Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Dossier : Economie et culture en ...Tribu Lakhsas et le capitaine Miq...

Dossier : Economie et culture en milieux amazighes

Tribu Lakhsas et le capitaine Miquel 1945-1952. Un développement socio-économique à marche forcée

Mbark Wanaim
p. 13-38

Résumés

Dans l’empire chérifien, lorsque le protectorat français y est instauré en 1912, les tribus amazighes se trouvèrent devant un choix binaire : se soumettre sans coup férir, au protectorat, ou faire face à ses troupes sur le terrain. Voyant la menace se préciser, les tribus se déchirent autour de la démarche à suivre. Mais leur écrasante majorité préfère la résistance armée à la reddition. Eclata alors, entre tribus et protectorat, de violents combats dans le cadre de ce qui s’appelait « pacification ». Ils ne prendront fin qu’en 1934, date où le protectorat parvint à faire régner son autorité sur les tribus. Très rapidement, se posa la question de mise à niveau sociale des territoires conquis par les armes. Conscient des enjeux que revêt une telle démarche, pour son prestige et sur l’état d’esprit des populations, le protectorat mobilise son administration et charge les officiers des Affaires indigènes de superviser des projets de mise à niveau sociale des territoires conquis. En Anti-Atlas occidental, le territoire des tribus de la circonscription de Bou Izakarn fut, depuis les années 1940, transformé en grand chantier de construction. Le capitaine Miquel y fut l’artisan des projets initiés. La mémoire collective se rappelle encore de ses grands ouvrages. Le présent travail se propose une immersion dans l’histoire mouvementée de la tribu Lakhsas où ledit capitaine a supervisé plusieurs projets socio-économiques durant son mandat (1945-1952).

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons avant tout à remercier particulièrement toutes les personnes qui nous ont accordé un peu de leur temps pour clarifier certaines zones d’ombres qui entourent la construction de certains bassins à Lakhsas. Parmi ces personnes, Fatima K., Jemaa L. et feu Mohamed ben Salem. Qu’ils trouvent ici notre profonde reconnaissance.

Points préliminaires

1Dans le Maroc colonial, les opérations menées contre les tribus, dans le cadre de ce qui est appelé « pacification », ont eu pour but final de maintenir durablement le territoire tribal sous occupation française. S’imposent alors, aux artisans de l’action militaire, le défi de poser les jalons d’une stratégie de longue durée, aussi ficelée qu’efficace, portée par une administration spéciale façonnée par l’armée. Sa mission, dans les tribus soumises, est resserrée autour de trois objectifs clés : militaire (contrôle et intervention), politique (administration) et économique (exploitation de richesses, organisation de foires et circulation de marchandises). Prises en étau entre les artisans des stratégies politique et militaire, les tribus tentent tant bien que mal de s’adapter au nouvel ordre établi. Bien qu’officiellement déclarée réduite à néant en mars 1934, la menace tribale, pour le protectorat, est toujours réelle. Elle peut, à tout moment, renaître de ses cendres. S’affirme d’emblée la question de moyens appropriés pour tenir les tribus non seulement sous contrôle, mais aussi dans un état de faiblesse permanente. Poussé par son esprit défiant, le protectorat impose aux tribus vaincues son diktat avant d’accepter leurs soumissions. Son but étant de les empêcher de renouer avec les velléités d’indépendance. Ses conditions imposées, aussi contraignantes qu’humiliantes, visent entre autres :

  • Le désarmement des combattants,

  • La réinsertion de ceux qui sont valides et disciplinés dans des unités indigènes placées sous commandement français,

  • La dissolution du commandement tribal,

  • La transformation du territoire conquis en zone militaire sur lequel furent implantées l’administration spéciale et de nombreuses de garnisons.

2Dans le sillage des mesures militaires, se sont également élaborées des mesures politiques, portées essentiellement par une administration spéciale baptisée Autorité de contrôle. Dotée de larges pouvoirs, civils et militaires, conduite par des militaires des renseignements, le fonctionnement et les missions qui sont dévolues à celle-ci puisent, pour l’essentiel, ses racines dans la philosophie sécuritaire de l’armée. Derrière ce déploiement politique en force, se cachent deux objectifs politiques non avoués. Le premier objectif concerne la désarticulation du commandement tribal et de ses assemblées après l’appropriation de leurs attributions militaires. Quant au second, il consiste en l’interdiction aux jemaas de toute action politique. Leur rôle primordial dans la résistance a révélé leur poids politique dans les tribus. Les laisser fonctionner sans contrôle ou en l’état mettrait en péril l’autorité de contrôle. Leur désintégration est donc demandée. Elle fait partie du plan politique élaboré pour la prise en étau des tribus. Le dahir du 21 novembre 1916, portant la création des jemaas administratives, permet au protectorat non seulement le renforcement de son emprise politique sur les tribus, mais aussi d’amorcer légalement l’effritement de leurs assemblées traditionnelles transformées, depuis 1916, en simples jemaas administratives, placées sous tutelle coloniale (Bulletin officiel, 1916 :1170). La territorialité tribale, anciennement appelée « bled es siba », et en application de l’article 5 du décret du 3 octobre 1926 du Président de la République Française, est érigée en zone militaire divisée en régions. Celles-ci furent à leur tour subdivisées en plusieurs espaces territoriaux respectivement appelés : territoires, cercles, circonscriptions, postes et annexes (Bulletin officiel, 1926 : 2303-2304). Leurs administrations et contrôle relevaient directement de l’armée qui exerçait la plénitude de son pouvoir sur une population désarmée et contraintes de vivre sous le coup de lois à vocation martiale. S’en tenir à la force armée pour rendre pérenne la domination coloniale dans les tribus, pour les artisans de celle-ci, ne peut qu’être illusoire. Aux « indigènes », le protectorat doit offrir des perspectives socio-économiques, éducatives, culturelles et sanitaires. À défaut, les déceptions collectives s’empareront des esprits et engendreront de violentes révoltes. S’impose alors la nécessité de converger les aspects politiques et militaires que revêt la domination avec l’enjeu économique et sa dynamique de production pour en faire relativement profiter les « indigènes ».

3Dans certaines régions fertiles, où les richesses naturelles et les potentialités économiques se révèlent importantes, le protectorat tente tant bien que mal de résister à la pression des colons qui guettent la moindre occasion pour tirer profit des opportunités que leur offrent les régions conquises. En terre marocaine, ils ont trouvé le climat idéal pour lancer les premiers jalons d’une économie moderne entièrement portée par des coopératives de production agricole qu’ils dirigent et des sociétés commercialisant les produits manufacturés. Toutefois, dans les tribus de la périphérie, la dynamique économique semble toujours dominer par la commercialisation de produits agricoles dont le rendement est rythmé par la pluie. Mais les habitudes allaient profondément changer au lendemain des soumissions. Dans ces tribus, désormais sous administration coloniale, le développement socio-économique est aux mains des officiers des Affaires indigènes. Rien ne peut se faire sans leur aval. Sur tous les fronts, ce sont eux qui supervisent les grands chantiers de mise à niveau des tribus qu’ils administraient. Vu les multiples enjeux qui entourent leur fonction, ces officiers/administrateurs, souligne Lyautey, doivent « d’une part étudier et satisfaire les besoins sociaux des populations soumises : favoriser d’autre part l’extension de la colonisation qui va mettre en valeur les richesses naturelles du sol, ouvrir les débouchés au commerce européen » (Lyautey, 1900 :17).

Protectorat et mise à niveau sociale des tribus

Mise à niveau sociale et enjeux politiques

4Après avoir renforcé son emprise politique et militaire, le protectorat s’attaque au volet économique. Un dossier auquel il accorde une attention particulière. Sur le terrain, ses officiers des Affaires indigènes ou des renseignements s’activent pour évaluer non seulement les besoins de leurs cercles administratifs, en matière d’infrastructures, mais aussi leurs potentialités économiques susceptibles d’intéresser la colonisation. L’enjeu est de taille. Dans les rapports et les procès-verbaux des réunions tenues à la Résidence, entre 1916 et 1930, le développement social du territoire est régulièrement soulevé. Les multiples enjeux qui y sont associés sont nombreux. Leur impact sur l’état d’esprit des populations locales ne saurait être ignoré. Le protectorat en est conscient, car leur ralliement passe par le développement de leurs régions. Une clé de voûte pour gagner les confiances. Les premiers investissements débloqués sont destinés tout d’abord à développer le réseau routier. Aussi importantes que stratégiques pour le protectorat, les routes permettent de relier les tribus aux centres administratifs créés autour des places des marchés d’approvisionnement, d’une part, et d’avoir l’œil sur toute étendue territoriale, d’y envoyer, en cas de besoin, les unités mobiles pour faire face à toute agitation imprévue, d’autre part.

  • 1 Prime d’encouragement et modernisation des méthodes des agriculteurs marocains.

