Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14VariaLes oumanas

Varia

Les oumanas

Le corps exécutif du ʻorf de la construction au M’Zab (Algérie)
Nora Gueliane
p. 95-110

Résumé

The M’Zab valley (Algeria) is known for its historic ksours which are of exceptional architectural and landscape character, a heritage that has maintained its integrity and homogeneity for centuries through the establishment of a construction ʻorf. A set of rules have been developped over time and accrued experience in the architectural design of Ksours. This ʻorf relies in its application on an institution termed the oumanas. This institution ensures its transmission, evolution and its application in the field. This paper presents this institution, its organization, its financing, and its role in the management of traditional building in the M’Zab area.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les Mozabites ( Imzabiyen) reprèsentent doublement une minorité. Au plan linguistique et ethnique, (...)
  • 2 Kar (Ksour), un village saharien souvent fortifié et/ou aggloméré (Gravari Barbas, 2005 ; Chekhab-A (...)
  • 3 Étymologiquement, ‘orf signifie ce qui se sait (i.e. d’une façon de faire). Dans le Coran, al- ‘orf(...)

1Cet article a pour cadre géographique la vallée du M’Zab (Ighzar n M’Zab), située dans la Wilaya de Ghardaïa au Sud algérien.1 Le M’Zab est connu par ses cinq ksour historiques d’un caractère architectural et paysager exceptionnel, qui lui ont valu le classement, en 1982, comme patrimoine mondial.2 Un patrimoine qui a pu maintenir son intégrité et son homogénéité durant des siècles, et répondre aux besoins fondamentaux de la population, tout en prenant en considération le contexte naturel et culturel de la région. Cela n’aurait pas été possible sans la mise en place d’un ʻorf de la construction.3 Un ensemble de règles ajustées au fil du temps et de l’expérience, afin d’encadrer la production spatiale au ksar.

2Ce ʻorf s’appuie, dans son application, sur une institution ; les oumanas (en tamzabt lawmna), qui veille, entre autres, à sa transmission de génération en génération, son évolution dans le temps – par l’adaptation du ʻorf aux nouveaux problèmes – et son application sur le terrain. Un constat qui nous amène à présenter cette institution, son organisation, son financement et son rôle dans la gestion du cadre bâti dans la vallée du M’Zab.

  • 4 Le M’Zab est caractérisé par la présence d’un ensemble d’institutions : religieuses, liées à l’Ibad (...)
  • 5 Notons que Guerrara est située en dehors de notre aire d’étude ; elle se trouve à 115 km au nord-es (...)

3Pour atteindre nos objectifs, nous avons d’abord accumulé des sources documentaires. Ensuite, nous avons entrepris une enquête de terrain en réalisant de nombreux entretiens avec divers intervenants : des spécialistes du bâtiment, des administrateurs, des acteurs dans des associations du patrimoine, des notables,4 mais essentiellement des oumanas des ksour de Ghardaïa, d’El Attef et de Guerrara.5

Figure 1 : La situation de Ghardaïa en Algérie (www.google.dz)

Figure 1 : La situation de Ghardaïa en Algérie (www.google.dz)

Figure 2 : Ighzar n M’Zab et son organisation en cinq ksour historiques

Figure 2 : Ighzar n M’Zab et son organisation en cinq ksour historiques

De gauche à droite : Taghardayt (Ghardaïa), At Melichet (Melika), At Yezjen (Beni Isguen), At Bounour (Bounoura) et Tajnint (El Attef).

Source : L’office de la promotion de la vallée du M’Zab (OPVM), Ghardaïa, 2014

Figure 3 : Une vue générale d’aghrem n’At Yezjen

Figure 3 : Une vue générale d’aghrem n’At Yezjen

Source : Nora Gueliane, Ghardaïa, 2016

Figure 4 : Une vue générale d’aghrem n’At Bounour

Figure 4 : Une vue générale d’aghrem n’At Bounour

Figure 5 : Vue générale d’aghrem n Tajnint

Figure 5 : Vue générale d’aghrem n Tajnint

Source : Nora Gueliane, Ghardaïa, 2014

4L’analyse de l’ensemble de ces sources – entretiens et documents – permet d’obtenir une idée exacte du rôle que jouent les oumanas dans l’application du ʻorf et la gestion de l’espace ksourien.

Qui sont les oumanas ?

  • 6 Au M’Zab, le ʻarsh prend deux significations. La première est la ville ou le peuple. La seconde est (...)

5Les oumanas sont des experts qui « maîtrisent le droit coutumier et qui ont un rôle de médiation. Ils veillent à ce que les normes et les règles de construction soient appliquées et aplanissent les différends fonciers et de partage des eaux » (Oussedik, 2007 : 111). Ils constituent un collectif institué, selon notre interlocuteur de l’OPVM ; vers l’an 1306 sous le nom de oumanas sayl wa el ‘arsh — les oumanas de l’oued et du ‘arsh — Le ‘arsh est employé ici pour désigner la cité ou le ksar.6 Cette institution fut créée, selon le même interlocuteur, suite à une grande inondation qui a touché la région. La gravité de celle-ci était telle qu’elle a conduit les ‘azzabas à créer une institution ad hoc, dont les prérogatives se sont progressivement élargies de la gestion de l’oued aux questions urbaines de la vallée. Les ‘azzabas de Ghardaïa semblent être les premiers à avoir mis en place cette institution. Les autres cités du M’Zab ont suivi leur initiative. Les oumanas d’al ‘oumran sont spécialisés dans la gestion de la construction à l’intérieur du ksar et à la palmeraie. Quant aux oumanas de sayl, ils gèrent l’oued, le système d’irrigation et de partage de l’eau. Ils sont nommés lawmna en tamzabt, ce qui est une berbérisation du mot arabe oumanas.

  • 7 La date est donnée suivant le calendrier grégorien.

6Pierre Cuperly, dans son analyse du manuscrit d’al qisma wa usul al aradin de son auteur Sheikh Abu al Abbas Ahmed ben Mohammed ben Bakr al Farstaï ( !-1110)7, considère que l’amin est « un expert, un technicien, que l’on consulte sur un domaine précis, dont il est, pour ainsi dire, le spécialiste. Il existe, par exemple, un amîn almâ, un expert pour la répartition d’eau ; mais il n’intervient pas dans les conflits. Abû I-Abbâs Ahmed conseille le recours à l’amîn pour le réemploi des briques et des pierres d’un ksar en ruines, ou pour mettre au clair les limites d’un champ, d’une palmeraie. […] L’amîn est sous la dépendance du hâkim dont il est chargé de faire appliquer les décisions. Connaisseur des réalités locales, l’amîn (litt. homme sûr), est aussi un homme de confiance. Sa parole ou celle d’autres personnes de confiance pouvait garantir la revendication des propriétaires sur le lot de terrain, au moment où on relevait le ksar de ses ruines. En ce cas, l’attestation de deux umanâ était préférable. L’amîn peut être appelé à témoigner (shahâda), en cas de fraude (ghaban) ; après un partage valide entre associés, la plainte de quelqu’un qui s’estime lésé dans sa part ne peut être examinée que sur le témoignage des umanâ. » (Cuperly, 1987 : 12). Par ailleurs, avant de recourir à un expert, les gens faisaient référence d’abord à la coutume pour les modalités de la construction d’une pièce, ou d’un édifice. Lorsque la coutume ne suffisait pas, on recourait à leur compétence. Leur rôle se borne seulement à émettre un avis (ra’y) afin d’en choisir le meilleur (aslah) pour le bien commun. En général, ils sont consultés pour le bien de l’ensemble de la communauté (Cuperly, 1987 : 12). Néanmoins, Cuperly reconnaît lui-même qu’il « ne saurait dire avec certitude si les ahl al’ilm, “ulamâ”, “hommes de science”, “savants”, sont à assimiler aux umanâ, dont il vient d’être question ou plutôt au ahl al-nazar, car il ressort de leur compétence de déterminer l’emplacement du ksar ». Cuperly précise aussi qu’en ce qui concerne la gestion urbaine de la cité, la haute main revenait à l’instance chargée de ces questions temporelles, la jma’a et son président — le ḥakim —, avec les fonctionnaires sous leur dépendance. La jma’a faisait également appel à l’imam en cas de besoin quand il s’agit d’une affaire religieuse (ibid. : 13).

7Au final, à la lumière de l’analyse du manuscrit d’el qisma, faite par Pierre Cuperly, et les données que nous avons eues sur le terrain, nous pouvons dire qu’il est probable qu’à l’époque d’Abu el Abbas Ahmed, l’institution des oumanas n’était pas organisée sous sa forme actuelle. Puisque ces experts étaient sous l’autorité de la mosquée et de la jma’a. Ils ne donnaient leurs avis qu’en cas de conflits et en tant que témoins (shuhud), sans intervenir eux-mêmes sur le terrain. Ce n’est qu’au fil du temps, que le rôle des oumanas s’est confirmé, pour que, par la suite, l’institution prenne sa forme actuelle et devienne autonome des notables et des ‘azzabas.

La structuration des oumanas et leurs liens avec les autres institutions du M’Zab

8Bien que ces institutions soient autonomes dans leurs décisions, elles dépendent à des degrés variables des ‘azzabas. À Ghardaïa, par exemple, les ‘azzabas n’interviennent qu’à titre consultatif dans les désignations des oumanas. C’est ce qu’un amin nous a expliqué :

« […] Les lawmna à Ghardaïa sont une institution autonome. Ils sont élus par les oumanas el ‘arsh eux-mêmes. Par exemple, moi j’ai été élu par les anciens oumanas el ‘arsh. Donc, ni les ‘azzabas ni les notables ne se mêlent de la gestion des lawmna et de leur élection… » (ar.). Un autre a ajouté : « […] Les oumanas s’occupent de l’urbanisme et de l’hydraulique. S’il y a un changement à faire, c’est nous qui assumons cette responsabilité. S’il y a un changement qu’on doit faire et qui a une grande ampleur, on consulte les autres institutions traditionnelles. On leur expose le problème, puis on discute ensemble pour trouver une solution… » (ar.).

9À Ghardaïa, l’amin le plus expérimenté se charge de la désignation d’un nouvel amin, il propose des noms, puis il en discute avec les autres oumanas. Si la personne est jugée apte à assumer les responsabilités d’un amin, alors, elle est informée et cooptée. Le président des oumanas de Ghardaïa nous a décrit la procédure :

« […] Il y a trois ans un, des oumanas est mort, Aissa Ras Naâma. Alors, on s’est mis d’accord et on a désigné une personne. On le surveillait depuis un bon moment. Il était quelqu’un de bien, retraité. Avant, il était fonctionnaire à la poste. Il faut aussi savoir que lorsqu’on désigne un nouveau amin, on doit informer la mosquée et le président de l’APC. Parce que l’amin est amené à avoir des liens avec les autorités locales, donc elles doivent le connaître. Alors, lors d’une rencontre avec le président de l’assemblée populaire de Ghardaïa (l’APC), j’étais moi, la personne choisie à devenir amin et trois autres oumanas. J’ai dit au président de l’APC : “comme vous le savez, Hajj Aissa est décédé. On est venu pour désigner [ta’yin], il s’agit d’une désignation sur le mode de la cooptation avec l’accord des anciens membres de l’institution], quelqu’un à sa place, là, auprès de vous”. En effet, la personne concernée n’était même pas au courant, elle ne l’a su qu’à ce moment-là… » (ar.).

10Nous tenons à noter que dans la tradition ibadite, une personne qualifiée, cooptée par le groupe pour un poste quelconque, n’est pas censée refuser la tâche qui lui a été confiée, puisqu’elle est en mesure de l’assumer, et c’est dans l’intérêt de la communauté. Autrement, cela est considéré comme une fuite de la responsabilité et signe de mauvaise foi. Actuellement cette règle est appliquée avec un peu plus de légèreté qu’auparavant. Mais les traces de cette règle de conduite demeurent encore dans les pratiques des gens au M’Zab. C’est dire qu’il n’est pas étonnant qu’une personne soit choisie pour assumer une responsabilité (‘azzabi, amin… etc.) sans même qu’elle le sache. C’est une pratique courante. Dans le cas où cette personne a un sérieux empêchement pour le poste, elle présente ses arguments et peut être déchargée de la fonction.

11À El Attef et à Guerrara, la procédure est différente. Les oumanas sont désignés directement par la mosquée à partir d’une liste de gens que les ‘azzabas proposent pour une telle mission. La liste est ensuite discutée avec les anciens oumanas pour, enfin, arriver à une décision sur le sujet et arrêter la liste définitive. Notre interlocuteur d’El Attef – qui est lui-même amin ‘oumran et ‘azzabi à la fois – nous a expliqué à ce propos : « […] Les oumanas de ‘arsh est une institution ‘orf dépendante de la mosquée. Ce qui fait que les oumanas de l’oued ou de l’oumran sont désignés par les ‘azzabas. Ils visent les gens qui ont un savoir-faire dans le domaine, des gens honnêtes et respectables… » (ar.). Toutefois, malgré la participation de la mosquée à la désignation des membres de cette institution, cela n’empêche pas que celle-ci reste autonome dans ses décisions. En fait, les ‘azzabas ou les notables n’ont pas le droit d’intervenir ou d’influencer les décisions de ceuxci, sauf à titre consultatif. À ce sujet, l’amin d’El Attef précise : « […] Certes, on est sous la couverture de la mosquée. Mais on est totalement indépendants dans nos décisions. La prise de décision se fait de façon autonome… » (ar.). Ce qui est valable aussi à Ghardaïa où, bien que la mosquée n’intervienne pas dans leur choix les oumanas consultent les ‘azzabas en cas de besoin. C’est d’ailleurs ce qu’a expliqué un amin de Ghardaïa

« […] Chacun est autonome, mais on travaille comme un ensemble. Aucune institution ne peut se mêler de nos décisions. Mais quand il y a un grand problème, on peut demander leur avis. On demande de se réunir avec les notables, les ‘azzabas, afin de trouver une solution ensemble… » (ar.).

12Ce dernier témoignage nous laisse penser qu’en revendiquant l’aide et la consultation des autres institutions, les oumanas ne remettent pas en cause leur autonomie. Réaliser un consensus avec l’ensemble des institutions du ksar donne du poids aux décisions prises par les oumanas et les rend facilement applicables sur le terrain et plus imposantes face à la population et aux autorités locales. Car, dans ce cas, ces dernières n’ont pas uniquement affaire aux oumanas, mais aussi à l’ensemble des institutions et à la communauté qui les soutiennent.

  • 8 À Guerrara, l’institution s’est relativement modernisée et ses membres sont choisis suivant leur do (...)

13Le nombre des oumanas varie d’un ksar à un autre. Ils sont six à Ghardaïa, douze à Guerrara,8 et une dizaine à El Attef, selon les dires de nos interlocuteurs. Un amin ajoute qu’à El Attef, certains d’entre eux sont décédés, d’où la nécessité d’en former d’autres. À Ghardaïa, le président des oumanas est libre d’augmenter leur nombre, suivant les besoins de l’institution :

  • 9 L’amin de Ghardaïa évoque le rapport qu’entretient le président des oumanas, l’amin ‘arsh, avec les (...)

« […] Au début, on était uniquement deux amin ‘arsh. J’ai nommé un troisième, parce que parfois l’un des deux tombe malade ou a un empêchement. Surtout que dans un conflit il n’est pas acceptable qu’un seul amin tranche à propos de la question. Ils doivent être au moins deux pour gérer un problème. Quand un des concernés par le conflit est un proche d’un des oumanans — ce qui arrive souvent —, ce dernier ne peut pas se charger du problème, de crainte que cela ne crée une polémique sur sa neutralité. C’est ce qui m’a incité à ajouter d’autres oumanas. Je tiens aussi à dire qu’un ‘azzabi peut devenir amin, parce que c’est nous qui choisissons. Pour le moment on est six oumanas ‘arsh. Les oumanas de sayl [les oumanas des inondations ou de l’oued, ils interviennent en cas d‘inondation] sont plus nombreux, plus d’une vingtaine, puisque la gestion de l’oued demande plus d’effectifs… »9 (ar.).

14Bien que chaque ksar ait son institution indépendante, il semble que celle de Ghardaïa soit la plus active. C’est d’ailleurs ce qui explique l’échange d’expérience entre les différents ksour. C’est ainsi que notre interlocuteur d’El Attef, était « l’apprenti » du président des oumanas de Ghardaïa. D’autant plus que l’échange est indispensable, surtout pour ce qui concerne la gestion des eaux de l’oued, puisque c’est le même cours d’eau qui coule de l’amont à l’aval. Un des oumanas de Ghardaïa témoigne :

« (…) Oui il y a une collaboration avec les oumanas des autres ksour. Chez eux, l’institution est faible, ils sont moins dynamiques qu’ici à Ghardaïa. Les anciens, les plus âgés n’ont pas assuré la relève. Puis les choses se sont modernisées, il y a désormais les bureaux d’architectes, d’urbanisme et les élus de la communauté qui ont pris la relève de leur côté, afin de protéger les lois ‘orf. Mais ici à Ghardaïa, l’institution a gardé son rôle ancestral… » (ar.).

Le rôle des oumanas

  • 10 Un des interlocuteurs a indiqué que le champ d’intervention des oumanas était plutôt à l’intérieur (...)

15La gestion de la production urbaine à l’intérieur du ksar est l’une des préoccupations principales des oumanas.10 Ils se chargent de la résolution des litiges entre les gens, quand il s’agit d’une affaire ‘orf, soit dans le ksar ou dans la palmeraie ; à titre d’exemple, si une personne surélève sa maison, plus qu’il n’est coutume, ou, quand une personne crée une ouverture vers la cour d’un voisin, etc ; dans ces affaires, les gens font appel aux oumanas. Un amin de Ghardaïa témoigne à ce propos :

« (…) Amin el ‘arsh wa sayl s’occupe de l’urbain et de l’hydraulique. On gère l’ancien, mais, aussi, on collabore avec l’État pour les projets récents. Par exemple, on donne notre avis en tout ce qui concerne les problèmes de l’hydraulique dans la vallée. Parfois on est opposé à ce que propose la direction de l’hydraulique. Alors on collabore afin d’arriver à de meilleurs résultats. C’est vrai que l’institution n’a pas un statut officiel, mais nous avons un avis à donner. On collabore avec l’APC et l’OPVM, sur les sujets techniques. Par exemple, on a travaillé sur le projet de l’aménagement de la vallée du M’Zab, il a couté 1000 milliards de centimes à l’État. On a lutté depuis 1991 pour avoir le projet et on l’a enfin eu. L’étude a été achevée en 2000. Depuis, nous suivons ce qu’ils sont en train de faire sur le terrain. De temps en temps, on les bloque, quand ce qu’ils font ne convient pas à nos idées. Car nous, en tant que société civile, on défend le bien de la communauté, on n’a pas d’autres intérêts. En ce qui concerne l’aménagement hydraulique, on a travaillé directement avec le ministère de l’Hydraulique, à l’époque du ministre Attar [Abdelmadjid Attar], puis avec Abdelmalek Sellal quand il était ministre de l’Hydraulique… » (ar.).

16Les oumanas jouent aussi un rôle essentiel dans la sauvegarde du patrimoine culturel de la vallée. Ils veillent à éviter les modifications arbitraires et les typologies non compatibles avec le paysage culturel de la région. Un de nos interlocuteurs témoigne :

« […] Si chaque personne se met à construire comme bon lui semble, on perdra toute notre particularité au bout de quelques années. Alors notre rôle essentiel est de sauvegarder ce patrimoine. De ce fait, nous sommes présents là où on demande notre expertise, même en dehors des murs du ksar. Mais généralement c’est dans le ksar que nous intervenons, étant donné que c’est là où il y a plus de problèmes de mitoyenneté… » (ar.).

17Soulignons enfin qu’au-delà de leur rôle de « gardiens de la tradition » ce sont en fait les oumanas qui permettent à cette tradition de s’adapter à des contextes changeants et inédits.

  • 11 Auparavant, ces espaces étaient une servitude. C’est la voie sur laquelle l’animal faisait l’aller- (...)

« […] Le ‘orf du pays change et se développe et c’est à nous les oumanas qu’incombe le devoir de faire ces changements. Par exemple, depuis quelques jours, on nous a convoqués pour nous demander pourquoi nous avions remblayé la ruelle du chameau (Zgag jmal) à la palmeraie.11 Alors on a expliqué aux gens qu’avant, la région était une zone purement agricole et qu’aujourd’hui, elle est presque totalement urbanisée. Alors, concrètement, cette ruelle n’a plus d’utilité puisqu’il n’y a plus de chameaux. Au contraire, elle est source de problèmes car elle se remplit d’eau, ce qui risque de causer des accidents. D’ailleurs, plusieurs accidents se sont produits. Quand les gens ne font pas attention, ils tombent, surtout les enfants. Les gens y jettent aussi leurs poubelles. Alors, on a ordonné de remblayer toutes les ruelles des chameaux. Ceci pour vous expliquer qu’il faut juste convaincre les gens. Le ‘orf doit s’adapter au temps, sinon il devient obsolète. Puis, on veille aussi à informer les autorités locales de nos nouvelles décisions, pour qu’il n’y ait pas de problèmes avec elles… » (ar.).

18Nous avons souligné à plusieurs reprises que cette institution n’a aucun statut administratif ou légal. Il est donc temps de se demander comment elle intervient sur le terrain ?

Le processus de l’intervention des oumanas et les rapports entretenus avec l’administration

  • 12 Un amin d’El Attef précise : […] ces oumanas sont inscrits à l’APC, au service d’urbanisme. Ainsi, (...)

19Lors de notre enquête, nous étions informée qu’à Ghardaïa, comme à El Attef,12 quand un litige survenait, le citoyen s’adresse à la municipalité — au service d’urbanisme — pour faire une réclamation. D’abord, la police urbaine se déplace sur le site, elle vérifie si la personne a un permis de construire ou non, et si la construction est conforme aux règles de l’art. Dans la plupart des conflits, les gens ne construisent pas conformément au permis de construire. Ainsi, si l’infraction est une affaire qui relève du ’orf, la police urbaine établit un rapport où il est demandé de solliciter un comité spécialisé. À ce moment-là, le service d’urbanisme de la commune contacte les oumanas et leur demande d’intervenir. Ces derniers se rendent sur le terrain en équipe constituée d’un amin ou deux, d’un représentant de l’APC et d’un représentant de l’OPVM. Le groupe vérifie la situation puis établit un rapport en essayant de trouver une solution à l’amiable. Souvent le problème est résolu à ce stade-là, soit par la démolition soit par un dédommagement qui consiste à racheter le droit du ‘orf « yesḥeri ḥaq al ‘orf » et qui consiste à payer une somme d’argent pour le propriétaire endommagé si celui-ci accepte. Néanmoins, la solution dépend évidemment de la gravité et de l’ampleur de l’acte, des conséquences qu’il a et de l’entente entre les concernés. Dans certains cas, les oumanas font pression sur la personne qui a commis l’infraction – et font intervenir sa ‘achira ou même les ‘azzabas — afin que celui-ci se remette dans l’ordre. Si le problème est résolu à l’amiable, un document est établi et signé par les deux personnes et les oumanas. En revanche, si le problème n’est pas résolu, les oumanas établissent un rapport pour la commune et celle-ci fait passer l’affaire en justice. Sur ce point, un chef de service d’urbanisme à la commune de Ghardaïa a précisé qu’une fois en justice, souvent les juges demandent l’avis d’un expert du ‘orf. Ce qui fait que les mêmes experts reviennent une autre fois vers les oumanas et c’est sur la base de leur avis que le jugement est rendu :

« […] Une fois l’affaire arrivée au juge, celui-ci sollicite l’avis d’un expert en ‘orf, donc il revient une autre fois vers les oumanas. L’amin établit un rapport et l’envoie à la justice. Ainsi, c’est sur l’avis de l’amin que la décision est prise : la démolition, ou uniquement une amende. Alors, pour éviter la perte de temps, la plupart des gens préfèrent régler le problème à l’amiable… » (ar.).

