Navigation – Plan du site

AccueilNuméros85Articles de rechercheLa notion de rituel dans le disco...

Articles de recherche

La notion de rituel dans le discours institutionnel de la Banque d’Angleterre

The notion of ritual in the Bank of England’s institutional discourse
Laurence Harris

Résumés

L’objectif de cette contribution est de rassembler les dimensions rituelles d’ordre situationnel, discursif et lexical propres au discours spécialisé en contexte institutionnel afin de caractériser le lien entre variété spécialisée de discours et la notion de rituel. Une exploration des espaces de ce genre discursif au prisme du rituel permet d’aborder chacune de ces dimensions à la lumière des contraintes qui président à l’élaboration du genre. Des fragments lexicaux au cérémonial en passant par les mythes et les métaphores, le rituel qui accompagne l’allocution annuelle prononcée par le gouverneur de la Banque d’Angleterre à Mansion House fournit un cas d’étude propre au milieu institutionnel britannique. La perspective diachronique permet d’évaluer les formes et les fonctions de ce rituel sur une période de 77 ans. L’accumulation d’itérations successives portées par la performance rituelle confère une stabilité institutionnelle, suscite la confiance et maintient l’autorité.

Haut de page

Texte intégral

1 Introduction

1L’ancrage des langues de spécialité dans un contexte historique, culturel et social a été largement documenté. Par exemple, Van der Yeught (2016) a bâti un cadre épistémologique solide pour l’étude des langues spécialisées qui convoque les théories de Searle et de Popper. Searle (2005) considère le langage comme le fait social premier dont dépendent les institutions qui configurent notre espace social. Celles-ci émergent d’une intentionnalité collective et s’étudient à partir des pratiques et des constructions discursives qu’elles génèrent, dont les rituels. Comme l’observe Lecercle (2001, 5) :

S’il existe des langues de spécialité, et un champ d’étude spécifique, c’est parce qu’il n’est pas de phénomène linguistique qui ne soit médié par l’historique, le culturel et le social – c’est-à-dire par des institutions, des rituels et des pratiques, dont il est sinon impossible, du moins extrêmement réducteur et dangereux, de l’abstraire. (C’est nous qui soulignons.)

2Notre étude porte sur les discours institutionnels ritualisés qui s’inscrivent dans la construction du spécialisé. L’objectif de cette recherche est de rassembler les dimensions rituelles propres au discours institutionnel spécialisé afin de caractériser le lien entre le spécialisé et le rituel et d’enrichir l’approche des discours institutionnels au prisme du genre discursif.

3Certains de ces discours ritualisés sont anciens, d’autres émergent à l’époque contemporaine. Le discours retenu pour cette étude, l’allocution annuelle que donne le gouverneur de la Banque d’Angleterre à Mansion House, dans le quartier financier de Londres, trouve ses origines à l’époque victorienne. Le choix de ce discours se justifie par son inscription dans un domaine spécialisé à la fois disciplinaire et professionnel, celui de la finance, et un milieu spécialisé, à l’origine une communauté restreinte et homogène communément désignée par une métonymie, la City. L’allocution de Mansion House occupe une place centrale dans la communication de la Banque d’Angleterre et elle répond au double objectif fixé par le gouvernement de stabilité monétaire et financière du Royaume-Uni1. La mise en scène de ce rendez-vous incontournable relève d’un rituel élaboré.

4Dans la première partie de cet article, nous posons le cadre théorique en problématisant les notions de rituel et de genre discursif, avant d’aborder le contexte historique et situationnel dans lequel les textes ont été produits. Dans la deuxième partie, nous présentons le corpus et la méthode adoptée pour l’étude des régularités formelles du rituel. Dans la troisième partie, nous montrons en quoi le genre peut explorer efficacement les stratégies rituelles mises en discours en contexte institutionnel, afin de dégager, en conclusion, ce que les caractéristiques du genre institutionnel ritualisé dévoilent des visées pragmatiques d’un tel dispositif.

2 Cadre théorique et contexte

2.1 Rituel et institution

5Nous abordons les institutions au sens où l’entend North (1990), soit des créations humaines composées de contraintes formelles (constitutions, lois, droits de propriété) et informelles (codes de conduite, sanctions, coutumes, traditions) visant à réduire l’incertitude et à guider les interactions économiques, politiques et sociales. Les institutions résultent de la sédimentation de ces pratiques et fournissent un cadre aux interactions humaines. Ainsi, la Banque d’Angleterre est à la fois une organisation (une association d’individus visant la réalisation de buts soutenue par des moyens) et une institution, porteuse de règles, de valeurs et d’enjeux symboliques.

6Les définitions du rituel, concept transdisciplinaire « polymorphe » et « multimodal » (Galliot 2022, 11), varient selon le champ de savoir, une richesse théorique qui autorise une multiplicité d’approches et de points de vue. En ethnologie, le rituel désigne avant tout un « cadre contextuel spécifique » (Piette 1997, 140) où se déroulent des « séries d’actes solennels, répétitifs et codifiés, d’ordre verbal, gestuel et postural, à forte charge symbolique » (Rivière 1988, 7–9). Rivière revient sur le rôle essentiel du rituel « dans le fonctionnement de toutes les institutions, même économiques » (Rivière 1988, 7–9). Les anthropologues s’accordent sur une inscription des corps dans ces dispositifs sociaux : les processus rituels « incarnent et concrétisent des institutions » (Wulf et Gabriel 2005, 12). Parmi les autres traits du rituel, Abélès (1991) cite les rapports au savoir, au sacré et au temps. Le rapport au temps est multiple, comme le temps de la liturgie, la périodicité du rituel ou l’articulation entre passé et présent. Le savoir est véhiculé par des mots ou des objets qui fonctionnent comme autant d’« unités de stockage » de ce savoir traditionnel (Turner 1972, 12). Pour autant, le rituel peut rester opaque, y compris pour les participants. Ainsi, les convives présents au banquet de Mansion House sont souvent guidés par leurs hôtes pour accomplir les gestes du protocole. Cette « duplicité » propre au rituel (Abélès 1991, 243), à la fois reconnaissance et méconnaissance, est nécessaire à son efficacité symbolique (Bourdieu 1982). Le rite institutionnel réactualise un sacré « protocolaire », d’en haut, qui « parle hiérarchie, respect, institution » et impose le respect à une communauté qui se sent « dépassé[e] par quelque chose de plus grand, de plus ancien, de plus durable » qu’elle-même (Debray 2012, 15–18).

7Pour les sociologues Hofstede et al. (2010, 8), qui étudient la culture des organisations, le rituel est, parmi les manifestations culturelles, celle qui se situe au plus près des valeurs de l’institution. Contrairement aux héros et aux symboles, qui sont les manifestations de la culture les plus visibles de l’extérieur, mais aussi les plus superficielles et les plus vulnérables au changement, le rituel est davantage susceptible de résister aux aléas de la conjoncture et offre un accès privilégié aux valeurs que prône l’institution. La modification du rituel peut être interprétée comme le signe d’une fragilité ou d’une remise en cause de ces valeurs. Boltanski (2009, 122) voit dans le discours rituel de l’institution un système autoréférentiel qui soustrait la réalité à la contingence par la réitération et la confirmation, visant à absorber l’incertitude en véhiculant une « sécurité sémantique ». Tout écart par rapport au rituel est une forme de rupture qui fait ressurgir l’incertitude.

8Des notions de pragmatique permettent de compléter ce cadre théorique. Parmi les grands principes qui entrent en jeu dans tout discours, nécessairement réglé selon Grice (1991), figure le principe de coopération que les participants sont censés observer. En d'autres termes, le propos du locuteur doit être conforme à ce qu’on attend de lui, au moment où il intervient, au cours d’un échange discursif dont le but ou la direction sont partagés par les interlocuteurs. Pour Goffman (1967, 1973), le déroulement régulier des règles rituelles qui assurent le maintien de l’ordre social se fonde sur les tours de parole, le concept de face et le travail de figuration ainsi que, dans le cadre des activités cérémonielles, sur la déférence. Le concept de déférence a également été étudié par Marshall (2021) mais dans une acception institutionnelle et politique différente de celle de Goffman, en l’occurrence en contexte anglo-britannique. Nous l’abordons en section 2.3.

2.2 Genre de discours spécialisé

9Cette étude aborde le discours institutionnel ritualisé comme un genre de discours spécialisé par le biais des trois dimensions qui le composent et qui correspondent à trois types de contraintes : situationnelles, discursives et formelles (Charaudeau 2001), que Moirand (2003) nomme niveaux « macro », « meso » et « micro » du genre. Le niveau macro, celui de l’espace social (Bhatia 1993), comprend toutes les dimensions de l’inscription socio-historique du rituel : les visées de l’événement, le lieu où se détermine l’enjeu de communication, l’identité des participants, les thèmes abordés, les circonstances de l’énonciation jusqu’au rôle du public, l’intonation et la posture de l’orateur, et la symbolique des vêtements, des objets ou du décor. Le niveau meso ou médian est celui où se déploient les stratégies discursives de l’institution, au nombre desquelles figurent des procédés d’ordres argumentatif, métaphorique et narratif. L’espace micro des contraintes formelles est celui du texte, de sa composition, de ses constructions grammaticales et de son lexique.

2.3 Discours institutionnel en contexte britannique

10Marshall (2021) a étudié le concept de déférence en s’inspirant des écrits du constitutionnaliste Bagehot ([1867] 2009) pour souligner la double dimension de ce concept, d’une part hiérarchique et irrationnelle, héritée de la tradition et du rituel, d’autre part rationnelle et consentie, qui est propre au régime de monarchie constitutionnelle anglo-britannique. La distinction que Bagehot établit entre le versant imposant (« dignified part ») de la constitution anglaise (la monarchie et la Chambre des Lords), et son versant efficace [« efficient part »]) celui de l’exécutif et de la Chambre des communes, permet de mieux comprendre comment le décorum et la mystique du rituel visent à légitimer et à stabiliser le pouvoir. Le banquet de Mansion House puise dans la branche digne ou imposante de la constitution.

11Cependant, le rituel qui accompagne l’événement n’est peut-être pas aussi ancien que semble le suggérer la liturgie. La trace la plus ancienne du banquet de Mansion House dans la presse anglaise remonte à 1877, époque bien plus récente que la création de la Banque d’Angleterre (en 1694) ou que celle de la fonction de lord-maire de la City, l’hôte de la soirée, en 1189. S’agirait-il donc d’une « tradition inventée », concept rendu populaire par Hobsbawm et Ranger (2012), qui recensent des traditions forgées dans la deuxième moitié du XIXe siècle alors qu’elles paraissent ou se prétendent plus anciennes ? Ils constatent que les traditions et les rituels de cette période émergent souvent en réponse à des temps de crise ou à de nouvelles situations, permettant de gagner une légitimité en renvoyant au passé.

12Plus généralement, et au-delà du contexte spécifiquement britannique, le discours institutionnel désigne un ensemble de productions autorisées dans un milieu donné, souvent en lien avec l’appareil d’État. Les institutions font peser ces contraintes sur l’énonciation légitime – un riche matériau qui laisse cependant peu de place à la fantaisie, le discours institutionnel étant délibérément « sans aspérité ni saillie » (Krieg-Planque 2015, 115) car se distinguant par l’« effacement du dissensus » (Monte et Oger 2015, 5).

2.4 Contexte situationnel de l’allocution de Mansion House

13La désignation de l’événement s’inscrit dans l’espace macro des contraintes situationnelles, qui ont été étudiées en détail dans une étude précédente (Harris 2019). Nous évoquons ici les caractéristiques principales dégagées lors de cette étude. Jusqu’en 2016, le titre complet de l’allocution, tel qu’il figure sur le site de la Banque d’Angleterre, fait référence aux destinataires, aux protagonistes principaux et au lieu du banquet : Speech given by the Governor of the Bank of England at the Lord Mayor’s Banquet for Bankers and Merchants of the City of London at the Mansion House, London. Le banquet est organisé pour les « banquiers et négociants » de la City, activités professionnelles que réunit la finance d’entreprise. Le maintien du terme anglais de merchant, hérité des échanges commerciaux du XVIe siècle et de la création des premières sociétés par actions rappelle les origines du milieu spécialisé d’où émanent les discours de Mansion House.

  • 2 Londres est une capitale bicéphale (Chassaigne et Esposito 2013), dont la géographie sépare le quar (...)

14Le lieu où se déroule le rituel continue ainsi d’occuper une place centrale parmi les contraintes situationnelles du genre. Avec la Banque d’Angleterre et l’ancienne bourse de Londres (Royal Exchange), l’édifice de Mansion House complète un triangle architectural qui fonde le cœur financier de la City. Dans l’imaginaire collectif, une institution est souvent d’abord un bâtiment. Il y aurait beaucoup à dire sur l’architecture des lieux, comme la simulation de la mesure classique à l’époque turbulente de leur construction. Des colonnes corinthiennes ornent la façade des trois constructions. Le style néoclassique, qui célèbre la symétrie et l’équilibre des proportions des temples grecs se poursuit à l’intérieur de Mansion House : l’imposante salle dite égyptienne, dans laquelle se tient le banquet, accueille environ 350 convives dans un décor de style palladien. D’autres éléments susceptibles d’influencer l’écriture du discours proviennent des dix-sept statues d’inspiration romaine qui décorent la salle, parmi lesquels des poètes et écrivains britanniques côtoient Alexandre le Grand. Deux larges vitraux illustrent des scènes de l’histoire britannique : la signature de Magna Carta en présence du lord-maire et la procession de la reine Elisabeth I depuis la City le jour de son couronnement. Le vitrail royal (Royal Window), à l’ouest de la salle, fait face au vitrail de la City (City Window), à l’est, comme un écho à la localisation géographique des deux centres du pouvoir à Londres2.

15Le rituel de Mansion House met en scène le lord-maire, le chancelier de l’échiquier et le gouverneur de la Banque d’Angleterre qui se rendent en procession et en musique à la table d’honneur, effectuant un demi-tour de salle, tandis que les invités les accompagnent depuis leur place, frappant en cadence dans leurs mains. Puis viennent les toasts portés à la famille royale, le repas et les discours annoncés par un gong. L’agencement traditionnel des tables de banquet disposées en T, perpendiculairement à la table d’honneur, incite les invités à se tourner vers l’orateur et décourage les échanges personnels pendant la lecture des discours. C’est indirectement une façon de contrôler l’auditoire, contraint à l’attention par cet agencement, captif à défaut d’être captivé par les paroles du gouverneur.

16Un autre détail du décor invite au respect de l’autorité : la masse et l’épée du lord-maire sont exhibées sur un support de velours rouge derrière l’orateur. Plus particulièrement, la masse rappelle, par sa forme, le skeptron chez Homère : celui qui s’en saisit détient la parole et l’autorité, une mise en scène du verbe qui participe de la performativité du discours. Selon Bourdieu (2014, 164), le discours d’autorité « doit être prononcé par la personne légitimée à le prononcer, le détenteur du skeptron, connu et reconnu comme habilité et habile à produire cette classe particulière de discours ». Ainsi la délégation d’autorité passe par la reconnaissance d’éléments visibles qui s’ajoutent à l’étiquette de la cérémonie, l’ordonnance du rite et le code vestimentaire, que Bourdieu nomme les conditions liturgiques présidant à la production du discours. La collaboration du public au rituel, fondée sur une illusio, est indispensable au fonctionnement de l’autorité : le langage d’autorité ne gouverne jamais qu’avec la collaboration de ceux qu’il gouverne, c’est-à-dire grâce à l’assistance des mécanismes sociaux capables de produire cette complicité, fondée sur la méconnaissance, qui est au principe de toute autorité.

