Navigation – Plan du site

AccueilNuméros83Éditorial — χρεία, τέχνη, λόγος

Éditorial — χρεία, τέχνη, λόγος

Anthony Saber
p. 1-8

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet Charles Redman (1978).

1L’horizon historique de l’anglais de spécialité embrasse une période relativement récente puisque, dès son émergence en tant que discipline de la connaissance dans les années 1960, ses investigations ont principalement porté sur des productions verbales contemporaines. Pour autant, la spécialisation de la langue et des acteurs sociaux est une affaire très ancienne, datant probablement du passage du Paléolithique au Néolithique. En effet, avec la sédentarisation des populations et l’apparition, environ 10 000 ans avant Jésus-Christ, des premières communautés villageoises dans le « Croissant fertile », au Moyen-Orient1, une division des tâches se produit, en vertu d’un principe d’entraide et de complémentarité des métiers, au sein de ces toutes premières sociétés. Agriculture, élevage, poterie, céramique, métallurgie constituent alors les premiers domaines de spécialité de l’humanité. Platon (1932 : 67) évoque ce phénomène dans le livre II de la République :

« Il faut donc, Adimante, plus de quatre citoyens pour satisfaire aux besoins dont nous avons parlé. En effet, il est vraisemblable que le laboureur ne fera pas lui-même sa charrue, s’il veut qu’elle soit bonne, ni sa bêche, ni les autres outils agricoles ; le maçon non plus ne fera pas ses outils ; or, il lui en faut beaucoup à lui aussi. Il en sera de même pour le tisserand et le cordonnier, n’est-ce pas ?

– C’est vrai.

– Voilà donc des charpentiers, des forgerons et beaucoup d’ouvriers semblables qui, devenus membres de notre petite cité, augmenteront sa population. »

  • 2 Voir les définitions de ce terme dans le Dictionnaire grec-français Bailly en ligne, (Bailly & Grec (...)
  • 3 <https://bailly.app/techn%C3%AA>, consulté le 24 février 2023.
  • 4 Voir à ce sujet Guareschi et Guerri (2007).
  • 5 On doit cette expression au moine bourguignon Raoul Glaber, dans ses chroniques intitulées Historia (...)
  • 6 Dans les bourgs et villes du Moyen Âge, après l’An Mil, les artisans s’organisent sous forme d’asso (...)
  • 7 Notamment dans le Japon médiéval, avec le système des « Kabu-Nakama », à en croire Mataji Miyamoto (...)
  • 8 Thomas Branthôme (2013 : 213) apporte les précisions suivantes : « Lespinasse et Bonnardot [éditeur (...)
  • 9 « On pense que le recueil fut constitué en 1268 ; on sait ce que voulait le Prévôt car il s’en expl (...)

2C’est le besoin (la χρεία2) qui suscite l’apparition de la technè (τέχνη3), autrement dit l’habileté de métier. Au fil du temps, des corps de métiers émergent et deviennent dépositaires de cette τέχνη. Selon Étienne Martin Saint-Léon (1922), c’est Servius Tullius, sixième roi de Rome (575‒535), qui leur confère une existence institutionnelle pérenne, en reconnaissant, dans la constitution qu’il donne à la ville, des centuries d’artisans. En outre, depuis les premières civilisations, on observe sur les champs de bataille, une quadripartition et, partant, une spécialisation des guerriers4, qui se répartissent en infanterie, cavalerie, archers (puis artilleurs), et troupes de soutien. À partir de l’An Mil, alors que l’Europe se couvre d’un « blanc manteau d’églises »5, avec le concours des tailleurs de pierre, des sculpteurs, des facteurs de vitraux, les corporations et les guildes6 puis, en parallèle, les compagnonnages, archivent, perfectionnent et transmettent la τέχνη, dans de nombreux pays du monde7. Sous Saint-Louis, Le Livre des Métiers d’Étienne Boileau (1268)8, Prévôt de Paris, répertorie les règlements des différents métiers présents dans la capitale, jusque-là transmis par tradition orale, et les officialise en tant que statuts professionnels9. L’inventaire qu’il présente dans son ouvrage montre que la division du travail et la spécialisation se sont accentuées tout en se perfectionnant, avec plus d’une centaine d’activités représentées, où l’on dénombre les « talemeliers », les « crieurs de vin », les « patenostriers d’ambre et de gest », les « pescheurs de l’eaue le Roy », ainsi que les « fesserresses de chappeaux d’or et d’œuvres à un pertuis ».

  • 10 On pense par exemple à l’Économique de Xénophon, portant sur la bonne gestion des domaines agricole (...)
  • 11 Voir James McLellan (1993) sur ce point.

3La sophistication croissante de la τέχνη, l’apparition des premiers manuels techniques10, l’institutionnalisation progressive, au fil des siècles, de certaines disciplines comme la médecine, les sciences ou l’ingénierie, aboutissant à la fondation d’académies au XVIIIe siècle dans plusieurs pays d’Europe11, tout ceci concourt à alimenter un corpus de connaissances que, plus tard, à la suite des travaux de Varron, contemporain de César, et de la Cyclopædia d’Ephraïm Chambers (1728), Diderot et ses collaborateurs entreprendront d’archiver systématiquement dans l’Encyclopédie.

4Dès l’origine, la τέχνη et le λόγος ont partie liée. Les premiers outils, les premières techniques doivent recevoir des appellations spécifiques. Avec l’amélioration continue de la τέχνη, les besoins de nouvelles dénominations augmentent sans cesse. Des mécanismes néologiques se déploient. De nouvelles lexies, dont le sens est souvent peu accessible au profane, apparaissent au sein des différents métiers. La ritualisation des interactions entre acteurs d’un même domaine contribue progressivement à l’émergence de genres discursifs oraux et écrits, répondant à un besoin d’efficacité, d’économie de moyens et d’ergonomie dans les échanges. La χρεία accentue ainsi l’ancrage de la τέχνη dans la langue. D’Alembert, dans le Discours préliminaire de l’Encyclopédie (1894/1763 : 18‒19) évoque en ces termes le besoin de communication entre des êtres qui, soucieux de se protéger et d’améliorer leur condition,

ont aussi les mêmes besoins […], et par conséquent le même intérêt à les satisfaire ; d’où il résulte que nous devons trouver beaucoup d’avantage à nous unir avec eux pour démêler dans la nature ce qui peut nous conserver ou nous nuire. La communication des idées est le principe et le soutien de cette union, et demande nécessairement l’invention des signes ; telle est l’origine de la formation des sociétés avec laquelle les langues ont dû naitre. Ce commerce que tant de motifs puissants nous engagent à former avec les autres hommes, augmente bientôt l’étendue de nos idées, et nous en fait naitre de très nouvelles pour nous, et de très éloignées, selon toute apparence, de celles que nous aurions eues par nous-mêmes sans un tel secours.

5Aux vertus heuristiques de la communication entre personnes partageant les mêmes besoins s’ajoutent d’autres raisons poussant à développer un langage commun. L’aspect cryptique du jargon propre à certaines communautés, souligné par Louis-Jean Calvet (1994), lui confère une fonction de connivence. Aussi, lexique et formes propres de communication sont également des éléments culturels, signes de reconnaissance contribuant à la cohésion du groupe.

6Le corpus de connaissances accumulées au fil des siècles par les communautés de métiers est ainsi indissociable de ses prolongements langagiers. Les chercheurs et les enseignants d’anglais de spécialité doivent s’emparer de cette forte intrication entre les savoirs et habiletés propres à une discipline ou à une profession, et les discours qui constituent leur marque de fabrique. Continuant de développer l’approche intentionnelle des langues de spécialité, Michel Van Der Yeught et Evgueniya Lyu présentent dans ce numéro, où figurent également deux recensions par Ruth Breeze et Marion Charret del Bove, les implications de cette théorie dans le secteur LANSAD, notamment sur le plan de la « transposition didactique », concept initialement proposé par le sociologue Michel Verret (1975), puis transposé à l’univers de l’enseignement par Yves Chevallard (1985). Établissant des liens entre cette notion et la théorie des « trois mondes » de Karl Popper, ils proposent une approche spécifique pour transposer le « savoir savant », issu des encyclopédies élaborées par les métiers, en « savoir enseigné » adapté aux besoins des étudiants du secteur LANSAD. Dans le cadre de cette nouvelle approche didactique, l’étroite imbrication de la τέχνη et du λόγος que nous soulignions supra se vérifie notamment par un phénomène d’« instruction encyclopédique » permettant la bonne interprétation des énoncés, identifié par Umberto Eco (1986 : 68) :

In the interpretive process, encyclopaedic knowledge operates as a set of instructions that properly insert textual elements in their relevant contexts and achieve the correct disambiguation of terms.

7Il apparaît, selon Van Der Yeught et Lyu, que chaque langue de spécialité s’appuie également sur une encyclopédie propre, génératrice d’« instructions encyclopédiques » semblables à celles évoquées par Eco. Elles permettent par exemple de distinguer le sens général du mot cloud de son sens spécialisé dans le contexte des réseaux et de l’informatique. Il en découle, selon eux, qu’« enseigner les LSP consiste essentiellement à transmettre aux apprenants les savoirs encyclopédiques qui leur permettent d’interpréter et de produire correctement des discours spécialisés », postulat qui les conduit à formuler un certain nombre de recommandations relatives aux évolutions qu’ils jugent nécessaires au sein du secteur LANSAD, notamment quant à la posture que les enseignants devraient adopter, en cherchant à développer une connaissance approfondie du « spécialisé », vis-à-vis des savoirs et habiletés propres à chaque domaine de spécialité.

8Ces réflexions sont riches d’enseignements pour l’anglais de spécialité, dont les travaux de recherche comme les actions pédagogiques portent toujours, en définitive, sur la triade χρεία, τέχνη, λόγος. Ce qui fonde peut-être notre discipline en dernier ressort, ce qui l’amène à explorer toutes les encyclopédies du monde, c’est cette appétence pour la culture technique dont Gilbert Simondon (2005 : 512) faisait l’éloge en ces termes :

Dans l’homme, il faut une culture technique […] impliquant la conscience des schèmes et des qualités techniques qui sont matérialisés dans la machine. L’homme doit connaître la machine selon une connaissance adéquate, dans ses principes, ses détails, et son histoire ; alors, elle ne sera plus pour lui un simple instrument ou un domestique qui ne proteste jamais […]. L’homme cultivé doit avoir un certain respect pour l’être technique précisément parce qu’il connaît sa véritable structure et son fonctionnement réel.

9Si l’on transpose ce mot d’ordre de Simondon aux savoirs, aux habiletés, aux vocabulaires et aux formes d’expression propres aux domaines spécialisés, tous adossés à des besoins et des fonctions spécifiques, on voit que nous devons développer une attention particulière pour tous les phénomènes liés à la τέχνη, qui, comme le soutenait Simondon dans sa thèse de doctorat complémentaire intitulée Du mode d’existence des objets techniques (1958), ne sont pas ontologiquement détachables de l’homme, mais font pleinement partie de sa réalité sensible. Comme l’indique François Sigault (1991 : 597) :

Pour moi en tout cas ce qu’il y a d’essentiel dans l’œuvre de Simondon est son double effort pour réintégrer les techniques dans l’humain et dans la culture, et pour les comprendre en partant de leur genèse.

10Il me semble que nous devons faire nôtre cette ambition pour nous mettre en quête, au sein des domaines spécialisés anglophones, forts de cette sensibilité à la fois technique et humaine, de nouvelles découvertes. Gageons qu’elles seront, grâce à nos efforts conjugués, aussi innombrables que les étoiles dans le ciel.

Haut de page

Bibliographie

Bailly, Daniel & Gérard Greco. 2020. Dictionnaire Grec-Français, « Bailly 2020», version en ligne du 15 août 2020. http://gerardgreco.free.fr/IMG/pdf/bailly-2020-hugo-chavez-20210815a.pdf.

Branthôme, Thomas. 2013. « Introduction à l’historiographie des corporations : une histoire polémique (1880–1945) ». Les études sociales 157–158/1–2 : 213-29. DOI : 10.3917/etsoc.157.0213.

Calvet, Louis-Jean. 1994. L’argot. Paris : PUF.

Carlson, Laura. 2018. « The golden age of the English guilds ». In L. Carlson (dir.) Workers, collectivism and the law. Londres : Edward Elgar Publishing, 42–58.

Chambers, Ephraïm. 1728. Cyclopaedia. Londres : James and John Knapton.

Chevallard, Yves. 1985. La transposition didactique : du savoir savant au savoir enseigné. Grenoble : La Pensée sauvage.

D’Alembert. 1894. Discours préliminaire de l’Encyclopédie. Paris : Armand Colin.

Eco, Umberto. 1986. Semiotics and the philosophy of language. Bloomington : Indiana University Press.

Guareschi, Massimiliano & Maurizio Guerri. 2007. « La métamorphose du guerrier ». Traduit par Sarah Guilmault. Cultures & Conflits 67, 131–55. DOI : 10.4000/conflits.3127.

Keyvani, Mehdi. 1982. Artisans and guild life in the later Safavid period : contributions to the social-economic history of Persia. Berlin : Klaus Schwarz.

Martin Saint-Léon, Étienne. 1922. Histoire des corporations de métiers depuis leurs origines jusqu’à leur suppression en 1791. Paris : Félix Alcan.

McClellan, James Edward. 1993. « L’Europe des académies ». Dix-huitième siècle 25/1, 153–65. DOI : 10.3406/dhs.1993.1916.

