Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13RevueIV. Culture et science

Texte intégral

1. Recherche et coopération scientifique

Programme national de recherche “Économie extérieure et politique du développement”

  • 1  La liste des publications du PNR 28 peut être obtenue auprès de la direction du PNR 28, Birkenweg (...)

1La plupart des projets du Programme national de recherche n° 28 sur l’économie extérieure et la politique du développement ont été achevés en 1993 et publiés sous forme de feuillets de discussion, de rapports de synthèse ou de livres(1). Certains thèmes ont été abordés dans le cadre de séminaires publics auxquels ont pris part les scientifiques et des personnes intéressées. Au cours de la période considérée, des débats ont notamment été consacrés aux thèmes suivants : femmes et recherche dans la coopération au développement (Zurich, juin 1992), analyse économique de l’endettement international (Berne, novembre 1992), ajustement structurel et démocratisation (Berne, décembre 1992), stratégie du FMI et de la Banque mondiale en Afrique (janvier 1993), la politique migratoire de demain (Berne, juin 1993), ajustement structurel et développement durable (Berne, octobre 1993), pays de l’Est (Berne, novembre 1992 et décembre 1993). Les résultats des projets de recherche et les stratégies élaborées seront présentés dans le rapport final du PNR.

2Projet de coopération Suisse–Tiers Monde en matière de recherche

  • 2  Le projet est présenté plus en détail dans l’Annuaire 1993 par le directeur du groupe de travail, (...)

3En 1990, la Direction de la coopération au développement et de l’aide humanitaire (DDA) et l’Académie suisse des sciences naturelles (ASSN) ont chargé un groupe de travail d’élaborer un programme suisse de promotion durable de la recherche dans les pays en développement(2). Le groupe de travail a achevé ses travaux en août 1993 et présenté les propositions suivantes : la coopération en matière de recherche doit viser à mettre en place un potentiel de recherche indépendant dans les pays en développement, pour que ceux–ci puissent mieux décider de leur avenir en fonction des données locales et participer pleinement aux institutions politiques internationales. A partir de là pourrait se développer un partenariat international dans le domaine de la recherche qui tiendrait compte du principe de développement durable et des problèmes de survie communs à tous les pays. Il s’agit notamment de prévoir des projets de recherche paritaires, auxquels prendraient part des chercheurs et des chercheuses de pays en développement et de pays industrialisés.

4La Suisse consacre chaque année quelque 80 millions de francs au financement de projets de recherche dans le cadre de la coopération au développement. Selon le groupe de travail, ceux–ci sont toutefois trop ponctuels pour avoir un effet durable, il préconise avant tout la mise sur pied d’un programme spécial “Utilisation des ressources naturelles et développement des capacités humaines”. Pour commencer, ce programme devrait bénéficier d’un budget annuel de 20 millions de francs. Le grand programme sur l’environnement du Fonds national de la recherche pourrait servir de test pour définir le modèle d’un programme spécial sur la recherche dans le développement. La DDA et le Fonds national financent ensemble, à raison de 3 millions de francs chacun, des projets basés sur le partenariat, c’est–à–dire que des partenaires provenant de pays en développement participent à chaque projet. La DDA classe la réalisation du programme spécial proposé parmi ses tâches prioritaires. Elle souhaite notamment que la recherche tiennent compte des caractéristiques des pays en développement dans ses travaux.

5Après la dissolution du groupe de travail, ce sont les quatre académies suisses (sciences naturelles, sciences humaines et sociales, sciences techniques et sciences médicales) qui prennent le relais pour se charger de la réalisation pratique de la stratégie de recherche proposée, en collaboration avec le Fonds national suisse. Une commission s’occupera des travaux. Elle devra notamment sélectionner les partenaires du Sud intéressés à coopérer avec la Suisse dans le domaine de la recherche et fixer l’ordre des priorités des domaines à étudier. Par la suite, on envisage de créer un service d’information centralisé.

  • 3  La première édition du répertoire “Recherche suisse et pays en développement“ est parue en 1993, I (...)

6Dans le cadre du groupe de travail, l’Institut d’études du développement à Genève a répertorié en Suisse les instituts de recherche et les chercheurs qui travaillent dans le domaine du développement(3).

7Programme prioritaire sur l’environnement du Fonds national de recherche

  • 4  Citation tirée de l’AGENDA de septembre 1993, édité par le Fonds national.

8Le Fonds national et le Conseil de l’EPFZ gèrent des programmes dits prioritaires. “Les Programmes prioritaires constituent une nouvelle initiative de la Confédération qui a pour but de suivre l’évolution internationale en matière de recherche et d’encourager la création de centres d’excellence dans les hautes écoles suisses”(4). Six programmes prioritaires ont été lancés en 1991, dont un sur les sciences de l’environnement, qui est dirigé par le Fonds national. Le programme prioritaire “Environnement” est divisé en sept grands thèmes (modules). Le module 7 s’intitule Développement et environnement. Pour des raisons financières, sa réalisation a été reportée et n’a pu commencer qu’au printemps 1993 dans l’élan donné par la

9Conférence de Rio sur l’environnement. Le module 7 fait aujourd’hui partie intégrante de l’Agenda 21 suisse qui vise à mettre en pratique les postulats de Rio. Le programme “Environnement et développement” devrait s’étendre sur trois ans et son budget s’élève à 6 millions de francs. 19 projets ont été choisis sur le thème de la coopération en matière de recherche avec des partenaires des pays en développement.

2.  Échanges culturels : Importation des films du Tiers Monde

10La statistique du tableau n° 10 montre que la part des pays en développement dans les importations totales de films est très faible. Sur les 2’539 copies de films importées en 1992, seuls 44 provenaient de pays en développement, soit 1.7 % des importations (part en légère augmentation ces dernières années). Environ 80 % des copies de films provenaient des États–Unis. Selon des chiffres repris par le GATT, le taux de pénétration des films des USA sur le marché européen est passé en moyenne de 60,2 % en 1984 à 71,5 % en 1991. En France, ce pourcentage est passé de 36,8 à 58,7 % pendant la même période. Ils sont les plus élevés audu Royaume–Uni et en Irlande (plus de 90 % en 1991 ), suivi par la Grèce (88 %) le Portugal (85 %) et les Pays–Bas (83 %). L’industrie américaine du film et de la télévision représente à elle seule environ 40 % de la production mondiale.

11Le déséquilibre se retrouve si l’on examine le nombre de spectateurs dans les cinémas par pays de provenance des films. En 1991,76.8 % du public de cinéma est allé voir des films en provenance des États–Unis, 10.6 % des films français, 3.6 % des films allemands (sur un total de 15.4 millions d’entrées). Seuls 1.9 % des spectateurs se sont déplacés pour voir des films suisses, 0.6 % des films de pays en développement et 0.3 % des films de l’Europe orientale.

Tableau N° 10. Importation de films en Suisse

12

(nombre de copies de films 16 et 35 mm importées)

(nombre de copies de films 16 et 35 mm importées)

Sources : Tableau élaboré à partir des données publiées dans l“‘Aide fédérale au cinéma”, suppléments du Cinébulletin, Zurich, Centre suisse du cinéma, mai–juin 1991, mai 1992, juillet 1993.

13Remarques : Cette statistique ne comprend pas les films importés par les ciné–clubs ou lors d’un festival de film.

14Si un film d’un réalisateur d’un pays en développement est coproduit par un pays industrialisé, il est enregistré dans les films du pays industrialisé.

15Des efforts sont mis en œuvre pour favoriser l’importation, la production et la diffusion de films de réalisateurs de pays en développement. La Fondation trigon–film est spécialisée dans la distribution de tels films dans les cinémas suisses, avec en 1992 un succès avec le film “El Viaje”, qui a représenté plus de 10 000 entrées en Suisse. Quelques films du Sud sont présentés pendant le Festival du film documentaire à Nyon (octobre) et au Festival international de Locarno (Août), qui a décerné en 1992 les deux premiers prix à un film de Hongkong et un film du Kazakhstan et en 1993 le premier prix à un autre film du Kazakhstan. Le Festival de films de Fribourg et son circuit itinérant “Les films du Sud”, présenté dans plusieurs villes suisses, ont permis en février 1993 de présenter 45 longs métrages à plus de 21 000 spectateurs. Le premier prix a été décerné ex–æquo à un film syrien “La nuit” et un film chinois “Un matin couleur de sang”. La neuvième édition des Rencontres Médias Nord–Sud s’est déroulée à Genève, début avril 93. Cette manifestation constitue un lieu d’échange entre professionnels : représentants de chaînes de télévision, d’organisations non gouvernementales, de producteurs et de réalisateurs. Un reportage de la Central Independent Télévision (GB) a remporté le 1er prix international de Genève, un film philippin “Lucia” remportant le prix du meilleur film dans le cadre du concours de réalisateurs indépendants.

16La Fondation pour la promotion du cinéma “Montecinemaverità” a été créée par le directeur du Festival de Locarno en 1992. Cette Fondation a pour but de soutenir financièrement la création de films de réalisateurs de pays en développement et de l’Europe orientale. Elle pourra aussi donner des conseils aux cinéastes qui cherchent des contacts avec des producteurs. Des difficultés d’organisation et de financement ont cependant beaucoup retardé le début des activités. Aucun projet n’a été financé jusqu’en été 1993, alors que beaucoup de scénarios ont été présentés. La DDA a accordé 150 000 francs pour le soutien de films de pays en développement. Aucun apport financier n’a par contre été obtenu au titre des crédits de la Confédération en faveur de l’Europe de l’Est, et les sponsors privés se sont montrés très réticents à apporter des contributions. 500 000 francs par an seraient pourtant nécessaires au financement de 4 à 6 projets par année.

17La Suisse a supprimé le système de contingentement à l’importation de films dès le 1er janvier 1993.

Haut de page

Bibliographie

Sources de la partie 1

Direction de la coopération au développement et de l’aide humanitaire et Académie suisse des sciences naturelles, Stratégies suisses en faveur de la recherche dans les pays en développement, juillet 1993 et documentation en marge de la conférence de presse du 24.8.1993 à Berne

NZZ, 26.8.1993 (Partenariat Nord–Sud dans la recherche )

Service de presse de la DDA, 20 septembre 1993 (19 projets de recherche ayant trait au Sud)

Die Schwerpunktprogramme des schweizerischen Nationalfonds (Biotechnologie, Informatik, Umwelt) in : Volkswirtschaft 12/92

Communiqués du PNR 28 (bulletin n°4/juin 1992, n°– 5/octobre 1992, n° 6/mai 1993)

Sources de la partie 2

Ciné–Bulletin, revue des milieux suisses du cinéma, Zeitschrift der schweizerischen Filmbranche, août–sept. 1993.

PROCINEMA, Association suisse du cinéma, Rapport annuel 1991, Berne

GATT, Nouvelles de l’Uruguay Round NUR 069,14 octobre 1993

Haut de page

Notes

1  La liste des publications du PNR 28 peut être obtenue auprès de la direction du PNR 28, Birkenweg 7, 8840 Einsiedeln.

2  Le projet est présenté plus en détail dans l’Annuaire 1993 par le directeur du groupe de travail, Thierry A. Freyvogel.

3  La première édition du répertoire “Recherche suisse et pays en développement“ est parue en 1993, IUED, Genève. Elle comprend 250 institutions, 740 chercheurs et chercheuses, 420 projets de recherche.

4  Citation tirée de l’AGENDA de septembre 1993, édité par le Fonds national.

Haut de page

Table des illustrations

Titre (nombre de copies de films 16 et 35 mm importées)
Légende Sources : Tableau élaboré à partir des données publiées dans l“‘Aide fédérale au cinéma”, suppléments du Cinébulletin, Zurich, Centre suisse du cinéma, mai–juin 1991, mai 1992, juillet 1993.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1031/img-1.png
Fichier image/png, 218k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« IV. Culture et science »Annuaire suisse de politique de développement, 13 | 1994, 107–111.

Référence électronique

« IV. Culture et science »Annuaire suisse de politique de développement [En ligne], 13 | 1994, mis en ligne le 06 décembre 2012, consulté le 31 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/aspd/1031 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aspd.1031

Haut de page

Droits d’auteur

© The Graduate Institute | Geneva

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search