17Dans les discours des premières années, la seule image destinée à la presse est une photographie du lord-maire en tenue d’apparat et en compagnie du chancelier et du gouverneur, prise dans un salon attenant à la salle égyptienne. Le cliché montre les trois protagonistes devant une cheminée en marbre ornée d’un soleil à visage humain dont les rayons sont visibles dans l’arrière-plan. La pose immuable fige l’iconographie de l’événement et participe à sa ritualisation.

18Les quelques versions filmées des discours disponibles en ligne permettent de formuler des observations générales sur la performance des gouverneurs. Leur posture hiératique est celle d’un orateur qui ne cherche pas à se mettre en avant. Ils sont d’ailleurs confinés derrière un pupitre posé à même la table d’honneur, entre deux convives, et non sur le devant d’une scène. Le texte est lu sans effet de manche, le timbre de la voix est monocorde, sans saillance, synchrone avec la gestuelle. Cette monotonie est calculée : le sujet – la monnaie – se prête à une prestation sans excès, rassurante. Les jeux de pouvoir sont ailleurs, dans la sélection des invités et le plan de table, qui fait l’objet d’un soin particulier, car ce banquet est le moment et l’endroit où il faut être pour cette communauté spécialisée, au cœur d’un cercle qui compte.

19Le discours est le produit polyphonique d’un échange implicite avec les allocutaires. Les trois cercles qui composent l’auditoire de Mansion House influent sur la facture des discours, modelant le fond et la forme des interventions du gouverneur au gré des changements qui ponctuent l’évolution de la société et des tournants de l’histoire. Les invités du banquet appartiennent au premier cercle, restreint, des spécialistes du domaine financier : leurs attentes diffèrent de celles du grand public, le troisième cercle, qui s’informe sur les annonces du gouverneur par le biais des médias (c’est le deuxième cercle, qui joue le rôle crucial d’intermédiaire).

20Loin d’être figé, le rituel évolue et se modernise à mesure des heurts de l’histoire et des transformations du milieu, de la technologie et de la société. Les retransmissions en direct et sur les réseaux sociaux assurent une visibilité inédite à un événement et à une institution qui se revendiquait traditionnellement opaque, adoptant au tournant des années 1990 une stratégie de la transparence avec l’objectif de guider les marchés financiers. L’étiquette vestimentaire s’assouplit, le traditionnel white tie faisant place à une tenue moins formelle. Les femmes sont finalement admises parmi les convives, la Banque d’Angleterre ne comptant cependant que des hommes parmi ses gouverneurs. Ces changements ont une incidence sur les mots du discours.

3 Cadre méthodologique

3.1 Corpus

21Le corpus utilisé pour cette étude rassemble 76 allocutions (197 057 mots) prononcées à Mansion House par les dix gouverneurs qui se sont succédé à la Banque d’Angleterre de 1946 à nos jours. Ils ne sont que dix car la durée de leurs mandats excède celle des premiers ministres et des chanceliers qui les nomment. Au fil du temps, les discours s’allongent (voir tableau 1). De plus en plus médiatisés, ils sont filmés à partir de 2011.

Tableau 1. Allocutions données par les gouverneurs de la Banque d’Angleterre à Mansion House, 1946-2023 (Corpus GOV)

Gouverneurs de la Banque d’Angleterre

(1946-2023)

Allocutions (N)

Taille moyenne (nb de mots)

Lord Catto (1946-1948)

3

1 702

Lord Cobbold (1949-1960)

12

1 197

Lord Cromer (1961-1965)

5

2 431

Leslie O’Brien (1966-1972)

7

2 398

Gordon Richardson (1973-1982)

10

2 275

Robin Leigh-Pemberton (1983-1993)

11

1 644

Eddie George (1994-2002)

9

1 937

Mervyn King (2003-2013)

11

2 175

Mark Carney (2014-2019)

Andrew Bailey (2020-2023)

6

2

4 541

2 712

Total

76

2 301

22Quant à la régularité de l’événement, si le banquet s’est tenu de façon ininterrompue jusqu’à la campagne du référendum sur le Brexit, l’année 2016 marque une rupture. Le discours de 2016 est remplacé par un hommage à la députée Jo Cox, assassinée le matin même. En 2017, l’incendie de la tour Grenfell oblige Mansion House à reporter l’événement cinq jours plus tard, dans une version matinale et dépouillée du cérémonial. En 2019, le banquet est interrompu par des militantes de Greenpeace venues déclamer un discours alternatif, et en 2020, il est purement et simplement annulé pour cause de pandémie. Ainsi cet événement, très suivi par le monde de la finance, a été quelque peu bousculé dans la période post-Brexit. Il est certain que tout changement de format ou report de date doit être examiné en termes de rupture ou d’adaptation. La méthodologie adoptée inclut ces dimensions. La méthode d’exploitation du corpus est hybride, à la fois exploration outillée et repérage manuel.

3.2 Exploration du corpus : approche outillée et approche manuelle

  • 3 < https://lexi-co.com/>, consulté le 10/02/2024.
  • 4 IRaMuTeQ est une Interface de R pour les Analyses Multidimensionnelles de Textes et de Questionnair (...)

23L’analyse des données textuelles (ADT) permet de faire émerger, au niveau micro du genre, les aspects spécifiques du rituel dans ses dimensions synchronique et diachronique. Les outils employés dans le cadre de cette étude sont les logiciels textométriques Lexico3 et Iramuteq4 (Pincemin 2018), qui proposent deux approches complémentaires en ADT. La première est contrastive du fait de la segmentation préalable du corpus en sous-parties, soit les 76 textes ou les dix locuteurs ; la seconde est structurante puisque l’analyse permet de faire émerger un ensemble structuré de classes de mots et de segments de textes représentatifs de chaque classe.

  • 5 L’AFC transforme n’importe quel type de données brutes en un tableau de contingence qui croise des (...)

24Le logiciel Lexico facilite le repérage des régularités formelles du corpus en les cartographiant, chaque carré représentant un paragraphe de texte (voir 4.1.1, figure 2). Cette opération s’effectue après une extraction des segments répétés. L’intérêt est double : d’une part, celui d’isoler les récurrences et les éventuels figements du discours et, d’autre part, de signaler visuellement la position de ces segments à l’intérieur des textes. L’analyse factorielle des correspondances (AFC)5 permet une autre visualisation des composantes lexicales du rituel (voir 4.1.2, figure 3) qui convient particulièrement aux données sérielles. Ces séries textuelles chronologiques sont définies comme des « séries périodiques homogènes constituées par des textes produits dans des situations d’énonciation similaires » (Salem 1988, 107). Sur une période assez longue, tout vocabulaire se renouvelle : certains usages se raréfient, de nouveaux apparaissent. Si l’ensemble des points dessine une parabole, et les points sont régulièrement espacés sur cette parabole, cela signifie que le renouvellement du répertoire lexical dans le temps est régulier et ne présente aucun clivage particulier. Si, en revanche, un ou plusieurs points s’éloignent de la parabole, il y a rupture du « temps lexical » (Salem 1988, 107), et il est intéressant de rechercher les motifs de cette rupture.

  • 6 La réorganisation du corpus sous la forme de classes sémantiques souligne la logique réticulaire de (...)

25Le logiciel Iramuteq permet d’extraire les segments de texte caractéristiques de chaque classe par une classification hiérarchique descendante6 en leur allouant un score de spécificité (le score est élevé lorsque le segment condense un nombre élevé de formes appartenant à la classe). Le retour aux segments qui ont été saisis par le logiciel pour constituer les classes permet de mieux comprendre le sens des mots en contexte et donc d’en dégager des thématiques pertinentes (voir 4.1.3, figures 4 et 5). Enfin, l’analyse des similitudes, élaborée selon la technique de la théorie des graphes, permet d’étudier les relations entre les éléments d’un ensemble en réduisant les connexions entre les items aux arêtes les plus fortes. Alors que l’AFC, qui est produite à partir de calculs d’inertie entre mots et partitions du corpus, fait apparaître des rapprochements et des éloignements, l’analyse des similitudes envisage le corpus sous l’angle de la connexité, aboutissant à une représentation arborée (voir 4.1.4, figure 6) où les nœuds soulignent les relations de voisinage entre formes (Marchand et Ratinaud 2012).

26Outre l’approche outillée, nous avons relevé manuellement les diverses stratégies argumentatives, métaphoriques et narratives qui tissent la trame du rituel. La rhétorique participe du rituel tandis que l’étude des métaphores ouvre des pistes prometteuses et la narration, riche et multiforme, pose ses cadres. La section suivante présente les résultats de la combinaison des deux types d’analyse pour l’étude des contraintes formelles et discursives pesant sur le genre étudié, en tenant compte des contraintes situationnelles.

4 Analyse

27Les résultats de notre analyse montrent que le choix du genre discursif (les allocutions prononcées à Mansion House par les gouverneurs successifs à la Banque d’Angleterre) comme voie d’accès à des discours institutionnels ritualisés s’est révélé probant car l’exploration peut s’effectuer sur plusieurs niveaux, à travers les espaces qui structurent ces discours.

28Le genre ritualisé est contraint par un dispositif complexe qui donne lieu à trois niveaux d’analyse enchâssés, que nous présentons de manière synthétique dans la figure 1. Les listes proposées dans cette grille ont vocation à s’étoffer en fonction du milieu institutionnel étudié, de la variété de langue spécialisée, de l’analyse linguistique menée ou des outils textométriques mobilisés. La figure 1 illustre ainsi la grille que nous avons utilisée pour analyser des rituels des discours institutionnels en milieu spécialisé. Elle a permis de dégager les stratégies discursives présentées dans cette section.

Figure 1. Grille d’analyse du rituel des discours institutionnels en milieu spécialisé

Figure 1. Grille d’analyse du rituel des discours institutionnels en milieu spécialisé

4.1 Analyse des données textuelles (niveau micro du genre institutionnel ritualisé)

29Nous abordons les réitérations du rituel que livre l’analyse des données textuelles en prenant en compte la porosité des trois espaces – situationnel ou macro, discursif ou meso et formel ou micro. Ainsi les marques linguistiques dont la fréquence est observée au niveau micro n’ont de sens que par rapport aux autres dimensions du genre.

4.1.1 Les fragments lexicaux du rituel

30Seuls les segments répétés comprenant des séquences d’au moins cinq formes ont été retenus dans un premier temps afin d’éviter de saturer la carte des sections (voir figure 2). Ce sont des formules d’ouverture (salutations) ou de clôture (toasts) des discours. Par exemple, I would like to pay tribute to, toast of good health and prosperity, bankers and merchants of the City, so I invite you all to rise and join me. Ces segments répétés qui encadrent les allocutions, et que l’on peut visualiser sur la carte des sections en début et fin de discours, sont les formules du cérémonial.

Figure 2. Topographie textuelle des segments répétés extraits (Corpus GOV, Lexico)

Figure 2. Topographie textuelle des segments répétés extraits (Corpus GOV, Lexico)

31Dans la lignée de Hyland (2008), nous isolons également la liste des fragments lexicaux (lexical bundles) de quatre mots dont la répétition est susceptible de signaler les caractéristiques d’une variété de discours spécialisé. Nous n’avons pas tenu compte des expressions lexicales attendues renvoyant au domaine (the Bank of England, the rate of inflation, etc.). Parmi les séquences classées par ordre décroissant de fréquence dans le tableau 2, on identifie des repères spatiaux-temporels (over the past year, the past twelve months, at home and abroad, etc.), des segments signalant des transitions (on the other hand) et des relations causatives (as a result of ). Enfin, d’autres sont orientées vers les participants, le locuteur exprimant un positionnement épistémique (I should like to, I would like to, I have no doubt, I am sure that) ou des stratégies d’engagement  (voir l’emploi du « nous » inclusif dans if we are to ou all of us here). Il faudrait bien sûr confronter ces résultats à des mesures obtenues à partir de corpus comparables issus d’autres domaines, comme procède Hyland en linguistique de corpus. Selon Krieg-Planque (2012, 108), les « routines d’écriture » du discours institutionnel ne doivent pas être conçues comme des « facilités de langage ». Elles sont « socialement signifiantes » et doivent être mises en relation avec les régularités du genre. Une approche de la phraséologie par le biais des segments répétés permet ainsi d’établir une distinction entre cérémonial et routine, deux faces complémentaires du rituel discursif.

Tableau 2. Extrait des fragments lexicaux de quatre mots (Corpus GOV, Lexico)

Fragment

N

Fragment

N

at the same time

28

The end of the

14

over the past year

27

The heart of the

14

I should like to

20

the way in which

14

I would like to

20

I have no doubt

14

the rest of the

19

on the other hand

14

economy as a whole

19

to ensure that the

13

if we are to

19

at the end of

13

the past twelve months

16

as a result of

12

in the face of

15

at a time when

12

I am sure that

15

all of us here

12

at home and abroad

15

system as a whole

12

4.1.2 Irrégularités sur la parabole du temps lexical

  • 7 Mark Carney fut le premier gouverneur non britannique dans l’histoire de la Banque.
  • 8 La parabole a été ajoutée manuellement afin de permettre une meilleure visualisation de la courbe d (...)

32Dans un deuxième temps, nous affichons les dix locuteurs du discours de Mansion House selon l’attraction qui s’exerce entre leurs lexiques respectifs (voir figure 3). Une grande proximité s’observe entre les discours des premiers locuteurs du corpus, ce qui indique un faible renouvellement de leur vocabulaire. Le positionnement du 9e locuteur, Carney7, signale un renouvellement lexical inégalé dans les allocutions des décennies précédentes, tandis que le 10e gouverneur, Bailey, puise dans un domaine de références traditionnellement britanniques, son répertoire lexical le rapprochant davantage de ses compatriotes des décennies antérieures que de son prédécesseur immédiat. Comme la figure 3 le montre, le renouvellement lexical n’est pas régulier : les points ne sont pas régulièrement espacés sur la parabole)8, ce qui signifie que des irrégularités se font jour.

Figure 3. La parabole du temps lexical (AFC, Lexico)

Figure 3. La parabole du temps lexical (AFC, Lexico)

4.1.3 La classe sémantique du rituel

33Une autre projection de l’AFC, sous la forme de classes de segments de textes, permet de mieux cibler la place du rituel dans le discours de Mansion House. Ces classes sont autant de facettes d’entrée dans l’univers sémantique du corpus. La classification hiérarchique descendante du logiciel Iramuteq découpe le corpus en cinq classes (voir figure 4). L’une des classes résultant de ce traitement occupe un quadrant entier et rassemble les termes propres au discours institutionnel ritualisé : grateful, toast, occasion, celebrate, etc. Les classes s’affichent également sous la forme d’un dendrogramme (voir figure 5).

Figure 4. Classes sémantiques (AFC, Iramuteq)

Figure 4. Classes sémantiques (AFC, Iramuteq)

34La consultation des segments de textes caractéristiques de chaque classe confirme qu’une classe (la classe 5, en haut à gauche de l’AFC) rassemble les formules du rituel. Ne résultant pas de ramifications complexes, cette classe du rituel est également étanche par rapport aux autres classes du corpus, qui recouvrent des domaines spécialisés : échanges internationaux (classe 1, au centre), politique monétaire (classe 2, au centre droit), analyse macroéconomique (classe 3, en bas à droite) et réglementation prudentielle (classe 4, en bas à gauche).

Figure 5. Classification hiérarchique descendante, corpus GOV (Iramuteq)

Figure 5. Classification hiérarchique descendante, corpus GOV (Iramuteq)
  • 9 Selon Cassin (1995, 200-208), qui réhabilite les premiers sophistes, l’éloge porte un jugement de v (...)

