintenant, c’est au tour des bâtiments de trois étages le long de la rue Somoni. Ils disent que le bâtiment du Parlement sera également démoli et qu’ils construiront une grande installation. Plus l’objet est grand, plus les « bénéfices » sont élevés. J’ai l’impression que les autorités n’ont aucune idée du développement urbain.

Illustration n° 5 :
Le bâtiment du Parlement tadjik

Illustration n° 5 : Le bâtiment du Parlement tadjik

Photo © Fergana

Alexander Savin, ancien résident de Douchanbé vivant à Moscou :

9– J’aime généralement les gratte-ciel. Mais ce qui me dérange, c’est que les vieilles maisons sont démolies. Douchanbé est ma ville natale, mais je vis maintenant à Moscou, et je préfère regarder les maisons bicentenaires qui ont été préservées ici que les gratte-ciel. Il y a une âme dans ces maisons. Je ne changerai l’avenue Rudaki pour rien au monde. Et la ville a de la place pour s’agrandir et se développer grâce à la périphérie. Je vois une destruction délibérée de la culture et de l’histoire soviétiques dans un changement de centre – au moins cette impression est créée. Il me semble que les autorités veulent repartir à zéro. Pour une raison quelconque, la stèle avec la date de naissance de la ville dans le centre de Douchanbé a été détruite. Je ne serais pas étonné qu’elles renomment la ville.

Illustration n° 6 :
Installé en 2011, le mât mesure 165 mètres de haut. Retiré de l’endroit où se trouvait autrefois une stèle soviétique démolie en 2016 avec les armoiries de la rss de Tadjikistan.

Illustration n° 6 : Installé en 2011, le mât mesure 165 mètres de haut. Retiré de l’endroit où se trouvait autrefois une stèle soviétique démolie en 2016 avec les armoiries de la rss de Tadjikistan.

Photo © Fergana

Lola Zakirova, femme au foyer :

10– À Douchanbé ces dernières années, de nombreux hôtels de classe mondiale ont été construits – « Sheraton », « Hayat », « Serena ». Mais il y a aussi les anciens – « Tadjikistan », « Pojtaht ». Beaucoup d’hôtels privés ont apparu. Ces hôtels, même en été, lorsque le flux de touristes augmente, n’ont jamais trop de clients. Les touristes n’aiment pas s’arrêter dans une ville chaude et poussiéreuse. Ils se précipitent dans les montagnes du Pamir, sur le lac Iskandarkul, dans l’ancien Penžikent. C’est là que vous devez construire des hôtels, créer des infrastructures touristiques. Et ces centres d’affaires coûteux ? La ville que nous avons n’est pas très grande – seulement entre 800 000 et un million d’habitants. Et parmi eux, un grand nombre vit dans des maisons sans commodités et communications, il est donc nécessaire de construire des maisons de classe économique pour les habitants à faible revenu. Mais je ne vois pas que de telles maisons sont construites, et je n’ai jamais entendu parler (pendant la période de notre indépendance) de donner un nouvel appartement aux pauvres ou même aux vétérans. Mais il y a beaucoup de centres d’affaires, ainsi que des maisons de luxe, dans lesquelles les appartements sont très chers, et que les gens simples ne peuvent pas se permettre d’acheter. Par conséquent, ils sont pour la plupart inhabités. Il n’y a que l’élite gouvernementale et les fonctionnaires qui ont assez d’argent pour les acheter. Mais ils ne sont pas trop nombreux. Donc, ces « palais » sont vides.

Illustration n° 7 :
Dans le centre de Douchanbé bâtiments modernes et anciens se côtoient

Illustration n° 7 : Dans le centre de Douchanbé bâtiments modernes et anciens se côtoient

Photo © Fergana

Mirsaid Karimov, ouvrier :

11– Naturellement, la ville doit se développer. Mais elle doit se développer grâce aux banlieues, et il y en a beaucoup. Mais pour une raison quelconque, tous les développeurs essaient d’ennoblir le centre-ville. Et pourquoi ce mélimélo de béton et de plastique ? Au contraire, cela appauvrit la ville. Notre ville, bien sûr, n’a pas des milliers d’années, donc au moins les bâtiments de l’ère soviétique devraient être laissés. Et puis, les tuyaux pour l’alimentation en eau et les tuyaux d’égout n’ont pas été changés depuis longtemps. Les vieux tuyaux, déjà presque hors d’usage, sont « attachés » aux nouveaux bâtiments construits. Bientôt, tous ces tuyaux usés feront parler d’eux. Le système est vieux, rouillé. Et puis il sera difficile de réparer quelque chose. Douchanbé est une ville relativement jeune, mais cette ville a déjà un passé et ce passé doit être préservé. Sans lui, il n’y a ni présent ni futur.

