Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Dossier : Economie et culture en ...De l’influence du contexte social...

Dossier : Economie et culture en milieux amazighes

De l’influence du contexte social sur le comportement économique. Cas des commerçants Soussis dans les villes du nord du Maroc

Youssef Yakoubi et Mohamed Mahdi
p. 97-113

Résumés

La présente étude s’intéresse au comportement économique des commerçants Soussis dans les villes du nord du Maroc. Son objectif est de chercher à comprendre les situations qui donnent naissance à ces comportements et les logiques qui les sous-tendent, et plus particulièrement à discuter de la question du rôle de l’ethnicité dans l’activité économique de ces commerçants. Bien que l'appartenance ethnique soit présente comme facteur influant certains aspects du comportement économique des commerçants Soussis, son rôle dans le recrutement de partenaires a été surestimé et présenté comme la seule explication possible de ce comportement. Loin de défendre l'idée de l'absence complète de cette dimension ethnique, l'article présent, basé sur l'étude de cinq cas, vise à démontrer que l'exploration des paramètres du contexte social et ses contraintes rendent compte de plusieurs particularités de ce comportement économique, et par conséquent, défie l’explication par le seul facteur ethnique qui reste difficile à soutenir par des observations.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le Sous, c’est la région qui s’étend du cours du Draa à la mer, du désert à la plaine de Marrakech. (...)

1L’intervention coloniale a initié au Maroc un double processus : le développement d’une économie capitaliste dans les grandes villes naissantes et la désagrégation des vieilles structures sociales tribales. Ce processus a donné lieu à une dynamique migratoire interne sous forme d’exode rural intense vers les nouveaux centres urbains et industriels. C’est dans ce contexte migratoire, qu’environ 40 % des ruraux arrivés dans les nouvelles citées provenaient des régions du sud et dont 28% venaient précisément de la région du Souss1 (Haut Atlas, Anti-Atlas). La plupart d’entre eux allaient devenir des prolétaires. Mais cette région avait la particularité de fournir également une forme remarquable d’émigration ; l’émigration commerçante. Au début, elle a revêtu un caractère individuel et aventureux, mais s’est rapidement transformée en une spécialisation collective (Montagne, [1951] 2016 ; Adam 1972).

  • 2 « Pays » utilisé ici dans le sens de Tamazirt, Lablad.

2C’est ainsi qu’une activité économique de commerçants venus du Souss est apparue dans les grands centres urbains. Cette activité, qualifiée de ‘’spécialisation collective dans le commerce’’, présente plusieurs traits distinctifs. Ces nouveaux commerçants se révèlent des travailleurs acharnés qui mènent une vie incroyablement frugale. Ils ont très vite établi un modus operandi, devenu un code régulant l’activité commerciale Soussi. Ils ne recrutent leurs partenaires (apprentis, assistants, associés, tenanciers…) qu’au sein du groupe Soussi, gèrent les épiceries selon un mode de rotation entre les associés, entretiennent des rapports économiques sans recours aux contrats et sans l’intervention d’une instance intermédiaire, s’autofinancent sans que les prêts incluent des intérêts et surtout ils gardent un attachement plus au moins fort avec le ‘’pays’’2 natal, tamazirt.

3Comment expliquer le particularisme de cette activité économique ? L’ethnicité suffit-elle à expliquer la nature des rapports et transactions économiques entre les commerçants Soussis ?

4Le comportement économique des Soussis dans les villes du nord a intéressé plusieurs chercheurs depuis les années 30 du dernier siècle (Marquez, 1935 ; Montagne, [1951] 2016 ; Adam, 1972 ; Benhlal, 1980 ; Pascon et Triystram, 1986 ; Waterbury, 1972a, 1972b ; Alport, 1964 ; Zaoual, 1990 ; Boukous, 1975 ; Laforcade, 1946 ; Fleurieu, 1939 ; Oujamaa, 2010). La particularité de l’activité commerciale des Soussis a été tout d’abord comprise comme l’expression d’une psychologie particulière, de prédispositions naturelles qui dirigeraient les Soussis instinctivement vers la pratique commerciale (Marquez, 1935 ; Montagne, [1951] 2016). Parfois, c’est le mimétisme ou la contagion qui seraient l’explication de cette particularité dans la mesure où les réussites individuelles incitent les autres à les suivre et les imiter (Adam, 1972 ; Montagne, [1951] 2016 ; Waterbury, 1972a, 1972b). Mais l’explication la plus récurrente est celle de la solidarité tribale ou ethnique. Les commerçants Soussis seraient solidaires entre eux en recrutant des associés au sein de leurs familles, leurs tribus, ou de la région d’où ils sont originaires (Waterbury, 1972a, 1972b ; Adam, 1972). D’autres travaux recourent à l’établissement d’une correspondance entre la vie en tribu et la pratique commerciale en ville (Waterbury, 1972a, 1972b ; Adam, 1972 ; Alport, 1964). La tribu Soussie, de par son organisation sociale et ses conditions de vie, forme des individus qui sont, d’une part, socialisés à la solidarité, et d’autre part, compétitifs, se révélant des travailleurs acharnés et motivés à la poursuite de la fortune et du prestige dans les centres urbains (Waterbury, 1972b).

5Cette correspondance concernerait également les qualités produites par la vie sédentaire dans des lieux caractérisés par la rareté des ressources et celles nécessaires à l’activité commerciale urbaine. Contrairement aux nomades qui pratiquent l’élevage et ne savent que prendre ce que la terre leur offre, les sédentaires qui s’efforcent pour subsister sur des terres ingrates, s’acharnent au travail, et mènent une vie d’intense frugalité, d’épargne et de parcimonie. Les premiers vivent dans le présent, sont mobiles et n’épargnent point, alors que les deuxièmes pensent toujours à l’avenir et sont stables dans l’espace. Ces qualités (acharnement, stabilité spatiale, et esprit d’épargne) semblent être des atouts nécessaires à la réussite commerciale dans les villes (Adam, 1972).

6L’ensemble de ces recherches est traversé par une conception essentialiste qui érige ce qui est de l’ordre du situationnel en essence transcendant l’espace et le temps. La solidarité, par exemple, est présentée comme un ensemble de comportements et de logiques, innés ou acquis une fois pour toute, que tous les Soussis manifestent de manière identique. Expliquer le comportement commercial des Soussis par la solidarité tribale, suppose une automaticité des relations entre des acteurs sociaux du seul fait de leur appartenance à un même groupe ethnique. De même, parler d’une homologie entre la vie tribale et la pratique commerciale en ville présume un déterminisme de la structure sociale sur l’acteur social dont les actions devraient être en totale conformité avec leurs cadres sociaux. C’est comme s’il s’agissait d’une organisation sociale tribale immuable, transplantée automatiquement en ville, et dont la force de contrainte sociale prévale sur les logiques des situations dans lesquelles sont plongés quotidiennement les commerçants. C’est ce qui importe de décrypter.

7Cette manière d’aborder l’activité commerciale des Soussis ramène et réduit toute une activité économique à une sorte de reflet automatique de l’organisation sociale en tribu. Elle illustre bien l’une des tendances qui ont marqué un long débat autour de la nature des relations théoriques qui doivent être tissées entre l’économie et la sociologie (Orléan, 2000). Il s’agit ici d’une conception sursocialisée (Granovetter, 1985) qui reconnait l’influence des structures sociales sur l’action économique, mais la conçoit comme une influence permanente, mécanique et automatique se présentant sous forme d’une force extérieure qui, par le processus de socialisation, inculque aux individus des normes, des habitudes et des rôles qui sont respectés et suivis de manière mécanique et automatique, quelle qu’en soit l’influence sur leurs choix rationnels.

  • 3 Encastrement social. Traduction de Michel Ferrary (Granvotter, 2006). 

8Nous adoptons le concept de l’« embeddedness3 » proposé par M. Granvotter selon lequel l’activité économique se trouve encastrée (Embedded) dans les systèmes concrets de relations sociales qui sont en cours (Ongoing relations and structures). L’action économique est alors influencée par le contexte social immédiat dans laquelle elle s’insère et qui est appréhendé en tant que processus en cours.

9Dans cette direction, l’objectif de cet article est de chercher à savoir comment ce contexte social influence et agit sur l’activité économique des commerçants étudiés et façonne leurs comportements. Plus particulièrement comment ce contexte social crée un ensemble de paramètres sociaux (social settings) qui régissent et agissent sur les différents rapports économiques entretenus par ces commerçants.

Méthodologie

10En cohérence avec l’approche théorique adoptée, notre méthodologie s’inspire de « la perspective ethnosociologique ». C’est l’approche méthodologique développée par Daniel Bertaux qui par cette locution entend « un type de recherche empirique fondée sur l’enquête de terrain et des études de cas, qui s’inspire de la tradition ethnographique par ses techniques d’observation, mais qui construit ses objets par référence à des problématiques sociologiques » (Bertaux, 2010, 1980). Dans ce sens, nous avons procédé à la collecte d’un certain nombre de récits de vie des commerçants. Dans cette perspective, les interviewés ont le statut d’informateurs sur un contexte social dont ils ont l’expérience. L’attention était orientée vers les réalités pratiques et matérielles, politiques et sociales, plutôt que vers les réalités discursives et symboliques. L’intériorité de ces personnes importent moins que les réalités sociales qui leur sont extérieures et qui, forcément, sont révélées par leurs récits.

11Des entretiens biographiques auprès de cinq commerçants épiciers Soussis de Fès et Meknès ont été réalisés entre Juillet et Septembre 2017. Le tableau n°1 présente les principales caractéristiques de ces commerçants. La durée moyenne de chaque entretien est de trois heures. Le choix des interlocuteurs a respecté deux critères : le fait d’être né dans un village Soussi, et d’avoir l’épicerie comme principale activité professionnelle dans l’une des villes connues par l’implantation d’un grand nombre de commerçants Soussi. Fès et Meknès font partie de ces villes.

12Les entretiens, de type non directif, accordent une liberté de parole aux interviewés pour évoquer tout ce qui leur semblaient en relation avec le sujet. Mais ces entretiens étaient conduits suivant une grille thématiques et des questions de relance quand les interlocuteurs ne les évoquaient pas d’eux-mêmes. Cette grille s’est construite progressivement d’un entretien à l’autre en ce sens que les réponses apportées et les questions suscitées lors d’un entretien sont reprises dans les suivants. Ainsi, au fur et à mesure de l’investigation, la grille des thématiques élaborée au début, s’enrichissait et gagnait en profondeur et précision.

13L’analyse des récits de vie a consisté en la recherche de récurrences, i.e., l’identification de logiques de situation, des mécanismes générateurs de conduites qui apparaissent de façon répétée dans tous les récits. La généralisation ne passe pas ici par l’étude d’un échantillonnage représentatif et l’agrégation des réponses des interviewés, mais à travers le raisonnement sociologique qui analyse les situations nées des paramètres propres à l’activité économique telle qu’elle ressort des récits.

Tableau 1 : Les profils des commerçants interviewés dans le cadre de cette étude

  • 4 Les noms ont été changés pour préserver l'anonymat des interlocuteurs.

Nom4

Age

Situation familiale

Statut commercial

Personne Intermédiaire lors de l’initiation au commerce

Lieu de Travail

Lieu de résidence des parents

(Village/ville)

Lieu de résidence de l’épouse et des enfants

(Village/ville)

Hassan

35

Marié

Propriétaire d’une boutique

Père

Fès

Village (Igherm, Taroudante)

Ville

Mohamed

45

Marié

Propriétaire d’une boutique

Oncle Maternel

Meknès

Village (Taznakhte, Ouarzazate)

Ville

Ali

43

Marié

Tenancier permanent d’une boutique

Oncle Maternel

Meknès

Village (Taznakhte, Ouarzazate)

Ville

Abdellah

29

Célibataire

Tenancier Provisoire

Voisin au village

Fès

Village (Igherm, Taroudante)

-----

Brahim

36

Marié

Associé avec son frère

Voisin au village

Fès

Village (Aoulouz, Taroudante)

Ville

Résultats de l’étude

14Pour comprendre le comportement économique des commerçants Soussis et les enjeux présents dans leurs rapports économiques, il faut tout d’abord étudier de près la nature du commerce qu’ils pratiquent et le contexte social immédiat dans lequel il est encastré pour comprendre ensuite comment les contraintes et les implications de ce type d’activité agissent sur leurs comportements économiques. L’enquête de terrain a bien montré que le commerce des Soussi est essentiellement une activité épicière très marquée par l’incertitude est l’incontrôlabilité. 

Le commerçant Soussi sous la triple influence

15L’absence d’une activité agricole rentable dans le Souss contraint les familles à chercher leur survie ailleurs que dans le travail agricole. Les migrations, internes au Maroc ou externes à l’étranger, constituent la composante la plus importante des stratégies globales de survie et de promotion sociale des ménages (au Plan, H. C. 2005). Quand j’ai demandé à commerçant (Abdellah, 28 ans) qui vivait dans un village où les conditions de vie étaient similaires à celui de Hassan, pour m’expliquer comment les familles assuraient leurs vies dans son village, il a ri et répondu : « ‘’Allô Abdellah envoie-nous 500 Dh’’… !! Tout est disponible au souk, il suffit d’avoir de l’argent ».

16Mes interlocuteurs originaires des zones peu fertiles, comme Igherm dans la province de Taroudante, s’étaient engagés irrémédiablement dans la pratique commerciale. Dans le cas des originaires des autres zones où la terre est cultivable et suffisamment rentable, comme Taznakht dans la province de Ouarzazate, il y avait plutôt une combinaison entre la pratique commerciale exercée en ville et l’activité agricole pratiquée au village. Ali ,43 ans, explique que « s’il n’y avait la sécheresse, j’aurais pu rester au village et travailler la terre, c’était très rentable chez nous, durant un seul été tu peux gagner jusqu’à 6 ou 7 millions centimes, et c’est plus profitable que le travail dans l’épicerie en ville… ».

17De toutes les instances d'intégration, l'école en est une des plus importantes (au Plan, H. C. 2011). Or ici, l’école semble ne pas jouer son rôle comme facteur de mobilité sociale. Ces commerçants quittent souvent l’école à la fin du cycle primaire, soit parce que le collège est très loin de leur village, soit parce que leurs familles ne pouvaient pas financer les études collégiales de leurs enfants et avaient besoin d’eux pour contribuer à leur subsistance que ce soit par la pratique commerciale en ville ou par le travail agricole au village. On quitte l’école également tout simplement parce que le travail en ville séduit les enfants qui voient leurs pairs partis en ville revenir et exhiber leurs petites fortunes au village.

18Avant le départ vers la ville, ces jeunes futures commerçants n’ont aucune connaissance ou habilité commerciale et n’ont pas été, non plus, préparés en aucune façon à la pratique commerciale. Une fois décidé, le départ se fait à travers des intermédiaires. Il peut s’agir du père, d’un oncle ou d’un voisin au village... Grâce aux réseaux de connaissances qu’ils ont créés lors de leur expérience commerciale en ville, ces intermédiaires envoient le jeune enfant chez un commerçant établi en ville qui, de son côté, cherche un apprenti pour l’aider dans sa boutique.

19Les patrons de boutique ne prennent pas des apprentis par souci pédagogique, mais pour bénéficier d’un assistant presque gratuit à qui on affecte les taches simples.  L’apprentissage se fait généralement sur le tas en observant, au quotidien, ‘’faire le patron’’.

20Trois aspects caractérisent l’activité épicière et forment une triple influence agissant sur l’expérience quotidienne de l’épicier Soussi et leur analyse permet d’entrevoir les incertitudes de la pratique commerciale épicière. Ces trois aspects ont trait la boutique qui détermine la nature du commerce pratiqué, ensuite, la ville et surtout les caractéristiques socio-économiques du quartier où le commerçant exerce son travail, et enfin le village et le rapport avec la famille et les proches restés dans le pays natal.

La boutique 

21L’activité épicière peut se distinguer par trois éléments caractéristiques qui interagissent et façonnent l’expérience quotidienne de l’épicier et lui confèrent son originalité. Il s’agit, tout d’abord, de la quotidienneté des produits consommés. La majorité des produits vendus dans une épicerie, répond à des besoins fondamentaux des clients et ont une fréquence de consommation élevée, étant consommé de manière quotidienne ou hebdomadaire. C’est ensuite, la vente au détail. L’épicerie propose des marchandises au détail, à l’unité ou par petite quantité. Ceci a des implications remarquables. L’épicier vend de très nombreuses unités chaque jour et dégage une marge bénéficiaire très étroite sur chaque unité, ce qui fait que les gains sont difficiles à évaluer sur le champ. Pour une évaluation exacte, l’épicier doit faire un inventaire minutieux de tout le stock, unité par unité, pour calculer la différence entre le stock initial et final. « On fait l’inventaire généralement chaque six mois ou chaque année, après plusieurs rotations de stock, tu peux le faire avant mais le bon moment c’est après une année, car les profits s’accumulent lentement et ne sont remarquables qu’après une année… » (Brahim, 36 ans). Il s’ensuit de cette particularité qu’il est difficile pour un épicier de se faire une idée exacte de sa performance commerciale avant d’effectuer un inventaire complet, généralement après une année de travail, « Quand on travaille on ne peut pas savoir exactement combien on a gagné, on travaille et on fait des dépenses, c’est après l’inventaire qu’on sait à quel point le travail d’un an ou plus était rentable… » (Abdellah, 29 ans). La marge bénéficiaire très étroite qui caractérise l’épicerie développe chez l’épicier une attention particulière aux différences de gains les plus minimes. Ce qui pourrait expliquer le style de vie parcimonieux observé chez les épiciers Soussis en général. Enfin, c’est l’effet de la localité ou le lieu d’exercice de l’activité. La majorité des produits vendus par l’épicier, alimentaire ou non-alimentaire, ont ceci de particulier qu’ils sont liés à la résidentialité. C’est à dire que les besoins auxquels ces produits répondent sont soit créés par la vie résidentielle (Ménager…) ou satisfaits dans un cadre résidentiel (alimentation, hygiène…). Ces besoins sont quotidiens et nécessitent des achats en petite quantité à une fréquence très élevée. En s’adressant ainsi à des besoins quotidiens en petite quantité, l’épicier aura à faire à une clientèle locale, de proximité, située souvent à l’intérieur d’un quartier.

22La boutique de l’épicerie, de par son étroitesse, implique un contact direct, prolongé et répété (achats fréquents, clients habitués) entre l’épicier et ses clients. Né alors une relation rapproché faite de conversations et bavardage. La boutique du quartier devient un espace d’échange qui échappe au simple échange économique. La conversation et le bavardage quotidiens constituent une médiation sociale de l’action économique dans la mesure où elle devient une ressource extra-économique qui permet de gérer et contrôler les actions économiques de vente et d’octroi de crédits. À travers les conversations avec chaque client, avec ses proches, ses voisins…l’épicier construit l’image de chaque client, de son honnêteté et sa solvabilité. Il se fait une idée générale du pouvoir d’achat de son quartier, des habitudes alimentaires de ses habitants.

La ville 

23La tradition de l’école Chicago nous invite à considérer la ville non pas seulement comme une mosaïque de territoires, mais plutôt comme un agencement de populations d’origines différentes projeté dans un même milieu et dans un même système d’activités (Joseph, 2004). Cette invitation à penser la ville en termes d’écologie urbaine nous amène à voir les centres urbains vers lesquels affluent les commerçants comme des environnements marqués par la compétition entre les individus et les groupes sociaux autour des ressources offertes par la ville.

24Chaque épicier exerce sa pratique commerciale au sein d’un quartier qui, dans ce contexte, est à envisager comme une zone géographique qui se distingue physiquement, des autres zones adjacentes, par une population ayant une composition sociale, démographique ou ethnique unique et un système social doté de règles, de normes et de modèles récurrents d'interaction sociale, fonctionnant comme des mécanismes de contrôle social (Mesch, 2010).

25Dans ce sens, l’activité épicière est influencée par la morphologie socio-économique du quartier au sein duquel elle s’exerce. Cette dernière définit les habitudes et niveaux de consommation, la nature des besoins et des rythmes auxquels il faudrait répondre. Les produits se vendent à vitesse différente en fonction des caractéristiques sociales du quartier.

26La boutique de Brahim (36 ans, Fès), par exemple, se situe dans un quartier populaire, entourée de plusieurs cafés qui s’étalent sur la longueur de la route principale qui traverse le quartier. Ces cafés attirent une clientèle habituée qui s’y rend principalement pour jouer au tiercé. Elle est constituée, d’après les dits de Brahim et de mes observations, d’une classe sociale précaire, semi-employée ou en chômage… Plusieurs individus de cette classe ont des antécédents criminels ; ils viennent pour jouer aux cartes ou au tiercé, fumer et consommer de la drogue.

27Dans ce quartier les cartes, les sandwichs aux œufs durs se vendent bien grâce à ces clients qui passent une grande partie de leur journée à jouer dans les cafés avoisinants et préfèrent manger dehors plutôt que de revenir chez eux.

28L’épicier gère aussi son temps par rapport au rythme d’achalandage de sa boutique. Les différentes tâches sont réparties dans la journée en fonction du rythme dominant dans le quartier.

29L’octroi aux clients des crédits à la consommation est une pratique répandue et associée à l’image de l’épicerie au Maroc. Face à la concurrence des boutiques avoisinantes, l’épicier ne peut pas refuser d’en octroyer, c’est l’un des principaux moyens d’attraction de la clientèle. Il permet également une rotation rapide du stock.

30En demandant à mes interlocuteurs de m’expliquer comment il contrôle cette pratique risquée, ils ne manquent pas d’affirmer, avec des expressions telles que « ʿla Allah » (je compte sur dieu), que tout en se servant de tous les moyens, le remboursement des crédits n’est jamais garanti, et que c'est un des risques du métier : « beaucoup de clients ne rembourse pas leurs crédits, chaque année une somme de 2500 Dh ou plus est perdue à cause des crédits non remboursés, il faut toujours prendre ça en compte…ça fait partie du métier » (Brahim, 36 ans). « Tous les épiciers perdent annuellement des sommes importantes, mais au moins avec le temps on arrive à filtrer les mauvais clients » (Abdellah, 29 ans)

Le village 

31En partant en ville pour pratiquer le commerce, les commerçants laissent leurs familles au village. Il s’ensuit trois formes de rapport au village qui se traduit par divers type d’achement. Ces formes et types peuvent, en fait, se trouver combinés chez le même commerçant : i) Le village est le lieu de vie de la famille du commerçant ; en travaillant en ville, c’est pour lui envoyer de l’argent et subvenir aux besoins de cette famille laissée au village, ii) le village demeure l’endroit privilégié où le commerçant dépense l’argent qu’il a gagné en ville et où il exhibe les signes de sa fortune, iii) le village est l’espace où le commerçant revient pour se reposer chez les siens ou pour passer les fêtes religieuses souvent après une période de travail acharnée en ville,

32Le travail de l’épicier est donc semé d'incertitudes et de risques, incertitude des profits difficilement calculable et s’accumulant de manière lente, et risques des crédits non remboursés. Ces traits caractéristiques de la pratique épicière (risquée et incertaine) rendent l’épicier très vulnérable lors de son engagement dans un partenariat commercial, ce qui explique plusieurs comportements économiques observé à cet égard.

La coopération économique entre incertitude et confiance

33En plus des principales incertitudes qui entourent le travail du commerçant dans ses rapports aux clients, d’autres incertitudes d’un autre genre attendent le commerçant dans ses relations avec ses partenaires commerciaux qui requièrent des garde-fous pour assurer les conditions de la confiance dans les partenariats de gérance et en minimiser les incertitudes.

Les incertitudes de l’activité épicières des commerçants Soussis

34Les commerçants épiciers Soussi s’engagent dans deux formes principales de partenariats économiques. Le premier, appelé lḥsab (Litt. Calcul, compte mais s’emploie dans le sens d’un Inventaire), consiste pour un propriétaire de céder la gestion de sa boutique à un tenancier ou gérant, Aguellas, pour une durée déterminée. Le deuxième, appelé Tuccerka (Association), implique l’association entre deux ou plusieurs frères, cousins ou membres d’une même tribu, qui prennent à tour de rôle la gestion de la boutique selon un système de rotation souvent d’un an ou de six mois.

35Nous considérons dans ce qui suit les paramètres caractérisant le partenariat de gérance appelé lḥsab. Tout d’abord, il n’y a souvent pas de futurs pour les partenariats entre les mêmes acteurs ; les partenariats n’étant pas reconduits. Après chaque repos l’épicier cherche un nouveau tenancier, car, il y grande chance que l’ancien ne soit pas disponible. Cela fait que le partenaire n’est pas motivé, de manière directe, par la volonté d’assurer des partenariats/transactions dans le futur. D’autre part, le partenariat est souvent long, si bien que l’épicier ne peut pas se faire une idée sur son tenancier à travers plusieurs rapports antérieurs, et qu’il ne peut pas tester son partenaire par une série de transactions courtes. Il ne peut pas lui faire confiance progressivement mais se trouve contraints à lui faire confiance d’un seul coup.

36Une autre caractéristique de ce partenariat, est l’observabilité du comportement du partenaire. En fait, un épicier ne peut pas savoir avec certitude si son tenancier l’a floué ou pas. Il est absent durant la période de gérance, et ne peut juger le comportement de son partenaire qu’après l’inventaire final. Si le résultat ne correspond pas à ses attentes, il ne peut pas déterminer avec certitude les causes de ce résultat. Un déficit dans les gains souhaités peut être causé par la tricherie, par les performances commerciales faibles du tenancier, par un manque d’effort, ou bien par des facteurs tout à fait indépendants de l’honnête ou de la performance du tenancier, comme une baisse générale de vente qui affecte tout le secteur commercial. Le seul moyen réside dans quelques indices qui peuvent servir au propriétaire… « Durant la période de ton travail (avant de céder la boutique à un tenancier), tu te fais une idée des profits que l’on peut tirer mensuellement, tu prends en considération la différence entre l’hiver et l’été, ce dernier étant plus rentable, et tu fais une estimation approximative…un déficit minime (dans le résultat de l’inventaire) est souvent le résultat d’une mauvaise performance, mais si c’est un déficit très grand c’est évident qu’on t’a triché… » (Mohamed, 45 ans).

37Même en cas de malhonnêteté de la part du tenancier, la tricherie n’est pas vérifiable et il n’y a aucune preuve qui peut être mobilisé lors d’un procès. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on ne recourt pas aux contrats car il est impossible de prouver la tricherie. « S’il te dit [le tenancier] voici ce que j’ai gagné, qu’est-ce que tu peux lui reprocher ?! il n’y a absolument aucun moyen de savoir avec certitude combien il a gagné ou perdu… » (Brahim, 36 ans). « On m’a triché plusieurs fois, mais je ne leur reproche rien, car de toute façon je ne peux rien faire…j’accepte le résultat de l’inventaire et ne je fais aucun signe de mon mécontentement, ça ne sert à rien » (Hassan, 35 ans).

38Quand un épicier cède sa boutique en gérance à un tenancier, il se trouve dans une situation de vulnérabilité et d’incertitude qui concerne précisément trois champs d’action du tenancier que le propriétaire ne contrôle pas : i) Le savoir-faire commercial du tenancier, c’est-à-dire son habilité et ses compétences à se faire une bonne clientèle et ne pas la perdre, ou du moins à ne pas perdre la clientèle existante, et faire achalander la boutique et gagner le maximum possible ; ii) L’effort fourni au travail, ce qui veut dire sa volonté de se consacrer complètement au travail, de travailler en permanence et réduire les heures de repos ; enfin iii) et c’est l’élément le plus délicat, l’honnêteté, c’est-à-dire, la propension du tenancier à noter et révéler honnêtement toutes ses dépenses et tous ses gains au propriétaire lors de la fin de la période de gérance. Ainsi, un bon tenancier est quelqu’un d’honnête, compétent et sérieux au travail. Ces trois qualités sont désignées par les commerçants par le mot lmaʿqul (Droiture/Honnêteté).

39Les propriétaires de boutiques n’ont d’autres moyens que d’accorder la confiance à leurs tenanciers. Cela montre que parfois dans des situations de coopération marquée par l’incertitude, il s’avère que, paradoxalement, plus le partenariat est risqué mais nécessaire, plus le propriétaire adopte une attitude de confiance (trustful attitude) pour stimuler la coopération de son partenaire, c’est son seul recours.

Les conditions productrices de la confiance dans le partenariat de gérance

40Le partenariat de gérance est donc un rapport extrêmement incertain et risqué. Le contexte social immédiat dans lequel il s’exerce fournit des ressources qui permettent de réduire l’incertitude et la vulnérabilité qui caractérisent ces partenariats.

41Nous avons vu plus haut que tout épicier quitte son village et vient travailler en tant qu’apprenti par l’intermédiation des parents ou des proches originaires du même village qui l’envoient travailler et apprendre chez un patron. Pour ce faire, cet intermédiaire mobilise le réseau de connaissance qu’il a accumulé depuis qu’il a commencé son activité de courtage. Par l’acte d’envoyer l’apprenti, chez un patron et le garantir, il transmet une partie de son réseau à l’apprenti. Ce dernier partira de ces premières relations et constituera progressivement son propre réseau en passant d’un patron à un autre, en fréquentant les grossistes chez qui il sera envoyé par ses patrons. Et avant d’entrer en partenariat de gérance, l’épicier se trouve déjà muni d’un réseau de connaissance constitué de ses proches commerçants en ville, ses anciens patrons, les autres apprentis qu’il a côtoyés dans une boutique, les grossistes qu’il fréquentait, et les distributeurs de marchandise qui fréquentaient les boutiques où il a travaillé auparavant.

42Dans chaque réseau, les nouvelles circulent. Chaque commerçant a une réputation qu’il faut préserver. Cette réputation n’a pas seulement une valeur économique, puisque c’est l’image sociale du commerçant qui est concernée. Les nouvelles de la ville circulent au village, et une mauvaise réputation en ville peut toucher à l’image du commerçant chez les siens au village. Les commerçants sont conscients de cette réputation. Quand un partenaire les triche, ils répandent la nouvelle pour qu’il ne triche plus avec quelqu’un d’autre. C’est d’ailleurs la seule vengeance qu’ils ont. Le tenancier Abdellah, 29 ans, explique :

«…franchement, au début ( lors de sa première gérance ) je m’en fichais, je ne sentais aucune responsabilité…la première fois qu’on m’a recruté comme tenancier je ne savais même pas ce que lḥssab veut dire, je fermais la boutique quand cela me plaisait et je ne fournis pas d’effort…mais quand j’ai commencé à comprendre ce que m’implique lḥssab, à entendre que quelqu’un a triché quelqu’un d’autres, j’ai commencé à ressentir la responsabilité et les conséquences d’un mauvais travail…car si tu as triché quelqu’un ou tu n’as pas généré les profits habituels, et tu deviens connu par cela, tu n’auras plus de travail, personne ne vas te recruter même s’il a besoin d’un tenancier…tout le monde saura que tu ‘’manges’’ les boutiques »

43Si un propriétaire risque de perdre son capital et ses clients lors d’une gérance, le tenancier risque de nuire à sa réputation s’il ne se conforme pas aux attentes de son partenaire. Une mauvaise réputation n’est pas d’ailleurs seulement le sort d’un tricheur, mais aussi d’un mauvais épicier qui ne gagne pas beaucoup, soit parce qu’il ne fait pas d’effort ou qu’il n’a pas le savoir-faire nécessaire. Dans tous les cas, une mauvaise réputation exigera de changer de ville et chercher du travail ailleurs.

44La réputation produit son effet par deux voies : La connaissance directe entre un propriétaire et un tenancier, et la recommandation. Quand un épicier cherche un tenancier, il recourt à son réseau de connaissance. Si aucun n’est disponible il demande à ce qu’on lui recommande quelqu’un de confiance. « Je ne peux pas recruter un Aguellas sans le connaitre avant, sauf si quelqu’un que je connais me le recommande », affirment mes interlocuteurs.

45Les paramètres du réseau fournissent aux commerçants des signes, des indices et des éléments de certitude, si l’on peut l’exprimer ainsi, sur le tenancier à engager. Pour ce qui est de l’honnêteté, le propriétaire est assuré qu’au sein du réseau aucun partenaire ne risquera sa réputation par un comportement malhonnête. Pour la compétence, le propriétaire peut se baser sur des signes pour se faire une idée sur le futur tenancier. Si ce dernier par exemple, a passé une longue période de gérance chez un autre propriétaire et que ce dernier lui cède la boutique en gérance à plusieurs reprises, cela veut dire qu’il est compétant et qu’il n’aurait pas bénéficier de la confiance du propriétaire si la boutique ne marchait pas bien sous sa gérance. Quant au problème de l’effort, une représentation commune chez les commerçants dit que les Soussis qui viennent travailler en ville ont des familles au village qui attendent leur soutien financier, et ne gaspilleront pas le temps et donneront de leur mieux pour gagner le plus d’argent possible.

Discussion des résultats

46À quel point l’activité commerciale des Soussis présente -t- elle des signes de solidarité ethnique ? Peut-on parler à son propos d’une ‘’économie ethnique’’ ?

47Avant de répondre à ces questions, il faudrait souligner que notre étude ne se prononce pas sur l’existence d’une identité ethnique et d’un lien communautaire entre les commerçants Soussis. Cela ne nous concerne pas et nous ne nions pas l’existence d’une telle identité entre les Soussis qui leur donnent un sentiment d’appartenance et de différence vis-à-vis d’autres groupes. Ce qui nous intéresse ici c’est la question de savoir si cette identité ethnique a des implications ou des manifestations comportementales, précisément quand un commerçant cherche un partenaire. Cette identité ethnique pourrait expliquer d’autres aspects de l’activité économique, comme le style de vie parcimonieux, qui serait le résultat d’une conception qui indique au commerçant que son prestige social n’a de sens qu’au sein de sa communauté tribale. La ville c’est le lieu de travail, la tribu le lieu du prestige social. Cette dichotomie au niveau de la conception et ses manifestations comportementales (parcimonie en ville/dépenses au village) pourraient être influencées par l’identité ethnique et la conception des rapports avec les autres groupes.

48À première vue, l’activité commerciale des Soussis dans les villes du Nord représente presque les mêmes caractéristiques des économies ethniques rencontrées par exemple aux états unis. Mais en réalité ce n’est pas le cas. Tout d’abord, l’ethnic business est une réaction naturelle aux opportunités bloquée dans le marché de travail dont souffre principalement le groupe ethnique en question. Nul besoin de préciser que les Soussis ne souffrent pas exclusivement, et à cause de leur ethnie, d’une discrimination dans le marché de travail marocain.

49Deuxièmement, les réseaux ethniques qui fournissent un capital social important aux immigrés dans les ‘’économies ethniques’’ sont des réseaux sociaux dont l’existence tient à des facteurs autres que la seule activité économique. Ces réseaux sont en fait créés en réponse à toute une expérience migratoire dans des sociétés lointaines. Les acteurs y ont recours pour faire face aux questions de logement, de santé, et de soutien moral face à la discrimination de la société d’accueil…Alors que dans notre cas, les réseaux Soussis citadins sont maintenus seulement par les rapports économiques. Les réseaux de commerçants sont construits par la pratique économique, c’est-à-dire que les liens entre les commerçants en ville ne doivent pas leur existence à l’origine ethnique partagée, mais plutôt aux rapports de partenariat économique qui existent entre les commerçants. Sans cette activité les commerçants appartenant à ce réseau n’auraient aucune chance de se connaitre, rappelons qu’ils appartiennent à différentes tribus et ne se connaissent pas forcément au village. Ce réseau maintient son caractère ethnique car une façon de l’intégrer passe par la voie familiale, les nouveaux arrivés sont les fils ou les neveux ou les membres de la tribu d’un commerçant déjà intégré.

50Le deuxième élément de réponse, est à chercher du côté du rôle de l’appartenance ethnique dans le choix des partenaires.

51Nous avons vu que le choix d’un tenancier se fait à travers un réseau de connaissance, et que les tenanciers recrutés sont soit connus directement au propriétaire, soit recommandés par une de ses connaissances. En aucun moment un de mes interlocuteurs n’évoqua l’origine ethnique comme caractère de choix, ce qui comptait c’est que le tenancier soit honnête, compétent et sérieux.

52Si l’origine ethnique du tenancier n’est pas mentionnée comme critère de choix, comment se fait-il donc que tous les recrutés ont la même origine ethnique que les recruteurs ? pourquoi ne pas recruter un arabophone par exemple ?

J’ai demandé à Hassan « quand vous avez besoin d’un tenancier, pourquoi ne choisissez-vous pas un aʿrab (arabophone citadin) ?

Il a répondu : « Aʿraben ne travaillent pas de la même manière que les Soussis, un aʿrab travaillera une semaine ou un mois et fermera la boutique. Suite au moindre sentiment de fatigue ou de maladie il va fermer pour se reposer, les Soussis s’acharnent et ont de la patience »

Pourquoi à votre avis ?

Il répond : « un aʿrab ne se soucie pas de l’avenir ou de rassembler l’argent avant d’aller à son village…ce qu’il gagne le jour il le dépense, il peut même dépenser le revenu d’une semaine en un jour ou deux…par contre les Soussis, leurs villages les attendent toujours, ils y pensent toujours… ».

53Il y a donc une représentation selon laquelle Aʿraben ne s’acharnent pas au travail et ne sont pas patients comme les Soussis. L’appartenance ethnique n’est donc pas visée en elle-même lors du choix d’un partenaire, mais elle est prise en compte parce qu’il indique pour les commerçants des choses dont dépend le bon fonctionnement de la gérance. Un commerçant recrute un Soussi qui se souciera de sa réputation, et qui, du fait qu’il partage les mêmes conditions que lui, n'épargnera pas ses efforts dans le travail.

54Il se peut que la validité de cet argument soit limitée par le fait qu’il se base seulement sur cinq cas. Mais si nous considérons la question logiquement, il est sans doute naturel et logique que ces commerçants engagés en partenariat partagent la même origine ethnique, sans que cela soit la preuve de l’existence d’une solidarité entre les Soussis. La sélection des partenaires au sein des réseaux de connaissance restreints, intégrés par la voie familiale a pour effet de construire des réseaux à origine ethnique similaire. L’appartenance ethnique partagée n’est qu’un épiphénomène qui est la manifestation des mécanismes (comme les réseaux et l’effet réputationnel etc…) qui affectent réellement les relations entre les commerçants.

55Prenons une métaphore pour illustrer notre argument, Un groupe d’individus vivant dans une ville appartiennent à une région, cette région a sa propre langue que les gens ne lui appartenant pas ne pourraient pas comprendre. Les individus appartenant à cette tribu ont une tradition de porter des chapeaux jaunes, qu’ils observent même en ville loin de leur région d’origine. Quand les individus illettrés de ce groupe reçoivent une lettre ils cherchent un individu qui appartient à leur région pour leur lire la lettre, ils ne peuvent pas chercher quelqu’un d’autre car il ne comprendra pas la lettre qui est écrite en la langue de sa région.

56Voici ce que diraient les travaux antérieurs de ces individus : les individus portant des chapeaux jaunes ne font confiance qu’aux individus qui portent les mêmes chapeaux, il est clair que quand ils cherchent quelqu’un pour leur lire une lettre, le port d’un chapeau jaune est considéré dans leurs choix.

57Ces chercheurs n’ont aucune idée de l’existence d’une langue que les individus n’appartenant pas à cette région ne comprennent pas, et que quand un individu cherche quelqu’un pour lui lire la lettre, il va chercher quelqu’un qui va la comprendre, et cette personne serait logiquement de sa région et porterait logiquement le chapeau jaune, l’appartenance à la région et le port du chapeau jaune ne sont pas des critères, ce qui importe c’est la capacité à lire et comprendre cette langue. Le rôle du port du chapeau jaune n’est qu’un épiphénomène. Cette métaphore ne s’applique pas complètement à notre cas, mais elle montre la différence entre un mécanisme affectant réellement les relations et un épiphénomène (ce qu’on appelle en anglais a byproduct).

58Il y a enfin la question du changement. Il y a certainement des changements qui ont touché l’ensemble de la société marocaine, les relations entre les groupes ethniques, et puis le contexte social dans lequel les activités économiques sont encastrées. Un exemple concernerait la dichotomie susmentionnée entre la ville et le village, cette dichotomie est moins ressentie chez les générations actuelles du fait que le commerçant ne laisse plus sa femme et ses enfants au village et donc la ville n’est plus perçue comme le lieu du travail uniquement. Il y a aussi de plus en plus d’autres moyens d’intégrer le réseau des commerçants qui ne passe plus uniquement par la voie familiale (tribu vers la ville). L’identité ethnique et ses différentes implications est touchée par plusieurs processus (les flux migratoires internes n’ont plus les mêmes destinations qu’ils avaient auparavant, l’homogénéité ethnique des différentes régions géographiques est de plus en plus moine forte, la montée du sentiment de l’appartenance nationale…etc.) Je suppose qu’avec le temps, les réseaux des commerçants vont perdre progressivement leur caractère ethnique, et vont devenir des réseaux d’interconnaissance que l’on peut intégrer sans être Soussi.

