Navigation – Plan du site

AccueilNuméros122Polythéismes antiquesInitiation et lecture des textes ...

EPHE
Polythéismes antiques
Religion de l’Égypte ancienne

Initiation et lecture des textes des temples d’époque ptolémaïque et romaine

Conférences de l’année 2013-2014
Conférence de Alain Fortier
p. 143-146

Résumé

Le chargé de conférences a effectué une introduction aux textes gravées principalement sur les parois des temples égyptiens construits durant l’époque gréco-romaine et à la traduction de certains d’entre-eux. La première heure dédiée aux débutants a fait l’objet de la présentation des particularités de cette écriture et de ces textes. La deuxième heure proposée aux auditeurs et étudiants plus avancés fut employée à la lecture des textes gravées sur la porte principale de la salle hypostyle du temple de Montou à Tôd.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le chargé de conférences a effectué une introduction aux textes gravés principalement sur les parois des temples égyptiens construits durant l’époque gréco-romaine et à la traduction de certains d’entre-eux. La première heure dédiée aux débutants a fait l’objet de la présentation des particularités de cette écriture et de ces textes. La deuxième heure proposée aux auditeurs et étudiants plus avancés fut employée à la lecture des textes gravés sur la porte principale de la salle hypostyle du temple de Montou à Tôd.

I. Présentation des bases pour la lecture des textes ptolémaïques
(première heure)

  • 1  A. Fortier, Annuaire EPHE-SR 121 (2012-2013), p. 109-111.

2Comme pour l’année précédente, de nouveaux étudiants et auditeurs se sont présentés à notre conférence. Nous avons donc repris l’organisation appliquée l’an passé : La première heure est vouée à la présentation de l’écriture et des textes dits « ptolémaïques » ainsi qu’à leurs particularités, suivie d’une présentation des principaux ouvrages de référence. L’ensemble fut complété par quelques exercices progressifs de lecture. La deuxième heure est destinée aux auditeurs avancés et permet égalemnt aux néophytes d’apprécier la problématique des textes ptolémaïques et de leur traduction1.

  • 2  S. Cauville, Le temple de Dendara XIII/1, s.l., s.d., p. 3, 6-14 ; http://dendara.net/ (fév. 2015)
  • 3  M. de Rochemonteix, É. Chassinat, Le temple d’Edfou I, Le Caire 1984 (18971), p. 373, 1-13 et 381, (...)
  • 4  S. Sauneron, Le temple d’Esna II, Le Caire 1963, p. 85-86 (n° 34).
  • 5  H. Junker, E. Winter, Das Geburthaus des Tempels der Isis in Philä I, Vienne 1965, p. 178-179.
  • 6  Chr. Thiers, Tôd. Les inscriptions du temple ptolémaïque et romain II. Textes et scènes n° 173-329(...)

3Au fil de ces conférences, différents types de textes ont été présentés et lus : Des hymnes à Hathor2 et à Horus3, une scène d’offrande de l’onguent à Neith et à Héka dans le temple de Khnoum à Esna4, et une offrande de la maât à Amon, Mout et Khonsou gravée au mammisi de Philæ5. Le cycle de conférences s’est terminé par la lecture d’une monographie empruntée au temple de Montou à Tôd6.

II. Lecture et commentaire de textes
(deuxième heure)

  • 7  Pour un bref historique de la publication des textes de Tôd, voir A. Fortier, Annuaire EPHE-SR 121 (...)
  • 8  J.-Cl. Grenier, Tôd. Les inscriptions du temple ptolémaïque et romain I. La salle hypostyle, texte (...)
  • 9  J.-Cl. Grenier, Tôd. Les inscriptions du temple ptolémaïque et romain I, p. 59-72 (n° 35 à 47).

4La deuxième heure a permis de continuer de lire un choix de textes empruntés au temple de Montou à Tôd7. Nous avons terminé la lecture de la colonne engagée dans la façade de la salle hypostyle entamée lors de la précédente année universitaire8. Ensuite, nous nous sommes intéressés aux textes en façade et dans le passage de la porte axiale de la salle hypostyle9.

5Ces textes sont en grande partie inédits, la traduction que nous proposons est le fruit de discussions avec les auditeurs et les étudiants ; elle nécessiterait certainement d’être encore améliorée. Bien des passages demeurent encore obscurs en raison des lacunes et de notre manque de connaissances de la théologie locale, dû à la ruine de ce temple ainsi qu’à la perte d’un grand nombre de ces textes.

6Cet ensemble de textes gravés sur la porte présente, indépendament des lacunes, un tout assez cohérent. Nous y trouvons des monographies décrivant les lieux sacrés de Tôd, les associant à des événements mythologiques qui sont rarement mentionnés par ailleurs, voire pas du tout. Mais également des textes plus classiques relatifs à la consécration des offrandes (Tôd I, n° 36 et 39).

7Nous commençons par deux brèves monographies au bas de la façade des montants (Tôd I, n° 35 et 38). Elles font référence à la connotation solaire de la théologie de ce temple et évoquent une place de combat, qui revient à de nombreuses reprises, dans les autres inscriptions du temple. Une seule est suffisamment conservée pour en donner une traduction (Tôd I, n° 35) :

Quant à cette place, les enfants de Rê y pénètrent pour s’unir au corps de leur père, lors de la bataille. Ils font le massacre de ceux qui les ont trahis.

8Au-dessus des monographies, une scène classique dans les temples d’époque gréco-romaine : une grande représentation du roi, alternativement coiffé de la couronne de Haute et de Basse Égypte, accomplit le geste de consécration des offrandes (Tôd I, n° 36 et 39). Seul le texte du montant sud est conservé (Tôd I, n° 36) :

  • 10  Une des désignations du temple de Montou à Tôd.
  • 11  C’est-à-dire Montou.
  • 12  À Edfou, nom d’une déesse nourricière en rapport avec la fabrication de la bière et parfois du mie (...)

Tant que le fils de Rê est sur son trône et approvisionne le Château-du-taureau10 avec toutes sortes de bonnes choses. Son image de roi consacre ce qui existe et remplit la maison de son père11 avec ses biens précieux : des dizaines de milliers et des milliers produits des nourrices, ainsi que des centaines et des dizaines (de produits) des Tjenemet12, des bœufs, du gibier des marais et (tout) ce qui sort du désert sont pour garnir son autel pour l’éternité.

9L’épaisseur du montant nord présente dans deux longues colonnes une monographie plus développée que celles mentionnées plus haut (Tôd I, n° 35 et 38). Elle présente une description mythique de la ville comme résidence de Montou, qui sous la forme d’un taureau, renverse ses adversaires et fait les offrandes aux défunts (Tôd I, n° 40) :

  • 13  Une autre désignation du temple de Montou à Tôd.
  • 14  Une appelation du serpent Apophis, cf. LGG II, 245 a-c.
  • 15  Euphémisme pour désigner les défunts, cf. LGG IV, 379 b.
  • 16  Désignation d’Horus de Béhédet et d’Harendotès, cf. LGG V, 379 c.
  • 17  Il doit s’agir de la désignation d’une divinité, mais la lecture est incertaine. On peut se demand (...)

Quand à cette ville, son nom est le Château-de-Rê13 depuis (laquelle) Sa Majesté sort en tant que taureau victorieux pour […] et frapper les enfants [de la révolte ( ?)] […] Ouamemty14. Sa place […] vaillant […] et faisant la protection de Rê, grand […] qui donne l’offrande-aout aux ba excellents, du pain-tjes aux vivants augustes, l’offrande invocatoire au ka de Ceux-qui-sont-là15, de grandes libations aux défunts [… en] paix pour sa ville qu’il aime […] dans son cœur, (de sorte que) se dresse Celui-qui-est-sur-son-serekh16 pour (se) mélanger avec ( ?) ses ennemis, il répand la libation à Celui-qui-est-en-lui ( ?)17 sans que son image soit détruite tout au long de l’éternité.

10L’inscription symétrique du montant sud correspond également à une monographie dont le début est perdu. Le terme désignant le temple ou la ville est perdu, il s’agit probablement d’un nom en relation avec Djédem, lieu du massacre des ennemis de Montou à Tôd, où Apophis et ses acolytes sont abattus. (Tôd I, n° 41) :

  • 18  J.-Cl. Grenier, « Djédem dans les textes du temple de Tôd », dans Hommages à la mémoire de Serge S (...)
  • 19  Désignation de divinités protectrices ou guerrières comme Horus, Onouris, Chou ainsi que Montou, c (...)
  • 20  Cette expression se retrouve en Tôd II, n° 173, 6.

[Quant au …] c’est le kiosque où Apophis est abattu par Rê à Djedem18 tous les jours. C’est la place de prélassement de Celui-dont-la-force-est-souveraine19 et vigoureuse contre ses adversaires. Qu’il le place dans sa maison, ses générations étant à sa suite, celui qui fait trembler le pays dans sa totalité. Il détruit […] les déchus, sans cesse. Sa marche l’emporte au début de l’année, sans que ne se produise la privation d’eau20, leurs ba s’installent à l’intérieur de leurs abattoirs. Ils ne sortent pas en changeant de forme en […] celui dont le cœur n’est pas fatigué par ses projets éternellement.

11La face latérale des montants de la porte, à l’intérieur de la salle hypostyle, présente deux autres monographies (Tôd I, n° 46 et 47). Le début est en lacune, mais il s’agit probablement du nom de la ville ou de l’un de ses lieux sacrés. L’inscription du montant sud (Tôd I, n° 46) donne le texte suivant :

  • 21  Une dénomination de Montou, cf. LGG II, 705 c-706 c.
  • 22  Le « Bien aimé », désignation d’Osiris et de nombreuses divinités dont une forme de Montou, cf. LG (...)

[…] [Ba] combattant21 […] le pays du trône oriental, Celui-dont-la-force-est-souveraine atteint […] sa maison. Vois, Merty22 atteint sa ville, son cœur remplit de […] ses victoires, agissant à sa guise contre les ennemis. […] pour son ka, son offrande invocatoire est pour […] pour prendre son cœur, ceux qui l’ont trahi, il a anéanti leurs noms, il a apporté la victoire contre ses ennemis. Son reposoir est [sur] sa place. Son cœur est en joie, l’ennéade réunie à sa suite renouvelle l’apparition avec lui au premier de l’an.

12L’inscription symétrique sur le montant nord est très abimée (Tôd I, n° 47) :

  • 23  « Le grand taureau tueur », nom d’une divinité à tête de taureau en relation avec l’approvisionnem (...)

[…] quand tu te lèves dans l’horizon oriental du ciel, la terre entière est en joie à ta vue, le personnel (du temple) […] ce jour […] voir le beau visage de Montou. […] C’est un taureau puissant, seigneur des émissaires, Sémaour23 qui emporte après son attaque ( ?) […] qui rafraîchit le cœur de ceux qui sont en lui.

13La porte est l’un des éléments architectoniques majeurs du temple. C’est un lieu de passage et d’affichage ; la porte axiale de la salle hypostyle du temple de Montou constitue un ensemble particulièrement intéressant pour les monographies – même fragmentaires – qui décrivent le temple, les lieux sacrées qui sont en relation avec lui, la place de combat (Djédem) où Montou abbat les ennemis de Rê.

Haut de page

Notes

1  A. Fortier, Annuaire EPHE-SR 121 (2012-2013), p. 109-111.

2  S. Cauville, Le temple de Dendara XIII/1, s.l., s.d., p. 3, 6-14 ; http://dendara.net/ (fév. 2015).

3  M. de Rochemonteix, É. Chassinat, Le temple d’Edfou I, Le Caire 1984 (18971), p. 373, 1-13 et 381, 8-17.

4  S. Sauneron, Le temple d’Esna II, Le Caire 1963, p. 85-86 (n° 34).

5  H. Junker, E. Winter, Das Geburthaus des Tempels der Isis in Philä I, Vienne 1965, p. 178-179.

6  Chr. Thiers, Tôd. Les inscriptions du temple ptolémaïque et romain II. Textes et scènes n° 173-329, Le Caire 2003 (FIFAO XVIII/2), p. 7 (n° 174).

7  Pour un bref historique de la publication des textes de Tôd, voir A. Fortier, Annuaire EPHE-SR 121 (2012‑2013), p. 110.

8  J.-Cl. Grenier, Tôd. Les inscriptions du temple ptolémaïque et romain I. La salle hypostyle, textes n° 1-172, Le Caire 1980 (FIFAO XVIII/1), p. 239-341 (n° 153).

9  J.-Cl. Grenier, Tôd. Les inscriptions du temple ptolémaïque et romain I, p. 59-72 (n° 35 à 47).

10  Une des désignations du temple de Montou à Tôd.

11  C’est-à-dire Montou.

12  À Edfou, nom d’une déesse nourricière en rapport avec la fabrication de la bière et parfois du miel (Edfou I, 443, 15). Elle est également mentionnée en Tôd II, n° 262, 5, où le roi est dit être son fils. Voir également Chr. Leitz (éd.), Das Lexikon der ägyptischen Götter und Götterbezeichnungen VII, Louvain 2002 (OLA 116), p. 474 b-c ; abrégé par la suite en LGG.

13  Une autre désignation du temple de Montou à Tôd.

14  Une appelation du serpent Apophis, cf. LGG II, 245 a-c.

15  Euphémisme pour désigner les défunts, cf. LGG IV, 379 b.

16  Désignation d’Horus de Béhédet et d’Harendotès, cf. LGG V, 379 c.

17  Il doit s’agir de la désignation d’une divinité, mais la lecture est incertaine. On peut se demander si ce nom est complet .

18  J.-Cl. Grenier, « Djédem dans les textes du temple de Tôd », dans Hommages à la mémoire de Serge Sauneron 1927-1976 I. Égypte pharaonique, Le Caire 1979 (BiEtud 81), p. 381-389.

19  Désignation de divinités protectrices ou guerrières comme Horus, Onouris, Chou ainsi que Montou, cf. LGG VII, 441 c-442 b.

20  Cette expression se retrouve en Tôd II, n° 173, 6.

21  Une dénomination de Montou, cf. LGG II, 705 c-706 c.

22  Le « Bien aimé », désignation d’Osiris et de nombreuses divinités dont une forme de Montou, cf. LGG III, 352 c-354 b.

23  « Le grand taureau tueur », nom d’une divinité à tête de taureau en relation avec l’approvisionnement des tables d’offrandes ; elle est souvent associée à Bouchis, le taureau sacré de Montou, cf. LGG VI, 328 c-329 b et J.-L. Simonet, Le collège des dieux maîtres d’autel, Montpellier 1994 (OrMonsp VII), p. 183-190.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Fortier, « Initiation et lecture des textes des temples d’époque ptolémaïque et romaine », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 122 | 2015, 143-146.

Référence électronique

Alain Fortier, « Initiation et lecture des textes des temples d’époque ptolémaïque et romaine », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 122 | 2015, mis en ligne le 10 septembre 2015, consulté le 23 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/asr/1349 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.1349

Haut de page

Auteur

M. Alain Fortier

Chargé de conférences, École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search