Navigation – Plan du site
EPHE
Judaïsme
Histoire du judaïsme moderne

Le sionisme, Israël et la Palestine

Origines et histoire du conflit israélo-palestinien, première partie : du milieu du xixe siècle à 1948
Conférence de Stéphanie Laithier
p. 139-140

Résumé

Programme de l’année 2006-2007 : Origines et histoire du conflit israélo-palestinien, première partie : du milieu du xixe  siècle à 1948

Haut de page

Texte intégral

1Ce cours, qui sera dispensé sur une durée de deux années, se propose de revenir sur les origines et sur l’histoire du conflit israélo-palestinien, de la deuxième moitié du xixe siècle à nos jours. Il a bénéficié, au cours de l’année universitaire 2006-2007, du concours précieux de M. Vincent Vilmain, agrégé d’histoire et allocataire-moniteur à l’EPHE, qui a pris en charge le déroulement d’un certain nombre de séances. Notre ambition est ici de redonner à un conflit toujours d’actualité toute sa dimension historique et de le replacer dans un contexte à la fois géographique, politique, diplomatique et culturel. C’est d’ailleurs cet objectif qui a présidé à la définition de bornes chronologiques relativement éloignées l’une de l’autre et à l’étalement du cours sur deux années. S’appuyant sur de nombreux travaux de recherches, mais aussi sur des sources diverses – textes littéraires, institutionnels, politiques ou diplomatiques, cartes et plans, archives de presse, documents iconographiques, œuvres cinématographiques –, les séminaires hebdomadaires tentent ainsi de mettre en lumière les ressorts d’un conflit dont les racines sont bien antérieures à la création de l’État d’Israël en 1948.

2Si la présence juive et arabe au Proche-Orient est évidemment très ancienne, il nous a paru essentiel pour saisir pleinement l’histoire contemporaine de ces deux peuples de se pencher dans un premier temps sur leur entrée dans la modernité à partir de la deuxième moitié du xixe siècle et sur la gestation, dans le contexte à la fois ottoman et européen, de leurs nationalismes respectifs. Le sionisme, le panarabisme puis le nationalisme arabe palestinien, appréhendés ici dans toute leur diversité, sont, comme les réformes ottomanes, le démantèlement de l’empire, les convoitises européennes ou les deux guerres mondiales, autant d’éléments qui ont pesé sur le développement ultérieur de ce conflit aussi complexe que durable. Il s’agit de revenir à la fois sur des événements et des processus d’appropriation territoriale décisifs, mais aussi et surtout sur l’élaboration de courants de pensée politiques, de récits historiques souvent subjectifs et, de part et d’autre, d’un certain nombre de constructions mythologiques qui nourrissent aujourd’hui encore une grande partie des revendications des protagonistes du conflit et des discours de ceux qui les soutiennent.

3Les affrontements entre populations juives et arabes palestiniennes de l’époque ottomane puis de la période mandataire, les guerres qui, depuis 1948, ont opposé Israël aux pays arabes qui l’entourent, les deux grands soulèvements palestiniens de ces vingt dernières années comme les accords de paix ont fait et continueront de faire, en 2007-2008, l’objet d’une analyse approfondie. Outre leurs conséquences immédiates et à plus long terme, outre les redéfinitions territoriales, les recompositions idéologiques et politiques générées au sein des populations israélienne et palestinienne, ces faits, qui s’inscrivent dans un cadre à la fois local, régional et mondial, sont également le reflet d’évolutions sociales, culturelles et économiques sur lesquelles il paraît nécessaire de s’arrêter longuement. L’histoire de la région et des deux sociétés en présence est certes marquée par des permanences, mais elle a connu aussi des transformations profondes depuis un siècle et demi qui peuvent s’avérer déterminantes pour l’avenir du conflit. Une approche scientifique et dépassionnée des origines et de l’histoire de ce dernier n’en paraît que plus utile à sa bonne compréhension.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Laithier, « Le sionisme, Israël et la Palestine », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 115 | 2008, 139-140.

Référence électronique

Stéphanie Laithier, « Le sionisme, Israël et la Palestine », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 115 | 2008, mis en ligne le 21 octobre 2008, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/asr/221 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.221

Haut de page

Auteur

Mme Stéphanie Laithier

PRAG, École pratique des hautes études — Section des sciences religieuses

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals