Navigation – Plan du site
Analyses et positions

Commerce suisse – Tiers Monde : données, fonctions du pouvoir d’achat et des importations, indicateurs de performance

Guido Pult

Résumé

Einführend legt der Verfasser die Daten über den Aussenhandel der Schweiz mit der Dritten Welt für die Jahre 1970 bis 1983 dar. Hierbei wird für das Konzept „Dritte Welt” gemäss den offiziellen schweizerischen Statistiken die Definition der Vereinten Nationen übernommen. Weiterhin werden die Aussenhandelsangaben nach Wirtschaftsgebieten aufgeschlüsselt. Vergleicht man den Durchschnittswert der Periode 1970-1976 mit dem der darauffolgenden Jahre, so stellt man fest, dass der Handelsüberschuss der Schweiz gegenüber der Dritten Welt insgesamt gestiegen ist, wobei sich jedoch je nach den Wirtschaftsgebieten grosse Unterschiede ergeben. Während der Aussenhandelsüberschuss gegenüber den am wenigsten entwickelten Ländern* um das Zehnfache gestiegen ist, hat er bei den neu industrialisierten Ländern** nur um 25 Prozent zugenommen. Im Untersuchungszeitraum haben die Gesamteinfuhren der Schweiz aus der Dritten Welt, in Schweizerfranken ausgedrückt, stark zugenommen, wobei jedoch die Importe aus den am wenigsten entwickelten Länder zurückgegangen sind.

Im folgenden Teil erstellt der Verfasser Indikatoren für die Entwicklung der realen Kaufkraft, die sich aus den Einnahmen der nicht erdölfördernden Drittweltländer auf dem schweizerischen Markt ergibt. Man stellt fest, dass zwischen 1970 und 1983 die Kaufkraft der am wenigsten entwickelten Länder Tendenz zu einem jährlichen Rückgang von rund 6 Prozent aufweist, während sie im Fall der Schwellenländer zunimmt. Betrachtet man jedoch lediglich die Jahre 1980-1983, so scheinen sich die Tendenzen umzukehren, wobei die Kaufkraft der Schwellenländer sich kaum noch erhöht hat. Zur Erklärung der festgestellten Entwicklung wird das Verhalten von zwei Faktoren berücksichtigt : Variation der Terms of Trade und Variation des realen Bruttoinlandsprodukts (BIP) der Schweiz. Das Ergebnis der Berechnungen zeigt, dass die Variation dieser beiden Faktoren 60 Prozent der Veränderungen der betreffenden Kaufkraft „erklärt”.

Weiterhin werden Angaben über die Funktion der schweizerischen Einfuhren aus der Dritten Welt geliefert. Der Autor führt in diesem Zusammenhang verschiedene Hypothesen zur Erklärung der Veränderungen des Volumens der schweizerischen Importe ein.

Schliesslich wird ein „Leistungsindikator” für die Ausfuhren der Schweiz in die Dritte Welt ausgearbeitet. Für ein gegebenes Land bedeutet dieses Konzept die Differenz zwischen dem Betrag der effektiven Ausfuhren in ein anderes Land und dem Betrag, der sich ergeben hätte, wenn die Ausfuhren sich im gleichen Masse wie die Gesamteinfuhren des letztgenannten Landes erhöht hätten. Die angeführten Zahlen zeigen, dass die Schweiz in Bezug auf die Schwellenländer und die anderen nicht erdölfördernden Länder der Dritten Welt zwischen 1970 und 1983 Marktanteile verloren hat. Doch waren die Verluste der Schweiz auf diesen beiden Märkten, insbesondere betreffend die Schwellenländer, im Vergleich zu den Verlusten anderer Industriestaaten höher als auf den gesamten übrigen Märkten. Dies bedeute aber nicht unbedingt einen Rückgang der Konkurrenzfähigkeit der Schweiz, merkt der Verfasser an. Was die Ausfuhren der nicht erdölfördernden Drittweltländer in die Schweiz betrifft, so hat sich der Anteil der Schwellenländer wie auf allen anderen berücksichtigten Märkten – jedoch weniger als in anderen Ländern – erhöht.

* in den Tabellen im Anhang des Artikels als „PMA” (pays les moins avances) aufgeführt – A.d.Ue.
** nachstehend als Schwellenländer bezeichnet ; in den Tabellen als „NPI” (nouveaux pays industrialises) aufgeführt — A.d.Ue.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf. la section « Statistiques ».

11. Notre propos sera d’abord de présenter les données du commerce extérieur de la Suisse avec le Tiers Monde qu’on obtient après avoir adapté les statistiques officielles suisses à la définition propre aux Nations Unies. Et ceci pour la période 1970-1983. En cela il s’agit de compléter pour la décennie 1970-80, les données que l’Annuaire Suisse Tiers Monde1 publie à partir de 1980. Du point de vue de la ventilation selon les régions économiques nos calculs se rapportent aussi à l’ensemble des « pays moins avancés », catégorie qui sous l’aspect statistique est généralement négligée en Suisse.

2L’étape suivante consistera à élaborer des indicateurs de l’évolution du pouvoir d’achat que les recettes réalisées sur le marché suisse confèrent aux pays du Tiers Monde. Des hypothèses explicatives de cette évolution seront proposées et soumises à des tests statistiques. Par la suite nous fournirons quelques indications sur la forme de la fonction des importations suisses en provenance du Tiers Monde.

3Quant aux exportations suisses vers le Tiers Monde, un indicateur de performance sera élaboré. Celui-ci permettra notamment de comparer les résultats de la Suisse à ceux des autres régions économiques. Les principaux résultats auxquels nous sommes parvenus sont présentés sous le sous-titre « Conclusions ». Le lecteur hâtif pourra éventuellement s’y rapporter directement.

Données en francs courants

  • 2 Direction générale des douanes, Statistique du commerce extérieur de la Suisse.

42. Dans les statistiques suisses du commerce extérieur2 le concept de Tiers Monde comprend aussi : Israël, Yougoslavie, Gibraltar et Vietnam, pays que les publications des Nations Unies classent ailleurs, parmi les « pays développés à économie de marché » ou les pays socialistes. D’autre part cette organisation, à l’encontre des statistiques suisses, classe la Turquie parmi les « pays en développement ». Il faut admettre que le concept de Tiers Monde des Nations Unies est le plus approprié. Il faut également remarquer que la différence entre les résultats auxquels on aboutit selon qu’on utilise une définition plutôt qu’une autre n’est pas négligeable, car les échanges de la Suisse avec Israël et la Yougoslavie sont importants. Ainsi pour la période qui nous intéresse, 1970-83, si on adopte le critère des Nations Unies, le solde annuel du commerce Suisse – Tiers Monde s’amenuise dans une mesure qui est souvent de l’ordre de 20 %. Dans ces conditions l’effort d’adaptation des données à ce critère se justifie. Le résultat du calcul est présenté aux tableaux 1 (montants absolus) et 2 (proportions).

Tableau 1. Commerce suisse – Tiers Monde
(en Mio de francs)

Tableau 1. Commerce suisse – Tiers Monde(en Mio de francs)

(1) Argentine, Brésil, Mexique, Corée du Sud, Hong Kong, Singapour, Taiwan.
(2) Comprend 36 pays : cf. N.U., Manuel de statistique du commerce international et du développement, 1983, p. xi.

Source des données de base : Statistique du commerce extérieur de la Suisse, Commentaires annuels.

Tableau 2. Commerce suisse – Tiers Monde
(en %)

Tableau 2. Commerce suisse – Tiers Monde(en %)

Source des données de base : Statistique du commerce extérieur de la Suisse, commentaires annuels.

  • 3 Le Tiers Monde comprend des pays producteurs de pétrole qui ne sont pas membres de l’OPEP. La déf (...)

53. Occupons-nous d’abord des valeurs globales et surtout des valeurs non explicitées dans les tableaux (qu’on obtient en déduisant des totaux les montants des pays de l’OPEP) et concernant le seul Tiers Monde non pétrolier3. On remarque que dans la période envisagée, les exportations et importations totales ont progressé toutes deux, les premières d’un peu plus, les secondes d’un peu moins de trois fois, tandis qu’à l’égard du Tiers Monde non pétrolier l’ordre de grandeur des deux accroissements est le même, 2,4 fois. Puisqu’au départ le solde commercial était excédentaire, une pareille évolution s’est traduite par une augmentation de cet excédent et ceci à un rythme qui pour le Tiers Monde non pétrolier est égal à celui des échanges.

6A ces premières indications générales on peut ajouter celles qui viennent du tableau 3.

Tableau 3. Exportations et importations de la Suisse à l’égard du Tiers Monde non pétrolier, en % du PIB et du commerce total

Tableau 3. Exportations et importations de la Suisse à l’égard du Tiers Monde non pétrolier, en % du PIB et du commerce total

Sources : Statistiques du commerce extérieur de la Suisse ; la Vie économique.

7Celui-ci permet de constater que dans la deuxième moitié de la période considérée, par rapport au PIB la part des importations et des exportations depuis et vers le Tiers Monde non pétrolier s’est stabilisée autour d’une moyenne supérieure à celle de la moitié précédente. Plus précisément au cours des années 1977-83 pour les importations cette moyenne a été de 1,73 %, contre 1,46 % en 1970-76 ; pour les exportations les valeurs correspondantes sont de 3,36 % et 2,83 %. Un comportement assez semblable peut être constaté en rapportant les échanges en question au commerce total de la Suisse (cf. les deux dernières colonnes du tableau 3).

8Du moins si l’on croit aux mérites de l’intensification du travail, dans tout cela la seule source d’inquiétude ne pourrait concerner que le déficit commercial croissant. Et même sur ce point la réaction ne saurait être tranchée. Car, faute d’autres renseignements, il convient de s’en tenir à la position que les effets du déficit peuvent être tout aussi bien négatifs que positifs, en fonction notamment du genre de produits importés et des conditions du crédit.

9Cet optimisme, analogue à celui que peuvent inspirer les statistiques officielles, repose cependant sur un support dont la solidité demande à être renforcée. En effet, les séries du commerce extérieur que nous venons de présenter, représentent des valeurs nominales, problème que nous aborderons sous peu. En outre, leur caractère global cache des différences profondes selon les régions économiques, comme les mêmes tableaux 1 et 2 nous le révèlent. En particulier il est préoccupant de constater que la valeur des importations provenant de l’ensemble des pays les moins avancés, les PMA, a connu une tendance à la diminution : plus précisément au cours des six dernières années elle a toujours été inférieure à celle de toutes les années précédentes que nous avons retenues. Quant à la part de cette valeur dans l’ensemble des importations depuis le Tiers Monde non pétrolier, qui était de 7,65 % en 1970, elle n’était plus que de 2,8 % en 1983. Parallèlement pour les « nouveaux pays industrialisés », les NPI (peu importe ici le bien-fondé de cette dénomination), la part en question a passé de 34,95 à 45,4 %, et pour les autres pays de 57,4 à 51,8 %. L’excédent commercial de la Suisse subsiste par rapport à toutes les régions, mais les taux de variation sont très différents : en comparant la moyenne de 1970-76 à celle des années suivantes, on a une augmentation d’environ dix fois pour les PMA, un quart pour les NPI et deux fois pour les autres pays.

Evolution du pouvoir d’achat provenant des exportations du Tiers Monde

  • 4 Au taux de change moyen de l’année selon FMI, Statistiques financières internationales, 1984.
  • 5 Cf. FMI, op. cit. Cette « valeur unitaire » est la moyenne pondérée d’indices nationaux, qu’on ob (...)
  • 6 Cf. N.U, Manuel de statistique du commerce international et du développement, 1983.
  • 7 Pour la période 1970-80, r = 0,997.

104. Notre objectif est maintenant d’évaluer l’évolution du pouvoir d’achat réel provenant des recettes des ventes du Tiers Monde non pétrolier à la Suisse. Cette évolution peut être mesurée en termes des biens que le Tiers Monde achète à l’ensemble des pays industrialisés. Dans ce but, après avoir converti en dollars4 le montant des importations, nous avons divisé la série ainsi obtenue par l’indice – base 1970 – de la valeur unitaire des exportations des pays industrialisés5. Ce dernier indicateur se rapporte, il est vrai, à toutes les exportations et pourrait donc sembler non représentatif du genre de produits achetés par le Tiers Monde. En particulier on pourrait lui préférer l’indice de la valeur unitaire des importations du Tiers Monde non pétrolier provenant des pays industrialisés6. Mais la corrélation entre cet indice et celui que nous avons utilisé est presque parfaite7 et ce dernier présente l’avantage d’être disponible aussi pour les années récentes. Les résultats du calcul sont illustrés par les figures 1 à 3, en utilisant l’ordonnée de droite.

  • 8 Cf. Statistique du commerce extérieur de la Suisse.
  • 9 Pour la période 1970-83, r = 0,91.

11Un indicateur de l’évolution du pouvoir d’achat que les mêmes recettes confèrent par rapport aux produits suisses peut être construit en déflatant celles-ci par l’indice suisse des prix à l’exportation8. Dans ce cas il ne nous est pas possible de tester le lien avec la valeur unitaire des importations du Tiers Monde, mais la corrélation évoquée ci-dessus laisse supposer que la distorsion n’est pas excessive. Le fait que l’indice suisse en question est fortement corrélé à celui de la valeur unitaire des pays industrialisés9 va dans le même sens. De nouveau l’illustration de la série que nous avons obtenue est insérée dans les figures 1 à 3, mais en utilisant l’ordonnée à gauche. La corrélation avec l’indicateur précédent est clairement visible.

12Dans les mêmes figures et en utilisant l’ordonnée de droite, nous avons aussi inséré la courbe du montant des exportations vers les différentes régions du Tiers Monde non pétrolier, déflaté selon l’indice suisse des prix à l’exportation.

135. Etant donné la corrélation existant entre les deux séries du pouvoir d’achat que nous venons de présenter, nous ne retiendrons dans notre commentaire que celle qui se rapporte aux produits suisses. Pour faciliter l’interprétation des graphiques il convient de consulter le tableau 4.

  • 10 Par rapport au taux annuel de croissance figurant ailleurs dans le tableau, le « trend » a le mér (...)

14Parmi les points que ce tableau met en lumière en matière de valeurs déflatées des importations, on peut d’abord s’arrêter à l’estimation du « trend » pour l’ensemble de la période10. On constate que le taux composé de croissance du pouvoir d’achat des NPI est nettement supérieur à celui du reste du Tiers Monde. On remarque aussi que le pouvoir d’achat des PMA tend à diminuer à un taux annuel d’environ 6 %. Cependant d’éventuelles extrapolations fondées sur ces chiffres devraient s’inspirer d’une grande prudence. En effet la segmentation en deux périodes, l’une allant de 1970 à 1980, l’autre de 1980 à 1983, laisse apparaître des signes d’inversion de tendance. Se sont les NPI qui réalisent la performance la moins bonne, leur pouvoir d’achat ayant presque cessé d’augmenter. En passant, on constatera que cela s’est vérifié parallèlement à une chute du taux de croissance des exportations suisses vers les NPI. Y a-t-il un lien ? Et, en général, s’agit-il d’un phénomène transitoire ou permanent ? Voilà des questions exigeant des recherches spécifiques et auxquelles, en partie, il est encore trop tôt pour répondre. Quant à l’amélioration récente du taux concernant les PMA, au vu du montant faible des importations en question et de la brièveté de la période envisagée, elle pourrait n’avoir qu’un caractère purement erratique.

Figure 1. Commerce de la Suisse avec les PVD autres que OPEP, NPI et PMA : valeurs déflatées, base de 1970

Figure 1. Commerce de la Suisse avec les PVD autres que OPEP, NPI et PMA : valeurs déflatées, base de 1970

IPE : Indice suisse des prix à l’exportation.
IVU : Indice de la valeur unitaire des exportations des pays industrialisés.

Figure 2. Commerce de la Suisse avec les NPI : valeurs déflatées, base 1970

Figure 2. Commerce de la Suisse avec les NPI : valeurs déflatées, base 1970

IPE : Indice suisse des prix à l’exportation.
IVU : Indice de la valeur unitaire des exportations des pays industrialisés.

Figure 3. Commerce de la Suisse avec les PVD autres que OPEP, NPI et PMA : valeurs déflatées, base 1970

Figure 3. Commerce de la Suisse avec les PVD autres que OPEP, NPI et PMA : valeurs déflatées, base 1970

IPE : Indice suisse des prix à l’exportation.
IVU : Indice de la valeur unitaire des exportations des pays industrialisés.
(L’échelle de ce graphique n’est pas la même que dans les deux figures précédentes.)

Tableau 4. Commerce suisse Tiers Monde non pétrolier : taux annuel de croissance et « trend »*, en %
Valeurs déflatées selon l’indice des prix à l’exportation de la Suisse

Tableau 4. Commerce suisse Tiers Monde non pétrolier : taux annuel de croissance et « trend »*, en %Valeurs déflatées selon l’indice des prix à l’exportation de la Suisse

* Correspond à la valeur estimée de b dans l’équation de régression :
ln YT = a + bT
où Y représente les exportations, respectivement les importations, et T la différence entre l’année de référence et 1970. Les résultats complets du calcul avec les tests statistiques sont présentés dans l’annexe I.

Source des données de base : Statistiques du commerce extérieur de la Suisse, Commentaires annuels.

La fonction du pouvoir d’achat

156. Il est temps d’évoquer quelques hypothèses explicatives de l’évolution que nous venons de considérer. Ici nous ne retiendrons que le comportement de deux facteurs, qui viennent immédiatement à l’esprit et qui présentent l’avantage de se prêter aux tests statistiques : le produit national réel de la Suisse et les termes de l’échange. En effet on doit s’attendre à ce qu’un accroissement du premier facteur se traduise, toutes choses égales par ailleurs, par une augmentation de la demande de produits (moyens de production et biens de consommation) s’adressant au Tiers Monde. D’autre part il est évident que, toutes choses égales par ailleurs, l’accroissement du rapport entre le prix des biens exportés en Suisse et le prix des biens importés provoque une amélioration du pouvoir d’achat total provenant de ces ventes. Des mouvements des deux facteurs dans le sens opposé provoqueront des conséquences symétriques.

16D’autres facteurs, évidemment, peuvent jouer un rôle important : l’offre par le Tiers Monde de biens qu’auparavant il ne produisait pas, les modifications en Suisse soit des techniques de production, soit des goûts des consommateurs. Notre objectif est ici d’évaluer dans quelle mesure l’explication peut être fournie par les deux facteurs retenus. Le résidu non expliqué, à côté de l’imperfection des données et des outils que nous utilisons, reflétera aussi le rôle des facteurs négligés.

  • 11 Cf. B FS, Séries révisées de la comptabilité nationale suisse, 1948-76 et La Vie économique.
  • 12 Source des données de base : FMI, op. cit.

17Pour représenter le volume de la production nationale, nous prendrons le PIB réel11. Quant aux termes de l’échange, au dénominateur on mettra, logiquement, la même grandeur qui a été utilisée pour calculer le pouvoir d’achat en question, c’est-à-dire l’indice des prix à l’exportation. Au numérateur, faute de données statistiques, nous introduirons un indicateur grossier : l’indice, converti en francs suisses, de la valeur unitaire des exportations du Tiers Monde non pétrolier12. La forme mathématique qu’il convient d’attribuer à la relation entre d’un côté la variable dont il s’agit d’expliquer le comportement et de l’autre les deux facteurs que nous avons retenus, dépend de la théorie économique et de la qualité des résultats. Parmi les fonctions que nous avons testées la plus performante, à laquelle nous nous référons ici, relie entre elles non les valeurs absolues des trois variables qui nous intéressent, mais leurs taux de variation d’une année à l’autre.

18Nous trouvons qu’ensemble, la variation des termes de l’échange et du PIB réel rendent compte du 60 % de la variabilité du pouvoir d’achat en question. Le détail du calcul est présenté à l’annexe II. La capacité explicative des deux facteurs retenus est illustrée par la figure 4.

19En regardant la figure 4 on constate aussi que pour l’ensemble du Tiers Monde non pétrolier la progression du pouvoir d’achat en question n’a connu que deux arrêts importants : en 1975 et 1978. La courbe de notre modèle en rend compte assez bien. Dans le premier cas le fléchissement (aux prix de 1970) a été de 230 millions, ou de 14 %. Comme ordre de grandeur on est proche de celui de l’ensemble de l’aide publique suisse aux pays en voie de développement (mais l’impact des deux genres de montants sur le bien-être matériel n’est évidemment pas le même). Dans la même année le PIB réel avait diminué de 7,3 % et selon notre indicateur les termes de l’échange avaient baissé de 17 %. En 1978, le fléchissement du pouvoir d’achat a été très proche de celui de 1975 : 13 %. Mais ses conséquences ont été certainement moins graves, car celui-ci s’explique en partie par la forte appréciation du franc à l’égard du dollar. Cet élément joue un rôle essentiel dans la réduction, qui est de 20 %, des termes de l’échange de cette année-là. Parallèlement le PIB ne connaissait qu’un faible accroissement, de 0,4 %.

Valeurs effectives et estimées du pouvoir d’achat sur le marché suisse provenant des exportations du Tiers Monde non pétrolier

Valeurs effectives et estimées du pouvoir d’achat sur le marché suisse provenant des exportations du Tiers Monde non pétrolier

La fonction des importations

  • 13 Cf. par exemple E.E. Leamer et R.M. Stern, Quantitative International Economies, Boston, 1969.

207. La fonction que nous avons appelée du pouvoir d’achat ne doit pas être confondue avec la fonction d’importation proprement dite. En effet dans celle-ci, la variable dont il s’agit d’expliquer le comportement est normalement constituée par un indice de la quantité des importations. Quant aux facteurs explicatifs, les plus traditionnels sont un indicateur de la production nationale et le rapport entre prix à l’importation et prix domestiques13. Le premier facteur joue le même rôle que dans notre fonction du pouvoir d’achat. Le deuxième est censé représenter la loi de la demande : le renchérissement (respectivement la réduction de prix) des produits étrangers par rapport aux prix nationaux devant se traduire, toutes choses égales par ailleurs, par une diminution (respectivement une hausse) du volume des importations.

  • 14 Source : cf. note 9.

21Dans le but de tester la théorie traditionnelle on peut effectuer une tentative d’approche de l’indice de la quantité importée, en déflatant les valeurs selon l’indicateur du prix des biens importés que nous avons adopté précédemment. Nous utiliserons également cette dernière grandeur dans le calcul des prix relatifs, où le niveau des prix domestiques sera représenté par le déflater du PIB14. Comme indicateur de la production nous prendrons à nouveau le PIB réel. A la relation entre les trois variables nous attribuerons la même forme que dans l’estimation précédente. Nous trouvons qu’ensemble, le PIB réel et les prix relatifs « expliquent » le 69 % de la variabilité du volume des importations. Il s’agit de l’estimation I représentée dans la figure 5, où elle est comparée à l’évolution effective. Les résultats du calcul se trouvent dans l’annexe III.

Figure 5.Volume effectif et estime des importations suisses depuis le Tiers Monde non pétrolier

Figure 5.Volume effectif et estime des importations suisses depuis le Tiers Monde non pétrolier

22Malgré la relation assez satisfaisante que nous avons obtenue, des doutes peuvent être émis quant au rôle exact joué par les prix : en particulier on peut se demander dans quelle mesure la variation du volume des achats ne devrait plutôt être imputée au changement des stocks désirés ; dans ce cas la variable explicative pourrait résider dans la différence entre le prix attendu et le prix actuel des biens importés, sans que la comparaison avec les prix domestiques n’intervînt. Et encore, la pénétration des produits du Tiers Monde sur le marché suisse, plutôt qu’un phénomène lié à l’évolution des prix relatifs, pourrait être considérée comme la conséquence de la capacité d’élargir la gamme des biens produits. Sous cette hypothèse on est amené à tester l’idée qu’étant donné les disparités existantes, à la longue ce n’est pas les prix qui ont exercé la pression déterminante, mais le facteur que nous venons d’évoquer, qu’on peut représenter par un trend, ainsi que le produit national. En effet, nous avons trouvé que ces deux facteurs pris ensemble « expliquent » le 71 % de la variabilité du volume des importations. La courbe relative à ce calcul, désignée par « estimation II », se trouve aussi dans la figure 5. Les détails des calculs est présenté dans l’annexe III. On constate que malgré le résultat d’ensemble relativement bon cette estimation, contrairement à la précédente, ne rend pas compte des fluctuations d’une année à l’autre. Les deux estimations peuvent être considérées comme complémentaires : les prix relatifs et le produit national joueraient un rôle déterminant dans les mouvements de courte période ; cette deuxième variable et le facteur représenté par le trend seraient par contre au premier plan dans l’explication des tendances à long terme. Soulignons cependant que ces résultats reposent sur une base statistique fragile et demandent donc à être confirmés par d’autres recherches.

Les exportations

238. Il nous reste à signaler quelques tendances de fond relatives aux exportations. Pour ce qui a trait aux valeurs déflatées selon l’indice des prix à l’exportation, il convient de se rapporter de nouveaux aux figures 1 à 3 et au tableau 4. On remarque que sauf à l’égard des NPI le taux d’accroissement a nettement dépassé celui des importations. L’écart est important (mais le montant absolu relativement faible) notamment pour les PMA. La divergence entre le trend concernant les NPI (3 %) et celui des PMA (4,9 %) et des autres pays du Tiers Monde non pétrolier (5,2 %) s’explique largement par ce qui s’est passé dans les années 1980-83 : le taux de variation relatif aux NPI est devenu négatif, tandis que celui des autres régions subissait une accélération, comme si la contraction du premier marché avait poussé les entreprises à se créer de nouveaux débouchés sur les autres marchés. Vraisemblablement ce fléchissement s’explique surtout par l’affaiblissement du rythme de croissance de la production que les NPI ont connu dans la période en question.

  • 15 Ici l’indicateur a été estimé en partant des importations, auxquelles se rapportent les tableaux  (...)

249. Pour comparer l’évolution des exportations de la Suisse vers le Tiers Monde à celles de ses concurrents, nous avons commencé par construire les tableaux 5 et 6. Ceux-ci illustrent le réseau des échanges entre pays ou régions au niveau mondial, pour 1973, respectivement 1983. Pour faciliter l’interprétation des chiffres nous avons élaboré des « indicateurs de performance ». Pour un pays déterminé ce concept représente la différence entre le montant des exportations effectives vers un autre pays et le montant qu’on aurait réalisé si les exportations avaient augmenté au même rythme que les importations totales de ce dernier pays. Si l’indicateur présente une valeur négative c’est donc que la part des exportations du pays concerné a diminué. Dans le calcul, les valeurs de 1983 ont été déflatées selon l’indice des prix des importations mondiales, base 1973. En outre la performance a été exprimée en termes de moyenne annuelle15. Le tableau 7 nous fournit les indicateurs de performance au niveau mondial, sur la base des deux tableaux précédents. Si l’on veut éviter les distorsions venant de l’augmentation du prix du pétrole, il convient d’éliminer le commerce extérieur des principaux pays exportateurs de ce produit. C’est ce qui a été réalisé dans le cadre du tableau 8.

25Le dernier tableau nous montre qu’à l’égard des NPI et des autres pays du Tiers Monde non pétrolier, la Suisse a perdu des parts de marché. En cela le comportement des exportations suisses est analogue à celui des autres pays industrialisés. Cependant sur ces deux marchés et en particulier à l’égard des NPI, les pertes de la Suisse comparées à celles des autres pays industrialisés ont été plus importantes que sur l’ensemble des autres marchés. Mais ceci ne signifie pas encore qu’il y ait eu une perte de capacité concurrentielle : avant d’arriver à cette conclusion il faudrait procéder à une analyse selon les produits et il faudrait aussi considérer le phénomène de l’internationalisation des processus de production, qui par rapport au Tiers Monde pourrait être plus important pour les firmes des autres pays industrialisés que pour les firmes suisses. On notera aussi que dans les NPI les meilleures performances ont été réalisées par les pays à économie planifiée (sous l’impulsion de l’accroissement des ventes de la Chine à Hong Kong) suivis par le Japon et les NPI. Dans les autres pays du Tiers Monde le premier rang revient par contre et de loin aux NPI. Du côté des importations de la Suisse en provenance du Tiers Monde, des parts de marché ont été gagnées par les NPI, mais toute proportion gardée ces gains ont été moins importants qu’ailleurs. S’agit-il de nouveau du fait que les firmes suisses auraient moins utilisé qu’ailleurs la possibilité de fabriquer une partie de la production dans les NPI ? Quant à la position des autres pays du Tiers Monde non pétrolier, elle restait stationnaire.

26L’indicateur de performance des NPI est positif sur tous les marchés, contrairement à celui des autres pays du Tiers Monde, qui est négatif globalement et notamment aussi en matière de commerce interne. Voilà une constatation qui légitime la distinction, à l’intérieur du Tiers Monde, de ces deux zones.

Tableau 5. Importations mondiales selon les régions : 1973
(en Mio de $ courants)

Tableau 5. Importations mondiales selon les régions : 1973(en Mio de $ courants)

(1) Selon le classement du FMI.
(2) Sans Taïwan.
(3) Selon le classement du FMI mais sans la Hongrie, la Roumanie et la Chine.
(4) Correspond à la catégorie « URSS etc. » du FMI selon la dernière définition du FMI mais en comprenant aussi Roumanie, Hongrie et Chine.
(5) Sans les importations provenant des pays à économie planifiée.

Source des données de base : FMI, Direction of Trade Yearbook, 1979. Il s’agit d’importations CAF sans les montants non répartis par le FMI.

Tableau 6. Importations mondiales selon les régions : 1983
(en Mio de $ courants)

Tableau 6. Importations mondiales selon les régions : 1983(en Mio de $ courants)

(1) Selon le classement du FMI.
(2) Sans Taïwan.
(3) Selon le classement du FMI mais sans la Hongrie, la Roumanie et la Chine.
(4) Correspond à la catégorie « URSS etc. » du FMI selon la dernière définition du FMI mais en comprenant aussi Roumanie, Hongrie et Chine.
(5) Sans les importations provenant des pays à économie planifiée.

Source des données de base : FMI, Direction of Trade Yearbook, 1979. Il s’agit d’importations CAF sans les montants non répartis par le FMI.

Tableau 7. Indicateur de performance selon les marches : 1973-83, moyenne annuelle
(en Mio de $ défiâtes selon l’indice de la valeur unitaire des importations mondiales, base 1973)

Tableau 7. Indicateur de performance selon les marches : 1973-83, moyenne annuelle(en Mio de $ défiâtes selon l’indice de la valeur unitaire des importations mondiales, base 1973)

Source : FMI, Statistiques financières internationales, 1984.

Tableau 8. Indicateur de performance selon les marchés, sans les pays exportateurs de pétrole : 1973-83, moyenne annuelle
(en Mio de $ déflatés selon l’indice de la valeur unitaire des importations mondiales, base 1973)

Tableau 8. Indicateur de performance selon les marchés, sans les pays exportateurs de pétrole : 1973-83, moyenne annuelle(en Mio de $ déflatés selon l’indice de la valeur unitaire des importations mondiales, base 1973)

Source des données de base : FMI, Direction of Trade Yearbook, 1984.

Conclusion

2710. Mettons rapidement en évidence les principaux résultats obtenus et donnons quelques indications sur la manière de les exploiter.

28Au cours de la période considérée, malgré le fort accroissement des importations suisses depuis l’ensemble des pays du Tiers Monde, le montant concernant les seuls PMA a baissé. Naturellement à cause de l’inflation le pouvoir d’achat relatif à ce montant a baissé encore plus et cela à l’égard soit des produits suisses, soit des produits des autres pays industrialisés. Ce fait inquiétant devrait être pris en compte, entre autres, dans le cadre de la politique d’aide de la Suisse aux PMA.

29Les variations des recettes réelles que le Tiers Monde non pétrolier réalise par ses exportations en Suisse sont expliquées pour environ 60 % par l’effet conjoint des variations du niveau de la production suisse et d’un indicateur des termes de l’échange. Il aurait été intéressant d’isoler l’effet de la variation de la production, plutôt que de se borner à rendre compte de l’effet conjoint des deux variables explicatives. De la sorte on disposerait d’une donnée qui pourrait par exemple servir à évaluer les conséquences pour le Tiers Monde de la politique conjoncturelle suivie par la Suisse. Mais le calcul est empêché du fait que les deux variables tendent à se mouvoir parallèlement, sous la pression d’un facteur commun, la conjoncture internationale.

30L’étude des déterminants, cette fois non des recettes réelles mais des quantités exportées en Suisse par le Tiers Monde non pétrolier, conduit à des résultats assez proches. En effet le 70 % environ des variations de ces quantités sont « expliquées » par le niveau de la production suisse et par un indicateur, dans ce cas, du rapport des prix des biens exportés par le Tiers Monde aux prix domestiques de la Suisse. Toutefois dans les tendances à long terme il se peut qu’un rôle significatif ait été joué par l’élargissement de la gamme des biens offerts par le Tiers Monde.

31En matière d’exportations suisses vers le Tiers Monde, l’indice de performance que nous avons élaboré révèle que pour la période 1973-83 on assiste à des pertes de marché. Plus précisément, afin de garder l’ancienne position et au prix de 1973, en moyenne il aurait fallu exporter environ 33 millions de dollars de plus par année vers les NPI et environ 25 millions vers les autres pays non pétroliers. Comparée à celle des autres pays industrialisés la « performance » de la Suisse sur les marchés du Tiers Monde non pétrolier a été plus modeste que sur l’ensemble des autres marchés (cela ne signifie pas encore qu’il y ait eu réduction de la capacité concurrentielle).

32Sur le marché suisse les NPI ont gagné du terrain aux dépens surtout des autres pays industrialisés, Japon exclu. Mais ces gains sur le marché suisse, contrairement à ce qui s’est passé dans le reste du monde, ont été moins importants que ceux du Japon et des pays à économie planifiée. La part du marché suisse revenant aux autres pays du Tiers Monde non pétrolier a fléchi très légèrement, moins que sur l’ensemble des autres marchés.

33Nous dirons enfin que cette étude devrait surtout contribuer à fournir du matériel de base et à suggérer des itinéraires à d’autres recherches, dans un domaine qui reste largement inexploré.

Haut de page

Annexe

Annexe I
Estimation du « trend » du commerce de la Suisse avec le Tiers Monde non pétrolier, 1970-83

Toutes les valeurs de t et de F sont signifiantes au seuil 0,01.

Annexe II
Estimation de la fonction du pouvoir d’achat provenant des exportations du Tiers Monde non pétrolier en Suisse

L’équation de régression est la suivante (entre parenthèses les valeurs de t) :

où IMP = importations en fr. ; IPE = indice des prix à l’exportation, base 1970 ; PIB = produit intérieur brut nominal ; IPP = déflateur du PIB, base 1970 ; IPI = indicateur de l’indice des prix des importations provenant du Tiers Monde (indice de la valeur unitaire des exportations du Tiers Monde non pétrolier, base 1970, converti en francs). Le symbole ∆ indique qu’il s’agit de la différence entre la valeur d’une année et la valeur de l’année précédente. La valeur de F permet d’accepter que R2 est significativement différent de zéro, au seuil 0,01. Cependant t n’est signifiant (au seuil 0,01) que pour l’élasticité relative au prix. Il y a colinéarité (entre les deux variables r = 0,46) et nous n’avons maintenu le PIB que pour des raisons relevant de la théorie économique.

Il aurait été plus habituel de considérer une relation comme la précédente, mais sans le signe ∆. Les calculs nous ont montré que dans ce cas l’élasticité associée aux prix est négative. Mais il s’agit d’un résultat impur, car il est affecté de manière déterminante par le « trend » des variables (positif pour l’une, négatif pour l’autre) sur lequel agissent des facteurs non identifiés. En général, l’utilisation de l’opérateur ∆ permet de réduire l’autocorrélation des erreurs.

Annexe III
Estimation de la fonction des importations suisses provenant du Tiers Monde non pétrolier

1. Estimation I

L’équation de régression est la suivante (entre parenthèses les valeurs de t) :

Pour les symboles voir l’annexe II ; « T » désigne l’année de référence. On remarquera qu’aux importations d’une année nous avons appliqué le déflateur de l’année précédente et par conséquent l’indicateur des prix se rapporte aussi à l’année d’avant. C’est que de cette façon la qualité de nos résultats s’améliorer considérablement. En partie cela peut s’expliquer par le décalage temporel existant entre l’évolution de la valeur unitaire des exportations, sur laquelle nous nous fondons, et l’évolution de la valeur des importations correspondantes. R2 est différent de zéro au seuil 0,01, de même que l’élasticité relative au prix. Par contre la signification statistique de l’élasticité relative au PIB est légèrement inférieure au seuil 0,05. Quant à la fonction traditionnelle, qu’on obtient en éliminant l’opérateur A, nous l’avons écartée afin de réduire l’autocorrélation des erreurs.

2. Estimation II

Nous trouvons :

R2 et le coefficient de T sont différents de zéro au seuil 0,01 ; pour le coefficient associé au PIB le seuil en question est par contre supérieur à 0,05.

Haut de page

Notes

1 Cf. la section « Statistiques ».

2 Direction générale des douanes, Statistique du commerce extérieur de la Suisse.

3 Le Tiers Monde comprend des pays producteurs de pétrole qui ne sont pas membres de l’OPEP. La définition de « Tiers Monde » non pétrolier que nous utilisons dans cet article n’est donc pas exhaustive. Nous l’avons néanmoins retenue, pour des raisons de commodité.

4 Au taux de change moyen de l’année selon FMI, Statistiques financières internationales, 1984.

5 Cf. FMI, op. cit. Cette « valeur unitaire » est la moyenne pondérée d’indices nationaux, qu’on obtient généralement en divisant l’indice de la valeur des importations par l’indice du volume. La « valeur unitaire », contrairement au véritable indice de prix, est affectée par la modification non seulement des prix mais aussi du genre de produits importés.

6 Cf. N.U, Manuel de statistique du commerce international et du développement, 1983.

7 Pour la période 1970-80, r = 0,997.

8 Cf. Statistique du commerce extérieur de la Suisse.

9 Pour la période 1970-83, r = 0,91.

10 Par rapport au taux annuel de croissance figurant ailleurs dans le tableau, le « trend » a le mérite d’être moins influencé par les valeurs initiales et finales de la période, qui seules entrent dans le calcul de la grandeur précédente.

11 Cf. B FS, Séries révisées de la comptabilité nationale suisse, 1948-76 et La Vie économique.

12 Source des données de base : FMI, op. cit.

13 Cf. par exemple E.E. Leamer et R.M. Stern, Quantitative International Economies, Boston, 1969.

14 Source : cf. note 9.

15 Ici l’indicateur a été estimé en partant des importations, auxquelles se rapportent les tableaux 5 et 6. Par rapport aux importations d’un pays B provenant d’un pays A on a donc adopté la formule suivante :
IND.PERFORM. A/B=1/10(IMP B/A(1983) sur P – IMP B(1883)/P sur IMPB (1973) IMP(1973)B/A)
où P indique le déflateur des importations mondiales et 10 est le nombre d’années couvert par la période. Un calcul plus fin présupposerait la ventilation des échanges selon les produits.

Cf. par exemple Y. Berthelot et J. De Bandt, Impact des relations avec le Tiers Monde sur l’économie française, Paris 1982. Pour les aspects théoriques de l’approche cf. notamment Learner et Stern, op. cit. et J. Richardson, Constant-Market Shares Analysis of Export Growth, Journal of International Economics, 1, 1971.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Commerce suisse – Tiers Monde(en Mio de francs)
Légende (1) Argentine, Brésil, Mexique, Corée du Sud, Hong Kong, Singapour, Taiwan.(2) Comprend 36 pays : cf. N.U., Manuel de statistique du commerce international et du développement, 1983, p. xi.
Crédits Source des données de base : Statistique du commerce extérieur de la Suisse, Commentaires annuels.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-1.png
Fichier image/png, 482k
Titre Tableau 2. Commerce suisse – Tiers Monde(en %)
Crédits Source des données de base : Statistique du commerce extérieur de la Suisse, commentaires annuels.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-2.png
Fichier image/png, 460k
Titre Tableau 3. Exportations et importations de la Suisse à l’égard du Tiers Monde non pétrolier, en % du PIB et du commerce total
Crédits Sources : Statistiques du commerce extérieur de la Suisse ; la Vie économique.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-3.png
Fichier image/png, 158k
Titre Figure 1. Commerce de la Suisse avec les PVD autres que OPEP, NPI et PMA : valeurs déflatées, base de 1970
Légende IPE : Indice suisse des prix à l’exportation.IVU : Indice de la valeur unitaire des exportations des pays industrialisés.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-4.png
Fichier image/png, 94k
Titre Figure 2. Commerce de la Suisse avec les NPI : valeurs déflatées, base 1970
Légende IPE : Indice suisse des prix à l’exportation.IVU : Indice de la valeur unitaire des exportations des pays industrialisés.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-5.png
Fichier image/png, 93k
Titre Figure 3. Commerce de la Suisse avec les PVD autres que OPEP, NPI et PMA : valeurs déflatées, base 1970
Légende IPE : Indice suisse des prix à l’exportation.IVU : Indice de la valeur unitaire des exportations des pays industrialisés.(L’échelle de ce graphique n’est pas la même que dans les deux figures précédentes.)
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-6.png
Fichier image/png, 85k
Titre Tableau 4. Commerce suisse Tiers Monde non pétrolier : taux annuel de croissance et « trend »*, en %Valeurs déflatées selon l’indice des prix à l’exportation de la Suisse
Légende * Correspond à la valeur estimée de b dans l’équation de régression : ln YT = a + bT où Y représente les exportations, respectivement les importations, et T la différence entre l’année de référence et 1970. Les résultats complets du calcul avec les tests statistiques sont présentés dans l’annexe I.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-7.png
Fichier image/png, 75k
Titre Valeurs effectives et estimées du pouvoir d’achat sur le marché suisse provenant des exportations du Tiers Monde non pétrolier
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-8.png
Fichier image/png, 68k
Titre Figure 5.Volume effectif et estime des importations suisses depuis le Tiers Monde non pétrolier
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-9.png
Fichier image/png, 112k
Titre Tableau 5. Importations mondiales selon les régions : 1973(en Mio de $ courants)
Légende (1) Selon le classement du FMI.(2) Sans Taïwan.(3) Selon le classement du FMI mais sans la Hongrie, la Roumanie et la Chine.(4) Correspond à la catégorie « URSS etc. » du FMI selon la dernière définition du FMI mais en comprenant aussi Roumanie, Hongrie et Chine.(5) Sans les importations provenant des pays à économie planifiée.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-10.png
Fichier image/png, 214k
Titre Tableau 6. Importations mondiales selon les régions : 1983(en Mio de $ courants)
Légende (1) Selon le classement du FMI.(2) Sans Taïwan.(3) Selon le classement du FMI mais sans la Hongrie, la Roumanie et la Chine.(4) Correspond à la catégorie « URSS etc. » du FMI selon la dernière définition du FMI mais en comprenant aussi Roumanie, Hongrie et Chine.(5) Sans les importations provenant des pays à économie planifiée.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-11.png
Fichier image/png, 230k
Titre Tableau 7. Indicateur de performance selon les marches : 1973-83, moyenne annuelle(en Mio de $ défiâtes selon l’indice de la valeur unitaire des importations mondiales, base 1973)
Crédits Source : FMI, Statistiques financières internationales, 1984.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-12.png
Fichier image/png, 214k
Titre Tableau 8. Indicateur de performance selon les marchés, sans les pays exportateurs de pétrole : 1973-83, moyenne annuelle(en Mio de $ déflatés selon l’indice de la valeur unitaire des importations mondiales, base 1973)
Crédits Source des données de base : FMI, Direction of Trade Yearbook, 1984.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-13.png
Fichier image/png, 168k
Légende Toutes les valeurs de t et de F sont signifiantes au seuil 0,01.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-14.png
Fichier image/png, 134k
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-15.png
Fichier image/png, 36k
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-16.png
Fichier image/png, 39k
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1207/img-17.png
Fichier image/png, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guido Pult, « Commerce suisse – Tiers Monde : données, fonctions du pouvoir d’achat et des importations, indicateurs de performance »Annuaire suisse de politique de développement [En ligne], 5 | 1985, mis en ligne le 16 février 2013, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/aspd/1207

Haut de page

Auteur

Guido Pult

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© The Graduate Institute | Geneva

Haut de page
  • OpenEdition Journals