Navigation – Plan du site

AccueilNuméros120Christianisme et ses margesArchéologie religieuse du monde b...

Christianisme et ses marges

Archéologie religieuse du monde byzantin et arts chrétiens d’Orient

Conférences de l’année 2011-2012
Catherine Jolivet-Lévy
p. 143-148

Résumé

Les conférences de cette année ont porté principalement sur les monuments byzantins de Cappadoce, autour de deux thèmes essentiels : Images et textes en Cappadoce au xie siècle : à partir de l’analyse d’inscriptions du xie siècle (épigrammes, inscriptions dédicatoires, légendes des scènes), il s’agissait d’explorer la complexité des relations entre textes, images et espace sacré, et de tenter d’en extraire des informations tant sur la conception des peintures que sur leur réception. Le site de Gorgoli et le martyrium de saint Kèrykos : résultats d’un survey. Quelques séminaires ont aussi porté sur La peinture monumentale en Italie méridionale et en Sicile, qui fait l’objet d’un projet collectif au sein du LabEx « Religions et sociétés dans le monde méditerranéen ».

Haut de page

Texte intégral

I. Images et textes en Cappadoce

  • 1   Pour cette épigramme et ses exemples en Cappadoce : A. Rhoby, Byzantinische Epigramme auf Fresken (...)
  • 2   N. et M. Thierry, Nouvelles églises rupestres de Cappadoce. Région du Hasan Dağı, Paris 1963, p.  (...)
  • 3   H. Rott, Kleinasiatische Denkmäler aus Pisidien, Pamphylien, Kappadokien und Lykien, Leipzig 1908 (...)
  • 4J. Lafontaine-Dosogne, « La Kale kilisesi de Selime et sa représentation de donateurs », Zetesis. (...)
  • 5   G. Logvine, Sainte-Sophie de Kiev, Kiev 1971, p. 30, sch. 13.
  • 6   I. Spatharakis, The Portrait in Byzantine Illuminated Manuscripts, Leyde 1976, p. 102-106.

1Nous nous sommes d’abord intéressée aux épigrammes, conservées en nombre limité en Cappadoce. Contrairement à d’autres inscriptions peintes dans les églises, celles-ci semblent avoir eu vocation à être lues et/ou mémorisées, en particulier quand elles se trouvaient dans un contexte funéraire : souvent placées de telle sorte à être accessibles au regard, elles se prêtaient aussi bien à une lecture privée, à haute voix, de ceux qui étaient à même de lire, qu’à une déclamation devant un public, lors des offices funéraires et commémoratifs. Un poème en vers dodécasyllabiques, à visée moralisante, sur la vanité des richesses et la brièveté de la vie, connut ainsi une certaine popularité dans la région du Hasan Dağı, en Cappadoce occidentale, puisqu’on le trouve dans trois églises de la vallée du Melendiz suyu1. La première occurrence de ce poème se trouve dans la salle funéraire située sous la nef de l’église de la Panagia Théotokos (Eğri taş kilisesi)2 : l’épigramme est peinte au fond d’un arcosolium, près d’une image de la croix. Le deuxième exemple, celui du vestibule de Yılanlı kilise (dans la même vallée d’Ihlara)3, est pratiquement illisible aujourd’hui. Le troisième est le plus intéressant, car le texte est associé à un monument exceptionnel par ses dimensions comme par son décor peint : la Kale kilisesi (« église de la forteresse »)4, à Selime. Seules les trois premières lignes de l’inscription, peinte dans le porche, ont été déchiffrées : « Nul ne doit être rendu arrogant par l’éclat de la richesse, car nombreux sont ceux que l’amour de l’argent a perdus. Cette chair est terre, boue et… ». La graphie – de belles onciales peintes en noir sur l’enduit de plâtre blanc – est très soignée ; analogue à celle d’inscriptions funéraires datées de 1023, 1024 et 1035, elle permet d’attribuer l’inscription à la première moitié du xie siècle. La présence de ce texte poétique, l’élégance de l’écriture, s’accordent avec ce que le décor peint de l’église nous apprend des commanditaires. La composition des donateurs, déployée sur toute la largeur de la paroi ouest de la nef, les montre offrant à la Théotokos la décoration de l’église et recevant, en échange, sa protection et l’assurance de son intercession pour leur salut dans l’au-delà. La Dormition de la Vierge, peinte juste au-dessus, fonctionne ici comme une prière picturale pour les donateurs, tandis que les très nombreux saints moines et ascètes peints dans la nef, tous figurés dans l’attitude de la prière, sont autant d’intercesseurs en leur faveur. Ce panneau des donateurs est unique en Cappadoce, par son importance spatiale, son emplacement, son échelle, le nombre de personnages représentés, la richesse de leurs costumes. Aucune inscription qui aurait pu permettre d’identifier la famille représentée n’est conservée, mais il est évident que les commanditaires appartenaient à une élite, fortunée et probablement lettrée, de la société, dont on ignore si elle appartenait à la noblesse foncière cappadocienne ou si elle était venue de Constantinople. Les liens avec la capitale sont en tout cas indéniables et l’atelier qui décora l’église, le scribe qui traça l’épigramme sur les murs du porche n’ont pas été recrutés sur place. L’origine de la composition des donateurs est d’ailleurs à chercher dans l’art impérial byzantin : en témoignent les fresques de Sainte-Sophie de Kiev5 et une miniature d’un manuscrit constantinopolitain contenant le texte des Sacra Parallela, le Paris. gr. 922 de la BNF (fol. 6), daté de 10596.

  • 7   Y. Ötüken, Selime’de Derviş Akın Kilisesi ve Mezar Odası, Prof. Dr. S. Kemal Yetkin’e Armağan Kıt (...)

2Dans le même village de Selime, une autre église, dite du derviş Akın7, conserve dans le narthex, où se trouve une série de tombes, une inscription dodécasyllabiques en onciales, peinte en noir sur le fond blanc :

  • 8   M. Lauxtermann, Byzantine Poetry from Pisides to Geometres. Texts and Contexts, Vienne 2003 (Wien (...)

[…] en vain tu cours, homme en cette vie. De courte vie est ce monde-ci, de longue durée sont les siècles du monde de là-bas. Dédaigne donc de passer ta vie dans la joie. Aime le grand roi, avant que tu atteignes l’heure et que le Créateur te trouve non préparé. Confesse (tes fautes) avec fervent repentir. Car Dieu le veut et ne lui désobéis pas. Écoute (le) plutôt et cours avec empressement… Vous recevrez son royaume éternel afin de vivre pour les siècles [...]8.

  • 9   Sur les épigrammes memento mori : M. Lauxtermann, Byzantine Poetry, p. 243 sqq.

3L’épigramme est située pratiquement en face de la porte du naos, ce qui lui assurait une visibilité privilégiée pour les fidèles quittant l’église et lui conférait une fonction de memento mori9. Certes, tous n’étaient sûrement pas à même de la lire, mais, dans le narthex, où se célèbraient des offices funéraires et commémoratifs, elle pouvait être lue à haute voix, voire déclamée, de façon régulière, et finalement mémorisée par les usagers de l’église. L’analyse du décor de l’église, limité à quelques panneaux (portraits funéraires et/ou de donateurs, archanges, Dormition), confirme sa fonction funéraire.

  • 10   M. Gough, « The Monastery of Eski Gümüş. A Preliminary Report », Anatolian Studies XIV (1964), p. (...)
  • 11   M. Lauxtermann, Byzantine Poetry, p. 177, p. 259 ; A. Rhoby, Byzantinische Epigramme auf Ikonen, (...)
  • 12   À Byzance, comme en Occident (chapiteaux illustrés, fresques du réfectoire de l’abbaye de Saint-B (...)

4Nous avons ensuite examiné l’exceptionnel décor conservé dans le monastère d’Eski Gümüş10, près de Niğde, au sud de la Cappadoce. Des représentations inspirées par les fables d’Ésope ont été peintes dans un style très fruste sur le mur d’une salle située au-dessus du narthex de l’église. Elles sont accompagnées d’inscriptions qui ont été identifiées par Marc Lauxtermann à la paraphrase par Ignace le Diacre (ixe siècle) des fables d’Ésope mises en vers par Babrios (iie siècle)11. Chaque scène était surmontée par un tétrastique en vers dodécasyllabiques, et sous chaque image était inscrite l’epimythion, la morale de l’histoire. Malgré le médiocre état de conservation des peintures, sont identifiables, outre les fables du laboureur et du serpent gelé, du loup moqué par l’agneau, de l’aigle percé d’une flèche, reconnues par Michael Gough, la fable du tigre et du renard, le loup et le héron (?) et le lion enragé et le cerf. Ces peintures à visée moralisatrices sont un rare exemple de sujets profanes représentés dans un monastère, et elles constituent un témoignage iconographique unique de la popularité d’Ésope au Moyen âge, en particulier dans les milieux monastiques12.

5La deuxième catégorie d’inscriptions étudiées a été celle des inscriptions dédicatoires conservées dans certaines églises du xie siècle (Direkli kilise à Belisırma, Saint-Michel d’Ihlara, l’église des Quarante Martyrs d’Erdemli, Sainte-Barbe de Soğanlı, Geyikli kilise à Soğanlı). Ces dédicaces, qui fournissent des informations inégales (dédicace de l’église, identité et motivations des commanditaires, date), sont associées à un décor peint plus ou moins étendu, qui comporte d’autres types d’inscriptions (liturgiques, légendes des scènes, etc.). La prise en compte de l’interaction des inscriptions et des images, au sein de l’espace architectural, a permis d’éclairer les conditions de la conception, mais aussi de la perception des peintures, et de mettre en évidence le rôle du commanditaire dans le choix de l’iconographie. Loin d’être seulement l’expression du dogme et de la liturgie, décor peint et inscriptions portent la marque des intérêts personnels du commanditaire.

Le site de Gorgoli et le martyrium de saint Kèrykos

  • 13   C. Jolivet-Lévy, G. Kiourtzian, « Le site de Gorgoli et le martyrium de saint Kèrykos en Cappadoc (...)
  • 14   G. de Jerphanion, Une nouvelle province de l’art byzantin, les églises rupestres de Cappadoce, Pa (...)

6J’ai présenté les résultats de la prospection menée depuis quelques années sur un site rupestre de Cappadoce, Gorgoli13. Seule une église, décorée de peintures, avait été décrite succinctement par Guillaume de Jerphanion14, qui n’avait pas reconnu les portraits des donateurs/défunts, associés aux archanges, représentés au fond d’un profond arcosolium creusé dans le mur sud de la nef, à l’ouest. Les scènes de l’Anastasis et de la Visite des Myrophores au tombeau, aujourd’hui détruites, se trouvaient dans la voûte de la nef, situées à dessein précisément au-dessus de cet arcosolium, et en même temps face à l’entrée dans l’église. L’ensemble du décor a pu ainsi être interprété comme un programme funéraire, conçu en fonction de cet aménagement, ce qui explique la disposition « anormale » des scènes notée par Guillaume de Jerphanion, l’Enfance à gauche (mur nord) et la Passion et Résurrection à droite (mur sud). Le site de Gorgoli, très étendu – il se développe sur quelques 350 mètres de long – comporte aussi un refuge souterrain abritant une source (hagiasma), une série de tombeaux (dont certains, romains, réutilisés à l’époque médiévale), des salles, pressoirs, pigeonniers et une dizaine d’églises sans peintures. Les églises d’époque byzantine sont toutes, sauf une, des nefs uniques, et leur fonction funéraire est presque toujours avérée : il s’agit sans doute de chapelles familiales destinées à des offices funéraires et commémoratifs. Une seule église présentait le type de l’église en croix inscrite à coupole centrale, avec trois absides et un narthex. Enfin, nous avons identifié deux églises du xixe siècle, toutes deux en croix libre.

7À l’extrémité sud-est du site, dans une zone de nécropole, une salle à plafond, très ensablée et amputée de sa partie orientale, conserve, sur sa paroi sud, des inscriptions datables du vie siècle, qui suggèrent d’identifier un martyrium de saint Kèrykos, le jeune martyr de Tarse. Georges Kiourtzian, à qui nous en avons confié l’étude, est venu présenter ces inscriptions ; les deux plus importantes se lisent :

+ Τοῦ Θεοῦ θέλοντος
ἐγένετο ἡ κατ<α>ά-
θεσις τοῦ ἁγίου Κυρίκου
παρὰ τοῦ ἁγιωτάτου
ἐπισκόπου Ἰ<ε>οάνου
μενὴ Ἰουλίου ἐνάτῃ
ἔτους ἰν[δ](ικτιῶνος) ἕ(κ)του ☩
Selon la volonté de Dieu a été faite la déposition (des reliques) de saint Kèrykos, par le très saint évêque Jean, le 9 du mois de juillet, la 6e année de l’indiction,
+ + [+ ?] Κύ(ριε) ὁ Θ[(εὸ)ς ἡμῶν ?]
κὲ ἅγιε Κύρικε
φύλαξον τοὺς καρ-
ποὺς, ὡ Θε(ός) ἐλέ-
ησον τον <ν> ἐ-
ν ἀροστίᾳ καμν-
(ό)τον κὲ τον καρποφορούτ[ων]
Seigneur, notre Dieu (?) et saint Kèrykos, protège les récoltes, Dieu, prends pitié de ceux qu’éprouve la maladie ainsi que de ceux qui font l’offrande.

8Cette dernière inscription fournit une attestation précoce de la vénération de saint Kèrykos comme saint médecin, qui est bien établie – mais à une date ultérieure – par l’iconographie, et par les textes. Les traces de l’activité intense des chercheurs de trésors suggèrent la présence de tombes, encore enfouies dans le sol : les reliques du saint attirèrent les sépultures des fidèles désireux de reposer ad sanctum, fonction funéraire de l’espace que confirme au moins un graffite de la paroi sud (Ἀνεπα(ύ)σατο Χριστόφορος μενὶ Ἀ(πριλίῳ ?). Outre ces inscriptions, est partiellement conservé un décor de croix, sculptées et peintes, dont la typologie s’accorde avec la datation paléochrétienne fournie par l’analyse des inscriptions. Bien que la Passion de saint Kèrykos (et de sa mère Julitte) ait été considérée comme apocryphe (décret dit de Gélase), son culte est devenu très vite universel : les inscriptions paléochrétiennes attestent sa large diffusion en Orient comme en Occident. Les reliques déposées à Gorgoli sont à l’origine de l’essor de son culte en Cappadoce, ce qu’atteste la fréquence des représentations de saint Kèrykos dans les églises de la région à l’époque médio-byzantine, l’emplacement souvent privilégié de ses images exprimant la croyance en l’efficacité de son intercession.

  • 15   Voir la documentation réunie par Serafeim Rizos, donnée au Centre d’études micrasiatiques d’Athèn (...)
  • 16   Elle a donné son nom à la colline : τοῦ Παναγιᾶς τό βουγνί (pour τῆς Παναγιᾶς τό βουνό) : S. Rizo (...)
  • 17   Voir à ce sujet les témoignages réunis dans S. Rizos, Συνασός (en particulier p. 18).

9Le refuge souterrain, qui contient l’hagiasma de saint Luc, décrit par les Grecs de Sinasos15 au début du xxe siècle, a été exploré et relevé. Quelques croix gravées, à l’entrée et à l’intérieur, témoignent de cette christianisation. Plusieurs bassins permettaient de conserver l’eau et la superficie assez étendue de l’ensemble d’accueillir un public nombreux. La présence de plusieurs issues, le réseau dense et complexe de couloirs bas et étroits, attestent la fonction de refuge, peut-être secondaire, de cette installation. Celle-ci suppose l’existence d’un village à proximité. Gorgoli, site dans l’Antiquité d’un sanctuaire païen à vocation thérapeutique associé à une source sacrée, a ainsi été christianisé par la fondation d’un martyrium accueillant les reliques d’un saint au pouvoir réputé guérisseur, saint Kèrykos. La source sacrée païenne a été transformée en hagiasma et le site est devenu, probablement au vie siècle, le but d’un pèlerinage local. Mais Gorgoli, riche en sources permettant une bonne irrigation, avait aussi une vocation agricole, ce dont témoignent l’inscription du vie siècle invoquant la protection des récoltes et les aménagements rupestres conservés. Au sommet de la colline qui domine le site, l’église dédiée à la Panagia, construite au xixsiècle, encore debout à l’époque de Guillaume de Jerphanion, n’est plus qu’un amas de ruines16 ; elle était, jusqu’au départ des Grecs en 1924, le lieu d’importantes festivités religieuses, accueillant chaque année, à l’occasion de la fête de la Naissance de la Vierge (8 septembre), les familles de Sinasos (aujourd’hui Mustafapaşaköy) – en particulier les jeunes mariés – qui s’installaient dans les excavations rupestres aménagées, au xixe siècle, autour du sommet de la colline, les τουράχια17. Le souvenir de saint Kèrykos semble avoir alors disparu.

II. Italie méridionale et Sicile

10Les recherches menées sur la peinture en Italie du Sud et en Sicile s’inscrivent dans le cadre d’un projet franco-italien développé au sein du LabEx « Religions et Sociétés dans le Monde Méditerranéen », auquel participent, outre la directrice d’études, Sulamith Brodbeck (université Paris 1), Marina Falla Castelfranchi et Manuela de Georgi, (Università del Salento). Elles visent à combler une lacune, l’Italie méridionale et la Sicile étant, à l’exception des mosaïques de la Sicile normande, quasi absentes des études sur l’art byzantin. Après avoir précisé l’emploi du terme « byzantin » appliqué aux réalisations artistiques de ces régions, diversement qualifiées dans l’historiographie (« byzantines », « de tradition byzantine », « byzantinisantes », « italo-grecques », « italo-byzantines »), ont été posées les bases d’un projet de Corpus de la peinture « byzantine» en Sicile et en Italie du Sud, visant à répertorier tous les décors peints « byzantins » de la Sicile, de la Calabre, de la Basilicate et de la Pouille, du début de la domination byzantine sous Justinien (vie siècle) jusqu’au début du xive siècle. Marina Falla Castelfranchi est intervenue à deux reprises pour présenter les monuments d’Italie méridionale.

III. Interventions de collègues dans le séminaire

11Waldemar Deluga (université « Cardinal Stefan Wyszynski », Varsovie), « L’art byzantin et post-byzantin en Pologne (xve-xviiie siècle) : histoire de la recherche, collections et monuments » ; Brigitte Pitarakis (CNRS), « Aux origines de l’iconographie des saints guerriers sur les amulettes et les bijoux paléobyzantins » ; Andreas Nicolaïdes (université d’Aix-en-Provence), « Les églises et ermitages de Potamia – Saint Sozomène – Idalion à Chypre » ; Catherine Vanderheyde (université de Strasbourg), « Recherches sur la sculpture byzantine du littoral bulgare (ve-xive s.) ». Ioanna Rapti a présenté un manuscrit liturgique arménien inédit, conservé à la Bibliothèque byzantine.

12En fin d’année, des doctorants et post-doctorants ont fait part de l’avancement de leurs recherches : Élodie Guilhem (« Le programme hagiographique de Saint-Marc de Venise »), Nina Iamanidzé (« Les saints militaires dans l’iconographie géorgienne »), Chryssavgi Koutsikou (« Icônes hagiographiques post-byzantines, xve-xviie siècle : le cas des ateliers crétois »), Anna-Anastasia Papadomanolaki (« Les peintures murales de trois églises crétoises du xive s. Rapports avec l’art occidental »), Ourania Perdiki (« Les saints chypriotes dans l’iconographie byzantine »), Judith Soria (« Le cycle de la Passion dans la peinture murale byzantine du xive siècle »), Rémi Terryn (« Un atelier de peintres itinérants originaires de Castoria »).

Haut de page

Notes

1   Pour cette épigramme et ses exemples en Cappadoce : A. Rhoby, Byzantinische Epigramme auf Fresken und Mosaiken, Vienne 2009 (Byzantinische Epigramme in inschriftlicher Überlieferung, Bd. 1), p. 290-294.

2   N. et M. Thierry, Nouvelles églises rupestres de Cappadoce. Région du Hasan Dağı, Paris 1963, p. 39-72 ; A. Rhoby, Byzantinische Epigramme auf Fresken, p. 290-291, Nr. 201.

3   H. Rott, Kleinasiatische Denkmäler aus Pisidien, Pamphylien, Kappadokien und Lykien, Leipzig 1908 (Studien über christliche Denkmäler), p. 273.

4J. Lafontaine-Dosogne, « La Kale kilisesi de Selime et sa représentation de donateurs », Zetesis. Album Amicorum E. de Strijcker, Anvers/Utrecht 1973, p. 741-753 ; L. Rodley, Cave Monasteries of Byzantine Cappadocia, Cambridge, Mass. 1985, p. 63-85 ; V. Kalas, « The 2004 Survey of the Byzantine Settlement at Selime-Yaprakhisar in the Peristrema Valley, Cappadocia », Dumbarton Oaks Papers 60 (2006), p. 271-293.

5   G. Logvine, Sainte-Sophie de Kiev, Kiev 1971, p. 30, sch. 13.

6   I. Spatharakis, The Portrait in Byzantine Illuminated Manuscripts, Leyde 1976, p. 102-106.

7   Y. Ötüken, Selime’de Derviş Akın Kilisesi ve Mezar Odası, Prof. Dr. S. Kemal Yetkin’e Armağan Kıtabı, Ankara 1984, p. 293-316.

8   M. Lauxtermann, Byzantine Poetry from Pisides to Geometres. Texts and Contexts, Vienne 2003 (Wiener Byzantinischen Studien XXIV/1), p. 244 ; A. Rhoby, Byzantinische Epigramme auf Ikonen und Objekten der Kleinkunst, Vienne 2010 (Byzantinische Epigramme in inschriftlicher Überlieferung, Bd. 2, avec Addenda au Bd. 1, Byzantinische Epigramme auf Fresken und Mosaiken), p. 406-407, Nr. Add22.

9   Sur les épigrammes memento mori : M. Lauxtermann, Byzantine Poetry, p. 243 sqq.

10   M. Gough, « The Monastery of Eski Gümüş. A Preliminary Report », Anatolian Studies XIV (1964), p. 147-161 ; Id., « The Monastery of Eski Gümüş. Second Preliminary Report », Anatolian Studies XV, 1965, p. 157-164 (p. 162-164) ; L. Rodley, Cave Monasteries of Byzantine Cappadocia, Cambridge, Mass. 1985, p. 103-118.

11   M. Lauxtermann, Byzantine Poetry, p. 177, p. 259 ; A. Rhoby, Byzantinische Epigramme auf Ikonen, p. 403-406, Nr. Add19-21.

12   À Byzance, comme en Occident (chapiteaux illustrés, fresques du réfectoire de l’abbaye de Saint-Benoît sur Loire, xie siècle). Pour Byzance, voir M. Lauxtermann, Byzantine Poetry, p. 258-259.

13   C. Jolivet-Lévy, G. Kiourtzian, « Le site de Gorgoli et le martyrium de saint Kèrykos en Cappadoce. Étude préliminaire », à paraître dans Mélanges en l’honneur de Jean-Pierre Caillet.

14   G. de Jerphanion, Une nouvelle province de l’art byzantin, les églises rupestres de Cappadoce, Paris 1925-1942, t. II, 1, p. 121-123. Pour l’architecture, N. Lemaigre Demesnil, « Architecture et liturgie », Dossiers d’Archéologie 283 (2003), p. 23.

15   Voir la documentation réunie par Serafeim Rizos, donnée au Centre d’études micrasiatiques d’Athènes : S. Rizos, Συνασός, Athènes 2007.

16   Elle a donné son nom à la colline : τοῦ Παναγιᾶς τό βουγνί (pour τῆς Παναγιᾶς τό βουνό) : S. Rizos, Συνασός, p. 128.

17   Voir à ce sujet les témoignages réunis dans S. Rizos, Συνασός (en particulier p. 18).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Jolivet-Lévy, « Archéologie religieuse du monde byzantin et arts chrétiens d’Orient »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 120 | 2013, 143-148.

Référence électronique

Catherine Jolivet-Lévy, « Archéologie religieuse du monde byzantin et arts chrétiens d’Orient »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 02 juillet 2013, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/asr/1168 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.1168

Haut de page

Auteur

Catherine Jolivet-Lévy

Directrice d’études, école pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search