5Dans son programme de mise à niveau sociale, l’agriculture n’a pas été ignorée ou minimisée. Conscient de son importance pour l’amélioration des conditions de vie des populations, le protectorat met en place des outils appropriés pour organiser l’assistance technique, financière et les aides accordées aux agriculteurs ou aux éleveurs locaux en difficulté1. Cette mission d’assistance est confiée aux Sociétés Indigènes de Prévoyance (SIP) dont le premier noyau fut créé, en 1912, dans le cercle d’Oujda chez les Ayt Isnassen. Des sociétés spéciales dont le fonctionnement et la mission sont entièrement calqués sur ceux des Sociétés de Prévoyance d’Algérie créées, pour apporter de l’assistance technique, financière et d’accompagnement aux paysans algériens (Direction Générale des Affaires indigènes, 1930 :1).

  • 2 Sociétés Indigènes de Prévoyance.

6Mais dans le Maroc colonial, autre cette mission qui leur est confiée, leurs activités sur le terrain revêtaient un caractère nettement politique. Pendant les guerres de « pacification », lorsqu’une confédération ou une tribu est soumise par la force armée, ces SIP2 prennent rapidement le relais. Elles apportent une assistance pécuniaire aux nouveaux soumis, les dédommagent quand leurs arbres fruitiers sont détruits et leur cheptel décimé suite aux combats. Une stratégie qui consiste en l’harmonisation durable des rapports. Habile manière pour faire miroiter, aux autres tribus encore non soumises, le caractère « généreux » de la colonisation et les avantages qui s’y rapportent. Le but étant de les faire basculer, sans coup férir, dans le giron colonial.

  • 3 Climat instable, manque d’organismes d’assistance technique et financière, statut juridique des ter (...)
  • 4 SHD : Service Historique de la Défense (Vincennes).

7Les aides pécuniaires apportées, bien qu’elles soient conséquentes, restent néanmoins insuffisantes pour faire développer l’activité agricole. Les facteurs qui y sont liés sont à la fois nombreux et complexes3. Le protectorat en est conscient. Pendant les périodes de disette, leur impact se fait durement sentir. Tel le cas de la grande famine qui a frappé le Maroc entre 1945-1948 et qui a fauché des milliers d’âmes provoquant « de véritables marches de la faim, qui seront impitoyablement refoulées par le protectorat sous prétexte de « défense sanitaire de la ville ». En 1945, les barrages défensifs n’empêchent pas des milliers de gens, originaires du Nord montagnard et du Sud, de venir mourir de faim à Fès, Meknès et surtout Casablanca, qui se transforme en mouroir de masse à la manière d’un petit Calcutta » (RIVET, 2004 :236 -237). Une période noire que rappelle sinistrement l’expression : « Âam L’boun ». Dépêché au Maroc, en remplacement à Eirik Labonne, pour faire face à l’influence grandissante du parti de l’Istiqlal, le nouveau Résident général (Alphonse Juin) a trouvé à son arrivée un pays totalement sinistré et durement affecté par la famine. Outre ses mesures pour freiner l’effervescence nationaliste, le général Juin comptait sur ses tournées d’inspection pour évaluer l’ampleur de la famine qui a mis la campagne à genoux. Durant son mandat (1947-1951), on le voit multiplier les rencontres et les initiatives pour tenter de relancer l’activité agricole sur de nouvelles bases d’assistance permettant de freiner ainsi l’exode rural. Mais il peine à résoudre les obstacles rencontrés. Dans l’une de ses correspondances échangées avec Robert Schauman (ministre des Affaires étrangères), il livre un constat dans lequel sont déclinées les difficultés qui empêchaient l’agriculture de se développer. Dans la campagne marocaine, souligne-t-il au ministre, « l’emploi du tracteur est d’ailleurs souvent rendu impossible par l’extrême morcellement des terres, le manque de capitaux et l’ignorance totale du fellah en matière de mécanique agricole » (SHD4, Juin, 1950).

  • 5 Circonscription créée après les soumissions des tribus de la région en mars 1934. Elle regroupe les (...)
  • 6 Peu après son départ de Lakhsas, Miquel fut envoyé en Algérie comme de nombreux cadres ayant servi (...)
  • 7 Le terme est employé localement pour désigner un Français, mais ses origines auraient un lien avec (...)
  • 8 Surnom donné au capitaine Miquel par les locaux en référence à la barbe qu’il portait.
  • 9 Centre des Hautes Etudes d’Administration Musulmane. Son fonds est déposé aux Archives Nationales- (...)

8Plus au sud, dans la région d’Agadir, un officier des Affaires indigène a pu, durant son mandat (1945-1952), attirer les regards après avoir fait connaître ses méthodes de mise à niveau sociale et économique appliquées dans la circonscription de Bou Izakaren5 qu’il administrait. Les grands ouvrages qui il a initiés portaient bien son empreinte. Il s’agit du célèbre capitaine Miquel6 qui, tout au long de son mandat, a fait trembler la circonscription après avoir bouleversé les habitudes. Un arûmi7 distingué à la fois de ses prédécesseurs et de ses successeurs qui ont pris le relais au lendemain de son départ inopiné en 1952. Présent sur tous les fronts, il parvint en un temps record à désenclaver sa circonscription et à donner du sens à certaines activités agricoles. Toujours ancrée dans la mémoire locale, bien que sujette à controverse, son expérience, en matière de développement et de gouvernance, a marqué une génération entière. Localement connu par le surnom de « Boulhya » « l’homme à barbe », ce capitaine français, au caractère trempé, est réputé tant pour sa maîtrise de tachlhit, ce qui lui a permis d’échapper à la tyrannie des interprètes, que pour sa rigueur aussi controversée qu’efficace. Dans la mémoire collective locale, on décrit un homme autoritaire, craint, honnête et juste. Autant de qualificatifs/qualités que résume l’expression suivante :  « Boulhya8 icqqa macc iga lmɛqul » « le barbu était dure avec nous, mais très honnête aussi ». Ses rapports consultés au CHEAM9 et au fort Vincennes, renferment de précieuses informations sur les tribus de la circonscription et sur leurs jemaas et leurs membres respectifs.

9Quant aux informations concernant les projets qu’il a chapeautés, le capitaine les a soigneusement consignées dans différents rapports envoyés à ses supérieurs à Tiznit. Rédigés dans un style élaboré, ses rapports ne comportent aucune formule élogieuse ou de propagande à sa personne. Il expose les projets réalisés, évoque leurs retombés socio-économiques avant de soulever les dangers qui les guettent dans l’avenir si les acquis ne sont pas consolidés. Décortiqués avec soin, ces rapports, malgré leur pertinence, demeurent néanmoins muets sur deux points-clés, à savoir le rôle de la population à laquelle fut imposée la mise à contribution collective, pendant les constructions, et l’apport de la Société Indigène de Prévoyance (SIP) de Tiznit, que la circonscription a intégré en 1945, avant qu’une section ne prenne forme à Bou Izakarn quelques mois plus tard. Leur rôle sera examiné, au fur et à mesure, dans le cadre d’une démarche de recoupement des sources archivistiques et orales sollicitées pour l’armature de la présente étude. Ce recoupement est indispensable. Il permet d’échapper à la tyrannie de l’archive qui parfois fait triompher le point de vue du vainqueur aux dépens de celui du vaincu. Toutefois, cet intérêt accordé à la tradition orale ne doit pas occulter ses failles aussi nombreuses que complexes. Ce croisement initié vise essentiellement à appréhender les enjeux qui entourent la mise à niveau sociale de la tribu Lakhsas pour mieux comprendre les perspectives de sa destinée finale dans une circonscription hautement quadrillée par le capitaine Miquel entre 1945 et 1952. Une période charnière au cours de laquelle celui-ci a pu tenir en haleine les regards après avoir fait de sa rigueur militaire un outil implacable pour organiser le développement à marche forcée de sa circonscription.

  • 10 Carte extraite de la fiche de tribu établie par le capitaine Tesmoingt en 1953. Les noms des tribus (...)

Tribu Lakhsas : fractions et frontières 10

Tribu Lakhsas : fractions et frontières 10

Lakhsas sous le « règne » du capitaine Miquel 1945-1952

  • 11 Depuis sa création en 1934 jusqu’en 1956, la circonscription de Bou Izakarn était commandée par six (...)
  • 12 D’après une fiche établie par le capitaine Miquel, le caïd Taher bel Madani serait né en 1919. Il f (...)
  • 13 Amghar au sing : chef de la tribu ou de la fraction.

10Enserré dans l’Anti-Atlas occidental, Lakhsas fait partie du bloc tribal soumis en mars 1934. Très rapidement, son grand village (Bou Izakarn) fut érigé en chef-lieu de la circonscription dont dépendaient cinq tribus. Il s’agit ici, outre Lakhsas, des tribus : Ifrane, Imjjad, Ayt Rekha et Ayt Brayim du plateau11. Le choix de transformer Bou Izakarn en chef-lieu ne relève pas du hasard. Le caïd El Madani de son vivant, avant qu’il ne meure à la veille de la soumission de la tribu, y posséda une grande fortification à partir de laquelle il gouvernait la tribu. Nommé, en 1945, à la tête de la circonscription de Bou Izakarn en remplacement du capitaine Cramailh, le capitaine Miquel a trouvé un territoire pauvre, dénué d’intérêt, durement frappé par une famine qui a contraint une partie de la population à l’exode. Il multiplie alors les entretiens avec la notabilité locale et le caïd Taher bel Madani12 dont il a trouvé un allié fidèle pendant son mandat. Entouré de dignitaires des tribus, Miquel a trouvé en eux non seulement des collaborateurs, mais des informateurs nécessaires pour approfondir ses connaissances sur la région, son climat, la nature de sa terre, sa végétation et les activités agricoles qui s’y exercent. Malgré l’aridité de son climat, la rareté des terres fertiles et le manque de cours d’eau permanant (à part quelques sources disséminées à Mirght, Bou Izakarne, Tagant et Timoulay), Miquel se montre déterminé à redonner vie à la région. En 1945, il fit intégrer la circonscription à la section de la Société Indigène de Prévoyance de Tiznit. Faisant front commun avec le capitaine, le caïd Taher Bel Madani apporte son concours au vaste programme de mise à niveau sociale initié par Miquel. L’osmose entre les deux hommes allait encore atteindre son paroxysme au lendemain de l’instauration de la mise à contribution forcée dans Lakhsas, durant laquelle des abus auraient été commis par les imgharens13 et leurs adjoints (ijerrayens) qui ont trouvé dans la mesure dictée l’opportunité pour régler leurs comptes à leurs adversaires.

  • 14 Bel Madani Ben Hayoun fut le dernier Pacha d’Agadir sous le protectorat français (1950-1956). Il s’ (...)

11Quoi qu’il en soit, le succès est incontestable. En l’espace d’un court laps de temps, de nombreux projets voient le jour. La dynamique socio-économique s’installe et gagne du terrain, ses retombés aussi commençaient à se faire sentir. Très rapidement, l’impact de la politique sociale menée par Miquel transcende les frontières. Elle trouve écho auprès du Pacha d’Agadir (1950-1956), le colonel Bel Madani. Celui-ci, dans son livre Coupable de fidélité14, n’hésite pas à louer, sans complexes, les efforts déployés par le capitaine pour désenclaver la circonscription qu’il commandait. Il décrit un homme déterminé à faire de sa circonscription un espace prospère et productif. Il souligne aussi l’importance du concours du caïd Tahar dans l’entreprise. Des obstacles sont surmontés et les réalisations se multipliaient. Résultat :

« Une école est ouverte, bientôt suivie d’une autre ; le personnel des A.I [Affaires Indigènes], les sous-officiers du Goum et leurs épouses fournissent les instituteurs bénévoles. L’émulation est vive, les résultats étonnants et prometteurs, à tel point que les services de l’enseignement public acceptent d’envoyer maîtres et matériel. Un centre d’apprentissage est créé : ateliers de tissage pour les filles, de maçonnerie, de menuiserie et même de sellerie pour les garçons. Cette série de réussites ne manque pas de susciter jalousies et critiques. Cependant Eugène Miquel fait plus encore : le caïd Tahar lui a signalé l’immense plaine inculte des alentours était irriguée et cultivée dans les temps anciens ; il y a des traces de canalisations sous le maquis et des puits comblés de sables. Miquel veut essayer de rendre vie à ce système ; l’entreprise est fort intéressante, mais ce sont les fonds qui manquent. La solution est vite trouvée : le travail se fera sans moyens financiers, les gens de la tribu remettront les puits en état de fournir l’eau et la terre en état de produire. La plaine naguère abandonnée, est désormais morcelée et répartie entre les Akhssas selon le nombre de têtes de chaque foyer. Quand le service des domaines découvre l’existence de ce lotissement, il veut se l’approprier. Cette foi le capitaine a affaire à plus fort que lui, l’intérêt supérieur de l’État. Heureusement pour lui, ou plutôt pour les Akhssas, il a pour chef de région son oncle : le général Roger Miquel » (Bel Madani, 1990 : 54).

Miquel et la résolution de la crise de l’eau

A. Des bassins pour eaux pluviales

  • 15 La tribu est traversée par quatre principales rivières qui prenaient leurs sources dans le massif m (...)
  • 16 Mirght (nombre important), Andja (1), Tagant (1), Bou Izakarn (3), Ousagn (3), Timoulay Izdar (3), (...)

12Les rapports des officiers, ayant succédé à la tête de la circonscription de Bou Izakarn, ont tous soulevé la crise de l’eau qui sévissait dans la région. Sa rareté affecte en permanence les conditions de vie de la population. Dans la fiche de la tribu établie, le 25 février 1946, par le capitaine Miquel, celui-ci y consigne des informations sur ce problème que ses prédécesseurs ont tenté de résoudre. Bien que traversé par de nombreuses rivières15 et ruisseaux, hormis la période des intempéries, le territoire de Lakhsas demeure aride presque toute l’année. Aucun courant d’eau permanent n’y coule, sauf quelques sources et puits16disséminées, qui se trouvent principalement dans les localités suivantes : Bou Izakarn, Tagant, Timoulay Izedar, Timoulay Ouflla, Aman Ouchen, Mirghet, Iferd n’Id Larba, Anamer. Autour de ces points d’eau s’est développée une petite culture maraîchère généralement destinée à la consommation locale. Elle s’exerce dans des lopins de terre dont la superficie est insignifiante. En revanche, sur toute l’étendue du territoire, deux activités principales sont pratiquées à grande échelle. Il s’agit de l’élevage (caprins, ovins et bovins) et de la culture de l’orge. Cependant, la production est soumise aux aléas du temps et à aux irrégularités des précipitations. Pour l’orge, quelle que soit la quantité produite, elle est généralement destinée au stockage et non pas à la commercialisation. Un produit fortement demandé pendant les moments de disettes. C’est pourquoi sa consommation est hautement surveillée. L’adage suivant en explique la raison « isggwasen gan imɣdaren » (Les années sont des traîtresses). Ce qui explique aussi l’aspect autarcique de l’économie dont elle relève.

  • 17 singulier iferḍ.

13Dans la circonscription, la dureté du climat et l’irrégularité des précipitations rendent difficile tout développement de l’agriculture sur son territoire. Autant d’handicaps qui ont amené, au fil du temps, différents officiers des Affaires indigènes à faire de la question de l’eau une priorité absolue dans leurs programmes de mise à niveau sociale de la région. A partir de 1938, furent lancés les premières constructions de bassins dans la circonscription. Localement appelés Iferḍn17, ces bassins, de superficie différente, sont creusés près des jonctions des pistes muletières menant vers les grands villages ou près des postes des Affaires indigènes. Aussi larges que profonds, ces ouvrages « dont les côtés et le sol sont des murs en maçonnerie de moellens (sic), revêtus de ce même enduit de chaux pilée et poncée qui est en usage dans les citernes. Le nom qui leur a été donné, a tout naturellement été celui d’Iferd, employé pour les mares artificielles colmatées d’argile » (CHEAM, Miquel,
1951 : 51). Sur le territoire de la circonscription, ont été creusées et aménagées également de nombreuses importantes citernes rectangulaires et recouvertes en voûte. Durant son mandat, le capitaine Miquel a pu creuser six bassins de grande surface dont le plus important chez les Imjjad avec une capacité atteignant les 6000 m3. Entre 1938, année où les premiers ouvrages furent lancés, et 1950, année où le dernier bassin fut construit, on compte sur le territoire de la circonscription 19 bassins à ciel ouvert et 30 citernes recouvertes en voûte. Tous dotés d’un réseau de canalisation liée aux ruisseaux en activité pendant les intempéries. Le tableau ci-après apporte un éclairage d’ensemble sur ces constructions réalisées dans les tribus de la circonscription.

Tribus

Lieu de construction du bassin

Date de son aménagement

Capacité en m3

Lakhsas

Lakhsas centre

1938

1 600

Lakhsas

Andja

1938

350

Ayt Rekha

Ltnin Ayt Rekha

1940

1200

Ayt Brayim

Tafraout N’Ayt Daoud

1940

1 500

Lakhsas

Iferd N’Id Lahoucine

1941

2 400

Lakhsas

Talat N’Tramet

1941

1 500

Ayt Brayim

Id Lhaj O Moussa

1941

800

Ayt Rekha

Tamguert

1942

1 600

Ayt Rekha

Id O Ali

1942

1800

Ayt Rekha

Id O Salh

1942

1000

Lakhsas

Id Tajer

1942

1 600

Ayt Brayim

Talat N’ Zekki

1942

1600

Imjjad

Aguni O ram

1943

1600

Lakhsas

Id Ben Chaouel

1945

1 800

Lakhsas

Id Hermouch

1946

1 800

Ayt Brayim

Tisgharin

1947

1 600

Imjjad

Gaour

1947

6 000

Ayt Brayim

Ayt Brayim

1949

1 600

Imjjad

Imi Ou Mssoulo

1950

1 600

  • 18 Galerie de canalisation souterraine aménagées pour relier plusieurs puits. Ce système permet de dra (...)

14Près des postes des Affaires indigènes, l’eau des bassins qui y sont creusés est en permanence utilisée : soit pour achever les nouvelles constructions administratives ou pour abreuver les animaux (mules, ânes ou chameaux) utilisés, par la population, dans le transport de ses courses pendant la tenue du marché hebdomadaire. Avec ce réseau, constitué de bassins et de citernes, l’eau devient accessible à tous, tant pour les foyers que pour les éleveurs qui, désormais, ne parcourent qu’une faible distance pour se ravitailler ou désaltérer le cheptel. A Bou Izakarn, Miquel a procédé au remplacement de l’ancienne khttara18 alimentant la localité par une nouvelle canalisation à fond cimenté et dont la longueur avoisine les 700 mètres. Deux abreuvoirs furent également construits pour les animaux. A tout cela s’ajoute la construction d’un barrage de retenue de 120 mètres de long au nord du centre de Bou Izakarn (Tesmoingt, 1953 : 15).

  • 19 Nous faisons allusions ici aux hameaux suivants : Id Wanaïm, Id Benchaoul, Id Ulhyan, Id Nacer, Bou (...)
  • 20 Extrait du témoignage recueilli auprès de Fatima K., le 15 août 2020, à Ayt Bouyacine, Lakhsas.

15Cependant, les ouvrages réalisés ne doivent pas occulter la souffrance endurée par certaines familles qui, pendant les constructions, ont dû subir d’amples pressions de la part des imgharen et de leurs collaborateurs (ijerrayins) chargés, par l’autorité coloniale, de superviser la mise à contribution collective. La tradition orale recueillie a permis de lever le voile sur les souvenirs d’une période certes révolue mais qui hante toujours les esprits. Elle a permis d’élucider les circonstances dans lesquelles se sont déroulées les opérations de construction de l’iferd n’Tal3ainin. Un exemple parmi tant d’autres. L’endroit où il a été creusé ne relevait pas du hasard. Il est situé sur la route reliant Lakhsas à Ayt Brayim. L’accès y est facile non seulement pour les passants faisant halte pour s’alimenter, mais aussi pour les villageois désirant abreuver leurs troupeaux. Revenons maintenant aux circonstances dans lesquelles se sont déroulées les opérations de construction. Sa réalisation n’a été possible qu’après avoir imposé une mise à contribution collective (corvée collective) aux habitants des hameaux alentour19. Pour percer les circonstances de son déroulement, nous avons mené des enquêtes de terrain en août 2020. Notre démarche a pour but d’élargir notre horizon de compréhension de manière à ce que les informations recueillies puissent élucider les zones d’ombre qui entourent encore la mise à contribution collective décidée pour entraîner de force la population dans les travaux du chantier. Un point sensible sur lequel l’archive coloniale consultée demeure muette. Bien qu’elles n’aient pas vécu l’événement, deux femmes d’une même famille nous ont apporté quelques éclaircissements. Leur témoignage a permis de lever le voile sur les moments forts de la mise à contribution collective imposée aux hameaux avoisinants pendant la durée des travaux de construction du bassin. Pour Fatima, « L’histoire d’Iferd n Tal3ainin est connue de tous. Les gens en parlent occasionnellement. Pendant la construction, les femmes aussi étaient mobilisées, non point pour creuser mais pour cuisiner aux ouvriers sur le chantier. Je n’ai pas vécu l’événement. Mais ma belle-mère (Mammas, morte en 2002) m’a tout raconté à son sujet. Elle n’en a gardé que de mauvais souvenirs. Ce fut un collaborateur (asorti) de l’amaghar qui l’a fait souffrir. Lorsqu’elle parlait de cet iferd, elle a toujours la gorge nouée. Ses souvenirs n’ont pas pris une ride jusqu’à sa mort en 2002 » 20. Se tournant vers Jemaa, celle-ci approuve le témoignage de sa belle-sœur. Plus encore, elle a apporté d’autres précisions que sa mère lui a transmises.

  • 21 Ahdoum renvoie aussi à un lambeau crasseux.
  • 22 Extrait du témoignage recueilli auprès de Jemaa L., le 15 août 2020, à Ayt Bouyacine, Lakhsas.

« Suite à la famine des années 1940, mon père était parti travailler à Jerada. Il faut dire aussi pour échapper à la mise à contribution collective forcée décidée par Boulhya (capitaine Miquel). Il a laissé derrière lui ma mère avec ma sœur aînée et mon frère. Tous en bas âge. Lorsque les travaux de construction d’iferd n’Tal3ainin furent amorcés, la population des hameaux alentour fut contrainte d’y participer soit en fournissant directement la main d’œuvre, soit en assurant à celle-ci la nourriture sur les lieux. Les villageoises, comme ma mère, dont les maris étaient absents se voyaient alors obligées de se relayer pour cuisiner des repas aux ouvriers. Outre leur participation à la cuisine, on leur demandait aussi d’apporter des œufs, du beurre et de l’huile d’argan. A l’époque, je n’étais pas encore née. Mais on a grandi avec cet héritage qui a marqué notre génération. Ma mère croyait que sa contribution allait s’arrêter là. Hélas ! Un jour, en faisant paître le troupeau à iguer O zeggagh, elle voyait arriver Ahdoum21(surnom donné au collaborateur du hameau qui s’appelait El Mehdi). Il commença à la menacer en disant que les autorités l’envoyaient pour conduire tout le troupeau sur le chantier pour choisir les bêtes à égorger pour les ouvriers. Malgré ses supplications, Ahdoum ne voulait rien entendre. Il s’est comporté comme le propriétaire du troupeau. Il l’a crânement conduit jusqu’au chantier. Lorsqu’ils ont choisi une chèvre, bien charnue, ils ont ordonné à ma mère de conduire son troupeau ailleurs. Traumatisée, elle choisit de revenir directement à la maison. Elle était très en colère contre cet infâme asorti (déformation du mot sureté). Mais, elle ne pouvait rien faire. Elle eut peur pour ma sœur et mon frère. Elle n’a jamais oublié cet événement jusqu’à sa mort. Cependant, l’acharnement du collaborateur n’a pas de limite. Un jour, elle lui a ordonné de mobiliser le chameau de la famille pour acheminer à Telata Lakhsas une charge de figuiers de barbarie, demandée par l’autorité coloniale pour être plantée à Andja ou à Bou Izakarn. Elle ne savait pas si c’était vraiment l’autorité coloniale qui a décidé une telle réquisition ou plutôt le même collaborateur qui a tout monté. Peu importe, vous imaginez la souffrance d’une femme ayant des enfants en bas âge, contrainte non seulement d’amener une telle charge à Telata Lakhsas ou Andja, mais aussi de parcourir une distance aussi pénible que longue. Heureusement, un neveu de mon père, résidant à Id Mbark, est intervenu auprès de la jemaa le jour du marché. Il a plaidé sa cause. Il s’est engagé à transporter la charge demandée à sa place »22.

Canalisation principale de l’Iferḍ n Talεinin

Canalisation principale de l’Iferḍ n Talεinin

(Photo de l’auteur (janvier 2009))

Iferḍ n Talɛinin rempli d’eau

Iferḍ n Talɛinin rempli d’eau

(Photo de l’auteur (janvier 2009))

Iferḍ n Talεinin sous un autre angle

Iferḍ n Talεinin sous un autre angle

(Photo de l’auteur (janvier 2009))

Transformation du territoire de la circonscription en foyer pour élevage

a. Lutter contre la déforestation

En 1952, « les récoltes en orge sont d’un très faible rendement. Des charrues en fer ont été distribuées mais rares sont ceux qui les utilisent. Il est certain que le plateau est plutôt un pays d’élevage » (Combes, 1952 : 5, SHD)