Illustration n° 8 :
Centre culturel ismaélien

Illustration n° 8 : Centre culturel ismaélien

Photo © Fergana

Ismat Karimov, retraité de 80 ans :

12– Il fut un temps où même dans le centre-ville poussaient des arbres fruitiers… des abricots, des pommes. Leurs fruits tombaient par terre et nous les mangions. Les aryks coulaient dans la ville, et je me souviens que nous y faisions naviguer de petits bateaux en papier. J’aime ma ville. Douchanbé soviétique était une jolie ville confortable et très verte. Les gens venaient de toute l’Union soviétique. Ils aimaient tout ici. Et ils considéraient notre eau comme la plus délicieuse en urss. Douchanbé a été construit petit à petit. La ville a été marquée par des époques différentes. L’ère stalinienne est exprimée dans le centre-ville. Ce sont des bâtiments de type européen de trois étages. Ils sont appelés « staliniens ». L’époque de Hruŝev est représentée par des bâtiments de quatre étages avec de petits appartements. Ils sont appelés « hruŝevski ». Aujourd’hui pour nous ils sont bizarres et semblent petits. Mais dans les années 1960, de tels appartements étaient un luxe. Un programme de réinstallation des personnes des appartements communautaires a été mis en œuvre. J’ai vécu avec mes parents dans un appartement communautaire. Les « Hruŝevki » étaient comme le deuxième « cercle » de la ville. Et l’ère Brejnev – c’est le cinéma « Žami » et les immeubles de grande hauteur, formant un autre cercle. Douchanbé n’a certainement pas une histoire aussi riche que Samarkand ou Boukhara. Mais ce qui a été construit dans les années 1940 est déjà une histoire et il faut la préserver. Mais il n’y a plus, ni le bâtiment du cinéma « Žami », ni le bâtiment de la poste. La ville perd son visage au cours des dernières décennies. Le centre est redessiné, les bâtiments sont détruits. L’histoire meurt. Douchanbé a toujours été spéciale. Ici, les gens de différentes nationalités vivaient paisiblement et amicalement – Tadjiks, Russes, Ouzbeks, Tatars, Allemands, Juifs. C’était une ville multinationale, avec une mentalité particulière. Ma petite-fille dit qu’il y a des groupes sur Internet où des gens de différentes générations qui sont partis d’ici décrivent leur amour pour cette ville. Mais la ville qu’ils connaissaient n’existe plus. C’est dommage de ne pas l’avoir gardée.

Illustration n° 9 :
Théâtre académique d’opéra et de ballet Ajni, construit en 1942

Illustration n° 9 : Théâtre académique d’opéra et de ballet Ajni, construit en 1942

Photo © Fergana

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n° 1 : Zones résidentielles d’un étage adjacentes à l’avenue Ajni
Crédits Photo © Fergana
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Illustration n° 2 : Vue sur Douchanbé depuis le 12e étage de l’hôtel Sheraton
Légende En arrière-plan, les massifs de Nagornaâ et de Zahmatabad.
Crédits Photo © Fergana
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5448/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Illustration n° 3 : Bâtiment de la compagnie de téléphonie portable Tcell
Crédits Photo © Fergana
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5448/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Illustration n° 4 : Le bâtiment de l’ancienne bibliothèque Ferdowsi, qui abrite aujourd’hui la Cour des comptes du Tadjikistan
Crédits Photo © Fergana
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5448/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Illustration n° 5 : Le bâtiment du Parlement tadjik
Crédits Photo © Fergana
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5448/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Illustration n° 6 : Installé en 2011, le mât mesure 165 mètres de haut. Retiré de l’endroit où se trouvait autrefois une stèle soviétique démolie en 2016 avec les armoiries de la rss de Tadjikistan.
Crédits Photo © Fergana
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5448/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Illustration n° 7 : Dans le centre de Douchanbé bâtiments modernes et anciens se côtoient
Crédits Photo © Fergana
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5448/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Illustration n° 8 : Centre culturel ismaélien
Crédits Photo © Fergana
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5448/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Illustration n° 9 : Théâtre académique d’opéra et de ballet Ajni, construit en 1942
Crédits Photo © Fergana
URL http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/5448/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ulfat Masum, « Un avenir sans passé ? Les résidents de Douchanbé prennent la parole : « construire de nouveaux bâtiments sans détruire les anciens » »Cahiers d’Asie centrale, 28 | 2020, 249-258.

Référence électronique

Ulfat Masum, « Un avenir sans passé ? Les résidents de Douchanbé prennent la parole : « construire de nouveaux bâtiments sans détruire les anciens » »Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 23 juin 2022, consulté le 26 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/5448

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search