Navigation – Plan du site

Le financement des ONG dans la coopération au développement et l’aide humanitaire : le cas de la Suisse et comparaisons internationales

Gérard Perroulaz
p. 49-82

Texte intégral

Introduction

1Les organisations non gouvernementales ont acquis un rôle important dans la coopération au développement et l’aide humanitaire de la Suisse en mettant en œuvre leurs propres programmes et en réalisant – en tant que mandataires – des programmes de la coopération gouvernementale. Elles occupent aussi une place importante dans l’information du public sur les problèmes de développement et en analysant de façon critique la politique extérieure de la Suisse à l’égard des pays en développement, en relevant notamment des manques de cohérence entre une politique fondée sur la solidarité et certains intérêts économiques à court terme.

  • 1 L’annexe I donne des précisions sur les données existantes en Suisse et sur les principales source (...)

2Dans cet article, qui porte avant tout sur le financement de ces ONG, nous présentons les données disponibles sur celles qui sont engagées sur le terrain dans le domaine de la coopération au développement et de l’aide humanitaire. Les données statistiques sur ces ONG reposent essentiellement sur les données récoltées par l’iuéd depuis le début des années 1990, ainsi que sur les données publiées par la Direction du développement et de la coopération (DDC) sur les contributions publiques aux ONG1. L’analyse du financement des activités des ONG suisses renvoie d’une part au marché du don en Suisse et, d’autre part, à la dépendance des ONG envers le financement par les pouvoirs publics (DDC, cantons et communes). Une comparaison internationale permettra de mettre en évidence les différences et les similitudes entre le monde des ONG en Suisse et celui d’autres pays du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE.

3En 2002, l’aide totale de la Suisse – aide publique et aide privée – aux pays en développement et aux pays en transition s’est élevée à 1878 millions de francs. L’aide de la Confédération a atteint 1536 millions de francs, soit 81,8 % de l’aide totale, et l’aide des cantons et communes 28 millions de francs, soit 1,5 % de l’aide totale. L’aide des ONG dépensée dans les pays en développement ou en transition et financée par leurs ressources propres s’est élevée à 313,8 millions de francs ; elle représente ainsi 16,7 % du total de l’aide publique et privée suisse.

4Les ONG sont financées par leurs ressources propres (produit de campagnes de récolte de fonds, cotisations et dons des membres, produits de ventes d’articles divers), par des versements d’autres ONG nationales (Chaîne du Bonheur ou autres ONG), par des contributions publiques suisses (Confédération, cantons ou communes), par des contributions privées étrangères (autre branche nationale d’une ONG internationale par exemple), par des contributions publiques étrangères (agence de coopération d’un autre pays membre du CAD), par l’Union européenne ou par des organisations internationales.

Financement privé : les ONG et le marché du don en Suisse

5Les enquêtes annuelles menées par l’iuéd depuis 1991 auprès des ONG révèlent que plus de 600 ONG suisses sont actives dans la gestion de programmes et de projets dans des pays en développement ou en transition. C’est sur la base des réponses à ces enquêtes que l’on peut faire l’estimation susmentionnée du montant total de l’aide des ONG provenant de ressources privées et qui s’est élevée à 313,8 millions de francs en 2002. Ce chiffre ne correspond pas au total des budgets de ces ONG, mais seulement au montant versé dans des pays en développement et ou en transition pour des projets financés sur la base des fonds propres des ONG. Il n’inclut pas les contributions du secteur public, ni le travail des ONG dans le domaine sensibilisation au développement en Suisse, ni les dépenses administratives en Suisse.

  • 2 Zentralstelle für Wohlfahrtsunternehmen/Bureau central des œuvres de bienfaisance. Voir l’article (...)

6Les montants du financement privé de projets d’ONG doivent être replacés dans le contexte de ce que l’on appelle le « marché du don ». La ZEWO2 estime que le volume des dons récoltés auprès de la population suisse s’élevait à 610 millions de francs en 2002, cela pour les quelque 300 organisations certifiées ZEWO. Ces dons privés des ONG sont composés par les dons individuels (290 millions de francs en 2002), les cotisations des membres (100 millions de francs, montant assez stable d’une année à l’autre), les dons institutionnels (90 millions de francs de contributions de fondations, d’autres associations ou d’Eglises), les legs (90 millions) et autres dons (40 millions). Les dons récoltés ont nettement diminué de 2001 à 2002 puisqu’ils ont passé de 700 millions à 610 millions, notamment en raison des dons exceptionnels en 2001 suite aux intempéries à Gondo (Valais).

Evolution du financement privé des ONG

  • 3 Les données sur l’aide privée des ONG en millions de francs sont mentionnées dans le tableau 1 de (...)

7Le graphique 1 montre l’évolution sur une vingtaine d’années de l’aide des ONG financée par leurs ressources propres (sans les contributions publiques de la DDC ou des cantons/communes). L’aide des ONG a augmenté assez régulièrement sur cette période3.

Graphique 1 : Evolution de l’aide des ONG financée par leurs fonds propres, 1985-2002, en millions de francs

Agrandir

* Aide des ONG aux pays en transition (pays de l’Europe centrale et orientale et pays en développement avancés, liste II du CAD). (Les listes I et II du CAD sont définies chaque année par le Comité d’aide au développement de l’OCDE.)

Sources : enquêtes annuelles sur l’aide des ONG, enquêtes menées sous mandat de la DDC par Swissaid jusqu’en 1990 et par l’iuéd depuis 1991.

8La prudence est requise quand on analyse l’évolution de l’aide financée par les ressources propres des organisations. Les variations de l’aide privée d’une année à l’autre peuvent aussi être influencées par des facteurs statistiques, par exemple par l’augmentation du nombre d’ONG qui répondent aux questionnaires annuels (130 organisations en 1990, près de 250 organisations en 2002). En effet, les ONG ne sont pas tenues de répondre aux enquêtes statistiques ; le fait qu’une grande ONG déclare ses fonds une année et pas l’année suivante peut faire baisser le montant global de l’aide, sans que cela indique une tendance générale à la baisse.

Evolution très différenciée selon les organisations

9L’évolution du financement privé des ONG est bien sûr variable d’une ONG à l’autre. La base de données de l’iuéd sur l’aide de 200 ONG environ de 1990 à 2002, ce qui représente chaque année environ 95 % à 98 % de l’aide privée totale, permet de dégager les caractéristiques et tendances suivantes.

  • Certaines ONG, grandes ou petites, ont connu une évolution assez stable de leurs activités. On peut citer parmi elles Terre des hommes Lausanne (variations d’une année à l’autre mais évolution assez stable à long terme avec un montant total de projets oscillant entre 12 et 18 millions de francs par année). L’évolution du financement privé de projets est aussi assez stable par exemple pour le Département missionnaire, pour Frères de nos frères et pour Kinderdirekthilfe Kolumbien.

  • D’autres ONG ont connu une forte expansion de leurs activités. Le Comité suisse pour l’UNICEF a par exemple pris une importance très grande dans la récolte de fonds, avec près de 22 millions de francs pour le financement de projets en 2002 (contre 12 millions en 1991).

    • 4 Malgré son importance en France, Médecins du monde ne s’est pas beaucoup implantée en Suisse.

    Le marché du don est caractérisé par l’apparition de nouvelles ONG dont certaines ont pris une place importante dans la récolte de fonds auprès de la population suisse. C’est le cas de grandes ONG internationales qui se sont progressivement implantées sur le marché suisse. Citons par exemple la forte expansion de Médecins sans frontières, qui a passé d’un financement par des fonds propres de 1,1 million de francs en 1990 à 10 millions en 1998 et 23 millions en 20014. World Vision est un autre exemple, qui passe de 1,9 million de francs en 1991 à 15,3 millions en 2002.

  • 5 Nous considérons comme des ONG « traditionnelles » les organisations d’entraide créées depuis les (...)

10Sur la base de ces constats, on peut se demander si l’apparition de nouvelles ONG ou la forte croissance des activités de certaines ONG s’est faite au détriment des grandes ONG traditionnelles5. La réponse est nuancée, malgré les articles alarmistes qui paraissent régulièrement en Suisse quand certaines ONG s’inquiètent d’une baisse des dons reçus. On enregistre une nette tendance à la baisse des dons pour certaines ONG, comme par exemple l’Aide aux lépreux Emmaüs ou l’Association suisse d’aide à l’hôpital Albert Schweitzer. D’autres ONG traditionnelles connaissent de très grandes variations d’une année à l’autre, notamment par l’importance de leur aide humanitaire. C’est le cas de la Croix-Rouge suisse, de Caritas Suisse et de l’Œuvre suisse d’entraide ouvrière (OSEO). En revanche, certaines ONG traditionnelles ont connu une croissance de leurs activités. Les activités de Swissaid financées par ses fonds propres ont eu tendance à augmenter, avec des projets pour un montant de 870’000 francs en 1991 et de 3,2 millions de francs en 2002. La même tendance s’observe pour Swisscontact (aide passant de 1,3 million en 1991 à 2,2 millions en 2002) et pour Helvetas (aide passant de 3,4 millions en 1991 à 5,8 millions en 2002). La tendance à la hausse s’observe aussi pour la Fondation Village d’enfants Pestalozzi.

11Les nouvelles organisations apparues sur le « marché du don » ont donc surtout pris une part d’un gâteau qui s’accroît, et leur expansion ne s’est pas faite forcément au détriment d’organisations plus traditionnelles.

12Parmi les petites ONG, certaines ont un caractère éphémère : elles apparaissent soudainement pour disparaître ou perdre de l’importance quelques années plus tard. L’exemple des ONG dont les activités étaient liées à la crise en Roumanie est à cet égard frappant. On peut considérer ce phénomène de manière positive (mobilisation rapide pour aider ponctuellement un pays ou une région pendant une phase difficile) ou avec inquiétude (phénomène de mode avec des actions à très court terme). Beaucoup d’ONG s’occupant de l’aide aux pays de l’Est ont été éphémères (par exemple Pro Transsylvania ou Kroatisches Humanitäres Forum).

Importance des organisations proches des Eglises

  • 6 Voir entre autres les annonces régulières de l’Institut des missions étrangères de Bethlehem Immen (...)
  • 7 Le financement d’activités missionnaires comme les publications religieuses, les contributions aux (...)

13Les organisations missionnaires jouent un rôle très important dans la récolte de dons auprès de la population suisse. Les premières actions humanitaires de la Suisse remontent au xixe siècle, avec la présence de missionnaires dans certains pays du Sud (comme l’Inde), où la Suisse s’est d’abord manifestée par ses missionnaires et ses entreprises. Des actions d’évangélisation et de charité chrétienne se sont multipliées (baptême de pauvres orphelins6, aide dans le domaine de la santé et de l’éducation, aide à des orphelinats). Pour les œuvres missionnaires, seuls sont comptabilisés dans les statistiques de l’aide les versements qui répondent à la définition de la coopération au développement et de l’aide humanitaire7.

  • 8 Plus de 70 ONG proches des Eglises fournissent des informations sur les fonds affectés à l’aide hu (...)
  • 9 Neue Luzerner Zeitung, 2 février 2004. Dans cet article, le journaliste constate une baisse des do (...)

14On pourrait penser qu’avec le temps et la baisse des pratiques religieuses, les organisations liées aux Eglises perdraient nettement de leur importance. Les chiffres sur l’aide des ONG démontrent que ce n’est pas le cas. Parmi les 250 organisations dont on connaît la liste des projets soutenus, plus de 70 sont des organisations missionnaires au sens strict ou des organisations proches des Eglises. La part de l’argent versée par ces organismes pour des projets au Sud ou à l’Est a passé de 71 % en 1980 à 53 % en 1997 et s’élève encore à 52 % de l’aide privée en 2002. Les fonds récoltés par le biais des communautés religieuses demeurent donc très importants et les statistiques existantes sous-estiment cette aide8. Ces dernières années, certaines organisations non confessionnelles semblent d’ailleurs autant touchées par la baisse des dons que des organisations proches des Eglises9.

  • 10 Mission 21 est le résultat de la fusion en 2001 des organisations suivantes : Mission de Bâle, Mis (...)

15Les ONG proches d’Eglises qui ont récolté les montants les plus élevés de fonds d’origine privée en 2002 sont Caritas Suisse (27,7 millions de fonds privés), l’Entraide protestante (EPER, 19,5 millions), Christoffel Blindenmission (6,2 millions), Action de carême (5,6 millions), Bethlehem Mission Immensee (5,2 millions) et Mission 21 (4,2 millions)10. Viennent ensuite l’Institut (Kloster) Baldegg, Seraphisches Liebeswerk, Christian Solidarity International, l’Aide aux lépreux Emmaüs, ADRA Agence adventiste, Pain pour le prochain et la Fondation Limmat.

16On peut donc constater une tendance générale à la baisse de la part du « marché du don » des organisations religieuses, mais la situation est différenciée selon les organisations. Certaines ONG traditionnelles proches des Eglises ont augmenté leur aide de 1990 à 2002, comme c’est le cas par exemple de Steyler Missionnare, Evangelische Nilland Mission, ADRA Agence adventiste, Vereinigung Don Bosco Werk ou le Département missionnaire (Echange et Mission), la Fondation Limmat, Christoffel Blindenmission et World Vision.

Financement public des ONG

17Les ONG ont eu un rôle précurseur dans la coopération suisse, bien avant que la Confédération s’engage dans le financement de projets de coopération. Jusqu’à la fin des années 1940, la Confédération a estimé que l’aide au développement était une tâche des œuvres d’entraide privées, et non du gouvernement. Dès 1950, la Confédération finance les premiers projets de développement, au Népal d’abord, avec l’envoi d’experts suisses sur le terrain, puis avec le financement de boursiers de pays du Sud pour se former en Suisse.

18Une partie du financement des ONG provient des pouvoirs publics (Confédération, mais aussi cantons et communes). La majeure partie de l’aide des cantons et des communes suisses est versée aux ONG pour mener des projets de coopération. Les contributions de la Confédération transitant par des ONG peuvent quant à elles prendre les quatre formes suivantes (pour un montant total de 209 millions de francs en 2002) :

  • contributions de programme de la DDC à une quinzaine d’ONG (61,2 millions de francs en 2002) ;

  • contributions de la DDC pour l’aide humanitaire (monétaires ou en nature pour l’aide alimentaire), soit près de 20 millions de francs en 2002 ;

  • mandats spécifiques (autrefois nommés projets en régie) : contribution de la DDC pour des projets définis par elle (123,9 millions de francs en 2002). A cette somme s’ajoutent les mandats spécifiques du Secrétariat d’Etat à l’économie (seco ; 4 millions en 2002). C’est quasiment de l’aide publique, dont l’exécution est confiée à des institutions privées d’entraide. (Voir annexe II pour le détail des contributions publiques aux ONG suisses.)

19Le graphique 2 ci-contre montre qu’environ 29 % de l’aide totale de la Suisse– publique et privéeest gérée par les ONG, soit un montant total de 549 millions de francs en 2002. Ce chiffre comprend les montants récoltés par les œuvres d’entraide elles-mêmes, soit 314 millions de francs de ressources propres, ainsi que les contributions versées par les instances publiques. Sans les mandats spécifiques ou projets en régie, qui peuvent être considérés comme de l’aide quasi publique, l’aide gérée par les ONG s’élevait à 420 millions en 2002, soit 22,4 % de l’aide totale publique et privée de la Suisse.

20Les données provenant de rapports d’activité de différentes ONG, que l’on trouve dans l’annexe III, montrent que la part du financement public des ONG est extrêmement variable d’une ONG à l’autre. Des organisations comme Swisscontact et Helvetas sont très dépendantes des fonds publics (79 % des recettes de Swisscontact proviennent de la Confédération). Le financement public représente par contre moins de 15 % des recettes d’organisations comme Médecins sans frontières.

21Le tableau 1 (voir page 56) donne une idée de l’évolution des contributions publiques aux ONG.

Graphique 2 : Part de l’aide totale (publique et privée) gérée par les ONG, 2002, en pourcentage

Agrandir

Source : élaboré à partir des données publiées dans DDC, Aide de la Suisse aux pays en développement et aux pays en transition. Statistiques 2002, Berne, DDC, 2004, 200 p.

  • 11 En Suisse, on peut estimer que 90 % de l’aide des canton et communes sert à financer des projets g (...)

22L’aide gérée par les ONG est estimée dans le tableau 1 (voir page suivante) en prenant compte des contributions de la DDC, de 90 % de l’aide des cantons et communes11, et des ressources propres des ONG affectées au financement de projets. Les données sur les mandats spécifiques de la DDC ne comprennent que ceux attribués aux ONG, à l’exclusion de ceux confiés à des entreprises suisses ou bureaux de consultants, pour lesquels on n’a pas de données disponibles pour toutes les années. Le montant des mandats au secteur privé commercial était très faible dans les années 1980 ; il est passé de 28 millions de francs en 1992 à 50 millions de francs en 2002.

23De 1990 à 2002, on peut constater que les contributions de programme de la DDC aux œuvres d’entraide sont restées assez stables, alors que les projets en régie ou mandats spécifiques ont sensiblement augmenté. Le total des contributions de la DDC aux œuvres d’entraide a augmenté de 12 % en volume de 1990 à 2002, alors que l’ensemble de l’APD de la DDC a augmenté de 30 % pendant la même période (augmentation forte notamment de l’APD multilatérale). L’aide des ONG versée par leurs fonds propres a presque doublé pendant cette période.

  • 12 Adèle Woods, Les ONG européennes actives dans le domaine du développement. Etat des lieux, Etudes (...)

24Une étude du Centre de développement de l’OCDE permet de comparer la structure du financement public des ONG dans différents pays12. Selon cette étude, la part des fonds publics dans les ressources financières des ONG est importante dans la plupart des pays : 71 % en Grèce, 65 % au Danemark, 47 % au Royaume-Uni, 46 % en Norvège, 42 % en Suisse, 38 % en France, 32 % en Allemagne, 29 % en Italie et 23 % en Autriche (chiffres sur l’année 1993).

Tableau 1 : Evolution du financement des ONG, 1990-2003, en millions de francs

Agrandir

* Autrefois appelés projets en régie.
** nd = non disponible.

Sources : iuéd, Aide suisse aux pays en développement, éditions 1991 à 2000 ; DDC, Aide de la Suisse aux pays en développement et aux pays en transition. Statistiques 2002, Berne, DDC, 2004, 200 p. ; données statistiques de la Communauté de travail des œuvres d’entraide ; DDC/seco, rapports annuels de la coopération internationale de la Suisse.

Politique de la DDC envers les ONG de coopération13

  • 13 Au sujet de la politique de la DDC envers les ONG de coopération, voir aussi dans ce dossier l’art (...)
  • 14 Voir la contribution de Yanik Marguerat à ce dossier.

25Plusieurs offices de l’administration fédérale ont des contacts avec des ONG suisses et financent des activités d’ONG suisses, et il faut tout d’abord relever qu’il n’y a pas de politique d’ensemble de la Confédération à leur égard. Le Service ONG de la DDC est sans doute le principal « point de contact » des ONG avec l’administration fédérale, mais d’autres offices de différents départements ont des liens avec les ONG, par exemple la DPIV du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) pour la promotion de la paix et la promotion des droits humains, le Département fédéral de la défense, de la population et des sports (DDPS) pour la promotion de la paix ou l’Office fédéral de l’environnement, des forêts et du paysage (OFEFP) au sujet de la politique environnementale. Telle ou telle ONG aura des relations privilégiées plutôt avec l’un ou l’autre des offices fédéraux. Une étude récente sur le rôle de la Genève internationale mentionnée dans ce dossier relève aussi les faiblesses dans la coordination entre les différents offices de la Confédération et les instances cantonales genevoises dans leurs politiques respectives à l’égard des ONG internationales à Genève14.

  • 15 Message concernant la continuation de la coopération technique et de l’aide financière en faveur d (...)
  • 16 Ibid., p. 4199.

26La politique de la DDC à l’égard des ONG est exprimée dans plusieurs documents officiels, notamment dans le dernier message du Conseil fédéral concernant la continuation de la coopération technique15. Pour le Conseil fédéral, les ONG sont de « précieux partenaires […] pour un dialogue constructif et animé sur la politique de développement » et des « partenaires importants pour la mise en œuvre de projets et de programmes de la DDC ». « Le dialogue et les échanges d’idées ainsi que les discussions sur des sujets d’intérêt commun, permettent à la DDC et aux ONG d’optimiser leur complémentarité. Les ONG contribuent à animer le débat politique sur la coopération suisse au développement et donnent parfois l’impulsion nécessaire pour faire évoluer sa qualité. »16 La DDC insiste sur la complémentarité des rôles et les avantages comparatifs des acteurs gouvernementaux, des ONG suisses et de la société civile dans les pays du Sud. Les ONG et leurs partenaires au Sud peuvent quelquefois disposer de possibilités d’action que les services d’Etat n’ont pas. Une évaluation est en cours en 2004 pour permettre de donner des orientations plus claires en faveur d’une politique envers les ONG mieux coordonnée au sein de la DDC.

    27La collaboration entre l’Etat et les organisations privées d’entraide constitue un point central de l’analyse du rôle des ONG dans la coopération au développement ; une littérature abondante aborde ce thème. La tendance durant ces deux dernières décennies a été au renforcement des liens entre pouvoirs publics et ONG.

  • 17 Richard Gerster, « Die Zusammenarbeit zwischen dem Staat und privaten Hilswerken. Erfahrungen aus (...)

28Pour la Suisse, Richard Gerster identifie six fonctions des ONG en regard du secteur public17 :

  • fonction complémentaire. Les ONG soutenues financièrement dans leurs activités par les contributions de programme versées par la DDC, qui couvrent généralement 50 % des coûts de projets, les ONG finançant le reste par leurs ressources propres ;

  • fonction d’exécution, lorsque les ONG gèrent des projets définis par la DDC sur la base de mandats spécifiques (autrefois projets en régie) ;

  • fonction de soutien de la politique de développement, par le travail d’information et de sensibilisation du public et d’éducation au développement, travail évidemment précieux pour le gouvernement car il permet au public d’être plus réceptif à l’importance de la coopération au développement. Les ONG sont clairement des alliées de la DDC lorsqu’elles revendiquent, par exemple, une augmentation de l’aide publique au développement ;

  • fonction de catalyseur, dont un exemple important a été la pétition sur l’importance du désendettement lancée par les ONG au début des années 1990 et qui a récolté 250’000 signatures. Cette pétition a débouché sur le crédit-cadre de 700 millions de francs destiné à des mesures de désendettement et à des initiatives dans le domaine de l’environnement. L’apport des œuvres d’entraide avait aussi été déterminant lors de l’élaboration de la loi de 1976 sur la coopération au développement ;

  • fonction critique, pour dénoncer certaines incohérences dans la politique extérieure de la Suisse ;

  • fonction de conseil. La Communauté de travail des œuvres d’entraide est devenue un interlocuteur privilégié de la DDC et du seco (gestion des fonds de contrepartie dans le domaine du désendettement) et elle obtient régulièrement des mandats pour certaines études. Des représentants d’œuvres d’entraide siègent dans certaines commissions extraparlementaires et sont intégrés dans des délégations suisses auprès de conférences internationales.

Le marché du don pour la coopération au développement et l’aide humanitaire

29L’analyse des données chiffrées sur le financement des ONG permet d’identifier quelques caractéristiques du marché du don en Suisse dans le domaine de la coopération au développement et de l’aide humanitaire.

Quelques grandes institutions concentrent la moitié des ressources financières d’origine privée

  • 18 Les neuf ONG les plus grandes en termes de financement privé sont en 2002, par ordre décroissant, (...)
  • 19 On trouvera dans l’annexe II des données sur une centaine d’ONG représentant 95 % environ du monta (...)

30Le tableau 2 montre qu’en 2002, les neuf plus grandes ONG représentent 51 % du total des ressources propres des ONG18. Les 38 plus grandes ONG, avec des ressources propres de plus de 2 millions de francs, représentent plus de 80 % du montant total récolté par les ONG. A l’autre extrême, les 159 plus petites ONG ne gèrent que 10 % des fonds totaux récoltés pour l’aide au Sud. Ces différences mettent aussi en lumière les moyens financiers qui peuvent être investis pour attirer de nouveaux donateurs. Il est par exemple plus facile de financer des campagnes d’affichage dans les rues et des annonces dans la presse lorsqu’on est une organisation disposant d’un budget total de plusieurs dizaines de millions de francs que lorsqu’on est une petite organisation dotée d’un budget annuel total de 100’000 francs19.

Tableau 2 : Répartition des ONG selon l’importance de leurs fonds propres, 2002, en milliers de francs

Agrandir

Source : calculé à partir des données de la brochure de la DDC Aide de la Suisse aux pays en développement et aux pays en transition, Statistiques 2002, Berne, DDC, 2004.

  • 20 Adèle Woods, op. cit.

31Cette concentration de l’aide sur quelques grandes ONG n’est pas une exception helvétique. La même situation se retrouve dans la plupart des pays du Nord. Selon l’étude de l’OCDE que nous avons évoquée plus haut, dans plusieurs pays européens, les 20 % d’ONG les plus importantes gèrent plus de 86 % des ressources de l’ensemble des ONG du pays. C’est le cas de l’Allemagne, de l’Autriche, du Danemark, de l’Espagne, de la France, de l’Italie, des Pays-Bas, du Royaume-Uni, de la Suède et de la Suisse (90 % ou 91 % des ressources)20.

  • 21 Ministère des affaires étrangères, Organisations de solidarité internationale et pouvoirs publics (...)

32Les ressources financières des principales ONG européennes sont très importantes et leur mode de fonctionnement très éloigné de la petite association autour d’un chef engagé. Selon une étude française sur l’année 1999, les budgets des plus grandes ONG européennes s’élevaient ainsi à 196 millions d’euros pour Oxfam (Royaume-Uni), 157 millions d’euros pour Misereor (Allemagne), 154 millions d’euros pour Save the Children (Royaume-Uni), 150 millions d’euros pour Novib (Pays-Bas), 136 millions pour Cordaid (Pays-Bas) et 94 millions pour le Service des Eglises évangéliques en Allemagne21.

33En Suisse, le budget total de Caritas Suisse s’élevait à 103,2 millions de francs en 2003 (y compris l’action sociale et l’appui aux réfugiés en Suisse), celui de l’OSEO à 56,6 millions, celui d’Helvetas à 53,2 millions, celui de Médecins sans frontières Suisse à 52,6 millions et celui de World Vision à 26,9 millions.

Vive concurrence entre ONG sur le marché du don

34L’évolution globalement positive des dons privés montrée ci-dessus cache cependant certains problèmes. La concurrence entre ONG sur le marché du don est très forte. Les ONG doivent adopter des méthodes de marketing de plus en plus efficaces pour « attirer » l’argent des donateurs potentiels. On a vu que les organisations d’entraide « traditionnelles » sont concurrencées par la création d’ONG en Suisse. De nouveaux acteurs sont apparus sur le marché, notamment de grandes ONG internationales d’origine anglo-saxonne, qui adoptent un marketing plus agressif.

  • 22 Source : propos de Robert Zaugg, de la ZEWO, repris dans Der Schweizerische Beobachter, dossier «  (...)
  • 23 Voir par exemple Leben + Glauben, 2 septembre 1988 ; Der Schweizerische Beobachter, op. cit.
  • 24 Voir par exemple M. Donsimoni, Du don à l’aide. Le marché de l’altruisme, Paris, L’Harmattan, Pari (...)

35Plusieurs ONG ayant leur siège à l’étranger ont installé une section en Suisse dès les années 1980, notamment pour attirer des dons qui seront ensuite transmis à leur « maison mère » aux Etats-Unis ou ailleurs et qui serviront à financer des projets gérés depuis l’étranger. La ZEWO évoquait, il y a quelques années, les problèmes liés à la création de branches d’ONG étrangères : dépendance de l’étranger, lacunes dans la transparence sur l’affectation des fonds récoltés en Suisse (les secrétariats en Suisse ne disent pas toujours à quoi est affecté cet argent), coûts particulièrement importants pour la publicité et pour financer les campagnes de récolte de fonds22. Les campagnes de récolte de fonds en Suisse de certaines organisations basées à l’étranger (telles World Vision, Korean Relief et Inter Aid23) ont été relevées régulièrement dans la presse. Des représentants d’ONG traditionnelles en Suisse se plaignent régulièrement des difficultés grandissantes pour fidéliser des donateurs et en attirer de nouveaux, ainsi que du coût croissant des campagnes de récolte de fonds (ou du « bénéfice » relativement bas de certaines campagnes). Au-delà d’études de marketing confiées par certaines ONG à des instituts de sondage, il existe encore peu de recherches académiques sur ce thème24.

  • 25 Neue Zürcher Zeitung (NZZ), 23-24 octobre 2004.

36L’exemple du Dr Richner et de sa Fondation hôpital de pédiatrie Kantha Bopha pour le Cambodge est intéressant à relever (18 millions de fonds privés en 2002). Dans sa campagne de récolte de fonds très médiatisée en été 2004, le Dr Richner avait pour objectif de réunir 20 millions de francs (avec le slogan de un million de donateurs qui donnent 20 francs chacunAktion Zwänzgernötli). Selon les résultats annoncés dans la presse fin octobre 200425, 15 millions ont été récoltés grâce à cette campagne, soit près de 5 % de tout le marché des dons pour des projets au Sud et à l’Est de toutes les ONG suisses pour une année.

  • 26 NZZ, 14 juillet 2003.

37Les frais engagés pour financer les campagnes de récolte de fonds restent un sujet tabou en Suisse, et les données disponibles dans les rapports annuels d’activité des ONG sont très lacunaires. Il est intéressant de mettre en relation le coût des campagnes de récolte de fonds avec les recettes sous forme de dons pour une organisation. La Croix-Rouge suisse annonçait par exemple pour 2002 des dépenses de 2,5 millions de francs pour des recettes-dons s’élevant à 18 millions de francs ; pour la Fondation Village d’enfants Pestalozzi et pour Helvetas, les coûts de fundraising ont atteint respectivement 2,3 millions et 2 millions, pour des dons s’élevant respectivement à 6,5 et 8,2 millions de francs)26. Certaines ONG adoptent une politique de transparence totale et publient des données détaillées sur les coûts des campagnes de récolte de fonds, comme par exemple Swissaid, la Fondation Terre des hommes Lausanne, Handicap International, ADRA Agence adventiste et Mission Bethlehem Immensee (quelques-unes de ces organisations sont mentionnées dans l’annexe III). La plupart des organisations noient cependant ces frais dans d’autres rubriques des frais administratifs.

Les médias et le financement de l’aide humanitaire par les ONG

  • 27 iuéd, Aide suisse aux pays en développement et aux pays de l’Europe orientale 1996/97, Genève, iué (...)
  • 28 « Unsere tägliche Katastrophe gib uns heute… », Mosquito, dossier « Spendenmarkt Schweiz », nº 4, (...)

38Depuis quelques années, les statistiques disponibles sur l’aide des ONG ne font plus la distinction entre l’aide humanitaire et la coopération au développement à long terme. Les dernières données disponibles montraient qu’en 1997 l’aide humanitaire représentait environ le quart de toute l’aide des ONG, soit une proportion plus grande que celle de la Confédération, où l’aide humanitaire représente environ 20 % de l’APD totale27. Il semble plus facile de récolter de l’argent lors de catastrophes médiatisées que pour certains projets à long terme. Une revue suisse de politique de développement titrait même en 1997 « Donne-nous aujourd’hui notre catastrophe quotidienne »28.

39La Chaîne du Bonheur, par ses appels de fonds lors de catastrophes naturelles et de drames humains, représente une part très importante du marché du don en Suisse. En 2003, elle a récolté des fonds pour un montant total de 15,5 millions de francs (20,9 millions en 2002 et 26,8 millions en 2001). Ces montants varient fortement d’une année à l’autre, entre 10 millions et 20 millions de francs ces dernières années, avec deux records successifs de 56 et 57 millions de francs en 1998 et 1999 pour l’ouragan Mitch et la guerre au Kosovo.

  • 29 Sources : rapports annuels de la Chaîne du Bonheur, de 1996 à 2003.

40Récemment, les plus grandes campagnes de récolte de fonds de la Chaîne du Bonheur ont été les suivantes (avec entre parenthèses le montant récolté et l’année principale de la campagne de récolte de fonds)29 :

  • intempéries en Suisse 2000 (71,7 millions en 2000) ;

  • guerre au Kosovo (49,3 millions en 1999) ;

  • ouragan Mitch en Amérique centrale (34,4 millions en 1998) ;

  • séisme en Inde (14,3 millions en 2001) ;

  • conflit au Sud-Soudan (13,9 millions en 1998) ;

  • inondations au Mozambique (11,3 millions en 2000) ;

  • inondations en Europe (7,7 millions en 2002) ;

  • campagne Enfants victimes de la guerre (7,1 millions en 2003) ;

  • séisme en Amérique centrale (5,5 millions en 2001) ;

  • parrainages tiers-monde (5,2 millions en 1997) ;

  • conflit en ex-Yougoslavie (4,4 millions en 1996) ;

  • intempéries en Suisse (4,4 millions en 2002) ;

  • inondations en Europe de l’Est (4,1 millions en 1997).

  • 30 Autres ONG suisses à avoir reçu des contributions de la Chaîne du Bonheur : Médecins sans frontièr (...)

41Les thèmes les plus « porteurs » pour les récoltes de fonds sont nettement les intempéries en Suisse et dans le reste de l’Europe, les catastrophes naturelles et les conflits guerriers. La famine est un fléau qui suit loin derrière dans la capacité de réunir des fonds de donateurs. La Chaîne du Bonheur transmet les montants des collectes aux principales organisations d’aide humanitaire en Suisse, pour lesquelles elle constitue donc une ressource financière importante. L’apport de la Chaîne du Bonheur a par exemple permis de verser en 2003 9,9 millions de francs à Caritas Suisse, 7,2 millions à la Croix-Rouge suisse, 4,9 millions à l’EPER, 2,7 millions à l’OSEO, 1,6 million à la Fondation Terre des hommes Lausanne et 1,1 million à Medair30.

  • 31 « Spendenmarkt Schweiz », eine Jubiläumsstudie des Verbandes Schweizer Marketing- und Sozialforsch (...)

42Une étude menée au milieu des années 1990 avait relevé les préférences des donateurs suisses31. Un échantillon de personnes déclarait être d’accord de donner régulièrement de l’argent pour les domaines suivants, par ordre d’importance décroissant : l’aide à l’enfance, les handicapés en Suisse, la protection de la nature, l’aide en cas de catastrophes en Suisse, l’aide aux personnes âgées, l’aide au développement, la lutte contre des maladies, l’aide aux montagnards, la lutte contre la faim, les missions religieuses, l’aide en cas de catastrophes à l’étranger. En queue de liste venaient l’aide aux drogués, l’aide aux réfugiés en Suisse et l’aide aux œuvres sociales en faveur des femmes.

  • 32 Voir Gérard Perroulaz, « Evolution de l’aide humanitaire fournie par la Confédération et les œuvre (...)

43Le fait que les statistiques sur l’aide des ONG suisses ne fassent plus, depuis quelques années, de distinction entre aide humanitaire à court terme et coopération au développement s’explique par le caractère flou de la frontière entre les deux types d’aide. En effet, il n’existe pas de définition distinguant clairement les deux types d’intervention32 et une partie des ONG cataloguées en tant qu’organisations humanitaires mènent aussi des actions à plus long terme. Si l’envoi de couvertures, d’équipes médicales et d’aide alimentaire suite à une catastrophe peut être clairement classé dans l’aide humanitaire, la frontière entre aide d’urgence, reconstruction et aide à long terme est floue lorsque par exemple une ONG reconstruit et équipe une école. Plusieurs domaines d’intervention se situent entre l’aide d’urgence et la coopération à plus long terme : la prévention des conflits, les opérations de maintien de la paix, l’aide aux enfants de la rue, la distribution de lait et de nourriture dans le cadre d’appui à des écoles, les opérations de déminage, la réinsertion des soldats démobilisés ou des rebelles dans la vie civile, l’appui au processus de démocratisation, l’organisation d’élections et le renforcement du système judiciaire après une guerre civile, la promotion des droits de l’homme dans les régions en conflit et l’appui aux femmes et enfants victimes de conflits.

Ancrage relativement faible de la coopération dans l’économie privée

44Beaucoup de grandes ONG suisses ont un ancrage important dans la population suisse, ce qui se manifeste par le nombre de leurs membres ou de leurs donateurs réguliers. Cet ancrage renforce la légitimité de ces organisations. Les liens des ONG avec le monde des entreprises privées semblent par contre très faibles. En dehors de leurs contributions à des actions médiatisées de récolte de fonds du type de celles conduites par la Chaîne du Bonheur, les entreprises ne sont présentes dans la coopération qu’en tant que fournisseuses de matériel ou consultantes. Swisscontact en est un bon exemple en Suisse. Créée en 1959, Swisscontact s’est spécialisée dans l’appui à des PME et à la formation professionnelle dans les pays en développement. Les activités de Swisscontact sont financées en majorité par des subventions publiques (DDC, cantons et communes) et très peu par des dons privés d’entreprises : d’après son rapport annuel (voir annexe III), plus de 81 % du financement de Swisscontact provient en effet de subventions publiques et les dons privés d’entreprises représentent à peine 5 % des recettes (1,7 million de francs en 2003), ce qui est bien peu pour une organisation censée démontrer l’intérêt de l’économie privée pour la coopération au développement.

Quelle indépendance des ONG face aux pouvoirs publics ?

45La forte dépendance des ONG envers le financement du secteur public pose la question de leur indépendance d’action et de leur capacité d’adopter des positions critiques face à la politique extérieure de la Suisse, et plus particulièrement à sa politique de coopération au développement.

  • 33 La littérature est très abondante en la matière, mais voir particulièrement les études suivantes : (...)

46Certains milieux conservateurs en Suisse, dont l’Union démocratique du centre (UDC), ne manquent pas de faire pression sur les autorités politiques pour éviter que la DDC verse de l’argent à des organisations qui critiquent la politique gouvernementale. Des reproches dans ce sens ont été formulés lors des débats en Suisse sur la suppression de l’armée ou la diminution des dépenses militaires. Quelle distance critique les ONG peuvent-elles conserver alors que les consultants privés avec lesquels elles sont en concurrence n’ont pas vocation à prendre des positions publiques sur ces questions ? Ne risque-t-on pas de voir les ONG les plus dépendantes des pouvoirs publics devenir quasi publiques ou parapubliques ? Le débat est vif, certains auteurs affirmant que le financement public muselle les ONG alors que d’autres estiment que les ONG peuvent garder leur indépendance tout en offrant leurs compétences à l’Etat33.

47Une analyse précise des répercussions de l’importance du financement public sur l’indépendance des prises de position politiques des ONG reste à mener, mais on peut faire l’hypothèse qu’il n’y a pas de réponse simple et univoque à cette question. Il faut aussi relever que la dépendance d’une ONG envers les donateurs privés n’est pas sans importance. En effet, certains de ceux-ci peuvent être très sensibles à des prises de position sur des thèmes tels que l’asile politique ou le secret bancaire.

48On ne peut pas établir une corrélation claire entre une part élevée du financement public des ONG dans un pays donné et l’absence d’indépendance des ONG dans ce même pays. Les ONG françaises sont peu financées par l’Etat central, mais beaucoup par l’Union européenne. Peut-on en conclure qu’elles seraient plus indépendantes que celles que l’on trouve en Suisse ? La dépendance des organisations qui sont membres de la Communauté de travail des œuvres d’entraide à l’égard du financement public n’empêche pas la Communauté de travail de critiquer la libéralisation effrénée des relations économiques internationales tout en soutenant des politiques de la DDC dans d’autres domaines.

Dépenses de fonctionnement des ONG en Suisse

49Les données analysées ci-dessus dans la partie sur le financement privé des ONG ne portent que sur les dépenses dans les pays en développement et les pays en transition. Elles ne comprennent pas les frais administratifs des secrétariats des ONG en Suisse, ni les frais engagés pour les bulletins d’information en Suisse, ni ceux liés aux campagnes de récolte de fonds (fundraising).

  • 34 Voir à ce propos ZEWO, « Frais de gestion des organisations d’utilité publique. Ils sont nécessair (...)

50Les donateurs souhaitent la plupart du temps que la totalité de leurs dons soit utilisée pour les projets sur le terrain. Ce souhait, pour compréhensible qu’il soit, est en conflit avec un autre souci du donateur, celui de voir ses contributions utilisées le plus efficacement possible34. Le professionnalisme du personnel pour assurer un suivi efficace des projets, une gestion comptable rigoureuse, la rédaction de rapports, l’évaluation des projets requièrent des ONG un appareil de gestion technique, administrative et financière performant, et donc la mobilisation de ressources adéquates.

  • 35 Recommandations qui devront être suivies par les organisations bénéficiaires du label ZEWO.

51Il faut interpréter les parts de frais administratifs annoncées par les ONG avec prudence, car il n’est absolument pas prouvé qu’une organisation affichant une part de frais administratifs plus faible qu’une autre soit plus efficace. Les données des rapports annuels de certaines ONG montrent que la part des frais administratifs et de marketing varie très fortement d’une organisation à une autre (voir annexe III, qui donne quelques exemples de répartition des dépenses et des recettes de certaines ONG). En outre, la présentation de la répartition des dépenses entre différentes rubriques varie d’une organisation à l’autre. Une partie des frais de fonctionnement peut être incluse dans la supervision des projets sur le terrain et les frais de fundraising sont souvent noyés dans les frais administratifs généraux (avec les frais des secrétariats) ou mis ensemble avec l’information en Suisse. Une organisation qui dépenserait relativement plus pour les frais administratifs et de fundraising peut donc être une ONG qui par souci de transparence ne noie pas ces dépenses dans d’autres rubriques comptables. Des données plus standardisées seront disponibles dans quelques années, grâce aux recommandations de Swiss GAAP RPC 21 relatives à la présentation des comptes35.

52Dans le débat sur la part des ressources des ONG qui sont dépensées en Suisse, il est bon de garder à l’esprit que la solidarité internationale comprend aussi la lutte pour une modification des conditions gouvernant les relations économiques avec les pays en développement, d’où l’importance de l’information en Suisse et des campagnes pour une meilleure cohérence des politiques publiques envers les pays en développement.

Quelques comparaisons internationales sur le rôle des ONG dans la coopération

53Malgré la difficulté de comparer l’aide et le financement des ONG de différents pays (méthodes de récolte des données non harmonisées, divergences sur la définition d’une ONG, enquête sur l’aide des ONG couvrant une proportion plus ou moins grande du nombre total des ONG selon les pays), il nous est apparu utile de situer les données du financement des ONG suisses dans une perspective comparative avec celles des autres pays membres du Comité d’aide au développement (CAD).

Statistiques du Comité d’aide au développement

  • 36 Dons des organismes privés bénévoles.
  • 37 Les statistiques du CAD sur les contributions publiques aux ONG portent uniquement sur les contrib (...)

54Les statistiques du CAD distinguent les versements des ONG financés par leurs ressources propres36 des versements des ONG financés par les contributions publiques pour les programmes des ONG37. D’après ces statistiques et pour l’ensemble des pays du CAD, les premiers versements se sont élevés à 8,8 milliards de dollars et les seconds à 1,2 milliard de dollars en 2002. Les contributions publiques aux ONG avaient fortement augmenté dans les années 1980, avant de stagner autour d’un milliard de dollars de 1990 à 1998. Les contributions les plus importantes en dollars par habitant en 2002 provenaient de la Norvège (près de 100 dollars par habitant), la Suisse occupant la deuxième place, avec une moyenne de 28 dollars par habitant (voir tableau 3 page suivante).

55Cependant, ces données statistiques sont partielles car le CAD ne publie pas les données sur les mandats spécifiques attribués aux ONG, ni les contributions de l’Etat pour toutes les actions humanitaires des ONG. Les données du CAD ne sont pas complètes et pas toujours comparables entre pays, puisque chacune des politiques gouvernementales de coopération avec les ONG diffère largement des autres.

56Les versements des organismes privés bénévoles des pays du CAD représentent 0,05 % du revenu national brut des pays du CAD en 2002, et ces 8,8 milliards de dollars s’ajoutent aux 58,3 milliards d’APD, qui représentent 0,23 % du RNB (voir tableau 4 page suivante).

57Les données du tableau 4 montrent aussi que les versements des ONG sont en nette augmentation ces dernières années. On peut relever que l’aide des ONG a augmenté plus rapidement que l’APD. Les versements des ONG ont triplé de 1989 à 2002, en passant de 4 à plus de 12,3 milliards de dollars en 2002 en faveur des pays en développement et des pays en transition, alors que l’APD a augmenté de 27 % seulement dans la même période.

Tableau 3 : Versements des organismes privés bénévoles des pays du CAD à destination des pays en développement, 2002, en millions de dollars et en dollars par habitant

Agrandir

* Dons en 2001 quand les données 2002 ne sont pas disponibles.

Source : CAD, Les Dossiers du CAD. Coopération pour le développement, Rapport 2002.

Tableau 4 : Évolution des versements des organismes privés bénévoles des pays du CAD, 1981-2002, en millions de dollars

Agrandir

* Les listes I et II du CAD sont définies chaque année par le Comité d’aide au développement de l’OCDE.
** Dès 1997, une grande partie de l’augmentation des dons aux pays en transition est due au transfert de pays de la liste I à la liste II du CAD, comme par exemple Israël.
n.d. = données non disponibles.

Sources : CAD, Coopération internationale pour le développement, différentes années.

  • 38 Source : Ministère des affaires étrangères, op. cit.

58L’importance du soutien gouvernemental aux ONG dans l’aide publique au développement de chaque pays varie fortement. La part du financement public des ONG dans le total de l’APD nationale variait en 1998 de 12 % au Luxembourg à 0,6 % en France (4,8 % en Suisse)38.

France– Financement des associations de solidarité internationale

  • 39 Commission Coopération-Développement, Argent et organisations de solidarité internationale 2000-20 (...)
  • 40 Source : Ministère des affaires étrangères, op. cit.

59Des études sont menées tous les deux ans en France par la Commission Coopération-Développement pour montrer l’importance des ONG dans la coopération. La dernière enquête disponible porte sur l’année 200139. Lors de cette enquête, 2000 associations françaises de solidarité internationale avaient reçu des questionnaires ; les résultats reposent sur les réponses exploitables de 157 associations, comprenant la quasi-totalité des associations d’envergure et de notoriété nationales. Les plus grandes ONG françaises sont surtout actives dans l’aide d’urgence : Médecins sans frontières (budget de 70 millions d’euros en 1999), Médecins du monde (51 millions), le Comité français pour l’UNICEF (48,5 millions), Handicap International (44 millions), Action contre la faim (40 millions), le Secours catholique (34 millions) et le Comité contre la faim et pour le développement (CCFD, 31 millions)40.

Ressources financières des ONG françaises

60Selon l’enquête de la Commission Coopération-Développement publiée en 2003, le budget total des ONG françaises actives dans la solidarité internationale s’élevait à 712,7 millions d’euros en 2001. Les ressources privées atteignaient 440 millions d’euros, équivalant à 62 % des ressources totales, et les ressources d’origine publique 38 % des ressources totales (voir tableau 5 page suivante).

Graphique 3 : Répartition des recettes des ONG françaises, 2001, en pourcentage

Agrandir

Source : Commission Coopération-Développement, Argent et organisations de solidarité internationale 2000-2001, Paris, Commission Coopération-Développement, 2003, 32 p.

Tableau 5 : Ressources financières et dépenses des ONG françaises, 2001, en millions d’euros et en pourcentage

Agrandir

Source : Commission Coopération-Développement, Argent et organisations de solidarité internationale 2000-2001, Paris, Commission Coopération-Développement, 2003, 32 p.

61Les ressources publiques des associations françaises, soit 273 millions d’euros au total en 2001, sont constituées par des fonds d’origine internationale (68 % des ressources publiques), des fonds de l’Etat central (22 %) et des fonds de collectivités publiques territoriales (2,5 %), le reste étant des fonds divers (7 %). Dans les fonds d’origine internationale, les contributions de l’Union européenne sont prépondérantes, soit 124 millions d’euros en 2001 représentant 45 % du total des ressources publiques des ONG françaises.

Dépenses des ONG françaises

62Les enquêtes menées en France mettent en évidence la composition des dépenses des ONG de manière plus précise qu’en Suisse. Les dépenses totales des ONG françaises se sont élevées à 712 millions d’euros en 2001. La part des activités dans les pays tiers représente 70 % des dépenses totales des ONG en France, soit 500 millions d’euros (alors qu’il n’existe pas de données globales en Suisse sur la part des dépenses des ONG en Suisse). Le graphique 4 donne la composition des dépenses des ONG françaises.

Graphique 4 : Répartition des dépenses des ONG françaises, 2001, en pourcentage

Agrandir

Source : calculé à partir des données parues dans Commission Coopération-Développement, Argent et organisations de solidarité internationale 2000-2001, Paris, Commission Coopération-Développement, 2003, 32 p.

63Quelques commentaires méritent d’être faits concernant les données chiffrées disponibles :

  • le soutien à des organisations locales dans les pays bénéficiaires de l’aide reste relativement faible, malgré le discours dominant qui valorise beaucoup l’appui à des initiatives locales, la participation des populations concernées, le partenariat avec les organisations du Sud et le renforcement nécessaire des capacités de la société civile au Sud. 55 millions d’euros seulement ont été versés en 2001 à des organisations locales, soit 7,7 % des dépenses totales des ONG françaises ;

  • les versements de salaires liés aux projets à l’étranger représentent près de 16 % des dépenses des ONG : 44 millions d’euros pour les salaires locaux, 52 millions pour le personnel expatrié (dont les volontaires) et 15 millions pour les missions d’évaluation et le suivi des projets ;

  • les dépenses liées à la sensibilisation au développement, à l’information en France et à l’éducation au développement représentent 5 % des dépenses totales (il n’y a pas de données comparables en Suisse) ;

  • les dépenses de fonctionnement des secrétariats d’ONG en France représentent 15,9 % des dépenses totales (il n’y a pas de données comparables en Suisse) ;

  • les frais liés aux campagnes de récolte de fonds sont un poste important des dépenses et s’élevaient en 2001 à 8,7 % des dépenses totales des ONG ou 14 % de leurs recettes privées. Il est pertinent de mettre ce montant de 61,6 millions d’euros en regard des recettes des dons privés (sans les produits de vente, les membres réguliers d’association et les mécénats d’entreprise). Les frais liés à la récolte des fonds représentent ainsi 20 % des produits des campagnes de récolte de fonds.

Allemagne

  • 41 Selon le Ministère de la coopération : Bundesministerium für wirtschaftliche Zusammenarbeit und En (...)

64Il existe environ 2000 ONG de développement en Allemagne41, dont neuf figurent parmi les 25 plus grandes ONG en Europe. Les ONG allemandes peuvent être classées en trois catégories principales :

  • les ONG liées aux Eglises ;

  • les fondations politiques ;

  • les autres ONG, non confessionnelles.

65L’existence des fondations politiques est une particularité en Allemagne. Les grands partis ont chacun des fondations pour la coopération au développement, dont les activités sont financées par les fonds publics. Les principales fondations sont la fondation Konrad Adenauer (rattachée à la CDU, Union chrétienne-démocrate), la fondation Friedrich Ebert (rattachée à la SPD, Parti social-démocrate), la Fondation Friedrich Naumann (rattachée à la FDP, Parti libéral démocratique), la fondation Hanns Seidel (rattachée à la CSU, Union chrétienne-sociale), la fondation Heinrich Böll (rattachée aux Verts) et la Fondation Rosa Luxembourg (rattachée à la PDS, parti du socialisme démocratique). Leurs apports permettent notamment de soutenir les structures démocratiques et de renforcer les syndicats et partis : favoriser la participation des populations aux prises de décision politiques, formation, promotion de médias indépendants, soutien à des organisations de base, renforcement des capacités de recherche. Ces fondations sont financées en majeure partie par le Ministère de la coopération et le Ministère de l’intérieur, et les montants qui leur sont alloués sont répartis en proportion des voix recueillies aux élections ; elles n’interviennent pas directement dans le marché du don par des campagnes de récolte de fonds.

  • 42 Sur la base des informations fournies par 351 organisations actives dans l’aide aux pays en dévelo (...)

66Les versements des ONG allemandes financés par leurs ressources propres en faveur des pays en développement se sont élevés à 874 millions d’euros en 200242. Ces versements avaient régulièrement augmenté de 1990 à 1995, en passant de 625 millions d’euros à 815 millions. On peut constater une baisse de 6 % des versements de 1999 (montant record de 931 millions d’euros) à 2002. Le tableau 6 donne une vue d’ensemble des dons privés des principales ONG.

67Comme en Suisse, les organisations proches des Eglises jouent un rôle très important dans l’aide : en 2002, elles sont parvenues à récolter 49 % des ressources d’origine privée en Allemagne (avec une répartition égale entre organisations évangéliques et catholiques). Les ONG évangéliques récoltent des dons privés, reçoivent des subventions publiques et bénéficient des impôts d’Eglises régionales (Landeskirchen).

  • 43 Bundesministerium für wirtschaftliche Zusammenarbeit und Entwicklung, op. cit., tableau 17, p. 398
  • 44 Judith Randel, Tony German, op. cit., p. 144.

68A ce financement privé des ONG de 874 millions d’euros s’ajoutent les contributions du Ministère de la coopération aux ONG. A l’instar d’un phénomène qui semble se dessiner en Suisse, les ressources d’origine privée des ONG allemandes ont augmenté plus rapidement (augmentation de 40 %) entre 1990 et 2002 que leurs ressources d’origine publique (augmentation de 20 % des subventions publiques du Ministère aux ONG)43. En 1997, le financement public représentait 40 % du financement total des ONG allemande44.

Tableau 6 : Aide privée (fonds propres et dons privés) des ONG allemandes, 2002, en millions d’euros

Agrandir

Source : Bundesministerium für wirtschaftliche Zusammenarbeit und Entwicklung, tableau sur le site Internet <www.bmz.de>, 2004/2005, stat-06c.xls et stat-06d.xls, consulté le 10 novembre 2003.

  • 45 bengo, Beratungsstelle für private Träger in der Entwicklungszusammenarbeit, <www.paritaet.org/ben (...)
  • 46 Venro, Verband Entwicklungspolitik Deutscher Nichtregierungsorganisationen, <www.venro.org>.

69Bengo45 a été créé en 1988 pour conseiller les ONG (celles qui ne sont ni confessionnelles ni des fondations politiques) et leur faciliter l’accès à des fonds publics. Depuis 1995, une grande fédération au niveau national, le Venro46, regroupe des centaines d’ONG (sans les fondations politiques). Alors que les examens du CAD avaient relevé jusqu’en 1995 l’absence de structure de dialogue entre le gouvernement et les petites ONG, cette fédération a permis d’améliorer sensiblement la situation.

Conclusion

70Cet article a présenté la situation des ONG suisses sur le marché du don et les dynamiques qui les animent pour se répartir les ressources financières d’origine privée. En ce qui concerne les ressources d’origine publique dont disposent les ONG suisses, cet article a mis en lumière la question polémique de l’indépendance de ces dernières face à leurs bailleurs de fonds publics et ouvert un champ de recherche encore à explorer.

71Un phénomène qui peut être constaté est l’augmentation plus forte des ressources d’origine privée que celle des ressources d’origine publique au cours de la période récente (comme le montrent le tableau 1 pour la Suisse et le tableau 4 pour l’ensemble des pays du CAD). Il semble que tout en reconnaissant l’importance du rôle des ONG dans la politique extérieure de la Suisse, la Confédération a diversifié ses contributions et considéré celles destinées aux ONG comme subsidiaires aux ressources d’origine privée. Ce phénomène s’observe également dans d’autres pays du CAD, notamment en Allemagne, comme nous venons de le voir.

72L’analyse des sources de financement des ONG suisses, que cet article synthétise, s’avère un outil très intéressant pour comprendre la complexité du travail des ONG suisses dans le domaine de l’aide aux pays en développement ou en transition. Car les ressources financières dont disposent les ONG, qu’elles soient d’origine privée ou publique, sont soumises à des conditions qui ne sont pas toujours compatibles entre elles, obligeant ainsi les dirigeants de ces organisations à travailler en permanence sur la corde raide.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Commissariat général du Plan, L’Etat et les ONG : vers un partenariat efficace, Paris, La Documentation Française, 2002, 210 p.

Commission Coopération-Développement, Argent et organisations de solidarité internationale 2000-2001, résultats de l’enquête de la Commission Coopération-Développement sur les ressources et dépenses des organisations de solidarité internationale en 2000 et 2001 ; mise en perspective des chiffres de 1991 à 2001, Paris, Commission Coopération-Développement, 2003, 32 p., téléchargeable sur Internet, <http://coordinationsud.datapps.com/data/ffiard/argent_et_osi_2000-2001.pdf>.

DDC (Direction du développement et de la coopération), Aide de la Suisse aux pays en développement et aux pays en transition. Statistiques 2002, Berne, DDC, 2004, 200 p.

Deler, J.-P., Fauré, Y.-A., Piveteau A., Roca P.-J., ONG et développement. Société, économie, politique, coll. Hommes et Sociétés, Paris, Karthala, 1998, 684 p.

Freymond, Jean F., Boyer, Brook, Les organisations non gouvernementales et la politique extérieure de la Suisse. Rapport de synthèse, Genève, CASIN (Centre d’études pratiques de la négociation internationale), 1998, 22 p.

Gerster Richard, « Die Zusammenarbeit zwischen dem Staat und privaten Hilfswerken. Erfahrungen aus der schweizerischen Entwicklungspolitik », in Helmich, Henny, Bittner, Gerhard (Hrsg.), Der dritte Sektor in der Entwicklungspolitik. Zusammenarbeit zwischen Staat und Nicht-RegierungsorganisationenNROs, Wien, Österreichische Forschungsstiftung für Entwicklungshilfe, 1996, pp 135-145.

Helmich, Henny, Nouveaux partenariats pour la coopération au développement. Orientations des années 1980 et défis des années 1990, Centre de développement, Paris, OCDE, 1990, 39 p.

Holenstein, René, Was kümmert uns die Dritte Welt. Zur Geschichte der internationalen Solidarität in der Schweiz, Zürich, Chronos Verlag, 1998, 264 p.

iuéd (Institut universitaire d’études du développement), DDC, Aide suisse aux pays en développement et aux pays en transition 1998-2000, Genève, iuéd, 2002, 206 p.

Landolf, Dani, Fankhauser, Michael, Gekaufte Entwicklungshilfe ? Die (Un)Abhängigkeit der Nichtregierungsorganisationen von Geld und Einfluss der staatlichen Entwicklungspolitik, Köniz, Ed. Soziothek, Facharbeit Entwicklungssoziologie, 1996, 99 p.

Ministère des affaires étrangères, Organisations de solidarité internationale et pouvoirs publics en Europe. Etude comparative sur les dispositifs d’appui et de concertation. Note de synthèse, Paris, Direction générale de la coopération internationale et du développement, 2001, 40 p.

Rosselet, Justine, ONG et management fondé sur la qualité : terre des hommes ou terre des normes ?, coll. Itinéraires Etudes du développement, nº 19, Genève, iuéd, 2003, 76 p.

Ryfman, Philippe, Les ONG, coll. Repères, Paris, La Découverte, 2004, 124 p.

Smillie, Ian, Helmich, Henny (eds.), Stakeholders: Government-NGO Partnerships for International Development, London, Earthscan Publications; OECD, 1999, 318 p.

UNO Panel of Eminent Persons on Civil Society and UN Relationships, <www.un.org/reform/panel.htm>.

Wegner, Rodger, Nichtregierungsorganisationen und Entwicklungshilfe. Einführung und systematische Bibliographie, Schriften des Deutschen Übersee-Instituts, nº 20, Hamburg, Deutsches Übersee-Institut, 1993, 147 p.

Articles

Basler Zeitung, « Non-Profit-Organisationen suchen Zeit und Geld », 14 juillet 2003 ; « Nonprofit-Organisationen wollen weisse Westen », 14 novembre 2003.

Cash, « Das Kreuz mit den Millionen », 18 mai 2001.

Der schweizerische Beobachter, dossier « Entwicklungshilfe : Vermarktung des Elends », nº 10, 14 mai 1993.

E+Z Entwicklung und Zusammenarbeit, « Nichtregierungsorganisationen : Die Hoffnungsträger der 90er Jahre », nº 10, 1993 ; dossier « Nichtregierungsorganisationen », nº 11, novembre 1994.

Epd-Entwicklungspolitik, « Lobbyarbeit von Nichtregierungsorganisationen », Tagungsdokumentation und Texte zur Rolle der NRO in der Entwicklungszusammenarbeit, Materialien IV/91, 1991, pp. 9-91.

Epd-Entwicklungspolitik, dossier « Nichtregierungsorganisationen », nº 5, 1999.

Epd-Entwicklungspolitik, « Über den Vorteil, in der zweiten Reihe zu sitzen. Wirkungserfassung und Qualitätsmanagement bei einer Spendenorganisation », nº 5, 1999.

Ghils, Paul, « La société civile internationale : les organisations internationales non gouvernementales dans le système international », Revue internationale des sciences sociales, nº 133, août 1992,
pp. 467-481.

Glagow, Manfred, « Nichtregierungsorganisationenund kein Ende », epd- Entwicklungspolitik, nº 5, 1999, pp. 23-27.

Handelszeitung, « Die milden Gaben der Multis & Co. », 9 décembre 1998 ; 5 novembre 2003.

Hartmann, Stefan, et al., « Spendenmarkt Schweiz », Mosquito, nº 4, 1997, pp. 4-23.

Helvetas, Partenaires, dossier « Société civile et Etat », nº 176, juin 2004.

L’Hebdo, dossier « Œuvres d’entraide : le classement de L’Hebdo », 23 septembre 2004, 12 p.

Morales, Horacio M., et al., « Die Nichtregierungsorganisationen des Südens. Von der Nothilfe zur Veränderung der Systeme », E+Z Entwicklung und Zusammenarbeit, nº 10, 1993, pp. 256-265.

Neue Zürcher Zeitung, « Von Seattle nach Prag. Der wachsende Einfluss der Nichtregierungsorganisationen », 29 septembre 2000 ; « Spenden für die Werbung um Spenden », 14 juillet 2003.

Niggli, Peter, Rothenbühler, André, « ONG et gouvernance mondiale. Une légitimité contestée », article paraissant dans le présent dossier.

Ryfman, Philippe, Organisations internationales et organisations non gouvernementales : partenaires, concurrentes ou adversaires ?, Cahiers français, nº 302, Paris, La Documentation française, 2001.

Tages-Anzeiger, « Ich verstehe den Ärger der Spendenden », 22 juillet 2003 ; « Hilfswerke sammeln auf die kreative Tour », 23 juillet 2003

Haut de page

Annexe

Annexe I

Sources disponibles sur l’aide privée des ONG en Suisse

Il est impossible d’avoir des données exhaustives sur l’aide des ONG des pays du Nord. Comme on l’a vu dans le chapitre introductif du dossier, il n’y a pas de répertoire officiel pour recenser toutes les ONG et aucune obligation légale de fournir des données précises sur leurs comptes. Il n’existe ainsi pas de vue d’ensemble sur le financement des ONG et les sources d’information, partielles, sont diverses : il s’agit des rapports annuels des ONG, des enquêtes annuelles auprès des ONG, des enquêtes annuelles auprès des cantons et des communes47, ainsi que du Service ONG et du Service statistique48 de la DDC. En outre, plusieurs organismes publient régulièrement des listes d’ONG actives dans certains domaines.

Enquêtes annuelles sur l’aide des ONG suisses, menées sur la base des directives statistiques du CAD

Des enquêtes annuelles ont été menées par Swissaid de 1961 à 1990 puis par l’iuéd dès 1991 (sous mandat de la DDC) pour déterminer l’aide des ONG financées par leurs fonds propres49. Sur la base d’un fichier d’adresses de plus d’un millier d’institutions Suisse–tiers-monde, plus de 500 œuvres d’entraide ont reçu des questionnaires en 2003 pour donner la liste des projets de coopération soutenus en l’an 2002. Parmi les 285 ONG qui ont répondu, 250 environ ont déclaré avoir financé et géré des projets en 2002.

Les enquêtes menées en Suisse reposent sur les quatre catégories de flux financiers destinés aux pays en développement qui ont été définies par le Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE50 : 1) l’aide publique au développement (APD), qui inclut les contributions publiques aux ONG ; 2) les autres apports du secteur public ; 3) les capitaux privés ; 4) les « dons des organismes privés bénévoles ». Cette dernière catégorie comprend les prestations accordées par des institutions sans but lucratif, sans les subventions reçues du secteur public. C’est elle qui fait l’objet des enquêtes de l’iuéd.

Les statistiques du CAD permettent d’éviter de compter à double certaines prestations d’ONG, en enregistrant les flux au moment où ils sont versés dans les pays bénéficiaires. Les données ne prennent par exemple pas en considération les transferts de fonds d’une ONG à une autre ou les transfert d’une branche nationale d’une ONG internationale à une autre branche de la même ONG, mais enregistrent l’affectation finale pour financer des projets sur le terrain. Certaines organisations, comme la Chaîne du Bonheur et Pain pour le prochain, collectent des fonds auprès du public sans toutefois gérer elles-mêmes des projets ; elles reversent les fonds à d’autres institutions suisses. Ces montants sont attribués aux ONG qui gèrent les projets.

Sont compris dans les flux d’aide privée :

  • l’argent versé pendant l’année en cours pour financer des projets de coopération au développement ainsi que des actions humanitaires dans les pays en développement et des pays en transition. Il est à noter que les données de l’aide des ONG pour une année indiquent les dons privés effectivement versés l’année en cours, tandis que les contributions publiques aux ONG, qui recouvrent l’aide des cantons/communes transitant par les ONG ainsi que les versements de la DDC à des œuvres d’entraide, sont enregistrées l’année où la collectivité publique verse le montant aux ONG et non pas lors du versement final au pays bénéficiaire. Les cantons, les communes ou la DDC peuvent ainsi faire des versements à une ONG à la fin d’une année et cette ONG n’utiliser cet argent pour des projets que l’année suivante ;

  • les versements à l’UNICEF effectués dans le cadre de campagnes de récolte de fonds du Comité suisse pour l’UNICEF et ceux pour le HCR.

Flux d’aide non couverts par les statistiques

Il faut être conscient que ces données chiffrées disponibles en Suisse ne couvrent pas la totalité de l’aide transférée de la Suisse vers les pays du Sud, notamment pour les raisons suivantes :

  • ces données reposent sur l’aide de 250 ONG alors que les répertoires d’adresses contiennent entre 1000 et 1500 organisations Suissetiers-monde. Comme nous l’avons mentionné, aucune obligation légale n’existe pour contraindre les ONG à publier les données sur leurs transferts de fonds et les données disponibles proviennent des informations que les ONG acceptent de fournir ;

  • les statistiques mentionnées dans ce chapitre proviennent de sources différentes (que nous avons énumérées au début de cette annexe) ;

  • l’aide des ONG recensée par les enquêtes annuelles comprend les montants transférés pendant l’année et financés grâce aux ressources propres des ONG (collectes de fonds, cotisations de membres ou legs), sans les contributions publiques de la DDC ou des cantons/communes, qui sont elles comprises dans l’aide publique au développement ;

  • les dépenses des ONG en faveur de l’accueil, du conseil et de l’appui aux réfugiés en Suisse ne sont pas comprises dans les statistiques de l’aide des ONG ;

  • une partie de l’aide pour de petits projets peut transiter par des associations de solidarité avec un pays ou des associations de résidents étrangers en Suisse, qui ne reçoivent pas forcément le questionnaire annuel ;

  • les statistiques couvrent assez bien les données sur les grandes ONG de coopération, mais une partie de l’aide directe est plus difficile à cerner, lorsque par exemple une personne en Suisse transmet de l’argent à une connaissance dans un pays du Sud sans passer forcément par une association structurée ;

  • les chiffres ne tiennent pas compte des transferts de fonds de résidents étrangers en Suisse à leur famille dans le pays d’origine. Or, ces transferts de fonds dépassent largement les montants de l’aide publique et privée. Selon la Banque mondiale, les résidents étrangers en Suisse (tous pays confondus) transféreraient plus de 8 milliards de francs par an à leur famille ;

  • la distinction entre aide missionnaire d’une part et aide humanitaire et coopération au développement d’autre part n’est pas facile à faire pour des institutions proches des Eglises car cette aide forme à leurs yeux souvent un tout ;

  • les statistiques du CAD portent sur les flux financiers à destination des pays en développement et des pays en transition, et ne prennent donc pas en compte les dépenses dans les pays du Nord. Ne sont ainsi pas comprises dans les enquêtes les dépenses pour les secrétariats en Suisse, pour les projets d’aide en Suisse ou dans un autre pays industrialisé (inondations en Italie par exemple), pour le marketing ou le financement de campagnes de récolte de fonds en Suisse, ni pour les activités de sensibilisation, d’information ou d’éducation au développement en Suisse.

Sources : CAD, Directives pour l’établissement des rapports statistiques sur les flux financiers destinés aux pays en développement et en transition ; iuéd, « Introduction », in Aide suisse aux pays en développement et aux pays de l’Europe orientale 1998, Genève, iuéd, 1999, pp. i-vii ; Service statistique de la DDC.

Annexe II

Les plus grandes ONG en Suisse : détail de l'aide de 103 ONG (sur 217 ONG répertoriées), 2002, en milliers de francs

Agrandir

Sources : DDC, Aide de la Suisse aux pays en développement et aux pays en transition, Statistiques 2002, sur la base d'enquêtes auprès d'ONG, Berne, DDC, 2004.

DDC et seco, Rapport annuel de la coopération internationale de la Suisse 2002, tableau 10, « Collaboration DDC/seco avec les ONG suisses 2002 », Berne, DDC et seco, 2004, p. 22.
Service statistique de la DDC.
Données transmises par les collectivités publiques suisses. Enquête auprès des cantons et communes suisses.

Annexe III

Composition des recettes et des dépenses de quelques ONG suisses, 2003, en milliers de francs et en pourcentage

Agrandir

Remarques : les présentations comptables ne sont pas harmonisées au sein des différentes ONG. Nous reprenons les intitulés des rapports d’activité. Les frais de fundraising sont rarement identifiables séparément, le plus souvent inclus dans d’autres rubriques. La définition des frais administratifs en Suisse peut aussi différer d’une organisation à l’autre. Les contributions de cantons et de communes sont souvent incluses dans les dons privés récoltés.

Sources : rapports annuels 2003 des différentes ONG.

  

Haut de page

Notes

1 L’annexe I donne des précisions sur les données existantes en Suisse et sur les principales sources. Les données disponibles concernent essentiellement les fonds privés récoltés par les ONG et les financements publics des ONG (Confédération, cantons et communes). Il n’y a pas de statistique globale sur d’autres sources de financement (fondations privées, financements publics étrangers, Union européenne, organisations internationales).

2 Zentralstelle für Wohlfahrtsunternehmen/Bureau central des œuvres de bienfaisance. Voir l’article d’Ariuscha Davatz dans ce dossier. La ZEWO estime que le financement total des ONG certifiées s’élevait en 2002 à 1,7 milliard de francs. Les principales recettes sont les dons privés (36 % des recettes totales) et les contributions publiques (580 millions de francs, soit 34 % du total), suivies par les prestations propres (produits des ventes et mandats, 22 %) et les autres revenus (8 %).

3 Les données sur l’aide privée des ONG en millions de francs sont mentionnées dans le tableau 1 de cet article.

4 Malgré son importance en France, Médecins du monde ne s’est pas beaucoup implantée en Suisse.

5 Nous considérons comme des ONG « traditionnelles » les organisations d’entraide créées depuis les années 1950 jusqu’à la fin des années 1970, telles Helvetas, Swisscontact, l’EPER, l’OSEO, Caritas ou Terre des hommes.

6 Voir entre autres les annonces régulières de l’Institut des missions étrangères de Bethlehem Immensee dans l’Echo illustré au début des années 1930 ; par exemple, le 14 mars 1931, on lit : « Les plus dignes de pitié, ce sont certainement ces innombrables petis enfants païens exposés à mourir sans baptême. Le salut de leur âme et de leur corps dépend de vous. Une offrande de 25 francs pour l’éducation chrétienne d’un de ces petits vous assurera les bénédictions du Divin Ami des petits. »

7 Le financement d’activités missionnaires comme les publications religieuses, les contributions aux Eglises, les rétributions de missionnaires ou l’activité d’évangélisation au sens strict n’est pas compris dans les données d’aide des ONG.

8 Plus de 70 ONG proches des Eglises fournissent des informations sur les fonds affectés à l’aide humanitaire et à des projets de développement. Les statistiques ne tiennent pas compte des dépenses missionnaires au sens strict (salaires de missionnaires, catéchisme, diffusion d’imprimés religieux) et l’on n’a pas d’informations précises sur les fonds récoltés par les Eglises qui ne transitent pas par des ONG ou organisations missionnaires (transferts de fonds directs d’une paroisse suisse à une paroisse en Afrique par exemple, transferts de fonds récoltés à des missionnaires particuliers).

9 Neue Luzerner Zeitung, 2 février 2004. Dans cet article, le journaliste constate une baisse des dons tant pour la Croix-Rouge suisse (Zurich), l’EPER, Mission 21 ou Action de carême que pour des organisations non confessionnelles comme l’OSEO ou Pro Infirmis.

10 Mission 21 est le résultat de la fusion en 2001 des organisations suivantes : Mission de Bâle, Mission évangélique au Kwango, Mission der Brüdergemeinde et Schweizerische Ostasien-Mission (SOAM).

11 En Suisse, on peut estimer que 90 % de l’aide des canton et communes sert à financer des projets gérés par des œuvres d’entraide. L’aide directe, dans le cadre par exemple de jumelage de communes, n’est pas importante en Suisse.

12 Adèle Woods, Les ONG européennes actives dans le domaine du développement. Etat des lieux, Etudes du Centre de développement, Paris, OCDE, 2000, 96 p.

13 Au sujet de la politique de la DDC envers les ONG de coopération, voir aussi dans ce dossier l’article de Joseph Deiss, conseiller fédéral en charge du Département fédéral de l’économie, et de Walter Fust, directeur de la DDC, ainsi que l’interview de Walter Fust, qui donne des indications sur l’avenir des relations entre la DDC et les ONG suisses. Signalons aussi que l’annexe II du présent article donne une vue d’ensemble des contributions de la Confédération à une centaine d’ONG en 2002.

14 Voir la contribution de Yanik Marguerat à ce dossier.

15 Message concernant la continuation de la coopération technique et de l’aide financière en faveur des pays en développement du 28 mai 2003, Point 4.4.2. « La collaboration avec la société civile et avec les organismes publics des cantons », Feuille fédérale, 2003, pp. 4198-4203.

16 Ibid., p. 4199.

17 Richard Gerster, « Die Zusammenarbeit zwischen dem Staat und privaten Hilswerken. Erfahrungen aus der schwizerischen Entwicklungspolitik », in Henny Helmich, Gerhard Bittner (Hrsg.), Der dritte Sektor in der Entwicklungspolitik. Zusammenarbeit zwischen Staat und Nicht-RegierungsorganisationenNROs, Wien, Österreichische Forschungsstiftung für Entwicklungshilfe, 1996, pp. 135-145.

18 Les neuf ONG les plus grandes en termes de financement privé sont en 2002, par ordre décroissant, Caritas, le Comité suisse pour l’UNICEF, l’EPER, la Fondation Hôpital de pédiatrie Kantha Bopha, MSF, World Vision, la Fondation Terre des hommes Lausanne, la Croix-Rouge suisse et Amis suisses des villages d’enfants SOS.

19 On trouvera dans l’annexe II des données sur une centaine d’ONG représentant 95 % environ du montant total de l’aide des ONG suisses, ainsi que des informations sur les actions des ONG financées par des contributions publiques.

20 Adèle Woods, op. cit.

21 Ministère des affaires étrangères, Organisations de solidarité internationale et pouvoirs publics en Europe. Etude comparative sur les dispositifs d’appui et de concertation. Note de synthèse, Paris, Direction générale de la coopération internationale et du développement, 2001, 40 p.

22 Source : propos de Robert Zaugg, de la ZEWO, repris dans Der Schweizerische Beobachter, dossier « Entwicklungshilfe : Vermarktung des Elends », nº 10, 14 mai 1993.

23 Voir par exemple Leben + Glauben, 2 septembre 1988 ; Der Schweizerische Beobachter, op. cit.

24 Voir par exemple M. Donsimoni, Du don à l’aide. Le marché de l’altruisme, Paris, L’Harmattan, Paris, 1995, 228 p. ; Florence Passy, L’action altruiste. Contraintes et opportunités de l’engagement différencié, thèse de doctorat, Faculté des sciences économiques et sociales, Genève, Université de Genève, 1996 ; Maud Gerber, Le don aux ONG et les motivations des donateurs, mémoire de diplôme, Genève, iuéd, 2000, 44 p.

25 Neue Zürcher Zeitung (NZZ), 23-24 octobre 2004.

26 NZZ, 14 juillet 2003.

27 iuéd, Aide suisse aux pays en développement et aux pays de l’Europe orientale 1996/97, Genève, iuéd, 1998. Voir aussi Gérard Perroulaz, « Evolution de l’aide humanitaire fournie par la Confédération et les œuvres d’entraide suisses (de 1990 à 1997) », in iuéd, Annuaire Suisse-Tiers Monde 1999, dossier « La Suisse et l’action humanitaire », nº 18, Genève, iuéd, 1999, pp. 9-23.

28 « Unsere tägliche Katastrophe gib uns heute… », Mosquito, dossier « Spendenmarkt Schweiz », nº 4, 1997.

29 Sources : rapports annuels de la Chaîne du Bonheur, de 1996 à 2003.

30 Autres ONG suisses à avoir reçu des contributions de la Chaîne du Bonheur : Médecins sans frontières Suisse, Swissaid, Mouvement chrétien pour la paix, Enfants du monde, Handicap International, Terre des hommes Suisse, Fondation Villages d’enfants Pestalozzi, Iamaneh Suisse et Helvetas.

31 « Spendenmarkt Schweiz », eine Jubiläumsstudie des Verbandes Schweizer Marketing- und Sozialforscher, Basel, 1994.

32 Voir Gérard Perroulaz, « Evolution de l’aide humanitaire fournie par la Confédération et les œuvres d’entraide suisses de 1990 à 1997 », op. cit.

33 La littérature est très abondante en la matière, mais voir particulièrement les études suivantes : Ian Smillie, Henny Helmich (eds.), Stakeholders : Government-NGO Partnerships for International Development, London, Earthscan Publications ; OECD, 1999, 318 p. ; J.-P. Deler, Y.-A. Fauré, A. Piveteau, P.-J. Roca, ONG et développement. Société, économie, politique, coll. Hommes et Sociétés, Paris, Karthala, 1998, 684 p. ; Philippe Ryfman, Les ONG, coll. Repères, Paris, La Découverte, 2004, 124 p.

34 Voir à ce propos ZEWO, « Frais de gestion des organisations d’utilité publique. Ils sont nécessaires pour mettre en œuvre des projets sérieux », communiqué de presse, 5 juillet 2004.

35 Recommandations qui devront être suivies par les organisations bénéficiaires du label ZEWO.

36 Dons des organismes privés bénévoles.

37 Les statistiques du CAD sur les contributions publiques aux ONG portent uniquement sur les contributions à des programmes choisis et menés par les ONG (sans les projets en régie par exemple).

38 Source : Ministère des affaires étrangères, op. cit.

39 Commission Coopération-Développement, Argent et organisations de solidarité internationale 2000-2001, Paris, Commission Coopération-Développement, 2003, 32 p.

40 Source : Ministère des affaires étrangères, op. cit.

41 Selon le Ministère de la coopération : Bundesministerium für wirtschaftliche Zusammenarbeit und Entwicklung, Medienhandbuch Entwicklungspolitik 2004-2005, Berlin, juin 2004, 520 p., téléchargeable sur Internet, <www.bmz.de>. Ce rapport contient un chapitre sur l’aide et le financement public des ONG. Pour une synthèse sur l’aide des ONG en Allemagne et des rapports entre ONG et Etat, voir aussi Judith Randel, Tony German, in Ian Smillie, Henny Helmich (eds.), op. cit., pp. 114-122.

42 Sur la base des informations fournies par 351 organisations actives dans l’aide aux pays en développement et 134 organisations actives dans l’aide aux pays en transition.

43 Bundesministerium für wirtschaftliche Zusammenarbeit und Entwicklung, op. cit., tableau 17, p. 398.

44 Judith Randel, Tony German, op. cit., p. 144.

45 bengo, Beratungsstelle für private Träger in der Entwicklungszusammenarbeit, <www.paritaet.org/bengo>.

46 Venro, Verband Entwicklungspolitik Deutscher Nichtregierungsorganisationen, <www.venro.org>.

47 Celles-ci fournissent des informations sur la coopération décentralisée, qui sert le plus souvent à financer des projets d’ONG.

48 Ce service récolte les informations sur les contributions de la DDC et du seco aux ONG.

49 Les résultats des enquêtes menées par l’iuéd sont parus dans la brochure Aide suisse aux pays en développement et aux pays en transition, parution annuelle de 1991 à 1998 et édition 2002 portant sur les années 1998 à 2000. Dès 2001, les données sont publiées dans la brochure de la DDC Aide de la Suisse aux pays en développement et aux pays en transition.

50 Les statistiques de l’OCDE sont publiées dans l’annexe statistique du rapport annuel Les Dossiers du CAD. Coopération pour le développement. Voir <www.oecd.org/dac>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Perroulaz, « Le financement des ONG dans la coopération au développement et l’aide humanitaire : le cas de la Suisse et comparaisons internationales », Annuaire suisse de politique de développement [En ligne], 23-2 |  2004, mis en ligne le 08 mars 2010, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/aspd/452

Haut de page

Auteur

Gérard Perroulaz

Chargé de recherche à l’iuéd.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© The Graduate Institute | Geneva

Haut de page