20Toutefois dans certains cas, c’est l’institution elle-même qui intervient directement, sans qu’il y ait une réclamation. C’est dans le cas où les oumanas constatent une infraction par eux-mêmes. Un amin souligne :

« […] maintenant, la ville est grande. Soit nous constatons, nous-mêmes un problème, et dans ce cas nous avertissons les gens directement. Soit c’est eux qui déposent plainte et nous intervenons… » (ar.).

21Jadis, la question qui se pose est comment les oumanas arrivent-ils à imposer leurs décisions ?

22Compte tenu du statut de cette institution, l’intervention des oumanas n’est pas évidente dans de nombreux cas. Un amin de Ghardaïa a expliqué que le rapport des oumanas avec les autorités officielles n’étaient pas faciles et que c’était à eux de s’imposer de par leur légitimité comme représentants de la société civile. Ce qui fait qu’après plusieurs réclamations et des correspondances, ils parvenaient à faire entendre leur voix.

« […] C’est nous qui nous imposons, nous ne nous laissons pas faire. Par exemple, dans le cas du projet de l’aménagement de la vallée du M’Zab, l’étude a été faite par un bureau d’étude suisse. Vous imaginez un Suisse qui planifie une région qu’il n’a jamais vue de sa vie ! Alors, quand l’étude est arrivée en 2000, nous l’avons carrément rejetée, nous nous sommes opposés à l’étude. Le Premier ministre, Yazid Zarhouni à l’époque, a revérifié le dossier Ghardaïa. Il a décidé alors de décentraliser le dossier et tout le projet, de façon à ce qu’il soit géré par la Wilaya de Ghardaïa et non par le ministère, malgré le coût du projet, 1000 milliards [de centimes]. Décentraliser un projet d’une telle ampleur et avec un tel budget est une chose qui n’a jamais été faite en Algérie. La cause, c’est qu’on s’était, en tant qu’institution ‘orf, opposé au projet. Mais il y a des demandes qu’on avait faites et qui n’ont pas été prises en considération, alors nous nous sommes opposés. Dieu merci, ils sont revenus à la majorité de nos propositions. Voilà donc pour vous dire que le rôle de notre institution est le même qu’avant. C’est juste que maintenant un État existe, donc nous devons nous intégrer à un cadre institutionnel différent... » (ar.).

23Par ailleurs, il semble qu’à Ghardaïa la question n’est pas vraiment posée, d’une part, à cause du poids de l’institution et, d’autre part, parce que le président des oumanas de Ghardaïa est nommé expert judiciaire et, de ce fait, reconnu par le tribunal. L’amin ‘arsh de Ghardaïa a témoigné à ce propos :

« […] Concernant le statut de amin al ‘arsh, l’État a pensé à une solution pour officialiser notre rôle. Nous sommes devenus des intermédiaires judiciaires “wassiṭ qadhaï”. En effet, on m’a convoqué [au tribunal], on m’a dit :
Mabrouk [félicitations] vous êtes élu wassiṭ qadhaï [intermédiaire judiciaire].
⋅ Comment ça, ai-je répliqué.
⋅ Est-ce que vous êtes un amin ‘arsh ?, m’a-t-on demandé.
⋅ Oui, ai-je dit
⋅ Est-ce que vous réglez les litiges ?, m’a-t-on demandé.
⋅ Effectivement, ai-je dit.
⋅ vous avez désormais un agrément et vous aller exercer le métier de manière officielle, m’a-t-on répondu. … » (ar.).

24Pour les autres ksour, nos interlocuteurs ont confirmé que, dans la plupart des cas, les conflits étaient résolus avant de passer en justice. Cela n’est pas dû uniquement à l’obéissance des gens, mais aussi à la pression sociale que les oumanas peuvent exercer. En effet, quand une personne refuse de respecter les lois ‘orf, les oumanas contactent le président de sa ‘achira. Celui-ci le convoque, il lui parle et souvent il arrive à le convaincre. Si la ‘achira ne fait pas son effet, la deuxième étape consiste à faire passer l’affaire aux ‘azzabas. La plupart des gens évitent d’en arriver là, car les ‘azzabas ont une grande autorité spirituelle auprès des gens, ce qui fait que ces cas sont très rares, explique un enquêté. Maintenant, si aucune institution traditionnelle n’arrive à convaincre une personne, ce qui est assez rare, l’affaire passe en justice. Sur ce dernier point, l’amin de la ville d’El Attef a ajouté que les gens étaient de moins en moins motivés pour aller en justice car le juge revient souvent au rapport rédigé par les oumanas et la commune concernée. De fait, la personne se retrouve derechef face à la décision des oumanas, mais cette fois, après avoir outrepassé l’autorité sociale des institutions du ksar. La relative reconnaissance institutionnelle dont bénéficient les oumanas de la part de l’administration locale et de la justice, a renforcé leur position. Notre interlocuteur a ajouté qu’à part le poids des oumanas auprès de la justice, il ne faut pas non plus omettre la neutralité de cette institution. Les gens font confiance aux décisions des oumanas parce qu’ils sont neutres :

« […] Nous les oumanas, nous restons assez neutres, nous n’avons pas de parti pris avec l’un ou l’autre. Donc, les gens acceptent nos décisions, il faut juste les convaincre logiquement que c’est la bonne chose à faire, et que c’est dans l’intérêt commun. Même si l’intéressé n’est pas tout à fait convaincu, il se plie à l’autorité morale, surtout que le ‘orf se base essentiellement sur la religion… » (ar.).

25Enfin, concernant le financement des oumanas, cette institution ne dispose d’aucune ressource propre, ni même de budget de fonctionnement. Les oumanas travaillent avec leurs moyens personnels — pour les déplacements, l’impression de documents, etc. —. Il est vrai que leurs fonctions ne demandent pas beaucoup de dépenses ont confirmé nos interlocuteurs. Seulement des efforts et de la disponibilité. Ils agissent bénévolement et ne reçoivent aucune autre gratification que la reconnaissance des justiciables et de la communauté. Certaines qualités sont évidemment requises pour qu’une personne soit investie amin. Être pieux et honnête, être responsable, engagé et sage pour arriver aux bonnes décisions. Puisque les fonctions d’amin sont extrêmement chronophages, il est préférable de sélectionner un retraité puisque ce dernier a non seulement du temps, mais il dispose également d’un revenu stable (une pension de retraite) pour pouvoir subvenir aux besoins de sa famille quand il est en mission. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, lors des sélections des nouveaux oumanas, l’aminarsh de Ghardaïa privilégie les retraités et évite les commerçants, et ceux qui travaillent hors M’Zab.

Conclusion

26Durant des siècles, le ʻorf de la construction avait servi de référence à la production du cadre bâti dans la vallée du M’Zab. Il a servi également comme support juridique afin de régler les litiges et conflits en la matière. Un code qui a réussi, entre autres, à produire un urbanisme fonctionnel, rigoureux et respectueux de la donnée locale, culturelle et naturelle. Quoique le ʻorf de la construction au M’Zab se réfère à une tradition écrite ancrée, il trouve aussi ses fondements dans une importante tradition orale, dont la transmission et le renouvellement sont basés sur l’expérience des oumanas. Une institution qui assure la transmission du ʻorf de génération en génération, du maître à son apprenti. Elle fait également office de législateur. Car elle a l’expérience et l’autorité pour trancher des questions qui n’ont pas été posées au préalable sans devoir revenir aux institutions du ksar, sinon uniquement à titre consultatif.

  • 13 Le droit coutumier peut être toléré dans des questions d’ordre privé, problèmes familiaux, de const (...)
  • 14 Notons que les lois d’urbanisme en Algérie sont standard, généralisées sur l’ensemble du territoire (...)

27Après l’indépendance, la vallée a connu un développement urbain et démographique remarquable. Ainsi, la vallée est passée d’un espace adapté aux conditions locales à un espace géré dans la hâte sans prise en considération des spécificités de la région. Ce contexte a influencé négativement la pérennité du ʻorf de la construction. A cela s’ajoute l’ignorance des nouvelles générations de la valeur de ce dernier, l’absence d’un document écrit unifié regroupant tout le ʻorf et l’apparition de l’individualisme et la domination des modèles de construction étrangers. Cette situation rend le travail des oumanas encore plus complexe (des difficultés à faire appliquer leurs décisions, contraintes d’intérêts avec les habitants, mais aussi avec l’administration). Afin d’atténuer les effets de cette situation sur le patrimoine de la région, l’Office de la promotion et de la protection de la vallée du M’Zab (OPVM) essaye d’adapter les recommandations du ʻorf à la production contemporaine du cadre bâti dans la région. Cela dans le but d’avoir un minimum d’harmonie paysagère avec le cadre culturel et naturel de la région. Ainsi, parmi les efforts officiels, la décision n° 35/87 faite par la commune de Ghardaïa datant du 23 mai 1987, impose le respect du ʻorf et des décisions des oumanas pour la zone située à l’intérieur des cités historiques et dans les palmeraies. Notons que la transformation d’un ‘orf mozabite en un arrêté communal et qui est, à notre sens, un élément important, puisqu’il permet de comprendre l’articulation entre l’auto-organisation du Mzab et l’appareil administratif algérien et cela dans un contexte où le droit est revendiqué comme monopole de l’État. Ce constat nous amène à donner une appréciation de la situation. Cette collaboration — entre assemblées traditionnelles et État — s’explique, probablement, par le fait que le ‘orf de construction n’est pas un domaine de conflit entre le pouvoir officiel et le pouvoir coutumier13. D’autant plus que le ‘orf ne couvre qu’une partie de la ville de Ghardaïa : l’ancien ksar, la palmeraie et les ouvrages hydrauliques traditionnels. Cela d’une part ; d’autre part, et selon les dires de nos enquêtés, les services d’urbanisme et de construction enregistrent un manque dans la réglementation traitant des anciens tissus (les ksour).14 Ce qui fait qu’en cas de conflit à l’intérieur du ksar, le juge ne parvient pas à trancher la question puisque la loi reste muette. De ce fait, nous pouvons considérer le ‘orf de la construction au M’Zab comme une coutume en marge de la loi ou plutôt surérogatoire. Par ailleurs, l’existence d’une institution – les oumanas — encore active et qui met la pression de façon continue sur les autorités locales, fait que celles-ci prennent en considération le ‘orf de la construction. Nous nous référons sur ce point aux témoignages unanimes des oumanas de Ghardaïa, détaillés dans les pages précédentes. Ce qui est d’ailleurs confirmé par le fait que seul le ‘orf de Ghardaïa a été approuvé par la commune à l’exception des autres villes. Ce qui nous laisse penser que le poids de l’institution des oumanas a joué un rôle crucial.

Haut de page

Bibliographie

Assamaoui, S. (2008), les azzabas : leur rôle dans la société ibadite du M’Zab, Matba’at al fenoun al jamila, Alger, (Texte en langue arabe).

Bédoucha, G. (2000), « L’irréductible rural : prégnance du droit coutumier dans l’aire arabe et berbère », Études rurales, N° 155-156, p. 11-24.

Capot-Rey, R. (1954), L’Afrique blanche française, II. Le Sahara français, Paris, Presse Universitaire.

Chekhab-Abudaya, M. (2012), Patrimoine architectural du Sud algérien : le « qsar », type d’implantation humaine au Sahara, thèse de doctorat, Paris, Université Panthéon-Sorbonne.

Chekhab-Abudaya, M. (2018), “The Use of Earth in the Construction of the Qsur in

Southeastern Algeria”, pp. 84-103, in : Pradines, S. Earthen Architecture in Muslim Cultures, Leaiden/Biston : Brill

Cherifi, B. (2015), Le M’Zab : études d’anthropologie historique et culturelle, Paris, Ibadica.

Côte, M. (2005), La ville et le désert le bas-Sahara algérien, Paris : Karthala.

Cuperly, P. (1987), « La cité Ibadite, urbanisme et vie sociale au XIème siècle », Awal, cahiers d’études berbères, n° 3, p. 89-114.

Cuperly, P. (1981), « Un document ancien sur l’urbanisme au M’Zab, institut des belles lettres arabe », extrait de la revue IBLA, N° 148.

Delheure, J. (1984), Aǧraw n yiwalen tumẓabt t-tfransist dictionnaire mozabitefrançais, Paris, Société d’études linguistiques et anthropologiques de France.

Dray, M. (1998), Dictionnaire français-berbère dialecte des Ntifa,Paris/Montréal, L’Harmattan.

Gravari Barbas, M. (dir.), (2005), Habiter le patrimoine, enjeux - approche - vécus, Rennes, Presse universitaire de Rennes.

Mahrour, I. (2011), « Contribution à l’élaboration d’une typologie ‘umranique’ des ksour dans le Gourara », Revue Inssaniyat, N° 51-52, p. 197-219.

Mercier, M. (1922), La civilisation urbaine au M’Zab. Étude de sociologie africaine, Alger : Émile Pfister.

Morand, M. (1903), Les kanouns du Mzab, Alger, Jourdan.

Müller, C. (2012), Us, coutumes et droit coutumier dans lefiqhmalikite http://books.openedition.org/cvz/1597?lang=fr Oussedik, F. (2007), Relire les Ittifaqat, Alger, ENAG.

Haut de page

Notes

1 Les Mozabites ( Imzabiyen) reprèsentent doublement une minorité. Au plan linguistique et ethnique, ils sont des Berbères Zénètes, parlant une variante de tamazight : tamzabt. Ils appartiennent, au plan religieux, à l’Ibadisme, une branche minoritaire de l’islam qui existe encore au M’Zab (Algérie), à l’île de Djerba (Tunisie), au Djabel Nafoussa (Libye), au Zanzibar (Tanzanie) et au Sultanat d’Oman.

2 Kar (Ksour), un village saharien souvent fortifié et/ou aggloméré (Gravari Barbas, 2005 ; Chekhab-Abudaya, 2012 et 2018 ; Côte, 2005 ; Mahrour, 2011). Au M’Zab, nous enregistrons l’emploi du mot aghrem pour désigner ces ensembles. En berbère, aghrem signifie à la fois ville et village fortifié (Dray, 1998 ; Delheure, 1984 ; Mercier, 1922 ; CapotRey, 1954).

3 Étymologiquement, ‘orf signifie ce qui se sait (i.e. d’une façon de faire). Dans le Coran, al- ‘orf, dérivé de la racine < ‘R F > champ sémantique de savoir, être connu, a la connotation de ce qui est juste et accepté. Le ‘orf est mis en relation avec le bien (al-ma‘rūf) qui doit être ordonné, et opposé au vocable de munkar < nukr > (abominable). Ainsi peut-on comprendre le mot ‘orf comme le comportement généralement reconnu comme bon, le bon usage. De cette acception de ‘orf comme bon usage, les fqih (juristes) locaux ont colligé les règles immanentes aux pratiques sociales en vigueur de façon à stabiliser une « coutume » dans la perspective de l’administration de la justice. C’est cette coutume qui est habituellement désignée comme ‘orf. Le droit coutumier est à son tour imposé selon des procédures particulières, par des instances légitimées à cet effet et soumises à des sanctions (Müller, 2012). Cette instance est, dans le cas du M’Zab, l’institution des oumanas — un point détaillé dans les pages qui suivent —. Le ʻorf ou le droit coutumier touche différents aspects de la vie de la cité, allant des plus compliqués comme les crimes, passant par l’agriculture, la gestion du foncier, de l’immobilier, ou plus simple comme la codification de la cérémonie d’un mariage (voir M. Morand, 1903). Dans le domaine de la construction, il s’agit d’un ensemble de normes adoptées pour construire à l’intérieur des ksour, mais aussi dans les palmeraies. Le ʻorf de la construction mozabite se base essentiellement sur une tradition orale, entretenue et transmise par les oumanas. Mais également sur des sources écrites tels que deux manuscrits de Shikh Abu el Abbas Ahmed ben Mohammed ben Bakr al Farstaï ( !1110) ; El Kisma et celui de Usul al -aradin. Du livre de Takmil li baadi ma akhala bih kitab nil de Abdelaziz Ben El Hadj Ibrahim Al Thaminy (1717/18-1808), et le manuscrit du Chikh Mohammed Ben Youcef Tffayech (1821-1914) Mokhtassar fi imarat el ard.

4 Le M’Zab est caractérisé par la présence d’un ensemble d’institutions : religieuses, liées à l’Ibadisme ; coutumières, liées à l’appartenance berbère. Concernant les institutions religieuses, nous citons les imessourda et irwan, les étudiants des sciences religieuses, dont le rôle est de régénérer l’élite religieuse. Puis nous avons les ‘azzabas, l’instance qui se charge de la gestion de la vie spirituelle, morale, et sociale de la ville. L’ensemble des ‘azzabas des ksour du M’Zab forme un Conseil confédéral, le Conseil de ‘Ammi Saïd qui est le porte-parole de tous les Mozabites et les ibadites algériens (Assamaoui, 2008). Pour les institutions laïques, nous avons taddart (le conseil de la famille) composé des membres d’une même famille. Les toddart forment les fractions ‘achiras, qui à leur tour, forment le Conseil des notables (jma’a) d’une ville. Les notables de l’ensemble des cités mozabites sont réunis dans un seul Conseil confédéral : Ba Abdarahmen el Korti, dont le rôle est la gestion de la vie sociale, économique et politique au M’Zab.

5 Notons que Guerrara est située en dehors de notre aire d’étude ; elle se trouve à 115 km au nord-est de Ghardaïa et forme avec Berriane (40 km de Ghardaïa) deux ksour excentrés par rapport aux ksour de la pentapole. En revanche, nous avons jugé intéressant de faire une enquête avec les oumanas de cette ville, puisque, d’une part, le ‘orf de la construction concerne tous les ksour mozabites, que ce soit dans la vallée ou en dehors, et que, d’autre part, l’institution des oumanas de Guerrara est encore active et bien organisée, contrairement à celles des ksour de la vallée du M’Zab qui _ à l’exception d’El Attef et Ghardaïa _ se sont affaiblies depuis l’indépendance (1962). Ainsi, circonscrire l’enquête aux seules institutions d’El Attef et Ghardaïa n’aurait pas permis d’exercer des comparaisons intéressantes.

