Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6Analyses et positionsL’endettement africain

Analyses et positions

L’endettement africain

Die Verschuldung der afrikanischen Länder
Eric Roethlisberger
p. 135-141

Résumé

Zwar ist die Auslandsschuld der afrikanischen Länder wesentlich geringer als diejenige Lateinamerikas, doch ist sie in den letzten zehn Jahren rasch angestiegen, und der Schuldendienst stellt heute für viele Länder eine schwere Belastung dar. Der Verfasser zählt die endogenen und exogenen Ursachen dieser Lage auf und legt die möglichen Mittel zu ihrer Behebung dar. Unter diesen haben die Umschuldungen und die Verstärkung der öffentlichen Entwicklungshilfe im Zusammenhang mit Afrika eine besonders wichtige Funktion. Im letzten Teil des Artikels wird die Rolle beschrieben, welche die Schweiz bei der Suche nach Lösungen des Schuldenproblems spielen kann, sowie die verschiedenen Instrumente, die der Regierung in diesem Bereich zur Verfügung stehen

Haut de page

Texte intégral

1Tous les pays africains – cinquante pays comptant au total 500 millions d’habitants – sont endettés. C’est là une situation somme toute normale pour des pays qui sont en voie de développement économique et social. Faute d’épargne et d’investissement indigènes suffisants, force est d’emprunter pour financer son développement. Le problème tient au rythme de l’accumulation de ces emprunts ; et plusieurs pays africains sont surendettés. Par quoi il faut entendre qu’ils ne peuvent pas, ou alors en partie seulement, payer les intérêts de ce qu’ils ont emprunté, c’est-à-dire servir leur dette extérieure (le service de la dette absorbe en moyenne 25 % de leurs recettes d’exportation).

Comment se présente la situation ?

2Ayons recours à quelques chiffres (année de référence 1985) : La dette extérieure totale de l’Afrique s’élève à plus de 160 milliards de dollars. Certes, il s’agit d’un montant inférieur aux quelque 370 milliards de dollars pour l’Amérique latine – l’endettement extérieur total de tous les pays en développement étant d’environ 960 milliards de dollars alors qu’il était de quelque 200 milliards de dollars il y a dix ans. Mais ces chiffres globaux, qui marquent déjà une dynamique presque effrénée, cachent des situations nationales très différentes qui souvent sont graves. Ainsi (en chiffres ronds et à titre d’exemple) :

Chiffres pour 1985 (ou derniers chiffres disponibles)
* intérêts et amortissement en tant que pourcentage des recettes d’exportation.

3L’accroissement de l’amortissement du capital emprunté constitue la plus grave menace pour les pays africains endettés. D’après les prévisions, ces amortissements devraient plus que tripler d’ici à fin 1986 par rapport à leur niveau de 1983 pour ce qui est des pays à faible revenu (ceux dont le produit national brut par habitant est inférieur à 400 dollars).

4Une dette se paie, puis à terme se rembourse, en devises étrangères. Une économie nationale se les procure en exportant des biens (produits industriels ou agricoles) et des services (tourisme). Il faut qu’un pays en développement parvienne à exporter suffisamment pour financer à la fois le service de sa dette extérieure et les importations (machines, technologie) qu’il ne peut pas produire lui-même et dont il a besoin pour réaliser son développement.

Quelles sont les causes de cette situation ?

5D’abord il y a des causes endogènes, c’est-à-dire tenant au comportement des autorités et des habitants du pays dont il s’agit. Ainsi :

  • Des investissements non productifs, c’est-à-dire l’affectation de ressources à des activités économiques non rentables parmi lesquelles certains projets de prestige.

  • Une protection excessive et trop longtemps maintenue de la production nationale par rapport aux produits concurrents venant de l’étranger.

  • Le subventionnement par l’Etat d’activités non productives accroissant ainsi les dépenses publiques et conduisant à un déficit budgétaire chronique.

  • Une croissance démographique démesurée (+ 3 % l’an) qui dépasse la création d’emplois et qui fait craquer les infrastructures, notamment urbaines : services publics débordés, réseau des transports vétuste, alimentation en eau insalubre, conditions d’hygiène et sanitaires déficientes.

  • Une politique axée sur une industrialisation dépendant de l’importation de machines et de technologies, cela au détriment de l’agriculture (la production alimentaire par habitant a baissé d’environ 20 %) ; d’où nécessité d’importer également des vivres (l’achat à l’étranger de céréales absorbe environ 20 % des recettes d’exportation des pays africains).

  • Une prise en compte insuffisante des implications écologiques de certains modes de vie et de production (déboisement).