16Cet extrait, relevé dans un rapport datant de 1952, illustre bien la place clé de l’élevage dans la dynamique économique et sociale de la tribu Lakhsas. Les charrues en fer métallique auxquelles le capitaine Combes fait allusion, représentent un lot d’outils commandé, à Rennes, par la SIP de Bou Izakarn et destiné aux petits fellahs de la circonscription. Leur importation consistait à réduire la destruction de l’arganier, vers lequel les familles se tournaient, à la veille de la période des labours, pour couper et fabriquer les araires en bois (tawoullout/imassen), outil principal pour labourer. Le capitaine Miquel a été derrière l’outil en fer importé. Aux fellahs, il comptait leur en imposer pour réduire la destruction d’un arbre aussi spécifique que résistant aux agressions multiples « L’arganier comme le chêne des Causses de France peut être pris comme le symbole de la ténacité et de l’endurance qui sont qualités premières pour vivre en ce pays. Mutilé, cassé, brûlé, il continue à végéter, prêt à profiter de la moindre défaillance de l’adversaire pour prendre avantage » (Miquel, 1952 : 24, CHEAM). Soucieux des dangers qui le guettent en permanence, Miquel multiplie les mesures pour faire cesser sa destruction ou, à défaut, la réduire. Il n’a jamais ménagé ses efforts pour atteindre le but escompté. Son programme de sauvegarde repose sur deux axes. Le premier consiste à identifier tout d’abord la source d’où proviennent les dangers menaçant l’arganier dans sa survie. Aussitôt identifiés, les coupables sont dévoilés. Il s’agit ici de l’Homme, de la chèvre et du chameau. Auteurs contre lesquels il entreprend une série de mesures appropriées pour stopper la destruction qui s’amplifie, entre juin et août de chaque année, au lendemain de l’arrivée en masse de milliers de chameaux et de chèvres des nomades dans la région. Pour l’Homme, Miquel préfère au départ la sensibilisation à la répression. Pour faire aboutir sa stratégie, il mobilise les structures traditionnelles de la tribu pour sensibiliser la population au danger de la surexploitation de l’arganier. Lorsque ses collaborateurs lui signalent un abus, il n’hésite pas à sanctionner ses auteurs. Quant aux deux espèces, la chèvre et le chameau, leur rôle dans la destruction de la végétation et de l’arganier est incontestable. Il réclame leur pure et simple élimination de l’élevage. Serait-il possible alors de les remplacer par d’autres espèces ? Miquel en était formel. Il est résolument déterminé à le faire pour ramener leur population à une infime proportion. Pour le chameau, il demande alors à ce qu’il soit remplacé par la vache. Celle-ci, par rapport au chameau, est plutôt réputée pour ses qualités et sa productivité. Pour prouver l’utilité de son choix judicieux, il fait appel à la SIP pour lui construire une ferme pilote à Tagant. Une structure d’élevage destinée à accueillir, dans un premier temps, un troupeau de six vaches et un taureau. Quatre ans plus tard, ce troupeau « a mis en tribu à la disposition des éleveurs 3 taureaux – 2 autres plus jeunes attendent de pouvoir être envoyés ce printemps. 6 génisses nées à la ferme sont gestantes ou viennent de mettre bas – 6 autres produits, tant tourillons que génisses viennent de passer un an. La génération suivante est en trains de naître » (Miquel, op, cit : 60). Le succès est de taille. Émerveillé, il demande à la SIP d’étendre son activité à l’élevage ovin. Ainsi, un troupeau pépinière, de 20 brebis et un bélier, fut levé à la même ferme. Le résultat est conséquent. Du premier noyau constitué, 14 béliers en ont été élevés. Tous répartis entre les éleveurs pour accroître leur production ovine. Habile manière pour amener les éleveurs à abandonner l’élevage caprin. En leur faveur fut organisée aussi des campagnes de vaccination de troupeau. Le but étant de voir prospérer les deux espèces recommandées aux dépens de ceux considérés ravageurs. Pour diversifier la production de la ferme, une basse-cour y fut aménagée pour l’élevage de canards, de dindons, de pintades, de poules de race et de lapins. Toutes les espèces qui y sont élevées ont été distribuées aux femmes de différents hameaux. Très rapidement, on voit au fur et à mesure la production des espèces augmentée. Voyant celle-ci dépasser la demande locale, Miquel use de ses contacts pour permettre aux éleveurs de la circonscription d’écouler leurs produits dans le marché d’Agadir, fréquenté par les consommateurs européens. Les retombés économiques de l’exportation profitaient directement aux femmes éleveuses. Leurs revenus sont nettement améliorés. Voyant leur appétit aiguisé, par les bénéfices générés, d’autres foyers se sont lancés dans l’élevage en basse-cour. Selon Miquel, ils « se sont piqués au jeu [dès à présent] on commence à voir sur les souks les produits améliorés » (Miquel, op, cit, p.68).

17Quant à la chèvre que l’on compte éradiquer, des mesures à la hauteur des ambitions furent adoptées à partir de 1950. Mais la détérioration de la forêt ne cesse de s’accentuer. Début janvier 1952, Miquel soumet un rapport au chef du Cercle de Tiznit dans lequel il dresse un tableau sombre de la situation de la forêt où certaines plantes ont déjà complétement disparu, ḥlfa (Stipa tenacissima) entres autres. L’action dévastatrice de la chèvre y est clairement mentionnée. A chaque été, la destruction gagne en intensité surtout à l’arrivée en masse de l’innombrable cheptel des nomades du Sud.

« Périodiquement de l’été jusqu’aux pluies d’automne, quelques milliers de chameaux et quelques dizaines de milliers de chèvres appartenant aux nomades viennent s’ajouter à cette surcharge et détruire prématurément les dernières ressources et fourrage sec qui permettraient d’assurer la soudure [dans la circonscription]. La chèvre prédomine. Sous son action, le pâturage se dégrade davantage encore. C’est la boule de neige » (Miquel, 1952 : 2-3, SHD).

18Quelques mois plus tard, se profila à l’horizon le résultat des mesures mises en œuvre. Il est significatif et fort appréciable. Désormais, souligne Miquel « la surcharge du parcours a cessé et les chèvres ont été éliminées au profit des moutons. L’opération s’est échelonnée sur un minimum de six ans » (Miquel, ibid. : 1). Dans le cadre de son programme de sauvegarde, il impose aux éleveurs la création de jemaas des bergers. Leur mise sur pied, Miquel en réclame incessamment. Mais il peine à rallier les éleveurs autour de son projet. Derrière cette création tant attendue, se cache en effet un but inavoué. Miquel entend les utiliser non seulement pour organiser le pacage, mais aussi pour constituer un réseau d’informateurs pour le renseigner à la fois sur les déplacements des troupeaux et sur les bergers transgressant les règles de la mise en défens instaurée dans les terrains dégradés, désormais déclarés Agdal, et sur lesquels se sont plantés de centaines de milliers de figuiers de barbarie inermes. Le programme vise à empêcher tout retour possible du cheptel ravageur. Pour accélérer la cadence, il ordonne la mise à contribution des chameliers de la circonscription pour assurer le transport des charges de figuiers vers les lieux de plantation. Entre 1945 et 1952, la campagne de plantation a permis de reboiser dans la circonscription plus de 10 000 hectares, à raison de 2000 hectares par an (Miquel ibid. : 56). Pour faire respecter les consignes et lutter ainsi efficacement contre la déforestation sauvage, Miquel fait appel au Service des eaux et forêts. Il trouve dans sa mission et ses attributions de quoi justifier les restrictions et les sanctions prononcées à l’encontre des réfractaires. A partir de 1952, ses mesures semblent apporter leurs fruits. Chez la population de la tribu Lakhsas, on remarque la réduction béante des deux espèces responsables de la destruction de la végétation et de l’arganier. Il s’agit ici du chameau et de la chèvre. Ainsi, pour les troupeaux ovins et caprins, leur nombre est passé de 29 615 têtes, en 1950, à 12 653 tête seulement en 1952. La même réduction a été enregistrée pour les chameaux, dont le nombre a reculé par rapport aux années précédentes (33 têtes seulement recensées dans la tribu en 1952). Parallèlement, a été remarqué une nette augmentation d’autres espèces (juments, ânes et bovins). Le tableau ci-dessous renseigne sur la situation de l’élevage dans la tribu pendant les années 1941, 1951 et 1953. Les données qui y sont consignées proviennent de trois rapports différents, établis par les chefs qui se sont succédé à tête de la circonscription.

  • 23 SHD, Legros, chef des Affaires Indigènes de Bou Izakarn, fiche de tribu des Akhssas, 15 juillet 194 (...)
  • 24 CHEAM, le capitaine Miquel, « Contribution à l’étude de la vie rurale dans l’Anti-Atlas occidentale (...)
  • 25 SHD, Tesmoingt (capitaine), chef de la circonscription de Bou Izakarn, fiche de tribu Akhssas, 5 ma (...)

Animaux de pacage

Situation de l’élevage en 194123

Situation de l’élevage en 195124

Situation de l’élevage en 195325

Ovins et caprins

21 345

29 615

12 653

Mulets

117

?

91

Chameaux

196

?

33

Juments

34

?

145

Anes

796

?

1162

Bovins

3650

4033

4292

Une mobilisation pour un premier noyau d’enseignement à Bou Izakarn

  • 26 Ce projet comprenait la construction d’une villa (pour le directeur), un bâtiment scolaire (composé (...)

19Établie le 13 octobre 1951, la fiche sur l’enseignement musulman dans la circonscription de Bou Izakarn apporte un regard d’ensemble sur le processus dans lequel a évolué cet enseignement depuis la soumission du projet, par Miquel, à la Direction de l’Instruction Publique à Rabat en 194726. Le but recherché, souligne ce dernier, « était de scolariser par l’internat les populations dispersées du plateau qui constituent la partie la plus nombreuse (40.000) et la plus intéressante des habitants de la circonscription » (Miquel, 1951, SHD). Mais le chemin à parcourir est semé d’embûches. Au cours de son échange avec le Directeur de l’instruction publique, celui-ci lui fait savoir qu’il ne pouvait donner suite au projet, faute de crédits. Malgré cet avis défavorable, Miquel ne renonce pas à son projet. Il guette le moment opportun pour rebondir. A la suite de la tournée d’inspection entamée par le général Juin dans le Sud, et qu’elle l’a amené à Bou Izakarn le 27 septembre 1950, l’occasion tant attendue se présente à Miquel pour prendre sa revanche sur le Directeur de l’instruction publique. Devant le général Juin, et après lui avoir présenté les grands projets réalisés dans la circonscription, Miquel rebondit habillement sur le projet de l’enseignement et met en avant son importance éducative et instructive pour la jeunesse de la région. Il finit par solliciter l’appui de son supérieur pour le réaliser. Voyant l’importance de ses retombés, le général Juin donne immédiatement ses instructions au Directeur de l’instruction publique, auquel il demande non seulement de financer la construction de locaux, mais aussi de fournir l’équipement nécessaire à leur fonctionnement. A la rentrée d’octobre 1951, l’enseignement est déjà opérationnel. La direction de la structure est confiée à M. Tardy Jean. Le nombre d’élèves inscrits est important : 140 élèves à Bou Izakarn contre 70 à Ifrane de l’Anti-Atlas. Un véritable succès pour Miquel, résolument déterminé à désenclaver sa circonscription. Les données relevées dans son rapport (SHD, Miquel, 1951 : 2) illustrent la percée du premier noyau de l’enseignement dans cette région reculée de l’Anti-Atlas.

Ecoles

Niveaux

Nombre d’élèves

Bou Izakarn

Cours moyen

21

Cours élémentaire

33

Cours préparatoire

36

Internat filles à Bou Izakarn

Cours préparatoire n. II

30

Cours préparatoire n. III

26

Ifrane de l’Anti-Atlas

Cous élémentaire

30

Cours préparatoire

40

20Bien qu’opérationnel, Miquel ne cache pas son inquiétude pour l’avenir de l’enseignement dans sa circonscription. Son rapport de 1951 fait ressortir de nombreuses entraves qui ne sont toujours pas levées. A Ifrane, par exemple, on apprend que le local n’est que provisoire. Aujourd’hui, souligne-il, il est déclaré « insalubre par le Médecin. Après trois ans de fonctionnement aucune décision n’est intervenue pour la construction d’une deuxième classe » (Ibid.). Quant au projet d’internat de Bou Izakarn, Miquel défend sa construction sans délai pour que l’école profite à tous. Sans cet édifice, « on scolarise des Harratines des palmeraies et on laisse complètement de côté les populations du plateau » (Ibid.).

Un Service de santé à la hauteur des ambitions

21Déclaré opérationnel à partir de février 1950, ce dispositif médical créé à Bou Izakarn a permis d’équiper la région d’une structure hospitalière aussi importante que vitale pour la population. Une salle de visite médicale permanente fut aussi créée à Telata Lakhsas. Sur le rythme de l’activité de l’hôpital, son effectif et la nature des soins qui y sont prodigués, nous ne disposons, malheureusement, d’aucune donnée en la matière. Seul le rapport du capitaine Tesmoingt est en mesure de nous renseigner sur les déférentes structures qu’il comporte (Tesmoingt, 1953 :17, SHD). Un hôpital d’une capacité allant jusqu’à 100 lits. Aussi divers et varié, son équipement se compose de nombreuses structures et que l’on présente comme suit :

  • Un pavillon de consultations avec bloc opératoire.

  • Un pavillon d’isolement double.

  • Un pavillon d’hospitalisation pour hommes.

  • Un pavillon d’hospitalisation pour femmes.

  • Un pavillon pour hospitalisation pour notables.

  • Un bloc eau (cuisine, douches, buanderies).

  • Une maison de médecin chef.

  • Une maison de médecin adjoint.

  • Une maison d’adjoint de santé.

  • Un logement d’adjoint de santé.

  • Une conciergerie (Ibid).

Des esprits soulagés après le départ de Miquel de la circonscription

a. Son successeur desserre l’étreinte

  • 27 Chef de la région d'Agadir et commandant des confins algéro-mauritano-marocains 1948-1951. 
  • 28 Dont dépendait le territoire de la circonscription de Bou Izakaren.

22Après un mandat à la tête de la circonscription de Bou Izakarn (1945-1952), le capitaine Miquel fut remplacé par son émule le capitaine Tesmoingt. On ignore les raisons de son départ inopiné. Mais un événement pourrait bien l’expliquer. Il s’agit du départ, un an plus tôt, de son oncle le général Roger Miquel27, chef de la Région d’Agadir (1948-1951)28, désormais chef de la Région et commandant de la division de Meknès (1951-1955). Le départ de son oncle « protecteur » aurait beaucoup rendu l’homme plus vulnérable que jamais à la critique. Quoi qu’il en soit, son départ de la circonscription a été accueilli avec soulagement tant pour la section de la SIP de Bou Izakarn que pour les notabilités. L’étreinte semble désormais légèrement desserrée, bien que son successeur se montre déterminé à promouvoir la même politique que son prédécesseur. A peine installé, le capitaine Tesmoingt multiplie les rencontres avec les notables des tribus. Le 9 avril 1952, il assiste aux travaux du Conseil de la section de la Société Indigène de Prévoyance de Bou Izakarn. Il fut étonné de la première demande formulée par ses membres. Ceux-ci, dit-il, réclament « à l’unanimité la suppression de la mesure prise par Miquel à l’encontre des chèvres » (Tesmoingt, 9 avril 1952 : 1, SHD). Mesure qui, selon la SIP, a beaucoup affecté les revenus des familles. Il en va de même pour le battage à la machine que Miquel avait imposé de force aux fellahs à la place du dépiquage animal, interdit par celui-ci, jugé cruel et affligeant aux animaux (ânes, mules, vaches et taureaux). Mais le nouveau chef s’insurge et refuse de céder sur les mesures instaurées par son prédécesseur. Peu après, un rapport résultant des réunions est établi et envoyé au colonel chef du territoire de Tiznit, dans lequel Tesmoingt rapporte les demandes formulées par les membres de la section de la SIP. Prenant connaissance de leurs doléances, le colonel ordonne peu après à son subordonné d’alléger l’étreinte. Un virage radical est alors amorcé dans les relations entre l’autorité de contrôle et les administrés de la circonscription. S’en suivra d’autres assouplissements tel celui concernant l’obligation de battre la récolte à la machine qui désormais n’est plus obligatoire. Ce qui ouvre la voie au retour inéluctable du dépiquage animal. Pour la chèvre, Tesmoignt décide d’en autoriser le retour dans le périmètre délimité (Tesmoignt, Ibid).

b. Regard d’un juge sur la politique sociale de Miquel

23Les constructions réalisées par Miquel et sa politique de sauvegarde du pâturage ont complètement bouleversé le rythme et les habitudes de la population locale. Les résultats parlent d’eux-mêmes. Et quoi qu’on dise à son encontre, ses mesures ont permis de remettre de l’ordre dans la vie pastorale et de freiner ainsi l’exploitation excessive du pacage dans la circonscription. Mais depuis son départ, la mise à contribution décidée pour les ouvrages construits et la plantation du figuier de barbarie, n’ont cessé de susciter des controverses. Certains n’y voient qu’un abus ; d’autres en revanche, une démarche louable dont l’aboutissement a permis la construction de canalisation et de nombreux bassins et citernes d’eau, accessibles à tous, et sans lesquels la vie pastorale aurait été pénible à la fois pour les foyers et les éleveurs condamnés, toute l’année, à parcourir de longues distances pour atteindre un point d’eau où leur cheptel peut s’abreuver. Vu son importance historique et l’intérêt scientifique qu’il pourrait susciter, nous présentons ici le témoignage d’un personnage clé ayant exercé, sous le protectorat, au Haut Tribunal Chérifien et qui a rencontré, en 1948, le capitaine Miquel à Lakhsas. Il s’agit du juge Mohamed ben Salm dont le témoignage a été a recueilli à Rabat, en 2012, avant sa mort un an après (2013). Aussi poignant, son récit ouvre une brèche dans les rapports complexes entre histoire et mémoire. Il loue les efforts indéniables de Miquel pour la région qu’il administrait. Pour les éclaircissements historiques qu’il nous a fournis et son franc-parler, nous lui rendons ici un hommage posthume.

24Se rendant à Lakhsas en 1948 auprès de sa famille, Ben Salem fut accueilli à Telata par son frère Lhassan, alors amghar (chef) des Ayt Ali. Celui-ci lui recommande vivement d’aller voir l’homme qui fait trembler la circonscription, Miquel. Dans son récit détaillé, Ben Salem nous décrit les moments forts de sa rencontre et les raisons ayant amené, par la suite, le capitaine à l’inviter à Bou Izakarn le jour de son arrivée.

« En 1948, de Rabat, je suis parti, dans ma voiture personnelle, à Lakhsas pour rendre visite à ma famille. Je suis arrivé le jour du marché (mardi). Après avoir rencontré mon frère, l’Amghar Lhassan, celui-ci m’a recommandé d’aller voir le capitaine Miquel, car celui-ci demandait, de temps à autre, de mes nouvelles à mon frère. Je suis parti le voir dans son bureau. Devant celui-ci, se trouvait son mokhazeni qui montait la garde. Il m’a demandé mon identité et la raison de ma venue. Après les lui avoir dévoilées, il est parti l’informer. « Laissez-le entrer », disait le capitaine à son subordonné. En rentrant, Miquel me salua et m’adressa, en tachlhit, la parole suivante :

« kyyin bɛda tuckit^d s rreẓẓa ur d zun d willi ddanin urrin d s ttṛṛbuc azggwaγ »

« Toi au moins tu es revenu avec le turban sur la tête, pas comme ceux qui partent et reviennent avec un tarbouche rouge »

J’ai répondu : « hati rreẓẓa felnaγ tt id lajdud nnγ nettat ann teggan Ayt tmazirt ».

« Le turban nous a été légué par nos ancêtres. C’est ce que les gens mettent ici. »

J’ai appris plus tard qu’il éprouve une haine viscérale contre Ichlhin du bled qui partent en villes et qui reviennent plus tard avec un tarboch fassi sur la tête au lieu de rezza/turban. Dans son bureau, le reste de la discussion s’est déroulée comme suit :

  • Miquel : « sur le souk, vous avez certainement rencontré les gens de votre douar et bien d’autres. Que vous ont-ils raconté ? ».

  • Ben Salem : « En toute honnêteté, ils se plaignent beaucoup. Ils disent avoir été rudoyés par l’autorité. »

  • Miquel : « Clairement, se plaignent-ils de mon autorité ? »

  • Ben Salem « Oui, en tout cas, c’est ce qu’ils disent. »

  • Miquel « Wakha, on en parlera tout à l’heure. J’ai des dossiers à traiter. Rendez-vous à midi, ici devant mon bureau. ».

  • 29 Extrait du témoignage recueilli, le 1er mai 2012 à Rabat, auprès du juge Mohamed ben Salm (Sebbar), (...)

Puis, je suis reparti au souk. Du retour sur les lieux à midi, il était déjà là en train de m’attendre. Il m’a demandé de monter dans sa Jeep pour Bou Izakarn. Je lui ai fait poliment remarquer que je viens d’arriver, je dois partir voir ma famille à Ikaruchen. Malgré mes arguments, il a insisté à ce que je parte avec lui dans sa Jeep. Après hésitation, et pour ne pas le froisser, j’ai décidé de monter devant. A l’arrière du véhicule se trouvait le caïd Taher de Lakhsas. Tous les gens qui étaient autour, se posaient la question sur ce que le capitaine allait faire de moi. A notre arrivée à Bou Izakarn, il fait descendre le caïd Taher en lui disant « Ne déjeunez pas tôt aujourd’hui, notre invité viendra manger chez vous ». Puis, il s’est tourné vers moi en disant : « Maintenant, je vais vous faire visiter les projets réalisés dans la localité ». Aussi perplexe, croyez-moi, je n’ai rien compris ni à son geste ni à la raison l’ayant poussé à me faire venir sur Bou Izakarn. Il m’a fait tout d’abord visiter l’installation électrique. Il ne cachait pas sa joie. Toujours aussi fier, il me dit : « Les gens peuvent s’en servir pour s’alimenter en électricité sans problème. Baraka men talqndilt ». Puis lui succède la visite au moulin à huile qu’il a conçu sans le concours de personne. Puis, nous nous sommes déplacés à la cuisine de l’hôpital où nous avions trouvé un personnel activement à l’œuvre. Tous les plats qu’il préparait étaient destinés aux malades admis à l’hôpital. El Miquel n’a pas hésité à goûter ce qu’on fait manger aux patients. De la cuisine, on est passé à l’hôpital. Une structure aussi grande. A chaque occasion, il prenait la parole pour expliquer. Regardez, disait-il, « Cet hôpital, je l’ai construit grâce à la mobilisation locale. La contribution de l’État n’était que symbolique, pour ne pas dire inexistante ». Avouons-le, j’étais étonné de voir autant de réalisations dans une région aussi pauvre que reculée. Juste après, on est parti pour se rendre au village de Tagant (10 km de Bou Izakan). C’est là où il a aménagé deux fermes, l’une pour l’élevage de poulets et l’autre pour les bovins. L’une des fermes eut, à son entrée, des marches. Miquel m’a devancé pour les remonter. Je l’ai suivi. Par hasard, j’ai pu remarquer qu’il portait des chaussettes ravaudées avec des chaussures entachées de bouse de vaches. J’étais profondément touché de ce que j’ai vu. Je commençais à me poser des questions, je cherchais des réponses sans les trouver. Comment un homme aussi étranger à la région qu’à sa population put manifester un tel dévouement pour notre région ? Pourquoi les nôtres étaient incapables de réaliser quoi que ce soit avant son arrivée ? Dans la ferme de bovins, Miquel m’a présenté un énorme taureau élevé à la ferme. Me voyant étonné de sa corpulence, il soulignait que « Ce taureau n’est pas importé. Il est issu de la race locale. Un autre qui pèse dans les 600 kg a été, récemment, remis à ljmaat pour célébrer l’ouziaat (festin collectif) ». Lors de notre retour à Bou Izakaren, Miquel m’a fait comprendre que s’il a tenu à ce que je l’accompagne, c’est pour me montrer les projets réalisés. Il soulignait aussi que si certaines personnes se plaignaient de son intransigeance c’est parce qu’il ne supportait pas leur indifférence aux programmes de mise à niveau sociale dans la région. Au départ disait-il, « Je leur ai demandé de couper les euphorbes et à la place desquelles je leur ai dit de planter le figuier de barbarie. Pour leurs citernes maçonnées, je leur ai même proposé de venir récupérer gratuitement de la chaux fabriquée dans les fours que je gère. Pour répondre à leur indifférence, j’ai décidé de changer de politique, en leur imposant la mise à contribution collective ». Pour résumer, je puis vous confirmer son honnêteté et son sérieux. A notre retour à Bou Izakarn, je lui ai présenté mes compliments. Je l’ai vivement remercié pour ce qu’il a fait pour la région. Il en était très sensible. Suite à quoi, il m’a sollicité d’écrire un article sur ses ouvrages réalisés dans le journal Essaada. Avouons-le, sa sollicitation m’a vraiment mis dans l’embarras. Je ne savais quoi répondre. Mais pour ne pas le froisser, je lui ai promis de faire le nécessaire pour que ses efforts consentis soient loués. Promesse non tenue pour une simple raison : le journal Essaada fut l’organe des nationalistes marocains. Lui y consacrer un article portant ma signature aurait été mal perçu par les nationalistes. Il serait considéré comme un affront à leur combat politique. Après m’avoir déposé chez le caïd Taher, Miquel est parti chez lui. A table chez le caïd, celui-ci commençait alors à formuler une salve d’imprécations à son encontre. Je lui ai répliqué sur le champ en disant que cet homme travaille pour notre région et non pas pour la sienne »29.

Conclusion

25La présente étude a été rendue possible grâce à l’apport de l’archive coloniale et de la tradition orale. Leur recoupement a permis d’élucider les moments phare du processus dans lequel s’est déroulée le développement social de la tribu administrée par le capitaine Miquel. Un homme qui, par son intransigeance, sa rigueur militaire et son esprit créatif /alternatif, a réussi à donner du sens à la gestion des ressources naturelles et au développement social qu’il a initié dans une région aussi aride qu’appauvrie par son climat inhospitalier. Bien que révolue, l’ère du capitaine Miquel continue toujours d’hanter la mémoire collective. Son héritage a marqué une génération toute en entière, au point qu’on ne peut aujourd’hui aborder l’histoire contemporaine de ces tribus sans évoquer l’apport pesant de l’héritage du capitaine dans sa construction. Les deux éléments sont indissociables. Bien que la jeunesse d’aujourd’hui n’en garde qu’une réminiscence, ce pan d’histoire refait souvent surface lorsque les questions liées au développement et au pastoralisme démesuré sont abordées dans la région. Pour les bassins datant de l’ère coloniale, leur détérioration ne cesse de s’accentuer. Leur entretien, on ne s’en soucie guère. Ils résistent tant bien que mal aux aléas du temps. Aujourd’hui, leur avenir est incertain. En somme, pour le grand bassin creusé en 1938 à Lakhsas centre, la commune a scellé son sort en 2010/2011. Elle l’a enseveli pour être remplacé par une piscine de fortune loin de satisfaire les aspirations d’une jeunesse rongée par le chômage et le manque de perspectives d’avenir dans une région aussi délaissée que marginalisée. D’autres structures coloniales sont fortement altérées. Leurs dégradations avancées sont béantes à Lakhsas comme dans d’autres tribus de la circonscription. L’ancienne caserne de goum de Lakhsas centre en est l’exemple patent. Après l’indépendance, elle servait de logements aux éléments des forces auxiliaires. Laissée à l’abandon début 2000, aujourd’hui cet édifice tombe en ruine. Sa détérioration avance à grand pas. Et sa disparition à jamais est inéluctable.

  • 30 Photo de l’auteur prise en novembre 2018.

Caserne de goum à Lakhsas, un monument en ruine30

Caserne de goum à Lakhsas, un monument en ruine30
Haut de page

Bibliographie

Bel Madani Ben Hayoun (colonel), Coupable de fidélité. Heures et malheur de l’amitié franco-marocaine (Marrakech 1912- Mézens 1987), Paris, Nouvelles Editions Latines, 1990.

Direction Générale des Affaires indigènes, L’œuvre des Sociétés Indigènes Agricoles de Prévoyance au Maroc, Rabat, 1930.

Empire chérifien. Protectorat de la République française au Maroc, Bulletin n° 217 du 18 décembre 1916. Dahir 21 novembre 1916 créant des Djemaas de tribus, 21 novembre 1916.

Empire chérifien. Protectorat de la République française au Maroc, Bulletin n° 737 du 7 décembre 1926. Arrêté résidentiel du 26 novembre portant réorganisation territoriale du Maroc, 26 novembre 1926.

Lyautey Hubert (colonel), Du rôle colonial de l’armée, Paris, Armand Colin, 1900.

Rivet Daniel, Le Maroc de Lyautey à Mohammed V, le double visage du Protectorat, Editions Porte d’Anfa, 2004.

SHD : Service Historique de la Défense

Combes (capitaine), chef de poste de Telata Lakhsas, « Consignes et activités du poste », 24 avril 1952, série 3H.

Eugène Miquel (capitaine), correspondance adressée au chef du cercle de Tiznit, novembre 1949, série 3H.

Eugène Miquel, chef de la circonscription de Bou Izakarn, « Fiche concernant l’enseignement musulman dans la circonscription de Bou Izakrn », 13 octobre 1951, série 3H.

Eugène Miquel, chef de la circonscription de Bou Izakarn, « Evolution de l’économie rurale. Restauration des terrains de parcours », rapport envoyé au chef du cercle de Tiznit, 18 janvier 1952, série 3H.

Juin Alphonse (général d’armée), Commissaire Résident général de la République française au Maroc, à Robert Schauman (ministre des Affaires étrangères), Rabat, 20 mai 1950, série 3H.

Legros, chef de la circonscription des Affaires Indigènes de Bou Izakarn, fiche de tribu des Akhssas, 15 juillet 1942, série 3H.

Tesmoingt (capitaine), chef de la circonscription de Bou Izakarn, fiche de tribu Akhssas, 5 mars 1953, série 3H.

Tesmoingt (capitaine), chef de la circonscription de Bou Izakarn, rapport au chef du Cercle de Tiznit, 9 avril 1952, 3H.

Archives nationales. Pierrefitte-sur-Seine (Lot CHEAM)

CHEAM, le capitaine Miquel, « Contribution à l’étude de la vie rurale dans l’Anti-Atlas occidental », 1952, document n° 1824.

Tradition orale

Fatima, K., interviewée, le 15 août 2020, à Ayt Bouyacine, Lakhsas,

Jemaa L., interviewée, le 15 août 2020, à Ayt Bouyacine, Lakhsas.

Feu le juge Mohamed ben Salm (Sebbar), interviewé, le 1er mai 2012, à Rabat.

Haut de page

Notes

1 Prime d’encouragement et modernisation des méthodes des agriculteurs marocains.

2 Sociétés Indigènes de Prévoyance.

3 Climat instable, manque d’organismes d’assistance technique et financière, statut juridique des terres, manque de main d’œuvre qualifiée.

4 SHD : Service Historique de la Défense (Vincennes).

5 Circonscription créée après les soumissions des tribus de la région en mars 1934. Elle regroupe les tribus suivantes : Lakhsas, Imjjad, Ayt Rekha, Ayt Brayim de la montagne et Ifrane de l’Anti-Atlas.

6 Peu après son départ de Lakhsas, Miquel fut envoyé en Algérie comme de nombreux cadres ayant servi dans le corps des officiers des Affaires indigènes au Maroc. Le but étant de ressusciter l’expérience marocaine, en matière de gestion, de contrôle et d’administration des populations, dans un pays où le FLN est solidement implanté en milieu rural. Le capitaine Miquel fut intégré au 5ème B.T.A. Il meurt, le 17 avril 1955, dans un accrochage qui a eu lieu dans le Secteur de Khanga Sidi Nadji.

7 Le terme est employé localement pour désigner un Français, mais ses origines auraient un lien avec la présence romaine en Afrique du Nord.

8 Surnom donné au capitaine Miquel par les locaux en référence à la barbe qu’il portait.

9 Centre des Hautes Etudes d’Administration Musulmane. Son fonds est déposé aux Archives Nationales- site de Pierrefitte-sur-Seine.

10 Carte extraite de la fiche de tribu établie par le capitaine Tesmoingt en 1953. Les noms des tribus voisines ont été ajoutés pour faciliter la localisation. Source : SHD, série 3H.

11 Depuis sa création en 1934 jusqu’en 1956, la circonscription de Bou Izakarn était commandée par six capitaines qui se sont succédé à la tête de son commandement. Il s’agit ici des capitaines Du Boys (1934-1936), Monjean (1936-1937), Paulin Gaston (1938-1940), le contrôleur Legros (1941-1942), le capitaine Cramailh Georges (1943-1945), Eugène Miquel (1945-1952), Tesmoingt (1953-1954) et Grosjean (1954-1956). Après l’ouverture, en 1949, du nouvel axe routier reliant le Maroc à la Mauritanie et la route 512 reliant Bou Izakarne à Agoulmime, le poste d’Andja fut supprimé et remplacé par le nouveau poste de commandement créé à Telata Lakhsas en novembre 1949. Le capitaine Miquel est derrière ce redéploiement qu’il juge nécessaire pour surveiller de près les fractions de la tribu et les Ayt Brayim de la montagne. L’administration du poste fut confiée au lieutenant Combes assisté des imaghren et ijerrayen des fractions. Tous travaillent sous les ordres du capitaine Miquel qui sillonne, de bout en bout, le territoire de sa circonscription [SHD, capitaine Miquel au chef du cercle de Tiznit, novembre 1949].

12 D’après une fiche établie par le capitaine Miquel, le caïd Taher bel Madani serait né en 1919. Il fut le quatrième fils du caïd Madani mort fin 1933. A la suite de la mort de son frère, le caïd Lahoucine, dans un accident le 12 janvier 1948, il fut appelé à lui succéder.

13 Amghar au sing : chef de la tribu ou de la fraction.

14 Bel Madani Ben Hayoun fut le dernier Pacha d’Agadir sous le protectorat français (1950-1956). Il s’est exilé en France après l’indépendance, suite à des menaces qui pesaient sur lui. En France, il continue à servir dans l’armée française jusqu’à son départ à la retraite en 1961. Il est mort en 1992 et inhumé à Mézens (France). Son livre Coupable de fidélité, apporte un regard d’ensemble sur les moments forts de la colonisation et de son départ du Maroc après l’indépendance. Un livre presque jamais mentionné, ni cité par les chercheurs en histoire contemporaine.

15 La tribu est traversée par quatre principales rivières qui prenaient leurs sources dans le massif montagneux de l’Anti-Atlas, à savoir, Assif Adoudou, Assif n’Tguinit, Assif n’Tguergouste, Assif n Ifrit.

16 Mirght (nombre important), Andja (1), Tagant (1), Bou Izakarn (3), Ousagn (3), Timoulay Izdar (3), Timoulay Ofella (3).

17 singulier iferḍ.

18 Galerie de canalisation souterraine aménagées pour relier plusieurs puits. Ce système permet de drainer l’eau des puits et de le conduire par gravité jusqu’à l’extérieur.

19 Nous faisons allusions ici aux hameaux suivants : Id Wanaïm, Id Benchaoul, Id Ulhyan, Id Nacer, Bou Alous, Tihouna, Ihadiden, Id O bidar, Id Chayn.

20 Extrait du témoignage recueilli auprès de Fatima K., le 15 août 2020, à Ayt Bouyacine, Lakhsas.

21 Ahdoum renvoie aussi à un lambeau crasseux.

22 Extrait du témoignage recueilli auprès de Jemaa L., le 15 août 2020, à Ayt Bouyacine, Lakhsas.

23 SHD, Legros, chef des Affaires Indigènes de Bou Izakarn, fiche de tribu des Akhssas, 15 juillet 1942, p. 9, série 3H.

24 CHEAM, le capitaine Miquel, « Contribution à l’étude de la vie rurale dans l’Anti-Atlas occidentale », document n° 1824, 1952, p. 65.

25 SHD, Tesmoingt (capitaine), chef de la circonscription de Bou Izakarn, fiche de tribu Akhssas, 5 mars 1953, p.10, série 3H.

26 Ce projet comprenait la construction d’une villa (pour le directeur), un bâtiment scolaire (composé de six salles de classes, un bureau et un hall), un atelier d’apprentissage Bois, un atelier d’apprentissage fer, une salle de visite avec douche, un réfectoire avec cuisine, un dortoir, une lingerie avec buanderie et trois logements de moniteurs marocains.

27 Chef de la région d'Agadir et commandant des confins algéro-mauritano-marocains 1948-1951. 

28 Dont dépendait le territoire de la circonscription de Bou Izakaren.

29 Extrait du témoignage recueilli, le 1er mai 2012 à Rabat, auprès du juge Mohamed ben Salm (Sebbar), un an avant sa disparition.

30 Photo de l’auteur prise en novembre 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tribu Lakhsas : fractions et frontières 10
URL http://journals.openedition.org/asinag/docannexe/image/2403/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Canalisation principale de l’Iferḍ n Talεinin
Crédits (Photo de l’auteur (janvier 2009))
URL http://journals.openedition.org/asinag/docannexe/image/2403/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Iferḍ n Talɛinin rempli d’eau
Crédits (Photo de l’auteur (janvier 2009))
URL http://journals.openedition.org/asinag/docannexe/image/2403/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Iferḍ n Talεinin sous un autre angle
Crédits (Photo de l’auteur (janvier 2009))
URL http://journals.openedition.org/asinag/docannexe/image/2403/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Caserne de goum à Lakhsas, un monument en ruine30
URL http://journals.openedition.org/asinag/docannexe/image/2403/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mbark Wanaim, « Tribu Lakhsas et le capitaine Miquel 1945-1952. Un développement socio-économique à marche forcée »Asinag, 17 | 2022, 13-38.

Référence électronique

Mbark Wanaim, « Tribu Lakhsas et le capitaine Miquel 1945-1952. Un développement socio-économique à marche forcée »Asinag [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/asinag/2403

Haut de page

Auteur

Mbark Wanaim

IRCAM, Rabat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search