Navigation – Plan du site
Analyses et positions

Les relations économiques entre la Suisse et l’Amérique latine: Nouvelles et principes fondamentaux

Jean-Max Baumer
p. 195-209

Résumé

Dans cet article, l’auteur examine en particulier trois éléments des liens économiques que la Suisse entretient avec l’Amérique latine : les relations commerciales, les investissements directs suisses et la participation de la Suisse à la coopération financière internationale pratiquée en faveur des pays latino-américains. Il arrive aux conclusions suivantes :
Les échanges commerciaux de la Suisse avec l’Amérique latine représentent une part très modeste du commerce extérieur suisse et ils tendent à baisser à long terme.
Les échanges commerciaux avec l’Amérique latine, traditionnellement caractérisés par l’achat de matières premières et la vente de produits manufacturés suisses, présentent régulièrement un excédent en faveur de la Suisse, comme c’est le cas plus généralement pour les échanges commerciaux de la Suisse avec l’ensemble du Tiers Monde. Trois pays, le Mexique, l’Argentine et le Brésil, reçoivent à eux seuls 50 % des exportations suisses à destination de l’Amérique latine et absorbent 60 % des engagements au titre de la GRE accordée par la Confédération pour les exportations vers ce continent. Pour des raisons diverses, la capacité d’importation de ces pays a fortement diminué ces dernières années, et ils accumulent des dettes extérieures très importantes.

Près de 60 % des investissements privés suisses sont placés en Amérique latine (leur montant étant estimé à environ 5 milliards de dollars). La Suisse est, derrière les Etats-Unis et la RFA, le troisième investisseur dans les pays latino-américains. Les investissements directs présentent ainsi un intérêt primordial pour la Suisse sur le continent latino-américain ; ils tendent à remplacer en partie les produits antérieurement exportés par la Suisse. Sur le total de 5 milliards de dollars, 3 milliards sont placés au Mexique, en Argentine et au Brésil. Depuis les années 1981-83, les flux de capitaux suisses vers l’Amérique latine ont toutefois considérablement diminué (endettement croissant, instabilité économique, etc.). Malgré les problèmes existants, l’Amérique latine restera, à long terme, un marché très attractif pour les investisseurs suisses. Il s’agira de maintenir la position suisse sur les marchés futurs face à la concurrence internationale.

Dans le cadre de la coopération financière internationale, les banques suisses participent activement aux efforts déployés en faveur de l’Amérique latine. La Suisse est (depuis 1976) membre de la Banque interaméricaine de développement et représente pour la BID le deuxième marché de capitaux après les Etats-Unis. La Suisse participe en outre aux crédits transitoires accordés par la Banque des règlements internationaux en faveur des pays latino-américains, aux Accords généraux d’emprunt (AGE) élargis du FMI et aux négociations menées au sein du Club de Paris en vue de la consolidation des dettes des pays en développement.

En tant que petit pays par rapport à d’autres pays industrialisés, la Suisse assure une présence économique très importante en Amérique latine. Elle restera un partenaire solide, intéressé à une évolution favorable à long terme de ses relations avec les pays latino-américains.

Haut de page

Notes de la rédaction

En français, résumé seulement. Lire l’article original en allemand dans Schweizerisches Jahrbuch für Entwicklungspolitik : « Wirtschaftliche Beziehungen der Schweiz zu Lateinamerika : Aktuelles und Grundsätzliches », http://sjep.revues.org/998.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Max Baumer, « Les relations économiques entre la Suisse et l’Amérique latine: Nouvelles et principes fondamentaux », Annuaire suisse de politique de développement [En ligne], 4 |  1984, mis en ligne le 28 mai 2013, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/aspd/1183

Haut de page

Auteur

Jean-Max Baumer

Professeur, Directeur de l’Institut de recherche sur l’Amérique latine et de la coopération au développement de l’Université de St-Gall.

Haut de page

Droits d’auteur

© The Graduate Institute | Geneva

Haut de page