Navigation – Plan du site
EPHE
Judaïsme
Histoire du judaïsme moderne

Études sur le marranisme ibéro-américain

Inquisition et judaïsants en Europe et dans l’Amérique espagnole
Conférence de Ricardo Escobar Quevedo
p. 141-142

Résumé

Programme de l’année 2006-2007 : Inquisition et judaïsants en Europe et dans l’Amérique espagnole

Haut de page

Texte intégral

1Le cycle de conférences entrepris l’année 2006-2007 se proposait de présenter une typologie multidimensionnelle du marranisme ibéro-américain (dans la mesure où elle prend en compte, outre la racine religieuse de ce phénomène, ses dimensions culturelles, économiques et sociales), ainsi que l’évolution de l’Inquisition ibéro-américaine. Le cadre spatio-temporel que nous avons retenu couvre les territoires placés sous la juridiction des trois tribunaux du Saint-Office établis en Amérique espagnole (Lima, Mexico et Carthagène des Indes), pendant les xvie et xviie siècles.

2Plusieurs séances ont d’abord été consacrées aux origines du phénomène marrane ainsi qu’aux différences entre le versant espagnol et le portugais. Car le crypto-judaïsme est attesté dans la péninsule ibérique, comme un phénomène de masse, non seulement depuis l’expulsion générale des juifs d’Espagne en 1492, mais dès la fin du siècle précédent ; au Portugal, le point de départ se situe en 1497.

3Les Juifs connaissent en Espagne au Moyen Âge un sort relativement heureux, si l’on excepte deux durs intermèdes. Mais ce sont les xive et xve siècles que nous avons observés plus attentivement, car ils vont rester dans les annales de la persécution antijuive, avec leurs violences collectives, génératrices de conversions en masse, dont le signal fut donné par le « pogrom » de Séville en 1391, bientôt suivi par d’autres émeutes dans tout le pays. Nous avons analysé en particulier cette conjoncture et les trois facteurs qui vont stimuler la fièvre antijuive : une situation économique chaotique, un vide de pouvoir, et enfin les prédications enflammées de l’archidiacre Ferran Martinez.

4Les tournées de prédication de Vincent Férrer (1412-1414) vont produire par la suite de nouvelles vagues de conversion. L’étude d’une lettre écrite par Joshua Halorki, rabbin d’Alcañiz, à son maître Salomon Halevi (rabbin de Burgos qui, baptisé le 21 juillet 1390, prit le nom de Pablo de Santamaria et deviendra évêque de Séville), nous a permis de travailler sur les motivations de sa rupture avec le judaïsme. Quelques années plus tard, sous l’influence des prédications de Ferrer, Halorki va se faire baptiser à son tour et prendre le nom de Jeronimo de Santa Fe. Par la suite, il devient un des plus durs ennemis de ses anciens coreligionnaires, et écrit quelques ouvrages polémiques antijuifs, dont Contra perfidiam judaeorum ou Contra Judeus.

5Les conversions ne parvinrent pas à apaiser l’aversion populaire envers les nouveaux chrétiens. Au contraire, elles exacerbèrent la question religieuse en Espagne. Auparavant entité homogène et identifiable, les Juifs étaient désormais des chrétiens disséminés dans tout le pays et intégrés dans toutes les strates de la société espagnole. Deux grandes décisions sont prises à la fin du xve siècle pour résoudre le problème des nouveaux chrétiens, celui des conversions insincères : la fondation d’une Inquisition en Castille, en 1478, puis, en 1492, l’expulsion générale des Juifs d’Espagne.

6Après ces quelques séances consacrées à l’histoire du judaïsme ibérique, nous sommes passés à l’étude de l’institution inquisitoriale : sa progressive expansion géographique, ses instances bureautiques, et enfin son cadre juridique. En ce qui concerne la lutte contre « l’hérésie judaïsante », nous avons étudié en détail un document capital de la procédure inquisitoriale : l’édit de foi. Celui-ci était un inventaire minutieux des pratiques et affirmations hérétiques, accompagné d’un appel public à la délation qui était proclamé devant les populations en diverses occasions.

7Par la suite, nous avons abordé le cas du marranisme américain, en travaillant toujours directement sur des manuscrits produits par le Saint-Office. Les deux procès instruits par le tribunal de Mexico contre Luis de Carvajal (1589 et 1596) nous ont permis d’observer le processus d’implantation des premiers groupes marranes arrivés au Nouveau Monde ; la copie d’une autobiographie écrite de sa propre main montre la ferveur de ce jeune homme qui, au risque de sa vie, se circoncit avec une paire de ciseaux et prit le nom de Joseph Lumbroso.

8La participation des nouveaux chrétiens à la traite négrière va générer des métissages et promouvoir des conversions au judaïsme en Afrique et dans l’aire caraïbe. L’inquiétude des inquisiteurs de Carthagène des Indes face à de nombreux esclaves qui embrassaient avec « témérité » la foi de leurs maîtres, semble montrer que le prosélytisme des négriers était loin d’être un phénomène isolé.

9Ainsi, nous avons pu constater que les enfants nés des relations entre un juif et une esclave étaient susceptibles d’être convertis au judaïsme, car, comme ne cessait de le répéter la « dogmatiste » Blanca Enríquez, « tienen sangre nuestra ». Pour illustrer cette problématique, le dernier cours a été consacré à l’étude des procès instruits à l’encontre d’une lignée issue du métissage, celle d’Isabel, esclave guinéenne, et d’un nouveau-chrétien, lignée qui va devenir une des plus connues en Amérique : la fille, Esperanza Rodríguez, va adopter dès sa plus tendre enfance la religion juive, tout comme les petites-filles, Juana, née à Carthagène des Indes, et María, née à Acapulco, toutes les trois condamnées par le Saint-Office.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ricardo Escobar Quevedo, « Études sur le marranisme ibéro-américain », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 115 | 2008, 141-142.

Référence électronique

Ricardo Escobar Quevedo, « Études sur le marranisme ibéro-américain », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 115 | 2008, mis en ligne le 21 octobre 2008, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/asr/227

Haut de page

Auteur

M. Ricardo Escobar Quevedo

Chargé de conférences, École pratique des hautes études — Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

  • Une famille crypto-juive dans la conquête du Nouveau Monde
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 119 | 2012
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals