Navigation – Plan du site

AccueilNuméros128Résumés des conférencesReligion égyptienne en Égypte hel...

Résumés des conférences

Religion égyptienne en Égypte hellénistique et romaine

Ivan Guermeur
p. 89-108

Résumé

La mesure de confinement national mise en œuvre par le gouvernement à compter du mardi 17 mars 2020, dans le cadre de la lutte contre la propagation de l’épidémie de Covid-19, nous a contraint à assurer le séminaire à distance, en visio‑conférence, selon des modalités inédites auxquelles nous avons dû nous adapter, ce qui a notablement affecté le second semestre de l’année universitaire. Nous avons pu poursuivre et achever selon ce mode dégradé de communication, peu propice à l’interaction, les transcriptions, traductions et commentaires des textes dont nous avions entrepris l’étude en début d’année académique.

Haut de page

Texte intégral

1La mesure de confinement national mise en œuvre par le gouvernement à compter du mardi 17 mars 2020, dans le cadre de la lutte contre la propagation de l’épidémie de Covid‑19, nous a contraint à assurer le séminaire à distance, en visio-conférence, selon des modalités inédites auxquelles nous avons dû nous adapter, ce qui a notablement affecté le second semestre de l’année universitaire. Nous avons pu poursuivre et achever selon ce mode dégradé de communication, peu propice à l’interaction, les transcriptions, traductions et commentaires des textes dont nous avions entrepris l’étude en début d’année académique.

I. Cultes et croyances religieuses dans la chôra : textes rituels inédits de Tebtynis (suite)

  • 1 La mission conjointe de l’Università degli Studi di Milano et de l’Institut français d’archéologie (...)
  • 2 Présentation dans I. Guermeur, « Les nouveaux papyrus hiératiques exhumés sur le site de Tebtynis : (...)
  • 3 Sur la fouille de ce secteur et la documentation qui en est issue, voir les rapports publiés annuel (...)

2Après une présentation de la localité de Tebtynis (ég. Tp-dbn/Btnw ; gr. Τεβτῦνις) dans le Fayoum et des résultats des différentes missions archéologiques qui se sont succédé depuis la fin du xixe siècle sur le site de Umm el‑Breîgat (أم البُريجات), et plus particulièrement ceux obtenus par la Mission franco‑italienne qui, depuis 1988, y a repris les recherches archéologiques1, nous avons poursuivi l’étude de papyri hiératiques inédits mis au jour à partir de 1993‑19942. Ceux‑ci proviennent essentiellement d’une vaste zone de dépotoir située à l’est du temple de la divinité principale de la localité, Soknebtynis (Σοκνεβτῦνις < ég. Sbk nb Btnw, « Sobek, seigneur de Tebtynis »)3.

  • 4 Selon une information transmise par Nikos Litinas de l’université de Crète, Rethymnon.

3En 2019‑2020, notre intérêt s’est porté sur le papyrus inventorié SCA 3460. Il s’agit d’un manuscrit composé d’une partie principale mesurant 15,70 cm de hauteur pour une largeur maximale de 32,40 cm et de petits fragments qui se sont détachés et qui, sans trace d’écriture, ne peuvent être aisément replacés. Il est opistographe : au recto (fibres horizontales) il comporte trois colonnes plus ou moins complètes (15 lignes) et le début d’une quatrième, tandis qu’au verso (fibres verticales) on trouve une colonne dont la partie supérieure est abîmée (11 lignes conservées), avec la clausule ỉw⸗f pw nfr, « c’est parvenu (à la fin) parfaitement » et le début d’une autre page dont les premiers signes de 7 lignes sont conservés. Recto comme verso sont des palimpsestes, les traces encore visibles montrent qu’un texte plus ancien écrit en grec a été imparfaitement effacé et quelques lettres sont encore lisibles. Ce texte antérieur pourrait paléographiquement dater du iveiiie siècle AEC4, tandis que le texte hiératique serait datable entre le iiie et le ier siècle AEC.

  • 5 Il existe vraisemblablement d’autres manuscrits encore inédits qui contiennent ce rituel.
  • 6 Ce papyrus a fait l’objet d’une remarquable édition récente : A.-K. Gill, The Hieratic Ritual Books (...)
  • 7 Le pLouvre N 3129 n’a malheureusement pas encore bénéficié d’une édition critique : Th. Devéria, Ca (...)
  • 8 Qu’il nous soit permis de remercier en la personne de son directeur, Vincent Rondot, le département (...)
  • 9 Les versions du Louvre et du British Museum, toutes deux originaires de Thébaïde, sont déjà présent (...)
  • 10 En particulier, J. Yoyotte, « Héra d’Héliopolis et le Sacrifice humain », Annuaire EPHE‑SR 89 (1980 (...)
  • 11 Pour le sens de wḥʿ, « expliquer, interpréter », voir D. Meeks, ALex 78.1057 ; J. Osing, Hieratisch (...)

4Au recto, on reconnait un passage d’une composition intitulée Rituel de repousser l’Agressif (n.t-ʿ n ḫsf Ȝd) qui est connue par deux autres manuscrits5, plus complets, conservés au British Museum (pBM 10252, col. III‑XII)6 et au musée du Louvre (pLouvre N 3129, col. F‑K)7. À partir de l’édition récente du manuscrit du British Museum et des photographies généreusement transmises par le musée du Louvre8, nous avons pu établir la synopse9 des trois versions de ce passage (= Urk. VI, 99,7‑109,15). L’étude de ce manuscrit de Tebtynis a été l’occasion de faire une introduction générale sur ce rituel et les mythes mobilisés, qui ont déjà fait l’objet de plusieurs travaux10. Nous avons commencé par examiner le titre complet de l’ouvrage qui diffère légèrement entre les deux versions de Londres et de Paris. Sur le papyrus du British Museum (col. III, 1), le titre est introduit par l’indication : « Les explications11 des secrets du Rituel… » (nȝ wḥʿ[.w] sštȝ.w n pȝ n.t-ʿ …), précision qui est justifiée par le fait que précisément une « traduction » dans une langue plus actualisée, contemporaine de la copie du texte au ive siècle, accompagne de manière juxtalinéaire le texte du rituel qui est écrit en égyptien de tradition. En revanche, dans la version du pLouvre N 3129, col. F, 1‑8 (Urk. VI, 60‑61), on trouve un développement qui précise l’origine et la mise en œuvre du rituel, lequel est absent de la version londonienne :

n.t-ʿ n ḫsf Ȝd ỉr(j).t n pr Wsỉr ḫntj ỉmnt.t nṯr ʿȝ nb Ȝbḏw r ḫsf Stẖ m ȝ.t⸗f r šnʿ Stẖ r Wsỉr ỉrj.w m hrw ȝbd 6 n.t 15 n.t ḥb wȝg ḥb hkr ḥb Skr mjt.t ḫʿj nb n Wsỉr ỉr šn(ỉ) rȝ pn r ḫftj.w nb(.w) n Wsỉr ỉt-nṯr Pȝ-šrỉ-n-Mnw ḏd.tw n⸗f Wsỉr-wr mȝʿ-ḫrw ms.n nb.t pr Ȝs.t-wr.t ḫpr ḏw ỉm⸗f r hrw 7 mk.t pw ʿȝ.t m wnn-mȝʿ.t ȝḫ n Wsỉr ȝḫ n šnỉ sw nn hȝ⸗f r sḏb nb ḏw

Rituel de repousser l’Agressif qui est accompli au Temple d’Osiris, qui préside à l’Occident, le grand dieu seigneur d’Abydos, pour repousser Seth au moment de son attaque, pour éloigner Seth d’Osiris. C’est accompli le jour de la fête du mois, de la fête du 6e jour, de la fête du 15e jour, de la fête Ouag, de la fête de Haker, de la fête de Sokar et pareillement à chaque épiphanie d’Osiris. Quant à la récitation de cette formule contre tous les ennemis de l’Osiris du père divin Psemminis, alias Osoroêris, juste de voix, qu’a mis au monde la maîtresse de maison, Esoêris, quand lui advient une mauvaise chose pour 7 jours, c’est véritablement une grande protection, efficace pour Osiris et efficace pour celui qui la récite, qui ne sera atteint par aucun préjudice.

  • 12 Au sujet de ces rites voir É. Chassinat, Les mystères d’Osiris au mois de Khoïak, Le Caire 1966‑196 (...)
  • 13 Fr.‑R. Herbin, Le livre de parcourir l’éternité, Louvain 1992, en particulier p. 288‑296.
  • 14 Le bénéficiaire du pLouvre N 3129, Psemminis alias Osoroêris, né d’Esoêris est connu par d’autres m (...)
  • 15 Sur la question de l’adaptation de rituels du temple dans le domaine funéraire (le phénomène invers (...)
  • 16 D’une manière générale sur cette question, voir les données réunies et analysées par A. von Lieven, (...)

5Ce texte indique que le rituel « initial » était mis en œuvre pour le bénéfice d’Osiris dans son sanctuaire abydénien afin d’éloigner de sa personne l’action malfaisante de Seth, son mutilateur, notamment à l’occasion des rites du mois de khoïak qui célébraient sa renaissance et son triomphe12. Comme J. Yoyotte a pu le montrer13, les mythes mobilisés dans cette composition sont surtout d’essence héliopolitaine et rappellent le combat quotidien que livre le démiurge solaire contre les forces de l’incréé qu’incarne Apophis, l’ennemi cosmique auquel Seth finit, tardivement, par être assimilé. Par ailleurs, les papyrus du Louvre et du British Museum, qui proviennent assurément de la thébaïde14, témoignent bien de l’adaptation d’un rituel destiné à être mis en œuvre dans un temple d’Osiris pour le bénéfice d’un particulier qui s’identifie précisément au dieu revenu à la vie dans l’Au‑delà15, selon un processus qui s’inscrit dans un phénomène plus général d’imitation pour le bénéfice des défunts d’un certain nombre de spécificités relatives au culte d’Osiris, jusque dans l’architecture des tombes16. On a même intégré dans le pLouvre N 3129 une clause d’efficacité qui s’apparente pleinement à celles que l’on peut trouver dans les textes médicaux et magiques.

  • 17 D’autres textes provenant de ce dépotoir semblent pareillement mobilisés dans le cadre de ces rites (...)

6La version de Tebtynis est donc le seul exemplaire connu de ce rituel qui n’est pas d’origine funéraire, il s’agit d’un fragment de la liturgie mise en œuvre à Tebtynis dans le cadre des rituels accomplis au mois de Khoïak et dont le bénéficiaire est Osiris lui‑même17.

  • 18 Sur le principe : J. Assmann, Liturgische Lieder and den Sonnengott. Untersuchungen zur altägyptisc (...)

7Le passage du rituel conservé dans le papyrus de Tebtynis s’inscrit dans une partie d’invocations qui, dans les versions de Londres et de Paris, interviennent après la présentation de l’ensemble des méfaits commis par Seth à Héliopolis et la récitation de plusieurs incantations contre ce dernier. Les invocations s’adressent respectivement à différentes divinités à partir de la paraphrase d’épithètes qui les caractérisent particulièrement18 : « Celui qui est dans le ciel » (pȝ ntj m p.t), c’est-à-dire Atoum‑Rê, « Celui qui est assurément dans le sarcophage » (pȝ ntj m ḏbȝ.t sp-sn), à savoir Osiris-Scarabée héliopolitain ; le « Seigneur de Maât » (nb mȝʿ.t) pour sa part est bien entendu une allusion à Thot.

8La partie conservée sur le recto du manuscrit de Tebtynis correspond à Urk. VI, 99, 6‑109, 15 (= pBM col. VIII, 10‑IX, 27 = pLouvre col. J, 1‑J, 52)

[Ỉ pȝ ntj m ḏbȝ.t sp-sn ṯs ṯw mỉ n ḫrw⸗ỉ ỉw⸗ỉ rḫ ṯw rḫ.kwỉ rn⸗k ỉnk wʿ n šms.w⸗k ʿpj šps bs sw ḏs⸗f Ḥw.t-bnbn ḥʿj.tw ẖr sšm⸗f ỉšš.n⸗k ṯw m šsm.tj nfr-ḥr kȝ nk pȝ ntj wḏȝ.tj⸗f wbn m tp⸗f ḥr rdỉ.t šfj.t⸗f r ḫftj.w⸗f ntk bȝ psḏ m wḏȝ.tj⸗f] (I, 1)⏐ ḥtp[⸗f m nṯr.tj⸗f] (I, 2)⏐ ḫprr ỉr nḏmnḏm (I, 3)⏐ gmḥs(w) bnn (I, 4)⏐ wḥʿ⸗k wj mỉ wḥʿ⸗k ḏ.t (I, 5)⏐ m-ʿ pȝ fdw ḫrw.w ỉrw(.w) n ỉỉ ḫr⸗k (I, 6)⏐ m Ḥr-wr kj-ḏd ỉrw ḫpr ḥnʿ pȝ (I, 7)⏐ ḫft ʿȝ ntj ḥr-mḥt.t n Wnw

  • 19 La version en proto-démotique donne bỉk, « faucon ». L’oiseau-šsm.tj est vraisemblablement un oisea (...)
  • 20 Le développement pȝ fdw ḫrw.w ỉrw(.w) n ỉỉ ḫr⸗k m Ḥr-wr kj-ḏd ỉrw ḫpr ḥnʿ pȝ ḫft ntj ḥr-mḥt.t Wnw « (...)

[Ô celui qui est assurément dans le sarcophage, dresse-toi ! Viens à ma voix car je te connais et je connais ton nom, je suis un de tes fidèles, auguste scarabée qui s’est manifesté lui-même, dont le Château-du-Bétyle se réjouit de posséder l’image, tu t’es expectoré en tant qu’oiseau-chézemty19 à la face parfaite, le taureau copulateur sur la tête de qui les deux yeux brillent, qui inspire sa crainte chez ses ennemis, car tu es le ba (ou bélier) qui brille au moyen de ses deux yeux, qui] s’apaise [au moyen de ses deux yeux divins], le bousier qui jouit, le faucon éjaculateur. Puisses‑tu me délivrer comme tu es délivré éternellement des quatre ennemis, image(s) de celui qui est venu à toi à Herour. Variante : l’image de celui qui est venu à l’existence20 avec le grand ennemi qui est au nord d’Hermopolis.

  • 21 M. A. Stadler, « Der Skarabäus als osirianisches Symbol vornehmlich nach spätzeitlichen Quellen », (...)
  • 22 D’une manière générale sur le sujet : M. Smith, Following Osiris, p. 334‑355 avec les références à (...)

9Le passage ici fait donc référence au scarabée osirien solarisé21, c’est‑à‑dire que le texte associe les deux cycles funéraires : le cycle solaire d’une part avec la référence à Atoum‑Rê (« Celui qui est dans le ciel ») et le cycle osirien d’autre part, selon un schéma qui se développe pleinement au Nouvel Empire : on associe le soleil mort à Osiris qui est en quelque sorte Rê dans le monde inférieur, il est celui qui « illumine l’Au‑delà » au moyen de son disque22.

  • 23 pBrooklyn 47.218.84, XV, 4-5 : D. Meeks, Mythes et légendes du Delta d’après le papyrus Brooklyn 47 (...)

10Un passage du pBrooklyn 47.218.84 permet de mieux saisir les allusions mythologiques23 :

Ḫnt.t-Ỉȝbt.t ḫr.tw r Ṯȝr(w) ỉwnn n.t nṯr m Ỉwnw ȝbb n⸗f ỉb⸗f ḳʿḥ(.w) ḥr mȝȝ⸗f m nỉw.t nb spr.n⸗f ỉs r Ḫnt.t-Ỉȝbt.t ʿbb pw nṯr.j m ḏ.t⸗f ḫprr pr m tp nṯr ḫnt-ỉmn.tỉw n Wsỉr

Khentet-Iabtet dit-on au sujet de Tcharou. (C’est) le sanctuaire du dieu d’Héliopolis que son cœur avait désiré pour lui, apaisé (?) en le voyant en toute ville, il arriva alors à Khentet‑Iabtet, puisqu’il est le scarabée tout à fait divin, le bousier qui est sorti de la tête du dieu, (à savoir) le Khentamenty d’Osiris.

  • 24 D. Meeks, Mythes et légendes du Delta d’après le papyrus Brooklyn 47.218.84, p. 299-302.
  • 25 Voir Chr. Zivie-Coche, « Khentetiabtet. L’invention d’une déesse toute orientale », dans A. Gasse, (...)

11Dimitri Meeks a montré24 comment le texte identifie Tcharou (Silé)/ Khentet-Iabtet (la XIVe sépat de Basse Égypte) à un sanctuaire d’inspiration héliopolitaine qui accueille Osiris sous sa forme spécifique de scarabée et établit ainsi le lien entre Héliopolis et Silé, condensant en quelques phrases une part essentielle de la théologie locale25.

  • 26 M. A. Stadler, « Der Skarabäus als osirianisches Symbol vornehmlich nach spätzeitlichen Quellen », (...)

12La forme de coléoptère bousier (ḫprr) est en effet un état qui est préalable à la transformation du dieu en faucon céleste, comme le passage des Urk. VI le précise. Khéperer, le bousier qui pousse ou tire sa pelote est bien connu comme une image habituelle du démiurge qui se récrée seul, au matin, c’est‑à‑dire Khépri, le soleil levant26, un mythe dont Plutarque a donné une étiologie :

  • 27 C’est ce qu’illustre remarquablement une représentation dans le tombeau de Ramsès IX dans la Vallée (...)
  • 28 Traduction, éd. Chr. Froidefond, Paris 1988 (CUF), p. 243. Voir les commentaires de J. Hani, La rel (...)

Les scarabées, dit‑on, sont une espèce sans femelle : tous mâles, ils répandent leur semence dans la boule de matière qu’ils façonnent et font rouler à reculons27, de même que le soleil, semble‑t‑il, fait tourner le ciel dans le sens inverse de celui de sa propre course, qui va d’est en ouest (De Is., 74, 381 A)28.

  • 29 D. Meeks, Mythes et légendes du Delta d’après le papyrus Brooklyn 47.218.84, p. 199-202 ; M. Tarase (...)
  • 30 On trouve une synthèse de ces différentes traditions chez L. Medini, La mythologie de la XVe provin (...)
  • 31 Sa localisation a été débattue : A. H. Gardiner, Ancient Egyptian Onomastica, Oxford 1947, vol. II, (...)
  • 32 E. Jelínková-Reymond, Les inscriptions de la statue guérisseuse de Djed-ḥer-le-sauveur, Le Caire 19 (...)

13La fin du passage évoque les quatre ennemis qui se sont opposés au démiurge à Herour (Ḥr-wr), leur identité n’est pas indiquée mais on comprend qu’ils sont, d’une manière ou d’une autre, liés au « Grand Ennemi », c’est-à-dire Apophis/Seth. Bien entendu, ceci ne manque pas de rappeler les quatre « Enfants de la Déchéance » (ms.w Bdš.t)29 qui s’étaient révoltés contre le démiurge et qui, selon différentes traditions mythologiques, sont soit anéantis dans l’Île‑de‑l’embrasement (Ỉw-nsrsr), soit à Hermopolis Magna (H̱mnw) soit au lieu où ils avaient affronté Rê, à Herour30, localité située au nord de la métropole provinciale31. Un passage d’un texte magique de la statue guérisseuse de Djed‑Hor‑le‑sauveur (Caire JE 46341), fait écho à la même tradition32 :

mj nḥm⸗k s pn ntj ẖr(j)-dm(.t) mỉ nḥm⸗k tw⸗k ḏs⸗k m-ʿ pȝ fdw ḫrj.w ỉ-ỉr ỉỉ r⸗k ḥr mḥ.t n Wnw ỉ-ỉr r⸗k m Ḥ(r)-wr

  • 33 ẖrj-dm(.t) : Wb. Med. Texte II, p. 978 : « Einer mit einem Stich (des Skorpions) ».

Viens et sauve cet homme qui a été piqué33, comme tu t’es sauvé toi-même des quatre ennemis venus à ta rencontre au nord d’Hermopolis, venus à ta rencontre à He(r)our.

  • 34 A. Roccati, Magica Tauriniensia. Il grande papiro magico di Torino e i suoi duplicati, Rome 2011, p (...)

14C’est aussi ce à quoi fait allusion un papyrus magique du Nouvel Empire conservé au musée égyptien de Turin (CGT 54050 ro, col. II, 10‑11)34 :

(…) mỉ nḥm sw Rʿ m-ʿ ḫf.tỉ.w⸗f mỉ nḥm sw H̱nm m-ʿ Sbk mỉ nḥm sw Ḥr m-ʿ Stẖ mỉ nḥm sw Ḏḥwtj m-ʿ Bȝbȝ m[ỉ nḥm] sw Rʿ ḏs⸗f m-ʿ pȝ fdw [ḫf.tỉ]w ỉ-ỉr m ḥw.t-wr ḥnʿ pȝ ḫf.t ntj mḥ.t Wnw (…)

(…) comme Rê s’est sauvé de ses ennemis, comme Khnoum s’est sauvé de Sobek, comme Horus s’est sauvé de Seth, comme Thot s’est sauvé de Baba ; com[me] Rê lui-même s’est [sauvé] des quatre [ennemi]s qui agissent à He(r)our avec l’ennemi qui est nord d’Hermopolis (…)

15Ce passage du Rituel de repousser l’Agressif, par sa focalisation sur Herour et la région hermopolitaine, constitue aussi une sorte de transition vers la suite du texte et la description des actions de Thot :

(I, 8)⏐ Ỉ nb mȝʿ.t swḏȝ ḥʿ.w ỉr mk.t n (I, 9)⏐ Ḥr-Ȝḫ.tj wḏ-mdw m-ẖnw Psḏ.t sšm.tw (I, 10)⏐ nb ḥr s.t rȝ⸗f mnḫ sḫr.w spd hp- (I, 11)⏐-.w rdỉ mdw drf (I, 12)⏐ rdỉ ḥtp.w-nṯr n nȝ nṯr.w (I, 13)⏐ pr.t-ḫrw.w n nȝ ȝḫ.w (I, 14)⏐ sḥtp(.w) wḏȝ.t m-ḫ.t nšnj⸗s (I, 15)⏐ ỉnj wr.t wn ḥrỉ.tw (II, 1)⏐ ỉʿḥj ʿ.wj⸗f ḥȝ Ỉr.t-Rʿ (II, 2)⏐ hrw ʿḫ.tw s r ḥr.t (II, 3)⏐ sḥtp rȝ-ḥḥ.wj m-ḫ.t (II, 4)⏐ nšnj⸗sn (II, 5)⏐ dr ʿḥȝ bḥn ẖnn.w (II, 5)⏐ ḫsf ȝd m ȝḫ.w⸗f (II, 5)⏐ dr bw.t m tp-rȝ⸗f (II, 5)⏐ ḫsf bṯn.w mȝȝ.n⸗f bwȝ.w (II, 5)⏐ sȝ.w tkn⸗f m ḥtj⸗k

  • 35 Sur le sens de wḏ-nsw : P. Vernus, « The Royal Command (wḏ-nsw) : A Basic Deed of Executive Power » (...)
  • 36 P. Kaplony, « Der Schreiber, das Gotteswort und die Papyruspflanze », Zeitschrift für ägyptische Sp (...)
  • 37 Référence au rôle joué par Thot dans le mythe du retour de la lointaine : H. Junker, Der Auszug der (...)
  • 38 Le jeu d’assonances entre le nom de l’astre lunaire (ỉʿḥ), associé à Thot, et celui du filet de pêc (...)
  • 39 Passage perdu dans le papyrus du BM, la version du Louvre, col. J, 22, indique : ḫsf bṯn.w mȝȝ⸗f bỉ (...)
  • 40 Le pLouvre 3169, col. J, 23 donne : sȝ.w tkn⸗f r ỉmj ỉḥ.t⸗k, « vigilant quand il approche de ce qui (...)

Ô le seigneur de Maât, qui préserve les membres, qui assure la protection d’Horakhty, qui ordonne35 au sein de l’Ennéade, qui dirige tout grâce à son discours, aux conseils efficaces, aux règles avisées, qui fait parler l’écrit36, qui accorde l’offrande divine aux dieux et l’offrande invocatoire aux glorifiés, qui apaise l’Oudjat après qu’il s’est mis en fureur, qui ramène l’Auguste qui était éloignée37, dont les bras ont pêché au filet l’Œil-de-Rê38 au jour de son élévation vers le ciel supérieur, qui apaise les deux compagnons après leur fureur, qui écarte le combat et qui tranche le conflit, qui repousse l’agressif grâce à ses formules magiques, qui repousse l’abomination grâce à son discours, qui repousse les rebelles après qu’il a reconnu les notables39, vigilant quand il approche de ta gorge40.

  • 41 J. Assmann, Liturgische Lieder and den Sonnengott. Untersuchungen zur altägyptischen Hymnik I, p. 2 (...)
  • 42 D’une manière générale, sur Thot le dieu de l’éloquence, l’érudition, l’essentiel a été analysé par (...)

16La référence à Thot, dont le nom n’est jamais explicitement cité, reprend la forme de ce que Jan Assmann a défini comme un « Éloge de la connaissance » (Wissen-Eulogie)41, qui rappelle le rôle d’assistant du soleil, de porteur de l’Œil-Oudjat, qu’il exerce pour le compte de Rê, mais aussi celui de juge de paix du conflit qui a opposé Horus et Seth, en rappelant par ailleurs toutes ses qualités de magister discendi42 et de magicien.

17Le séminaire a été l’occasion de rappeler et décrire les différents mythes auxquels il est fait référence à travers ces épithètes de Thot.

18Le texte poursuit avec l’évocation des deux chacals d’Atoum :

(II, 10)⏐ Ỉ sbb.tj n Ỉtm (II, 11)⏐ ỉmj.w Bȝs ḫntj.w Ỉwnw (II, 12)⏐ šmj.w ỉṯj.w ỉj.w ỉnj.w (II, 13)⏐ [nḏ(.w)] [mȝr] [m-ʿ] wsr [ḫ] [sf(.w) sp] (II, 14)⏐ [Skr] bȝḳ(.w)] [Mnḥ.t] [n s.t⸗s] (II, 15)⏐ [nhp(.w) wḥm.n⸗f šnw] (II, 16)⏐ Ȝsb.t [ḫʿj.tỉ m Ỉwnw] (III, 1)⏐ ʿḏ Mȝʿ.t m Ḥw.t-kȝ-Pt[ḥ] (III, 2)⏐ nh{ȝ}.t m nh{ȝ}.t⸗ṯn (III, 3)⏐ mk.t m mk.t⸗ṯn

  • 43 Les autres versions donnent sȝb.wj ; notre texte pour sa part écrit sbb.tj (avec la peau animale co (...)
  • 44 C’est la déesse-torche protectrice de Rê et d’Osiris : A. Gutbub, « Un emprunt aux textes des pyram (...)

Ô les deux chacals (protecteurs ?)43 d’Atoum, qui sont à Bubastis et qui président à Héliopolis, qui vont et saisissent, qui viennent et emportent, qui [protègent] [l’humble] [vis-à-vis] du puissant, qui [repoussent la mauvaise action], [Sokar] est intact, [la Lovée] [est à sa place], [le copulateur, il a renouvelé le cycle], Asbet44 [est incandescente à Héliopolis], Maât est saine dans le Château-du-ka-de-Pta[h] (Memphis). L’abri, c’est votre abri ! La protection, c’est votre protection !

  • 45 Ils sont invoqués en Urk. VI, 65, 21.
  • 46 Voir les exemples mentionnés par A.-K. Gill, The Hieratic Ritual Books of Pawerem, p. 259, on peut (...)
  • 47 Voir les mentions de ces groupes, dont le nombre de membres varie, dans Chr. Leitz (dir.), Lexikon (...)

19Les deux chacals d’Atoum (ou de Rê45) sont chargés d’assurer sa protection, ils sont assimilés aux étoiles impérissables dans un autre passage du rituel (Urk. VI, 65, 17) et appelés à combattre les ennemis du soleil. Il faut sans doute les rapprocher des autres groupes de chacals qui sont associés à la barque solaire46, qu’ils tirent, et qui assurent la sécurité du voyage nocturne du soleil pour lui permettre de renaître chaque matin47.

  • 48 Voir V. Altmann, Die Kultfrevel des Seth, p.75-77.

20Le passage suivant du texte évoque quatre nouveaux méfaits commis par Seth48 :

(III, 4)⏐ Ỉ ḫftj ḫrj.w sbj.w pfj n Ḫnt-Ỉmnt.t (III, 5)⏐ ḏr smtỉ.n⸗k r-ntj m Bȝs (III, 6)⏐ šm⸗k m rȝ⸗k ḥr ʿȝ m Ỉnwn (III, 7)⏐ ḳȝ ḫrw⸗k pw m Wȝḏ.t kj-ḏd Ḥȝ.t-mḥj.t (III, 8)⏐ sḫwn⸗k m ʿnḏ.t

  • 49 Ouadjyt est la Xe province de Haute Égypte selon la nomenclature traditionnelle : P. Montet, Géogra (...)
  • 50 Cette variante ne se trouve pas dans les autres versions. Hatméhyt, c’est‑à‑dire la province mendés (...)

Ô adversaire, vaincu, ce vil ennemi de Khontamenty, depuis que tu as épié celui qui est à Bubastis, et alors que tu as médit au sujet du Grand qui est à Héliopolis, que c’est ta voix qui s’est élevée dans Ouadjyt49, variante : Hatméhyt50, et que tu t’es querellé dans Ândjety.

  • 51 Les déclarations d’innocence (Livre des Morts, chapitre 125), Le Caire 1937.

21Ces quatre crimes perpétrés par Seth, comme plusieurs de ceux qui sont rappelés dans ce rituel, correspondent à ceux que le défunt se défend d’avoir commis quand il est jugé devant le tribunal divin et qu’il prononce ses « déclarations d’innocence » recensées dans le chapitre 125 du Livre des Morts (numérotation de Charles Maystre51) :

§ 16 : Ỉ Ṯnmj pr m Bȝs n smtỉ N « Ô Tchénémy qui vient de Bubastis : N n’a pas épié ! »

§ 17 : Ỉ ʿȝdj pr m Ỉwnw n šm rȝ N « Ô Âady qui vient d’Héliopolis : N n’a pas médit ! »

§ 37 : Ỉ Ḥj pr m Nww n ḳȝ ḫrw N « Ô Houy qui sort de l’Eau primordiale : N n’a pas élevé la voix ! »

§ 18 : Ỉ Ḏwḏw pr ʿnḏ.tj n sḫwn N « Ô Djoudjou qui vient d’Ândjety : N ne s’est pas querellé ! »

22Le rituel passe maintenant à l’évocation de Ptah cependant, comme pour Thot plus haut, sans jamais mentionner directement son nom, mais uniquement des épithètes qui le caractérisent particulièrement :

(III, 9)⏐ Ỉ Nfr-ḥr nb wp.t ṯḥn.w wnp (III, 10)⏐ ȝw.n ȝ.t⸗f m [nṯr].w (III, 11)⏐ ntj ḏʿm⸗f ȝm m ḫfʿ⸗f (III, 12)⏐ ḏsr sšm⸗f ḥr ḫnd[w] (III, 13)⏐ nsr.t m sȝw⸗f (III, 14)⏐ wn(.w) ʿ.wj n [p.t] [m Tȝ-ṯnn]

  • 52 Dans les autres versions, cette épithète est précédée de l’indication : mḥn.t ḫʿj.tw m ḥȝ.t⸗f, « La (...)

Ô celui au visage parfait, maître de la calotte, à la chevelure resplendissante, dont le temps est long parmi les dieux, qui tient le sceptre dans son poing, à l’image séparée sur le podium52, la déesse-flamme est sa protection, qui ouvre les portes du ciel [en tant que Tatenen].

23De la suite du texte, il ne reste plus que des lambeaux, toutefois les traces visibles et les parallèles de Londres et Paris permettent d’en restituer les parties manquantes :

(III, 15)⏐ Ỉ nb ḥȝw.tj [wp ṯs] (IV, 1)⏐ šfj[.t ḫntj nṯr.w] (IV, 2)⏐ ḏȝ(.w)-ʿ [ḥwỉ ḫftj.w⸗f] (IV, 3)⏐ rmn(.w) p.t [n ỉb⸗f] (IV, 4)⏐ ʿb tp⸗f [m ȝtf wr.w] (IV, 5)⏐ N.t [ḏbȝ.tw m ỉȝb.t] (IV, 6)⏐ Ỉtj [pw ḥḳȝ.n⸗f ỉdb.w] (IV, 7)⏐ šȝ-[ʿ.tw smn ỉȝw.t⸗f] (IV, 8)⏐ mds [ʿ ẖr mṯn (IV, 9)⏐ ṯmȝ[-ʿ šsp.n⸗f ḏʿm] (IV, 10)⏐ ȝḫȝḫ [ȝms ṯḥn mrw.t] (IV, 11)⏐ [ḥr-nb ḥʿ.tw n mȝȝ⸗f]

Ô Seigneur des deux Avants, [dont la calotte est fixée], qui est craint [à la tête des dieux], qui tend le bras [et abat ses ennemis], le ciel est soulevé [selon sa volonté], sa tête est ceinte [de la vénérable couronne Atef] et la couronne rouge ┎est équipée de l’œil droit], [c’est] le souverain, [il a gouverné les rives] et sa fonction est établie depuis longtemps, au [bras] armé [qui porte un poignard au bras], puissant [quand il saisit le sceptre, à la massue] qui croît [et à l’amour resplendissant, chacun se réjouit de le voir.]

24Après avoir examiné, traduit et commenté les textes du recto (fibres horizontales) du papyrus Tebtynis SCA 3460, nous nous sommes intéressés à ce qui semble être le verso (fibres verticales). Onze lignes occupent l’essentiel de la page, à gauche, les premiers signes des sept premières lignes d’une nouvelle composition sont visibles.

  • 53 pLouvre I 3079, pBM 10208, pBM 10319 (= pSalt 137-153), pBM 10408, pLeyde T 31, pMMA 35-9-21. Bibli (...)
  • 54 F. M. H. Haikal, Two Hieratic Funerary Papyri of Nesmin, Bruxelles, 1970-1972 ; J.-Cl. Goyon, « Le (...)
  • 55 A. Kucharek, Die Klagelieder von Isis und Nephthys in Texten der Griechisch-Römischen Zeit, en part (...)

