Navigation – Plan du site

AccueilNuméros5Introduction

Texte intégral

1La période couverte par ce cinquième volume de l’Annuaire Suisse – Tiers Monde est celle des anniversaires : le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et l’Organisation des Nations Unies ont eu quarante ans alors que la CNUCED entame sa troisième décennie. On le sait, ces anniversaires n’ont pas été célébrés dans une atmosphère très sereine. La situation de nombreux pays du Tiers Monde demeure à maints égards dramatique, les grandes négociations Nord-Sud sont entrées dans une phase de glaciation et de nombreuses organisations internationales sont la cible de critiques mettant en cause leur fonctionnement, leur politique voire leur existence même.

2Toutes ces questions concernent directement la Suisse qui est de plus en plus intégrée dans le dense réseau de la coopération internationale. En outre, le fonctionnement et l’avenir des organisations internationales nous concernent en ce moment d’autant plus directement que nous nous apprêtons à décider de notre adhésion à l’Organisation des Nations Unies.

3Sans reprendre ici la liste des griefs qui, à tort ou à raison, sont faits aux institutions internationales, on peut en premier lieu rappeler que ces organisations sont ce qu’en font les Etats membres et que la trop faible efficacité de celles-ci n’est que le reflet de l’absence de cohérence et de volonté politique de ceux-là. S’attaquer aux organisations internationales équivaut souvent à dénoncer les symptômes plutôt que les causes des maux qui minent la communauté internationale.

4Constatons en second lieu que l’évolution des technologies et des échanges fait perdre chaque jour un peu plus de substance aux domaines dans lesquels un Etat peut prendre des décisions sans au moins se concerter à l’échelle régionale, voire mondiale, avec d’autres Etats. Les domaines du commerce, de la finance, de la technologie, des télécommunications illustrent éloquemment cette constatation. Les organisations internationales sont aujourd’hui l’instrument principal de cette concertation. Ce sont elles aussi qui permettent aux petits Etats de mieux se faire entendre et défendre leurs intérêts sur la scène internationale.

5En Suisse, au-delà de la question des organisations internationales et de leur rôle dans la coopération internationale, le champ des relations avec le Tiers Monde comprend des zones de large consensus et des espaces où le débat demeure vif. L’aide publique au développement et l’aide humanitaire appartiennent sans doute aux premières : les débats parlementaires et les sondages d’opinion fournissent en tout cas des indications allant dans ce sens. Par contre la question des rapports entre la politique économique extérieure et la politique de coopération au développement ou l’attitude à adopter vis-à-vis des candidats à l’asile politique en provenance du Sud suscitent des prises de positions divergentes assez tranchées. Nous avons voulu dans ce cinquième volume de l’Annuaire refléter ces débats en demandant à des personnalités directement engagées de nous présenter leur position.


* * *

6Premier dossier : la garantie contre les risques à l’exportation (GRE). Actuellement cette garantie est demandée essentiellement pour des exportations à destination de pays du Tiers Monde. L’avenir de cet instrument de politique économique extérieure, son financement, ses rapports avec la politique de coopération au développement, soulèvent des questions que nous avons voulu débattre aussi bien avec les responsables de la GRE qu’avec des personnalités travaillant dans les milieux intéressés (banques, syndicats, organisations tiers-mondistes).

7Deuxième dossier : l’endettement du Tiers Monde et la Suisse dont la place financière joue un rôle important dans les relations Nord-Sud. A ce sujet, certaines organisations non gouvernementales n’acceptent pas les conséquences dramatiques des politiques d’austérité appliquées pour tenter de sortir du cercle vicieux de l’endettement. Leur position contraste avec celles de beaucoup de gouvernements et de financiers qui voient dans ces politiques un mal nécessaire qui implique des coûts sociaux inévitables. Le lancement en automne 1985 d’une pétition demandant au Conseil fédéral et à la Banque nationale suisse de modifier leur politique dans ce domaine, nous a paru suffisamment important pour que nous demandions à deux économistes engagés dans ce débat, Jürg Frieden et Pierluigi Giovannini, de nous livrer leur réflexion sur la situation financière des pays du Tiers Monde et sur le rôle que la Suisse joue ou pourrait jouer dans ce contexte. Ce texte est une première contribution à un débat qui revêt une grande importance à long terme aussi bien pour la Suisse que pour les pays du Tiers Monde et qui nous ramène à la question évoquée plus haut de l’harmonisation des objectifs de la politique extérieure de la Suisse à l’égard des pays du Tiers Monde.

8Nous ouvrons enfin un troisième dossier : celui des réfugiés. Actuellement, la grande majorité des demandeurs d’asile provient de pays du Tiers Monde. Réfugiés politiques, réfugiés économiques ? Bien souvent la misère et la répression sont indissolublement liées. Il apparaît de plus en plus évident que les drames qui contraignent des. hommes et des femmes à quitter leur pays ne se laissent pas aisément classer dans l’une ou l’autre de ces catégories. Nos autorités se trouvent donc confrontées à un problème auquel elles sont mal préparées. Non seulement par l’insuffisance des moyens administratifs à disposition, mais aussi du fait de l’inadaptation des concepts classiques à cette nouvelle situation. Au-delà de ces problèmes qui pèsent lourdement sur le climat politique de la Confédération, nous souhaiterions proposer une réflexion qui parte des racines de ces nouveaux phénomènes migratoires et qui les situe dans le cadre plus général des relations Nord-Sud. Pour entamer la réflexion et ouvrir le débat nous avons demandé à Marie-Claire Caloz-Tschopp de nous proposer son analyse de la situation.


* * *

9L’élargissement de la problématique à de nouveaux domaines ne doit cependant pas faire oublier que le commerce international demeure un élément fondamental des relations Nord-Sud. Deux articles proposent dans ce domaine des analyses se situant dans des perspectives différentes.

10Guido Pult présente l’évolution de 1970 à 1983 du commerce extérieur de la Suisse avec différents groupes de pays du Tiers Monde. Il analyse cette évolution notamment en la comparant avec celle du commerce des autres pays industriels avec le Tiers Monde. Un des résultats significatifs de sa recherche est qu’au cours de la période considérée les pays les moins avancés – PMA – sont les seuls à n’avoir pu accroître leurs exportations vers la Suisse. Par rapport au niveau moyen de la période 1970-1975 ces dernières ont même baissé d’environ 20 %.

11Il nous a enfin paru important de présenter une étude détaillée du commerce international d’un produit de base, le cacao, sur le marché duquel des entreprises suisses jouent un rôle important. Andràs November analyse les enjeux et les résultats des négociations qui se sont déroulées en vue de la conclusion d’un quatrième accord international sur le cacao, en soulignant le rôle joué par les acteurs suisses dans cette négociation.


* * *

12Ainsi qu’en témoigne la table des matières, l’Annuaire Suisse Tiers Monde 1985 a conservé la même structure qu’en 1984 :

  • une revue des événements de l’année (de juillet 1984 à juin 1985) accompagnée d’une chronologie et d’un index analytique ;

  • des articles d’analyses et des prises de position sur des thèmes liés aux événements de l’année ou qui paraissent importants dans le débat actuel sur les relations Suisse – Tiers Monde. Les opinions émises dans cette partie de l’Annuaire n’engagent que leurs auteurs ;

  • des statistiques contenant les dernières données disponibles pour 1984 sur le commerce, les flux financiers et l’aide publique au développement ;

  • une bibliographie enfin qui comprend cette année une nouvelle section. Nous désirons désormais proposer à nos lecteurs non seulement ce qui paraît dans le domaine des relations Suisse – Tiers Monde, mais aussi un aperçu de la réflexion générale sur le développement et les pays du Tiers Monde telle qu’elle est reflétée par des ouvrages et articles publiés en Suisse ou émanant d’auteurs suisses publiés à l’étranger. Nous avons inclus à titre exceptionnel dans ce volume de l’Annuaire, un répertoire des publications périodiques de toutes les institutions publiques et privées qui en Suisse s’intéressent au développement et aux relations avec les pays du Tiers Monde.

13En publiant ce cinquième volume de l’Annuaire, je mesure les qualités d’endurance de toutes les personnes et institutions qui collaborent à cette entreprise. Je les remercie très sincèrement en souhaitant simplement que les services rendus par cette publication soient à la mesure de l’engagement de l’équipe qui en est responsable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Forster, « Introduction »Annuaire suisse de politique de développement, 5 | 1985, IX-XII.

Référence électronique

Jacques Forster, « Introduction »Annuaire suisse de politique de développement [En ligne], 5 | 1985, mis en ligne le 15 février 2013, consulté le 31 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/aspd/1190 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aspd.1190

Haut de page

Auteur

Jacques Forster

Professeur, Directeur de l’IUED.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© The Graduate Institute | Geneva

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search