Navigation – Plan du site

AccueilNuméros119Religions d'AsieÉpigraphie et iconographie du pay...

EPHE
Religions d'Asie
Religions de l’Inde : védisme et hindouisme classique

Épigraphie et iconographie du pays tamoul, du modèle royal pallava au « temple de village » de la période cōḻa

Conférence de Charlotte Schmid
p. 55-56

Résumé

Durant l’année universitaire 2010-2011, on a examiné la transition au pays tamoul d’un art royal, représenté par une poignée de sites durant la période pallava (vieixe siècles), à la multiplication des fondations locales de l’âge cōḻa (ixexiiie siècles). En prenant pour base l’épigraphie et l’iconographie de ces deux corpus, nous avons cherché à retracer comment le modèle royal élaboré par les Pallava est utilisé durant l’âge cōḻa, tant dans les fondations royales de cette dynastie que dans les fondations locales, alors bien plus nombreuses. La structure de l’empire cōḻa fait toujours débat aujourd’hui et l’apport des données pallava comme la prise en compte du réseau de sanctuaires alors édifié en pays tamoul ouvrent de nouvelles perspectives.

Haut de page

Texte intégral

1Travaux et enseignement prennent appui sur des corpus de représentations confrontés aux textes disponibles, en privilégiant les inscriptions (en sanskrit et en tamoul) pour leur caractère archéologique. Le séminaire de l’année 2010‑2011 a porté sur l’archéologie de la notion de bhakti, en partant des premières données archéologiques disponibles en Inde du Nord pour mieux tenter de définir le phénomène en Inde du Sud, où l’on présume que l’histoire de la bhakti est moins ancienne.

2La citation bien connue d’un texte sanskrit probablement rédigé en Inde du Nord entre le xve et le xviie siècle, où l’Inde du Sud apparaît comme la région d’origine de la bhakti (ici personnifiée) a fourni la base de l’exploration de la notion :

Je m’appelle Dévotion (bhakti) ; ces deux‑ci passent pour être mes fils, ils ont nom Savoir (jñāna) et Détachement (vairagya) ; […] ils succombent sous les coups du Temps. Je suis née dans le Draviḍa, j’ai grandi dans le Karṇātaka ; je suis arrivée à la vieillesse en vivant tantôt dans le Māharaṣṭra, tantôt dans le Gurjara. Là, par l’influence du terrible Kali (yuga, âge) les hérétiques m’ont mutilée. Malheureuse, je suis tombée avec mes deux fils dans un long épuisement. De retour, dans le Vṛndāvana, je me suis comme renouvelée, j’ai (retrouvé) ma beauté ; me voici maintenant redevenue jeune et d’un aspect vraiment merveilleux. Cependant mes deux fils étendus ici, sont accablés de fatigue… (pour moi), m’éloignant de ces lieux, je voyage à l’étranger. (trad. A.‑M. Esnoul « Le courant affectif dans le brâhmanisme ancien », Bulletin de l’École Française d’Extrême-Orient, 48.1, Paris, 1956).

3Après avoir rappelé le témoignage des plus anciennes inscriptions de l’Inde du Nord et du Centre, et l’apparition de la première iconographie de divinités qu’on peut considérer comme les ancêtres conceptuels et iconographiques des dieux de l’hindouisme classique autour du site de Mathurā, le séminaire s’est recentré sur l’Inde du Sud avec les premières manifestations de ce courant en Andhra Pradesh.

4L’archéologie de la bhakti en pays tamoul a ensuite occupé l’ensemble des séances. L’évolution que connaît l’hindouisme entre la période pallava (vieixe siècles) et le début de la période cōḻa (ixexe siècles) a été envisagée à partir de plusieurs figures majeures. La divinité soulevant le mont Govardhana, qui forme l’arrière-plan sur lequel apparaît une forme aussi importante du krishnaïsme contemporain que Kṛṣṇa en joueur de flûte fut la première d’entre elles. L’analyse des données de terrain recueillies durant les années précédentes sur un site du delta de la Kāvēri, Tirucceṉṉampūṇṭi a ensuite permis de se tourner vers les divinités relevant du shivaïsme. L’archéologie du site de Tirucceṉṉampūṇṭi se situe entre le ixe et le xe siècle, c’est‑à‑dire durant la période charnière où l’on passe d’un empire pallava à un royaume cōḻa , dont les organisations étatiques paraissent assez différentes les unes des autres. Le dieu qui se manifeste à Tirucceṉṉampūṇṭi porte un nom à la fois tamoul et sanskrit, local et pan-indien : il s’agit, la plupart du temps, du « mahādeva (grand dieu) de Tirukkaṭaimuṭi » (mahādeva est une appellation typique de Śiva dans le corpus sanskrit). L’on a démontré, en comparant l’épigraphie, en partie inédite, du site et les hymnes dévotionnels tamouls, que le lieu lui-même relève du premier corpus de la bhakti shivaïte tamoule, autrement dit, du corpus textuel du Tēvāram. Anthologie d’hymnes composés en l’honneur de Śiva, le Tēvāram est daté entre le viie et le ixe siècle. La plupart des poèmes qui y sont rassemblés évoquent le dieu d’un lieu, forme de Śiva qui s’enracine ainsi en territoire tamoul semble-t-il.

5Avec l’étude des sculptures du temple (statues des niches et frises de bas-reliefs du soubassement), l’on a tenté, notamment, de retracer l’apparition d’un programme iconographique typique de la période cōḻa, où le dieu Brahmā s’impose au nord du temple. Les divinités de la connaissance constituent une problématique complexe du pays tamoul et ce Brahmā semble n’être que l’un des visages d’entre elles. Le dieu de la connaissance prend parfois une toute autre tournure, en particulier durant la période pallava où l’iconographie des divinités hindoues est encore flottante : l’on a ainsi exploré les liens unissant le fils de Śiva, Skanda – qui est lui-même identifié à la divinité la plus importante du Tamilnad contemporain, Murukaṉ –, le dieu Brahmā et Śiva lui-même, représenté au sud du temple comme l’un de ces hérauts musiciens que le Periya-purāṇam, un texte dévotionnel du xiie siècle, met en scène en pèlerins du pays tamoul où ils chantent les hymnes du Tēvāram.

Atelier 2011

6Le premier d’une série d’ateliers-colloques internationaux sur l’archéologie de la bhakti a permis d’enrichir la réflexion en réunissant chercheurs et étudiants au centre de l’École française d’Extrême-Orient à Pondichéry durant les deux premières semaines d’août 2011. « L’enfance de la bhakti en Inde méridionale » fut le thème choisi pour cet été 2011. Skanda-Murukaṉ et Kṛṣṇa ont donc été plus particulièrement à l’honneur, ainsi que les sites pallava de Mahabalipuram, de Trichy et du moins connu et peut-être pāṇṭiya Tiruveḷḷarai.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Schmid, « Épigraphie et iconographie du pays tamoul, du modèle royal pallava au « temple de village » de la période cōḻa », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 119 | 2012, 55-56.

Référence électronique

Charlotte Schmid, « Épigraphie et iconographie du pays tamoul, du modèle royal pallava au « temple de village » de la période cōḻa », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 119 | 2012, mis en ligne le 04 octobre 2012, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/asr/1046 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.1046

Haut de page

Auteur

Mme Charlotte Schmid

Maître de conférences de l’EFEO, Ecole pratique des hautes études – Section des sciences religieuses, Ecole française d'Extrême-Orient

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search