Conclusion

59La parcimonie, l’âpreté au gain, la vie à l’intérieur d’une petite boutique, etc., sont des qualités associées dans le sens commun au Maroc à l’image de l’épicier Soussi dans les villes du Nord du Maroc. Non pas seulement dans le sens commun, mais également dans les études académiques, le Soussi est né apte et enclin à pratiquer le commerce, à mener une vie frugale, à être solidaire avec ses compatriotes, etc. Les Soussis ne sont pas les seules victimes de cet essentialisme, partout où des individus manifestent des traits semblables, la tendance est d’associer ces traits à leur essence atemporelle.

60L’objectif de cette étude était de casser cet essentialisme et de démontrer que ce qui semble être des qualités et des comportements innés n’est qu’une réponse temporelle et contextuelle à des contraintes qui ne se manifestent qu’avec l’étude approfondie des conditions socio-économiques dans lesquelles vivent les acteurs en question.

Haut de page

Bibliographie

Adam, A. (1972), « Les Berbères à Casablanca », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, 12 (1), p. 23-44.

Alport, E. A. (1964), The Ammeln. The Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, 94 (2), p. 160-171.

au Plan, H. C. (2005), Populations vulnérables : profils socio-démographique et répartition spatiale : Chapitre 3. Populations vulnérables emploi et migration.

au Plan, H. C. (2011), Le rapport final sur la Mobilité Sociale Intergénérationnelle.

Benhlal, M. (1980), « Migration interne et stratification sociale au Maroc : le cas des Soussis ». Les classes moyennes au Maghreb, C.R.E.S.M.: Centre de Recherches et d'Etudes sur les Sociétés Méditerranéennes, Aix‐en‐Provence, p. 339‐368.

Bertaux, D. (1980), L'approche biographique : sa validité méthodologique, ses potentialités. Cahiers internationaux de sociologie, p. 197-225.

Bertaux, D. (2010), Le récit de vie, l’enquête et ses méthodes, Paris, Armand Colin, 3e édition.

Boukous, A. (1975), « L'émigration des Soussis », Bulletin économique et social du Maroc, N : 135, p. 71-90. - Rabat : Ed. de la Société d'études économiques, sociales et statistiques.

Fleurieu de C. (1939), Une tribu de commerçants berbères au sud du Maroc. Centre de hautes études d'administration musulmane, Rabat.

Granovetter, M. (1985), Economic action and social structure: The problem of embeddedness. American journal of sociology91(3), p. 481-510.

Granovetter, M. (2006), « L'influence de la structure sociale sur les activités économiques », Sociologies pratiques, (2), p. 9-36.

Joseph, I. (2004), Goffmann et l'écologie urbaine, Les Annales de la recherche urbaine (Vol. 95, N°. 1, p. 130-133), Centre de Recherche d'Urbanisme.

Laforcade, B. (1946), L'émigration des Chleuhs du Sous. Centre de hautes études d'administration musulmane, Rabat.

Marquez, C. (1935), Les épiciers chleuhs et leur diffusion dans les villes du Maroc, Bulletin Economique du Maroc, Rabat, juillet.

Mesch, G. (2010), Urban ecology (chicago school). In R. Hutchison (Ed.), Encyclopedia of urban studies (pp. 863-865). SAGE Publications, Inc., https://www.doi.org/10.4135/9781412971973.n303

Montagne, R. (2016), Naissance du prolétariat marocain : enquête collective exécutée de 1948 à 1950, Centre Jacques-Berque.

Morocco. The European Journal of Development Research, 2(1), 59-64.

Orléan, A. (1993), La théorie économique de la confiance et ses limites, Journal of Law and Economics, 36, 453-486.

Oujamaa, M. (2010), « Les Soussis, de petits commerçants devenus grands », Zamane : l'histoire du Maroc, N. 19, 2012, p. 52-55, Casablanca : Two Médias Maroc

Pascon, P. Triystram, J-P. (1986), « L'émigration des chleuhs du souss, Les ait-ouadrim à Jérada », Bulletin économique et social du Maroc, 147-156.

Waterbury, J. (1972a), North for the Trade: The Life and Times of a Berber Merchant, University of California Press, Berkeley.

Waterbury, J. (1972b), Tribalism, Trade and politics: the transformation of the swasa of Morocco», in Gellner, E. and Micaud, C. (Eds.): Arabs and Berbers: From Tribe to Nation in North Africa, Gerald Duckworth and Co., London, pp.231–258. University of California Press, Berkeley.

Zaoual, H. (1990), The economic system of the Soussi: A berber people of Southern, Morocco, The European Journal of Deplopement Research, 2:1, p. 59-64.

Haut de page

Notes

1 Le Sous, c’est la région qui s’étend du cours du Draa à la mer, du désert à la plaine de Marrakech. Il fait actuellement partie de deux régions administratives, celles de Souss-Massa et Guelmim-oued Noun. Il a pris ce nom d’une vallée, nommée Ouad Souss, qui prend sa source dans le versant sud du Grand Atlas, parcourt environ 200 Km et se jette dans la mer, à quelques kilomètres au sud d’Agadir. Les Soussis, appelés aussi chleuhs, sont ceux qui sont originaires de cette région, mais ils se distinguent moins par l’appartenance à cette région que par leur parler, la tachelhit qui est d’ailleurs parlée dans un cadre géographique plus vaste.

2 « Pays » utilisé ici dans le sens de Tamazirt, Lablad.

3 Encastrement social. Traduction de Michel Ferrary (Granvotter, 2006). 

4 Les noms ont été changés pour préserver l'anonymat des interlocuteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Youssef Yakoubi et Mohamed Mahdi, « De l’influence du contexte social sur le comportement économique. Cas des commerçants Soussis dans les villes du nord du Maroc »Asinag, 17 | 2022, 97-113.

Référence électronique

Youssef Yakoubi et Mohamed Mahdi, « De l’influence du contexte social sur le comportement économique. Cas des commerçants Soussis dans les villes du nord du Maroc »Asinag [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/asinag/2753

Haut de page

Auteurs

Youssef Yakoubi

Université Mouay Ismail, Meknès

Mohamed Mahdi

École Nationale d'Agriculture, Meknès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search