Miyamoto, Mataji. 1956. « La Décadence Des Kabu-Nakama (corporations de marchands) du temps des Tokugawa et la révolution de Meiji ». Revue historique 216/2, 189–208.

Platon. 1932. Œuvres complètes. Tome VI : La République, Livres I-III — Introduction d’Auguste Diès, Texte établi et traduit par Émile Chambry. Paris : Les Belles Lettres.

Redman, Charles L. 1978. The rise of civilization : from early farmers to urban society in the ancient Near East (1e éd.). San Francisco : W.H. Freeman.

Roux, Simone. 1996. « Les femmes dans les métiers parisiens : XIIIe–XVe siècles ». Clio. Femmes, genre, histoire 3. DOI : 10.4000/clio.460.

Sigaut, François. 1991. « Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques » [recension]. Annales 46/3, 597-597.

Simondon, Gilbert. 1958. Du mode d’existence des objets techniques. Paris : Aubier-Montaigne.

Simondon, Gilbert. 2005. L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information. Grenoble : J. Millon.

Verret, Michel. 1975. Le temps des études. Paris : Honoré Champion.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet Charles Redman (1978).

2 Voir les définitions de ce terme dans le Dictionnaire grec-français Bailly en ligne, (Bailly & Greco 2020), <https://bailly.app/chreia>, consulté le 24 février 2023.

3 <https://bailly.app/techn%C3%AA>, consulté le 24 février 2023.

4 Voir à ce sujet Guareschi et Guerri (2007).

5 On doit cette expression au moine bourguignon Raoul Glaber, dans ses chroniques intitulées Historiarum libri quinque ab anno incarnationis DCCCC usque ad annum MXLIV.

6 Dans les bourgs et villes du Moyen Âge, après l’An Mil, les artisans s’organisent sous forme d’associations professionnelles, les « corps de métiers », aussi appelés selon le lieu : « gildes » (ou « guildes »), « hanses »… Ces associations organisent l’entraide et sévissent contre les franc-tireurs qui voudraient casser les prix ou dénaturer les pratiques professionnelles. Elles sont hiérarchisées, avec des maîtres, des compagnons et à la base des apprentis. Leur direction est assurée par des maîtres élus, les jurés, réunis en « jurandes » ou « maîtrises ». <https://www.herodote.net/ corporations_metiers_compagnons-mot-281.php>, consulté le 24 février 2023.

7 Notamment dans le Japon médiéval, avec le système des « Kabu-Nakama », à en croire Mataji Miyamoto (1956), ou l’Iran des Safavides selon Mehdi Keyvani (1982). En Angleterre, selon Laura Carlson (2018), les guildes connurent un âge d’or entre le XIVe et le XVIe siècles, avant de laisser progressivement la place à d’autres formes d’organisation professionnelle, notamment les associations de travailleurs puis les syndicats.

8 Thomas Branthôme (2013 : 213) apporte les précisions suivantes : « Lespinasse et Bonnardot [éditeurs du livre de Boileau en 1897] révèlent que l’ouvrage dans lequel Boileau recueillit les statuts des corporations eut comme première appellation générale Establissemens des mestiers de Paris, avant que l’usage ne retienne le nom Livre des Métiers, in : R. de Lespinasse et F. Bonnardot, Les Métiers et corporations de la ville de Paris. XIIIe siècle. Le livre des métiers d’Étienne Boileau, Paris, Imprimerie nationale, 1879, introduction, I, p. I. ».

9 « On pense que le recueil fut constitué en 1268 ; on sait ce que voulait le Prévôt car il s’en explique dans l’introduction : faire écrire les règles observées par chaque métier, leur donner ainsi une force supplémentaire tout en les plaçant sous l’autorité royale qui garantit leur totale légitimité. Cent un métiers ont fait enregistrer leurs statuts » (Simone Roux 1996 : §7).

10 On pense par exemple à l’Économique de Xénophon, portant sur la bonne gestion des domaines agricoles, au grand traité d’agriculture de Magon le Carthaginois, inspirant à Caton l’Ancien son De Agricultura, aux traités de médecine de Galien.

11 Voir James McLellan (1993) sur ce point.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Saber, « Éditorial — χρεία, τέχνη, λόγος »ASp, 83 | 2023, 1-8.

Référence électronique

Anthony Saber, « Éditorial — χρεία, τέχνη, λόγος »ASp [En ligne], 83 | 2023, mis en ligne le 14 mars 2023, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/asp/8309 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asp.8309

Haut de page

Auteur

Anthony Saber

Rédacteur en chef

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search