Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2LinguistiquePassage de l’anglais au français ...

Linguistique

Passage de l’anglais au français en économie de l’énergie : assimilation ou transposition ?

Jacqueline Percebois
p. 69-79

Résumés

La question de l’assimilation de la terminologie anglaise par le vocabulaire français du domaine de l’économie de l’énergie : à propos d’un certain nombre d’exemples tels que le principe du « common carrier » ou du « third party access »... S’il est possible de formuler des équivalences françaises de ces expressions, le spécialiste recourt sans hésiter à l’anglais. Par ailleurs, il existe d’autres cas où le français hésite entre cette assimilation, le recours à une périphrase ou à une adaptation française : ex. du « free rider », initialement traduit « cavalier seul », expression dépourvue de sens dans le contexte, puis « passager clandestin » ou « resquilleur ». Faut-il traduire ou non ?

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

L’auteur de cette contribution n’a pas autorisé sa publication en ligne.

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Percebois, « Passage de l’anglais au français en économie de l’énergie : assimilation ou transposition ? »ASp, 2 | 1993, 69-79.

Référence électronique

Jacqueline Percebois, « Passage de l’anglais au français en économie de l’énergie : assimilation ou transposition ? »ASp [En ligne], 2 | 1993, mis en ligne le 27 février 2014, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/asp/4272 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asp.4272

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search