35Les marqueurs discursifs du rituel forment ainsi une classe à part dans l’univers sémantique du corpus. L’usage de termes et de formules de politesse, de félicitations et d’hommages inscrivent l’allocution dans le registre épidictique, mobilisé à l’occasion d’une célébration et visant à instruire par l’éloge9. Les formules de politesse, de félicitations et d’hommages versant parfois dans l’hyperbole (impressive, overwhelming) sont l’occasion de rappeler l’ancienneté et le respect de la tradition (time-honoured tradition) et les rôles des porte-parole (on behalf of).

4.1.4 Réseaux institutionnels

36Nous affinons davantage les réseaux institutionnels que sous-tend le discours du rituel en projetant une analyse des similitudes. Le graphique arboré de la figure 6 place le nuage cristallisé autour de Bank et de Governor, envisagé comme le porte-parole de l’institution (voir les formes pleines express, wish, discussion) à l’articulation de deux nuages autour de Chancellor, d’une part, et de City de l’autre (à l’intérieur de ce dernier nuage apparaissent les formes community, merchant et banker, en cooccurrence avec work, commitment, importance, great et tradition). Cette configuration étaye l’hypothèse du positionnement de la Banque et de son gouverneur dans un rôle pivot entre l’exécutif, d’une part, et le milieu de la finance de l’autre, et souligne l’hommage rendu par ce discours à la City. Une troisième bulle, adjacente à celle du réseau autour de City mais aux marges de l’arborescence, est consacrée au lord-maire, remplacé tous les ans, figure symbolique et périphérique dans ce qui pourrait s’apparenter à des réseaux de pouvoir.

Figure 6. Analyse des similitudes (classe 5 du corpus GOV, Iramuteq)

Figure 6. Analyse des similitudes (classe 5 du corpus GOV, Iramuteq)

37Les représentations produites mettent en évidence des régularités au niveau micro (celle des segments répétés, en phase avec le rituel), mais également des changements de scansion sur la parabole du temps lexical, d’où l’intérêt de poursuivre ces investigations sur l’évolution diachronique du discours et d’isoler les facteurs susceptibles de provoquer des écarts au rituel : le changement de paradigme en politique publique et monétaire des années 1980, ses répercussions sur les mandats de la Banque d’Angleterre, la révolution technologique et les pratiques des médias (Harris 2019).

4.2 Contraintes et stratégies discursives (niveau meso)

38L’espace intermédiaire entre les données situationnelles et la configuration textuelle, est celui des stratégies discursives déployées par les co-énonciateurs du discours ritualisé. Au croisement des espaces macro et micro, les moyens discursifs mis en œuvre au service du spécialisé évoluent certes, mais le rituel porte la mémoire des interventions passées, imprimant une continuité à l’institution et à son action. C’est dans cet espace central à l’articulation de l’ensemble que se développe l’« expertise professionnelle » (Bhatia 1993). Le rituel est mis au service d’une praxéologie véhiculant le savoir et les croyances qui fondent le spécialisé.

4.2.1 La double rhétorique du temps et de l’espace

  • 10 Contrairement à Perelman et Olbrechts-Tyteca (2008, 70) qui voient dans les topoi de l’éloge la cél (...)

39Si le retour annuel du rituel fait de l’allocution de Mansion House un rendez-vous intemporel, l’actualité s’invite nécessairement, car il s’agit d’un bilan et d’une anticipation des politiques monétaires et prudentielles menées par la Banque d’Angleterre. Selon Barbara Cassin (1995, 200), les topoi ou lieux communs du genre épidictique, qui rendent parfois le discours « pompier » voire « insupportable » servent à absorber le kairos, défini comme l’irruption de l’inattendu ou le moment de bascule10. La « double rhétorique du temps et de l'espace » (Cassin 1995, 469) est utilisée à son plein potentiel dans l’allocution de Mansion House et fournit au gouverneur un moyen de gérer la contingence, en particulier s’il s’agit d’expliquer une crise financière ou une inflation mal maîtrisées. Loin d’être apolitique et anhistorique, le discours compose avec la circonstance et éclaire le présent. Une telle stratégie est évidente dès le premier discours du corpus :

It is a time-honoured tradition that the Governor of the Bank of England should reply to the toast of “the Bankers and Merchants of the City of London” and on behalf of them all and of myself our thanks are due to you, Sir Philip, for the charming manner in which you proposed the toast and to you all for the warmth with which it has been received. I was glad to notice that warmth was in no sense reduced by the fact that the Bank has, in the past year, come under public ownership. That, of course, is a fundamental change. But I am sure you will all agree that it has been brought about in a manner which illustrates the capacity of this Old City to make changes in its institutions and to renew itself to serve the country’s needs (Catto GOV 1946).

40Les deux temporalités sont présentes : d’une part, celle du cycle de l’éternel retour, du rituel qui résiste à l’usure du temps (time-honoured) avec un rappel du nom complet de l’événement, et des hommages un peu convenus à la cordialité forcée (warmth, charming, glad) ; d’autre part, l’évocation d’un changement fondamental dans l’histoire de la Banque, son transfert dans le domaine public procédant du kairos. Il s’agit de domestiquer le temps en le calquant sur l’espace et le réduisant aux limites du lieu commun, de la doxa. On retrouve cette même double rhétorique dans les premières interventions des gouverneurs, souvent forcés d’adopter des mesures restrictives dans des circonstances dictées par l’urgence alors qu’ils sont à peine installés dans leurs fonctions. Ils tentent ainsi de justifier ces mesures exceptionnelles :

My predecessors, Lord Cromer and Lord O'Brien, both had their baptisms of fire within weeks of taking office. The variant reserved for me arrived at once when the dollar fell suddenly against the continental “snake” and carried sterling down with it. There was no case for a further fall in the rate for balance of payments reasons and it would have worked against the government's anti-inflationary measures (Richardson GOV 1973).

41Ces baptêmes du feu racontent des interventions in extremis sur les marchés pour sauver le crédit ou la monnaie de l’effondrement. Le gouverneur saisit le moment du rituel pour tenter de faire sens du présent, pour transformer une rhétorique du temps, surtout si les événements échappent de façon manifeste au contrôle du locuteur, en une rhétorique de l’espace, par le biais de lieux communs qui unissent la communauté.

4.2.2 Le travail rituel de figuration

42L’engagement discursif du locuteur est également régi par certaines contraintes propres au genre. La politesse cérémoniale qui accompagne l’événement relève d’un équilibre entre actes menaçants et valorisants échangés entre la Banque et le gouvernement, sous-tendu par un désir mutuel de préservation des faces (Harris 2020a). L’écart à la tradition que se permet Lord Cromer en 1965 est une réprimande indirecte au gouvernement auquel il reproche des habitudes dispendieuses, mais il valorise au passage sa propre face et atténue l’acte menaçant qu’il destine au chancelier de l’Échiquier : « It [is] traditional for the Governor to give a resume of financial events during the past year. But there are […] good reasons for departing from precedent this year » (Cromer GOV 1965). Dans un second temps, Cromer accuse (sans le nommer) le chancelier de négliger les conséquences qu’a eues, sur la balance des paiements, une intervention sur les marchés pour résorber une crise de la livre :

I have an additional reason for departing from precedent, in that it is not yet possible finally to close off our books on the sterling exchange crisis which erupted in November of last year, leaving until very recently an aftermath of disturbing debility in confidence (Cromer GOV 1965).

43Cet acte menaçant pour la face (face-threatening act, Brown et Levinson 1987) ouvre la voie à d’autres accusations : le rappel d’un emprunt au FMI qu’il va falloir rembourser, le « péril » qu’a frôlé le pays l’année passée, les engagements pris (et non tenus) par le premier ministre (« the undertakings that the prime minister has given of the government's determination to see sterling riding high », Cromer GOV 1965). Déroger au format traditionnel est porteur de sens.

4.2.3 Les veines métaphoriques

44Si la politesse rituelle est l’une des facettes de ce discours, les métaphores s’inscrivent également dans la continuité et la répétition. Deux « veines métaphoriques » (Resche 2013) prospèrent dans le discours financier, la « veine mécaniste », empruntée à la physique mécanique, et la « veine organique », inspirée de la biologie (Resche 2016, 105). Parmi les termes métaphoriques qui émaillent le discours économique et qui s’inscrivent dans ces deux veines, Resche (2016) cite financial instruments, leverage, market forces, velocity, d’une part, et inflation, growth, crisis, liquidity, d’autre part. Ces métaphores sont employées dans les allocutions de Mansion House pour stabiliser ou annoncer un changement de paradigme en politique monétaire (Harris 2018). Elles s’adaptent aussi au contexte cérémonial et festif :

It may say champagne – AAA – on the label of an increasing number of structured credit instruments. But by the time investors get to what’s left in the bottle, it could taste rather flat (King GOV 2007).

45À l’heure des toasts, King tempère l’exubérance des banquiers attablés en leur rappelant les dommages causés par les produits financiers structurés mal évalués par les agences de notation lors de la crise financière de 2007. Le rôle du banquier central est de modérer le monde de la finance qui continuerait à se divertir alors que la situation est grave :

Just as the role of a central bank in monetary policy is to take the punch bowl away just as the party gets going, its role in financial stability should be to turn down the music when the dancing gets a little too wild (King GOV 2010).

46Cet appel à la modération réactive le sème de la sphère domestique et joue sur l’effet de familiarité que provoquent les métaphores recyclées. On trouve également des échos, dans la culture britannique, à une musique anxiogène annonçant un désastre imminent, par exemple celle que joue l’orchestre du Titanic. Les métaphores tissent, au fil des discours, une trame narrative que viennent étayer les bribes de contes, légendes et anecdotes qui émaillent les allocutions.

4.2.4 La mise en récit

47La mise en récit va de pair avec le rituel, des mythes aux grands récits. L’épopée homérique appartient au fonds commun narratif propre à ce discours spécialisé, dans lequel le gouverneur puise pour expliquer le guidage prospectif (forward guidance) en politique monétaire : « Counter-inflationary credibility cannot be acquired by tying oneself to the mast when the conditions are so adverse that the mast breaks in the wind » (Leigh-Pemberton GOV 1993), ou le dilemme auquel est confronté le comité de politique monétaire nouvellement créé : « We risk either being blown onto the Scylla of excessive domestic exuberance or sucked down by the Charybdis of external weakness » (George GOV 2001). Selon Jacopin (2010, 11), le mythe correspond à une « ritualisation de la narration » dont la « temporalité circulaire » permet au passé de rejoindre le présent. L’une des caractéristiques de la parole mythique est son adaptabilité aux changements sociaux. L’espace social dans lequel se déroule le récit confère son sens au mythe. La répétition des récits d’ancêtres et de héros mythiques, qui sont des « êtres de parole » réduits à quelques traits saillants (Jacopin 2010, 28), n’a pas pour fonction de véhiculer une croyance plus ou moins religieuse mais plutôt une vision collective qui fonde la société et rassemble « auditeurs et narrateur en un ensemble commun […] d’individus face à un problème présent ou passé » (Jacopin 2010, 31). Par le biais de la parole mythique qui invoque un âge d’or, le conteur induit une transformation. C’est également l’ambition du gouverneur lorsqu’il puise dans un fonds collectif de mythes pour étayer celui de la City (Harris 2020b).

48La mise en récit est aussi l’occasion pour un gouverneur de se raconter car si l’individu s’efface derrière la fonction, une marge est laissée au porte-parole de la Banque d’Angleterre pour exprimer son identité discursive. Le premier discours à Mansion House est ainsi parfois construit comme un récit initiatique, à la manière du pèlerin de Bunyan (Harris 2016). Plus récemment, la politique monétaire est présentée comme un feuilleton à rebondissements :

The Euro-area crisis has had more dramatic moments, in which the ultimate resolution seems to be at hand only to be confounded by subsequent events, than there are episodes in “The Killing”. And the Danes aren’t even members of the Euro area. (King GOV 2012).

The story so far (Bailey GOV 2021)

49Le genre s’enrichit ainsi de citations, de poèmes, d’aphorismes, de mythèmes. L’humour devient même un passage obligé du discours (Harris 2023) et fait partie des outils que le locuteur exploite à des fins stratégiques. L’objectif est de susciter la confiance sans laquelle la Banque d’Angleterre ne peut mener à bien ses missions.

4.2.5 La ritualisation de la contre-interpellation par la tradition

  • 11 <https://greenwire.greenpeace.org/uk/en-gb/blogs/greenpeace-climate-emergency-action-mansion-house>, consulté le 10/02/2024.
  • 12 Le discours d’une institution régalienne (la souveraineté monétaire) devrait neutraliser l’ethos sp (...)

50L’entorse au rituel mérite une étude attentive car toute forme de rupture fait ressurgir l’incertitude, provoque l’inquiétude et ébranle la confiance dans l’institution. La disruption informe sur la capacité du rituel à absorber la violence, ce qui se vérifie le 22 juin 2019 avec l’irruption d’une quarantaine de militantes de l’association Greenpeace dans la salle égyptienne de Mansion House, au moment des discours. Il s’agit d’une action en faveur du climat portant le slogan « Business as usual is no longer an option » (c’est nous qui soulignons). L’intrusion au beau milieu d’un banquet d’« hommes privilégiés »11 soulève également la question de la parole institutionnelle genrée12. Les protestataires détournent les codes du rituel de Mansion House (tenue de soirée, référence aux suffragettes, lecture d’un contre-discours, reprise de la formule « banquiers et marchands » dans leurs revendications). Cette « contre-interpellation » (Lecercle 2019, 97) est ritualisée par la tradition. Elle s’inscrit dans la concomitance entre acte discursif, lieu et moment (topos et kairos) et le vêtement complète l’incarnation de la performance. Greenpeace se conforme à un rituel institutionnel, de même que le chancelier et le gouverneur, en patientant, se conforment à une posture d’autorité wébérienne. Le comportement de nombreux invités qui captent le moment en braquant leurs téléphones portables sur les orateurs suivent une autre logique de la ritualisation de l’intrusion-disruption dans l’espace institutionnel.

5 Conclusion

51La notion de rituel nous semble former un concept opératoire en anglais de spécialité. L’étude du genre se confirme comme une voie d’accès privilégiée à l’analyse du rituel pour caractériser une variété spécialisée de la langue en milieu institutionnel. Le genre ritualisé est contraint par un dispositif complexe qui prend en compte trois niveaux d’analyse enchâssés, macro, meso et micro. Les caractéristiques du discours institutionnel ritualisé dégagées au fil de l’analyse comprennent la double rhétorique du temps et de l’espace qui masque le kairos en topos et permet à l’institution, à travers son porte-parole, de surmonter la contingence, mais également les classes sémantiques, la phraséologie relevant de la routine et du cérémonial, les fragments lexicaux, les métaphores, la mise en récit, l’autorité du locuteur, la politesse et les disruptions.

52La fonction première du rituel au service du spécialisé en contexte institutionnel est la construction de la réalité sociale qu’il est possible de décliner en visées plus spécifiques : surmonter les crises, maintenir un ordre, fonder une identité, bâtir une légitimité, asseoir une autorité, etc. Le retour annuel de l’événement et la récurrence de motifs dans le discours de Mansion House tendent à pérenniser l’occasion en l’ancrant dans l’espace et dans la durée. L’objectif est de faire en sorte que cette forme de pérennité puisse être conférée, par association, à la Banque d’Angleterre elle-même.

53Plusieurs prolongements peuvent être envisagés à cette étude. Les institutions totales en milieu spécialisé se prêtent particulièrement à l’étude du rituel. Plus généralement, on peut utilement s’appuyer sur des enquêtes de terrain (Holmes 2014), au plus près des initiés au sein des communautés spécialisées. Dans un contexte britannique, Rai (2010) propose d’aborder les formes et les fonctions du cérémonial et du rituel comme des cadres des activités parlementaires, du vote des lois à la légitimation des systèmes politiques. Le parlement britannique est une institution symbolique reposant sur une architecture imposante, des performances spectaculaires et une représentation du pouvoir dont la ritualisation et la routinisation perpétuent un ordre social genré. Elle souligne le paradoxe que véhicule le rituel, à la fois hyper-visible mais aussi, précisément en raison de la mise en scène, susceptible de masquer les mécanismes sous-jacents du pouvoir. Les changements successifs du nom donné au discours du gouverneur à Mansion House depuis 2016 trahissent les hésitations de la Banque d’Angleterre entre, d’une part, le rappel de l’ancrage institutionnel dans un territoire et une histoire unique, ainsi que d’une identité forte au sein d’un domaine financier mondialisé, et d’autre part, l’image que souhaite renvoyer la Banque d’une institution moderne et inclusive. L’allocution est ainsi renommée en 2022 : Speech given at the Mansion House Financial and Professional Services Dinner. L’acte de nommer le rituel résulte d’une négociation et doit être abordé dans une perspective interactive et temporelle (De Chanay 2001). Enfin, l’étude du rituel institutionnel spécialisé peut être élargie aux textes qui justifient et commentent ce rituel car, comme le remarque Fabre (1987, 3), « l’invention d’un rite suppose la naissance jumelle du discours qui le fonde ».

Haut de page

Bibliographie

Abélès, Marc. 1991. « Mises en scène et rituels politiques : une approche critique ». Hermès, La Revue 8-9 : 241–259.

Bagehot, Walter. [1867] 2009. The English Constitution. Oxford: Oxford University Press.

Bhatia, Vijay K. 1993. Analysing Genre. Language Use in Professional Settings. London: Longman.

Boltanski, Luc. 2009. De la critique : précis de sociologie de l’émancipation. Paris : Gallimard.

Bourdieu, Pierre. 1982. « Les rites comme actes d’institutions »Actes de la recherche en sciences sociales 43 : 58–63.

Bourdieu, Pierre. 2014. Langage et pouvoir symbolique. Paris : Points.

Brown, Penelope, and Stephen Levinson. 1987. Politeness: Some Universals in Language Usage. Cambridge: Cambridge University Press.

Cassin, Barbara. 1995. L’Effet sophistique. Paris : Gallimard.

Charaudeau, Patrick. 2001. « Visées discursives, genres situationnels et construction textuelle ». Analyse des discours, types et genres. Toulouse : Éditions universitaires du sud. http://www.patrick-charaudeau.com/Visees-discursives-genres,83.html. Consulté le 6 mars 2024.

Chassaigne, Philippe, et Marie-Claude Esposito. 2013. Londres, la ville-monde. Paris : Vendémiaire.

Debray, Régis. 2012. Jeunesse du sacré. Paris : Gallimard.

De Chanay, Hugues Constantin. 2001. « La dénomination : perspective discursive et interactive ». Cahiers de praxématique 36 : 169-188.

Fabre, Daniel. 1987. « Le rite et ses raisons ». Terrain 8 : 3–7.

Galliot, Sébastien. 2022. « Ritorama. Techniques et agences tous risques ». Techniques & Culture 78 : 10–25.

Goffman, Erving. 1967. Interaction Ritual: Essays on Face to Face Behavior. New York: Anchor Books.

Goffman, Erving. 1973. La mise en scène de la vie quotidienne. Paris : Editions de Minuit.

Grice, Paul. 1991. Studies in the Way of Words. Cambridge: Harvard University Press.

Harris, Laurence. 2016. « La narration au service de la politique monétaire : étude comparée du premier discours à Mansion House de deux gouverneurs de la Banque d’Angleterre ». ASp  70 : 49–64.

———. 2018. « ‘To change metaphor in mid-air’ : Paradigme et persuasion dans le discours du gouverneur de la Banque d’Angleterre à Mansion House ». In La Fonction argumentative de la métaphore dans les discours spécialisés, sous la direction de Fanny Domenec et Catherine Resche, 65–83. Berne : Peter Lang.

———. 2019. Contribution à l’étude des discours spécialisés – Décryptage des allocutions des gouverneurs de la Banque d’Angleterre à Mansion House (1946-2016). Nanterre : Université Paris Nanterre.

———. 2020a. « Rhétorique interpersonnelle et politesse linguistique dans le discours de la Banque d’Angleterre à Mansion House ». In Stratégies et techniques rhétoriques dans les discours spécialisés, sous la direction de Fanny Domenec et Catherine Resche, 165–185. Berne : Peter Lang.

———. 2020b. « In Search of the Holy Grail of Permanent Price Stability: How the Bank of England Communicates Trust via Story and Argument ». Studies in Communication Science 20 (1): 45–57.

———. 2023. “‘My Word is my CDO-Squared’: An Enquiry into Bankspeak Humour”. In ESP and Humour, edited by Shaeda Isani and Michel Van Der Yeught, 133–158. Cambridge: Cambridge Scholars Publishing.

Hobsbawm, Eric, and Terence Ranger. 2012. The Invention of Tradition. Cambridge: Cambridge University Press.

Hofstede, Geert, Gert Jan Hofstede, and Michael Minkov. 2010. Cultures and Organizations: Software of the Mind. New York: McGraw-Hill Education.

Holmes, Douglas R. 2014. Economy of words – Communicative Imperatives in Central Banks. Chicago: The University of Chicago Press.

Hyland, Ken. 2008. “As Can Be Seen: Lexical Bundles and Disciplinary Variation”. English for Specific Purposes 27 (1): 4–21. https://doi.org/10.1016/j.esp.2007.06.001.

Jacopin, Pierre-Yves. 2010. « De l'agentivité dans, et de la parole mythique ». Ateliers du LESC 34 : 1–39.

Krieg-Planque, Alice. 2012. Analyser les discours institutionnels. Paris : Armand Colin.

Krieg-Planque, Alice. 2015. « Construire et déconstruire l’autorité en discours. Le figement discursif et sa subversion ». Mots. Les langages du politique 107 : 115–132.

Lecercle, Jean-Jacques. 2001. « Médiation et agencement : une poétique de la langue de spécialité ». ASp 31-33 : 1–17. https://doi.org/10.4000/asp.1734.

———. 2019. De l'interpellation. Paris : Éditions d'Amsterdam.

Marchand Pascal, et Pierre Ratinaud. 2012. « L’analyse de similitude appliquée aux corpus textuels : les primaires socialistes pour l’élection présidentielle française (septembre-octobre 2011) ». In Actes des 11e Journées internationales d’Analyse statistique des Données Textuelles (JADT), sous la direction d’Anne Dister, 687–699. Liège : Université de Liège.

Marshall, Catherine. 2021. Political Deference in a Democratic Age. British Politics and the Constitution from the Eighteenth Century to Brexit. Cham: Palgrave Macmillan.

Moirand, Sophie. 2003. « Quelles catégories descriptives pour la mise au jour des genres du discours ? ». In Actes de la journée d’étude « les genres de l’oral », sous la direction de Catherine Kerbrat-Orecchioni et Véronique Traverso, 1–22. Lyon : Université Lyon 2. https://univ-sorbonne-nouvelle.hal.science/hal-01507281/document. Consulté le 6 mars 2024.

Monte, Michèle, et Claire Oger. 2015. « La construction de l’autorité en contexte. L’effacement du dissensus dans les discours institutionnels ». Mots. Les langages du politique 107 : 5–18.

North, Douglass C. 1990. Institutions, Institutional Change and Economic Performance. Cambridge: Cambridge University Press.

Perelman, Chaim, et Lucie Olbrechts-Tyteca. 2008. Traité de l’argumentation : la nouvelle rhétorique. Bruxelles : Université de Bruxelles.

Piette, Albert. 1997. « Pour une anthropologie comparée des rituels contemporains ». « Vivre le temps ». Terrain 29 : 139–150.

Pincemin, Bénédicte. 2018. « Sept logiciels de textométrie ». Document de travail., https://shs.hal.science/halshs-01843695. Consulté le 10 février 2024.

