Navigation – Plan du site

AccueilNuméros127Résumés des conférencesHistoire du taoïsme et des religi...

Résumés des conférences

Histoire du taoïsme et des religions chinoises

Vincent Goossaert
p. 325-328

Résumé

La conférence a été consacrée à l’étude des rapports entre morale et rituel dans le taoïsme prémoderne (xe au xive siècle). Le travail a pris comme fil directeur le genre des « codes célestes » (tianlü 天律, ou « codes des esprits », guilü 鬼律) dans leur rapport aux livres de morale (shanshu 善書).

Haut de page

Texte intégral

1La conférence a été consacrée à l’étude des rapports entre morale et rituel dans le taoïsme prémoderne (xe au xive siècle). Le travail a pris comme fil directeur le genre des « codes célestes » (tianlü 天律, ou « codes des esprits », guilü 鬼律) dans leur rapport aux livres de morale (shanshu 善書). Les deux types de textes sont en général étudiés séparément ; nous avons voulu montrer leur continuité et la généalogie qui les relie conceptuellement et parfois textuellement. Nous avons ainsi proposé un schéma de développement historique menant à la dissémination parmi l’ensemble des populations (via les livres de morale) d’un éthos qui était à l’origine spécifiquement destiné aux prêtres exorcistes ainsi qu’aux fonctionnaires et corrélé à des techniques de perfectionnement de soi, menant à la transformation de cet éthos en des normes morales universelles. Nous avons analysé ce processus comme la fondation rituelle des livres de morale de la fin de l’empire, c’est‑à‑dire leurs origines dans les pratiques rituelles (telles que les jugements exorcistes et l’auto-divinisation) et les textes liturgiques des prêtres prémodernes.

2Les codes célestes, suivant le format du code pénal impérial, énumèrent les crimes commis par les vivants ou par les esprits et les punitions qu’ils entraînent de la part de la bureaucratie céleste. La notion de « code des esprits » est liée au contrôle des morts et de leur rapport avec les vivants. Un exemple ancien et particulièrement important est le Nüqing guilü 女青鬼律, l’un des textes essentiels de l’ancienne Église du Maître Céleste, Tianshidao 天師道 mais qui ne nous est parvenu que de façon incomplète. Ce texte comprend une section détaillant des règles de conduite pour les adeptes, « Daolü jinji » 道律禁忌 (« Interdits selon le Code du Dao »). S’ils ignorent ces règles, les adeptes verront des années de vie (comptées en suan 筭) retranchées de leur destin. La même idée fut encore développée dans un autre code du Tianshidao, le Xuandu lüwen 玄都律文 (« Code de la Capitale Mystique »). Le Ciel 天 y récompense et punit les vivants en fonction de leur comportement. Les récompenses incluent des promotions parmi les transcendents : « Si vous avez accumulé mille actes vertueux, vous serez promus après la mort parmi les dieux, les immortels ou les transcendents » 人有千善,後世出神仙真人. Cette notion est au fondement tant des codes rituels que des livres de morale des époques ultérieures.

3Au contraire des codes médiévaux rares et incomplets, ceux de l’époque prémoderne sont bien transmis et nombreux : ce genre connaît alors une nouvelle étape de son développement. Tout en étant en continuité avec leurs prédécesseurs, ils apportent de nombreuses innovations, tant en termes de format que de contenus. Ils sont beaucoup plus proches des codes pénaux impériaux et s’intéressent beaucoup plus aux procédures de nomination et de promotion/rétrogradation dans la bureaucratie céleste.

4Tous les codes célestes prémodernes – nous avons construit un corpus d’une dizaine de textes – font partie de la codification des nouvelles traditions rituelles exorcistes appelées fa 法 ou daofa 道法. La plupart se trouvent dans le Daofa huiyuan 道法會元, le grand compendium des daofa compilé au début des Ming pour inclusion dans le canon taoïste. Chacun est lié à une tradition liturgique et à un lignage daofa spécifique, dont il constituait, avec les règles administratives (yuge 玉格, qui détaillent les procédures) et l’hagiographie des dieux et patriarches, le fondement scripturaire.

5Les tianlü constituent le code pénal permettant de punir aussi bien les démons et les esprits que les prêtres et les dieux ; ils sont nécessaires aux rituels des daofa parce que c’est au nom de ces codes que les prêtres (fashi 法師, « maître du rituel », mais aussi « maître de la loi (divine) ») interviennent parmi les esprits, disciplinant et condamnant ceux qui ne restent pas à leur place. De fait, les rituels exorcistes ont une dimension judiciaire très marquée et sont mis en scène de façon spectaculaire : les esprits causant les maladies ou les possessions sont convoqués (généralement dans le corps d’un médium), interrogés et jugés. Ceci permet d’évacuer l’arbitraire de la confrontation entre le taoïste et les esprits. Les codes, d’ailleurs, consacrent toujours une partie importante de leurs lois aux fashi et encadrent leur action de façon précise ; des punitions drastiques sont prévues pour ceux qui agiraient à leur guise ou se permettraient d’infliger des peines différentes de celles requises par le code.

6La plupart ne sont pas datés et il est donc impossible d’établir une chronologie précise de leur compilation, à l’exception de celui qui est certainement le plus ancien et le plus étudié. Ce code céleste, à la lecture duquel nous avons consacré plusieurs séances, notamment ses articles fascinants sur la préparation rituelle de la mort (et donc de l’apothéose divine) du prêtre, est le Shangqing gusui lingwen guilü 上清骨髓靈文鬼律 (« Code des esprits de l’Écrit divin de la Moelle de la pureté supérieure »). Il s’agit du code de la tradition Tianxin zhengfa 天心正法, l’un des daofa les plus anciens et influents, dont les méthodes et les codifications seront largement adoptées par les traditions ultérieures.

7Nous avons ensuite parcouru un autre texte largement diffusé, qui constitue la seconde partie du Taishang tiantan yuge 太上天壇玉格 (Daofa huiyuan, j.250), le code administratif compilé par l’institution du Maître Céleste au Longhushan 龍虎山 lors de son processus d’élaboration d’un système d’ordination unifié où tous les daofa reconnus sont intégrés dans une grille universelle d’équivalence des rangs et titres. Ici, comme dans la codification du Tianxin zhengfa, le code pénal et le code administratif (yuge) sont des parties d’un même document. Le code du Tiantan yuge est entièrement consacré aux lois dictant le comportement des prêtres ; elles couvrent tant la conduite morale générale que les procédures rituelles.

8Enfin, le code le plus long et probablement l’un des plus récents, le Taishang hundong chiwen Nüqing zhaoshu tianlü 太上混洞赤文女青詔書天律, (Daofa huiyuan, j.251-252) nous a retenu plusieurs semaines. Il est organisé en 29 catégories d’êtres, surtout divers types de dieux et d’esprits ; les trois dernières sont les humains ordinaires (shengmin 生民), les prêtres divinisés (xianguan 仙官) et les prêtres vivants (faguan). C’est le seul code dans notre corpus à inclure la catégorie des humains ordinaires. C’est aussi le code le plus largement diffusé entre le xive et le xxe siècles ; on en a lu des versions, légèrement remaniées, dans une encyclopédie taoïste du début des Ming (le Tianhuang zhidao taiqing yuce 天皇至道太清玉冊, compilé en 1444 par le prince Zhu Quan 朱權, 1378-1448) et le Qionglongshan zhi 穹窿山志, la monographie compilée en 1673 d’un lieu saint près de Suzhou et consacrée à un leader taoïste et grand exorciste, Shi Daoyuan 施道淵 (1617-1678). Dans ces deux ouvrages, notre code est présenté comme le fondement de la morale taoïste. Nous avons ainsi un texte qui, de ses origines dans une codification rituelle pour le seul usage des prêtres exorcistes, se diffuse dans la société comme une norme morale générale.

9Cette histoire de l’extension des règles morales depuis le milieu fermé des prêtres vers l’ensemble de la population ne concerne pas que le seul genre des codes célestes ; nous avons montré ensuite qu’il concerne de façon générale les livres de morale les plus anciens. Nous avons notamment réexaminé le cas des barèmes de mérites et démérites, gongguoge 功過格 très populaires à l’époque moderne et avec lesquels chacun peut procéder à un examen de conscience quotidien. Le plus ancien est le « Barème de mérites et démérites du Seigneur immortel de l’étoile Taiwei », Taiwei xianjun gongguoge 太微仙君功過格, révélé par un rêve en 1171 et destiné aux prêtres de la tradition Jingmingfa 淨明法, l’un des plus importants daofa. Ce texte entrera, à partir des Ming, dans le domaine des livres de morale (shanshu 善書) en libre circulation, mais sous les Song et Yuan, il demeure essentiellement un document de travail réservé aux fashi. Nous avons évoqué le fait que l’un des points communs entre les livres de morale et les traditions exorcistes avec leurs codes célestes est la pratique de l’écriture inspirée (jiangbi 降筆) ; cette pratique de production de textes révélés, à l’origine essentiellement contrôlée par les prêtres fashi pour les besoins de leurs rituels, va se diffuser largement au sein de la société à partir du xvie siècle. Nous reviendrons plus en détail les années prochaines sur cette question cruciale pour l’histoire des textes taoïstes.

10Les dernières séances de l’année ont été consacrées à la mise en scène, dans les récits hagiographiques, des règles morales exposées tant par les codes célestes que par les livres de morale. Ces récits sont à la fois des explications du rituel (qui sont les dieux et quels rapports entretiennent-ils entre eux et avec nous ? sur quoi se fonde l’alliance entre le prêtre et les dieux, et donc l’efficacité du rituel ?) et de l’idéal de vie propre au taoïsme en général et à la vision du monde portée par les daofa en particulier. Ils dressent le portrait de personnes non pas retirées dans l’ascèse, mais entièrement dévouées au service d’autrui et sans aucun intérêt pour l’argent et les honneurs. On a lu plusieurs récits – concernant Chen Nan 陳楠 (?-1213), Lei Moan 雷默庵 (1221-1295) et le mythe de Tête-brûlée, Lantou 爛頭 – qui évoquent nommément les codes célestes et les mettent en rapport avec le processus de divinisation des prêtres.

  • 1 « Qingdi Xin tianjun jiangbi ba Moan xiansheng suoshu Wuchang Weifangben » 青帝辛天君降筆跋默庵先生所書武昌衛鈁本, Dur (...)
  • 2 « Liu Qingqing shishi » 劉清卿事實, Daofa huiyuan, 253.10a–12a.

11Les prêtres fashi sont des juges qui appliquent une loi morale ; ils ont le pouvoir de donner comme de retirer la vie, comme l’explique une révélation par écriture inspirée datée de 12901. En tant que tels, ils doivent donc être irréprochables. Nos récits hagiographiques mettent en scène cette exigence morale de deux façons complémentaires. Dans un premier scénario, le prêtre est soumis, sans qu’il en soit conscient, à des épreuves et se montre exemplaire : ayant prouvé sa rectitude morale, il est accepté par les dieux comme l’un d’eux. C’est le cas notamment du récit de Sa Shoujian. Dans le second scénario, le prêtre commet une faute et est puni par les dieux, au nom du code céleste. Cependant, cette peine n’est pas capitale ou définitive, mais constitue au contraire une étape de l’apprentissage ; le prêtre puni, souvent marqué dans sa chair, devient un puissant exorciste qui porte sur lui la preuve de l’impartialité de la justice des dieux. Ce scénario est le plus fréquent ; il constitue même le thème central du mythe de Tête-brûlée. Citons encore un cas, dans la biographie que Huang Gongjin 黃公瑾, l’auteur de l’hagiographie de Wen Qiong, écrivit pour son maître Liu Yu 劉玉2. Liu était lui-même disciple à la deuxième génération d’un certain Lu Boshan 盧伯善. Lu mourut mais son cadavre resta chaud trois jours, jusqu’à ce qu’il se relève et dise qu’il était convoqué aux enfers de Fengdu (dont les dieux sont au centre de plusieurs daofa importants) pour trois fautes : il n’avait pas accompli son devoir filial lors des funérailles de sa mère ; il avait commis un acte d’immoralité sexuelle (non précisé) ; et il avait transmis la liturgie à une personne qui en était indigne. Lu demanda à Liu Yu de l’aider à se sauver. Ces trois fautes sont remarquables en ce qu’elles combinent, de même que le contenu des codes célestes en général, des transgressions liées au rituel lui-même et d’autres relevant de la morale commune.

12Dans le cadre de la conférence, nous avons accueilli plusieurs invités au cours de l’année : le 17 décembre, nous avons entendu Julia Murray (University of Wisconsin) sur les icônes contemporaines de Confucius ; le 11 février nous avons reçu Liu Xun (Rutgers University) qui nous a présenté son récent travail sur les leaders taoïstes Quanzhen dans le contexte de l’émergence de la modernité politique à Nanyang (années 1890-1930) ; le 18 février Hu Rui (Université du Sichuan) nous a présenté le projet en cours de collecte de sources en vue de la publication en Chine de la Suite au Canon taoïste ; le 25 mars Chen Wenlong (Université normale du Fujian) a présenté son travail de terrain sur les rituels taoïstes de la famille Rao (nord-est du Jiangxi), leur histoire et leur diffusion ; enfin le 27 mai, Crystal Luk (Université chinoise de Hong Kong) a présenté ses analyses du Yidao huanyuan, un ouvrage médical lié aux révélations par l’écriture inspirée et au culte du Patriarche Lü.

Haut de page

Notes

1 « Qingdi Xin tianjun jiangbi ba Moan xiansheng suoshu Wuchang Weifangben » 青帝辛天君降筆跋默庵先生所書武昌衛鈁本, Duren shangpin miaojing tongyi, 4.28a–30b.

2 « Liu Qingqing shishi » 劉清卿事實, Daofa huiyuan, 253.10a–12a.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Goossaert, « Histoire du taoïsme et des religions chinoises »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 127 | 2020, 325-328.

Référence électronique

Vincent Goossaert, « Histoire du taoïsme et des religions chinoises »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 127 | 2020, mis en ligne le 31 juillet 2020, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/asr/3417 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.3417

Haut de page

Auteur

Vincent Goossaert

Directeur d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search