Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14RevueI. Situation économique

Texte intégral

1.1. Situation économique en 1993 par régions

1En cette époque de bouleversements structurels où quantité d’Etats passent d’une économie dirigée à l’économie de marché, leur classification dans les différentes catégories évolue rapidement. Les organisations et institutions internationales – OCDE, Banque mondiale, Fonds monétaire international et ONU – tiennent chacune leur propre liste de pays. Les auteurs du présent Annuaire basent leurs analyses sur les différentes sources statistiques dont ils disposent, lesquelles ne sont pas directement comparables entre elles. Par exemple les chiffres de l’endettement extérieur ou des flux de capitaux varient selon qu’ils émanent de la Banque mondiale ou de l’OCDE. La lectrice ou le lecteur trouvera dans le texte ou les tableaux le nom de l’organisation qui a servi de source aux chiffres indiqués. Notre revue de la situation économique en 1993 repose pour l’essentiel sur les données du rapport annuel de la Banque des règlements internationaux (BRI), qui utilise les statistiques du FMI et de l’OCDE à côté de ses propres calculs basés sur les indications des pays concernés.

2La relance de l’économie mondiale, que l’on attendait pour 1993, s’est manifestée dans moins de pays que prévu. Le produit intérieur brut (PIB) a progressé d’à peine un pour cent sur l’ensemble de la planète, ce qui traduit une conjoncture mondiale languissante pour la troisième année consécutive. Les différences régionales sont cependant très marquées, ainsi que l’illustre le tableau No 1 sur l’évolution de la production mondiale.

3Nous limiterons notre analyse de la situation économique mondiale en 1993 à un tour d’horizon global, sans entrer dans le détail des différents pays. Notre propos est de définir à grands traits le contexte dans lequel se sont déroulées les relations multilatérales et bilatérales de la Suisse en 1993.

Pays industrialisés

4La conjoncture s’est améliorée aux Etats-Unis, au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Grande-Bretagne. Ainsi, les pays entrés les premiers dans la phase de récession ont formé en 1993 le peloton de tête du redressement conjoncturel. Le Japon et les pays du continent européen ont vécu une nouvelle année de récession marquée par un recul de la production (–0,3 % en tout). Près d’un pays sur deux a connu des taux de croissance négatifs. C’est la Finlande qui a subi la plus forte récession en 1993, comme d’ailleurs en 1992. Le produit intérieur brut de la Suisse a marqué quant à lui un recul de 0,9 pour cent. En Europe, un chômage considérable, et l’attitude réservée des consommateurs privés confrontés à la stagnation des revenus réels, sont allés de pair avec un recul des investissements des entreprises. L’Allemagne, en particulier, a vécu une nouvelle et forte récession en 1993. Le chômage a touché en 1993 un total de 35 millions de personnes dans les pays de l’OCDE, ce qui représente un taux de 8,5 pour cent. Les plus atteints ont été les pays de l’Union européenne, avec un taux de chômage dépassant 11 pour cent. En Suisse, ce taux est monté à 4,8 pour cent. Un total de 160’000 emplois – soit 4,5 pour cent de l’ensemble – ont été supprimés en l’espace de deux ans dans notre pays. Outre le recul de la production intérieure, cette récession a été caractérisée par un alourdissement de la dette publique. Le seul point réjouissant a été le niveau très généralement faible de l’inflation. Les premiers signes d’un lent rétablissement de l’économie européenne se sont manifestés au cours du premier semestre 1994, surtout grâce à une relance des exportations. Mais cette reprise de la production n’est pas accompagnée d’un mouvement analogue du côté de l’emploi, ce qui tempère les espoirs de voir le chômage diminuer.

Tableau No 1. Croissance de la production mondiale1

Tableau No 1. Croissance de la production mondiale1

1) Les taux de croissance moyens pour les pays industriels sont calculés sur la base des pondérations du PIB et des cours de change de 1991 et, pour l’Europe orientale (Allemagne de l’Est comprise jusqu’en 1991), du PIB et des cours de change de 1991. Les autres moyennes sont obtenues à partir des pondérations du PIB et des cours de change de 1984-86 et incluent tous les pays à PIB égal ou supérieur à $EU 100 millions en 1985.
2) Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni, Australie et Nouvelle-Zélande.
3) Y compris Israël, Turquie et Malte.

Sources : FMI, Perspectives de l’économie mondiale ; OCDE, Comptes nationaux ; ONU, Annuaire statistique ; Banque mondiale, World Tables ; données nationales, Banque des règlements internationaux, 64e Rapport annuel, juin 1994.

Tableau No 2. Asie du Sud-Est : indicateurs de l’évolution économique

Tableau No 2. Asie du Sud-Est : indicateurs de l’évolution économique

1) Salaires horaires dans le secteur manufacturier, corrigés des prix à la consommation.
2) Moyenne pondérée, établie sur la base des PPA de 1990.

Sources : Banque mondiale, World Tables, FMI, Statistiques financières internationales ; Banque asiatique de développement, Asian Development Outlook ; données nationales. Banque des règlements internationaux, 64e Rapport annuel, juin 1994.

Pays en développement

5Les pays en développement ont réalisé en 1993 une croissance économique de 4,3 pour cent (4,6 % en 1992), la palme du dynamisme allant une nouvelle fois aux pays nouvellement industrialisés d’Asie. Les moteurs de la croissance ont été Hongkong, la Corée, la Malaisie, Singapour, Taïwan et la Thaïlande ainsi que la Chine et l’Inde, mais aussi l’Argentine et le Chili. L’activité économique des pays en développement dépend du succès des réformes appliquées à leur économie intérieure, et semble depuis quelques années moins tributaire des aléas conjoncturels de l’économie mondiale. La progression économique de certains pays en développement réfute ainsi les théories économiques selon lesquelles toute croissance est impossible dans ces pays lorsque les nations industrialisées se trouvent dans une phase de récession. Il semble au contraire – comme le prouvent les pays d’Asie de l’Est et du Sud-Est depuis quelques années – que les éléments déterminants d’une industrialisation réussie sont l’ouverture des marchés et un régime politique libéral, associés à des réformes économiques à l’intérieur du pays en question. A ces pays se sont ajoutés plus récemment la Chine, l’Inde, le Pakistan, le Mexique, l’Argentine, le Chili, la Pologne, dont certains ont donné, en 1993 déjà, des signes de surchauffe économique.

6Asie : en 1993, comme les années précédentes, ce sont donc les pays en voie d’industrialisation et nouvellement industrialisés d’Asie du Sud-Est qui ont enregistré les plus forts taux d’expansion économique. Hongkong, Singapour, la Corée du Sud et Taïwan réalisent de 1991 à 1993 une croissance réelle de leur PIB qui se chiffre à 6,2 pour cent en moyenne. Le recul enregistré par rapport aux taux encore plus élevés des années quatre-vingt (8,3 pour cent en moyenne) signifie que leur rythme de croissance devient comparable à celui des pays industrialisés durant les périodes d’euphorie économique. Le PIB de l’Indonésie, de la Malaisie et de la Thaïlande a marqué de 1991 à 1993 une progression moyenne de 7,2 pour cent.

7Parmi les économies asiatiques en transition (Tableau No 4), ce sont celles de Chine et du Viêtnam qui marquent les plus fortes augmentations relatives de PIB. Le tableau No 4 révèle un contraste énorme entre les économies en transition de pays comme la Chine et le Viêtnam et même l’Inde, par rapport aux difficultés économiques que connaissent les pays d’Europe orientale et ceux de l’ex-Union soviétique. Cela tient sans doute au contexte spécifique de chaque économie. Ainsi, la libéralisation du secteur agricole en Chine – qui avait commencé en 1978 déjà – a immédiatement déclenché une forte poussée de la production qui a elle-même amélioré les revenus ; tandis que les réformes appliquées plus récemment en Europe de l’Est ont entraîné l’effondrement de la production et une détérioration des revenus. Cet exemple montre les limites des analyses globales et des comparaisons entre pays, basées sur une ou quelques années et sur des valeurs moyennes.

8Amérique latine (Tableau No 3) : Les pays d’Amérique latine (à part le Chili) ont connu de mauvais résultats économiques durant les années quatre-vingt ; le revenu réel par habitant, en particulier, a diminué de 9 pour cent en moyenne. Cette « décennie perdue » avait débuté par une crise de l’endettement et s’était accompagnée ensuite d’une dégradation considérable des termes réels de l’échange. Bien que ces termes se soient encore détériorés dans les années 90, le PIB s’est remis à croître à partir de 1990, jugulant ainsi la diminution du revenu par tête d’habitant. Un phénomène remarquable, en ce qui concerne l’Amérique latine, est la diminution générale de l’inflation galopante qui sévit traditionnellement dans ces pays (à part le Brésil, dont le taux d’inflation comportait encore quatre chiffres en 1993).

9Leur redressement économique est le résultat d’efforts considérables en matière de stabilisation économique et d’ajustement structurel. Les entreprises recommencent ainsi à investir dans leurs équipements et les capitaux affluent dans la région. Il semble que l’essor économique dépende étroitement du moment où les premières mesures de réforme ont été prises : le Chili s’y est mis dans le courant des années septante, le Mexique en 1987, l’Argentine et le Pérou en 1991/92, tandis que le Brésil, en 1993, n’avait pas encore amorcé les réformes susceptibles de convaincre les investisseurs. Quatre Etats d’Amérique latine – Argentine, Brésil, Uruguay et Paraguay – ont formé ensemble le MERCOSUR qui doit déboucher en janvier 1995 sur une union douanière destinée à intensifier les échanges économiques à l’échelon régional.

Tableau No 3. Amérique latine : production et inflation

Tableau No 3. Amérique latine : production et inflation

1) Indice, 1980 = 100.
2) Moyenne pondérée pour l’Amérique latine et les Caraïbes, établie sur la base des PPA de 1990.

Sources : FMI, Statistiques financières internationales ; CEALC, Overview of the Economy of Latin America and the Caribbean ; données nationales. Banque des Règlements Internationaux, 64e Rapport annuel. Juin 1994.

10La progression globale d’une économie ne signifie pas, à elle seule, que la répartition des revenus s’est améliorée. Et l’agitation intérieure de certains pays montre que les conflits socio-économiques sont loin d’être réglés (Mexique).

11En Afrique, la croissance du PIB atteint à peine le taux médiocre de 0,6 pour cent. La dégradation persistante des termes de l’échange, les troubles politiques et les guerres civiles qui ravagent certains pays (Angola, Soudan, Rwanda, Burundi, Liberia, Somalie) ainsi que d’autres éléments négatifs et un taux de croissance démographique oscillant toujours autour de 3 pour cent, sont autant de facteurs qui ont contribué à réduire encore le revenu moyen par tête d’habitant.

12Les pays du Proche-Orient et d’Afrique du Nord forment un tableau très hétérogène. La croissance a été faible ou négative pour les pays exportateurs de pétrole, en raison d’une faible demande et de prix à la baisse. Tandis que la Jordanie et la Syrie ont marqué des points économiques sous la forme d’une expansion de 5 à 6 pour cent, à la suite des réformes que ces pays avaient entreprises. La Jordanie a profité en outre de l’aide financière internationale suscitée par la crise du Golfe.

13Les pays d’Afrique noire ne revêtent pas une grande importance économique pour « le reste du monde ». Cette indifférence envers l’Afrique se traduit entre autres par un manque d’études consacrées à ce continent ; c’est ainsi que le rapport annuel de la Banque des règlements internationaux exclut les pays africains de son analyse des pays en développement, pour se concentrer exclusivement sur l’Asie, l’Europe orientale et l’Amérique latine. La littérature économique qualifie souvent l’Afrique de « continent perdu », sans rendre justice à sa diversité. L’Afrique compte 53 pays et 686 millions d’habitants. C’est l’Afrique du Sud qui apporte la plus forte contribution au PIB africain, soit 26 pour cent. Ce pays possède un potentiel de croissance élevé depuis qu’il s’est ouvert à la démocratie. L’intégration économique régionale des pays africains est la moins avancée du monde. Ces pays s’accrochent pourtant à l’idée d’une « communauté économique africaine ». En 1991, 51 pays de l’OUA (Organisation de l’unité africaine) ont signé un traité allant dans ce sens.

14La comptabilité nationale ne prend pas en considération les activités de l’économie parallèle (« secteur informel »). On estime qu’il faudrait ajouter environ 30 pour cent au PIB officiel pour tenir compte ainsi des structures économiques propres à la réalité africaine.

Europe de l’Est et CEI

15Les disparités sont très grandes entre les pays d’Europe orientale et de l’ex-URSS. Alors que des nations telles que la Pologne, la République tchèque, la Hongrie et la Slovénie prennent lentement le chemin de la croissance, les pays issus de l’Union soviétique doivent faire face à d’énormes problèmes macro- et microéconomiques ; leur production a encore chuté en 1993. Six pays de cette région – les Etats d’Asie centrale, le Kazakhstan, le Kirghizstan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Turkménistan, ainsi que l’Albanie – sont considérés comme des pays en développement (critères de l’OCDE).

  • 1 Le projet MONEE (Monitoring the Transition in Central and Eastem Europe) de l’UNICEF examine régu (...)

16Une étude, effectuée par l’UNICEF en 1994 sur les coûts sociaux des réformes appliquées dans les pays d’Europe de l’Est et de la Communauté des Etats indépendants, semble démontrer que leurs répercussions immédiates sur les populations sont plus dramatiques que celles vécues par les pays d’Amérique latine et d’Afrique durant la « décennie perdue » des années quatre-vingt1. La crise est plus sévère que prévu et se traduit par une aggravation massive de la pauvreté, une régression de la natalité, une mortalité fortement accrue, un recul du taux de scolarisation et une prolifération rapide de la criminalité. Les Etats de l’Europe orientale et de la CEI déplorent la réticence des pays développés en matière d’investissements et d’aide aux pays de l’Est. Les nations européennes et les Etats-Unis ont fondé la BERD (Banque européenne pour la reconstruction et le développement) afin de relancer l’économie de ces pays. Après un démarrage difficile, cette banque a résolu de donner la priorité à la promotion du secteur privé. La BERD devrait jouer sur le plan régional un rôle analogue à celui des banques de développement régionales d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine.

Tableau No 4. Economies en transition : indicateurs de l’évolution économique

Tableau No 4. Economies en transition : indicateurs de l’évolution économique

1) 1986-89.

Sources : Banque asiatique de développement, Asian Development Outlook et Key Economic Indicators, FMI, Occasional Papers ; données nationales. Banque des règlements intérieurs, 64e Rapport annuel, juin 1994.

Mise à jour de la classification des pays

17Vu leur état de développement économique, Singapour, les Bahamas, le Qatar, le Koweït, les Emirats arabes unis et Brunei ont été rayés de la liste des pays en développement de l’OCDE, avec une période de transition de trois ans à dater du 1er janvier 1993. Le Mexique a été le premier pays d’Amérique latine à adhérer, en mars 1994, à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Traité du GATT ratifié

18Il convient de relever ici l’événement important pour le succès du multilatéralisme économique que représente la conclusion du cycle d’Uruguay du GATT. La décision a été prise de fonder un instrument d’intensification des échanges planétaires, sous la forme de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) qui aura son siège à Genève (cf. chapitre 1.2.1).

Rapport du PNUD

  • 2 Selon le PNUD, il faudrait à l’avenir que les politiques de coopération recherchent un meilleur é (...)

19Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) publie depuis 1990 un rapport annuel sur le développement humain. Son analyse économique des différents pays s’intéresse, outre l’aspect production, à des indicateurs tels que la répartition des revenus, la sécurité sociale, le taux de scolarisation, la situation alimentaire, les dépenses militaires, etc. L’image du niveau de prospérité d’un pays s’en trouve mieux nuancée en relation avec la personne humaine. A part les analyses statistiques, ce rapport approfondit chaque année un thème particulier. Il traite en 1994 celui de la sécurité, le besoin éprouvé par les individus de vivre en paix et en sûreté. Le rapport propose l’élaboration d’un concept de coopération visant à aborder les problèmes dans une perspective globale, de manière à mieux structurer la coopération internationale en y associant tous les pays du monde2.

Haut de page

Bibliographie

Rapport sur la politique économique extérieure 93/1 + 2, 19.1.1994 (94.007).

Banque des règlements internationaux, 64ème rapport annuel, Bâle, juin 1994.

Rapport annuel du FMI 1993, Washington, août 1994.

Banque mondiale, Rapport sur le développement dans le monde 1994, Washington, mai 1994.

PNUD, Rapport sur le développement humain 1994, New York, juin 1994.

Communauté de travail Swissaid/ Action de carême/ Pain pour le prochain/ Helvetas/ Caritas, 50 Jahre Bretton Woods 1944-1994, Berne, 1994 (supplément à « aktuell »).

Société de Banque Suisse, Le Mois, juillet-août 1994 (L’Afrique n’est pas un « continent perdu »).

Tages-Anzeiger, 18.4. et 20.4.1994 et NZZ, 19.4.1994 (session annuelle de la BERD).

OCDE, communiqué de presse du 17.3.1994 (participation du Brésil au CAD).

NZZ, 4.8.1994 (Mercosur).

Haut de page

Notes

1 Le projet MONEE (Monitoring the Transition in Central and Eastem Europe) de l’UNICEF examine régulièrement les conséquences sociales des réformes inhérentes au processus de transformation engagé en Europe de l’Est depuis 1989. Cette analyse se fait en collaboration avec les services statistiques des pays considérés. Ce projet s’inscrit dans le programme de recherche UNICEF sur la politique économique et sociale, dont l’étude « Ajustement à visage humain » avait alimenté dès 1987 le débat international sur la politique d’ajustement structurel pratiquée par le FMI et la Banque mondiale. Centre UNICEF, Central and Eastern Europe in Transition : Public Policy and Social Conditions, Regional Monitoring Report Nr. 1, Florence, novembre 1993.

2 Selon le PNUD, il faudrait à l’avenir que les politiques de coopération recherchent un meilleur équilibre de l’ordre mondial. Des esprits critiques reprochent au PNUD de persister dans l’idée que l’on peut gérer le monde après l’effondrement économique des pays communistes. Même si le rapport du PNUD sur le développement humain a eu d’abord peu d’échos dans le monde économique, et s’il comporte des faiblesses (pondération des différents facteurs), il a montré les limites des calculs économiques habituellement basés exclusivement sur des revenus et des chiffres de production PNUD, Rapport sur le développement humain 1994, New York, juin 1994.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau No 1. Croissance de la production mondiale1
Légende 1) Les taux de croissance moyens pour les pays industriels sont calculés sur la base des pondérations du PIB et des cours de change de 1991 et, pour l’Europe orientale (Allemagne de l’Est comprise jusqu’en 1991), du PIB et des cours de change de 1991. Les autres moyennes sont obtenues à partir des pondérations du PIB et des cours de change de 1984-86 et incluent tous les pays à PIB égal ou supérieur à $EU 100 millions en 1985.2) Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni, Australie et Nouvelle-Zélande.3) Y compris Israël, Turquie et Malte.
Crédits Sources : FMI, Perspectives de l’économie mondiale ; OCDE, Comptes nationaux ; ONU, Annuaire statistique ; Banque mondiale, World Tables ; données nationales, Banque des règlements internationaux, 64e Rapport annuel, juin 1994.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1464/img-1.png
Fichier image/png, 249k
Titre Tableau No 2. Asie du Sud-Est : indicateurs de l’évolution économique
Légende 1) Salaires horaires dans le secteur manufacturier, corrigés des prix à la consommation.2) Moyenne pondérée, établie sur la base des PPA de 1990.
Crédits Sources : Banque mondiale, World Tables, FMI, Statistiques financières internationales ; Banque asiatique de développement, Asian Development Outlook ; données nationales. Banque des règlements internationaux, 64e Rapport annuel, juin 1994.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1464/img-2.png
Fichier image/png, 241k
Titre Tableau No 3. Amérique latine : production et inflation
Légende 1) Indice, 1980 = 100.2) Moyenne pondérée pour l’Amérique latine et les Caraïbes, établie sur la base des PPA de 1990.
Crédits Sources : FMI, Statistiques financières internationales ; CEALC, Overview of the Economy of Latin America and the Caribbean ; données nationales. Banque des Règlements Internationaux, 64e Rapport annuel. Juin 1994.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1464/img-3.png
Fichier image/png, 201k
Titre Tableau No 4. Economies en transition : indicateurs de l’évolution économique
Légende 1) 1986-89.
Crédits Sources : Banque asiatique de développement, Asian Development Outlook et Key Economic Indicators, FMI, Occasional Papers ; données nationales. Banque des règlements intérieurs, 64e Rapport annuel, juin 1994.
URL http://journals.openedition.org/aspd/docannexe/image/1464/img-4.png
Fichier image/png, 131k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« I. Situation économique »Annuaire suisse de politique de développement, 14 | 1995, 3-11.

Référence électronique

« I. Situation économique »Annuaire suisse de politique de développement [En ligne], 14 | 1995, mis en ligne le 04 mai 2013, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/aspd/1464 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aspd.1464

Haut de page

Droits d’auteur

© The Graduate Institute | Geneva

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search