6 Au M’Zab, le ʻarsh prend deux significations. La première est la ville ou le peuple. La seconde est une institution politique, analogue aux partis politiques contemporains. Un ensemble de ʻachiras/fractions – avec des alliés extérieurs, le tout est lié par « un pacte d’alliance formant une communauté d’intérêts, et non de destin » (Cherifi, 2015 : 237). Cette dernière signification a une connotation péjorative _ comme source de déséquilibre et de conflit dans la cité.

7 La date est donnée suivant le calendrier grégorien.

8 À Guerrara, l’institution s’est relativement modernisée et ses membres sont choisis suivant leur domaine de compétence. Les douze membres sont répartis en trois groupes : quatre membres sont des oumanas/’azzabas, quatre autres des oumanas techniciens (architectes, urbanistes, ingénieurs, etc.), enfin quatre anciens artisans (un maître maçon, agriculteur, etc.).

9 L’amin de Ghardaïa évoque le rapport qu’entretient le président des oumanas, l’amin ‘arsh, avec les autres oumanas. Il explique que même s’il y a une hiérarchie en fonction de l’expérience, tous les oumanas s’entraident pour la résolution d’un problème. D’ailleurs, il est rare qu’un amin intervienne seul, il doit y en avoir deux, voire plus sur le même problème, afin de garantir la justesse de la solution et la neutralité de la décision.

10 Un des interlocuteurs a indiqué que le champ d’intervention des oumanas était plutôt à l’intérieur du ksar. Cela est dû à la grande densité à mitoyenneté et à l’étroitesse des ruelles, mais aussi aux travaux de reconstruction que la population engage dans le ksar. Ces travaux sont souvent source de litiges. Notre informateur a précisé à ce propos : « […] Les extensions se font désormais en dehors du ksar. Dans ses extensions, il y a moins de problèmes, puisque les gens suivent les permis de construire. Ces derniers intègrent automatiquement le ‘orf dans la mesure où les dossiers passent par l’OPVM pour l’approbation. La plupart des conflits sont à l’intérieur du ksar à cause de la proximité, de la densité et des travaux de rénovation/reconstruction… » (ar.)

11 Auparavant, ces espaces étaient une servitude. C’est la voie sur laquelle l’animal faisait l’aller-retour lors de l’extraction de l’eau d’un puits. Maintenant, ces espaces ne servent plus à rien, dans la mesure où l’extraction de l’eau se fait avec des pompes électriques.

12 Un amin d’El Attef précise : […] ces oumanas sont inscrits à l’APC, au service d’urbanisme. Ainsi, en cas de litige, lorsque les gens déposent une plainte à l’APC, le service nous contacte. Puis, on se rend sur le terrain, on donne notre avis suivant le ‘orf et on rédige un rapport, qui sera archivé dans les registres de l’APC. Si les deux personnes en litige sont convaincues de la solution qu’on leur propose, c’est souvent le cas, le problème est résolu. Dans le cas contraire, l’affaire passe en justice. Après, dans la plupart des cas, la justice se réfère à l’avis des oumanas en consultant une copie du rapport fait par eux… » (ar.).

13 Le droit coutumier peut être toléré dans des questions d’ordre privé, problèmes familiaux, de construction, partage des eaux atteste l’amin ‘arsh de Ghardaïa. Car pour ces questions les gens préfèrent faire appel aux oumanas plutôt qu’à la justice qui risque de faire sortir le problème du cercle intime (familial) et impliquer des étrangers dans des sujets qui peuvent toucher à la réputation de la famille, de la ‘achira ou même de tout un ksar. Mais cela ne semble pas être la seule raison. Car, parmi les raisons qui amènent les gens à avoir recours à la coutume est la souplesse de son application. Une souplesse qui manque au système juridique officiel. A cela s’ajoute le type de solution que propose la coutume qui vise plutôt la réconciliation et les solutions à l’amiable. Ainsi, si deux parties parviennent à s’entendre à propos d’un différend qui les opposait, cette conciliation n’invalide pas la règle juridique coutumière écrite qui s’y appliquait. En revanche, dans le cas d’un crime par exemple, il est plus difficile pour la communauté de négliger la gravité et l’ampleur de l’acte. L’intervention, dans ces cas, des instances de l’État devient inévitable et indispensable, explique l’amin ‘arsh de Ghardaïa.

14 Notons que les lois d’urbanisme en Algérie sont standard, généralisées sur l’ensemble du territoire national sans trop s’attacher aux particularités culturelles et climatiques des différentes régions. Ce qui semble insensé et obsolète car il n’est pas convenable d’appliquer les mêmes normes dans un village kabyle, à un ksar saharien, ou dans une ville du Nord.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La situation de Ghardaïa en Algérie (www.google.dz)
URL http://journals.openedition.org/asinag/docannexe/image/322/img-1.png
Fichier image/png, 337k
Titre Figure 2 : Ighzar n M’Zab et son organisation en cinq ksour historiques
Légende De gauche à droite : Taghardayt (Ghardaïa), At Melichet (Melika), At Yezjen (Beni Isguen), At Bounour (Bounoura) et Tajnint (El Attef).
Crédits Source : L’office de la promotion de la vallée du M’Zab (OPVM), Ghardaïa, 2014
URL http://journals.openedition.org/asinag/docannexe/image/322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Figure 3 : Une vue générale d’aghrem n’At Yezjen
Crédits Source : Nora Gueliane, Ghardaïa, 2016
URL http://journals.openedition.org/asinag/docannexe/image/322/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Figure 4 : Une vue générale d’aghrem n’At Bounour
URL http://journals.openedition.org/asinag/docannexe/image/322/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 5 : Vue générale d’aghrem n Tajnint
Crédits Source : Nora Gueliane, Ghardaïa, 2014
URL http://journals.openedition.org/asinag/docannexe/image/322/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nora Gueliane, « Les oumanas »Asinag, 14 | 2019, 95-110.

Référence électronique

Nora Gueliane, « Les oumanas »Asinag [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/asinag/322

Haut de page

Auteur

Nora Gueliane

EHESS, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search