25Le texte principal de la page correspond à la fin de la composition que les égyptologues ont appelée IVe Livre des Glorifications d’Osiris. Celle-ci est jusqu’à présent attestée dans six autres versions qui sont toutes d’époque lagide53. Elle a été reconnue et étudiée par Jean-Claude Goyon et Fayza Haikal54, puis a fait récemment l’objet d’une remarquable étude approfondie par Andrea Kucharek55. Ce titre n’est donc pas celui que porte l’œuvre, qui comme pour les trois autres cérémonials de « Glorification », demeure plus général :

pMMA 35.9.21, col. XVIII : (1)Nt-ʿ n sȝḫ Wsỉr m ẖr.t-nṯr ỉr.j m ḥw.t-nṯr n.t Wsỉr Ḫntj-Ỉmnt.t nṯr-ʿȝ nb Ȝbḏw m ḥb nb n Wsỉr (2)⏐ m ḫʿ.w⸗f nb n tȝ ỉr.j m gs.wj-pr.w mỉt.t (…) (5)⏐ sȝḫ pn ỉr.t n Ȝs.t ḥnʿ sn.t⸗s Nb.t-ḥw.t sȝ⸗s Ḥr mỉt.t ỉr.tw⸗f n Wsỉr sʿnḫ bȝ⸗f m ẖr.t-nṯr rʿ nb snḏm (6)⏐ ỉb⸗f sḫr.w ḫftj.w⸗f nb(.w) nỉs nn ỉr⸗sn n Wsỉr m ȝbd 4 ȝḫ.t sw 23 r sw 24 r sw 25

Rituel de Glorifier Osiris dans la Domaine du dieu (= Au‑delà/ nécropole), accompli dans le temple d’Osiris Khontamenty, le grand dieu seigneur d’Abydos, à l’occasion de chaque fête d’Osiris, à chacune de ses épiphanies sur terre, et pareillement accompli dans les sanctuaires (du pays) (…) Cette glorification, qu’Isis a faite avec sa sœur Nephthys et pareillement son fils Horus est ce qui est mis en œuvre pour Osiris et son ba revit dans l’Au‑delà, quotidiennement, son cœur est adouci, tous ses ennemis sont renversés. Réciter cela est ce qu’ils font pour Osiris au 4e mois de la saison de l’inondation (Khoïak), du 23e jusqu’au 24e jour, puis au 25e jour.

26Comme pour le Rituel de repousser l’Agressif, il s’agit d’une composition qui à l’origine était récitée dans le cadre de diverses cérémonies organisées pour assurer la protection et la renaissance d’Osiris, en particulier au moment des Mystères osiriens du mois de Khoïak, et qui a été « recyclée » pour l’usage de particuliers dans le cadre funéraire, qui par l’imitation d’Osiris, entendaient renaître dans l’Au-delà. Le manuscrit de Tebtynis est donc le seul témoignage non-funéraire du texte, tel qu’il était réellement utilisé pour les rituels mis en œuvre dans le temple.

  • 56 Voir les remarques d’A. Kucharek, Die Klagelieder von Isis und Nephthys in Texten der Griechisch-Rö (...)

27Le passage conservé dans le papyrus de Tebtynis correspond à la fin du cérémonial. Osiris dont le corps avait été démembré par Seth et ses membres dispersés à travers le pays a recouvré son intégrité, à la suite de quoi un ensemble de dieux majeurs et de sanctuaires du pays sont invités, comme dans une grande procession, à lui rendre hommage et le reconnaître comme souverain dans l’Au-delà56 :

(x + I, 1)⏐ ʿnp.t ẖr.j bȝ⸗k wnn⸗k m [bȝ nb Ḏd].w kȝ [sṯj ḥr.j nfr. ]wt Bʿḥ [ẖr.j wḏ.t⸗k Ỉ wp rȝ-ḥḥ]-(x + I, 2)⏐.wj smn gn.wt⸗k Rȝ-nfr [m ỉȝ]w.w n [kȝ⸗k Ḥw.t-ẖsȝ] m [ȝw.t-ỉb pḥ.wj Bḥd.t] rd n⸗k [ỉȝw.w] (x + I, 3)⏐ m spr.w⸗k r⸗f m wḫȝ wnn⸗k m s.t Rʿ rʿ-nb h[j] Wsỉr Ḫntj[-Ỉmnt.t rn⸗k] mn[.tw m-ẖnw] spȝ.wt nn [šw⸗f r nḥḥ] [ḏ.t ʿḥ](x + I, 4)⏐ʿ sp-sn ḥr rd.wj⸗f ʿḥʿ Wsỉr Ḫntj-Ỉmnt.t ḥr rd.wj⸗f twt ʿ.w⸗f nfr⸗f m ḥʿ⸗f ʿnḫ[⸗f r] [nḥḥ] [rnp]⸗f n ḏ.t ȝḫw⸗ỉ (x + I, 5)⏐ ỉr.n⸗ỉ n⸗f nn wnj kȝ mỉt.t⸗k (= nn wn kj mỉt.t⸗k) ḫpr nn ỉm⸗f ntk Wp-wȝ.wt m ḥȝ.t nṯr.w pȝw.tjw [ḫntj psḏ.t] [nsw.t] Šmʿ.w bỉtj [Mḥ.w] (x + I, 6)⏐ srỉ ḥḳȝ Ỉgr.t ỉtj ỉmj.w spȝ.wt hj Wsỉr Ḫntj-Ỉmnt.t ỉḳr(.t) bʿḥ (rn)⸗k Ḥr sḫr⸗f Stẖ hj Wsỉr Ḫntj-Ỉmnt.t (x + I, 7)⏐ m ȝw.t-ỉb Ỉtm m ḥʿʿ n mr.wt⸗k Ỉ sȝ Rʿ ỉb⸗f nḏm mȝwj.w n Rʿ wbn ḥr ẖȝ.t⸗k sṯj.w⸗fsrḳ ḥtj-(x + I, 8)⏐-.t⸗k ỉt⸗k Gb m ršw sp-sn Nw.t m ṯḥḥ.wj.w ỉnk Ȝs.t ỉb⸗ỉ nḏm Nb.t-ḥw.t m ḥʿʿ sȝ⸗k Ḥr mn ḥr ns.t⸗k (x + I, 9)⏐ ḥr sḫr ḫftj.w⸗k ḫrw nhm m-ẖnw p.t ršw.t m-ẖnw tȝ nṯr.w nṯr.wt m hȝj m ỉỉ⸗k m ỉrw⸗k (x + I, 10)⏐ (n)-ḏr-ʿ Wsỉr Ḫntj-Ỉmnt.t ỉỉ.tw mḥtp m rnp ṯnw r nṯr nb sȝ⸗f Ḥr sḏfȝ.w (x + I, 11)⏐ rȝ.w-pr.w n kȝ⸗k m ḥtp.w ḏfȝ.w

ḏ.t ḥḥ ỉw⸗f⏐ pw nfr

  • 57 Le texte donne nn wnj kȝ mỉt.t⸗k « il n’y a pas de ka pareil à toi », là où les autres versions ont (...)

(…) Ânep porte ton ba, tu existes en tant que [Ba (ou bélier) seigneur de Mendès], le taureau [copulateur qui monte les belles], Bâhou (Hermopolis Baqlieh) [porte ton commandement, Thot qui sépare les] deux [compagnons] établit tes annales, Ro-Néfer [est en prière] pour [ton ka, le Château-du-Chauve] est en [joie, les confins de Béhédet] te font [des louanges] quand tu y parviens dans l’obscurité, tu es dans la place de Rê quotidiennement. Sa[lut] Osiris-Khont[amenty, ton nom est] établi [dans] les provinces, il ne sera pas [absent, pour toujours] et [éternellement ! De]bout ! Debout sur ses jambes ! Osiris Khontamenty est debout sur ses jambes, ses membres au complet, il est parfait dans son corps et [il] vit [pour] [l’éternité], et [il rajeunit] pour toujours. Mes glorifications que j’ai créées pour toi, il n’en existe pas d’autre comme toi à qui pareille chose est advenue57, car tu es Oupouaout qui est à l’avant des dieux, le primordial [qui préside à l’Ennéade], [le roi] du Sud et le roi du [Nord], le noble souverain de l’Au‑delà, le prince dans les provinces. Salut Osiris Khentamenty, l’Au-delà est inondé de ton (nom) et Horus, il abat Seth ! Salut Osiris Khentamenty qui est en joie, Atoum est heureux de ton amour, Thot, le fils de Rê, son cœur est adouci et le rayonnement de Rê brille sur ton cadavre, ses rayons font respirer ta gorge, ton père Geb se réjouit intensément et Nout est dans l’allégresse. Quant à moi, Isis, mon cœur est adouci, Nephthys jubile, ton fils, Horus est établi sur ton trône, abattant tes ennemis. Une voix exulte dans le ciel, la réjouissance est à l’intérieur de la terre, les dieux et les déesses exultent quand tu viens dans ta forme ancienne. Osiris Khentamenty est venu en paix, en rajeunissant car il est plus distingué que tout (autre) dieu, son fils Horus pourvoit les sanctuaires de son ka avec des offrandes et des provendes.

Pour toujours et éternellement. C’est parvenu (à la fin) parfaitement.

  • 58 P. Vernus, « Observations sur la prédication de classe (« Nominal Predicate ») », Lingua Ægyptia 4 (...)
  • 59 Voir A.-K. Gill, The Hieratic Ritual Books of Pawerem, p. 225-226, p. 266-267.
  • 60 A.-K. Gill, The Hieratic Ritual Books of Pawerem, p. 220-224, p. 264-266.

28Après la clausule ỉw⸗f pw nfr, « C’est parvenu (à la fin) parfaitement », qui marque la fin d’un premier rituel58, on trouve à l’extrémité gauche du papyrus les premiers signes d’une nouvelle composition. Les quelques traces encore lisibles permettent d’identifier un nouveau passage du Rituel de repousser l’Agressif qui, on l’a vu, occupe aussi le recto. Il s’agit ici d’un extrait qui dans l’édition synoptique de S. Schott correspond à Urk. VI, 87,10‑21 (= pBM 10252, col. VI, 18‑24/ Louvre N3129, col. H, 13‑16)59. Cette partie du rituel prend la suite de l’évocation des sacrilèges et blasphèmes que Seth à provoqués à Héliopolis et qui lui valent d’être à son tour démembré et dépecé60.

(x + II, 1)⏐ Ỉ [nbỉ.t m ḥr⸗f m-ḫntj Ȝḫ.tj] (x + II, 2)⏐ Mȝf[d wbȝ kkw] (x + II, 3)⏐ Bḥd. [tj pw sȝb-šw.t sšp.n] (x + II, 4)⏐ ỉtn[⸗f ỉdb.w] (x + II, 5)⏐ ntj sn[.tj ḥȝ⸗f sp-sn (x + II, 6)⏐ Mr[.tj ḥr dwȝ nfr.w⸗f] (x + II, 7)⏐ Mḥn[.t m ḥȝ.t⸗f ḥr rdỉ šfj.t⸗f Mȝʿ.t ỉʿb.tw r-ḫf.t-ḥr⸗f sȝ-tȝ (n) nṯr r rȝ ṯpḥ.t⸗f r bw ntj ỉw sn.tj ỉm⸗f pȝ ntj m ḏbȝ.t ḳs.w⸗f sȝḳ ḥʿ.w⸗f tm r ỉrj⸗sn

  • 61 La version en proto-démotique donne pȝ mỉw, « le chat ».
  • 62 Une épithète divine qui se retrouve en vieux copte ⲟⲩⲉⲃ ⲕⲉⲕⲓ : J. Osing, Der spätägyptische Papyrus (...)
  • 63 Son plumage bigarré en fait un dieu lié à la lumière, c’est-à-dire aux couleurs du prisme : J. Assm (...)
  • 64 Les rapports entre les deux Mérets et les deux sœurs Isis et Nephthys ont fait l’objet d’une étude (...)

Ô [flamme à son visage qui est à l’horizon], Maf[ed61 qui dissipe l’obscurité62, c’est l’Horizontain au plumage bigarré63, dont le disque solaire a illuminé les berges et derrière qui se tiennent les deux sœurs, dito (= à droite et à gauche), les deux Mérets64 adorent ses perfections. La Lovée [est à son front, imposant son prestige, Maât est présentée devant lui. Acclamation (pour) le Dieu à l’entrée de sa caverne, le lieu où se trouvent les deux sœurs, celui qui est dans le sarcophage ses os sont rassemblés, ses membres sont au complet de ce qui leur appartient].

  • 65 Voir V. Altmann, Die Kultfrevel des Seth, p. 63-67.
  • 66 Voir D. Meeks, Mythes et légendes du Delta d’après le papyrus Brooklyn 47.218.84, p. 174 (§ 3c).
  • 67 Chr. Leitz (dir.), Lexikon der ägyptischen Götter und Götterbezeichnungen, Louvain 2002, vol. III, (...)

29Pour contrer l’action destructrice de Seth contre Osiris, qui a notamment profané à Héliopolis le coffre (ʿfd.t)65 qui contenait sa tête renaissante66, c’est son fils Horus, sous son aspect de dieu solaire, Horus-Béhédéty, et de Mafed, c’est-à-dire de félin (contrepartie mâle de Mafdet, la féline déesse67), qui intervient pour assurer la défense d’Osiris, aidé en cela par Isis et Nephthys ainsi que par la Maât et l’Uraeus et finalement on rappelle qu’Osiris est intègre, ses membres dispersés par Seth ayant été réunis.

II. Évolution des pratiques et des liturgies funéraires dans l’Égypte hellénistique et romaine : le papyrus Sękowski (suite)

  • 68 Voir Annuaire EPHE-SR 127 (2018-2019), p. 17‑19.

30Au cours de la deuxième heure du séminaire, nous avons poursuivi la transcription, la traduction et le commentaire du papyrus de Sminis (Ns-Mnw), fils d’Achoapis (ʿnḫ-Ḥp), conservé à la bibliothèque de l’université Jagellone de Cracovie (03.031992), autrement connu sous le nom de son inventeur Joseph Sękowski (1800‑1858) que nous avions commencé à étudier l’an passé68.

  • 69 A. Szczudłowska, « Pyramid Texts Preserved on Sękowski Papyrus », Zeitschrift für ägyptische Sprach (...)
  • 70 M. Wagner, « Das Buch zur Verklärung des Ach », dans B. Backes, J. Dieleman (éd.), Liturgical Texts (...)
  • 71 J.P. Allen, A New Concordance of the Pyramid Texts, vol. III, Providence 2013.

31Sur les colonnes III à IV69 on trouve une composition funéraire intitulée « Formule de respirer dans la nécropole » (rȝ n snsn m ẖr.t-nṯr), dont l’essentiel est emprunté, avec de nombreuses réinterprétations, à des chapitres des Textes des Pyramides70 : assez complètement pour les chapitres 251‑252 et, nettement plus partiellement, pour les chapitres 253‑24971 :

(III, 1)rȝ n snsn m ẖr.t-nṯr ḏd-mdw ỉ ḥrj-wnw.t tp-ʿ Rʿ (III, 2)⏐ wbȝ n Wsỉr Ns-Mnw sȝ ʿnḫ-Ḥpw swȝ.n⸗f (III, 3)⏐m-ẖnw pẖr(.t) n.t ʿḥȝ-ḥr Wsỉr Ns-Mnw sȝ ʿnḫ-Ḥ- (III, 4)⏐-pw s.t⸗f twj ḫn.t s.wt ḥȝp.w Ỉ ḏbȝ.w m ḥnw- (III, 5)⏐-.tj nḫ.t⸗f ẖr⸗s(j) Ỉsdn swȝ.w ḥ- (III, 6)⏐-tj.t n kȝ shȝ.n⸗f ỉmj.w kk.w ḥnk m (III, 7)⏐ wsr ḥȝ nṯr ʿȝ dỉ n Wsỉr Ns-Mnw sȝ ʿnḫ-Ḥpw (III, 8)⏐ snḳ sʿm.n⸗f ḥȝ.tj⸗sn nn ḫsf ʿ n Wsỉr (III, 9)⏐ Ns-Mnw sȝ ʿnḫ-Ḥpw m ȝḫ.t fȝỉ ḥr⸗ṯn ỉmj- (III, 10)⏐-.w dwȝ.t ỉw.n Wsỉr Ns-Mnw sȝ ʿnḫ-Ḥpw (III, 11)⏐ ḫr⸗tn mȝȝ⸗tn s(w) nṯr ʿȝ ḥsb⸗ṯn Wsỉr Ns-Mnw sȝ ʿnḫ- (III, 12)⏐-Ḥpw m ȝḫ.t m ỉdd ỉdb Wsỉr Ns-Mnw (IV, 1)⏐ sȝ ʿnḫ-Ḥpw n nb⸗ṯn r-ḏr⸗tn wḏ Wsỉr Ns-Mnw sȝ (IV, 2)⏐ ʿnḫ-Ḥpw mdw n rmṯ wḏʿ⸗f mdw n ʿnḫ.w m-ẖnw ỉ- (IV, 3)⏐-db m dwȝ.t ḏd⸗k Wsỉr Ns-Mnw sȝ ʿnḫ-Ḥpw (IV, 4)⏐ rȝ⸗f pn wʿb ỉrj n⸗f ḥms⸗f ḥnʿ⸗sn wp nṯr.w sḫm wḏ Wsỉr (IV, 5)⏐ Ns-Mnw sȝ ʿnḫ-Ḥpw tp ȝms sr⸗f ḥms- (IV, 6)⏐⸗f ḥnʿ ẖnw(.w) wỉȝ Rʿ wḏ Wsỉr Ns-Mnw sȝ ʿnḫ-Ḥpw (IV, 7)⏐ nfr.j ỉr⸗f s(w) ntj ʿȝ ntj m sḫ.t-ỉȝrw.w wʿb (IV, 8)⏐ ʿ n Wsỉr Ns-Mnw sȝ ʿnḫ-Ḥpw m sḫ.t-ỉȝr.- (IV, 9)⏐-w mk ṯ(w) Rʿ Nw.t šsp ʿ.wj⸗f Šw swȝš (IV, 10)⏐ s(w) ḫʿ Wsỉr Ns-Mnw sȝ ʿnḫ-Ḥpw m Ỉtm m sš- (IV, 11)⏐-nj r šr.tj Rʿ pr(.w) m ȝḫ.t wʿb nṯr.w ḥr mȝȝ⸗f

  • 72 Le texte de Pyr. 251 donne : « Récitation : Ô le supérieur des heures qui précèdent Rê, prépare le (...)
  • 73 Pyr. 252 donne : « Récitation : levez votre visage, dieux qui êtes dans la Douat ; Ounas est venu p (...)

Formule de respirer dans la nécropole. Récitation : Ô le supérieur des heures qui précèdent Rê, ouvre (le chemin) à l’Osiris de Nesmin, fils d’Ânkhhep, qui a passé à travers le cercle de Celui-à-la-face-belliqueuse ; l’Osiris de Nesmin, fils d’Ânkhhep sa place c’est la première des places, Thot est caché, pourvu de cornes, il est puissant en les portant et Isden coupe la gorge du taureau et repousse ceux qui sont dans l'obscurité. Offrir la puissance derrière le grand dieu et accorder à l’Osiris de Nesmin, fils d’Ânkhhep d’être allaité après qu’il a bu leur cœur. Le bras de l’Osiris de Nesmin, fils d’Ânkhhep ne sera pas repoussé de l’Horizon !72 Levez vos visages, ceux qui sont dans la Douat ! L’Osiris de Nesmin, fils d’Ânkhhep est venu auprès de vous pour que vous puissiez le voir, le grand dieu ; puissiez-vous comptabiliser l’Osiris de Nesmin, fils d’Ânkhhep dans l’Horizon, dans les rives tremblantes. L’Osiris de Nesmin, fils d’Ânkhhep est votre maître à tous, l’Osiris de Nesmin, fils d’Ânkhhep gouverne le peuple, il juge les vivants à l’intérieur des Rives-de-la Douat. Tu dis : « Osiris de Nesmin, fils d’Ânkhhep », cette sienne formule pure qui lui permet de s’asseoir avec eux, qui sépare les dieux des puissants. L’Osiris de Nesmin, fils d’Ânkhhep ordonne au sceptre-ames, il est grand et s’assoit avec le rameur de la barque solaire et, lorsque l’Osiris de Nesmin, fils d’Ânkhhep ordonne quelque chose de bien, il le fait73 ; car c’est le grand dieu qui est dans le champs des roseaux ; le bras de l’Osiris de Nesmin, fils d’Ânkhhep est purifié dans le champs des roseaux ; Rê te protège, Nout saisit ses bras, Chou l’honore, l’Osiris de Nesmin, fils d’Ânkhhep apparaît en tant qu’Atoum, en tant que nénuphar à la narine de Rê, qui sort de l’horizon à la vue de qui les dieux sont purifiés.

32Nous avons pu commenter ce texte et tenter de comprendre le sens ou l’origine des réinterprétations qui ont été opérées par le rédacteur de la version reproduite dans le papyrus Sękowski.

  • 74 M. Mosher, The Book of the Dead, Saite through Ptolemaic Periods. A Study of Traditions Evident in (...)
  • 75 « Livre pour faire reconnaître un bienheureux et le laisser accéder à la barque de Rê et ceux qui s (...)

33La colonne V qui comprend onze lignes comporte un texte intitulé « Livre de glorifier un bienheureux » (mḏȝ.t [n] sȝḫ ȝḫw) qui correspond en partie au chapitre 100 du Livre des Morts74, où il porte un titre différent75.

  • 76 Ici le copiste n’a pas reconnu en hiératique le signe dnỉ (G. Möller, Hieratische Paläographie III, (...)

(V, 1)mdȝ.t (n) sȝḫ ȝḫw rdỉ.t h(ȝ)⸗k r wỉȝ (n) Rʿ ḥnʿ ỉmj.- (V, 2)⏐-w-ḫt⸗f ḏd-md.w ỉn Wsỉr Ns-Mnw sȝ ʿnḫ-Ḥp- (V, 3)⏐-w ḏȝ kwỉ bnw r Ȝbḏ.w Wsỉr r Ḏdw sš- (V, 4)⏐-n⸗ỉ (ṯp)ḥw(.t) n.t Ḥʿpj ḫsr.n⸗ỉ wȝ.t (n.t) Ỉtn sṯȝ.n⸗ỉ (V, 5)⏐ Skr ḥr tmm⸗f swsr.n⸗ỉ Wr.t m ȝ.t⸗s šm- (V, 6)⏐-s.n⸗ỉ dwȝ.n⸗ỉ Ỉtn smȝ.n⸗ỉ ḥnʿ ỉmj.w hṯt (V, 7)⏐ ỉnk wʿ ỉm⸗sn ỉr.n⸗ỉ 2-nw ỉn Ȝs.t 3-nw ỉn Nb.t-Ḥw.t wsr.- (V, 8)⏐-n⸗ỉ m ȝḫw.w ṯs.n⸗ỉ ʿḳȝ ḫsf.n⸗ỉ ʿȝpp s- (V, 9)⏐-{n}ḥm.n⸗ỉ nmt.wt⸗f rdỉ.n Rʿ ʿw.j⸗f r⸗ỉ nn ḫsf wỉ ỉs.t⸗f (V, 10)⏐ wsr r⸗ỉ (wsr) Wḏȝ.t ṯs-pẖr ỉr {ỉm}(dnỉ).tw76 Wsỉr Ns-Mnw sȝ ʿnḫ- (V, 11)⏐-Ḥpw m wỉȝ (n) Rʿ dn{dn}.tw ḫf.t n swḥ.t ȝbḏw

  • 77 Var. « vers l’Orient » (ỉȝbt.t).

Livre (de) glorifier un bienheureux et faire qu’il accède à la barque (de) Rê, avec ceux qui sont à sa suite. Récitations par l’Osiris de Nesmin, fils d’Ânkhhep : j’ai fait traverser le Phénix vers Abydos77 et Osiris vers Busiris ; j’ai ouvert la caverne de la crue, j’ai déblayé le chemin du disque solaire, j’ai tiré Sokar sur son traîneau, j’ai renforcé la puissance de l’attaque de la Grande (Uræus), j’ai suivi et prié le disque solaire, je me suis joint aux babouins (adorateurs du soleil) et je suis l’un d’eux, j’ai été le second d’Isis et le troisième de Nephthys, j’ai renforcé (leur) pouvoir magique, j’ai noué le cordage, j’ai repoussé Apophis, j’ai entravé ses pas, Rê m’a tendu les bras, son équipage ne me repoussera pas, si je suis puissant l’Œil-Oudjat sera puissant et vice versa. Si l’Osiris de Nesmin, fils d’Ânkhhep est écarté de la barque de Rê, alors l’ennemi sera écarté de l’œuf et du poisson-abdjou.

  • 78 « ‘Formule pour ne pas mourir à nouveau’. Le chapitre 175 du Livre des Morts », dans R. Lucarelli, (...)
  • 79 The Hieratic Ritual Books of Pawerem (P. BM EA 10252 and P. BM EA 10081) from the Late 4th Century (...)

34Les colonnes VI à VIII du pSękowski contiennent un texte appelé « Chapitre de revivre dans la nécropole et d’accorder l’affection du bienheureux devant le grand dieu qui est dans l’Au-delà » (rȝ n sʿnḫ m ẖr.t-nṯr rdỉ.t mrw.t n ȝḫw m nṯr-ʿȝ ntj m Dwȝ.t), qui est une variante du chapitre 175 du Livre des Morts, intitulé par ailleurs « Formule pour ne pas mourir à nouveau » (rȝ n tm mw.t m-wḥm). Ce chapitre du Livre des Morts a fait l’objet d’une étude récente d’Annik Wühtrich qui en a aussi fait l’édition synoptique78 et la version du pBM 10081 a été éditée par Anne-Katrin Gill en 201979. Il est attesté à travers neuf sources datées entre le xve siècle avant notre ère et le ier siècle de notre ère. La version du pSękowski est le dernier témoignage d’utilisation de ce texte, qui dans le cours de la Troisième période intermédiaire avait cessé de figurer dans ce qu’il est convenu d’appeler la « recension saïte » du Livre des Morts.

35Cette année nous n’avons pu que transcrire les trois colonnes du texte. La traduction et le commentaire seront repris l’année prochaine.

III. Séminaire d’introduction aux recherches égyptologiques : sources, outils, méthodes

36En collaboration avec Andréas Stauder, directeur d’études à la section des Sciences historiques et philologiques de l’EPHE‑PSL, titulaire de la chaire « Égyptien », nous avons mis en place cette année un séminaire commun d’introduction à l’égyptologie qui s’adresse plus particulièrement aux étudiants en master et aux doctorants. Ceux‑ci sont organisés un jeudi par mois, toute la journée, sur le campus Condorcet à Aubervilliers et ont pour ambition d’offrir aux étudiants et doctorants des introductions méthodologiques à un certain nombre de notions et de domaines de l’égyptologie, en faisant notamment intervenir des collègues spécialistes de ceux‑ci.

  • 21 novembre 2019 : Langue égyptienne : outils et méthodes (Andréas Stauder et Pascal Vernus, EPHE‑PSL).
  • 12 décembre 2019 : Textes rituels et funéraires (Ivan Guermeur ; Annie Gasse, CNRS : UMR 5140, ASM, Montpellier ; Daniel von Recklinghausen, Heidelberger Akademie der Wissenschaften : Eberhard Karls Universität Tübingen ; Isabelle Régen, université Paul Valéry, Montpellier 3 : UMR 5140, ASM, Montpellier).
  • 30 janvier 2020. Grammatologie et Lexicographie (Andréas Stauder et Dimitri Meeks, CNRS : UMR 8546, AOROC, Paris).
  • 27 février 2020. Religion égyptienne : historiographie et méthodes (Ivan Guermeur et Christiane Zivie-Coche : EPHE‑PSL)

37Du fait de la crise sanitaire, les trois autres séances prévues qui devaient être consacrées respectivement à la Littérature égyptienne : approches et débats ; Histoires et sciences sociales en égyptologie ; Sources documentaires en Égypte : hiératiques, démotiques, greques, coptes et arabes, ont été reportées à l’année académique 2020‑2021.

Haut de page

Notes

1 La mission conjointe de l’Università degli Studi di Milano et de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire est dirigée par Claudio Gallazzi et Gisèle Hadji-Minaglou : Cl. Gallazzi, G. Hadji-Minaglou, Tebtynis I, La reprise des fouilles et le quartier de la chapelle d’Isis-Thermouthis, Le Caire 2000 ; V. Rondot, Tebtynis II, Le temple de Soknebtynis et son dromos, Le Caire 2004 ; G. Hadji‑Minaglou, Tebtynis IV, Les habitations à l’est du temple de Soknebtynis, Le Caire 2007 ; Cl. Gallazzi (éd.), Tebtynis VI, Scripta varia, Le Caire 2018 ; Cl. Gallazzi, G. Hadji‑Minaglou (éd.), Trésors inattendus. 30 ans de fouilles et de coopération à Tebtynis (Fayoum), Le Caire 2019.

2 Présentation dans I. Guermeur, « Les nouveaux papyrus hiératiques exhumés sur le site de Tebtynis : un aperçu », dans S. Lippert, M. Schentuleit (éd.), Graeco-Roman Fayum – Texts and Archaeology. Proceedings of the Third International Fayum Symposion, Freudenstadt, May 29 – June 1, 2007, Wiesbaden 2008, p. 113‑122 ; Id., « Les papyrus hiératiques de Tebtynis. Un aperçu du matériel issu des fouilles 2008‑2010 », dans N. Quenouille (éd.), Von der Pharaonenzeit bis zur Spätantike. Kulturelle Vielfalt im Fayum. Akten der 5. Internationalen Fayum-Konferenz, 29. Mai bis 1. Juni 2013, Leipzig, Wiesbaden 2015, p. 17‑37.

3 Sur la fouille de ce secteur et la documentation qui en est issue, voir les rapports publiés annuellement dans le Bulletin de l’Institut Français d’Archéologie Orientale entre 1994 et 2010 puis dans les rapports mis en ligne depuis 2011 (https://www.ifao.egnet.net/recherche/activites-passees/rapports-activites/) et Cl. Gallazzi, « Umm-el-Breigât (Tebtynis) : campagne di scavo 2012‑2015 », dans G. Capriotti Vittozzi (éd.), Ricerche Italiane e Scavi in Egitto (RISE) VII, Le Caire 2018, p. 137‑179 ; Id.et G. Hadj‑Minaglou, « Tebynis », Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger 1 (2020) : [En ligne], Égypte, mis en ligne le 1er novembre 2020, consulté le 20 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/baefe/1075 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.1075. Enfin, pour une perspective plus générale sur les papyrus mis au jour par la mission archéologique : K. Ryholt, « Demotic papyri from the Franco-Italian Excavations at Tebtunis, 1988-2016 », dans M.‑P. Chauffray, I. Guermeur, S. Lippert, V. Rondot (éd.), Le Fayoum. Archéologie – Histoire – Religion. Actes du sixième colloque international Montpellier, 26-28 octobre 2016, Wiesbaden 2018, p. 129‑149 ; Cl. Gallazzi, « I papiri del tempio di Soknebtynis chi li ha trovati, dove li hanno trovati », dans Cl. Gallazzi (éd.), Tebtynis VI, Scripta varia, Le Caire 2018, p. 113‑172.

4 Selon une information transmise par Nikos Litinas de l’université de Crète, Rethymnon.

5 Il existe vraisemblablement d’autres manuscrits encore inédits qui contiennent ce rituel.

6 Ce papyrus a fait l’objet d’une remarquable édition récente : A.-K. Gill, The Hieratic Ritual Books of Pawerem (P. BM EA 10252 and P. BM EA 10081) from the Late 4th Century BC, Wiesbaden 2019, p. 80‑81, p. 142‑145, p. 211‑277, pl. 3‑12. Il comporte deux versions du texte, une première en égyptien de tradition et une autre, juxtalinéaire, qui constitue une sorte de traduction/adaptation en égyptien évolué (proto-démotique). Cet état de langue a été étudié avec précision par P. Vernus, « Entre Néo-égyptien et Démotique : la langue utilisée dans la traduction du Rituel de repousser l’Agressif (Études sur la diglossie I) », Revue d’égyptologie 41 (1992), p. 153-208 ; Id., « À propos du Rituel de repousser l’Agressif », Revue d’égyptologie 42 (1993), p. 266. Les rapports entre ces deux versions ont été commentés dans le détail par S. Schott, Die Deutung des Geheimnisse des Rituals für die Abwehr des Bösen. Eine altägyptische Übersetzung, Mainz 1954 et désormais A.-K. Gill, The Hieratic Ritual Books of Pawerem, p. 142‑145.

7 Le pLouvre N 3129 n’a malheureusement pas encore bénéficié d’une édition critique : Th. Devéria, Catalogue des manuscrits égyptiens écrits sur papyrus, toile, tablettes et ostraca (…) conservés au Musée égyptien du Louvre, Paris, 1874, p. 93 ; M. Bellion, Catalogue des manuscrits hiéroglyphiques et hiératiques et des dessins sur papyrus, cuir ou tissu publiés ou signalés, Paris 1987, p. 202‑203 (avec réf.) ; J. Assmann, M. Bommas, A. Kucharek, Altägyptische Totenliturgien III, Osirisliturgien in Papyri der Spätzeit, Heidelberg 2008, p. 19.

8 Qu’il nous soit permis de remercier en la personne de son directeur, Vincent Rondot, le département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre qui nous a transmis très rapidement les photos des colonnes F‑K.

9 Les versions du Louvre et du British Museum, toutes deux originaires de Thébaïde, sont déjà présentées de manière synoptique dans S. Schott, Urkunden mythologischen Inhalts. Bücher und Sprüche gegen den Gott Seth, Urkunden des ägyptischen Altertums VI, Leipzig 1929-1939, p. 60-144 et J.-Cl. Goyon, « Les dernières pages des Urkunden Mythologischen Inhalts », Bulletin de l’Institut Français d’Archéologie Orientale 75 (1975), p. 343-347.

10 En particulier, J. Yoyotte, « Héra d’Héliopolis et le Sacrifice humain », Annuaire EPHE‑SR 89 (1980-1981), p. 77‑102 (= Id., Histoire, géographie et religion de l’Égypte ancienne. Opera Selecta [éd. I. Guermeur], Louvain 2013, p. 48-75 ; V. Altmann, Die Kultfrevel des Seth. Die Gefährdung der göttlichen Ordnung in zwei Vernichtungsritualen der ägyptischen Spätzeit (Urk. VI), Wiesbaden 2010 ; Ead., « ‘Pro bono – contra malum’ Gegen Seth heißt Osiris? Abwehrrituale in Funerärpapyri (Urk. VI und verwandte Texte) », dans B. Backes, J. Dieleman (éd.), Liturgical Texts for Osiris and Deceased in Late Period and Greco-Roman Egypt. Proceedings of the colloquiums at New York (ISAW), 6 May 2011, and Freudenstadt, 18-21 July 2012, Wiesbaden 2015, p. 91-108 et bien entendu très récemment A.-K. Gill, The Hieratic Ritual Books of Pawerem, p. 211‑277. 

11 Pour le sens de wḥʿ, « expliquer, interpréter », voir D. Meeks, ALex 78.1057 ; J. Osing, Hieratische Papyrus aus Tebtunis I, The Carlsberg Papyri 2, Copenhague 1998, p. 69, n. b) et J. B. Jørgensen, « Egyptian Mythological Manuals. Mythological Structures and Interpretative Techniques in the Tebtunis Mythological Manual, the Manual of the Delta and relatives Texts », PhD, université de Copenhague, 2014, p. 187‑192 ; P. Vernus, « L’écrit et la canonicité dans la civilisation pharaonique », dans K. Ryholt, G. Barjamovic (éd.), Problems of Canonicity and Identity Formation in Ancient Egypt and Mesopotamia, Copenhague 2016, p. 295‑296.

12 Au sujet de ces rites voir É. Chassinat, Les mystères d’Osiris au mois de Khoïak, Le Caire 1966‑1968 ; M. Smith, Following Osiris. Perspectives on the Osirian Afterlife from Four Millenia, Oxford 2017, p. 249‑250. Pour le caractère central de ceux‑ci dans la littérature funéraire aux époques récentes, on verra Fr.‑R. Herbin, Le livre de parcourir l’éternité, Louvain 1992, en particulier p. 288‑296.

13 Fr.‑R. Herbin, Le livre de parcourir l’éternité, Louvain 1992, en particulier p. 288‑296.

14 Le bénéficiaire du pLouvre N 3129, Psemminis alias Osoroêris, né d’Esoêris est connu par d’autres monuments (Prosopographia Ptolemaica n° 5676 + 5676a/ TM Person ID #11121). Le dernier propriétaire du pBM 10252, Paourem, né de Qaqa, est bien connu pour sa riche collection de papyrus : A.-K. Gill, The Hieratic Ritual Books of Pawerem, p. 53‑74.

15 Sur la question de l’adaptation de rituels du temple dans le domaine funéraire (le phénomène inverse est aussi attesté), voir : M. Smith, Traversing Eternity. Texts for the Afterlife from Ptolemaic and Roman Egypt, Oxford 2009, p. 61-65 ; Id., « Whose Ritual? Osirian Texts and Texts Written for the Deceased in P. BM. EA 10209: A Case Study », dans B. Backes, J. Dieleman (éd.), Liturgical Texts for Osiris and Deceased in Late Period and Greco-Roman Egypt, p. 161-177 ; A. von Lieven, « Das Verhältnis zwischen Tempel und Grab im griechischen-römischen Ägypten », Revue d’égyptologie 61 (2009), p. 100‑102 ; J. Fr. Quack, « Das Mundöffnungsritual als Tempeltext und Funerärtext », dans B. Backes, J. Dieleman (éd.), Liturgical Texts for Osiris and Deceased in Late Period and Greco-Roman Egypt, p. 145-159 ; et A.-K. Gill, The Hieratic Ritual Books of Pawerem, p. 55‑58.

16 D’une manière générale sur cette question, voir les données réunies et analysées par A. von Lieven, « Das Verhältnis zwischen Tempel und Grab im griechischen-römischen Ägypten », p. 91‑111.

17 D’autres textes provenant de ce dépotoir semblent pareillement mobilisés dans le cadre de ces rites osiriens : I. Guermeur, « Les nouveaux papyrus hiératiques exhumés sur le site de Tebtynis : un aperçu », dans S. Lippert, M. Schentuleit (éd.), Graeco-Roman Fayum – Texts and Archaeology. Proceedings of the Third International Fayum Symposion, Freudenstadt, May 29 – June 1, 2007, Wiesbaden 2008, p. 113‑122 ; Id., « Les papyrus hiératiques de Tebtynis. Un aperçu du matériel issu des fouilles 2008-2010 », dans N. Quenouille (éd.), Von der Pharaonenzeit bis zur Spätantike. Kulturelle Vielfalt im Fayum. Akten der 5. Internationalen Fayum-Konferenz, 29. Mai bis 1. Juni 2013, Leipzig, Wiesbaden 2015, p. 17-37 ; Id., « Papyrus », « Scellés et sceaux », « Textes hiératiques », dans Cl. Gallazzi (éd.), Tebtynis VI, Scripta varia, Le Caire 2018, p. 1-2, p. 13‑26, p. 29‑31.

18 Sur le principe : J. Assmann, Liturgische Lieder and den Sonnengott. Untersuchungen zur altägyptischen Hymnik I, Berlin 1969, p. 204.

19 La version en proto-démotique donne bỉk, « faucon ». L’oiseau-šsm.tj est vraisemblablement un oiseau qui s’apparente au faucon.

20 Le développement pȝ fdw ḫrw.w ỉrw(.w) n ỉỉ ḫr⸗k m Ḥr-wr kj-ḏd ỉrw ḫpr ḥnʿ pȝ ḫft ntj ḥr-mḥt.t Wnw « les quatre ennemis, image(s) de celui qui est venu à toi à Herour, autrement dit, l’image de celui qui est venu à l’existence avec le grand ennemi qui est au nord d’Hermopolis » est spécifique de la version de Tebtynis, les autres versions ont simplement : pȝ fdw ḫrw.w ỉrj.w r⸗k m Ḥr-Wr ḥnʿ pȝw ḫft ntj mḥt.t Wnw, « les quatre ennemis qui agissent contre toi à Herour avec cet ennemi qui est au nord d’Hermopolis ».

21 M. A. Stadler, « Der Skarabäus als osirianisches Symbol vornehmlich nach spätzeitlichen Quellen », Zeitschrift für ägyptische Sprache und Altertumskunde 128 (2001), p. 71‑83.

22 D’une manière générale sur le sujet : M. Smith, Following Osiris, p. 334‑355 avec les références à la littérature antérieure.

23 pBrooklyn 47.218.84, XV, 4-5 : D. Meeks, Mythes et légendes du Delta d’après le papyrus Brooklyn 47.218.84, Le Caire 2006, p. 33 (transcription et traduction).

24 D. Meeks, Mythes et légendes du Delta d’après le papyrus Brooklyn 47.218.84, p. 299-302.

25 Voir Chr. Zivie-Coche, « Khentetiabtet. L’invention d’une déesse toute orientale », dans A. Gasse, Fr. Servajean, Chr. Thiers (éd.), Et in Ægypto et ad Ægyptum. Recueil d’études dédiées à Jean-Claude Grenier, Montpellier 2012, vol. IV, p. 779-807.

26 M. A. Stadler, « Der Skarabäus als osirianisches Symbol vornehmlich nach spätzeitlichen Quellen », p. 71 (avec réf.).

27 C’est ce qu’illustre remarquablement une représentation dans le tombeau de Ramsès IX dans la Vallée des Rois, où l’on voit le bousier sortir du sable du gebel et pousser à reculons le soleil roujoyant : F. Guilmant, Le tombeau de Ramsès IX, Le Caire 1907, pl. LXXVII.

28 Traduction, éd. Chr. Froidefond, Paris 1988 (CUF), p. 243. Voir les commentaires de J. Hani, La religion égyptienne dans la pensée de Plutarque, Paris 1976, p. 407‑409 ; J. G. Griffiths, Plutarch. De Iside et Osiride, Cambridge 1970, p. 234‑237, p. 555‑556.

29 D. Meeks, Mythes et légendes du Delta d’après le papyrus Brooklyn 47.218.84, p. 199-202 ; M. Tarasenko, Studies on the Vignettes from Chapter 17 of the Book of the Dead I, The image of ms.w Bdš.t in Ancient Egyptian Mythology, Oxford, 2016.

30 On trouve une synthèse de ces différentes traditions chez L. Medini, La mythologie de la XVe province de Haute Égypte aux époques hellénistique et romaine. Recherches de géographie religieuse, Vaterstetten (sous presse), p. 704‑708. Je remercie Lorenzo Medini qui m’a libéralement donné accès au manuscrit de sa thèse remaniée à paraître dans la collection Tuna el‑Gebel (Peter Brose Verlag).

31 Sa localisation a été débattue : A. H. Gardiner, Ancient Egyptian Onomastica, Oxford 1947, vol. II, p. 84* ; D. Kessler, Historische Topographie der Region zwischen Mallawi und Samalut, Wiesbaden 1981, p. 120‑185. Ce dernier, à partir d’une argumentation qu’il n’est pas toujours aisé de suivre, propose, sans convaincre totalement, de l’identifier au site de Mantout (17 km au nord d’Hermopolis). Voir le status quæstionis chez L. Medini, La mythologie de la XVe province de Haute Égypte aux époques hellénistique et romaine, p. 485-486.

32 E. Jelínková-Reymond, Les inscriptions de la statue guérisseuse de Djed-ḥer-le-sauveur, Le Caire 1956, p. 39, l. 83-84.

33 ẖrj-dm(.t) : Wb. Med. Texte II, p. 978 : « Einer mit einem Stich (des Skorpions) ».

34 A. Roccati, Magica Tauriniensia. Il grande papiro magico di Torino e i suoi duplicati, Rome 2011, p. 23 et p. 96.

35 Sur le sens de wḏ-nsw : P. Vernus, « The Royal Command (wḏ-nsw) : A Basic Deed of Executive Power », dans J. C. Moreno-Garcia (éd.), Ancient Egyptian Administration, Leyde 2013, p. 259‑340.

36 P. Kaplony, « Der Schreiber, das Gotteswort und die Papyruspflanze », Zeitschrift für ägyptische Sprache und Altertumskunde 110 (1983), p. 156-157, n. 112.

37 Référence au rôle joué par Thot dans le mythe du retour de la lointaine : H. Junker, Der Auszug der Hathor-Tefnut aus Nubien, Berlin 1911.

38 Le jeu d’assonances entre le nom de l’astre lunaire (ỉʿḥ), associé à Thot, et celui du filet de pêche (ỉʿḥ) a été largement commenté : Ph. Derchain, « La pêche de l’Œil et les mystères d’Osiris à Dendara », Revue d’égyptologie 15 (1963), p. 11‑25, voir aussi V. Altmann-Wendling, Mondsymbolik – Mondwissen. Lunare Konzepte in den ägyptischen Tempeln griechisch-römischer Zeit, Wiesbaden 2018, p. 181-192 (avec réf.).

39 Passage perdu dans le papyrus du BM, la version du Louvre, col. J, 22, indique : ḫsf bṯn.w mȝȝ⸗f bỉȝ.w, « qui repousse la rébellion et alors il voit le prodige ».

40 Le pLouvre 3169, col. J, 23 donne : sȝ.w tkn⸗f r ỉmj ỉḥ.t⸗k, « vigilant quand il approche de ce qui est dans ta gorge ».

41 J. Assmann, Liturgische Lieder and den Sonnengott. Untersuchungen zur altägyptischen Hymnik I, p. 219, n. 150.

42 D’une manière générale, sur Thot le dieu de l’éloquence, l’érudition, l’essentiel a été analysé par G. Posener, « Un dieu écrivain : le Thot égyptien », Annuaire du Collège de France 62 (1961‑1962), p. 287‑290 ; 63 (1964-1965), p. 299‑303 ; 64 (1963‑1964), p. 301‑305 ; 65 (1965-1966), p. 339‑342.

43 Les autres versions donnent sȝb.wj ; notre texte pour sa part écrit sbb.tj (avec la peau animale comme déterminatif, comme il se doit en hiératique) peut-être pour créer un jeu de mots avec sbb, « protecteur » (Wb. IV, 89, 9) : « les deux protecteurs d’Atoum » ?

44 C’est la déesse-torche protectrice de Rê et d’Osiris : A. Gutbub, « Un emprunt aux textes des pyramides dans l’hymne à Hathor, dame de l’ivresse », dans Mélanges Maspero I/IV, Le Caire 1961, p. 37-41.

45 Ils sont invoqués en Urk. VI, 65, 21.

46 Voir les exemples mentionnés par A.-K. Gill, The Hieratic Ritual Books of Pawerem, p. 259, on peut aussi ajouter, par exemple : A. Piankoff, Mythological Papyri, New York 1957, vol. I, p. 75, p. 85, p. 169, vol. II, pl. 2, 6, 21.

47 Voir les mentions de ces groupes, dont le nombre de membres varie, dans Chr. Leitz (dir.), Lexikon der ägyptischen Götter und Götterbezeichnungen, Louvain 2002, vol. IV, col. 142c -145a.

48 Voir V. Altmann, Die Kultfrevel des Seth, p.75-77.

49 Ouadjyt est la Xe province de Haute Égypte selon la nomenclature traditionnelle : P. Montet, Géographie de l’Égypte ancienne, vol. II, Paris 1961, p. 115‑123 ; Chr. Leitz, Die Gaumonographien in Edfu und ihre Papyrusvarianten, Wiesbaden 2014, p. 87‑90. Les autres versions donnent Tchébou, nom de la métropole de la province.

50 Cette variante ne se trouve pas dans les autres versions. Hatméhyt, c’est‑à‑dire la province mendésienne en Basse Égypte : P. Montet, Géographie de l’Égypte ancienne, vol. I, Paris 1957, p. 143-153 ; Chr. Leitz, Die Gaumonographien in Edfu und ihre Papyrusvarianten, p. 321-328.

51 Les déclarations d’innocence (Livre des Morts, chapitre 125), Le Caire 1937.

52 Dans les autres versions, cette épithète est précédée de l’indication : mḥn.t ḫʿj.tw m ḥȝ.t⸗f, « La lovée paraît à son front ».

53 pLouvre I 3079, pBM 10208, pBM 10319 (= pSalt 137-153), pBM 10408, pLeyde T 31, pMMA 35-9-21. Bibliographie chez A. Kucharek, Die Klagelieder von Isis und Nephthys in Texten der Griechisch-Römischen Zeit, Heidelberg 2010, p. 36‑42.

54 F. M. H. Haikal, Two Hieratic Funerary Papyri of Nesmin, Bruxelles, 1970-1972 ; J.-Cl. Goyon, « Le cérémonial de glorification d’Osiris du papyrus du Louvre I. 3079, (colonnes 110 à 112), Bulletin de l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire 65 (1965), p. 89-156 ; Id., Le papyrus d’Imouthès, fils de Psintaês, au Metropolitan Museum of Art de New York (Papyrus MMA 35.9.21), New York 1999, p. 49-62

55 A. Kucharek, Die Klagelieder von Isis und Nephthys in Texten der Griechisch-Römischen Zeit, en particulier p. 97‑165 et p. 615‑628.

56 Voir les remarques d’A. Kucharek, Die Klagelieder von Isis und Nephthys in Texten der Griechisch-Römischen Zeit, p. 149-162.

57 Le texte donne nn wnj kȝ mỉt.t⸗k « il n’y a pas de ka pareil à toi », là où les autres versions ont nn wn kj mỉt.t⸗k, « il n’y en a pas d’autre pareil à toi », qui est une expression par ailleurs bien attestée. Le scribe du pTebtynis SCA 3460 v° aura sans doute commis quelques confusions.

58 P. Vernus, « Observations sur la prédication de classe (« Nominal Predicate ») », Lingua Ægyptia 4 (1994), p. 338‑339 ; G. Lenzo Marchese, « Les colophons dans la littérature égyptienne », Bulletin de l’Institut Français d’Archéologie Orientale 104 (2004), p. 359‑376. Le texte emploie ici la fleur Image qui est bien connue comme écriture de nfr : G. Lenzo Marchese, « Les colophons dans la littérature égyptienne », p. 374.

59 Voir A.-K. Gill, The Hieratic Ritual Books of Pawerem, p. 225-226, p. 266-267.

60 A.-K. Gill, The Hieratic Ritual Books of Pawerem, p. 220-224, p. 264-266.

61 La version en proto-démotique donne pȝ mỉw, « le chat ».

62 Une épithète divine qui se retrouve en vieux copte ⲟⲩⲉⲃ ⲕⲉⲕⲓ : J. Osing, Der spätägyptische Papyrus BM 10808, Wiesbaden 1976, p. 110‑111.

63 Son plumage bigarré en fait un dieu lié à la lumière, c’est-à-dire aux couleurs du prisme : J. Assmann, Liturgische Lieder an den Sonnengott, Berlin 1969, p. 170‑171 ; R. L. Vos, « Varius coloribus Apis. Some Remarks on the Colours of Apis and Other Sacred Animals », dans W. Clarysse et al. (éd.), Egyptian Religion the Last Thousand Years. Studies Dedicated to the Memory of Jan Quaegebeur, Louvain 1998, vol. I, p. 716‑718 ; J. Kenning, « Zum Begriff sȝb-šwt – ein Zugang aus der Falknerei », Zeitschrift für ägyptische Sprache und Altertumskunde 129 (2002), p. 43‑48. D. Klotz, Adoration of the Ram. Five Hymns to Amun-Re from Hibis Temple, Yale 2006, p. 130, rappelle que cette couleur n’est pas naturaliste et les « traductions » en proto-démotique ou démotique donnent pour l’équivalence de sȝb-šw.t, « beau » (nȝ-ʿn) ou coloré (ỉnm) et que l’art chrétien en Égypte va maintenir, pour les représentations des anges, cette manière multicolore de peindre les ailes : A. Rosenberg, Engel und Dämonen : Gestaltwandel eines Urbildes, p. 76-78. En Edfou VI, 129, 10‑11, une glose précise le sens de ces disques ailés qui surmontent les monuments égyptiens : ỉr pȝ ʿpj ntj ḥr nȝ gȝ(j).wt nw nṯr.w nṯr.wt nb tȝ.wj ḫm⸗sn mỉt.t Ḥr-Bḥd.tj pw, « Quant au disque solaire ailé qui est sur les chapelles de tous les dieux et déesses du Double-Pays, et leurs sanctuaires pareillement, c’est Horus Béhédéty ».

64 Les rapports entre les deux Mérets et les deux sœurs Isis et Nephthys ont fait l’objet d’une étude détaillée de W. Guglielmi, Die Göttin Mr.t. Entstehung und Verehrung einer Personifikation, Leyde 1991, p. 230-252.

65 Voir V. Altmann, Die Kultfrevel des Seth, p. 63-67.

66 Voir D. Meeks, Mythes et légendes du Delta d’après le papyrus Brooklyn 47.218.84, p. 174 (§ 3c).

67 Chr. Leitz (dir.), Lexikon der ägyptischen Götter und Götterbezeichnungen, Louvain 2002, vol. III, col. 235b-236a, s.v. « Mȝfd.t ».

68 Voir Annuaire EPHE-SR 127 (2018-2019), p. 17‑19.

69 A. Szczudłowska, « Pyramid Texts Preserved on Sękowski Papyrus », Zeitschrift für ägyptische Sprache und Altertumskunde 99 (1973), p. 25‑29.

70 M. Wagner, « Das Buch zur Verklärung des Ach », dans B. Backes, J. Dieleman (éd.), Liturgical Texts for Osiris and Deceased in Late Period and Greco-Roman Egypt. Proceedings of the colloquiums at New York (ISAW), 6 May 2011, and Freudenstadt, 18‑21 July 2012, Wiesbaden 2015, p. 192-195. Pour le phénomène, voir maintenant Y. Barbash, The Mortuary Papyrus of Padikakem. Walters Art Museum 551, Yale 2011, p. 35‑56 ; B. Backes, Der « Papyrus Schmitt » (Berlin P. 3057), Berlin 2016, vol. I, p. 470-698.

71 J.P. Allen, A New Concordance of the Pyramid Texts, vol. III, Providence 2013.

72 Le texte de Pyr. 251 donne : « Récitation : Ô le supérieur des heures qui précèdent Rê, prépare le chemin pour Ounas, afin qu’Ounas puisse passer à travers le cercle (i.e. le contrôle) de Celui à la face belliqueuse. Ounas s’assoit à sa place, le premier des sièges, qui est derrière le dieu, dont la tête est pourvue d’une corne pointue et puissante, porteur du couteau tranchant coupe-gorge, qui sépare les troubles de la tête du taureau et qui fait trembler ceux qui sont dans l'obscurité, corne puissante qui est derrière le grand dieu. Ounas a repoussé ceux qui ont été punis et a frappé leur cœur. Le bras d’Ounas ne sera pas repoussé de l’Horizon. »

73 Pyr. 252 donne : « Récitation : levez votre visage, dieux qui êtes dans la Douat ; Ounas est venu pour que vous puissiez le voir transformé en grand dieu ; Ounas est introduit en tremblant, Ounas est équipé comme votre maître complétement ; Ounas gouverne le peuple et juge les vivants à l’intérieur des Rives-de-Rê ; Ounas parle avec celui qui a séparé les deux dieux sur cette rive pure où il s’est installé. Ounas gouverne à sa tête, le sceptre d’Ounas provoque le respect pour Ounas. Ounas s’assoit avec le rameur de la barque solaire et, lorsqu’il ordonne quelque chose de bien, il le fait ; Ounas est le grand dieu. »

74 M. Mosher, The Book of the Dead, Saite through Ptolemaic Periods. A Study of Traditions Evident in Versions of Texts and Vignettes, vol. VI, BD Spells 93-109, s. l., 2018, p. 160-196.

75 « Livre pour faire reconnaître un bienheureux et le laisser accéder à la barque de Rê et ceux qui sont à sa suite » (mḏȝ.t n sỉkr ȝḫw rdỉ.t ḥȝ⸗f r wỉȝ n Rʿ ḥnʿ ỉmj.w-ḫ.t⸗f), avec la variante « Chapitre de satisfaire un bienheureux et le laisser accéder à la barque de Rê et ceux qui sont à sa suite (rȝ n rdỉ.t ḥtp n ȝḫw rdỉ.t ḥȝ⸗f r wỉȝ n Rʿ ḥnʿ ỉmj.w-ḫ.t⸗f).

76 Ici le copiste n’a pas reconnu en hiératique le signe dnỉ (G. Möller, Hieratische Paläographie III, Leipzig 1912, n° 584) et a confondu avec ỉ + m.

77 Var. « vers l’Orient » (ỉȝbt.t).

78 « ‘Formule pour ne pas mourir à nouveau’. Le chapitre 175 du Livre des Morts », dans R. Lucarelli, M. Müller-Roth, A. Wüthrich (éd.), Herausgehen am Tage. Gesammelte Schriften zum altägytischen Totenbuch, Wiesbaden 2012, p. 153‑228.

79 The Hieratic Ritual Books of Pawerem (P. BM EA 10252 and P. BM EA 10081) from the Late 4th Century BC, Wiesbaden 2019, p. 110‑113, p. 551‑583.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ivan Guermeur, « Religion égyptienne en Égypte hellénistique et romaine »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 128 | 2021, 89-108.

Référence électronique

Ivan Guermeur, « Religion égyptienne en Égypte hellénistique et romaine »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 128 | 2021, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/asr/3708 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.3708

Haut de page

Auteur

Ivan Guermeur

Directeur d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search