Navigation – Plan du site
Revue

III. Culture et science

p. 92-97

Texte intégral

3.1. Echanges culturels : importation des films du Tiers monde

1Les cinéastes de nombreux pays en développement éprouvent de grandes difficultés à trouver le financement pour la réalisation de leurs films, compte-tenu des conditions économiques qui se dégradent. Le marché intérieur de la distribution des films est souvent dominé par l’importation massive de films étrangers et l’accès aux marchés des pays industrialisés est très difficile, soit à cause de la qualité technique médiocre de certains films, des moyens de promotion insuffisants, de l’existence de contingentements des importations, du manque d’audace des distributeurs de films ou les goûts du public.

2Les statistiques de la distribution commerciale des films en Suisse révèlent l’ampleur des déséquilibres. En 1990, 88,6 % des films importés provenaient de cinq pays industrialisés. La part des films de pays en développement s’élevait à 3,1 %, soit 10 films sur un total de 318 films importés. Le manque de diversité de l’offre des films est encore plus frappant si l’on considère la répartition du public de cinéma par pays de provenance des films (tableau 10). Le public de cinéma se concentre sur un nombre restreint de films. 200 films présentés en 1990 sur un total de 1852 films (soit le 10,8 % de l’offre) ont attiré 86,5 % des spectateurs. Parmi ces 200 films qui ont eu le plus de succès (plus de 8 000 spectateurs), nous trouvons en 40e position le film sud-coréen primé au Festival de Locarno en 1989, « Pourquoi Bodhi-Dharma est-il parti vers l’Orient ? », un film iranien en 152e place (« Où est la maison de l’ami ? ») et un film burkinabé en 178e position (« Tilaï »). Ce dernier film étant considéré comme un film français car le producteur est français. En incluant cette coproduction, 162 000 personnes ont vu un film d’un pays en développement.

Tableau No 10. Nombre de spectateurs classés selon l’origine des films1 (en % du nombre total des spectateurs)

Agrandir

1) Cette statistique n’inclut pas les films importés pour les ciné-clubs ou les festivals de films. Si un film d’un réalisateur d’un pays en développement est coproduit par un pays industrialisé, il est enregistré dans les films du pays industrialisé.

Source : Chiffres de l’Association suisse du cinéma, Berne.

3Il existe plusieurs formes de soutien à la production ou distribution de films de pays en développement en Suisse. Mis à part quelques maisons de distribution qui diffusent occasionnellement ces films, la maison Trigon-film s’est spécialisée dans ce domaine, avec plus d’une dizaine de films (dont « Bodhi-Dharma ») diffusés dans les circuits commerciaux depuis 1989.

4Certains films sont diffusés dans les circuits non-commerciaux (ciné-clubs, festivals). Quelques films cubains ont ainsi été présentés à Bienne en novembre 1990, dans le cadre des ateliers Cuba ; des films africains à Genève au printemps 1991 et à Zurich en novembre 1991 (Cinémafrica). Une rétrospective des films de Rirwick Ghatak (Inde) a été présentée en Suisse en 1991, avec le soutien notamment de la Ville de Fribourg qui a financé la restauration de copies de films.

5La Confédération accorde une aide pour le cinéma par le biais de l’Office fédéral de la culture ou de la Coopération au développement (DDA). Une partie de cette aide a été consacrée en 1989/90 au soutien de Trigon-film, des Rencontres Médias Nord-Sud et du Festival de Films de Fribourg (anciennement Festival de Films du Tiers Monde). Une prime de qualité a été accordée au film « Yaaba » en 1989, ainsi qu’une contribution aux frais de réalisation du prochain film, coproduit avec la Suisse, du Sénégalais Djibril Diop Mambéty (« Hyènes », adaptation de la pièce de théâtre « La visite de la vieille dame » de Friedrich Dürenmatt). Certains films documentaires ou de fiction sont soutenu financièrement par le service d’information de la DDA : « Yaaba », « Laafi », « Laada », « Ta Dona » d’Adama Drabo (postproduction), ce dernier film ayant gagné des prix au Festival de Ouagadougou en 1991.

6La septième édition des Rencontres Médias Nord-Sud s’est tenue du 8 au 11 avril 1991 à Genève et pour la première fois du 11 au 13 avril également à Sion. La manifestation constitue un lieu d’échange entre professionnels (représentants de chaînes de télévision, d’ONG, des producteurs, des réalisateurs). 35 émissions de télévision, dont 14 du Sud, ont participé au concours international d’émissions de télévision sur les questions de développement. Channel 4 (GB) a remporté le 1er prix international de télévision de Genève (« Lesson of Exile »). 61 films de producteurs indépendants ont été présentés et 28 d’entre eux ont participé au concours « Valais-Wallis 700 », concours des productions indépendantes organisé pour la première fois. Le film « Famine fatigue ou le pouvoir de l’image » (Point du jour, France) a remporté ce prix.

3.2. Recherche et formation

PNR 28

7Le Programme national de recherche 28 consacré au commerce extérieur et à la politique de développement vise à définir les stratégies que la Suisse pourra appliquer à l’avenir dans ce domaine. Dans la politique de développement, les recherches et les propositions devront tenir compte de tous les rapports économiques entre la Suisse et le Tiers Monde, en accordant une place particulière à l’interdépendance entre le commerce extérieur et l’aide au développement. Les 21 projets actuellement en voie de réalisation se répartissent entre les domaines suivants :

  • Deux études générales sur le thème « La Suisse dans un monde en mutation » sont achevées. Ce sont « Die Schweiz AG – Vom Sonderfall zum Sanierungsfall » de Borner/ Brunetti/ Straubhaar et l’étude préliminaire « Welthorizonte und die Schweiz » d’Alfred Nydegger.

  • Commerce extérieur et croissance économique : 1 projet.

  • Développement dans les régions importantes (Europe de l’Est, Asie, Pacifique, Amérique du Nord, Europe de l’Ouest) : 4 projets.

  • Principaux secteurs économiques (place financière suisse, politique agricole) : 2 projets.

  • Bases technologiques de la compétitivité : 2 projets.

  • Politique de migration : 1 projet.

  • Conséquences des programmes d’ajustement structurel : 4 projets.

  • Problèmes de l’endettement : 1 projet.

  • Problèmes ville-campagne dans les pays en développement : 2 projets.

  • Ecologie et développement : 2 projets.

8La publication du rapport final est prévue pour fin 1993.

Académie suisse du développement

9C’est sous le nom d’Académie suisse du développement (SAD, Swiss Academy of Development) que des scientifiques de divers pays ont fondé une académie de recherche sur le développement dont le siège est à Berne. L’Académie se veut une institution indépendante et interdisciplinaire qui étudiera la « tolérance pratique » entre le monde industrialisé et nations de la périphérie. Selon son acte de fondation, elle a pour objectif de mener des recherches orientées vers la pratique sur les problèmes du développement et de faire le lien entre, d’une part, les connaissances et l’expérience pratique des milieux politiques et économiques, des œuvres d’entraide, d’organismes de coopération au développement et du Tiers Monde lui-même et, d’autre part, les travaux d’universités et d’institutions de recherche. Le domaine qui sera abordé en priorité est le suivant : migration/ intégration/ conflits culturels et impact culturel du développement.

Académie internationale de l’environnement

10L’Académie internationale de l’environnement a été créée le 19 avril 1991 par l’Université de Genève à l’initiative du Rectorat avec la collaboration initiale de la faculté des sciences, de la faculté des sciences économiques et sociales et de l’IUED.

11Plusieurs universités suisses et les écoles polytechniques fédérales ont développé des programmes d’enseignement dans le domaine de l’environnement. La spécificité de cette nouvelle institution de formation et de recherche sera la gestion de l’environnement, soit la science des processus de décisions et d’actions en vue de la sauvegarde de l’environnement.

12L’académie va adopter une approche interdisciplinaire de cette question (sciences exactes et sciences économiques et sociales). Elle veut favoriser aussi les contacts entre, d’une part, les enseignants et chercheurs universitaires, et d’autre part les experts d’organisations internationales et les preneurs de décision au sein des administrations publiques et de l’économie privée.

13Elle veut collaborer avec le secteur privé, les organisations non gouvernementales et les organisations internationales, dont le PNUE, le PNUD et la CNUED, Conférence des Nations-Unies sur l’environnement et le développement, qui a son siège dans le même bâtiment genevois.

14Les premiers séminaires de gestion de l’environnement ont été organisés en 1991. La mise sur pied de programmes d’enseignement menant à un diplôme sera l’activité majeure de l’Académie, avec la poursuite de l’organisation de séminaires, ateliers et conférences. Un accent est donné sur les problèmes des pays de l’Europe orientale et centrale et ceux des pays en voie de développement.

15Le premier directeur est le Professeur à l’Université de Genève, Bernard Giovannini. L’Académie est soutenue financièrement par la Confédération (57 % du budget 1992), le canton et l’Université de Genève (36 %), les entreprises privées et les organisations non gouvernementales (7 %).

16L’Université de Genève a joué un rôle important dans la création de l’académie, notamment en intégrant à la nouvelle institution du personnel, certains groupes de recherche et des programmes de l’université. C’est ainsi que les centres suivants collaborent activement à l’Académie : le Centre Universitaire d’écologie humaine et des sciences de l’environnement, créé conjointement avec d’autres universités européennes, sous le patronage de l’Organisation Mondiale de la Santé (études des interactions de l’homme et son environnement) ; le Centre Universitaire d’étude des problèmes de l’énergie, qui mène des recherches notamment sur l’Amérique latine ; le Groupe de recherche opérationnelle et le Groupe de sciences politiques de la Faculté des sciences économiques et sociales.

Académie suisse des sciences naturelles

17Un groupe de travail de l’Académie suisse des sciences naturelles examine depuis deux années le thème « Encouragement de la recherche dans les pays en développement ». Ses membres ont commencé par étudier les projets scientifiques ayant trait au Tiers Monde, puis ils tenteront de définir les besoins les plus urgents en matière de recherche scientifique des pays en développement.

DDA

18La DDA dépense environ 70 millions de francs par an pour financer quelque 100 projets d’encouragement de la recherche. A l’avenir, on envisage de revoir cette politique et de donner une structure à l’encouragement de la recherche dans les pays en développement. La Conférence annuelle de la coopération au développement, qui s’est tenue en septembre 1991, a été consacrée au thème suivant : « Recherche et transfert de technologies ». Les efforts d’encouragement de la recherche ont pour objectif de combler le fossé qui sépare Nord et Sud dans le domaine de la science, un fossé que l’on peut illustrer par les chiffres suivants : les pays industrialisés allouent environ 2,5 % de leur PNB à la recherche et au développement, dans les pays en développement cette part est de 0,5 %, ce qui ne représente que 3 % des dépenses mondiales destinées à la recherche et au développement.

Haut de page

Bibliographie

Sources de partie 3.1.

Association suisse du cinéma.

Office fédéral de la culture.

Service d’information de la DDA.

Rapport d’activité des Rencontres médias Nord-Sud 1991.

Sources de la partie 3.2.

Académie internationale de l’environnement, Rapport intérimaire d’activités, Université de Genève, mai 1991.

Le Courrier, 8/9.6. et 25.6.1991.

NZZ, 13.6.1991.

Fonds national suisse pour la recherche scientifique, « Bulletin du PNR28 », juin 1991.

Académie suisse du développement, acte de fondation et statuts, Berne 1991.

NZZ, 6.9.1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« III. Culture et science », Annuaire suisse de politique de développement [En ligne], 11 |  1992, mis en ligne le 18 mai 2013, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/aspd/1555

Haut de page

Droits d’auteur

© The Graduate Institute | Geneva

Haut de page