Rai, Shirin M. 2010. “Analysing Ceremony and Ritual in Parliament.” The Journal of Legislative Studies, 16 (3): 284 – 297.

Resche, Catherine. 2013. Economic Terms and Beyond: Capitalising on the Wealth of Notions. Berne: Peter Lang.

———. 2016. « Termes métaphoriques et métaphores constitutives de la théorie dans le domaine de l’économie : de la nécessité d’une veille métaphorique ». Langue française 189 : 103-117.

Rivière, Claude. 1988. Les liturgies politiques. Paris : PUF.

Salem, André. 1988. « Approches du temps lexical ». Mots. Les langagues du politique 171 : 105-143.

Searle, John R. 2005. “What is an institution?”. Journal of Institutional Economics 1 (1): 1–22.

Turner, Viktor W. 1972. Les Tambours d’affliction. Analyse des rituels chez les Ndembu de Zambie. Paris : Gallimard.

Van der Yeught, Michel. 2016. “A proposal to establish epistemological foundations for the study of specialised languages.” ASp 69: 41–63.

Wulf, Christoph, et Nicole Gabriel. 2005. « Rituels. Performativité et dynamique des pratiques sociales ». Hermès 43 : 9–20.

Haut de page

Annexe

Références aux discours prononcés par les gouverneurs de la Banque d’Angleterre à Mansion House, 1946-2023 (Corpus GOV)

1946-1959 : Archives de la Banque d’Angleterre, réf G13/1

1993-1996 : Archives de la Banque d’Angleterre, réf 7A320

1960-1992 et 1997-2023, <www.bankofengland.co.uk>, consulté le 17/03/2024.

Haut de page

Notes

1 Bank of England Act 1998, consulté le 10/02/2024, <www.legislation.gov.uk/ukpga/1998/11/contents>.

2 Londres est une capitale bicéphale (Chassaigne et Esposito 2013), dont la géographie sépare le quartier de la finance, à l’est (la City), du pouvoir politique, à l’ouest (Westminster). Le monarque désirant se rendre à la City marque un arrêt symbolique à Temple Bar avant d’obtenir l’autorisation d’y entrer de la part du lord-maire, qui remet ensuite au souverain son épée en gage de loyauté. Cette délimitation des territoires explique le statut particulier du lord-maire et certaines « anomalies démocratiques » dont continue à bénéficier la City.

3 < https://lexi-co.com/>, consulté le 10/02/2024.

4 IRaMuTeQ est une Interface de R pour les Analyses Multidimensionnelles de Textes et de Questionnaires, <http://www.iramuteq.org/>, consulté le 10/02/2024.

5 L’AFC transforme n’importe quel type de données brutes en un tableau de contingence qui croise des individus (les mots du corpus, qui sont les lignes du tableau) et des variables (les partitions par locuteur ou par année, qui forment les colonnes) à partir d’un espace euclidien. Dans chaque case au croisement d’une ligne et d’une colonne, une distance a été calculée à l’aide du chi-2. Les coefficients statistiques de l’AFC sont capables de mesurer l’effet d’attraction ou de repoussoir entre deux unités et permettent la visualisation de ces effets. Il revient cependant à l’utilisateur d’interpréter les lignes de force d’une AFC dont la clé n’est pas livrée avec les projections.

6 La réorganisation du corpus sous la forme de classes sémantiques souligne la logique réticulaire de la démarche d’Iramuteq – comme alternative à la lecture linéaire – qui casse et reconstruit la séquence textuelle. La méthode Reinert consiste en un découpage du corpus en segments de longueur équivalente (par défaut 40 occurrences mais cette taille est modulable) dans lesquels la présence ou l’absence de chaque mot ou forme pleine est codée 1 ou 0. Des fragments de texte de 40 mots, comprenant les mêmes formes en lien de cooccurrence, sont assemblés pour former une classe. La méthode Reinert opère en deux phases : une phase descendante qui sépare les classes, puis, dans un deuxième temps, une phase ascendante qui les agrège. Par défaut, Iramuteq recherche jusqu’à dix classes dans sa première série de bi-répartitions successives en phase descendante (classification hiérarchique descendante ou CHD). Si la première phase sépare systématiquement le corpus en dix classes, quitte à pousser trop loin les subdivisions, la phase ascendante, au contraire, cherche à réduire ce nombre en retrouvant des affinités qui seraient passées inaperçues dans la logique de bi-répartition descendante. Le nombre de classes peut rester à dix à l’issue de cette phase, ou se réduire. La difficulté consiste à identifier la thématique qui regroupe les variables dans chaque classe.

7 Mark Carney fut le premier gouverneur non britannique dans l’histoire de la Banque.

8 La parabole a été ajoutée manuellement afin de permettre une meilleure visualisation de la courbe du temps lexical.

9 Selon Cassin (1995, 200-208), qui réhabilite les premiers sophistes, l’éloge porte un jugement de valeur. Ainsi la liturgie et la ritualisation qui accompagnent le discours de l’éloge dépassent l’apparat, la simple contemplation et le consensus pour véhiculer un argumentaire rétrospectif et prospectif, au même titre que les registres antiques du délibératif et du judiciaire.

10 Contrairement à Perelman et Olbrechts-Tyteca (2008, 70) qui voient dans les topoi de l’éloge la célébration et le renforcement de valeurs intemporelles, Cassin (1995) y décèle l’opportunisme du kairos au service de nouvelles valeurs construites dans le discours.

11 <https://greenwire.greenpeace.org/uk/en-gb/blogs/greenpeace-climate-emergency-action-mansion-house>, consulté le 10/02/2024.

12 Le discours d’une institution régalienne (la souveraineté monétaire) devrait neutraliser l’ethos spécifique du locuteur : l’émission monétaire n’est pas censée être marquée dans la théorie classique d’Adam Smith de la monnaie comme représentation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Grille d’analyse du rituel des discours institutionnels en milieu spécialisé
URL http://journals.openedition.org/asp/docannexe/image/8814/img-1.png
Fichier image/png, 70k
Titre Figure 2. Topographie textuelle des segments répétés extraits (Corpus GOV, Lexico)
URL http://journals.openedition.org/asp/docannexe/image/8814/img-2.png
Fichier image/png, 135k
Titre Figure 3. La parabole du temps lexical (AFC, Lexico)
URL http://journals.openedition.org/asp/docannexe/image/8814/img-3.png
Fichier image/png, 155k
Titre Figure 4. Classes sémantiques (AFC, Iramuteq)
URL http://journals.openedition.org/asp/docannexe/image/8814/img-4.png
Fichier image/png, 96k
Titre Figure 5. Classification hiérarchique descendante, corpus GOV (Iramuteq)
URL http://journals.openedition.org/asp/docannexe/image/8814/img-5.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 6. Analyse des similitudes (classe 5 du corpus GOV, Iramuteq)
URL http://journals.openedition.org/asp/docannexe/image/8814/img-6.png
Fichier image/png, 180k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Harris, « La notion de rituel dans le discours institutionnel de la Banque d’Angleterre »ASp [En ligne], 85 | 2024, mis en ligne le 02 avril 2024, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/asp/8814 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asp.8814

Haut de page

Auteur

Laurence Harris

Laurence Harris est Maître de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle et membre du pôle 1 (Dynamiques et modèles socioéconomiques) du laboratoire CREW (Centre for Research on the English-speaking World). Elle est responsable du master 1 NCI (Négociation commerciale internationale) en Langues étrangères appliquées (LEA). Ses recherches portent sur les discours économiques, l’histoire de la finance britannique et la politique monétaire de la Banque d’Angleterre. En 2023, elle a contribué à la création du projet Sorbonne Alliance « Finance et société », porté par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Université Sorbonne Nouvelle et ESCP Business School. Dans ce cadre, elle a co-organisé en 2024 des échanges transdisciplinaires entre représentants des banques centrales et chercheurs universitaires autour de la thématique des banques centrales et du bien commun.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search