Navigation – Plan du site
Articles

Terminologie outillée et diachronie : éléments de réflexion autour d’une réconciliation

Textual terminology and diachrony: reflections about a reconciliation
Aurélie Picton
p. 27-52

Résumé

Longtemps considérée comme le parent pauvre des recherches en langues de spécialité, la diachronie semble aujourd’hui prendre la place qui lui est due. Néanmoins, les travaux et recherches diachroniques présentent une grande hétérogénéité tant dans leurs approches que dans les objectifs qu’ils poursuivent. Si ceci reflète la richesse des apports de la diachronie, cela indique également que l’heure semble moins au plaidoyer en faveur de cette perspective, mais plus à la réflexion autour de ce qui la caractérise lorsqu’elle est appliquée aux langues de spécialité. Dans ce contexte, nous proposons d’adopter le prisme de la terminologie textuelle pour alimenter cette réflexion. Cette approche cherche en effet depuis plusieurs années à systématiser les méthodes outillées d’analyse de la variation en corpus spécialisés et à en théoriser différents aspects, à partir de contextes réels d’application. Ces objectifs ont donc amené ce courant à questionner plusieurs « piliers » d’analyse en diachronie autour des notions de corpus, outils, experts et interprétation.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

1. Réconciliation entre diachronie et langues de spécialité
2. Étapes de cette réconciliation
3. Approche outillée en terminologie textuelle
3.1. Jalons méthodologiques
3.2. Contextes d’application
3.2.1. Repérage de l’évolution en diachronie courte (contexte [a])
3.2.2. Repérage et caractérisation de la déterminologisation (contexte [b])
3.2.3. Analyse de convergences et divergences de terminologies entre groupes de locuteurs-experts (contexte [c])
3.3. Exemples de mise en œuvre
3.3.1. Observation d’indices quantitatifs
3.3.2. Variantes et répartition
3.3.3. Indices distributionnels sans interprétation a priori
3.3.4. Indices distributionnels avec interprétation a priori
4. Quels questionnements et apports en diachronie ?
4.1. Apports et questionnement descriptifs
4.2. Besoins et questionnement méthodologiques
4.3. Besoins et questionnement théoriques
5. Perspectives de la diachronie et nouveaux défis
5.1. Exemples de nouveaux besoins/demandes
5.2. Différents défis et différents besoins
6. Remarques conclusives

Aperçu du texte

1. Réconciliation entre diachronie et langues de spécialité

En langues de spécialité (LSP), la dimension diachronique a longtemps été considérée comme le parent pauvre des recherches scientifiques (voir par exemple Dury & Picton 2008 ; Humbley 2011 ; Møller 1998 ; Van der Yeught 2009). Ce constat s’explique en partie par une histoire théorique très contrastée, en particulier en comparaison avec l’histoire de la linguistique, marquée quant à elle par la primauté des études historiques :

La seule étude scientifique du langage est la méthode historique [...]. Toute étude linguistique scientifique qui n’est pas historique dans ses buts ni dans ses méthodes peut s’expliquer seulement soit par une déficience du chercheur, soit par l’insuffisance des sources dont il dispose. (Hermann Paul, Principien der Sprachgeschishte, 1880, tr. P. Caussat). (cité dans Normand [2000 : 30])

En terminologie, la perspective wüsterienne (ou Théorie générale de la terminologie [TGT]), longtemps dominante, préco...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Picton, « Terminologie outillée et diachronie : éléments de réflexion autour d’une réconciliation », ASp, 74 | 2018, 27-52.

Référence électronique

Aurélie Picton, « Terminologie outillée et diachronie : éléments de réflexion autour d’une réconciliation », ASp [En ligne], 74 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/asp/5255 ; DOI : 10.4000/asp.5255

Haut de page

Auteur

Aurélie Picton

Aurélie Picton est professeure associée au Département de traitement informatique multilingue (TIM) de la Faculté de traduction et interprétation de l’Université de Genève depuis 2011. Elle a obtenu un Doctorat en sciences du Langage en 2009, à l’Université de Toulouse 2, co-financé par le CNRS (laboratoire CLLE-ERSS [CNRS, UMR5263]) et le Centre national d’études spatiales (Cnes). Avant d’enseigner à Genève, elle a obtenu une bourse de recherche post-doctorale de la province du Québec (FQRNT) pour poursuivre ses recherches à l’Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST, Université de Montréal), puis a été ATER à l’Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM Midi-Pyrénées). Ses principaux intérêts sont : la variation (en particulier diachronique) dans les langues de spécialité, les approches textuelles en terminologie, la linguistique de corpus et la linguistique outillée pour la traduction et la terminologie. Liste de publications récentes <https://www.unige.ch/fti/fr/faculte/departements/dtim/membrestim/picton/>. Aurelie.Picton@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo GERAS -Groupe d'Etude et de Recherches en Anglais de Spécialité
  • OpenEdition Journals