Navigation – Plan du site

AccueilNuméros127Résumés des conférencesChristianisme byzantin viie-xve s...

Résumés des conférences

Christianisme byzantin viie-xve siècles

Vincent Déroche
p. 253-254

Résumé

Les conférences de cette année ont porté sur l’œuvre d’Anastase le Sinaïte et son contexte, puis sur les Miracles de Démétrius.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les conférences de cette année ont porté sur l’œuvre d’Anastase le Sinaïte et son contexte, puis sur les Miracles de Démétrius.

21. Les études sur Anastase le Sinaïte, mort sans doute peu après 700 ap. J.‑C., se sont multipliées depuis l’article séminal de B. Flusin, « Démons et Sarrasins : l’auteur et le propos des Diègèmata stèriktika d’Anastase le Sinaïte », Travaux et Mémoires 11 (1991), p. 381‑409. En attendant la publication de la thèse de D. Zaganas sur l’exégèse d’Anastase dans son Hexaéméron, la recherche n’a pas fini d’explorer les nombreux rapprochements et hypothèses, parfois aventureux, proposés par K. H. Uthemann, Anastasios Sinaites: Byzantinisches Christentum in den ersten Jahrzehnten unter arabischer Herrschaft, Berlin 2015 (coll. Arbeiten zur Kirchengeschichte, 125/I‑II). Le travail du semestre n’a pas permis de progresser sur l’objectif initial, la reconstitution d’une Disputation contre les Juifs d’Anastase pourtant bien attestée par l’Hexaéméron, mais apparemment sans tradition indirecte dans le reste de l’œuvre ; en revanche, il a confirmé l’authenticité de l’Hexaéméron et d’une des collections des Récits édifiants, que K. H. Uthemann mettait en doute ; il a également permis de mieux situer par rapport à Anastase des textes de l’époque comme la version grecque de l’Apocalypse du Pseudo‑Méthode, le mystérieux De rebus gestis in Perside et les Quaestiones ad Antiochum ducem, elles-mêmes impliquées dans une relation complexe avec les Erotapokriseis d’Anastase. L’enquête se poursuit.

32. Voici quarante ans que Paul Lemerle a donné une édition magistrale des Miracles de Démétrius (Les plus anciens recueils des Miracles de Saint Démétrius. I. Le texte. II. Commentaire, éditions du CNRS, Paris 1979 et 1981), source extraordinaire sur les Balkans du viie siècle. Comme il l’avait prescrit pour la publication des Archives de l’Athos, Lemerle n’y donne pas une traduction intégrale du texte grec, mais une analyse en français très claire et détaillée ; le compte rendu de P. Maraval dans la Revue d’histoire et de philosophie religieuses juge qu’on « ne regrettera pas trop ce procédé, qui ne prive le lecteur ignorant du grec que des “fastidieuses longueurs” de celui‑ci ». Avec le recul, on voit mieux que, si cette solution représentait un progrès gigantesque par rapport à l’édition de la Patrologie grecque, elle laisse à désirer : même un bon helléniste peut hésiter à juste titre sur bien des points du premier recueil dû à l’archevêque Jean, souvent complexe, et dans le deuxième recueil, dû à un auteur anonyme d’une culture médiocre, plusieurs passages défient franchement la syntaxe et les lacunes du manuscrit unique méritent discussion ; l’exercice de la traduction reste ici indispensable pour se confronter aux ambiguïtés du texte (et celui‑ci a découragé les bonnes volontés : je ne connais pas d’autre traduction intégrale que celle d’A. Sidéri dans le recueil édité par Ch. Bakirtzis, Hagiou Dimitriou Thaumata, Athènes 1997). Plus généralement, le propos de Lemerle était de tirer le plus d’informations sur l’histoire sociale, ethnique et politique de la période, en considérant le caractère évidemment religieux du texte comme une sorte d’écran qu’il fallait traverser pour accéder à la réalité historique : l’analyse de Lemerle « déconstruit » la visée religieuse qui était pourtant le propos essentiel de ces textes. Il reste donc à donner, outre la traduction, une analyse de la construction hagiographique de ces recueils ; paradoxalement, ces recueils sans cesse cités n’ont jamais été étudiés pour eux‑mêmes, mais exploités pour une vue plus générale de la période et du culte des saints, même dans l’article très suggestif de Peter Brown. La traduction du premier recueil est quasi achevée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Déroche, « Christianisme byzantin viie-xve siècles »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 127 | 2020, 253-254.

Référence électronique

Vincent Déroche, « Christianisme byzantin viie-xve siècles »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 127 | 2020, mis en ligne le 31 juillet 2020, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/asr/3362 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.3362

Haut de page

Auteur

Vincent Déroche

Directeur d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search