Navigation – Plan du site

AccueilNuméros126Résumés des conférencesLe Coran et son exégèse chez les ...

EPHE
Résumés des conférences
Exégèse et théologie de l’islam shi‘ite

Le Coran et son exégèse chez les Ismaéliens, les Druzes et les Nuṣayrites/ʻAlaouites

Conférence de Meir Bar-Asher
p. 362-363

Texte intégral

1Cette série de quatre cours fait suite à la précédente intitulée « L’exégèse coranique shi‘ite non-imamite » délivrée ici-même en 2012. Les cours ont commencé par deux séances d’introduction portant sur des aspects majeurs : les débuts de l’exégèse ismaélienne du Coran ; une description et analyse des écrits ismaéliens doctrinaux comportant des éléments exégétiques. L’accent a été mis sur les traits communs entre cette exégèse et celles d’autres courants du shi‘isme tout en insistant sur les particularités de chaque courant. Les méthodes et techniques de l’exégèse ont été examinées en détail : la typologie, l’allégorie, l’emploi d’écriture secrète et de calculs numériques des lettres de l’alphabet. La question de l’autorité dans l’interprétation avec le rôle des Imams comme recours ultimes a été soigneusement analysée. On a débattu du rôle de l’Imam comme « le Coran parlant » ainsi que le rôle marginal réservé à la communauté dans cette exégèse.

2Les deux séances suivantes ont été consacrées à l’exégèse du Coran chez les groupes dits hétérodoxes rattachés ou inspirés par l’ismaélisme de manière directe (les druzes) ou indirecte (le nuṣayrisme).

3L’exégèse ismaélienne se caractérise par une approche sélective, spécifique et sectaire (on ne donne à ce terme aucun sens péjoratif). Vu que de nombreuses parties du Coran peuvent être comprises littéralement, les exégètes ismaéliens n’ont pas senti le besoin d’interpréter le texte dans son ensemble. Ils ont préféré se concentrer sur les passages qu’ils pouvaient utiliser afin de conforter les doctrines ismaéliennes. Par exemple, les récits des prophètes dans le Coran servent souvent à démontrer la doctrine ismaélienne de la prophétie cyclique et de l’imamat. Les versets coraniques et autres passages traitant des conflits entre les justes et les pécheurs ou les croyants et les infidèles sont aussi d’une grande valeur à leurs yeux. Les exégètes ismaéliens interprètent versets et passages de manière allégorique et typologique pour exprimer cette lutte dualiste entre les shi‘ites et leurs ennemis. Cette lutte primitive se manifeste dans chaque période de l’histoire sous une nouvelle forme.

4Cette approche n’est pas l’apanage de l’ismaélisme. Par exemple, le commentateur shi‘ite imamite Furāt b. Ibrāhīm al-Kūfī (début du ive/xe siècle) a écrit un commentaire du Coran illustrant bien ce genre d’exégèse sectaire. Toutefois, dans le shi‘isme imamite ce genre se pratique dans sa majorité pendant la période pré-bouyide. En général, l’exégèse imamite (en particulier à partir du ive/xe siècle) traite du texte coranique dans son ensemble et non de ces quelques passages comportant selon l’exégèse des allusions shi‘ites. A contrario, l’ismaélisme se caractérise par une exégèse sectaire à spectre étroit. En ayant à l’esprit ce principe, on est plus à même de comprendre la nature du corpus existant de l’exégèse ismaélienne aussi bien dans sa structure que dans son contenu. Aussi, est-il naturel que cette approche sectaire produise une exégèse aux sujets spécifiques chers à l’ismaélisme plutôt qu’un commentaire exhaustif où ces mêmes sujets seraient masqués par d’autres moins significatifs. Durant notre séminaire nous avons prêté aussi attention au choix exégétiques des commentateurs ismaéliens. Hormis la prophétologie et l’imamologie, cette exégèse propose des interprétations allégoriques des devoirs religieux mais aussi des idées particulièrement ismaéliennes comme le messianisme et l’eschatologie ainsi que l’attitude vis-à-vis des ennemis du shi‘isme. Les thèmes remarquablement absents sont significatifs tels les explications lexicales et grammaticales, les différentes lectures du Coran (qirā’āt) si typiques de l’exégèse sunnite et celle du shi‘isme duodécimain. Étant donné que ces thèmes sont apparentés au tafsīr – c’est-à-dire l’interprétation exotérique du Coran, l’exégèse ismaélienne ne les a que très peu considérés. Cela ne signifie pas pour autant que l’interprétation exotérique est perçue comme inutile et superfétatoire mais elle ne jouit pas du même prestige que l’interprétation ésotérique.

5La lecture attentive de deux éminents propagandistes (dā‘īs) ismaéliens illustrent tous ces traits de l’exégèse ismaélienne.

6(1) Ta’wīl sūrat al-nisā’ (Un commentaire de la sourate 4 – « les femmes ») par Jaʻfar b. Manṣūr al-Yaman (mort à la fin du ive/xe siècle), l’un des plus importants porte-parole de la daʻwa fatimide. Il continue l’œuvre de son père Abū al-Qāsim al-Ḥasan b. al-Faraj Ibn Ḥawshab al-Kūfī, fondateur de l’ismaélisme au Yémen. Jaʻfar quitte le Yémen pour l’Afrique du Nord après l’accession au pouvoir du calife-imam al-Qāʼim (mort en 332/934). Il fut actif dans les cours de trois califes-imams mais fut au sommet de sa puissance dans la hiérarchie ismaélienne à l’époque d’al-Muʻizz (mort en 365/975). Son ouvrage Ta’wīl sūrat al-nisā’ se trouve dans un manuscrit de 209 pages de l’institut des Études ismaéliennes à Londres (ms. 1103 [AR 1, ZA]). L’auteur se sert des versets coraniques comme point de départ à son exposé des doctrines ismaéliennes : imamologie, prophétologie et la manière de propager l’ismaélisme dans les cycles anciens de l’Histoire avant sa réelle émergence au iiie/ixe siècle. Nous avons lu des passages mettant en exergue la centralité de la doctrine de l’imamat ainsi que ces modes d’interprétation.

7(2) Asās al-taʼwīl (fondements de l’exégèse ésotérique) par Abū Ḥanīfa b. Muḥammad b. Manṣūr b. Aḥmad b. Ḥayyūn al-Tamīmī, mieux connu sous le titre d’al-Qāḍī al-Nuʻmān (mort en 363/974), grand juge à la cour de trois califes-imams – al-Qāʼim, al-Manṣūr et al-Muʻizz. Il fut un auteur prolifique qui a beaucoup contribué au développement et à l’affermissement de la doctrine ismaélienne fatimide et du système légal de l’ismaélisme. Son Asās al-taʼwīl constitue son exposé exégétique le plus remarquable. Nous avons lu des passages de l’introduction de cet ouvrage qui traite inter alia de la question de la distinction essentielle entre les interprétations ésotérique (in) et exotérique (āhir) posant par là-même les bases de la littérature ismaélienne en général et de l’exégèse ismaélienne du Coran en particulier. Confiée aux imams et à leurs propagandistes (dā‘īs), cette exégèse a pour objectif la révélation des significations apparente et cachée du Coran.

8Puis, l’auteur poursuit avec son thème central : l’interprétation des histoires coraniques des prophètes pour fonder l’imamologie et la prophétologie ismaélienne. Bien que l’auteur n’annonce en rien la structure de son traité, il est aisé de la reconnaître car elle est en complète adéquation avec le cycle cosmique dans l’ismaélisme.

  • 1 Voir Les Épîtres sacrées des druzes (Rasāʼil al-ikma), introduction, édition critique et traductio (...)
  • 2 Abū ‘Abd Allāh al-Ḥusayn b. Ḥamdān al-Khaṣībī, al-Risāla al-Rāstbāshiyya, éd. Rawa Jamal ʻAli, dans (...)

9Pendant les deux dernières sessions, nous avons lu quelques sections dʼal-Risāla al-Rāstbāshiyya et quelques extraits de lʼépître intitulée al-Ghāya wa-l-naīa (La limite suprême et le bon conseil) des Rasāʼil al-ikma (les épîtres de la sagesse) constituant le Canon druze1. Parmi les écrits sacrés de la religion nuṣayrite al-Risāla al-Rāstbāshiyya d’Abū ‘Abd Allāh al-Ḥusayn b. Ḥamdān al-Khaṣībī (mort en 345/957 ou en 358/969) constitue un ouvrage fondamental, d’autant plus que son auteur est considéré comme la figure la plus influente dans la formation de la religion nuṣayrite2. L’épître druze, écrite en 410/1019, est adressé, par Ḥamza b. ʻAlī, le propagandiste-fondateur de la religion druze, aux fidèles qui ont apostasié suite aux événements tragiques des années 408-409/1017-1018. Il leur explique le sens caché de ses troubles. L’épître est un excellent exemple de l’interprétation ésotérique du Coran.

10La façon dont ces deux groupes interprètent le Coran s’illustre parfaitement dans les passages sur la métempsychose dans l’épître d’al-Khaṣībī qui s’efforce de déduire cette doctrine du Coran ainsi que dans le texte du Canon druze. Le Coran tient une place majeure dans leurs écrits : on peut difficilement trouver une seule page dans ces textes sacrés sans une citation coranique.

11Ces passages reçoivent souvent des interprétations ésotériques fascinantes en accord avec les concepts doctrinaux de ces religions singulières. Toutefois, cela ne signifie pas que ces groupes aient une vénération particulière pour le Coran. Celui-ci ne jouit pas chez eux du statut de l’Écriture la plus sainte et il ne joue pas un rôle majeur dans les rituels des croyants. C’est la raison pour laquelle le Coran est quelque peu marginalisé dans ces religions où on ne trouve pas un grand nombre de commentaires systématiques.

Haut de page

Notes

1 Voir Les Épîtres sacrées des druzes (Rasāʼil al-ikma), introduction, édition critique et traduction annotée des traités attribués à Ḥamza b. ʻAlī b. Ismāʼīl al-Tamīmī, par D. De Smet, Louvain, Paris 2007, p. 206-223 (le texte français), p. 521-535 (le texte arabe).

2 Abū ‘Abd Allāh al-Ḥusayn b. Ḥamdān al-Khaṣībī, al-Risāla al-Rāstbāshiyya, éd. Rawa Jamal ʻAli, dans la série Silsilat al-ʻaqīda al-nuayriyya (s. l.) 2014, p. 334-339.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Meir Bar-Asher, « Le Coran et son exégèse chez les Ismaéliens, les Druzes et les Nuṣayrites/ʻAlaouites », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 126 | 2019, 362-363.

Référence électronique

Meir Bar-Asher, « Le Coran et son exégèse chez les Ismaéliens, les Druzes et les Nuṣayrites/ʻAlaouites », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 126 | 2019, mis en ligne le 23 septembre 2019, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/asr/2914 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.2914

Haut de page

Auteur

M. Meir Bar-Asher

Directeur d’études invité, École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses, Université Hébraïque de Jérusalem

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search