Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13Introduction

Texte intégral

1Un des événements marquants de la fin de 1993 aura sans doute été la conclusion de l’Uruguay Round dans une atmosphère marquée par le bras de fer entre les Etats–Unis et l’Union européenne, deux des géants de l’économie mondiale. Le brouhaha médiatique déclenché par cette dernière péripétie a paradoxalement mis en évidence le silence du reste du monde. La grande majorité des pays participant à la négociation – et parmi eux tous les pays en développement – ont été, dans cette dernière phase, réduits au rôle de spectateurs.

2L’impact global de l’Uruguay Round sera difficile à établir, ne serait–ce qu’en raison de la complexité et de la multiplicité des dossiers. Pour les pays en développement, il sera sans doute impossible de dresser un bilan général en raison de la diversité croissante de leur mode d’insertion dans l’économie mondiale. Dans les négociations commerciales, il n’y a désormais plus guère d’intérêts communs entre les nouveaux Etats industrialisés d’Asie d’une part, et les pays africains d’autre part. Ces derniers, dont les économies sont les plus vulnérables, sortiront de l’Uruguay Round encore plus pauvres qu’ils n’y sont entrés. Leurs perspectives d’exportations demeurent sombres, tandis que la facture de leurs importations de produits alimentaires augmentera en raison de la réduction des subventions à la production dans les pays industrialisés exportateurs. On envisage bien, en compensation, d’accroître l’aide alimentaire, mais est–ce vraiment une solution au problème chronique des relations économiques internationales de ces pays ?

3L’asymétrie dans la répartition des coûts et des bénéfices du commerce international entre le Nord et le Sud se manifeste aussi dans le domaine des textiles. Depuis 1973, l’Arrangement multifibres autorise les pays industrialisés à limiter par des contingents leurs importations de textiles en provenance des pays du Sud. L’Uruguay Round mettra fin à ce privilège exorbitant qui pénalise les pays en développement dans un des rares domaines où certains d’entre eux–à faible revenu–disposent d’avantages comparatifs face au monde industrialisé. Mais l’accord final conclu à Genève le 15 décembre 1993 accorde aux pays industrialisés un délai de dix ans pour que le commerce des textiles soit complètement libéralisé. Les pays industriels disposent ainsi pour réaliser leur ajustement structurel de délais bien plus généreux que les pays qui sont soumis aux pratiques plus exigeantes des institutions de Bretton Woods.

4La situation décrite ci–dessus n’est qu’un exemple des contradictions de la politique des pays industriels face aux pays en développement. Ces contradictions sont de deux types : celles qui naissent de l’écart entre le discours et la pratique (“faites ce que je dis, mais pas ce que je fais”) et celles qui résultent de politiques contradictoires (“la main gauche ignorant ce que fait la main droite”). L’exemple du commerce des produits textiles cité ci–dessus appartient aux deux types : les prescriptions de libéralisme économique faites aux pays en développement ne sont pas suivies par leurs inspirateurs ; par ailleurs, la politique commerciale restrictive des pays riches face à certaines importations en provenance du Sud freine le développement industriel des pays pauvres et contredit les objectifs de politique de coopération au développement de ces mêmes pays Industrialisés.

5Les efforts entrepris depuis quelques années par le Comité d’aide au développement de l’OCDE pour accroître la cohérence des politiques vis–à–vis des pays en développement revêtent une importance particulière au moment où les ressources consacrées à la coopération au développement se font plus rares et où il est plus nécessaire que jamais qu’elles soient efficacement utilisées. Cette efficacité accrue requiert plus de cohérence. En éclairant les aspects les plus divers des relations entre la Suisse et les pays en développement, nous souhaitons que cet Annuaire soit un instrument de travail pour tous ceux qui, dans les milieux les plus divers, partagent ce souci d’accroître l’impact de la participation de la Suisse à la coopération internationale au développement.

6C’est ainsi que le présent volume contient une revue des événements survenus jusqu’en octobre 1993 (y compris un index analytique) et ayant trait aux relations bilatérales et multilatérales de la Suisse avec les pays en développement. Cette revue touche de nombreux domaines (relations économiques et commerciales, coopération au développement, environnement, migrations, recherche scientifique, développement humain). La coopération publique de la Suisse avec les pays d’Europe centrale et de l’ex–URSS fait aussi partie de la revue.

7L’Annuaire Suisse–Tiers Monde 1994 comprend également une bibliographie des textes parus depuis l’achèvement de l’Annuaire 1993 sur les relations Suisse–Tiers Monde, ainsi qu’une sélection d’ouvrages publiés en Suisse sur les problèmes de développement, il propose aussi un recueil des statistiques portant sur le commerce, les flux financiers et l’aide publique au développement.

8La partie “Analyses et positions” comprend cette année des contributions sur quatre thèmes :

  • les priorités de la coopération bilatérale suisse ;

  • les firmes transnationales suisses et l’environnement dans les pays en développement ;

  • la coopération suisse avec le Ghana dans le contexte des programmes d’ajustement structurel ;

  • le désendettement, l’article de Rolf Kappel que nous avions publié en 1993 ayant suscité trois réactions que nous publions avec une réponse de l’auteur.

9Nous consacrons cette année un dossier à la contribution de la Suisse à la coopération internationale au développement dans le domaine de la santé. Le choix de ce thème est lié d’une part à l’importance centrale de ce secteur dans le développement humain et d’autre part à notre volonté d’ouvrir un large débat sur la politique à suivre dans ce domaine avec tous les acteurs concernés : l’administration fédérale, les œuvres d’entraide suisses et les milieux professionnels et universitaires intéressés. C’est ce dernier objectif qui nous a conduit à publier en conclusion à ce dossier une proposition de stratégie de coopération dans le domaine de la santé, texte élaboré collectivement par cinq spécialistes des politiques de santé dans les pays en développement de l’Institut tropical suisse et de l’IUED.


***

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Forster, « Introduction »Annuaire suisse de politique de développement [En ligne], 13 | 1994, mis en ligne le 27 novembre 2012, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/aspd/998 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aspd.998

Haut de page

Auteur

Jacques Forster

Professeur à l’IUED

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© The Graduate Institute | Geneva

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search