Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7Introduction

Texte intégral

  • 1 Robert Cassen and associates, “Does Aid Work?”, Clarendon Press, Oxford 1986, 381 p.

1Au cours de ces deux dernières années, la question de l’efficacité de la coopération au développement a souvent été au centre des débats sur les relations Nord-Sud. Deux facteurs au moins y ont concouru : la dégradation de la situation économique et sociale dans de nombreux pays du Tiers Monde, principalement en Afrique, et les bilans qui ont été dressés des activités d’institutions bilatérales et multilatérales de coopération au développement. Un exercice particulièrement ambitieux d’évaluation globale des résultats de la coopération est l’étude entreprise sous la direction du professeur Robert Cassen et publiée en 1986 sous le titre Does Aid Work?1 Laréponse du rapport Cassen à cette question est très nuancée. Les résultats de la coopération au développement sont fonction de facteurs multiples ; ils dépendent aussi bien des politiques poursuivies par les gouvernements receveurs et fournisseurs d’aide que des formes d’aide ou des secteurs d’activité. Si l’aide parvient dans l’ensemble à atteindre ses objectifs, conclut Robert Cassen, les cas d’insuccès sont nombreux et beaucoup reste à faire pour l’améliorer.

2Ces conclusions mettent en évidence la complexité du processus de coopération au développement ; elles sont aussi l’occasion de rappeler que cette coopération n’est qu’un élément dans le système des relations Nord-Sud et qu’elle ne saurait en être isolée. Le rapport Cassen met le doigt sur une tare majeure de la coopération au développement, la faiblesse de la coordination entre les fournisseurs d’aide, qui réduit beaucoup l’efficacité de l’aide, surtout dans les pays les plus pauvres. La multiplication d’opérations non-coordonnées ne saurait aboutir à une utilisation optimale des ressources engagées et elle représente une lourde charge pour l’administration des pays receveurs qui doit souvent fonctionner dans des conditions extrêmement précaires.

3Ce problème de coordination n’existe pas seulement à l’échelle internationale, il est également présent au niveau national, notamment dans les pays fournisseurs d’aide, dans la mesure où certains éléments de leurs relations économiques extérieures peuvent avoir sur les pays du Tiers Monde des effets qui vont à rencontre des objectifs de la politique de coopération au développement. En Suisse, le rapport que le Conseil fédéral a adressé au Parlement pour rendre compte de la politique de coopération au développement de 1976 à 1985 met l’accent sur la nécessité d’atteindre une plus grande cohérence dans nos relations extérieures.

4On ne peut ainsi, par exemple, évoquer la question du transfert de ressources sous forme d’aide au développement sans la lier à celle de l’endettement. En effet, d’une manière générale, le surendettement a un effet négatif sur les conditions de vie des populations les plus pauvres ; or, ce sont précisément elles que la coopération au développement veut appuyer en priorité. Il est donc nécessaire d’alléger très sensiblement le poids du service de la dette pour que la coopération puisse atteindre ses objectifs.

5Ainsi, l’harmonisation des différentes dimensions de la politique extérieure vis-à-vis des pays du Tiers Monde et une meilleure coordination au niveau international sont une condition importante de l’accroissement de l’efficacité de la coopération au développement. Il s’agit sans doute d’une tâche complexe, de longue haleine. Mais le plus long voyage commence par le premier pas et on peut saluer la volonté exprimée par le Conseil fédéral d’inscrire cette tâche dans son agenda.

6Le septième volume de l’Annuaire Suisse-Tiers Monde illustre notre propos par le choix de certains des articles publiés dans la partie « Analyses et positions ». Nous poursuivons notre série d’articles sur la dette des pays du Tiers Monde avec deux contributions de Tobias Bauer et Antoine Brawand qui évoquent toutes deux les possibilités d’action des pouvoirs publics pour alléger le poids de la dette, notamment des pays les plus pauvres qui sont par ailleurs les principaux bénéficiaires de la coopération suisse au développement. Dans le même esprit, Rudolf Horber analyse le commerce de la Suisse avec les pays du Tiers Monde dans le domaine des produits agricoles.

7Avec l’article de Jean-François Blanc sur l’horlogerie suisse et les nouveaux pays industriels d’Asie, nous touchons à un phénomène de restructuration économique qui affecte profondément la région jurassienne et la structure de l’économie suisse.

8Nous ouvrons enfin un dossier important, celui de la place de la femme dans les processus de développement. Ce thème a fait l’objet de beaucoup de déclarations d’intention. Nous avons voulu l’aborder ici en examinant ce qui s’était fait, ce qui se faisait en Suisse dans ce domaine. L’article de Françoise Lieberherr-Gardiol présente deux projets de la DDA alors que celui de Monika Egger fait le point sur la réflexion des œuvres d’entraide suisse. Enfin, un article d’Anuradha Bose et d’Elisabeth Meyer donneun aperçu des réalisations d’autres pays industrialisés.

9La préparation de l’Annuaire 1987/88 a été fortement perturbée par un incendie qui, dans la nuit du 1er au 2 août, a entièrement détruit les locaux du Service des Publications de l’IUED situés dans l’annexe du Palais Wilson. Grâce à un effort extraordinaire de mes collègues du Comité de rédaction, nous sommes parvenus à réécrire une bonne partie des documents détruits. Hélas, la partie statistique de l’Annuaire 1987/88 partie en fumée ne pouvait pas être reconstituée dans les délais utiles. Nous avons donc décidé de republier la partie statistique de l’Annuaire 1986. Les lecteurs de l’Annuaire 87 voudront bien nous en excuser. Ce choix a aussi été dicté par le fait que tout le stock des Annuaires des années précédentes a également disparu dans le sinistre. Les données statistiques relatives à 1986 seront publiées dans le prochain annuaire.

10Pour le reste, nous sommes restés fidèles à la structure habituelle de l’Annuaire qui comprend :

  1. une revue des événements de l’année (juillet 1986 à juin 1987), accompagnée d’une chronologie, rédigées par Monika Egger et Gérard Perroulaz ;

  2. une bibliographie, réalisée par René Barbey, des textes parus depuis l’achèvement de l’Annuaire 1986, sur les relations Suisse-Tiers Monde ainsi qu’une sélection d’ouvrages publiés en Suisse sur les problèmes de développement ;

  3. des articles d’analyse sur des thèmes liés aux événements de l’année écoulée ou qui paraissent importants dans le débat actuel sur les relations Suisse-Tiers Monde. Comme toujours, les opinions émises dans cette partie de l’Annuaire n’engagent que leurs auteurs.

  4. un index analytique qui, pour la première fois, se réfère à l’ensemble des textes publiés dans l’Annuaire.

11Je tiens à remercier très vivement les auteurs qui nous ont confié leurs textes ainsi que les nombreuses personnes qui, avec beaucoup de patience et de précision, nous aident à rassembler les données nécessaires à cette publication et à les interpréter au mieux. Ma reconnaissance va aussi à l’équipe responsable de la publication qui a su faire face aux circonstances évoquées ci-dessus avec beaucoup de détermination.

Haut de page

Notes

1 Robert Cassen and associates, “Does Aid Work?”, Clarendon Press, Oxford 1986, 381 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Forster, « Introduction »Annuaire suisse de politique de développement, 7 | 1988, VII-IX.

Référence électronique

Jacques Forster, « Introduction »Annuaire suisse de politique de développement [En ligne], 7 | 1988, mis en ligne le 05 avril 2013, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/aspd/1332 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aspd.1332

Haut de page

Auteur

Jacques Forster

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© The Graduate Institute | Geneva

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search