Navigation – Plan du site
EPHE
Polythéismes antiques
Religions du Proche-Orient sémitique ancien

Introduction aux religions préislamiques d’Arabie du Nord (suite). Un exemple de sanctuaire préislamique : le Jabal Ithlib à Madā’in Ṣāliḥ

Conférence de Marie-Jeanne Roche
p. 77-82

Résumé

L’organisation d’un sanctuaire préislamique est présentée à travers le site du Jabal Ithlib à Madā’in Ṣāliḥ/Hégra (Arabie du NO) : l’interprétation des structures rupestres de petites dimensions est discutée : niches à bétyles, autels, citernes, banquettes, parfois accompagnées de dédicaces nabatéennes donnant une onomastique très riche : présentation et commentaires de deux inscriptions : à Shay‘ al‑Qawm, et à al-‘Uzzā et au Maître du Temple.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction : Un exemple de sanctuaire préislamique, le Jabal Ithlib à Madā’in Ṣāliḥ/Hégra Arabie du NO)

1L’organisation d’un sanctuaire préislamique est présentée à travers les publications récentes du Jabal Ithlib, ancienne Hégra, en Arabie du nord-ouest ; ce centre caravanier très actif en particulier au ier s. de n. è., était établi à la frontière sud du royaume nabatéen. La quasi totalité des monuments cultuels se trouvent au nord-est, dans et autour d’un massif qui porte depuis le xe siècle le nom de Jabal Ithlib. Ailleurs, on ne relève que huit monuments cultuels.

1. Les premières recherches à Madā’in Ṣāliḥ

  • 1  Ch. Doughty, Documents épigraphiques recueillis dans le nord de l’Arabie, Manuscrits de la Bibliot (...)
  • 2  A. Jaussen, R. Savignac, Mission archéologique en Arabie, I‑II, Paris. 1909-1914.
  • 3  Cf. aussi pour Pétra, R. Brünnow et A. Von Domaszewski, Die Provincia Arabia, I-III. Strasbourg, 1 (...)

2Le site de Hégra/Madā’in Ṣāliḥ est connu des Européens depuis le xixe siècle1, et l’ouvrage de Antonin Jaussen et Raphaël Savignac sur le site reste fondamental2. L’ensemble cultuel présente des analogies évidentes, et donc des points de comparaison avec les sanctuaires rupestres de Pétra. Les auteurs ont établi une typologie des niches et des bétyles qu’elles abritent souvent, mais la division principale est entre stèles isolées et stèles groupées, mais la distinction entre niches et stèles est arbitraire, les deux allant généralement de pair ; on note aussi la présence d’emplacements vides pour des stèles portatives, comme à Pétra ; les autels gravés en relief sont considérés à juste titre sur le même plan que les bétyles3.

2. Les fouilles de l’équipe franco-saoudienne

  • 4  Hegra I. Report of the First Excavations Season at Madâ’in Sâlih. 2008. Saudi Arabia, Riyadh 1431- (...)
  • 5  L. Nehmé, « Inscriptions vues et revues à Madâ’in Sâlih », Arabia 3 (2005-2006), p. 179-225 [texte (...)
  • 6  J.-M. Dentzer et al., « Report on the 2002. Second Season of the Saudi-French Archaeological Proje (...)
  • 7  Nehmé 2005-2006, p. 204‑214.

3Depuis 2001, les fouilles franco-saoudiennes ont apporté de nouvelles données4 ; en particulier de petits monuments inédits ont été trouvés, soit isolés soit groupés, dispersés sur les flancs du jabal ou dans un mamelon au nord, parfois accompagnés d’inscriptions5. Les chercheurs ont essayé de comprendre les pratiques religieuses des anciens Nabatéens en collationnant toutes les informations6. La fonction exacte du Diwān – grande salle de banquet rupestre – est difficile à évaluer : était-il loué par ceux qui visitaient les sanctuaires du Jabal Ithlib ou appartenait-il à une famille ou à un groupe dominant ? La relation entre les visiteurs ou pèlerins du Jabal Ithlib et les propriétaires des tombes monumentales soulève des questions. Contrairement à Pétra, où les petits sanctuaires rupestres ont peu d’inscriptions, ceux du Jabal Ithlib ont de nombreuses signatures de dédicants, souvent accompagnées de la formule nabatéenne ’ḥd ’tr’7 (v. ’ḥd, prendre, occuper un endroit), que l’on traduira plutôt par « il a occupé l’endroit » ; ces inscriptions peuvent accompagner des installations cultuelles restées inachevées, sans niche creusée ; il y a eu soit abandon brutal du sanctuaire, soit des commandes non suivies d’effet.