6Ensuite, il y a des causes exogènes, c’est-à-dire des facteurs extérieurs au pays en développement et sur lesquels celui-ci n’exerce guère de contrôle. Ainsi :

  • La récession économique mondiale de ces dernières années se traduisant par une diminution générale en volume et en valeur des échanges internationaux.

  • La chute des prix des produits de base en raison soit de surproduction, soit d’une baisse de la demande due notamment à une diminution de la composante « matières premières » dans plusieurs secteurs de production dynamiques où la technologie joue désormais un rôle relativement plus important.

  • Des taux d’intérêt élevés frappant les débiteurs, résultat de la combinaison dans les pays industrialisés prêteurs de capitaux d’une politique monétaire restrictive anti-inflationniste et de déficits budgétaires.

  • La sécheresse dans de nombreuses régions d’Afrique, pas seulement dans la bande subsaharienne.

Quels sont les remèdes ?

7D’abord, une prise de conscience de la situation, ce qui est le cas dans les pays africains concernés et au sein de la communauté internationale.

8Plusieurs gouvernements africains, affaiblis par des politiques trop axées sur l’intervention de l’Etat, reviennent à des préceptes plus proches de l’économie de marché consistant à laisser jouer l’offre et la demande. Nombre de pays africains procèdent à des réformes de structure, cela au prix de sacrifices sociaux souvent lourds à supporter.

9Plusieurs conférences intergouvernementales se sont attachées à examiner la réalité africaine. Récemment, l’Assemblée générale des Nations Unies a consacré à l’Afrique une session extraordinaire. Il importe de trouver la juste voie entre l’adaptation des pays débiteurs aux impératifs économiques qui doit rester supportable sur les plans politique et social d’une part et l’appel à des ressources de financement extérieures d’autre part.

10Le Secrétaire d’Etat américain au trésor, M. Baker, a présenté un certain nombre d’idées visant à renforcer la coopération entre tous les partenaires – gouvernement du pays en développement endetté, gouvernements des pays industrialisés, institutions multilatérales de financement du développement (Banque mondiale et banques régionales de développement), banques commerciales privées. Pour ce qui est de l’action attendue des gouvernements, elle est complémentaire : 1) le pays en développement concerné doit faire l’effort nécessaire pour redresser sa situation économique, restructurer l’appareil de production en tirant parti de ses ressources propres, notamment agricoles ; 2) les pays industrialisés doivent, de manière coordonnée, soutenir cet effort. Concrètement, cela se fait par l’engagement de flux financiers publics et privés ; la poursuite de programmes bilatéraux et multilatéraux d’assistance technique ; la promotion commerciale en faveur des produits d’exportation des pays en développement et l’ouverture des marchés à l’importation de ces produits ; le rééchelonnement de dettes, c’est-à-dire le report des échéances de paiement d’intérêts et de remboursements qui, s’il ne résout pas les causes de l’endettement, permet au débiteur de souffler. (Jusqu’ici, dix-huit pays africains ont conclu des accords de rééchelonnement portant sur un total de plus de 10 milliards de dollars.)

11En ce qui concerne plus spécifiquement l’Afrique, l’accent est mis sur la poursuite et le renforcement des transferts d’aide publique au développement dont il est reconnu que l’engagement doit bénéficier aux populations les plus pauvres. Trente-six pays en développement comptent parmi les plus pauvres du globe ; vingt-six d’entre eux se trouvent en Afrique.

12Ces différentes mesures se prennent déjà ; elles constituent ce que l’on appelle communément la coopération au développement. Mais la solution à long terme du problème de la dette africaine requiert que cette coopération soit renforcée et qu’elle puisse s’appuyer sur une croissance économique mondiale durable dans la stabilité des prix.

Que fait la Suisse ?

13A un rythme certes lent mais progressif, la Suisse accroît chaque année son aide publique au développement : 675 millions de francs en 1985, ce qui correspond à 0,28 % du produit national brut. Cela est encore loin en-deçà de l’objectif international reconnu de 0,7 % du PNB. Mais la Suisse se rapproche à petits pas de la moyenne des pays industrialisés (membres de l’OCDE) qui est de 0,35 % (1985).

14Source importante de capitaux, le marché financier suisse est un partenaire important pour les institutions multilatérales de financement du développement – Banque mondiale, banques régionales de développement – qui y placent régulièrement des emprunts, et cela pour plusieurs centaines de millions de francs.

15Si la quantité d’aide publique suisse est faible et doit être accrue, la qualité de l’aide suisse, c’est-à-dire l’impact effectif de chaque franc prêté ou donné, est reconnue sur le plan international comme étant élevée. Il s’agit de maintenir cette prestation à un haut niveau dont la part essentielle (65 %) va aujourd’hui déjà aux pays en développement les plus démunis (50 % à l’Afrique).

16La Suisse est membre du « Club de Paris », groupe de pays créanciers qui examinent à intervalles réguliers la situation financière des pays en développement les plus endettés et procèdent à des rééchelonnements de dettes. La Suisse a déjà conclu une trentaine d’accords bilatéraux de consolidation avec dix pays africains pour un total de quelque 500 millions de francs.

17Les actions de la coopération suisse au développement sont financées au titre de crédits de programme qui sont ouverts par les Chambres fédérales à la demande du Conseil fédéral, celui-ci présentant régulièrement les grandes lignes de sa politique et décrivant les mesures prises. Un tel crédit de programme de 1,8 milliard de francs suisses permet aujourd’hui de financer les prestations d’assistance technique et d’aide financière. Un crédit de programme de 430 millions de francs, qui vient d’être approuvé par les Chambres, est destiné à la poursuite des mesures économiques et commerciales de coopération au développement. Par le biais de l’aide à la balance des paiements (120 millions de francs), la Suisse apporte son soutien aux pays en développement dans l’accomplissement de leurs programmes de réforme, en mettant ainsi à leur disposition des ressources financières à court terme destinées à des fins productives. Dans les domaines de la promotion du commerce (10 millions de francs) et des produits de base (50 millions de francs), la Suisse contribue à diversifier les structures locales de production et aide à accroître, par la promotion des débouchés et, au besoin, par des versements compensant les pertes subies à l’exportation de produits de base, les recettes en devises des pays en développement. Les mesures destinées à promouvoir l’engagement de ressources de l’économie privée (encouragement des investissements pour l’industrialisation : 10 millions de francs) visent à inciter les milieux privés à placer des capitaux propres dans les pays en développement et à y transférer des technologies importantes. Les crédits mixtes (240 millions de francs) sont affectés à la réalisation de projets prioritaires en matière d’infrastructure et d’industrie dans des pays qui continuent à avoir besoin de fonds publics et qui remplissent les conditions dont dépend l’octroi de crédits mixtes.

18A côté de ces mesures bilatérales, la Suisse est membre des principales banques régionales de développement. En Afrique, elle est membre du Fonds africain de développement (FAD) depuis sa création en 1970 et de la Banque africaine de développement (BAD) depuis son ouverture aux pays non régionaux en 1982.

19La BAD accorde des prêts à des conditions voisines de celles du marché à des pays africains dans lesquels ce mode de financement se justifie compte tenu de leur stade de développement et de leur situation financière.

20A la différence de celle de la BAD, l’activité du FAD s’adresse exclusivement aux pays africains les plus pauvres et ses prêts sont consentis à des conditions préférentielles. Ceux-ci sont exempts d’intérêts ; ils sont accordés pour une durée de cinquante ans, y compris dix ans de délai de grâce. Pour le reste, le Fonds poursuit en principe les mêmes objectifs que la Banque et recourt au même personnel.

21La participation de la Suisse à ces institutions se justifie par le fait que l’aide bilatérale – en raison de ses moyens limités – se concentre uniquement sur quelques pays. Une participation à la BAD et au FAD permet indirectement de venir en aide à tous les autres pays africains. Le groupe BAD-FAD offre aux pays africains l’une des rares occasions de pouvoir concevoir et déterminer ensemble des projets et programmes de développement touchant à l’avenir de l’Afrique.

22Le défi pour la Suisse réside en une amélioration constante de l’impact de ses actions de coopération au développement. Il s’agit surtout d’accroître le volume de l’aide publique. En tant que pays prospère – travailleur certes mais béni par la nature et l’histoire – la Suisse a une responsabilité vis-à-vis d’elle-même et vis-à-vis de la communauté internationale. Notre effort doit être à la taille de nos moyens, notre générosité à la hauteur de nos traditions humanitaires, notre volonté à la mesure de notre intérêt de compter sur des partenaires économiques stables dans un monde en paix.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Chiffres pour 1985 (ou derniers chiffres disponibles)* intérêts et amortissement en tant que pourcentage des recettes d’exportation.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1230/img-1.png
Fichier image/png, 617k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Roethlisberger, « L’endettement africain »Annuaire suisse de politique de développement, 6 | 1987, 135-141.

Référence électronique

Eric Roethlisberger, « L’endettement africain »Annuaire suisse de politique de développement [En ligne], 6 | 1987, mis en ligne le 06 mars 2013, consulté le 07 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/aspd/1230 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aspd.1230

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search