3. Les sanctuaires récemment découverts

  • 8  L. Nehmé et al. (2006), « Missions archéologiques de Madâ’in Sâlih (Arabie Saoudite) : Recherches (...)
  • 9  J.-M.Dentzer et al., 2003, p. 67-69 ; Nehmé 2006, p. 99‑102.

4Parmi les nouveaux monuments découverts par les prospections franco-saoudiennes, on signale un sanctuaire rupestre, le Qaṣr al-‘Ajūz, au SO du Jabal Ithlīb8 (Ith 69‑77) ; sur le flanc ouest, est creusée une salle garnie de niches à bétyles, et au sommet, des vestiges inédits (Ith77 a‑o). Une petite gorge et quelques marches taillées dans le rocher donnent accès, depuis le flanc O de la colline principale, au sommet de la plate-forme SE : à ses extrémités, 11 « niches horizontales » (répertoriées en quatre types) sont creusées sur une surface horizontale (au lieu d’être creusées sur une façade rocheuse, selon les chercheurs). On note la présence de cupules près de quatre d’entre elles et celle de petites canalisations creusées dans la roche9. Selon les chercheurs, l’aménagement de structures horizontales permettait simplement de pallier l’absence quasi-totale de parois de rocher verticales sur la colline. La disposition de ces petits monuments, la présence de cupules à libations et de canaux, en font autant de petits oratoires aménagés le long d’un parcours qui mène d’un ensemble de niches jusqu’au sommet de la colline, où est aménagé un petit triclinium à ciel ouvert. Ils forment une voie processionnelle miniature et ont sans doute été taillés par les membres du thiase qui s’y réunissaient.

5Les chercheurs concluent que l’intérieur du J. Ithlib est un ḥaram, à accès restreint, où plusieurs groupes vénérant chacun une divinité différente partageaient le même espace (à la différence de Pétra où un sanctuaire est souvent consacré à une seule divinité) ; il s’agit d’un espace limité, qu’il faut partager et qui est un centre cultuel des thiases. Des groupements professionnels sont attestés (gouverneurs nommés dans les environs du Dīwān ; tailleurs de pierre). Est-ce le sanctuaire de Ḥégra ou un sanctuaire pour les gens de passage à Ḥégra ? Les bétyles permanents, les bétyles mobiles, les nombreuses dédicaces autour laissent penser qu’après les rites, les pèlerins se réunissaient dans le Dīwān (densité de monuments tout autour).

II. Commentaire

1. Discussion et interprétations

6La fonction exacte du sanctuaire – centre religieux de Hégra ou lieu réservé aux visiteurs extérieurs – est en relation avec le statut de Hégra, site caravanier ou vrai cité avec une population permanente, ou les deux à la fois ; les inscriptions funéraires signalent aussi des temples dans la ville de Hégra.

  • 10  J. Cantineau, Le nabatéen, Paris 1932, p. 122, traduit nṣb par « fonder ».
  • 11  Hisham Ibn al-Kalbi, Les idoles, trad. W. Atallah, Paris 1969.

7Une des remarques importantes concerne la notion de niches et de bétyles « horizontaux », en contradiction totale avec le sens du mot « stèle » en nabatéen, dont la racine nṣb, veut dire « dresser »10, et également avec les pratiques cultuelles décrites par les auteurs anciens11 ; on interprétera donc plutôt les fosses quadrangulaires peu profondes associées à des cupules et à des canalisations creusées en surface comme des aménagements pour des sacrifices, et les « bétyles horizontaux » plutôt comme des bases ou des bétyles/autels assez grossiers.

8On remarquera que la question du choix de ce jabal comme sanctuaire et sa chronologie ne sont pas commentés ; en particulier, la fonction de réservoir naturel (présence d’une grande citerne creusée située au-dessus d’un ensemble cultuel) a dû jouer un rôle essentiel dans cet environnement désertique. Le sanctuaire semble avoir été abandonné assez tôt, ce qui est inhabituel, et la date de son abandon est peu claire, peut-être en rapport avec le ralentissement de la construction de tombes monumentales, notre principale source pour la datation, la fin du ier siècle de notre ère.

9Les deux sites de Pétra et de Hégra ont des origines totalement différentes, ce qui explique en partie bien des aspects dans le domaine cultuel. Alors que Pétra est une cité issue de la sédentarisation, où des groupes familiaux ont occupé de nombreux secteurs, wadis et hauteurs, les différentes fonctions urbaines sont bien définies spatialement à Hégra, selon le schéma d’une fondation coloniale, datant du iersiècle de notre ère. Le sitea manifestement été divisé en lots, délimitant des zones d’habitation, de culture, de nécropole et de sanctuaire ; à cet égard, la place accordée à la déesse Manāt (déesse du sort, mentionnée juste après le grand dieu Dūsharā), qui avait un temple où était conservé son qyš (« mesure »), renforce l’idée d’un lotissement du site, ce qui explique que les tombes monumentales aient des inscriptions extérieures nommant leurs propriétaires, précaution inutile à Pétra. Le caractère caravanier et militaire du site explique sans doute les origines variées des dédicants, et donc des divinités, et la période assez courte d’activité du sanctuaire ; d’autre part, les rapports entre les propriétaires de ces petits sanctuaires et ceux des tombes monumentales sont à éclaircir.

2. D’autres sanctuaires préislamiques récemment publiés

  • 12  G. Avni, « Early Mosques in the Negev Highlands : New Archaeological Evidence on Islamic Penetrati (...)

10D’autres exemples (rares) de sanctuaires pré‑islamiques à ciel ouvert sont attestés au Néguev et au Sinaï12 ; selon des recherches récentes, la permanence des cultes païens dans des régions enclavées sur les franges de la Palestine est attestée jusqu’aux débuts de l’islam (ixe s.). Ces régions non encore christianisées seraient alors devenues musulmanes selon un processus qui aurait progressivement transformé le ḥaram païen en mosquée à ciel ouvert ; le mirhab se serait ainsi substitué au bétyle, selon la nouvelle orientation du rituel. Ces recherches ouvrent des perspectives nouvelles sur la fin du paganisme dans certaines régions du Proche-Orient.

III. Inscriptions connues et nouvelles des sanctuaires de Madā’in Ṣāliḥ

11En dehors des inscriptions gravées sur les tombes, les autres inscriptions nabatéennes trouvées à Hégra sont pour la plupart de courts graffites.

1. L’inscription à Shay‘ al-Qawm

  • 13  Jaussen et Savignac, Mission I, n° 72 ; Cantineau 1932, p. 150.

12Une inscription déjà connue, à gauche d’une niche à fronton vide, en face du Diwān, est un bon exemple du type de dédicaces que l’on trouve à Hégra : šy‘’lqwm ’lh, « Shay‘ al-qawm le dieu »13 ; le verbe šy‘ signifie en nabatéen « suivre, accompagner », en arabe « aider, assister » ; ’l est l’article arabe ; qwm peut se traduire en arabe par « la troupe, le troupeau, le peuple » ; Shay‘ al-Qawm est donc un nom arabe signifiant « celui qui rassemble et guide un troupeau », « celui qui conduit le peuple ou la troupe ». Ce théonyme est rarement attesté, et se rencontre dans des inscriptions nabatéennes et safaïtiques aux ier et iie siècles de notre ère en Syrie, Transjordanie et à ici à Hégra.

  • 14  Ch. Clermont-Ganneau, « Le dieu nabatéen Chai‘ al-Qaum », Recueil d’Archéologie Orientale IV, p. 3 (...)
  • 15  D’aprèsDiodore de Sicile, XIX, 94, 2.
  • 16  J. Healey, The Religion of the Nabataeans. A Conspectus, Leyde-Boston-Cologne2001, 143‑147.
  • 17  Dionysiaques, XX, 205 s.
  • 18  D. Sourdel, Les cultes du Hauran à l’époque romaine, Paris 1952, p. 81‑84.
  • 19  J. Patrich, « Was Dionysos, the wine-god, venerated by the Nabataeans ? », ARAM, 17/2005, p. 95‑11 (...)

13Ce dieu est considéré par les nomades comme leur dieu spécifique, puisque dans une inscription palmyrénienne, le soldat nabatéen ‘Obaidu lui offre deux autels dont la dédicace précise que Shay ‘al-Qawm « ne boit pas de vin » (CIS Il, 3973). Charles Clermont-Ganneau14 avait déjà rapproché cette interdiction d’offrir des libations de vin avec celle de boire du vin, attestée chez les anciens Nabatéens15 et chez les Rékabites (Jr 35 7), bien qu’il n’y ait pas de rapport entre les Rékabites et les Nabatéens. Selon John Healey16, la forme arabe suggère que « celui qui accompagne ou aide le peuple » a donc un rôle de protecteur de caravanes ou de soldats, une sorte d’ange protecteur des voyageurs, comme l’ange de Yahweh en rapport avec l’Exode des anciens Israélites. On a fait le rapprochement entre Dionysos/Dūsharā et Shay‘ al-Qawm/Lycurgue (mythe raconté par Nonnos de Panopolis au ive s.)17 ; Nonnos y présente Arès comme le père de Lycurgue, ennemi de Dionysos, et situe le dénouement du conflit en Arabie. Les nombreuses dédicaces grecques à Lycurgue, à Ḥebran et ailleurs dans le Ḥawrān, témoignent de son introduction dans la région comme interpretatio graeca du dieu arabe18. Lycurgue était vénéré par les soldats, comme l’était Shay‘ al-Qawm19.

2. Une nouvelle inscription au « Maître du Temple »

  • 20  Nehmé, 2005-2006, p. 188‑194.

14Parmi les graffites nabatéens nouvellement trouvés sur le site, on mentionnera en particulier l’un accompagnant, plus à gauche, une niche avec double bétyles, celui de gauche, plus large, étant une « stèle aux yeux » : on y lit : dnh jbl ’l ‘z’ wmrbyt’ : « Ceci est la montagne d’al-‘Uzzā et du Seigneur du Temple »20 ; l’inscription se lit difficilement ; le nom du dieu Dūšarā (que l’on assimile au « Maître du Temple ») se lit dans le graffite dédanique gravé au-dessus. On aurait donc la première attestation d’un élément de paysage comme objet de culte, et ce serait donc le massif où est gravée la dédicace qui serait dédié aux deux divinités.

Haut de page

Notes

1  Ch. Doughty, Documents épigraphiques recueillis dans le nord de l’Arabie, Manuscrits de la Bibliothèque Nationale XXIX, p. 1‑64, Pl. XLV‑XLVI. Paris 1891.

2  A. Jaussen, R. Savignac, Mission archéologique en Arabie, I‑II, Paris. 1909-1914.

3  Cf. aussi pour Pétra, R. Brünnow et A. Von Domaszewski, Die Provincia Arabia, I-III. Strasbourg, 1904-1909.

4  Hegra I. Report of the First Excavations Season at Madâ’in Sâlih. 2008. Saudi Arabia, Riyadh 1431-2010.

5  L. Nehmé, « Inscriptions vues et revues à Madâ’in Sâlih », Arabia 3 (2005-2006), p. 179-225 [texte], p. 345-356 [figs].

6  J.-M. Dentzer et al., « Report on the 2002. Second Season of the Saudi-French Archaeological Project at Meda’inSaleh », Atlal 18 (2005), p. 61‑80 [anglais], p. 153‑159 [arabe], pl. 9.1 à 9.23.

7  Nehmé 2005-2006, p. 204‑214.

8  L. Nehmé et al. (2006), « Missions archéologiques de Madâ’in Sâlih (Arabie Saoudite) : Recherches menées de 2001 à 2003 dans l’ancienne Ḥijrā des Nabatéens », Arabian Archaeology and Epigraphy 17, 2006, p. 41‑124 (en particulier p. 99‑102).

9  J.-M.Dentzer et al., 2003, p. 67-69 ; Nehmé 2006, p. 99‑102.

10  J. Cantineau, Le nabatéen, Paris 1932, p. 122, traduit nṣb par « fonder ».

11  Hisham Ibn al-Kalbi, Les idoles, trad. W. Atallah, Paris 1969.

12  G. Avni, « Early Mosques in the Negev Highlands : New Archaeological Evidence on Islamic Penetration of Southern Palestine », Bulletin of the American Schools of Oriental Research 294 (mai 1994), p. 83-100 ; id., « From Standing Stones to Open Mosques in the Negev Desert : The Archaeology of ReligiousTransformation on the Fringes », Near Eastern Aarchaeology 70/3 (2007), p. 124‑138.

13  Jaussen et Savignac, Mission I, n° 72 ; Cantineau 1932, p. 150.

14  Ch. Clermont-Ganneau, « Le dieu nabatéen Chai‘ al-Qaum », Recueil d’Archéologie Orientale IV, p. 382‑402.

15  D’aprèsDiodore de Sicile, XIX, 94, 2.

16  J. Healey, The Religion of the Nabataeans. A Conspectus, Leyde-Boston-Cologne2001, 143‑147.

17  Dionysiaques, XX, 205 s.

18  D. Sourdel, Les cultes du Hauran à l’époque romaine, Paris 1952, p. 81‑84.

19  J. Patrich, « Was Dionysos, the wine-god, venerated by the Nabataeans ? », ARAM, 17/2005, p. 95‑113.

20  Nehmé, 2005-2006, p. 188‑194.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jeanne Roche, « Introduction aux religions préislamiques d’Arabie du Nord (suite). Un exemple de sanctuaire préislamique : le Jabal Ithlib à Madā’in Ṣāliḥ », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 119 | 2012, 77-82.

Référence électronique

Marie-Jeanne Roche, « Introduction aux religions préislamiques d’Arabie du Nord (suite). Un exemple de sanctuaire préislamique : le Jabal Ithlib à Madā’in Ṣāliḥ », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 119 | 2012, mis en ligne le 05 octobre 2012, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/asr/1051

Haut de page

Auteur

Mme Marie-Jeanne Roche

Chargée de conférences, Ecole pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals